Blog

  • Anne

Multicolore



Étymologie :

  • MULTICOLORE, adj.

Étymol. et Hist. 1512 (J. Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, I, 24, éd. J. Stecher, I, p. 166). Empr. au lat. multicolor « qui a beaucoup de couleurs ».


Lire également la définition de l'adjectif multicolore afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme onirique :


Selon Georges Romey, auteur du Dictionnaire de la Symbolique, le vocabulaire fondamental des rêves, Tome 1 : couleurs, minéraux, métaux, végétaux, animaux (Albin Michel, 1995),


"Une approche naïve de la symbolique induirait la supposition que, dans l'imaginaire, l'expression toutes les couleurs se rapporte en priorité à l'arc-en-ciel. Au fil de nombreux rêves le chercheur rencontrera effectivement parfois la multicoloration liée à l'arc-en-ciel, quelquefois aussi au perroquet. Dans l'article relatif à chacun de ces deux symboles, nous montrons, cependant, que les couleurs ne constituent pas l'axe dominant de leurs interprétations.

En ce qui concerne l'arc-en-ciel, une caractéristique précise le sépare radicalement de ce nous allons appeler la profusion colorée. Un arc-en-ciel expose un spectre de couleurs rangées dans un ordre immuable, organisées dans un arc de cercle né de la rencontre de l'eau et de la lumière solaire. La profusion colorée, dans le rêve, c'est-à-dire dans l'inconscient, veut la dispersion, le foisonnement, la décoordination des couleurs.

Ce n'est pas dans un ciel que le rêve choisir de répandre ainsi les couleurs mais dans la profondeur. Le trésor multicoloré jette ses feux au profond d'une grotte sous-marine ou dans la caverne cachée dans la terre. Parfois, la multicoloration est illustrée par un champ de fleurs ou par un banc de poissons. Ce n'est plus la lumière solaire qui est décomposée mais une lumière intérieure, à l'origine insituable. L'imaginaire veut des supports qui servent la notion de profusion désordonnée. Les couleurs de l'arc-en-ciel offrent une voie. Elle sont le signe de l'alliance continue entre le monde et son principe créateur. Les couleurs du trésor sont une révélation instantanée, l'exposition soudaine et simultanée de toutes les potentialités d'une âme qui se découvre en fulgurance. Le trésor des valeurs inconsciente prend souvent l'apparence des pierres précieuses mais le patient est prompt à reconnaître que le prix de celles-là ne s'évalue qu'à l'étalon des signes ! La fascination qu'exerce l'abondance des couleurs ne relève pas de la possession des richesses matérielles.

La rêverie ambitieuse ou narcissique peut s'attarder dans al contemplation d'un trésor possédé. Le rêve éveillé, lui, agent d'évolution, exprime par toutes les couleurs une liberté d'être, de ressentir, qui ne veut être soumise à nul ordonnancement. Le temps de la multicoloration n'est pas le temps d'un choix, c'est celui de la révélation, de la découverte des potentialités. C'est le temps d'une ouverture multidirectionnelle. Bien des fois, au fil de l'imaginaire, le rêveur accompagnera l'expression toutes les couleurs par celle de tous les sens. Une psychologie qui se déploie dans la profusion colorée se veut libre d'investir toutes les directions de l'espace, et même de créer "tous les êtres, même ceux qui n'existent pas sur la terre "!

Chaque couleur, lorsqu'elle apparaît isolément, qu'il s'agisse du bleu, du rouge, du jaune ou de tout autre, confère à la scène qui l'accueille une tonalité psychologique puissante et précisément orientée. Lorsque les pierreries mélangées éclatent au regard intérieur du patient, c'est toutes les nuances de la palette d'un dieu qui croisent leurs rayons comme au premier matin de la création.

Les joyaux colorés sont présents sur la roue du paon. Pourtant cette image est assez peu utilisée par l'imaginaire. La vision la plus fréquente est celle d'une grotte, sous-marine ou souterraine, dont les parois renvoient les mille feux des pierres précieuses qui y sont incrustées. Il faut accepter de descendre sous les eaux ou sous la terre pour atteindre, au centre de la psyché, le trésor intérieur, étincelant de toutes les couleur. Lorsqu'elle intervient dans un scénario, l'expression toutes les couleurs et un indice d'animation psychologiques. Cela peut se produire dès les premières séances de la cure. La multicoloration est un signe de vie, de résurrection, de création. Le rêveur, tout à coup, renoue avec ces forces créatives qui l'animaient aux premiers temps de son existence. Au gré des expériences enfantines bien des lumières s'étaient éteintes, bien des jeunes pousses avaient été privées de sève et s'étaient figées en apparence de bois mort. L'engagement dans la cure, à travers les chemins d'images, a réveillé ces élans en sommeil. La vie revient en force dans des zones jusqu'alors inaccessibles de l'enchevêtrement neuronique. Une première séquence, composée par des extraits du neuvième scénario d'Edouard, mettra ces notions en situation :

"... là, je plonge, sans regarder l'eau... je pénètre dan l'eau... je m'enfonce dans l'eau... j'ouvre les yeux... l'eau est parfaitement claire... il y a des poissons autour de moi... je m'enfonce... je m'enfonce... je remonte pour respirer... rassuré par ce premier plongeon, je m'enfonce à nouveau, très très très profondément je traverse de des bancs de poissons aux couleurs très vives... je continue à m'enfoncer... me voici très loin au fond de la mer... je me sens dans mon élément... je m'assieds un peu pour me reposer... puis... je creuse... je fais un trou dans le fond de la mer et je m'y enfonce... avec l'eau... je viens de pénétrer dans une carrière peuplée d'arbres morts... comme de vieux vestiges... c'est comme si cela avait été habité autrefois... et, à mesure que l'eau pénètre, les arbres commencent à se garnir de feuilles de toutes les couleurs... et il y en a de toutes les espèces... et le paysage qui était morne, triste, sinistre, est à nouveau en vie et splendide... des animaux courent de branche en branche : des écureuils, des singes et des oiseaux... et maintenant, il y a toutes sortes d'animaux qui s'arrangent bien entre eux... et toutes les saisons défilent et se succèdent... il y a un ciel magnifique, j'entends de la musique : l'"Hymne à la joie de Beethoven... et maintenant, il y a plein de gens, hommes, femmes, enfants, habillés de toutes les couleurs, de couleurs vives, bleues, rouges, orange... et le soleil fait scintiller toux ces vêtements de couleurs... de toutes les couleurs... tout tes devenu simple sur la terre..."

Beaucoup de rêveurs et de rêveuses associent spontanément dans leur scénario une symphonie de couleurs à la symphonie musicale, à l'harmonie d'un gestuelle libérée des contraintes physiques ainsi qu'au foisonnement créatif d'un monde en formation. L'écureuil, les petits singes et les oiseaux d'Edouard sont des indices qui apparaissent lorsque la disparition de quelques inhibitions majeures vient de restituer à l'influx nerveux l'accès à des régions neuroniques depuis longtemps impénétrables. Nous résumons en quelques passages un long rêve de Sarah, produit au cours de la vingtième séance de sa cure :

"... Impression d'un village très ancien, vieilles bâtisses avec des enseignes d'artisans... ça doit^être a Moyen Âge... je vois des personnes vêtues de longues robes et de coiffes souples... je vois beaucoup de couleurs, du vert, du bleu, un bleu très particulier... du rouge, du jaune... [...] Une bibliothèque avec de gros livres reliés en cuir... des gens qui y travaillent dans le silence... une prote s'ouvre sur une église... je vais m'agenouiller au centre... c'est un endroit d'où i peut capter le ciel... je capte tout, comme si j'étais branchée, liée au divin... impression que la Source est là.... maintenant, il y a plein de monde qui prie... là, je sens un ralentissement cardiaque, comme si je faisais une descente, comme si j'étais capable de descendre sous le sol... je descends, profondément... je me trouve sous la terre, dans une grotte... où il y a un petit lac... qui est plein de lumière... comme si des pierres précieuses de toutes les couleurs jetaient de la lumière, du vert, du rouge, du bleu... cette grotte est comme un ventre... un ventre de joyaux... j'ai le contact avec la terre, c'est humide... je prends une galerie... je traverse d'autres grottes plus petites... chaque grotte a sa lumière propre : un vert d'eau très lumineux, un rouge très vif, un orangé, une lumière bleue... un très beau bleu profond... je pense "outre-mère", puis un jaune assez vif... [...] Je suis sortie au jour : c'est à la fois un lieu antique et futuriste... les maisons sont dans une matière comme du cristal... c'est un lieu du futur sur la terre... ce qui frappe, c'est le silence... et la liberté... comme si chacun avait la possibilité d'aller partout sur sa simple initiative... c'est libre ! Tout à coup, j'ai l'impression d'être dans un prisme qui s'ouvre dans toutes les directions, à la fois translucide et diffusant toutes les couleurs, comme des cristaux... [...] Maintenant, je vos une jeune femme vêtue de blanc, aux longs cheveux souples... je pense à la Vierge marie, jeune et sa tunique blanche prend aussi toutes les couleurs... mais là, des couleurs très douces... et qui rentrent à l'intérieur de moi... c'est une très belle image... mon corps sort du cristal... il peut aller partout, prendre n'importe quelle forme... ça bouge, c'est vivant... y a de la musique, de la danse, je suis bien dans ma peau..."

Ces derniers mots rappellent l'une des définitions que proposait C. G. Rogers de ce qu'il nommait la good life, c'est-à-dire le fait d'être bien dans sa peau. "C'est, disait-il, l'état de la personne capable de se mouvoir, psychologiquement, dans toutes les directions..."

Ce qui frappe, au cours de l'étude de ces rêves, c'est la ressemblance de leurs structures. La plupart des scénarios pris en référence présentent plusieurs séquences, parfois très longues, pendant lesquelles l'imaginaire ne semble pas avoir d'autre but que de permettre au patient de vivre l'expérience de la liberté d'être. Rêveurs et rêveuses se laissent descendre profondément sous l'eau ou sous la terre pour y découvrir le trésor minéral qui irradie toutes les couleurs. Quel que soit l'habillage, naturellement personnalisé, dont la scène est revêtue, elle est toujours de l'ordre de l'expérience vivante. Il serait vain de s'attarder au déchiffrage minutieux de chaque image composant ces visions. Celles-là sont à considérer dan leur globalité, pour ce qu'elles expriment : la réalisation d'une connexion avec ce que le centre de la psyché recèle de plus fécond.

Pourtant, presque tous ces rêves s'achèvent par une séquence qui renvoie le patient à l'un des aspects particuliers de sa problématique. L'observation révèle un vaste champ de possibilités, allant de la résolution d'angoisses métaphysiques à l'expression de séquelles des conflits œdipiens. On note cependant une fréquence à dominante des évocations des rapports avec les collatéraux. La multicoloration renvoyant le rêveur à son âme d'enfant, il n'est pas surprenant de constater l'émergence des rivalités vis-à-vis des frères et sœurs, compétitions qui ont eu de lourdes influences sur le développement de la personnalité. La grotte-ventre de Sarah oblige à considérer l’hypothèse où la profusion colorée serait un souvenir d'expériences plus anciennes encore et datant du séjour dans le ventre maternel. Des excitations chimiques ou mécaniques du nerf optique auraient provoqué une première perception de la multicoloration.

La Vierge de Sarah, vêtue "d'une simple tunique blanche qui prend aussi toutes les couleurs", alors que la rêveuse se voyait précédemment dans un prisme d'où sortait les couleurs, se rapporte à l'unité et à la décomposition de l'être. Les scénarios soumis à l'étude font aussi apparaître une association nette entre le cheval blanc ailé et la multicoloration. La Vierge en blanc, le cheval blanc ailé, symbolisent l'idéalisation, la sublimation, la poétique et l'élévation.

*

Les pierres précieuses, on l'a vu, diffusent leurs rayons de lumière multicolores au sein de la terre ou des eaux. Ainsi, toutes les couleurs représentent une base de précieuses potentialités, non pas décomposées mais disponibles, offertes à la composition. La lumière intense et fugitive du trésor aux multiples couleurs relie le patient à des ressources oubliées. Un instant aura suffi pour qu'il renoue avec des énergies inépuisables. Le praticien averti verra dans cette expérience l'annonce de vastes restructurations de la psyché. Il lui suffira souvent de porter son attention sur la dernière séquence du rêve pour y lire l'aspect de la problématique le plus immédiatement exposé à l'évolution.

*

*


57 vues

Posts récents

Voir tout