Blog

  • Anne

Le Citronnier


Étymologie :

  • CITRON, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. xiiies. [date ms.] « fruit du citronnier » (Livre des simples medecines, éd. P. Dorveaux, p. 23); 1680 (Rich. : Citron. Couleur de citron); 1790 en parlant du teint (Mme de Staël, Lettres de jeunesse, p. 403); 1795 jaune comme un citron (Mme de Genlis, Les Chevaliers du cygne, p. 95) ; 2. 1878 arg. (L. Rigaud, Dict. du jargon parisien, p. 89 : Citron. Tête [arg. des voleurs]). Empr. soit au b. lat. citrum (désignant en lat. class. le bois de thuia) « fruit du cédratier », soit au lat. médiév. citrus, v. citre. La forme citron, soit par adaptation de citrum (attesté au vies. sous la forme citron ds TLL s.v., 1207, 77), cf. psalterion, soit par croisement avec limon*.

  • CITRONNIER, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1486 [1reimpression] « arbrisseau qui produit le citron » (Livre des profits champêtres et ruraux, [trad. du latin de Crescenzi, 1373], 5 ch. 8, titre et début ds Quem.). Dér. de citron*; suff. -ier*.


Lire également les définitions de citron et citronnier pour amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Botanique :


*




Symbolisme :


Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Citron (Citrus medica) : Cet élixir clarifie et coordonne les pensées, augmente l'humour, renforce les personnes hypersensibles. Stimulant l'hémisphère gauche du cerveau, il stimule l'intellect et le raisonnement analytique. On le recommande particulièrement pour l'apprentissage des langues ou des langages comme l'informatique, les mathématiques. Il améliore la locution, remédie au bégaiement. Il décontracte les muscles ; ainsi on peut le conseiller chaudement aux personnes qui se présentent à des examens. Il apporte à l'organisme une action tonique et vivifiante à des niveaux différents : au niveau mental, digestif, circulatoire, etc.

Le citronnier présente un bois dur, épineux ; des feuilles persistantes (présence obligatoire de vitamine C pour subir les agressions de l'hiver). Les acides qu'il produit ne sont pas brûlés mais conservés à un stade immature. Il s'en dégage une force martienne qui ne trompe pas l'observateur. Cette force, il la transmet à l'homme par l'intermédiaire de son élixir. L'homme qui vieillit tend vers l'amorphe. Évoquant l'usage du citronnier, Virgile disait : « Les vieillards tremblants Pour apaiser leurs pouls qui se vont redoublant Trop soudain, vont prenant cette médecine... »

Cet élixir retarde donc le vieillissement. Il rend l'homme plus conscient et donc moins végétatif. Il l'illumine, le réchauffe, dissout ses tendances au durcissement. Sur ce sujet, il combat l'artériosclérose, l'asthénie, le rhumatisme, la goutte, les plaques d'athérome, et de cholestérol, les gerçures. Par son action martienne, il invite le foie à fabriquer des anticorps contre les oxyures, le bacille du choléra, de la diphtérie, de la typhoïde. Ce « Monsieur Propre » s'investit avec sérieux dans le nettoyage complet de l'organisme ; il combat les poches de fermentations, le météorisme, la diarrhée, l'intoxication, la grippe, l'hydropisie, les plaies de toutes sortes, les poisons, les morsures, le rhume des foins, les allergies.

Derrière sa fleur se cache tout une chaine de processus tel que l'acide citrique (le plus intense des acides végétaux), du citral, de la citrine, de la vitamine P et C, des flavones, de la pectine, du mucilage, des citrates de potassium et de calcium (ces deux citrates sont excellents pour le système osseux). Son glucose véhicule du bore. Cette usine végétale produit donc de nombreux enzymes qui favorisent l'assimilation des protéines, du zinc, etc. La pectine trouve un partenaire supplémentaire avec ses essences, pour dissoudre les plus grosses et les plus récalcitrantes protéines. En outre, la saveur d'acide participe à la dissolution de la cellulite, de l'obésité, de la séborrhée, des champignons, des aphtes, des catharres, des cristaux d'acide urique et d'urée.


Mots-clés : son pays d'origine est la Médie (en Iran). Donc ce citronnier de Médie remédie aux dérangements du Moi, libérant et réchauffant par là même le mental. Médi... calisons encore et encore avec l'élixir de Citronnier. Mèd comme Archimède qui signifie la vraie (archie) mesure (mède).

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Éditions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le citron (Citrus limon) :


"Fruit d'un jaune brillant qui pousse sur un arbre dans les climats chauds.


Propriétés médicinales : Le jus de citron est un remède populaire pour bien des problèmes, particulièrement les rhumes, les maux de gorge et la toux. On l'utilise aussi dans certains cas de douleurs arthritiques et de maux de tête. n peut se servir du jus de citron, de façon externe, sur les piqûres d'insecte, des coups de soleil et pour se rincer les cheveux.


Genre : Féminin.


Déités : Hécate - Asthart - Ishtar.


Propriétés magiques : Longévité - Purification - Amitié.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Particulièrement efficace pour purifier l'atmosphère d'une maison à la suite d'un décès ou d'une chicane familiale.

  • Lorsque brûlé avec des amis, cet encens renforce les liens d'amitié.

  • Pour purifier des talismans, des outils magiques, des cristaux, diluez du jus de citron dans de l'eau de source pour nettoyer ces objets. Ce lavage neutralise toute vibration ou influence négative.

ÉLIXIR DE LONGÉVITÉ :

Ce dont vous avez besoin :

  • une chandelle blanche ;

  • de l'encens de lotus ;

  • une coupe d'eau chaude ;

  • un citron

Rituel :

Vous devez pratiquer cette invocation au moment de la pleine lune, quelque soit le jour - vous pouvez, si vous le désirez, ajouter le nom de votre déité préférée dans l'invocation.

Commencez par préparer ne coupe d'eau chaude, à laquelle vous ajoutez le jus d'un citron fraîchement pressé. Allumez alors votre chandelle et votre encens, puis placez vos mains au-dessus de la coupe et représentez trois fois :

Je consacre ce breuvage aux forces de l'univers

Qu'elles me viennent en aide et écoutent ma prière

Qu'elles infusent ce liquide de l'élixir de longue vie

Que mon existence connaisse la santé et non la maladie

C'est de tout cœur que je vous prie.

Buvez maintenant votre élixir.

*

*

Le dukun (guérisseur / chamane) indonésien Iwan Asnawi raconte son parcours et son engagement dans un livre autobiographique intitulé L'esprit de la jungle (collection Nouvelles Terres, Éditions PUF/Humensis, 2019). Il nous livre également quelques détails sur sa spiritualité :


La pratique de notre spiritualité nous mène à régulièrement nous purifier à différents niveaux : nous avons de la poussière sur nos corps, à nettoyer avec de l'eau. Nous utilisons du matériel, aussi. Nous utilisons beaucoup le citron pour nettoyer notre peau énergétiquement ; nous croyons qu'il est important de nettoyer les pores de la peau dont chaque celle capte l'énergie, particulièrement chaque pleine lune, avec des rites de fruits et de fleurs.

[...] A chaque fois que je fais un rituel, je médite. Avant d'utiliser le moindre fruit, les citrons que je coupe, les pétales de fleurs, les arbres, les animaux, je médite. Je sens leur énergie car ils sont du monde vivant et nous communiquons, même si évidemment, tous ces êtres ne parlent pas comme moi ! Je les ressens. Je ne peux pas envisager d'être dukun sans me sentir au plus près de la vie : nous sommes supposés prendre soin du vivant.

*

*




Symbolisme alimentaire :


Pour Christiane Beerlandt, auteure de La Symbolique des aliments, la corne d'abondance (Éditions Beerlandt Publications, 2005, 2014), nos choix alimentaires reflètent notre état psychique :




Littérature :


Régine Detambel consacre un ouvrage à Colette. Comme une flore, comme un zoo (Éditions Stock, 1997) dans lequel elle s'intéresse aux métaphores botaniques et zoologiques :


Citrons, Groseilles et Mandarines

« Rage, chère enfant ! On sait qu'avec ta peau jaune tu es forcée de mettre des rubans rouges ou orange à ta robe blanche, pour ne pas avoir l'air d'un citron. » Claudine à l'école


Le citron évoque, avant tout, le sein petit : « Jusqu'au vallon d'ombre creusé entre deux seins d'une forme singulière, qui rappelaient le citron allongé, fermes et relevés du bout, descendait une parure agrafée comme au hasard... » Les mandarines aussi font les poitrines discrètes : « Oh, les modestes seins des jours maigres, les arrogants appas pour la tunique blanche brodée de nacre, et ces deux mandarines sous le châle espagnol ! » Les friandises absolues, les vraies gourmandises sont « les pêches en forme de citron, qu'on nomme tétons-de-Vénus... »

« La groseille est pour la blonde ; La framboise est pour la brune ; La pêche est pour la châtaine » chantait Bel-Gazou, à quatorze ans, pressée de se maquiller, « d'essayer son futur masque de femme. » La diététique cite ordinairement la groseille avec les agrumes à cause de la quantité d’acide ascorbique qu’elle contient. De fait, le citron et la groseille rivalisent d'acidité et font saliver. Colette les associe quand elle cherche à piquer la langue et assoiffer. Au concert, « une femme [...] accomplit ce prodige de sourire, de chanter, de lancer vers les frises ce si pointu qui fait qu'on songe, la langue sèche de soif, à des citrons écorchés, à des groseilles mi-mûres, à toutes les choses acides, fraîches, vertes... »

[...] Quand, dans L'Ingénue libertine, Antoine désire Minne, « [un] parfum de citronnelle, blond comme les cheveux de Minne, lui met sous la langue une eau acide et claire. » Le désir est soif et salive. En citant le limon, Colette ajoute à ce cocktail altérant l'amertume et l'aigreur de ce qui est vert : « ... le papillon “citron” y tournoie, vert comme une feuille malade, vert comme un limon amer... »

*

*




436 vues

Posts récents

Voir tout