Blog

  • Anne

Le Basilic


Étymologie :

  • BASILIC, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1393 bot. bazeillecoq « plante odoriférante de la famille des labiées » (Le Mesnagier de Paris, éd. Pichon, II, p. 46 cité par Arveiller dans Mél. Franck, p. 11 : Ozeille, bazeillecoq soient semées en Janvier et Février) ; 1425 « id. » (O. de La Haye, Poème sur la grande peste de 1348, p. 154, cité par Delboulle : Basilic et seche mente) ; xve s. « id. » (Grant Herbier, n°355 dans Gdf. Compl. : Paracelle, c'est une herbe dont les feules ressemblent a feules de l'arbre ... Aucuns l'appellent herbe basilique pour ce qu'elle a vertu venimeuse) [cf. Basilic 2]. Empr. au b. lat. basilicum, lui-même empr. au gr. β α σ ι λ ι κ ο ́ ν littéralement « plante royale » (Aristote dans Bailly) ; fin ive-ve s. (Ps. Apulée, Herb. 54 pr. dans TLL s.v., 1768, 52 : prophetae papaver silvaticum basilicon persephonion appellant). D'apr. Arveiller, loc. cit., bazeillecoq serait peut-être une adaptation d'un type prov. *basilicó [cette forme n'est cependant pas attestée en a. prov.] d'apr. coq et ozeille, ce dernier mot figurant dans le passage cité.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Ocimum basilicum L. ; Basilic aux sauces ; Basilic commun ; Grand basilic ; Herbe royale ; Oranger des savetiers ; Pesto ; Pistou ; Plante royale.

*

*


Botanique :

*




Spagyrie :


Voici la fiche proposée par Viviane Le Moullec dans Élixirs floraux de Viviane à faire soi-même (Éditions du Dauphin, 1997, 2020) :


Mot clef : Le protecteur du foyer et de l'intégrité spirituelle


Qui est le Basilic ? Il existe environ 150 variété de Basilic et même de superbes variétés à feuilles violettes presque noires qui sentent aussi bon que les variétés vertes.


Les deux variétés les plus connues ?

  • Celle à grandes feuilles vertes qui peut atteindre 70 cm (Ocimum basilicum)

  • Celle à toutes petites feuilles vertes qui ne dépasse pas 30 cm de haut (Ocimum minimum)

La manière la plus simple pour avoir un Basilic convenable est d'acheter un petit plant sur le marché et de l'installer, tout à son aise, dans un pot rempli de bonne terre. Lorsque la plante commence à fleurir, c'est le moment de préparer votre élixir avec les sommités fleuries.

Avec quoi réaliser votre élixir ? La solution qui a eu la préférence de plusieurs personnes est d'utiliser les sommités fleuries avec les petites feuilles vertes qui l'accompagnent (ou pourpres s'il s'agit d'une variété sombre).


Utilisation traditionnelle : Sa sphère d'action est triple : estomac, toux, vessie. Son action est de protéger l'organisme des substances dont la fraîcheur n'est pas absolue.


Aide alchimique :

  • La digestion s’améliore et les aphtes s'atténuent...

Mais surtout, le Basilic donne un très sérieux coup de main pour se défendre contre toute contamination (microbes, virus, radiations ou idées noires...). Si vous êtes de Provence, vous ne manquez sans doute pas (heureuse idée) de préparer le plus souvent possible la "soupe au pistou" (pistou étant le nom provençal du Basilic).

  • L'antipollution spirituelle

Le Basilic est le protecteur d'un territoire très particulier : votre foyer. Il vous aide donc à faire face à toutes sortes de pollutions qui, spirituellement, correspondent au fait qu'un territoire aussi précieux et personnel risque d'être sauvagement envahi par des intrus. Le cancer est une forme particulièrement nuisible d'intrus et dans ce domaine particulier, le Basilic forme un trio d'associés avec le Gui et le Houx dans la compréhension spitituelle de ce fléau moderne.

En tant que protecteur du territoire du foyer, le Basilic a une action un peu similaire à celle de l'Aubépine. Le Basilic protège le territoire personnelle en tant que lieu de rencontre avec les autres et particulièrement en tant que lieu privilégié du couple et de la famille. L'Aubépine, elle, protège le territoire personnel de l'individu.

On a donc intérêt à travailler d'abord avec l'Aubépine puis avec le basilic. Aborder tout de suite le Basilic, du moins si on a un problème du territoire ferait courir le risque de sacrifier ce qui appartient en propre à l'individu au profit du couple ou même du clan. C'est là un acte néfaste à terme. En effet, quelle véritable efficacité peut-on attendre de quelqu'un dont les forces vives personnelles ont été anéanties au profit des autres ?


Tradition : le Basilic (Tulsi), plante sacrée en Inde

Le Seigneur Basilic a rendu d'immenses services aux Indiens après la "Guerre des Dieux" relatée par le Mahâbhârata. Basilic n a empêché un bon nombre de mourir après leur irradiation par l'arme Pasupata, qui pulvérise jusqu'au noyau de la matière et qui produit un "rayonnement plus clair que mille soleils". Elle a aidé les hommes à reprendre pied après la guerre atomique. Quand les chairs se nécrosaient, quand les cheveux blanchissaient et que les os devenaient friables, Basilic a veillé sur les victimes de leur propre folie.

Certes, une personne sévèrement irradiée meurt rapidement, mais ce ne sont pas là les dégâts les lus graves. En effet, les radiations impriment, dans le mental, les "idées noires", formes psychiques de la matière carbonisée. Elles font même pire : encore un peu plus de radiations et la matière elle-même se décompose. Au niveau du mental, cela signifie "oubli", décomposition des souvenirs et du savoir...

Tulsi a empêché les hommes qui ont survécu à la Guerre des Dieux de sombrer dans le désespoir le plus noir et de se percevoir comme des choses et non plus comme des êtres spirituels.

Tulsi est aussi considéré comme le protecteur du foyer. En effet, en restaurant l'espoir que toute vie ne s'arrêtait pas avec l'irradiation, il a permis à des couples de se reformer et d'avoir des enfants. C'est pourquoi les Indiens sont tellement reconnaissants envers leur meilleur ami non-humain Tulsi. Il a aidé, et aide encore, l'homme à retrouver sa dignité et son intégrité spirituelle, à comprendre la source de son angoisse spirituelle et à se rétablir en tant que personne pouvant faire quelque chose pour elle-même.

Et, une fois le sentiment de sa dignité retrouvée, l'homme ou la femme peuvent se mettre à chercher un être aussi sérieux qu'elle ou lui pour former un couple de valeur afin de créer du bonheur et un nid dans lequel les enfants seront bienvenus et les grands-parents honorés comme il se doit.


Témoignage :

  • (1996) Comment se tirer d'un gouffre noir

Témoignage d'Hélène : Hélène, qui travaillait dans un service de radiologie se sentait très fatiguée et comme secrètement rongée par une grande perte à la fois émotionnelle et spirituelle. Elle en était arrivée à ne plus vouloir de fleurs chez elle, tant elle se sentait écrasée, "sans espoir" et trop misérable pour profiter de leur beauté.

Un jour, elle se laissa entraîner par une amie à acheter trois petits plants de Basilic sur le marché, pour les replanter dans une jardinière sur son balcon. Elle passait tout son temps libre non loin de ses plantes préférées. Elle n'a pas voulu leur prendre la moindre feuille, bien qu'ils fussent devenus énormes. Elle les caressait comme un animal familier et se gorgeait de leur parfum.

A l'automne, les Basilics se sont fanés, mais elle sentait comme la présence du joyeux être Plante près d'elle

Un mois plus tard, elle recevait une offre d'emploi passionnante, en rapport vraiment avec ses capacités, alors qu'elle n'avait fait aucune démarche pour cela. Dès lors, sa vie a changé, Mais elle n'a jamais oublié l'être-plante qui l'a tirée du gouffre noir.

*

*




Croyances populaires :


D'après Véronique Barrau, auteure de Plantes porte-bonheur (Éditions Plume de carotte, 2012) : le basilic répand "comme un parfum de chance".

Basilic du Saint-Esprit : Selon une légende bulgare, Dieu désirait si fortement un enfant qu'il suivit les conseils du diable. Il s'endormit sur des branches de basilic et les fit porter dès le lendemain à la Vierge. A peine huma-t-elle leur parfum qu'elle tomba miraculeusement enceinte. Plus tard, lorsqu'elle dut fuir en Égypte avec son nouveau-né et son époux, elle se dissimula dans un champ pour échapper aux sbires du roi Hérode. La Vierge qui ne se doutait pas qu'un pan de sa robe dépassait de sa cachette fut sauvée par des feuilles de basilic qui se penchèrent pour masquer le bout de vêtement.

Basilic et tiroir-caisse : La puissance accordée au basilic était telle qu'on prêtait à une seule de ses feuilles avalée chaque jour le pouvoir d'écarter les forces du mal, les maladies et la stérilité. Les commerçants du pourtour de la Méditerranée orientale se pliaient chaque matin au même rituel en ouvrant leur magasin. Ils brûlaient du benjoin pour voir la clientèle affluer et les ventes augmenter. S'ils devaient traiter des affaires avec des Galiléens dans la journée, ils favorisaient leur sort en ajoutant à la plante une part égale de basilic et de cannelle. En Italie, les boutiquiers recouraient exclusivement au basilic : placé près de leur caisse, il favorisait les rentrées d'argent.

Le pour et le contre : Pour écarter les mauvais esprits de sa maison, on plongeait du basilic dans une fiole contenant de la rosée recueillie à l'aube de la Saint-Jean. Garder une feuille de la plante sur soi avait les mêmes vertus. Décrié par les Grecs d'antan pur transmettre les poux et les maladies, le basilic était a contrario pour les Perses une solution efficace pour ne pas attraper de névralgies durant une année. Le jour du Naurouz, correspondant au Nouvel An, chacun avalait quelques graines de la plante à cet effet.

Un avenir qui baigne : Les Roumains ajoutaient du basilic dans le premier bain de leur nouveau-né afin qu'il soit aussi aimable qu'aimé et respecté de tous, sa vie durant. Doté de pouvoirs fécondants et protecteurs par la tradition, le végétal fut considéré comme une plante bienfaitrice pour l'humanité.

Irrésistible basilic : Messieurs, si votre cœur souffre de ne point être aimé en retour, sachez que la superstition prête au basilic la capacité d'accomplir votre vœu le plus cher. Aucune demoiselle, même vertueuse, ne pourrait résister aux charmes d'un homme ayant écrasé des feuilles fraîches de basilic sur sa peau. Vous pouvez aussi, comme les Italiens d'antan, porter à votre oreille un brin de la plante. Son odeur attirera la sympathie des demoiselles à votre égard. Au moins leur curiosité. En Roumanie, le basilic servait à confectionner la couronne des mariées. Portée le jour de leurs noces, la plante conférait au couple à peine formé une longue vie ponctuée de bonheurs.

Touche pas au basilic : Le basilic passe aux yeux des Indiens comme une plante sacrée, il est notamment dédié au culte de Vishnou, divinité assurant la protection de l'univers. Personne ne s'aviserait en ce pays de malmener cette plante aromatique par crainte de devenir malchanceux et stérile."

*

*




Symbolisme :


Le Dictionnaire Larousse en 2 volumes (1922) propose des pistes pour comprendre le langage emblématique des fleurs :

Nom Signification Couleur Langage emblématique

Basilic Haine, pauvreté Blanc Je me souviens de vos mépris.

Selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982),


Le basilic est une "plante dont les feuilles sont censées enfermer des pouvoirs magiques (elle sont utilisées dans la préparation de l'eau vulnéraire rouge et dont les fleurs exhalent une odeur pénétrante. Les feuilles de basilic sont employées au Congo central pour conjurer les mauvais sorts et protéger contre les mauvais esprits. Elles sont propres à la guérison des cous, blessures et contusions."

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), le Basilic (Ocimum basilicum) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mars

Élément : Feu

Divinité : Les Shaktis de Shiva

Pouvoirs : Amour ; Protection ; Exorcisme ; Viatique pour les défunts.

Utilisation rituelle :

Aux Indes, son pays d'origine, la religion brahmanique associe cette plante au culte des Shaktis, c’est-à-dire les énergies génératrices de Shiva personnifiées en de nombreuses déesses. Les principales Shaktis se nomment Pàrvati, Prithivi, Oumà, Ambikà, Dourgà, etc. Beaucoup de familles hindoues, surtout au Bengale, cultivent avec amour un ou plusieurs Basilics sacrés. Chaque pied ne peut, en effet, servir de médiateur qu'avec une seule déesse. On aura donc autant de plantes que l'on souhaite avoir de Shaktis protectrices.

Cette herbe, chère aux femmes, joue un grand rôle dans la tradition populaire grecque et italienne. On lui attribue une double signification érotique et funéraire.

Peut-être rapporté par les soldats d'Alexandre, le Basilic était connu des Anciens qui l'associèrent vite - comme toutes les plantes aromatiques, d'ailleurs - à des rites de magie et de divination. Les Romains lui attribuaient des vertus apaisantes. Quand des amoureux se querellaient, on leur faisait manger de grandes salades de laitue, pistou et alysse odorant. Les magistrats tranchaient les litiges devant une potée de Basilic. Plusieurs auteurs latins citent la plante pour son caractère érotique.

En Calabre, les jeunes filles épinglent un petit bouquet de Basilic sur leur sein droit, ou bien elles le portent à la ceinture ; les femmes mariées s'en mettent quelques brins dans les cheveux.

Cependant, le plus souvent, la plante est associée à la mort. Rappelons ce conte de Boccace où la belle Isabelle de Messine garde pieusement dans un pot de Basilic la tête tranchée de son amant assassiné...


Utilisation magique :

C'est toujours du Basilic frais qui est employé ; cette herbe fait partie de celles qu'on ne peut pas conserver séchées: elle tombe très vite en poussière et perd toutes ses propriétés.

Une tige de pistou entre dans les sachets d'amour. Lorsque des relations passionnelles sont souhaitées, on peut brûler la plante fraîche et inhaler sa fumée ou, mieux encore, prendre une poignée de feuilles tendres et les écraser sur la peau, en insistant sur les pectoraux, le tour de ceinture, le bas-ventre. Jusqu'à la guerre de 1914-1918, dans les provinces autrichiennes qui allaient devenir la Yougoslavie (Croatie ; Slovénie ; Bosnie-Herzégovine), lorsqu'une jeune fille bien élevée, dont la conduite avait toujours donné satisfaction, tombait amoureuse d'un garçon peu recommandable, tout le village savait à quoi s'en tenir: il l'avait « eue au Pistou », évidemment !.

L'herbe est très utilisée à des fins de divination, surtout lorsqu'on souhaite connaître les augures d'une situation affective. On laisse tomber ensemble deux feuilles sur des cendres chaudes, encore parsemées de braise incandescente. Si elles restent l'une et l'autre là où elles sont tombées, s'enflamment rapidement et se fondent au reste de la cendre, c'est excellent : le mariage va se faire, et il a toutes les chances de réussir. Si la feuille de gauche se comporte comme il vient d'être dit, alors que celle de droite semble prise de convulsions, noircit sans s'enflammer, se fendille, craque, c'est l'homme qui résiste et ne veut pas se laisser mettre le fil à la patte. Il faut que la fille joue le grand jeu pour vaincre ses réticences. Si la feuille de droite s'enflamme comme de l'amadou pendant que celle de gauche se convulse et noircit, il y a un problème du côté de la demoiselle : ou le parti ne l'enthousiasme pas, ou elle aime quelqu'un d'autre. Si les deux feuilles se comportent l'une et l'autre comme deux diables plongés dans l'eau bénite, la sagesse commande de renoncer au projet : si l'on s'obstine à aller quand même devant M. le curé, l'union sera orageuse, on peut s'attendre à de fréquentes disputes et horions.

Comment savoir si ce jeune homme apparemment sympathique (peut-être un peu trop bon danseur) fera un mari sérieux et fidèle ? Rien de plus simple. Glissez un brin de Basilic dans le creux de sa main. Si c'est un « coureur de jupons », l'herbe desséchera en quelques secondes.

Alors que les boutiquiers levantins brûlent du benjoin dans leurs échoppes, beaucoup de commerçants italiens ont, pour les mêmes raisons, une potée de pistou à côté de la caisse : un peu d'engrais chaque semaine, Basilic superbe, négoce prospère.

Cette herbe renforce l'amitié. La nuit, de préférence quand l'ami(e) dort, massez-vous la région du cœur avec une poignée de Basilic écrasé. Les liens qui vous unissent à cette personne s'en trouveront resserrés.

Le Diable a son odeur en horreur. C'est pourquoi il est recommandé d'en ajouter quelques brins aux encens d'exorcisme. On en met aussi dans les bains purificateurs.

Pilé et caché sous une grosse pierre, il fera naître un scorpion, tandis que mâché et mis à sécher en plein soleil, ce sont des vers qui apparaîtront.

Tant qu'il fait jour, la plante éloigne les chèvres ; mais dès la nuit tombée, elle les fait danser.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani nous apprenons que :


Consacré en Inde, son pays d'origine, à Vishnu et à sa femme Lakshmi, il y est l'objet d'un culte quotidien et d'offrandes de fleurs et de riz. Dans l'Antiquité gréco-latine le basilic fut apparenté à la planète Mars et utilisé dans les cérémonies religieuses et les funérailles. Il symbolisait également le deuil en Crète. Parallèlement, la plante était réputée engendrer la sympathie et apaiser la colère, d'où la coutume qu'avaient les Romains de servir des salades de pistou aux amoureux qui se querellaient et celle des magistrats "qui tranchaient les litiges devant une potée de pistou".

Le basilic, grand protecteur du corps et remède absolu à la stérilité et aux douleurs de l'accouchement, est considéré comme béni depuis que ses brins cachèrent la Vierge et son enfant pourchassés par Hérode. Une fois ce danger écarté, la Vierge avait dit au basilic : "Dieu te sauve, tu fleuriras, et tu auras des graines." Il était particulièrement estimé des chrétiens des Indes car il apparut miraculeusement en fleur sur la tombe de saint François-Xavier (1506-1552), un des premiers membres de la compagnie de Jésus qui évangélisa l'Asie orientale et le Japon.

Bien que jadis les sorciers aient recouru au basilic pour provoquer des menstrues pestilentielles, cette plante a surtout des vertus positives, et notamment, celle de protéger des sortilèges. On peut glisser une feuille dans sa poche ou dans son portefeuille pour bénéficier de ses pouvoirs.

La tige de basilic est souvent une des composantes des amulettes d'amour. Se frotter la poitrine et le ventre de feuilles de pistou ou respirer la fumée que dégage la plante brûlée incite à la passion. "Jusqu'à la guerre de 1914-1918, dans les provinces autrichiennes qui allaient devenir la Yougoslavie (Croatie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine), lorsqu'une jeune fille bien élevée, dont la conduite avait toujours donné satisfaction, tombait amoureuse d'un garçon eu recommandable, tout le village savait à quoi s'en tenir : il l'avait "eue au pistou", évidemment !"

En Provence, plus simplement, dix gouttes d'un mélange d'alcool à base de basilic, de raines de céleri, de racines de serpentaire, d'huile de cumin, et de sécrétions humaines constituent un philtre d'amour très efficace.

En jetant sur des braises rouges deux feuilles de basilic, on est fixé sur l'avenir d' "une relation sentimentale : le présage est excellent et le mariage placé sous les meilleurs auspices si elles s'enflamment rapidement sas bouger de place mais il vaut mieux rompre tout de suite si elles "se comportent l'une et l'autre comme deux diables plongés dans l'au bénite". Une des deux feuilles peut faire des siennes : la droite indiquera une certaine réticence de l'homme à un engagement, la gauche illustrera les hésitations de la jeune fille.

Pour savoir si un jeune homme fera un époux fidèle, "glissez un brin de basilic dans le creux de sa main. Si c'est un "coureur de jupons", l'herbe desséchera en quelques secondes."

Dans le domaine de l'amitié, se masser la nuit la région du cœur avec du basilic écrasé renforce les liens que l'on a avec une personne.

Les commerçants italiens placent souvent du pistou près de leur caisse : "Un peu d'engrais chaque semaine, basilic superbe, négoce prospère".

Pour que le basilic conserve toutes ses propriétés, sa cueillette doit obéir à un rite : seuls les hommes peuvent s'en approprier, en bannissant tout objet de fer et après s'être aspergé la main droite de l'eau de trois sources. Ils porteront de préférence des vêtements propres, devront éviter tout rapport avec une femme ayant ses règles, et diront sur le conseil d'un vieux manuscrit : "Basilic, je te prie, par la divinité suprême qui t'a fait naître, de guérir tous ces maux, de venir à notre secours en apportant les remèdes qu'avec confiance je te demande."

La politesse n'est pas toujours de mise : l'injurier et le maudire au moment des semailles lui assure une belle croissance.

Au Moyen Âge, on croyait que, pilé et mis sous une pierre, il engendrait un scorpion, tandis que mâché et placé au soleil, il donnait naissance à des vers. On dit par ailleurs que "tant qu'il fait jour, la plante éloigne les chèvres ; mais dès la nuit tombée, elle les fait danser".

Si le basilic est jugé plutôt bénéfique, n'en offrez cependant jamais : il est l'emblème de la haine à cause d'une ancienne tradition selon laquelle celui qui voulait signifier son hostilité à quelqu'un lui en offrait.

Dans la tradition persane, manger le jour du Naurouz de la semence du basilic blanc met à l'abri toute l'année des névralgies.

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Ocymum basilicum : Cet élixir équilibre la sexualité dans une relation de couple. Il élimine toute force antagoniste. Il est capable de détruire en vous les mécanismes de l'agression, de l'attachement et de la possession. Il aide les couples à prendre conscience de la source des conflits lorsqu'il y a des blocages pour diverses raisons. Sa force est toujours dirigée vers un problème et jamais contre une personne. Il peut aussi favoriser un entreprise ambitieuse, mais il est nécessaire de savoir écouter le conseil d'un sage. Mademoiselle Lenormand associait cette plante à limage de Phinée, roi de Thrace qui donnait des conseils aux Argonautes sur le début du chemin qui devait les conduire à la conquête de la Toison d'Or.

Pour une telle opération il est nécessaire de présenter un parafait contrôle de soi-même. Cette caractéristique est facilitée par le processus-hydrogène contenu dans la fleur de basilic. Ce processus agit directement sur le Moi et le met en état de conscience éveillée. Son parfum ans lequel on trouve un mélange d'estragol, d'eugènol et même de thymol (comme le thym), réveille les différentes faiblesses du Moi et canalise son action dans de justes proportions.

Cette essence fait une des grandes particularités de cette plante qui n'aime ni le climat tropical, ni les zones froides du globe. Elle préfère les zones médianes comme le pourtour de la Méditerranée par exemple, riche en éthers lumière et chaleur. Cette zone médiane s'apparente chez l'homme au système rythmique. Ainsi, on peut déjà conseiller son élixir pour les problèmes de nervosité, de spasmes, d'insomnie et de digestion.

Cette labiée présente des rameaux feuillés un peu plus larges que ses consœurs portant les noms de lavande et romarin. Ces rameaux feuillés s'achèvent par une floraison svelte, blanche et riche en nectar. Très pénétrante par son odeur, la variété isolée qui pousse au Congo, passe pour éloigner les mauvais esprits. En fait, son élixir purifie le thalamus, la chambre, en grec. La chambre nuptiale du Moi, pourrait-on dire. Rappelons que l'essence de cette plante, originaire de l'Inde, est considérée par la religion brahmane, comme l'essence divine des « trois épouses ». Trois épouses ? Trois sphères spécifiques sont purifiées avec cet élixir : le cervelet appelé encore le cerveau reptilien ; le début du tube digestif contrôlé par le chakra thyroïdien et la fin du tube digestif contrôlé par le chakra gonadique. En considérant que le cervelet est alimenté par le chakra frontal, l'élixir de Basilic interagit donc entre ces trois carrefours énergétiques du corps humain.

En conséquence, cet élixir est conseillé au niveau du premier chakra cité : contre l'épilepsie, le rhume de cerveau et les autres écoulements par le nez des sérosités. De plus agissant sur le lobe postérieur de la glande pituitaire, il facilite la sécrétion de l'ocytocine, hormone responsable de la stimulation des muscles lisses lors de l'accouplement, de la contraction de l'utérus lors de l'accouchement ; mais encore de la lactostimuline qui rend possible l'allaitement ; de la vasopressine (ADH), hormone importante contre le diabète insipide. Ici, encore, on n'oubliera pas de conseiller le basilic contre les orgelets et la perte d'odorat.

Son impact sur le chakra thyroïdien lui permet une chaude recommandation pour les aphtes buccaux, la toux, l'élimination des cathares, le vomissement. Enfin son incidence sur la partie inférieure du tube digestif lui autorise une bonne mention contre le météorisme, les vers intestinaux, la cystite, les problèmes de la sphère uro-génitale, l'hystérie, les spasmes de la région périnéale, les pertes blanches, la grossesse difficile, la stérilité.


Mots-clés : pensons à la basilique, ce temple érigé par les hommes pour honorer Dieu. Pensons à ce temple que Dieu le Père et Créateur de toutes choses nous a confié pour y enchâsser l'âme. Rendons propre cette maison de Dieu, là où réside une particule divine, un flamme apparentée au Moi individuel. Propreté obtenue avec l'élixir de Basilic. Songeons encore à une autre appellation du basilic : l'oranger des savetiers. La fleur d'oranger convient spécialement aux jeunes mariés pour éviter des excès, des irritations des muqueuses, des crises d'hystérie. Tout cela grâce à un arôme d'estragon citronné qui n'a d'affinités ni pour l'aqueux, ni pour le terreux, mais qui détient le feu, ferment à partir duquel toute vie est possible pour l'âme humaine qui s'incarne dans... une Toison d'Or.

*

*

Dans le Petit Larousse des symboles (Éditions Larousse, 2006) établi sous la direction de Nanon Gardin et de Robert Olorenshaw, on apprend que :

Le nom de cette plante au parfum unique nous vient du mot grec basilikan qui signifie "royal". Les Égyptiens utilisent le basilic comme onguent dans l'embaumement du corps des pharaons, d'où l'association entre l'herbe et la royauté. Plus tard, en Italie, le basilic deviendra l'emblème de l'amour qui survit à la mort.

Pendant des siècles, les jeunes soupirants de la Péninsule ont arboré un brin de basilic pour annoncer leurs ambitions amoureuses et conjugales. Dans le Décaméron (nouvelle V), Boccace, le poète florentin, raconte l'histoire de Lisabetta, dont l'amant fut tué par son frère. Le mort lui parle dans un rêve pour lui indiquer l'endroit où il est enterré. Lisabetta découvre sa tête et la met dans un pot de basilic qu'elle arrose quotidiennement de ses larmes.

*

*

Selon Micheline Lebarbier, auteure d'un article intitulé "Des plantes adjuvants du Destin, entre amour et rivalité, dans deux villages du Nord de la Roumanie" (Huitième séminaire annuel d'ethnobotanique du domaine européen du Musée départemental ethnologique de Haute-Provence, Jeudi 22 et vendredi 23 octobre 2009) :


Le basilic (busuioc) notamment, qui est la « plante érotique par excellence » selon O. Bîrlea (1970, p. 83). Considéré comme une plante aphrodisiaque, il est supposé attirer l’amour et les amoureux. Nous avons vu qu’il présidait à la table des Destinées afin de rendre l’enfant beau, aimant et aimé. On lui accorde des vertus de fécondité. I. Evseev (1998, p. 63) rapporte que dans chaque maison où se trouvait une jeune fille, il devait exister un « basilic d’amour » (busuioc de dragoste). Le jour de la saint George (le 23 avril), avant le lever du soleil, la jeune fille devait le semer en se servant de sa bouche, et elle devait l’arroser, toujours en se servant de sa bouche et toujours, avant que le soleil ne se lève. Ce basilic devait la rendre belle et attirante, selon le dicton que « le basilic attire l’amo