Blog

  • Anne

La Belle-de-Jour


Étymologie :

  • BELLE-DE-JOUR, subst. fém.

BOT. Nom vulgaire du convolvulus, dont les fleurs se referment le soir ou à l'humidité de l'air (cf. Chass. 1970). Synon. liseron tricolore, liset bleu :

Ce petit jardin, avec ses bordures de belles-de-jour et de corbeilles-d'argent, ses reines-marguerites qui semblent faites avec de la laine tricotée, c'est là que je voudrais vivre ! Claudel, L'Ours et la lune, 1919, 2, p. 603.

1re attest. 1762 (Ac.) ; composé de belle fém. de beau*, de* et jour*. − [bεldə ʒu:ʀ]. Au plur. des belles-de-jour. Ac. 1798 enregistre belle-de-jour ou hémérocale. − Fréq. abs. littér. : 4.

BBG. − Colonna (P.). Au jardin des plantes. Vie Lang 1952, p. 372.

  • HÉMÉROCALLE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1573 hemerocallis (Commentaires de Matthiolus sur Dioscoride, traduits par A. du Pinet, Lyon, p. 332 b) ; 1628 plur. hemerocalles (Malherbe, Poésies, éd. J. Lavaud, CXXVI, t. 2, p. 288, 34). Empr. au lat. hemerocalles de même sens, transcription du gr. η ̔ μ ε ρ ο κ α λ λ ε ́ ς; v. aussi André Bot.


Lire aussi les définitions de Belle-de-Jour et Hémérocalle.


Autres noms : Convolvus tricolor.

*

*




Symbolisme :


Se reporter également à la fiche sur le liseron.

D'après le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"L'hémérocalle, ou Belle-de-jour, est un symbole de beauté fugitive, en raison tout à la fois de la splendeur et de la faible durée de sa floraison. En Chine, sous le nom de huan, elle a la propriété de chasser les soucis."

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Ipomée ou Belle-de-Jour : Vous sentez le besoin de vous libérer de certaines habitudes, de certains médicaments de drogues, de somnifères ou de certains anxiolytiques par exemple ; ou encore de laxatifs. Vous avez un mode de vie déséquilibré, artificiel. vous aspirez à tout remettre en cause afin de reprendre des habitudes plus saines et plus proches de la nature. Vous décidez d'arrêter le café, la cigarette, l'alcool. Cette démarche n'est pas évidente car vous êtes devenu tellement dépendant. Vous ne voulez plus de béquille, de prothèse, de faux-fuyant. Vous décidez d'être sincère avec vous-même. Ipomée peut vous aider.

Cette plante de la famille des Convolvulacée est une liane à l'origine. Elle est devenue de plus en plus populaire au fur et à mesure que l'homme a commencé à s'auto-détruire inconsciemment. Comme son nom de famille l'indique cette plante agit sur votre élément air (élémentaire Mister Watson). Il se dégage déjà une forte vitalité dans sa racine qui fouille le sol en serpentant pour prélever les meilleurs sels minéraux. On comprend ici déjà que son élixir agit sur tout ce qui serpente dans le corps de l'homme et particulièrement sur les intestins et les dendrytes du cerveau.

Sitôt que sa pousse sort de terre, elle enlace étroitement de ses volutes, les autres végétaux comme si elle manquait de vigueur pour monter verticalement (encore un effet air). Cela vient aussi du fait qu'elle a transposé ses pouvoirs de fructification dans la région-racine : elle produit des tubercules comme les patates riches en amidon, grosses comme le poing. Pourtant il lui reste encore un peu de force pour produire à la surface une tige serpentiforme où se suspendent des feuilles en forme de coeur souvent dirigées vers le bas, ainsi que des fleurs qui ont la vie brève mai qui sont vite reproduites. Ainsi la forte vitalité de la racine se propage à travers toute cette plante volubile et atteint la région fleur. Cette facilité de communication entre ces deux pôles explique partiellement la bonne coordination entre le système nerveux central de l'homme et ses systèmes métabolique et rythmique.

Mais ce n'est pas tout pour expliquer les grandes vertus de la fleur. La clé de son action thérapeutique est son processus-mercure. Comme ce processus mercuriel s'allie parfaitement avec le soufre (voir les explication à mercure alchimique), la fleur transmet à traves l'élixir des forces au Moi et en échange, ce dernier fait cadeau à l'âme d'un emplâtre capable de cicatriser toutes ses plaies. L'association soufre-mercure produit des sulfures qui sont de puissants catalyseurs pouvant réaliser n'importe quelle synthèse chimique. Cette dernière favorise notamment les échanges liquidiens quand il y a stagnation au niveau des liquides cérébraux, de la vésicule biliaire, des articulations, des bronches, des reins, du système lymphatique, des intestins (quand la pression osmotique est insuffisante entre autre chose).

ici, on conseillera l'élixir d'Ipomée contre la viscosité mentale des rentiers, l'autisme, les otites, les oreillons, les bouchons de cérumen, les hépatites, les congestions de la vésicule biliaire, les rhumatismes articulaires dus à la stagnation des liquides organiques, la maladie de Paget, la diapédèse leucocytaire, toutes les atteintes de la lymphe, les adénites comprises.

L'effet mercure peut être rapproché des processus organiques s'accomplissant de part et d'autre du diaphragme. Comme l'on sait qu'il réalise parfaitement la synthèse entre les éléments air et eau, il cordonne l'axe poumon-gros intestin bien connu des acupuncteurs. L'air représente l'Homme-Poumon et l'eau représente l'Homme6Gros intestin. La mobilité constante des villosités intestinales, comparables à des gouttes d'eau, et la fluidité du milieu intestinal justifient ben cette façon de voir. En astrologie, cet axe représente l'axe très mercurien des signes des Gémeaux (le poumon) et de la Vierge (région anatomique de la Vierge). Ainsi l'élixir d'Ipomée va réaliser un soulagement ente ces deux organes souvent sous-tension. On l'indiquera ici pour la bronchite, le terrain tuberculinique, la colite, l'entérite, les cancers du poumon ou du colon. A ce sujet appelons que cancer en latin signifie carcer, incarcération, prison. Un autre élixir est peut-être nécessaire pour faire comprend à l'Homme-Poumon les raisons de l'immobilité de sa cage (thoracique) afin de sortir de la prison qu'il s'est construite inconsciemment. Cette thérapeutique mercurielle peut être aussi très profitable à l'enfant qui se situe ente 7 et 14 ans ; surtout si ce dernier tend à jouer trop longtemps avec les consoles des jeux électroniques. la construction de son mental nécessite plus de distraction.

On conseillera encore cet élixir comme tonique pour le système nerveux et notamment pour le système sympathique qu'il délivre des opiacés et autres dopants, contre l'insomnie, les grincements de dents, els colères, les excès de bavardages, les états nocturnes agités, les sautes d'humeur (Uranus à l'ascendant).


Mots-clés : i (comme celui qui se tient droit comme l'homme) et pomée comme celui qui ne doit pas se paumer dans des complications mentales et destructives par toutes sortes de stimulants.


Belle-de-Jour : cette belle âme qi respire le naturel, visible à traves tous les pores de sa peau, son plus beau manteau et son plus beau symbole de sociabilité.

*

*




Littérature :


Roman de Joseph Kessel, Belle-de-Jour, paru en 1928 et porté à l'écran par Luis Bunuel sous le même titre en 1967 et qui obtient le Lion d'or de Venise.

Dans le roman de Philippe Claudel, les Âmes grises (2003), dans lequel l'onomastique est loin d'être anodine, la victime est appelée Belle-de-Jour mais d'autres femmes portent des noms de fleurs :


Belle-de-Jour

  • p. 15 : « à l'époque, les trois filles Bourrache étaient des petits lys, mais avec une pointe de sang pur ; Aline et Rose // Belle

  • p. 163 : « … celles qui resplendissent de l'aube au crépuscule, épanouissant leurs corolles fines de liseron rose ou parme, et qui la nuit venue se ferment brutalement, comme si une main violente avait serré leurs pétales de velours, à les étouffer. […] Je l'ai arrêté d'un geste quand il s'apprêtait à dire à haute voix, dans la chambre obscure, le nom de cette fleur. Je ne voulais pas entendre ce nom. Je le savais trop. Il tapait dans la tête depuis deux jours, et tapait, et tapait. Le visage de la petite est revenu à moi, comme une gifle. »

  • p. 164 : "Par la suite, pendant des années, j'ai essayé de faire fleurir des belles-de-jour dans notre petit jardin. Je n'y suis jamais parvenu. Les graines restaient dans la terre, y pourrissaient avec obstination, refusaient de monter vers le ciel, de sortir de la sombre masse humide et collante. Seuls les chiendents et les chardons prospéraient, envahissant tout, s'élançant à des hauteurs invraisemblables, noyant de leurs corolles dangereuses les quelques mètres carrés. J'ai fini par les laisser gagner."

Clélis (femme de Destinat p. 45) :

  • p. 31 : « Elle se prénommait Clélis. Ce n'est pas banal, et c'est très joliment gravé dans le marbre rose de sa tombe. »

  • p. 239 : « Clélis de Vincey »

  • référence sonore au lys (lien avec Belle-de-Jour et Lysia) : p. 34 « Je crois qu'il l'aimait sa jeune fleur de serre chaude. »

  • référence littéraire à Clélie, roman précieux du XVIIe siècle, écrit par Madeleine de Scudéry = référence à un personnage raffiné, d'un autre siècle et à une histoire d'amour courtoise (cf la Carte du Tendre). « Clélie offre une représentation romanesque de la société précieuse et galante, dépeignant ses idéaux mondains, mais également « sa conception de l'art de vivre en société et de l'art d'aimer. » (Dictionnaire Mondial des Littératures) //

  • p. 45 : « Elle portait les habits d'un temps léger qui n'était plus. Au fil des ans, sa pâleur avait disparu et les vernis passés coloraient désormais ses joues d'une rose tiédeur. »

  • p. 240 : « C'était une morte d'un autre temps. Son habit, sa coiffure, son air, sa pose faisaient d'elle comme une pièce somptueuse et friable d'un musée perdu. »

Lysia

  • p. 53 « Elle avait un prénom, on le sut plus tard, dans lequel sommeillait une fleur, Lysia, et ce prénom lui seyait comme une tenue de bal. … Elle s'appelait de son nom de famille Verhareine. »

*

*

Voir aussi Liseron ; Gloire du matin ; Belle-de-nuit

233 vues

Posts récents

Voir tout