Blog

  • Anne

Le Houx




Étymologie :

  • HOUX, subst. masc.

Étymol. et Hist. Ca 1200 hos bot. (Renart, éd. E. Martin, branche XI, 115). De l'a. b. frq. *hulis « houx » que l'on peut restituer d'apr. l'a. h. all. hulis, huls et le m. néerl. huls, de même sens.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :


*




Fleurs de Bach :


D'après Les Douze "Guérisseurs" et autres remèdes (1ère édition 1941, traduction française Centre Bach 2011) du Dr Edward Bach :


La fleur de houx est préparée pour "Pour ceux qui sont parfois assaillis par des pensées telles que la jalousie, l’envie, la vengeance, la suspicion. Pour les différentes formes de contrariété. Ils peuvent souffrir beaucoup en eux-mêmes, alors qu‘il n’y a aucune cause réelle à leur malheur."

*

*

Selon Mechthild Scheffer, auteure du coffret de cartes Les Fleurs du Dr Bach, le chemin de l'harmonie psychique (1997, traduction française : Médicis-Entrelacs, 2001), la fleur de houx est "la fleur de l'ouverture du cœur" qui nous guide dans le processus de transformation "de la dureté de cœur... vers la magnanimité."


Message de la carte :

Quelle est la vérité que je dois mieux comprendre ?

Quand on cherche l'unité et l'amour divin à l'extérieur, on subit nécessairement des désenchantements. Les sentiments humains sont toujours incomplets et contradictoires. Nous ne pouvons accéder à l'amour divin qu'ne ouvrant notre cœur à notre Moi supérieur qui nous guide spécifiquement selon les principes de l'amour divin. A travers l'amour que nous rencontrons ensuite sur notre chemin de vie, notre compréhension des lois divines augmente, ce qui nous rend à même de penser de plus en plus avec le cœur et de toujours mieux comprendre les sentiments des autres.


Quelle est la décision qui pourra me reconnecter avec mon Guide intérieur ?

Je me décide à accepter l'amour divin par la voie directe, et à ne plus le chercher dans le monde extérieur. Je comprends que nous sommes tous sur le même chemin. J'ouvre mon cœur, puisque c'est en lui que je peux percevoir les impulsions de mon Moi supérieur dans leur forme la meilleure et la plus pure, et je m'abandonne à ce guide.

Ces signes me permettent de voir que mon potentiel positif de Holly s'accroît :

Je peux témoigner plus de bonne volonté aux autres, et ne m'ouvrant ainsi, je peux davantage favoriser notre rencontre, parce que je comprends mieux leurs sentiments. Depuis que je sais mieux reconnaître la partie divine en moi-même, je peux également mieux la reconnaître chez mon prochain.

État d'âme négatif : Influençabilité : Sentiments de forte irritation : jalousie, méfiance, haine, envie.

*

*

Selon le site http://lesouffledessimples.com/, le houx pourrait s'exprimer ainsi


Je suis avant tout porteur de lumière.

Je donne vie aux lieux obscurs et glauques. Mes fleurs produisent un abondant nectar dont la douceur attire multitude d'abeilles.

Au printemps elles n'ont de cesse d'emporter avec elles ma capacité à saisir la luminosité.

Je tends et je tords sans aucun état d'âme chacune de mes feuilles afin qu'elles suivent ma précieuse lumière. Elle éblouit et obsède ma vie.

Pour cette impalpable éternité, cette gloire, je reste dans l'ombre où j'éduque chacune de mes feuilles à capter la moindre lueur que j'envoie ainsi au cœur des profondeurs.

Je trône à Noël dans les maisons où je symbolise l'immortalité, la vie au cœur de l’apparente mort hivernale. Je suis le soldat fidèle et passionné de l'énergie de transformation, totalement soumis.


Le Houx est bien connu pour ses feuilles persistantes, épineuses et ses baies rouges qui le rendent si attirant l'hiver. Ses feuilles possèdent chacune en moyenne une quinzaine de piquants, répartis de chaque côté d'une solide nervure centrale. Ils obligent les feuilles, qui autrement seraient plates, à s'incurver sans cesse dans tous les sens.

Les feuilles du sommet de l'arbre reçoivent la lumière dont elles ont besoin – c'est pourquoi elles sont plates et les piquants petits et peu nombreux.


Par son élixir :

La lumière de l'amour entre dans l'obscurité.

La réactivité négative excessive trouve à s'apaiser. La jalousie, l'envie, la vengeance, la suspicion, les différentes formes de vexation, la colère, la comparaison aux autres...posent leurs boucliers. Notre système de défense entre dans l'amour et se calme.


Mots-clefs : Transformation – Harmonie – Jeu."

*




Symbolisme :


Lire l'article sur le houx en tant qu'arbre sacré de Frau Holle.

Selon le site www.arfe.fr :


"Le Houx symbolise la persistance de la vie végétale (par ses feuilles et par ses fruits présents sur l'arbuste au cœur de l'hiver).Comme beaucoup de plantes piquantes il protège des maléfices. Son usage à cette fin était déjà pratiqué par les Romains où il était l'arbre des Saturnales. Ces traditions ont perduré en Allemagne, en Suisse et en France où il était d'usage d'en accrocher des rameaux sur les portes des étables et au seuil des maisons la veille de Noël.Il est difficile de distinguer, dans les textes anciens, ce qui se rapporte au Houx (Ilex aquifolium L.) de ce qui se rapporte à l'Yeuse ou Chêne vert (Quercus ilex L.) Le terme latin Ilex utilisé pour les deux est responsable de ces confusions mais également les végétaux eux-mêmes qui peuvent par bien des points s'assimiler (notamment par la forme et la persistance des feuilles et par les caractéristiques du bois). Ceci explique sans doute cette étrange parenté qui semble perdurer entre le Houx et le Chêne."

*

*

D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Les petites billes rouge vif accrochées en grappes, parmi le feuillage rigide et brillant comme de l laque, peuvent prendre place aux côtés des fleurs les plus raffinées. Et parlent tout aussi bien. Sans doute parce que ses feuilles se terminent en pointes acérées, le houx dit : "protégeons-nous", "protégeons l'avenir" et même "défendons-nous". Il s'écrie aussi "longue vie !". Vous pouvez le croire, il connaît la question, son buisson peut atteindre trois cents ans. Mais il recommande : "traitez-moi avec égards" et prévient : "je peux piquer". Il ne s'en prive pas.

Attentionné et prudent, il met en garde les fantaisistes qui auraient la curieuse idée de croquer ses baies : "Ne me mangez pas, je suis toxique".

Naturellement, comme chacun sait, son apparition chez les fleuristes et sur les étals des marchés salue les fêtes de la Saint-Sylvestre et clame : "Joyeux Noël et bonne année !" Voici cinq siècles qu'il règne sur cette époque bénie. En offrir, geste curieusement peu fréquent, c'est offrir ses vœux, mais c'est aussi ne pas hésiter à se montrer non-conformistes et un brin hardi."


Mot-clef : "Longue vie !"

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le Houx (Ilex aquifolium) :


"Le houx est une plante que l'on associe à la fête de Noël. C'est un petit conifère dont plusieurs variétés existent en Europe et en Amérique du Nord. La plus connue est un arbrisseau dont les feuilles vertes et luisantes ainsi que les petits fruits rouges servent de décoration aux fêtes de Noël et du Nouvel An.


Propriétés médicinales : Selon l'espèce, cette plante connaît différents usages médicinaux. Comme les fruits rouges de l'espèce la plus connue sont un poison qui n'est pas mortel mais qui peut grandement incommoder, il faut les tenir hors de la portée des enfants. Les feuilles de cette variété sont néanmoins recommandées pour le traitement des infections urinaires, car elles ont des propriétés diurétiques. C'est aussi un bon expectorant très efficace dans les cas de bronchite. Le houx blanc, originaire de l'Amérique du Nord, est considéré comme un excellent purgatif ; ses baies sont aussi toxiques. Une autre sorte de houx, le houx noir, était utilisé comme vomitif dans certaines cultures amérindiennes.


Genre : Masculin.


Déités : Cernunnos.


Propriétés magiques : Protection - Garde contre les éclairs - Chance - Magie dans les rêves.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Cette plante est réputé pour protéger contre le tonnerre et les éclairs, l'empoisonnement et les mauvais esprits.

  • Planté autour de la maison, le houx protège des attaques de magie noire.

  • Au Moyen Âge, on croyait que si on lançait du houx sur des bêtes sauvages, celles-ci s'étendaient à vos pieds et vous laissaient tranquille.

  • La tradition veut que l'on baigne les nouveau-nés dans une infusion de houx, ce qui les protège contre tout péril.

  • C'est aussi une herbe chanceuse pour les hommes, car elle est une plante mâle ; son pendant féminin est le lierre.

MAGIE DES RÊVES

  • Ce dont vous avez besoin :

- neuf feuilles de houx

- un morceau de coton blanc

  • Rituel :

Un vendredi soir, après minuit, préférablement une nuit de pleine lune, seul et sans faire de bruit, allez cueillir neuf feuilles de houx en gardant le silence le plus complet. Remerciez la plante dans votre tête pour son "cadeau". Puis, dans un morceau de coton blanc, enveloppez soigneusement les feuilles en disant :


Cernunnos, toi qui veilles dans le creux des forêts,

Montre-moi l'avenir

Fais que mon rêve se réalise

Ouvre-moi la porte des songes

Afin que je sache ce qui m'attend.

Tout de suite après, placez ce morceau de coton sous votre oreiller. Les rêves que vous ferez au cours de cette nuit se réaliseront rapidement."

*




Mythes et légendes :



Selon Véronique Barrau et Richard Ely, auteurs de Les Plantes des fées (Éditions Plume de carotte, 2014), le houx suscite des "avis mitigés".


Il ne fait pas l'unanimité : Quand la Toussaint approche insidieusement en soufflant des pensées grises dans nos esprits, quand les nuages se font bas et lourds, quand la température commence à chuter irrémédiablement, la Caillaec Bheur écossaise sort de son rocher en lequel elle s'était transformée une année durant. Cette sorcière à la peau bleue parcourt dès lors inlassablement les vallées et montagnes tout en frappant la terre de son bâton taillé dans une branche de houx. Ce simple contact déclenche l'arrivée du gel et de la neige recouvrant la terre.

Ce n'est qu'au 1er mai, quand les rayons de soleil éclairent l’Écosse que la sorcière de l'hiver consent à revenir à sa forme minérale jusqu'à l'automne. Avant de se métamorphoser, elle jette son bâton sous des ajoncs ou du houx, là où nulle herbe ne pourra plus jamais croître... Cette relation privilégiée avec la plante épineuse qui nous intéresse se retrouve aussi chez les Macralles de Belgique qui en sont tout simplement fanatiques. Pour preuve, on ne trouve que du houx dans les jardins ce ces sorcières !

Mais si on se reporte aux traditions d'autres pays, cette passion exclusive pour ce végétal est loin d'être partagée par toutes les ensorceleuses. A Rome, elles se faisaient fort discrètes quand les habitants défilaient lors des Saturnales avec un rameau de houx à la main. Elles évitaient tout autant les maisons près desquelles poussait la plante.

Les sorcières de France, de Suisse et d'Allemagne ne rentraient jamais dans une demeure où l'"on avait fixé des rameaux de ce végétal la veille de Noël. Les feuilles piquantes du houx décourageaient les plus hardies.


Sacrilège ! C'est sûrement un lutin farceur qui en 1907, suggéra à un paysan irlandais de nettoyer sa cheminée avec des branches de houx. La forme dentelée des feuilles est peut-être efficace pour décrocher la suie collée dans le conduit mais ce vil usage ne fut pas du goût des fées qui chérissent cette plante. Rouges de colère, elles firent s'abattre une pluie de pierres sur la maison de l'indélicat. Face aux dégâts occasionnés, l'homme comprit la leçon et ne répéta jamais plus la même erreur.


Une fée à l'écoute : Dans un temps lointain, un couple âgé assis sous un grand houx se lamentait de devoir travailler pour subvenir à leurs besoins alors que leurs corps fatigués réclamaient du repos. De l'arbre épineux surgit alors une ravissante petite fée. Sa tête était couronnée de houx tandis que de petites baies rouges pendaient à ses oreilles et que d'autres fruits similaires formaient un magnifique collier ornant son cou. cette fée des Houx, emplie d'empathie, leur offrit une bourse pleine de pièces d'or qui jamais ne se désemplissait. Elle émit toutefois une condition : ne jamais déterrer le pot qu'ils allaient de ce pas ensevelir ensemble sous un dolmen, sans quoi le couple retomberait dans la misère. Les deux petits vieux promirent et savourèrent leur nouvelle aisance financière. Mais comme dans tout conte de fées, la curiosité fut la plus forte et au bout de de quelque temps, ils sortirent de terre le fameux pot. La suite, comme vous le devinez, les replongea dans les conditions pénibles dont ils se plaignaient tant...


Les Germains décoraient leurs maisons de branches de houx encore garnies de leurs baies pour honorer les esprits de la forêt."

*




Croyances populaires :


D'après Véronique Barrau, auteure de Plantes porte-bonheur (Éditions Plume de carotte, 2012) : le houx commun (Ilex aquifolium) "est verni, nous aussi.

Ça commence dans le sang : Les premiers Chrétiens firent des fruits rouges du houx le symbole des gouttes de sang de Jésus couronné d'épines. S'appuyant sur cette représentation, l'Eglise proscrivit dès le IVe siècle l'usage du gui lié aux cultes druidiques durant les fêtes de la nativité en essayant de le faire remplacer par le houx. Comme les feuilles piquantes de la plante passaient en outre pour repousser les forces du mal et que leur verdeur persistante représentait la force de vie de la nature, l'arbuste fut rapidement le bienvenu dans les maisons au cœur de l'hiver pour y apporter tous ses bienfaits supposés.


Patience récompensée : Enfermée dans un coffret, une branche de houx sera un porte-bonheur efficace si vous patientez jusqu'au premier jour de l'année avant d'ouvrir la boîte. Gageons que le végétal en question saura vous aider à appliquer vos nouvelles résolutions !


Fêtes de fin d'année : Un Noël sans houx accroché au-dessus des portes d'entrée ou dans les maisonnées serait bien triste si l'on en croit la superstition. Son absence équivaudrait en effet à passer de mauvaises fêtes...

Voilà qui ne peut que vous inciter à décorer votre salon de cette belle plante aux couleurs complémentaires que sont le rouge et le vert. Que votre précipitation à bien faire ne vous fasse commettre d'impair toutefois ! La prudence commande en effet de ramasser du houx avant la veille de Noël, sans quoi morts et vivants vous apporteront des déboires de toutes sortes... Et comme si cela ne suffisait pas, les Anglais conseillent de jeter le houx hors de chez soi après le 6 janvier. Dieu sait ce que cet oubli peut engendrer comme terribles malheurs !


Couple : Une embrassade sous le houx faciliterait la réalisation des vœux à exaucer. Encore faut-il, selon les Anglais, que soient entremêlées une branche de houx femelle (sans piquants) et une branche de houx mâle (aux bordures épineuses), sans quoi les visées de 'un des conjoints pourraient empiéter sur celles de l'autre...


Hors norme : En Tasmanie pousse la plus vieille plante vivante du monde : un houx de l'espèce Lomatia tasmanica. La datation au carbone 14 d'une feuille fossilisée a permis de constater que la plante, ayant germé durant la préhistoire, dépasse les 43 000 ans et se reproduit par clonage : ses centaines de rejets s'étendent sur plus d'un kilomètre au bord d'un torrent.


Un ornement à la mode : Selon la Revue de l'horticulture belge et étrangère, la vicomtesse d'Ardelle aurait découvert l'utilisation traditionnelle du houx comme porte-bonheur dans un manuscrit datant du XIIe siècle. Cette découverte serait à l'origine de l'intérêt porté par ses concitoyens. En 1880, tous les salons brillant par leur élégance étaient agrémentés de massifs de houx dont les couleurs verte et rouge étaient du plus bel effet décoratif.


A double tranchant : Une ancienne coutume galloise voulait que chaque mari souhaite la bonne année à sa femme sous un bouquet de houx suspendu au plafond. La malice faisait dire à certains que, sous ses dehors romantiques, cet acte valait en fait d'avertissement à l'épouse. Si la gente féminine se montrait insuffisamment soumise durant l'an qui débutait, des corrections avisées les remettraient sur le droit chemin...


Au loin les orages : L'orage ne plane pas que dans les colères de couples... Lorsqu'il tonnait dans le ciel, les paysans du Moyen Âge serraient fébrilement un rameau de houx béni que les curés laissaient à disposition devant les portes des églises ou sur les autels pour protéger chacun des foudres célestes. La nuit est un autre phénomène naturel que certains, incapables d'y trouver le repos escompté, redoutent par-dessus tout. Présent dans plusieurs cultures, le cauchemar est le nom donné à un esprit maléfique auquel on attribue la responsabilité des songes tourmentés et des sensations d'oppression sur la poitrine des dormeurs. Pour se protéger de ses visites nocturnes, les Écossais n'oubliaient jamais de placer une branche de houx près de leur lit.

Selon la superstition, les bords dentelés et piquants des feuilles de houx sont également à même de tenir à distance les sorciers et leurs maléfices. L'usage de la plante était abondant en Europe et le simple fait de placer ses feuilles dans le lait passait en Basse-Normandie pour repousser les mauvais sorts. Au Moyen Âge, les charretiers belges incluaient secrètement une cheville de houx dans leurs véhicules afin que la plante, redoutée par les sorciers, décourage ces derniers d'accomplir une mauvaise action à l'encontre des voyageurs ou du véhicule.


Un nom de bon augure : Dans les années 1880, les époux Wilcox ont acquis un grand terrain de la banlieue de Los Angeles pour y établir leur ferme. La propriétaire baptisa le ranch "Hollywood", traduisez "Bois de houx" alors qu'aucun arbuste de cette espèce ne poussait aux alentours. Son choix, comme elle l'expliqua plus tard, fut guidé à la fois par son côté superstitieux et par la sonorité agréable du mot à son oreille.


Argent : Réputé pour attirer l'argent, le houx constitue pour certains hommes d'affaires d'Amérique un précieux fétiche. Une croyance stipule par ailleurs qu'il suffirait de plonger une branche de houx dans du vin après minuit puis de rapporter chez soi le morceau de bois pour devenir infiniment riche ! Pour les amateurs de trésor, sachez enfin que deux branches prélevées au petit matin vous montreront la voie pour trouver des magots dissimulés au regard. Si avec tout ça vous ne devenez pas riche, on ne peut plus rien pour vous !


L'ambivalence du houx : Ses épines piquantes ont valu a houx d'être assimilé à une création du diable ayant échoué à reproduire deux espèces arboricoles d'origine divine. Aux yeux des Béarnais, le houx serait ainsi une contrefaçon ratée du laurier tandis que les Bretons évoquent le chêne. Peut-être est-ce pour cette raison que les Belges du pays Wallon utilisaient une épine de la plante pour signer les pactes passés avec Satan... Diabolique ou non, le houx entretient une ambiguïté malsaine car s'il protège des faiseurs de sort, le végétal offre tout aussi complaisamment son bois à tout sorcier voulant façonner son bâton !"

*

*


203 vues