Blog

  • Anne

La Lune, la rêveuse




Étymologie :

  • LUNE, subst. fém.

Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 « planète satellite de la terre » (Roland, éd. J. Bédier, 2512) ; 2. 1556 « mois lunaire » (Thevet, Cosmographie du Levant, p. 137 ds Delb. Notes mss) ; 3. 1686 « satellite d'une autre planète que la terre » (Fontenelle, Mondes, 6e soir ds Littré) ; 4. 1748 lune du miel (Voltaire, Zadig, chapitre 3, éd. G. Ascoli, t. 1, p. 13) ; 1818 (La Minerve Française, p. 253 d'apr. Barbier ds Mod. Lang. R. t. 16, 1921, p. 257 : le premier mois de cette union, ce mois précieux que les Anglais nomment énergiquement the honeymoon, la lune de miel). B. 1529 lune d'eau « nénuphar blanc » (J. et R. Parmentier, Disc. de la navigation, 56 ds Delb. Notes mss). C. 1. Ca 1495 tenir un quartier de lune « être un peu fou » (Jehan de Paris, éd. E. Wickersheimer, p. 47) ; 2. 1680 « folie, caprice » (Rich.) ; 1808 être dans sa bonne, mauvaise lune (Hautel). D. 1. 1640 pleine lune « gros visage » (Oudin, Recherches ital. et françoises, Paris) ; 2. 1872 « derrière » (Larch., p. 192). Du lat. luna « lune » et « mois lunaire » ; lune de miel est un calque de l'angl. honeymoon attesté dep. 1546 (v. NED).


Lire également la définition du nom lune afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Symbolisme :


Pour Charles E. Vouga qui propose Une Astrologie pour l'ère du Verseau (Éditions du rocher, 1979) :


La Lune est le mouvant par excellence. Dans le thème astrologique, elle représente le cercle qui est autour de la croix. La Lune, « le monde des sensations », est ambivalente, d'une part elle limite la somme des choses que nous pouvons vivre et dont nous pouvons avoir conscience, et d'autre part elle nous donne la somme des choses dont nous pouvons avoir conscience.

La première chose que le Soi expérimente, c'est sentir, ensuite d'autres choses viennent s'ajouter à sa sensation d'être. Il y aura l'impulsion d'agir, l'impulsion d'aimer, de rayonner, l'impulsion de se contracter, de se dilater. Tout cela viendra ensuite ; mais toujours, fondamentalement, sentir est la note dominante, et cette note dominante, la conscience elle-même dans son essence, c'est la Lune qui la lui donnera.

Elle commande toujours, par sa position dans le thème, le pôle de la sensibilité, et dans le Zodiaque, dans les douze bras de croix, elle commande le quatrième signe, le Cancer, pied de la Croix cardinale, quatrième maison astrologique, c'est son monde à elle. Donc, quand on dit Lune en astrologie, on dit sensation, émotion : ce n'est pas un affect au sens psychologique moderne du terme, c'est le premier contact qui vous touche, mais sans que nécessairement cela vous plaise ou vous déplaise. Le premier contact avec le monde extérieur, ce sera toujours par la Lune de votre thème que vous le ferez, parce qu'elle représente vraiment le zodiaque de toutes les formes de la conscience de vous-même que vous avez. Par elle, dans les rails de la Lune, va passer tout le monde, le kaléidoscope de toutes les couleurs que représentent les différentes énergies de votre nature : la puissance de propagation qui est le sexe, la puissance de conservation de vous-même, le don de vous-même, votre puissance de rayonner ou au contraire de vous retirer, la peur, l'audace, tout ce qui fait partie de vous-même. C'est la Lune qui animera tout cela et vous en fera prendre conscience.

Le principe du mouvant, c'est donc avant tout la Lune qui vous tourne autour. Elle est satellite de la Terre, inséparable d'elle, les deux sont Un. Or, la Terre, ici représente le Soleil qui est axial, autour duquel tourne la Lune. On appelle un Soleil ce qui est axial, ce n'est pas celui de notre système solaire, mais c'est, par rapport à la Lune, la chose dont elle s'occupe, autour de laquelle elle tourne.

Voilà pourquoi elle représente le principe maternel qui toujours tourne autour de son enfant. Pour la Lune, la Terre est toujours son enfant, et la puissance de la Lune, au départ, est plus grande que celle de la Terre ; mais, par l'exercice de sa puissance maternelle, organique, l'enfant grandit pour un jour égaler sa mère, et même normalement la dépasser. Voilà pourquoi l'évolution, non seulement de l'homme, mais des races et des générations.

Donc, l'élément maternel par excellence, est la Lune, ce mouvant perpétuel qui constamment donne et limite à la fois, protège et nourrit son enfant, qui est ici au centre avec ses douze bouches (les douze pointes de maisons du thème) à qui elle apporte ce qu'elle trouve ! Ce qu'elle trouve, elle l'apporte en proportion de ce que lui veut ; et ce qu'il veut va être indiqué par ses attributs à lui, qui sont ses planètes. Celle qui nous entoure partout et toujours, comme elle va vite autour de nous ! Elle travaille bien, en vingt-huit jours elle a fait le tour de tous les berceaux du petit être, du petit Soleil que nous sommes. La Lune, puissance formidable, sur laquelle il faut toujours compter dans toutes les situations, sans laquelle rien n'arrive. Il faut la permission de la maman pour que l'enfant soit touché, et l'enfant est ce qu'on appelle le « Soi », le petit Soleil qui commence maintenant à s'incarner dans le champ de l'espace et de l'existence présente.

Il y a une hiérarchie de la valeur des astres. En découvrant la signification de chaque astre, on découvre sa position dans cette hiérarchie, qu'il faut connaître par ailleurs.

La Lune occupe une place toute spéciale, comme satellite de la Terre, car elle n’intéresse pas le système héliocentrique en tant que tel. La Lune est intéressée aux planètes du système solaire de la Terre, qui est le nôtre (celui personnel de chacun de nous) et non pas au système solaire du ciel. La Lune est notre astre, à nous seuls, c'est elle qui détermine l'extension du géocentrisme et du géopsychisme.

Donc la Lune est une puissance quantitative, elle est convertible, elle montrera le pire comme le meilleur. c'est une masse de conscience de l'existence et c'est pour cette raison qu'elle est si puissante, car c'est elle qui déclenche tout.

Regardez combien l’acoustique est capitale pour la musique. Sans acoustique, on n'entend presque rien, il faut cette caisse de résonance, il faut cette masse de vibrations qui relie l'instrument à votre oreille ; la Lune est l'instrument de relation qui relie tout à tout. Elle est toujours télépathique, puisque pathos veut dire « sensible à », c'est donc la conscience quantitative que l'être a de l'existence, sans définition quelconque de la qualité. Les qualités vont venir des rapports des autres astres avec elle ; mais en elle-même, elle n'est intéressée qu'à l'existence. Sa fonction est de tirer l'être, de l'actualiser dans l'existence, elle le sort de son état potentiel et l'attire dans l'existentiel.

Alors, que sont les planètes, par rapport à elle ? Si la Lune est la puissance quantitative de conscience que le natif peut avoir de l'existence, les planètes sont la puissance qualitative de la conscience même de l'être du natif. (C'est toute une nuance.) Les planètes sont les attributs de l'être et doivent toujours, pour finir, avoir priorité sur la Lune, si ce n'est pas le cas, vous êtes perdus, et c'est là tout le drame de la vie.

La Lune est à comparer à une pâte, la planète à un levain. Avoir la conjonction Lune-Vénus, voilà le levain qui est dans la pâte, c'est le levain vénusien qui apporte sa qualité à la puissance quantitative de la conscience, et c'est le charme...

Je reviens à cette chose capitale : dans l'opposition d'une planète quelconque, même Vénus, et même Mercure, à la Lune, il faut que la Lune cède à l'autre, à tous les autres. Mais précisément, dans le thème, si l'on est né avec cet aspect on sait que l'individu ne pourra obtenir que la Lune cède la priorité à Vénus que dans la seconde partie de la vie, c'est là son problème. cela veut dire qu'il ne relie pas du tout la puissance de sa conscience de l'existence, la Lune, à son cœur, elle est complètement détachée de son cœur. Alors, il apprendra à ses frais, au cours de la vie, et fera apprendre à d'autres ce qu'est cette opposition. Et il apprendra précisément à équilibrer le rapport formidable qu'il y a entre le satellite de la Terre et le système solaire de l'homme ; car dans ce cas, la puissance qui lie, Vénus, est en opposition à la planète qui relie.

Les oppositions sot toujours dures à vivre, pour l'être. Avec Pluton, c'est un régime tout spécial, car toutes les planètes sont sacrées, sauf lui. Toutes ont le droit, et doivent mettre leur levain dans la pâte de la Lune ; mais si Pluton peut mettre son levain dans la Lune, il le fera, ce sera de la pourriture. Si c'est une planète qui fait opposition à Pluton, cela signifie qu'elle s'est placée aussi loin que possible de lui, il ne s'agit pas de faire une synthèse, ici.

Vous avez deux situations extrêmement intéressantes au point de vue de l'évolution même de la planète Terre, car vos thèmes reproduisent à leur étage, dans leurs qualités, dans leur dimension, le drame même de la croissance de l'âme de la terre. Et l'on peut voir dans vos thèmes comment la Terre elle-même a pu devenir ce qu'elle est pour avoir comme enfant la race humaine. Cela n'a pas été donné à la Terre tout de suite de mériter la race humaine, comme enfant. Nous sommes vraiment la couronne de la terre, son fruit le plus magistral.

Deux situations peuvent aussi se produire, dues premièrement à un carré de Pluton, celui où Pluton est devant, exigeant d'un autre astre qu'il s’engouffre en lui... Alors vous voyez là, répété, un phénomène qui s'est fait dans l'évolution de la terre, à une époque où la Terre était encore elle-même absolument branlante dans sa force formative. Alors est rappelé dans le thème humain une des phases antérieures ; nos thèmes, quand ils sont mauvais, représentent des phases antérieures de l'évolution même de la croissance de la Terre.

Lorsque la Lune est devant une planète et lui fait carré, sa puissance alors est énorme ; par ce carré elle emportera la planète, ce qui encore traduira le drame de la Terre : se faire respecter par son satellite, la Lune. car la Terre est mâle, par rapport à la Lune, et la Lune est femelle ; et il faut que la femelle respecte le mâle et le suive, autrement tout est perdu. Et quand la Lune est en carré devant une planète, ce sera pour cette planète une difficulté de rester mâle, par rapport à la Lune. Mais elle peut et doit le faire. Et pour finir, elle transformera cette pâte car elle s'engouffre dedans, jusqu'à finalement s'y noyer quelquefois. Et vous voyez que le drame de la Terre a été de savoir si elle allait être engouffrée par la Lune ou si elle allait se faire respecter par elle, et se faire servir par elle. Les émotions qui doivent nous servir et ne jamais nous maîtriser, tut est là, et revient astronomiquement à définir la position de la Lune, satellite de la Terre. Et vous imaginez le drame qu'il y a eu dans l'histoire de la Terre et de la Lune, pour que graduellement la Terre puisse se dégager suffisamment de la Lune pour affirmer sa propre identité face à elle. Au début, c'était une identification de la matrice et de sa graine, qui était l'âme de la Terre. Graduellement, par le jeu de la croix, la Terre s'est détachée de la Lune, s'est désidentifiée, a affirmé son individualité et c'est ainsi qu'elle a grandi. Nous le voyons dans tous les thèmes.

*

*

Selon Solange de Mailly-Nesle auteure d'un ouvrage intitulé L'Interprétation du thème astral (Éditions Nathan, 1989 sous le titre Le Thème astral ; Éditions du Rocher, 2000) :


Le symbole représente selon qu'il est ouvert vers la gauche ou la droite les "lune montante ou lune descendante".

Tout comme la Lune reflète la lumière du Soleil, elle symbolise sir le plan psychique la connaissance indirecte, l'intuition, l'imagination, l'inspiration, le rêve... mais aussi la réceptivité, la passivité... Elle représente tout ce qui a été dévolu traditionnellement à la femme dans notre civilisation patriarcale, tout ce qui est inhérent au féminin : la protection, la sécurité, la continuité, la conservation, la répétition, les habitudes...., mais aussi la sensibilité, la vulnérabilité. Elle symbolise la femme. Tout comme elle est le satellite de la Terre aux multiples phases périodiques, elle représente la dépendance, la mobilité, les changements d'humeur. Sorte de cocon protecteur de la Terre, faisant écran entre elle et le Soleil, elle est ce qui permet de donner une forme à la vie, de croître à l'abri, avec tout le mystère que suggère la nuit dont elle est la reine.

Dans la mythologie grecque, elle représentait trois divinités : croissant lunaire tourné soit vers le ciel, soit vers la terre, elle incarnait Artémis-Diane, la sauvage déesse de la nature ; pleine Lune, quand elle s'oppose au Soleil, elle symbolisait Séléné-Hélène ; enfin, Lune obscure dans les nuits les plus noires, elle fut associée à Hécate, déesse des morts qui règne sur l'Hadès et guide vers l'initiation.

Sur le plan biologique, elle représente les fonctions qui sont spécifiquement féminines et qui permettent la reproduction : les seins, les ovaires, mais aussi celles qui concernent la digestion : l'estomac. Elle serait en rapport avec l'œil droit chez la femme, l'œil gauche chez l'homme. D'un point de vue circonstanciel, la Lune est en relation avec les périodes (la vie intra-utérine, l'enfance), les lieux (le sol, l'habitat, la patrie) qui forment l'individu, la ou les personnes qui l'aident à croître, qui influencent son patrimoine génétique, moral, affectif (la mère, l'héritage maternel) ou qui assurent la continuité de ce patrimoine (la femme, l'épouse). La Lune est aussi en rapport avec les circonstances qui manifestent la croissance d'un individu dans le collectif : la renommée, par exemple, mais aussi les facteurs qui portent cette renommée : la foule, le public,. Enfin, tout comme elle est liée aux débuts de la vie sur terre, elle participe à la fin de celle-ci et représente aussi la mort.

Quand on l'interprète dans un thème natal, la Lune évoque la façon dont nous nous percevons intérieurement, l'image de soi en regard du Soleil qui est plutôt l'image que nous désirons avoir de nous-même, ou l'idéal du Moi. Les différents aspects qu'elle entretiendra avec les autres planètes rendront compte de la façon dont un individu réagira pour assurer sa sécurité intérieure, sentiment qui a été formé principalement par le type de relations entretenues avec la mère et que l'individu tend à faire durer. La Lune est un des symboles les plus polyvalents, c'est pourquoi nous l'avons un peu plus développé que le Soleil qui est mieux connu.

[...]

Symbole Fonctions psychologiques Modes d'expérience Fonctions biologiques

tendances, aptitudes, circonstances, et physiologiques.

capacités. événements.


Nuit, mémoire, Image de soi. Vie intra-utérine. Fonctions de reproduction

souvenir. Sécurité intérieure que Enfance, le sol, l'habitat, : ovaires, seins.

Eau, fécondité, cherche à conserver. la patrie.

féminité, femme, Mode d'adaptation, de Relations à la mère. Fonctions digestives :

mère, ce qui donne réaction inconsciente. Pour un homme : estomac.

une forme à la vie. Façon de concrétiser relations au féminin, à

Reflet, connaissance son idéal. la femme. Œil gauche.

indirecte, intuition, Habitudes innées ou Pour une femme :

imagination, rêve. acquises. comportement extérieur,

Satellite, dépendance, Changements d'humeur. mode de manifestation.

mobilité.

*

*

Fanchon Pradalier-Roy, astrologue et auteure de L'Univers de l'homme (Éditions du Rocher, 2000) explique ainsi le symbole et le principe planétaire de la Lune :


La coupe de l'âme et la dualité de l'être humain :

Observons la Lune dans ses différentes phases. D'abord simple pinceau de lumière, laissant juste entrevoir un arc de cercle, jusqu'à l’épanouissement global de la pleine Lune.

Images en séquence des phases de la Lune, de la nouvelle Lune à la pleine Lune :


L'arc de cercle se déploie vers la totalité du cercle qui finit par se replier à nouveau vers l'arc. L'âme en tant que partie d'un Tout est traditionnellement représentée par un arc de cercle, plus joliment appelé coupe.

Ce symbole évoque l'incomplétude, pour ne pas dire le déchirement ou la séparation d'avec une autre partie avec laquelle elle formait un double (le mythe de l'âme sœur, l'unité primordiale perdue), de son complémentaire et plus généralement son aspiration à la plénitude.

On stylise un peu ce symbole jusqu'à lui faire figurer réellement le croissant de Lune, pour représenter justement la Lune en astrologie.


La croix de l'existence : incarnation et orientation de l'être

Ainsi armée de sa coupe, l'âme n'est pas tout à fait viable. Divisée, fragilisée, désolidarisée d'avec le Tout de l'esprit, elle est perdue et désorientée. Telle une coquille de noix sur le vaste océan, elle risque de flotter au gré des courants, sans prise sur son environnement, sans aucun moyen de se diriger, et donc impuissante rejoindre sa moitié perdue ou sa totalité. Pour se diriger, se mettre en route et avancer vers son but, elle va devoir se munir d'un drôle d'instrument qui lui donnera enfin des informations sur l'environnement et surtout les moyens d'avoir une prise sur lui : un corps !

Traditionnellement la matière et le corps, s'agissant de l'homme, sont représentés par une croix.

*

*

Dans son ouvrage de vulgarisation intitulé Décryptez votre thème astral, Éclairez votre chemin de vie grâce à l'astrologie (Éditions Hachette Livre, 2019), Julie Gorse donne le B.A Ba de chaque planète, et, en ce qui concerne la Lune, des luminaires :


Elle est reliée à Séléné chez les Grecs (et Luna chez les Romains), la sœur d'Hélios. Artémis (chez les Grecs et Diane chez les Romains) en est la déesse (elle est la sœur jumelle d'Apollon, dieu du Soleil). Artémis est aussi la déesse des chasseurs et des archers. Elle préside à la naissance et au développement des êtres.

La Lune est le maître du Cancer. Dans le thème, elle symbolise le subconscient ; c'est l'énergie émotionnelle, maternelle et nourricière. Son interprétation illustre le sentiment du foyer, la façon dont les émotions influencent les humeurs et où se situe le besoin de sécurité. Là où est la Lune se trouve notre imaginaire.

Les personnages représentés par la Lune sont la mère, l'épouse, l'âme.

L'énergie de la Lune mal orientée pourra donner naissance à l'inhibition, la peur, l'insécurité, les addictions alimentaires, l'infantilisme, le besoin de régresser, etc.


En regardant la position de la Lune dans votre thème, posez-vous les questions suivantes : Quels sont les automatismes qui me maintiennent dans ma zone de confort ? Comment est-ce que je laisse vivre mon enfant intérieur ? Qu'est-ce qui me nourrit ?


Mots-clef : L'âme ; la mère ; l'épouse ; le principe féminin en soi ; le public ; le foyer ; la nourriture.

*

*

1 384 vues

Posts récents

Voir tout