Blog

  • Anne

Le Chêne



Étymologie :

  • CHÊNE, subst. masc.

Étymol. et Hist. Fin xie s. judéo-fr. chasne, chaisne, chesne (Raschi Blondh., § 199 et 607) ; 1160 chasne (Enéas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 1921) ; ca 1170 chaidne (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 18) ; 1177-88 chaisne, chesne (Chr. de Troyes, Perceval, éd. W. Roach, 6528-6529) ; ca 1225 désigne le bois tiré de cet arbre chainne (G. de Coinci, éd. V. F. Koenig, I Mir. 11, 1466) ; 1600 chesne-vert (O. de Serres, 794 et 795 ds Littré). L'a. fr. chasne est issu de *cassanus attesté sous la forme casnus (866 ds Nierm. ; v. aussi Du Cange t. 2, p. 203c) prob. d'orig. gaul. (REW3, n°1740) ou pré-gaul. (v. FEW t. 2, p. 461b). D'apr. Ascoli ds Archivio glottologico italiano, t. 11, pp. 425-427 *cassanus serait le représentant gaul. du gr. κ α ́ σ τ α ν ο ς (châtaigne*), v. aussi Hubschmid fasc. 2, p. 104. Les formes chaisne, chesne sont plus prob. issues d'un croisement avec fraisne, frêne (v. G. Tuaillon cf. bbg.) que d'un type *caxinu (Fouché, p. 816 ; v. aussi Cor., s.v. quejigo) ; chêne-vert est composé de chêne et de vert*.

  • GLAND, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. Av. 1105 judéo-fr. glant (Gl. de Raschi, 548, p. 76 ds T.-L.) ; ca 1165 la glant ici, valeur coll. (G. d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 430) ; 2. 1538 anat. (J. Canappe, 14e Livre de la Méthode thérapeutique de Galien ds Fr. mod. t. 18, p. 271) ; 3. arg. 1901 (d'apr. Esn.). Du lat. glans, glandis, fém. « gland de chêne » et p. anal. terme d'anatomie.

Lire aussi la définition de chêne et de gland pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Quercus robur ; Arbré ; Cassé ; Châgne ; Chassaing ; Chôssi ; Glandier ; Gorric ; Kêne ; Raouré ; Robre ; Roubé ; Roure ; Tann ; Tsâgno.

*

*




Botanique :


Dans Les Langages secrets de la nature (Éditions Fayard, 1996), Jean-Marie Pelt évoque les différents modes de communication chez les animaux et chez les plantes et s'interroge plus particulièrement sur l'influence des plantes sur les humains :

En vérité, il est bien des manières d'aimer les arbres. Saint Bernard disait avoir plus appris d'eux que des livres. Quant à Lucrèce, il pensait que la musique de la flûte avait pris naissance dans les bois profonds. François Mauriac, lui, embrassait les chênes de son parc, collant son corps à leur écorce et les enserrant dans ses bras. Il renouait ainsi avec la primauté du chêne, que l'Antiquité gréco-romaine considérait comme oraculaire : en regardant le vent faire trembler ses feuilles, on pouvait connaître le dessein des dieux. Et bienheureux les mortels, empereurs ou généraux victorieux, que l'on couronnait de chêne ! C'était reconnaître leur quasi-divinité D'ailleurs, les généraux français portent encore sur le képi de leur tenue d'apparat une couronne de feuilles de chêne.

 







*




Usages traditionnels :


Selon Alfred Chabert, auteur de Plantes médicinales et plantes comestibles de Savoie (1897, Réédition Curandera, 1986) :


Les teintures végétales ne pouvant supporter la concurrence des teintures chimiques dont le prix est bien moindre, les plantes tinctoriales ont cessé d'être cultivées, et on en récolte plus guère celles qui croissent dans nos vallées et sur nos montagnes. Je me souviens d'avoir vu dans mon enfance arracher, pour la teinture, l'épine-vinette et l'Asperula cynanchica ; aujourd'hui personne n'y songe. L'énumération que je fais des plantes tinctoriales spontanées en Savoie n'a donc qu'un intérêt historique.

Teinture noire : [...] galles de feuilles de chêne, Quercus robur et pedonculata.




Fleurs de Bach :

D'après Les Douze "Guérisseurs" et autres remèdes (1ère édition 1941, traduction française Centre Bach 2011) du Dr Edward Bach :


La fleur de chêne est préparée "Pour ceux qui luttent et se battent avec force pour se rétablir ou faire face aux choses du quotidien. Ils continueront d’essayer une chose après l’autre, même si leur cas peut paraître désespéré. Ils continueront à se battre. Ils sont mécontents d’eux-mêmes si la maladie les empêche de faire leur devoir ou d’aider les autres. Ce sont des gens courageux, qui se battent contre de grandes difficultés, sans perdre espoir et sans diminuer leurs efforts."

*

*

Selon Mechthild Scheffer, auteure du coffret de cartes Les Fleurs du Dr Bach, le chemin de l'harmonie psychique (1997, traduction française : Médicis-Entrelacs, 2001), la fleur du chêne est "la fleur de l'endurance" qui nous guide dans le processus de transformation "du batailleur par obligation... vers le guerrier pacifique".


Message de la carte :

Quelle est la vérité que je dois mieux comprendre ?

Il est parfaitement juste de remplir ses obligations dans la vie et de tenir les engagements pris envers d'autres. L'engagement suprême consiste cependant à accomplir la décision prise envers son Moi supérieur pour la réalisation de son propre plan de vie. En faisant totalement confiance à son guide intérieur et en développant de manière équilibrée toutes les parties de son être, on sera à même d'accompli ses obligations avec plus de joie et de facilité.

Quelle est la décision qui pourra me reconnecter avec mon Guide intérieur ?

Je prends fondamentalement la décision de coopérer avec mon Moi supérieur et de tenir compte de toutes les impulsions que je ressens intérieurement. l'accomplissement de mes obligations sera don un poids moindre pour moi.

Ces signes me permettent de voir que mon potentiel positif de Oak s'accroît :

J'aurai une conception moins "acharnée" de la vie. Je ne me mettrai plus autant sous pression moi-même. J'organiserai ma vie de manière plus créative.


État d'âme négatif : Découragement et désespoir : On se sent comme un combattant abattu et épuisé, qui continue néanmoins courageusement sans jamais abandonner.

*

*

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Si vous portez de lourdes responsabilités, vous êtes dignes de confiance. Si vous portez des fardeaux très lourds sans vous plaindre. Si vous êtes un travailleur persévérant qui continue malgré les rechutes, gardant toujours espoir ; si votre obstination vous mène à l'épuisement ; si vous acceptez des charges alors que vous avez des difficultés pour assumer ; si vous arrivez à la limite de votre endurance ; si vos problèmes de santé vous rendent mécontents et abattus car ils entravent votre train-train quotidien ; si vous tentez quelque chose d'impossible, voire de désespéré, alors n'hésitez pas à faire appel à l'élixir de Chêne. Pourquoi ?

Car sa croissance est majestueuse et calme. Il lui faut 60 à 80 ans pour produire ses premières fleurs. A cet âge, il est noueux car il a rencontré déjà de nombreuses vicissitudes. Il exprime la lutte dynamique dune vie qui ne jaillit pas facilement en ligne droite. Ses châtons dissimulent sa fleur toute petite, humble et cachée. On remarquera plus facilement toute la gent animalière qui vit de sa substance et de sa structure (on compte parfois 400 espèces d'insectes). Pour se faire autant vampiriser, il manifeste une grandiose vitalité. Mais ne lui faisons aucun reproche, il aime cela.

La mythologie grecque nous apprend que la masse d'Hercule est faite de chêne. Dans de nombreuses traditions, cet arbre symbolise solidité et longévité. Ces qualificatifs lui donnent une signature Saturne-martienne. Chêne et force s'expriment en latin par le même mot : robur qui exprime aussi bien la force morale que physique. C'est auprès d'un chêne qu'Abraham reçoit les révélations de Yahvé. Attirant la foudre, il est l'arbre de la communication entre le ciel et la terre. Dans le Tarot, il correspond au nombre 16. Sitôt de retour de son odyssée, Ulysse vient consulter le feuillage divin du grand chêne de Zeus (14, 327 ; 19, 296). La Toison d'or, gardée par le dragon, était suspendue à un chêne qui avait valeur de temple. Pour les druides le chêne symbolise l'hospitalité et le temple. Saint Louis rend la justice sous un chêne. Il se sent ainsi assuré d'être en conformité avec la justice divine. Fait contradictoire, c'est pourtant lui qui fait campagne pour détruire les mythes païens et les vierges noires qui se trouvaient sur ces lieux druidiques.

Deux éléments prédominent chez le chêne : le calcium et le tanin. Il est une véritable fabrique de calcium (son écorce contient pas moins de 90% d'oxyde de calcium). Un calcium qui est d'autant plus assimilable par la présence du tanin. C'est pourquoi nous conseillerons cet élixir aux femmes enceintes, aux enfants fragiles et dont la croissance ne se déroule pas bien ; dans tous les cas d'hémorragies, de coagulation sanguine, de saignements, d'ulcères, de crachements de sang, de sang dans les urines, de saignements de nez, de diarrhées, de règles surabondantes, d'incontinence d'urine, de varices, d'eczéma. En même temps, cet élixir vous rendra encore plus courageux et plus perspicace devant n'importe quelle épreuve. Vous serez étonné de la solidité de votre système nerveux. Et cela vous le devez à ce merveilleux principe calcique contenu dans la fleur de Chêne.


Mots-clés : chêne avec un ch comme charges... trop lourdes. Robur comme robuste physiquement et psychiquement.

*

*




Histoires d'arbre :

Je vous invite à découvrir les trois épisodes de la série d'Arte qui nous rendent familiers en les individualisant des arbres merveilleux :

*




Croyances populaires :


Paul Sébillot, auteur de Additions aux Coutumes, Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne (Éditeur Lafolye, janv. 1892) relève des traditions liées à la vie humaine :

- Dans l'étang aujourd'hui desséché de Ligouyer, près de Bécherel, il y avait un chêne qui avait poussé à quelque distance du bord sur une petite butte de terre. Les garçons ou les filles qui voulaient se marier dans l'année allaient se frotter contre ce chêne ; pour y arriver, il fallait se mettre dans l'eau, au moins jusqu'aux genoux. [...]


– On voyait autrefois dans les landes entre Dingé et Lanrigan (Ille-et-Vilaine) trois chênes placés en triangle assez près les uns des autres ; pour se guérir de la fièvre, il suffisait de passer entre ces arbres ; l'opération était parfois difficile, l'espace étant très resserré ; il fallait que des personnes secourables tirassent fortement sur celui ou celle qui subissait l'opération.

*

*




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) nous livrent leur vision de cet arbre majestueux :


Automne -Octobre.

LE CHÊNE - HOSPITALITÉ.

Les anciens croyaient que le chêne, né avec la terre, avait offert aux premiers hommes de la nourriture et un abri. Cet arbre, consacré à Jupiter, ombrageait le berceau de ce dieu, lorsqu'il prit naissance en Arcadie, sur le mont Lycée. La couronne de chêne, moins estimée par les Grecs que la couronne d'or, paraissait aux Romains la plus désirable des récompenses. Pour l'obtenir il fallait être citoyen, avoir tué un ennemi, reconquis un champ de bataille, et sauvé la vie à un Romain. Scipion l'Africain refusa la couronne civique, après avoir sauvé son père à la journée de Trebie : il refusa celte couronne, car son action portait en elle-même sa récompense. En Épire, les chènes de Dodone rendaient des oracles ; ceux des Gaules couvraient les mystères des druides. Les Celtes adoraient cet arbre : il était pour eux l'emblème de l'hospitalité, vertu qui leur fut si chère qu'après le titre de brave, celui d'ami et d'étranger était à leurs yeux le plus beau des titres. Les hamadryades , les fées et les génies n'enchantent plus nos sombres forêts ; mais l'aspect d'un chêne majestueux nous remplit encore d'admiration, de respect et de crainte. Plein de jeunesse et de force, lorsqu'il élève sa tête altière, et qu'il étend ses bras immenses, il parait comme un protecteur, comme un roi. Dépouillé de verdure, immobile, frappé de la foudre, il ressemble au vieillard qui a vécu dans les siècles passés, et qui ne prend plus part aux agitations de la vie. Les vents impétueux luttent quelquefois contre ce fier athlète : d'abord il murmure, mais bientôt un bruit sourd, profond, mélancolique, sort de ses robustes rameaux. On écoute, et on croit entendre une voix confuse et mystérieuse, qui explique les vieilles superstitions du monde. En Angleterre, on a vu un seul chêne couvrir de son ombre plus de quatre mille soldats. Dans le même pays, auprès de Shrewsbury, le chêne royal, encore tout verdoyant, rappelle les malheurs de Charles II, fugitif au milieu de son royaume. Ce prince trouva un abri, un sauveur ; mais son père n'en trouva point ... Horrible souvenir qui rappelle, hélas ! que l'Angleterre n'a pas été seule altérée du sang des rois ... Et pourtant on montre encore, à la porte de Paris, dans le bois de Vincennes, la place occupée jadis par le chêne sous lequel saint Louis, semblable à un tendre père, venait s'asseoir pour rendre la justice à son peuple.

*

*

Dans Les Fleurs naturelles : traité sur l'art de composer les couronnes, les parures, les bouquets, etc., de tous genres pour bals et soirées suivi du langage des fleurs (Auto-édition, Paris, 1847) Jules Lachaume établit les correspondances entre les fleurs et les sentiments humains :


Chêne - Hospitalité.

Les premiers hommes se sont abrités sous les vastes rameaux du chêne et se sont nourris de son fruit. Le chêne sert de refuge aux oiseaux et aux bergers pendant l’orage et prête son ombre hospitalière aux danses des villageois dans les jours de fête.

 

Dans son Traité du langage symbolique, emblématique et religieux des Fleurs (Paris, 1855), l'abbé Casimir Magnat propose une version catholique des équivalences symboliques entre plantes et sentiments :


CHÊNE - HOSPITALITÉ.

Ayez une charité persévérante les uns pour les autres , car la charité couvre la muliitude de péchés. Exercez entre vous l'hospitalité sans murmure ; que chacun de vous, selon le don qu'il a reçu, rende service aux autres comme de fidèles dispensateurs des grâces qui prennent toutes les formes de Dieu.

1 Pierre VIII, 10.

Les forêts et les bois ont toujours été et sont encore aujourd'hui le sanctuaire de la végétation. Que de fleurs sur les buisons, que de guirlandes sous les arbustes, que de fleurs et de parfums à leurs pieds ! Le muguet odorant y dérobe ses clochettes d'ivoire et leurs charmantes variétés. Les plantes de la plaine y acquièrent une vie et une fraicheur qu'elles n'avaient pas ; c'est là enfin que la nature ne perd jamais ses droits et que sa voix consolante, mais sincère, se fait tou jours entendre au cœur. Or, ce sont en grande partie les chênes qui formaient ces vastes forêts dont celles qui nous restent ne sont que des portions échappées à la hache de la destruction. C'était sous leur voûte épaisse qu'un peuple superstitieux allait consulter ces oracles si renommés des chênes de Dodone, etc.

DU CHÊNE

Le Chêne est le plus beau comme le plus robuste des habitants de nos forêts ; c'est son image qui s'offre d'abord à la poésie quand elle veut peindre la force qui résiste, comme celle du lion pour exprimer la force qui agit. Son nom latin robur indique cette vigueur qui caractérise le chêne. Le chêne est l'arbre par excellence, le plus grand, le plus vivace et le plus utile, le plus commun et le plus nécessaire des arbres indigènes à l'Europe et à l'Amérique du Nord ; à lui seul il pourrait presque suppléer tous les autres et dans beaucoup d'usages il ne pourrait être remplacé par aucun. On est en droit de dire qu'il chérit la France puisqu'il l'a toujours habitée, qu'il y offre plus que partout ailleurs des tiges plusieurs fois séculaires et d'une grosseur extraordinaire, des cimes majestueuses élancées à plus de 35 mètres de hauteur.

Les deux principales espèces de chêne qui forment le fond de nos plus riches forêts sont le chêne pédonculé et le chêne yeuse ou chêne vert.


Chêne à grappes : Ce chêne est un des plus beaux arbres de nos forêts. Il se fait remarquer par sa haute tige, par ses formes robustes, par sa cime ample et majestueuse ; son tronc est revêtu d'une écorce épaisse raboteuse, brune à l'extérieur et rougeâtre intérieurement. Les Grecs avaient consacré cet arbre au plus puissant des dieux qui en avait agréé l'hommage : quercus jovi ... placuit, dit Phèdre. Ses rameaux tressés en couronne ornaient chez les Romains le front du citoyen distingué par ses vertus civiques, surtout de celui qui avait sauvé la vie d'un patriote. Le chêne ne devait ces honneurs, ce culte de reconnaissance, qu'à sa qualité précieuse. Les hommes ont trouvé de tout temps une ressource assurée contre la disette dans les glands de quelques espèces. On retrouve encore aujourd'hui dans la Grèce et l'Asie-Mineure des chênes à glands doux ; ceux connus sous le nom de ballote se vendent sur les marchés de Bone, de Constantine, d'Alger et de plusieurs autres villes de Barbarie. On mange ces fruits crus ou grillés, comme nos châtaignes dont ils ont presque la saveur ; ils font, pendant une partie de l'année, la nourriture de plusieurs peuplades de Maures et d'Arabes. Ces chênes sont encore dans quelques contrées de l'Espagne et du Portugal, l'objet d'un commerce assez lucratif. Il se fait une grande consommation de leurs glands, et Bosc dit les avoir vu vendre sur le marché de Burgos avec le même débit que la châtaigne en France. Les glands qui ne peuvent servir de nourriture à l'homme sont destinés à l'alimentation de plusieurs animaux domestiques.

[...]

RÉFLEXION.

La cordialité est un effet de la charité et un fruit de l'amour divin uni à celui du prochain. C'est une saillie de ceur par laquelle on fait voir qu'on est bien aise d'être avec son frère, avec un pauvre, avec le prochain.

(Saint Vincent de Paul, Maximes et conseils ).

*

*

Emma Faucon, dans Le Langage des fleurs (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) s'inspire de ses prédécesseurs pour proposer le symbolisme des plantes qu'elle étudie :


Chêne - Hospitalité.

Le chêne était autrefois consacré à Jupiter, dieu des voyageurs. C'est en invoquant le nom redouté du maître des dieux que l'étranger, égaré ou menacé par l'orage, demandait l'hospitalité qui ne lui était jamais refusée. C'est aussi sous l'ombrage épais du chêne que s'abritent une foule d'oiseaux.


Là du plaisir tout a la forme,

L'arbre a des fruits, l'herbe a des fleurs,

On entend dans le chêne énorme

Rire les oiseaux querelleurs.

Et le ciel est plein de lumière,

Et le ciel est plein de zéphyrs.

*

*

Dans son Nouveau Langage des fruits et des fleurs (Benardin-Béchet, Libraire-Éditeur, 1872) Mademoiselle Clémentine Vatteau poursuit la tradition du Sélam :


CHÊNE : Force ; Hospitalité.

Les anciens croyaient que le chêne, né avec la terre, avait offert aux premiers hommes la nourriture et l'abri, aussi fut-il de tout temps en vénération parmi les peuples. Ce qui est vrai, c'est que le chêne produit les glands, dont quelques espèces ont offert de tout temps aux hommes une ressource assurée contre la disette.

Cet arbre est à bon droit l'emblème de l'hospitalité, quel plus agréable ombrage peut observer le voyageur pour se livrer au repos ?

« Ah ! disait un jour Napoléon à Sainte-Hélène, à un de ses compagnons, M. de Las Cases, que ne sommes-nous libres au bord de l'Ohio ou du Mississipi, entourés de nos familles et de quelques amis... Sentez-vous quel plaisir nous aurions a parcourir sans fin et de toute la vitesse de nos chevaux ces vastes forêts d'Amérique. Mais ici, sur ce rocher, c'est à peine s'il y a de quoi faire un temps de galop, je ne puis que tourner dans mon cercle d'enfer. Puis, rentrant au moment où les rayons du soleil tropical brûlaient son front, il se réfugiait sous la tente que lui avait fait dresser sir Malcolm ; mais, sous cette ombre sans charme, un chêne ! un chêne ! s'écriait-il, et il demandait avec passion qu'on lui rendit le feuillage de ce bel arbre de France. » THIERS.

*


D'après le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant :


"Arbre sacré dans de nombreuses traditions, le chêne est investi des privilèges de la divinité suprême du ciel, sans doute parce qu'il attire la foudre et qu'il symbolise la majesté : chêne de Zeus à Dodone, de Jupiter Capitolin à Rome, de Ramowe en Prusse, de Perun chez les Slaves. La massue d'Hercule est de chêne. Il indique particulièrement solidité, puissance, longévité, hauteur, au sens spirituel autant que matériel.


Le chêne est, en tout temps et en tout lieu, synonyme de force : c'est, de toute évidence, l'impression que donne l'arbre à l'âge adulte. D'ailleurs, chêne et force s'expriment en latin par le même mot : robur, qui symbolise aussi bien la force morale que la force physique.

Le chêne est la figure par excellence de l'arbre ou de l'axe du monde, tant chez les Celtes qu'en Grèce, à Dodone. C'est encore le cas chez les Yakoutes sibériens.

On note en outre que, tant à Sichem qu'à Hebron, c'est auprès de chênes qu'Abraham reçut les révélations de Yahvé : le chêne jouait donc, là encore, son rôle axial, qui en faisait l'instrument d'une communication entre le Ciel et la Terre. Dans l'Odyssée, Ulysse vient consulter deux fois, sur son retour, le feuillage divin du grand chêne de Zeus. (14, 327 ; 19, 296). La Toison d'or, gardée par le dragon, était suspendue à un chêne : celui-ci avait valeur de temple.

D'après un passage de Pline l'Ancien, qui s'appuie sur l'analogie du grec (drûs), le nom des druides est en relation étymologique avec le nom du chêne ; d'où la traduction homme de chêne, qui a souvent réussi à s'introduire jusque dans l'érudition moderne. Mais le nom du chêne est différent dans toutes les langues celtiques, y compris le gaulois (dervo). Le rapprochement est symboliquement valable cependant, en ce sens que les druides, étant donné leur qualité sacerdotale, ont droit à la fois à la sagesse et à la force. Le chêne symbolise en effet ces deux valeurs. Adoré par les Celtes, il était aussi pour eux, par son tronc, par ses larges branches, par son feuillage touffu et par son propre symbolisme, l'emblème de l'hospitalité et l'équivalent d'un temple."


A l'entrée "Gland", on peut lire : "se rattache à la symbolique de l’œuf : abondance, prospérité, fécondité. Transposé du plan matériel et au plan spirituel, il figure au bout du cordon rouge qui entoure le chapeau des cardinaux, aux chapiteaux des colonnes, dans les blasons, etc. Émergeant de son enveloppe grenue, il symbolise la naissance, la sortie du sein maternel ; puis, à une seconde phase, lors de l'érection, la manifestation de la virilité ; enfin, par couple, il n'est plus que l'image sexuelle de l'homme. Mais au sens spirituel, comme dans les attributs religieux, il désigne la puissance de l'esprit et la vertu nourrissante de la vérité, cette vérité qui vient de deux sources : la nature et la révélation."

 

Lire aussi le document tiré de http://docplayer.fr/12389896-L-edelweiss-un-symbole.html

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), le Chêne rouvre (Quercus robur) a les caractéristiques suivantes :


On connaît au moins trois cents espèces de Chênes ! Parmi les variétés européennes à feuilles caduques, la plus commune est le Rouvre, si toutefois l'on peut parler d'une espèce : les botanistes regroupent, en effet, sous ce nom deux arbres différents !

Le Chêne noir, dit aussi Chêne à feuilles sessiles (Quercus sessiliflora). Ses feuilles sont brillantes, comme vernies ; les glands paraissent collés aux branches.

Le Chêne mâle, dit aussi Chêne pédonculé (Quercus pedunculata). Ses feuilles sont mates. Les glands se balancent, suspendus à un long pédoncule.


Genre : Masculin

Planète : Soleil

Élément : Feu

Divinité : Zeus-Jupiter ; Thor ; Dag, personnification du jour dans la mythologie scandinave ; il parcourt la terre sur un char tiré par le cheval Skinfax (le Crépuscule) qui illumine la terre et l'atmosphère ; Daira-Perséphone ; Hermès -Mercure ; Mithra, « le Médiateur » qui ménage les rapports des hommes avec les dieux dans l'antique religion mazdéïste ; Cybèle ; l'Hécate simple.


Pouvoirs : Protection ; Santé ; Gains matériels ; Puissance créatrice ; Fécondité ; Chance.


Utilisation rituelle : Phryxus, roi de Béotie, et sa sœur Hellé sont enlevés par un bélier à toison d'or qui leur fait traverser un bras de mer où Hellé se noie (l'Hellespont). Phryxus parvient à tuer le bélier à toison d'or et suspend sa dépouille aux rameaux d'un Chêne, au-dessus d'un autel consacré à Zeus-Jupiter. C'est cette toison légendaire que Jason voulait conquérir. Le vieux Chêne jupitérien, gardé par un énorme dragon, joue un rôle essentiel dans l'épopée des Argonautes.

Le Chêne ne se trouve en Grèce que dans quelques régions montagneuses du Nord : Thessalie, Epire, Macédoine, Thrace ; mais ce sont justement les régions où avaient séjourné d'abord les tribus grecques. De là vient que cet arbre joue un certain rôle dans la mythologie hellénique. C'était l'arbre sacré de Zeus. On racontait que les premiers hommes s'étaient nourris de glands. On donnait une couronne de Chêne aux vainqueurs des jeux Néméens. Les Chênes qui entouraient le sanctuaire de Zeus à Dodone, en Epire, jouaient un rôle important dans la divination : les prêtres rendaient les oracles en interprétant le bruit du vent dans le feuillage sacré. A Rome aussi, le Chêne était consacré à Jupiter, et fournissait les rameaux dont on tressait les couronnes civiques. Enfin, l'on sait la place que tenaient les Chênes dans la religion des Gaulois. Aucune cérémonie druidique ne pouvait être célébrée en un lieu qui en était dépourvu. C'est sans doute en souvenir de ces origines que l'arbre continua à être vénéré en France tout au long du Moyen Age, et même plus tard. Les statues (idoles christianisées) étaient traditionnellement sculptées dans du bois de Chêne. C'est souvent sous ces arbres qu'avaient lieu les sabbats de sorcières.


Utilisation magique : Un arbre qui vit si longtemps (presque autant, pense-t-on, que le châtaignier), qui possède une telle force naturelle, ne pouvait qu'exciter l'imagination des chamans et des magiciens. Les paysans croyaient apercevoir des nymphes ou autres dryades en train de se faufiler sous l'écorce...

Pour vivre très vieux, préservé de la maladie comme des douleurs, il faut mâcher chaque matin quelques glands crus en visualisant ses ancêtres sur quatre générations.

Brûler du Chêne dans les poêles ou dans la cheminée est sain : c'est une odeur que la maladie ne supporte pas. Quand un important bûcher de ce bois se trouve stocké près de la maison, les esprits n'approchent pas.

Un gland posé sur le rebord de chaque fenêtre empêche la foudre de tomber.

Si vous récoltez les feuilles encore vertes d'un Chêne abattu, et en ramenez suffisamment pour faire une litière, vous pouvez aborder le plus rude hiver sans crainte : vous n'attraperez jamais le moindre refroidissement.

Si vous .plantez un gland à la lune de la moisson (forte déclinaison lunaire qui accompagne l'équinoxe d'automne), une rentrée d'argent non négligeable ne saurait tarder. Pour guérir un enfant de la hernie, il faut fendre un Chêne et faire passer l'enfant trois fois dedans ; le père et la mère doivent être chacun d'un côté de l'arbre.

Si un fiévreux est mis en présence d'un Chêne par un sorcier, l'arbre se met à trembler et dépérit ; mais le malade est guéri (Corrèze).

Certaines âmes sont condamnées à faire pénitence jusqu'à ce qu'un gland, ramassé le jour anniversaire de leur mort, soit devenu un plant de Chêne propre à un bon usage utile (Vendée).

Les pièces d'or que distribuent un peu trop généreusement certains personnages rencontrés au sabbat se transforment le lendemain en feuilles de Chêne. Un jour, un berger-sorcier fut condamné à un louis d'amende ; le juge qui encaissa ce louis s'aperçut bientôt qu'il n'était qu'une feuille de Chêne.

Vouloir faire entrer une idée sérieuse dans la tête d'une femme, c'est comme si vous vouliez planter un Chêne dans une coquille d'œuf.

Pour préserver les vaches de la cocotte (fièvre aphteuse), on leur mettait au cou des colliers de Chêne (Beauce). Pour se débarrasser d'un sort qu'une sorcière vous a jeté, il faut uriner dans une bouteille verte, y mettre cinq feuilles de Chêne et cacher la bouteille sous le lit ; la sorcière viendra implorer son pardon au lever du jour (Danemark).

Une fille qui prend plaisir à manier des glands sera portée plus tard à satisfaire son mari manuellement.

« Tu serois propre à juger en hyver qui sont les Chasnes masles et fumelles : quand il gellera à pierre fensdre mets-toi tout nud contre cet arbre-cy ou celui-là, et si tu fientes contre ce sera une fumelle.

*

*

Selon Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes ( (Hachette Livre, 2000) : "Imaginez un arbre divin et sacré, symbole de force et de sagesse, planté au centre du monde et reliant le Ciel et la Terre. Les Grecs en avaient fait l'arbre tutélaire de Zeus. Ainsi , le premier temple consacré au dieu des dieux de l'Olympe n'était autre qu'une forêt de chênes, située à Dôdôné, une ville de l’Épire, dans le pays des Molosses, où l'on se rendait pour interroger l'oracle de Zeus, mais aussi celui d'Aphrodite. C'était alors la voix de Zeus lui-même qui répondait par le truchement du bruissement des feuilles des chênes sacrés, remuées par le vent. Selon la légende mythique grecque toujours, la massue d'Héraklès était en bois de chêne.

Les Celtes, quant à eux, adoraient le chêne. Leurs prêtres, les druides - que l'on surnommait les hommes du chêne (en réalité le nom druide est issu du celtique druvids, qui signifiait "très savant") - cueillaient le gui, la fleur du chêne, au nouvel an. Il symbolisait alors une nouvelle vie, une régénération, l'immortalité de l'âme. Toutefois, il est bon de préciser que la fleur de chêne es rarissime. En trouver dans une forêt de chênes était donc quasi miraculeux. Le druide partait alors en quête du gui le sixième jour après la Nouvelle Lune, et si'il revenait bredouille, c'était un mauvais présage pour le village celte ou gaulois.

Enfin, le gland, le fruit du chêne, fut souvent considéré comme un symbole de fécondité et de prospérité. Car nos ancêtres savaient que c'était à partir de la graine contenue dans ce petit fruit qu'un nouveau chêne qui deviendrait plusieurs fois centenaire pouvait naître."

*

*

Diana Cooper, auteure du Guide des archanges dans le monde animal (édition originale 2007 ; traduction française : Éditions Contre-dires, 2018) nous délivre un :


Message des arbres :

Nous venons du cœur de Dieu. Nous n'avons rien

à apprendre et beaucoup à offrir. Nous avons été ensemencés

sur la Terre pour le bien du règne humain et animal, incluant

les oiseaux et les insectes, et pour nourrir la planète elle-même,

physiquement, émotionnellement et spirituellement. Nous

diffusons l'amour et la guérison pour vous.


Le chêne : Presque tout le monde connaît le chêne et comprend qu'il est fort et stable. J'ai la chance de vivre près de grands chênes centenaires. Je les serre dans mes bras et je colle mon dos contre leur tronc quand je le peux. Je peux presque sentir leur sagesse, leur force et leur endurance se répandre dans tout mon corps. Ils sont vraiment extraordinaires !

Au fil des ans, les humains ont abattu tant de vieux chênes sages qu'l en reste moins pour faire le travail que beaucoup ont fait dans le passé. Non seulement il y a moins de chênes, mais il y a plus de travail à faire. Ils se sentent fatigués et souvent découragés. Chaque fois que vous en appréciez un, cela les aide tous à accomplir leur mission divine.


VISUALISATION POUR AIDER LES ARBRES

  1. Aménagez un espace où vous pourrez vous détendre sans être dérangé.

  2. Faites appel à l'archange Purlimiek, l'ange de la nature, et sentez sa belle énergie vert-bleu.

  3. Permettez à n'importe quel arbre d'apparaître dans votre esprit.

  4. Bénissez-le et remerciez-le d'être venu vers vous.

  5. Demandez au rayon doré du Christ de se déverser dans l'arbre et de se répandre à travers ses racines.

  6. Demandez au feu lilas de la Source de se déverser dans l'arbre et de se répandre à travers ses racines.

  7. Demandez à l'énergie protectrice bleu foncé de l'archange Michaël de se déverser dans l'arbre et de se répandre à travers ses racines.

  8. Demandez à la lumière aigue-marine de la sagesse féminine divine de l'ange Marie de se déverser dans l'arbre et de se répandre à travers ses racines.

  9. Demandez à la lumière argentée de l'archange Sandalphon de l'équilibre et de l'harmonie de se déverser dans l'arbre et de se répandre à travers ses racines.

  10. Prenez un moment pour invoquer toutes les énergies qui vous attirent et voyez-les se déverser dans l'arbre.

  11. Imaginez les couleurs qui s'écoulent d'une racine à l'autre en connectant le réseau d'arbres et en dynamisant les lignes ley.

  12. Ouvrez les yeux ensachant que vous avez aidé les arbres.

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le chêne (Quercus alba) : "C'est un arbre majestueux qui pousse dans les forêts tempérées de l'Europe et de l'Amérique du Nord.


Propriétés médicinales : L'écorce de cet arbre est un astringent et un tonique qui peut servir de façon tant interne qu'externe. De façon interne, on s'en sert sous la forme d'un lavement qui soulage les hémorroïdes et autres problèmes rectaux. On peut aussi s'en servir sous forme de douche vaginale pour soulager les problèmes de menstruation ou sous forme de douche urinaire pour traiter les problèmes de sang dans les urines. Une infusion peut réduire la fièvre et soulager les irritations de la bouche et de la gorge ; on s'en sert alors sous la forme de gargarisme.


Genre : Masculin.


Déités : Thor - Zeus - Jupiter - Odin - Pan.


Propriétés magiques : Protection - Magie solaire - Fertilité mâle - Argent - Vitalité - Chance - Guérison.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • L'utilisation du chêne, en magie remonte au temps des druides et même de l'Antiquité, car c'était aussi l'arbre sacré des Romains. Porter sur soi un gland de chêne indiquait que l'on était un disciple des dieux Jupiter, Zeus ou Odin. On se servait de l'écorce pulvérisée comme encens pour honorer ces dieux lors du festival du solstice d'été alors que le soleil est à son zénith.

  • Pour attirer la chance, prenez deux petites branches de chêne de longueur égale et nouez-le en croix avec un bout de laine rouge, ce qui représente l'équilibre et l'harmonie.

RITUEL POUR ATTIRER LA PROTECTION

C'est un rituel très simple que l'on effectue le jour, sous les branches d'un chêne lorsque le soleil brille. Il s'agit d'un ancien rituel druidique qui s'effectuait ordinairement au solstice d'été, alors que le soleil est à son plus haut - qu'il est le plus chaud - et que le chêne accorde sa fraîcheur.

Tendez votre figure vers le soleil à travers les branches du chêne, sentez ses rayons vous pénétrer et réchauffer votre corps en même temps que l'ombre des feuilles vous entoure. La lumière et la chaleur sont là, ais vous êtes complètement protégé par les branches du chêne. Visualisez les branches de l'arbre qui vous entoure comme ne armure verte qui vous protège et bloque toute influence négative, mais qui laisse passer les rayons du soleil et les influences positives. Recueillez- vous et dites :


Ô chêne majestueux, roi des forêts et des bois

Enveloppe mon corps et mon âme de ta protection

Afin que les forces du mal ne puissent m'atteindre

Et que jour et nuit je me sente protégé.

*

*

Dans Vert, Histoire d'une couleur (Éditions du Seuil, 2013), Michel Pastoureau nous apprend que :


"Tout verger est construit comme un espace symbolique, et [que] chaque plante qui s'y trouve possède sa signification propre. Celle des fleurs varie beaucoup selon les époques et les régions et prend en compte plusieurs particularités : la couleur, le parfum, le nombre de pétales, l'aspect des feuilles, les dimensions des unes et des autres, l'époque de la floraison, etc. Quelques idées peuvent néanmoins être dégagées pour le Moyen Âge central : Le lis est symbole de pureté et de chasteté, [...] De même, les arbres sont toujours signifiants. Le chêne (rare au verger) est un arbre de pouvoir et de souveraineté..."

 

Sylvie Verbois, auteure de Les arbres guérisseurs : Leurs symboles, leurs propriétés et leurs bienfaits (Éditions Eyrolles, 2018) transcrit le message que lui inspirent les arbres :

Mot-clé : Revenir à soi.

Élément : Eau ; Feu.

Émotion : Mélancolie ; Colère.


Je suis renaissance et longévité, puissance et soutien. Je vous apporte ma force tranquille, venez vous reposer près de moi, je vous offre l'hospitalité à l'ombre de mon ample feuillage. Je suis un temple naturel, laissez-vous aller au calme et au silence. Je vous protège de vous, je viens ôter les masques que vous avez endossés, la confusion de vos pensées et le désarroi. Je repousse les foudres intérieures qui assaillent votre esprit, en éloignant emportements fortuits et flambées émotionnelles. Je dépose dans le cœur de votre corps quiétude et soulagement. Je redonne verticalité à votre âme, et vous unifie. Je vous ramène à vous.

*

*

Liz Marvin, autrice de Grand Sage comme un Arbre (Michael O’Mara Books Ltd, 2019 ; First Éditions, 2021 pour la traduction française) transmet les messages qu’elle a pu capter en se reconnectant aux arbres :


Tire parti des temps morts : le Chêne

La dette de sommeil est aussi néfaste pour les arbres que pour les gens. Après un été bien occupé à photosynthétiser, l’hiver sert à se reposer. Se défaire de ses feuilles peut sembler simple quand on ne l’a jamais fait, mais c’est en fait un processus actif. Les arbres comme le Chêne, dont les feuilles brunissent à l’automne, rapatrient les nutriments qu’elles contiennent dans leur tronc, puis forment une barrière de cellules entre les brindilles et les feuilles avant de les laisser tomber. C’est assez éprouvant ! Par la suite, ils se reposent tout l’hiver, heureux de ne pas faire grand-chose.

*




Symbolisme celte :

On peut lire dans Les Traditions celtiques (1ère édition 1945 ; réeditions Dangles 2011) de Robert Ambelain que :


"Notre Démiurge celtique, c'est Esus, reflet matériel d'HU KADARN. En effet, le chêne, dans la tradition celtique, est l'emblème de HU, mais Esus est lui-même couronné de chêne... Le chêne est l'attribut de noblesse, conféré au meilleur de la Cité, et le laurier n'est l'apanage que du vainqueur. Concluons donc que le chêne, l'art de construction (la Cité), et l'idée "démiurgique" incluse dans le mythe de l'Architecte des Mondes, chère aux platoniciens, sont des images liées les unes aux autres dans le domaine de la Symbolique.

[...]

Dans la symbolique celtique, le Père, "OIW" a pour attribut l'If, symbole de Sagesse ; le Fils HU a pour image le Chêne, attribut de la Force. A KARIDWEN est donné le Bouleau, image de la Beauté, et de l'Amour."

*

*

Selon Sabine Heinz, auteure des Symboles des Celtes (édition originale, 1997 ; traduction française : Guy Trédaniel Éditeur, 1998),


"Le chêne, déjà important chez les romains et les grecs, est pour les Celtes l'un des principaux arbres. On ne sait pas définitivement s'il faut traduire le mot druide par "sage du chêne" ou par "sage fiable". Le mot gallois pour druide, derwydd, est plus clair puisqu'il signifie "homme du chêne". Les noms celtiques en rapport avec le chêne sont Derva, Dervaci, Dervinus, ainsi que Querqueni qui est le nom d'une tribu.

Son bois solide convient très bien pour la fabrication de ce qu'on soumet à de fortes pressions ; les chariots, les routes et surtout les bateaux. On sait que les chênes peuvent devenir très vieux ; c'est pourquoi, lorsqu'on compare l'âge de choses très anciennes, on les prend comme référence.