Blog

  • Anne

Le Basilic



Étymologie :

  • BASILIC, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1393 bot. bazeillecoq « plante odoriférante de la famille des labiées » (Le Mesnagier de Paris, éd. Pichon, II, p. 46 cité par Arveiller dans Mél. Franck, p. 11 : Ozeille, bazeillecoq soient semées en Janvier et Février) ; 1425 « id. » (O. de La Haye, Poème sur la grande peste de 1348, p. 154, cité par Delboulle : Basilic et seche mente) ; xve s. « id. » (Grant Herbier, n°355 dans Gdf. Compl. : Paracelle, c'est une herbe dont les feules ressemblent a feules de l'arbre ... Aucuns l'appellent herbe basilique pour ce qu'elle a vertu venimeuse) [cf. Basilic2]. Empr. au b. lat. basilicum, lui-même empr. au gr. β α σ ι λ ι κ ο ́ ν littéralement « plante royale » (Aristote dans Bailly) ; fin ive-ve s. (Ps. Apulée, Herb. 54 pr. dans TLL s.v., 1768, 52 : prophetae papaver silvaticum basilicon persephonion appellant). D'apr. Arveiller, loc. cit., bazeillecoq serait peut-être une adaptation d'un type prov. *basilicó [cette forme n'est cependant pas attestée en a. prov.] d'apr. coq et ozeille, ce dernier mot figurant dans le passage cité.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :

*



Croyances populaires :


D'après Véronique Barrau, auteure de Plantes porte-bonheur (Éditions Plume de carotte, 2012) : le basilic répand "comme un parfum de chance".

Basilic du Saint-Esprit : Selon une légende bulgare, Dieu désirait si fortement un enfant qu'il suivit les conseils du diable. Il s'endormit sur des branches de basilic et les fit porter dès le lendemain à la Vierge. A peine huma-t-elle leur parfum qu'elle tomba miraculeusement enceinte. Plus tard, lorsqu'elle dut fuir en Égypte avec son nouveau-né et son époux, elle se dissimula dans un champ pour échapper aux sbires du roi Hérode. La Vierge qui ne se doutait pas qu'un pan de sa robe dépassait de sa cachette fut sauvée par des feuilles de basilic qui se penchèrent pour masquer le bout de vêtement.

Basilic et tiroir-caisse : La puissance accordée au basilic était telle qu'on prêtait à une seule de ses feuilles avalée chaque jour le pouvoir d'écarter les forces du mal, les maladies et la stérilité. Les commerçants du pourtour de la Méditerranée orientale se pliaient chaque matin au même rituel en ouvrant leur magasin. Ils brûlaient du benjoin pour voir la clientèle affluer et les ventes augmenter. S'ils devaient traiter des affaires avec des Galiléens dans la journée, ils favorisaient leur sort en ajoutant à la plante une part égale de basilic et de cannelle. En Italie, les boutiquiers recouraient exclusivement au basilic : placé près de leur caisse, il favorisait les rentrées d'argent.

Le pour et le contre : Pour écarter les mauvais esprits de sa maison, on plongeait du basilic dans une fiole contenant de la rosée recueillie à l'aube de la Saint-Jean. Garder une feuille de la plante sur soi avait les mêmes vertus. Décrié par les Grecs d'antan pur transmettre les poux et les maladies, le basilic était a contrario pour les Perses une solution efficace pour ne pas attraper de névralgies durant une année. Le jour du Naurouz, correspondant au Nouvel An, chacun avalait quelques graines de la plante à cet effet.

Un avenir qui baigne : Les Roumains ajoutaient du basilic dans le premier bain de leur nouveau-né afin qu'il soit aussi aimable qu'aimé et respecté de tous, sa vie durant. Doté de pouvoirs fécondants et protecteurs par la tradition, le végétal fut considéré comme une plante bienfaitrice pour l'humanité.

Irrésistible basilic : Messieurs, si votre cœur souffre de ne point être aimé en retour, sachez que la superstition prête au basilic la capacité d'accomplir votre vœu le plus cher. Aucune demoiselle, même vertueuse, ne pourrait résister aux charmes d'un homme ayant écrasé des feuilles fraîches de basilic sur sa peau. Vous pouvez aussi, comme les Italiens d'antan, porter à votre oreille un brin de la plante. Son odeur attirera la sympathie des demoiselles à votre égard. Au moins leur curiosité. En Roumanie, le basilic servait à confectionner la couronne des mariées. Portée le jour de leurs noces, la plante conférait au couple à peine formé une longue vie ponctuée de bonheurs.

Touche pas au basilic : Le basilic passe aux yeux des Indiens comme une plante sacrée, il est notamment dédié au culte de Vishnou, divinité assurant la protection de l'univers. Personne ne s'aviserait en ce pays de malmener cette plante aromatique par crainte de devenir malchanceux et stérile."

*

*




Symbolisme :


Selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982),


Le basilic est une "plante dont les feuilles sont censées enfermer des pouvoirs magiques (elle sont utilisées dans la préparation de l'eau vulnéraire rouge et dont les fleurs exhalent une odeur pénétrante. Les feuilles de basilic sont employées au Congo central pour conjurer les mauvais sorts et protéger contre les mauvais esprits. Elles sont propres à la guérison des cous, blessures et contusions."

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani nous apprenons que :


Consacré en Inde, son pays d'origine, à Vishnu et à sa femme Lakshmi, il y est l'objet d'un culte quotidien et d'offrandes de fleurs et de riz. Dans l'Antiquité gréco-latine le basilic fut apparenté à la planète Mars et utilisé dans les cérémonies religieuses et les funérailles. Il symbolisait également le deuil en Crète. Parallèlement, la plante était réputée engendrer la sympathie et apaiser la colère, d'où la coutume qu'avaient les Romains de servir des salades de pistou aux amoureux qui se querellaient et celle des magistrats "qui tranchaient les litiges devant une potée de pistou".

Le basilic, grand protecteur du corps et remède absolu à la stérilité et aux douleurs de l'accouchement, est considéré comme béni depuis que ses brins cachèrent la Vierge et son enfant pourchassés par Hérode. ne fois e danger écarté, la Vierge avait dit au basilic : "Dieu te sauve, tu fleuriras, et tu auras des graines." Il était particulièrement estimé des chrétiens des Indes car il apparut miraculeusement en fleur sur la tombe de saint François-Xavier (1506-1552), un des premiers membres de la compagnie de Jésus qui évangélisa l'Asie orientale et le Japon.

Bien que jadis les sorciers aient recouru au basilic pour provoquer des menstrues pestilentielles, cette plante a surtout des vertus positives, et notamment, celle de protéger des sortilèges. On peut glisser une feuille das sa poche ou dans son portefeuille pour bénéficier de ses pouvoirs.

La tige de basilic est souvent une des composantes des amulettes d'amour. Se frotter la poitrine et le ventre de feuilles de pistou ou respirer la fumée que dégage la plante brûlée incite à la passion. "Jusqu'à la guerre de 1914-1918, dans les provinces autrichiennes qui allaient devenir la Yougoslavie (Croatie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine), lorsqu'une jeune fille bien élevée, dont la conduite avait toujours donné satisfaction, tombait amoureuse d'un garçon eu recommandable, tout le village savait à quoi s'en tenir : il l'avait "eue au pistou", évidemment !"

En Provence, plus simplement, dix gouttes d'un mélange d'alcool à base de basilic, de raines de céleri, de racines de serpentaire, d'huile de cumin, et de sécrétions humaines constituent un philtre d'amour très efficace.

En jetant sur des braises rouges deux feuilles de basilic, on est fixé sur l'avenir d'"un relation sentimentale : le présage est excellent et le mariage placé sous les meilleurs auspices si elles s'enflamment rapidement sas bouger de place mais il vaut mieux rompre tout de suite si elles "se comportent l'une et l'autre comme deux diables plongés dans l'au bénite". Une des deux feuilles peut faire des siennes : la droite indiquera une certaine réticence de l'homme à un engagement, la gauche illustrera les hésitations de la jeune fille.

Pour savoir si un jeune homme fera un époux fidèle, "glissez un brin de basilic dans le creux de sa main. Si c'est un "coureur de jupons", l'herbe desséchera en quelques secondes."

Dans le domaine de l'amitié, se masser la nuit la région du coeur avec du basilic écrasé renforce les liens que l'on a avec une personne.

Les commerçants italiens placent souvent du pistou près de leur caisse : "Un peu d'engrais chaque semaine, basilic superbe, négoce prospère".

Pour que le basilic conserve toutes ses propriétés, sa cueillette doit obéir à un rite : seuls les hommes peuvent s'en approprier, en bannissant tout objet de fer et après s'être aspergé la main droite de l'eau de trois sources. Ils porteront de préférence des vêtements propres, devront éviter tout rapport avec une femme ayant ses règles, et diront sur le conseil d'un vieux manuscrit : "Basilic, je te prie, par la divinité suprême qui t'a fait naître, de guérir tous ces maux, de venir à notre secours en apportant les remèdes qu'avec confiance je te demande."

La politesse n'est pas toujours de mise : l'injurier et le maudire au moment des semailles lui assure une belle croissance.

Au Moyen Âge, on croyait que, pilé et mis sous une pierre, il engendrait un scorpion, tandis que mâché et placé au soleil, il donnait naissance à des vers. On dit par ailleurs que "tant qu'il fait jour, la plante éloigne les chèvres ; mais dès la nuit tombée, elle les fait danser".

Si le basilic est jugé plutôt bénéfique, n'en offrez cependant jamais : il est l'emblème de la haine à cause d'une ancienne tradition selon laquelle celui qui voulait signifier son hostilité à quelqu'un lui en offrait.

Dans la tradition persane,manger le jour du Naurouz de la semence du basilic blanc met à l'abri toute l'année des névralgies.

*

*

Dans le Petit Larousse des symboles (Éditions Larousse, 2006) établi sous la direction de Nanon Gardin et de Robert Olorenshaw, on apprend que :

Le nom de cette plante au parfum unique nous vient du mot grec basilikan qui signifie "royal". Les Égyptiens utilisent le basilic comme onguent dans l'embaumement du corps des pharaons, d'où l'association entre l'herbe et la royauté. Plus tard, en Italie, le basilic deviendra l'emblème de l'amour qui survit à la mort.

Pendant des siècles, les jeunes soupirants de la Péninsule ont arboré un brin de basilic pour annonce leurs ambitions amoureuses et conjugales. Dans le Décaméron (nouvelle V), Boccace, le poète florentin, raconte l'histoire de Lisabetta, ont l'amant fut tué par son frère. Le mort lui parle dans un rêve pour lui indiquer l'endroit où il est enterré. lisabetta découvre sa tête et la met dans un pot de basilic qu'elle arrose quotidiennement de ses larmes.

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Éditions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le basilic : "Les feuilles de cette plante annuelle sont vertes ou violettes et elles poussent un peu partout, en plein soleil. C'est une herbe largement utilisée en cuisine en raison de son parfum puissant.


Propriétés médicinales : C'est un excellent antiseptique sur de petites coupures, abrasions ou piqûres d'insectes ; il entraîne une guérison rapide. Une infusion de cette plante est excellente pour calmer les nerfs irrités et un estomac nerveux. Ce type d'infusion est aussi recommandé dans les cas de douleurs rhumatismales.


Genre : Masculin.


Déités : Erzulie, Vishnu.


Propriétés magiques : Amour, exorcisme, richesse, protection.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS :

  • C'est une herbe sacrée en Inde, où elle est consacrée à Vishnu.

  • C'est aussi une herbe funéraire très prisée dans les pays de la Méditerranée. Dans les pays des Balkans, c'est une herbe appréciée parce qu'elle permet d'attirer l'amour vers soi ; on s'en sert également pour les rites initiatiques, car elle aide à la projection astrale.

  • Pour attirer la richesse vers vous, placez des feuilles de basilic dans vos poches ; vous pouvez aussi attirer l'argent en versant une ou deux gouttes de cette huile sur votre argent.

  • Au Moyen Âge, on parsemait le sol de feuilles de basilic : où se trouve cette plante, le mal ne peut apparaître.

  • Toujours au Moyen Âge, on croyait que les sorcières buvaient une tasse d'infusion de basilic avant de s'envoler pour le sabbat.

  • Offrir un plant de basilic à un ami qui emménage dans une nouvelle maison ou un nouvel appartement lui portera chance.

SORTILÈGE DE DIVINATION :

  • Pour découvrir si vous épouserez votre amoureux ou si vous vivrez une relation sérieuse avec lui, placez deux feuilles de basilic frais sur un charbon de bois ardent.

  • Si les feuilles se consument rapidement et deviennent des cendres, votre mariage ou votre relation sera harmonieuse et satisfaisante ; en revanche, si une des feuilles craque en mille morceaux en se consumant, cette relation ne durera pas."

*

*

976 vues