Blog

  • Anne

Le Liseron




Étymologie :

  • LISERON, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1538 « plante herbacée à tige volubile » (Est., s.v. clematis et concilium ; 2. 1867 liseron épineux « salsepareille » (Littré). Dér. de lis*; suff. -eron (v. -on).

Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Botanique :


Fiche de Convolvus arvensis à consulter.

Lire aussi la fiche sur la Belle-de-Jour.

Description :

Le convolvulus tire son nom du latin convolvere (s'enrouler). Les fleurs sont grandes, bleues ou rosées avec un cercle blanc autour de la gorge jaune (il existe aussi des variétés jaunes, d'autres unicolores). Les belles-de-jour s'épanouissent de juin à septembre et restent fermées du soir au matin. Elles croissent à une vitesse foudroyante et plus d'un jardinier peste contre leurs interminables réseaux de racines, autrement nommés boyaux du Diable !

D'après l'encyclopédie de Scott Cunningham :


Autres noms :

Baromètre des gueux ; Boyaux du diable ; Campanettes ; Capsulé ; Crémette ; Couriasse ; Herbe aux cloches ou aux sonnettes ; Lach'ron ; Liaou ; Ligneul ; Liorne ; Lis des champs ; Lison ; Lisse ; Litrelle ; Rampioule ; Riboulo ; Rouvion ; Traînasse ; Varvèle ; Vaucielle ; Véyette ; Voluble ; Vignolé ; Vitréole ; Volubile ; Vrillée ; Yeux rampants.


Genre : Masculin Planète : Saturne Élément : Eau.

Pouvoirs : Rêves prémonitoires, voyage astral.

Utilisation magique : Des graines de Liseron mêlées au duvet de votre oreiller joueront un double rôle pendant votre sommeil : leurs effluves ne laisseront pas passer les cauchemars (manifestation des forces négatives ; résurgence de peurs et d'angoisses archaïques ; expression semi-consciente de conflits intérieurs générateurs d'inhibitions et de blocages) ; elles faciliteront au contraire le passage à la conscience des rêves de bonheur, d'évolution (manifestation des forces positives ; images, souvent magnifiques, qui sont l'expression de la partie divine de l'être humain). Ces rêves positifs sont fortement chargés en énergies bénéfiques, même pour un sujet qui n'en comprend pas le sens caché. Mais leurs effets sur le psychisme sont beaucoup plus intenses et beaucoup plus immédiats quand le rêveur sait décoder le message symbolique que véhiculent de tels têves. Les principes actifs de la graine de Liseron facilitent ce décodage. Expérimentez d'abord avec les graines seules. Il faut deux ou trois poignées par oreiller, que vous taperez ensuite dans tous les sens pour bien répartir les graines parmi le duvet. Retournez l'oreiller chaque soir et redonnez quelques tapes. Notez vos rêves au réveil. Certains sujets auront des rêves d'une extraordinaire richesse dès les premières nuits, d'autres, plus tendus ou plus inhibés, n'obtiendront pas tout de suite le résultat escompté. Ceux-là peuvent s'aider en prenant, avant de se coucher, une infusion de feuilles de Liseron. Après quoi ils dormiront sur l'oreiller traité, comme il est dit plus haut. De toute façon, il faut persévérer pendant plusieurs semaines. Ce sera le cas, par exemple, pour les personnes « qui ne rêvent jamais ». Ce qui est faux, bien entendu. Tout le monde rêve, même plusieurs fois par nuit. Simplement certains s'en souviennent et d'autres pas. La racine de Liseron (les «boyaux du diable» et la hantise des jardiniers : ces interminables nouilles blanches qui, dit-on, cheminent sous terre sur plusieurs kilomètres...) peut être brûlée sur des réchauds pour les voyages hors du corps physique.

La volubilité du liseron : Le liseron des haies est une plante volubile, et « volubile » est un des plus beaux mots de la langue française, particulièrement dans son acception botanique : une plante volubile est une plante qui s'élève en s'enroulant. Vivre la volubilité est un rêve, à l'instar de l'arborescence ou du vol. Mais encore faudrait-il avoir un corps de serpent pour en ressentir toutes les voluptés ! L'enlacement en est un piètre succédané et la volubilité de la langue une sublimation. La qualité de volubilité du liseron des haies est également inscrite dans son nom de famille : Convolvulacées, et dans son ancien nom de genre : Convolvulus (du latin « convolvere » : s'enrouler). Eu égard aux deux bractées florales recouvrant son calice, le liseron des haies se nomme désormais Calystegia sepium (L.) R. Br. Le mot « liseron », quant à lui, est un dérivé de lis (ou lys), sûrement par analogie à la blancheur et à la forme des lis blancs, symboles de la pureté. Le liseron des haies, joliment appelé « Grande-Vrillée » ou « Manchette-de-la-Vierge », s'enroule de gauche à droite et développe ainsi une volubilité dextre (du latin « dexter » : qui est à droite, racine qui donna aussi « dextérité »). A l'inverse, le houblon, qui s'enroule de droite à gauche, est qualifié de plante volubile senestre (du latin « sinister » : qui est à gauche, et dont est issu le mot « sinistre ! »). Dieu soit loué pour les gauchers... les mentalités ont changé ! En juillet et en août, les haies de l'Indre sont tout enguirlandées des grosses fleurs blanches en entonnoir du Grand-liseron. Le petit liseron des champs, lui, à stigmates filiformes et à calice nu, pudibond... préfère courir les champs.

Contact Richard Bernaer

Pour compléter cet article : la symbolique de la spirale.

*

*

Plante lunaire :

« La fleur du Grand Liseron, écrit R. Frederick dans son livre L'Influence de la Lune sur les cultures, qui est très sensible, se ferme à la moindre averse, demeure ouverte au rayonnement lunaire. Il oriente parfois sa fleur en entonnoir pour que la lumière de la lune baigne parfaitement le fond des corolles. La floraison s'en trouve prolongée. »


Le liseron et l'effet Kervran :

L'effet Kervran ou autrement dit la transmutation ou fusion froide est observée partout dans la nature : Lorsqu'une terre est fortement carencée, elle va favoriser la pousse de certaines plantes qui vont transmuter les élément présents en éléments nécessaires pour un rééquilibrage de celle-ci. Les « mauvaises herbes » signalent ainsi par leur présence une ou des carences minérales et métalliques d’éléments de la terre de culture. Ce processus d’équilibre fonctionnerait par l’apport des éléments chimiques de la plante sous la forme d’humus. Cette restitution à la terre étant trop longue (une année), on peut alors la remplacer immédiatement par une formule très rapprochée de celle de la plante et cela donne d’étonnants résultats : mauvaises herbe qui repousse plus après le désherbage et rendement considérablement augmenté pour la culture suivante qui est exempte de maladies et de parasites. L’apparition des liserons : particulièrement difficiles à faire disparaître. L’analyse chimique du liseron permet de découvrir une énorme teneur en bore, donc une carence du terrain en bore. Le liseron synthétiserait le bore à partir d’autres éléments encore en abondance dans le terrain et l’apporterait en fumure à ce même terrain une fois composté. Il suffira pour s’en débarrasser de procéder à un arrosage ou à un épandage sur le terrain, après l’avoir labouré ou désherbé grossièrement, d’une solution d’acide borique.

Quant'EAUm

*

*




Symbolisme :

A lire : page très intéressante sur la symbolique du liseron en Égypte ancienne.

D'après cette autre page :

"[En langage des fleurs], symbole de passivité, le liseron rose promet : « je m'attacherai à vous » et le bleu prend patience : « j'attendrai des jours plus favorables ». Il se lamente parfois : « pourquoi me faire souffrir ? ». Belle-de-jour en raison de sa beauté éphémère, cette fleur est une femme qui se refuse encore, non sans coquetterie. Mais à l'occasion, elle fait preuve de caractère : « vos assiduités m'importunent ! ».

Selon Éloïse Mozzani, auteure du Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont, S.A.S., 1995 et 2019) :


"Jadis, dit la légende, la fleur du liseron des champs était entièrement blanche jusqu'au jour où la Vierge et son fils, égarés dans une région où ne poussaient que ces plantes, cherchèrent à se désaltérer : « Vint à passer un roulier avec une voiture chargée de vin. La Sainte Vierge demanda à en boire un peu, ce à quoi le roulier consentit mais en demandant dans quelle coupe elle pourrait boire. Marie prit un liseron blanc et y but à longs traits. L'Enfant Jésus fit de même. C'est depuis ce temps que le liseron des champs a sa couleur teintée de rose. » Il est également surnommé « couronne de Notre-Dame » du fait d'une croyance selon laquelle ses tiges auraient servi à tresser la première couronne de la Vierge. Le liseron des haies, quant à lui, prit le nom de « chemise de Notre-Dame » car Dieu utilisa la corolle de ses fleurs pour coudre la chemise que portait Marie en descendant du ciel sur la terre, ou encore de « manchettes de Notre-Dame » (ou de la Vierge) à cause « de la forme campanulée de ses belles grandes fleurs dans lesquelles le peuple a vu l'image des manchettes de la Sainte Vierge. On ne s'étonnera guère que, placé sous de tels auspices, le liseron soit le symbole de l'humilité. Mêlées au duvet d'un oreiller, ses graines protègent des cauchemars et facilitent « le passage à la conscience des rêves de bonheur, d'évolution (manifestation des forces positives ; images, souvent magnifiques, qui sont l'expression de la partie divine de l'être humain). Ces rêves positifs sont fortement chargés en énergies bénéfiques, même pour un sujet qui n'en comprend pas le sens caché. Mais leurs effets sur le psychisme sont beaucoup plus intenses et beaucoup plus immédiats quand le rêveur sait décoder le message symbolique que véhiculent de tels rêves. Les principes actifs de la graine de liseron facilitent ce décodage. » Retournez des trompettes de liseron au pied d'un arbre, vous aurez de la pluie, affirment les Américains.

*

*




Astrologie :

Selon Pierre Manoury dans Les plantes sorcières, Traité de phytothérapie traditionnelle, le liseron est une plante dominée par Mercure et qui subit l'influence secondaire de Vénus.

*

*




Spagyrie :


*




Mythes et Légendes :

Le liseron évoque la légende grecque d'une fille qui reçut dans le cœur une flèche au lieu de l'oiseau qui lui apportait des nouvelles de son amant, et que les dieux apitoyés changèrent en fleur. C'est bien connu, tout le monde rêve, et plusieurs heures par nuit. Mais voilà : certains ne s'en souviennent pas ; d'autres accumulent d'affreux cauchemars. Des graines de liseron arrangeront bientôt cela ! Mêlez-en donc au duvet de cet oreiller, puis secouez-le bien afin de répartir les graines (chaque soir, vous retournerez votre oreiller et lui prodiguerez quelques claques). Ces liserons vous protègent désormais des mauvais rêves (en Chine, les belles-de-jour écartent tout souci). Quant aux autres songes, notez-les dès le réveil : les graines vous faciliteront cet effort et vous serez surpris de constater au bout de quelques semaines que vous vous rappelez maintenant très bien de vos rêves, voire que vous vous amusez à les décrypter à l'aide de votre fertile imagination !

http://www.chantony.fr/langage_des_fleurs/liseron.htm


Une jeune fille et son amant avaient un oiseau comme messager. La jeune fille reçut dans le cœur une flèche destinée à l’oiseau. Vénus que l’amour des jeunes gens attendrissait, changeât la jeune fille en liseron et le jeune homme, qui ne pouvait survivre à son amour, en crocus

La Vierge, un jour, se promenait avec son divin Fils.

A travers champs et bois ils allaient, devisant. L'heure passant, la Vierge voulut revenir,mais hélas !à travers l'entrelacs des chemins elle se perdit. Était-ce par ce champs parsemé de chardons qu'il fallait revenir, ou fallait-il passer à travers cette plaine brûlante ? - J'ai soif, dit doucement l'enfant Jésus. Alors, venant d'un chemin creux, apparut un Samaritain. La Vierge Marie se hâta vers lui pour lui demander sa route. Du doigt, l'homme indiqua le plus court chemin. - J'ai soif, redit la petite voix divine. Lors, le bon Samaritain offrit une outre pleine de vin. Mais dans quoi le verser ? Trottinant, l'enfant s'en fut cueillir aux bords de la haie deux liserons immaculés que l'homme emplit jusqu'aux bords. Depuis les liserons sont teintés de rose, gardant ainsi la trace du vin qui désaltéra le couple divin.

Version plus étoffée.

*

*




Littérature :


Le Liseron de François Coppée.

"[...] L'écriture : pour certains la distraction horrible. Pour nous, le liseron de sang prisé à même le rocher, liseron élevé au-dessus d'une vie enfin jointe, liseron non invoqué en preuve.

La parole écrite s'installe dans l'avènement des jours comptés, sur une ardoise du hasard. Elle ne témoigne pas avant le poudrement, mais répond. Entre deux vapeurs humidifiantes."


René Char, Chants de la Balandrane, 1977.

*

*

Voir aussi : Belle-de-Jour