Blog

  • Anne

Le Rameau





Étymologie :

  • RAMEAU, subst. masc.

Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1165 ramel « petite branche » (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 2185) ; 2. a) 1562 anat. (Paré, Œuvres, éd. J. F. Malgaigne, t. 1, p. 146) ; b) 1580-81 « bras d'un cours d'eau » (Montaigne, Journal de voyage, p. 244 ds Hug.) ; 3. 1520 fig. généal. (G. Michel, Suétone, VII, 221 rods Hug.) ; 4. av. 1747 « subdivision d'une science » (Vauvenargues, Étendue de l'esprit ds Littré).

II. 1. 1549 feste des Rameaux (Est.) ; 1660 jour des Rameaux (Oudin) ; 1669 le dimanche des Rameaux (Widerhold) ; 2. 1907 faire Pâques avant Rameaux (France). I du lat. pop. *ramellus, dimin. de ramus « rame, branche, ramification ». II d'apr. le b. lat. eccl. Dominica in ramis Palmarum « le dimanche dans les branches de palmes: le dimanche des Rameaux », v. aussi dies ramorum, Ramorum festum, Rami palmarum ds Blaise Latin. Med. Aev. et xive s. prov. jorn de Rams (Guillaume de La Barre, éd. Meyer, v. 3819 ds Gay).


Lire aussi la définition du rameau pour amorcer la réflexion symbolique.

*




Symbolisme :


D'après le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"Dans la tradition chrétienne, une jonchée de rameaux ou des rameaux agités symbolisent l'hommage rendu au triomphateur. La première antienne de la procession des rameaux confirme ce sens : les foules viennent avec des fleurs et des palmes à la rencontre du Rédempteur. Elles rendent un juste hommage au triomphe du vainqueur. Les nations célèbrent le fils de Dieu. A la louange du Christ, les voix retentissent jusqu'au ciel : Hosanna !

C'était une tradition orientale d'acclamer les héros et les grands en brandissant des rameaux verts, qui symbolisent l'immortalité de leur gloire. Ainsi, monté sur une ânesse, Jésus fit-il s dernière entrée à Jérusalem ; les foules croyaient au triomphe du Messie ; quelques jours plus tard, il était crucifié. Mais la cérémonie chrétienne du dimanche des Rameaux a parfaitement intériorisé ce triomphe. La prière de bénédiction des rameaux le précise : Bénissez, Seigneur, ces rameaux de palmier ou d'olivier, et donnez à votre peuple la parfaite piété qui achèvera en nos âmes les gestes corporels par lesquels nous vous honorons aujourd'hui. Accordez-nous la grâce de triompher de l'ennemi et d'aimer ardemment l'oeuvre de salut qu'accomplis votre miséricorde. La victoire ici célébrée est tout intérieure, c'est celle qui est remportée sur le péché, qui s'accomplit par l'amour et qui assure le salut éternel : c'est la victoire définitive et sans appel. Le symbolisme du rameau atteint à la plénitude de son sens.

Il était déjà préfiguré dans le rameau d'olivier que la colombe apporta dans son bec, pour annoncer la fin du déluge : La colombe revint vers Noé sur le soir et voici qu'elle avait dans son bec un rameau tout frais d'olivier (Genèse 8, 11). C'était un message de pardon, de paix recouvrée et de salut. Le rameau vert symbolisait la victoire de la vie et de l'amour.

Dans l'art médiéval, le rameau est l'attribut, tantôt de la logique, tantôt de la chasteté, tantôt de la renaissance printanière.

Un rameau de bois vert enflammé signifie la pérennité d'un amour, malgré la perte de l'espérance. On en voit un exemple dans une des salles du Palazzo Vecchio, à Florence. Vasari l'explique ainsi : Un tronc coupé mais encore vert qui, des endroits où les rameaux ont été taillés, jette du feu. On y lit le mot semper (toujours)... c'est la devise que Julien de Médicis portait sur son casque, lors de la giostra (tournoi). Elle signifiait que, bien que l'amour eût été coupé de l'espérance, il n'en demeurait pas moins vert, pas moins ardent et ne se consumait pas.

Cette devise aurait été modifiée par le neveu de Julien, Pierre de Médicis, fils de Laurent le Magnifique, en celle-ci : In viridi teneras exurit flamma medullas (dans le bois vert la flamme brûle les tendres moelles). Mais le sens ne fait qu'explicite le précédent : celui d'un amour si passionné qu'il brûle le bois vert ou si tenane qu'il survit à l'espérance, coupé avec les rameaux."

*

*

Selon Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes (Larousse Livre, 2000) :


"Selon une tradition en usage dans une grande partie du Moyen-Orient, dans l'Antiquité, pour honorer un héros ou un roi, la foule se groupait et, en l'acclamant sur son passage, brandissait des branches de palmier. C'est ainsi que le mot latin dont rameau tient son origine, ramus, signifie branche, et que des branches du palmier, nous avons toujours conservé la notion de titre honorifique dans les palmes académiques, par exemple. Les grecs et les Romains offraient des palmes aux vainqueurs. Palmes et rameaux sont donc des symboles de victoire et d'honneur. Toutefois, dans le récit de la vie de Jésus, lorsque ce dernier entre à Jérusalem, chevauchant un âne, symbole de sa grande humilité, au début de la semaine de Pâques, accueilli triomphalement par la foule de ses disciples qui lui lancent des branches de palmier, ce jour de gloire est aussi l'annonce de sa condamnation à mort. Tant et si bien que, depuis 2 000 ans, nous ne pouvons nous empêcher d'associer la plus haute élévation sociale à la disgrâce qui s'ensuit fatalement. C'est ainsi qu'un rêve où des rameaux jouent un rôle important est souvent très ambigu, et qu'il faut l'interpréter sous l'angle d'une victoire ou d'une réussite éphémère."

Dans Vert, Histoire d'une couleur (Éditions du Seuil, 2013) Michel Pastoureau s'attache à retracer l'histoire de la perception visuelle, sociale, culturelle de cette couleur en Occident, de l'Antiquité au XIXe siècle. C'est aussi l'occasion de préciser nombre de rituels et croyances populaires liées à cette couleur et aux éléments auxquels elle renvoie :

"Plus efficace que le remplacement des fêtes païennes par des fêtes chrétiennes fut la christianisation des végétaux eux-mêmes. Ainsi, le dimanche des rameaux, une semaine avant Pâques, la bénédiction de branches fraîchement coupées commémore l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem, telle que la racontent les Évangiles (la foule l'acclame en agitant des palmes), et prolonge les anciens rites païens liés au réveil de la nature. Au Moyen Âge, en France et en Allemagne, les rameaux sont ceux du buis ou du laurier ; mais en Espagne et en Italie, on utilise également l'olivier et le palmier tandis que qu'en Angleterre, c'est le saule qui est le plus souvent sollicité, et en Scandinavie, le bouleau."

*

*




Littérature :


Quel autre pays pourrait-nous accorder asile ?

Nous tenons dans nos mains le signe des suppliantes,

Ce rameau vert, décoré de rubans sacrés,

Terre, eaux claires, dieux du ciel et dieux des profondeurs

Qui mûrissent les malédictions dans l'ombre des tombeaux

Accueillez ces femmes, ayez pitié de ces femmes !


Eschyle, "Les Suppliantes" (parodos) in La Trilogie de la Guerre, traduction Olivier Py, 2012.

*

70 vues