Blog

  • Anne

L'Écureuil et la Buse


Les deux derniers animaux de la forêt qui m'ont adressé de jolis clins d’œil : l'écureuil à Champex et la buse au désert de Jean-Jacques Rousseau.


Étymologie

  • ÉCUREUIL, subst. masc.

Étymol. et Hist. A. 1176-81 escuriax [pl.] « écureuil » (Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion, éd. M. Roques, 1115) ; 1remoitié xiiies. l'escurel au pilicon rox [v. 1355] escuiroil [v. 1358] (Renart, éd. E. Martin, XIII, 1355 et 1358).

B. 1838 « nom vulgaire de plusieurs poissons et d'un papillon de nuit » (Ac. Compl.). Issu, à travers différentes formes : escureul, escuireul, escuriel, escuriuel, d'un lat. vulg. *scūriolus, dér. du lat. impérial sciūrus « écureuil », empr. au gr. σ κ ι ́ ο υ ρ ο ς « id. » lui-même composé de σ κ ι ̀ α « ombre » et ο υ ̓ ρ α ́ « queue » l'écureuil faisant de l'ombre avec sa queue, la finale -euil s'explique prob. p. anal. à partir du plur. où -eus est commun aux mots dont le sing. est en -eul et à ceux dont le sing. est en -euil (cf. aussi deuil).

Voir aussi la définition détaillée du nom "écureuil" qui propose quelques éléments de symbolisme.

*

*



Expressions populaires :

Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expression populaires bien connues :


Dès potron-minet : Dès potron-minet, de grand matin, est une façon de parler qui se fait rare, mais elle intrigue encre ses derniers utilisateurs. Savoir que l'on dit aussi patron-minet n'éclaircit guère la locution, qui désigne le point du jour - comprenez "dès que le jour point" (du verbe poindre). Son ancienne forme est d'ailleurs potron-jacquet ; en normand un « jacquet » est un écureuil. Quand au potron, il est une altération de poitron - on disait au XVIIe siècle :

« Il s'est levé dès le poitron-jacquet » - lequel vient de « poistron », du latin posterio, postérieur, révérence gardée : le cul. « … et la boele [les boyaux] vous saudra fors [sortira] par le poistron », menace quelqu'un dans le Roman de Renart.

Selon la grammaire de l'ancienne langue (voir Queue leu leu [à l'article loup]), potron-jacquet signifie donc « le derrière de l'écureuil », partie fort visible de cet animal tout en queue et de surcroît extrêmement matinal ; l'expression veut dire : « quand l'écureuil montre son derrière, se lève, dans la fraicheur de l'aube naissante »...

« Je vais me coucher. Le lendemain, m'étant éveillé dès le potron-jacquet, comme mon père ronflait encore, parce que le in l'avait surpris au bal, je vais à l'écurie ; je prends sa jument et le chemin de Niort. » (Caylus, Les Étrennes de la Saint-Jean, 1742).

Naturellement, il s'agit là d'un langage très agreste ; dès que les peuples commencent à s'urbaniser ils se coupent de certaines préoccupations, et en particulier du mode de vie des écureuils ! C'est sans doute pourquoi le mot a glissé vers le chat, plus familier et tout aussi matinal - on disait dans le même sens « dès que les chats seront chaussés ». Il a fourni le bizarre « potron-minet ».

Quant au reste, j'ignore si c'est avec ou sans malice que le postérieur est devenue le "patron" dans l'altération populaire de la locution « patron-minet » ; une variante déjà en usage au début du XIXe siècle : « Dès le patron minet, il te fallait empoigner l'arrosoir, et te morfondre à jeter du ratafia de grenouilles sur tes tulipes. » (Vidocq, Mémoires, 1828.)

*

*

Croyances populaires :

Selon Ignace Mariétan, auteur d'un article intitulé "Légendes et erreurs se rapportant aux animaux" paru dans le Bulletin de la Murithienne, 1940, n°58, pp. 27-62 :


L’Écureuil au bain : « C'était au mois de juillet 1876, le soleil était ardent..., je me reposais à l'ombre de quelques sapins qui dominent le chemin de la Bocarderie, à Valangin... Un Écureuil dégringole d'un vieux sapin, il est si affairé qu'il passe à deux pas sans me voir ; arrivé dans le pré il se démène comme un forcené, il coupe de longues herbes qu'il arrange en plumeau, et les serrant fortement de ses mâchoires, il saute sur les bords du Seyon. Sans grandes cérémonies, le voilà reculant dans l'eau avec les mêmes mouvements qu'un novice aux bains froids ; peu à peu le corps tout entier a disparu, le museau surmonté du panache reste seul à la surface, encore un dernier effort et le bain sera complet., courage ! une, deusse, pouf ! le plongeon est fait ! les herbes s'en vont à la dérive emportant de nombreux parasites qui se cramponnent comme les naufragés à la dernière épave. Quant à notre baigneur il a déjà disparu dans l'épaisseur du bois. » (Couvet, janvier 1877) A. Fallet. (« Le Rameau de Sapin », 1er juin 1877.!

On est surpris de trouver même dans Buffon des affirmations comme celle-ci : l’Écureuil craint l'eau encore plus: que la terre, et l'on assure que, lorsqu'il faut la passer, il se sert d'une écorce pour vaisseau et de sa queue pour voile et pour gouvernail. (Cité dans le livre de lecture des écoles primaires du Valais.)

On dit qu'il fait toujours trois nids, et qu'il change parce qu'il a des puces. S'il a plusieurs nids, parfois, c'est probablement pour dépister ses ennemis, car il porte ses parasites avec lui, fixés sur la peau (Vallée d'Illiez).

Dans les vieilles légendes Scandinaves, l’Écureuil figure comme le messager des dieux ; il portait la nouvelle de ce qui arrivait dans le monde aux autres animaux.

*

*




Symbolisme :


Pour ma part, l'écureuil m'a toujours transmis un message de vivacité quasi électrique, de joie du corps qui se meut rapidement et de confiance en l'avenir par les bonds qu'il n'hésite pas à faire d'arbres en arbres, semblant voler au-dessus du vide comme un oiseau qui plane.

C'est aussi l'animal qui vit dans mon arbre de pouvoir en permanence au sein de mon endroit de paix, et qui me guide vers le monde d'en bas par le biais des racines du mélèze... la tête en bas directement.

Selon Hildegarde de Bingen, dans Physica, Le Livre des subtilités des créatures divines (traduction P. Monat, 2011) :


"L'écureuil est chaud ; il a en lui un peu des animaux terrestres et un peu des oiseaux, ce qui le rend léger comme l'air. Sa peau est bonne pour les vêtements des hommes.

Si quelque horrible goutte s'installe dans les articulations d'un homme, si bien que ses membres paraissent se contracter et s'atrophier, il prendra un écureuil, rejettera la peau et les viscères, et fera cuire le reste sur le feu : en le faisant cuire, il le frottera avec de la graisse d'ours ; il recueillera la graisse et le jus qui auront coulé pendant la cuisson, mettra le tout dans un linge et filtrera : avec cette onguent, il frictionnera souvent les membres qui souffrent de la goutte et il sera guéri."

*

*

Dans La Potière jalouse (1985) Claude Lévi-Strauss nous explique que :


"Les Cœur d'Alène, Indiens de langue salish qui vivent dans l'actuel état d'Idaho, "croient en une race de nains qui logent en pleine forêt dans des arbres auxquels ils grimpent et dont il descendent à toute vitesse. On a observé leur manège : qu'ils montent ou descendent, ils vont toujours la tête la première. Ils ont l'apparence d'êtres humains mais très petits. Ils paraissent entièrement rouges, et la plupart des gens pensent qu'ils sont vêtus de rouge. Ils portent sur le dos leurs bébés emmaillotés, tête en bas. Les gens qui s'approchent d'eux tombent évanouis. Parfois, en reprenant conscience, ils s'aperçoivent qu'ils sont appuyés contre un arbre la tête en bas et les pieds en l'air. Parfois aussi il leur manque des pièces de vêtement qu'ils retrouvent suspendues aux hautes branches. Ces nains aiment à jouer des tours [...] mais ce ne sont pas des voleurs, et ils ne tuent ni ne blessent jamais personne."

"Une autre race de nains, souvent appelés du même nom, diffère par l'aspect et la conduite. Ils ont la taille de petits garçons, vivent dans les falaises et autres endroits rocheux très haut dans les montagnes. Ils étaient autrefois nombreux en plusieurs points du pays des Cœur d'Alène et des Nez-Percé. Leurs habits sont en peau d'écureuil, ils ont de petits arcs, et des flèches à l'avenant. Quand ils voient les Indiens, ils leur lancent souvent des appels afin de les égarer."

[...] Les nains des Cœur d'Alène sont surtout remarquables en ceci qu'ils descendent des arbres la tête la première, qu'ils portent leurs bébés la tête en bas et qu'ils placent leurs victimes inconscientes dans la même position. Or il existe un mythe, provenant aussi de l'Ouest canadien, qui prête à l’Écureuil un rôle salvateur en raison de son aptitude à descendre des arbres la tête en bas ; et selon les Cœur d'Alène, les nains portent des habits en peau d'écureuil. Une signification s'attache donc peut-être au fait que dans un mythe wyandot, l'Indien qui obtient d'une naine surnaturelle des pouvoirs de chasse miraculeux n'a été jusque-là capable de tuer que des écureuils et autre petit gibier. Dans un mythe iroquois, un jeune garçon rencontre le peuple des nains aussi à l'occasion d'une chasse à l'écureuil. Gibier le plus modeste pour les humains, à la portée d'un enfant, l'écureuil est en revanche le plus gros gibier à quoi des nains osent s'attaquer. L’Écureuil joue donc ici le rôle de terme médiateur entre les deux races ; elles nouent des rapports sub specie sciurorum. Il est de fait que les écureuils tiennent une place non négligeable dans les croyances des Indiens de l'Amérique du Nord. Annonciateurs de mort prochaine, anciens monstres cannibales qui s'amusent encore à terroriser les passants, ils jouent plus rarement le rôle de porte-chance ou de héros de comédie. Faisons dans ce contexte une place spéciale aux Iroquois Ils voient dans l’Écureuil un redoutable démon, compagnon des Tonnerres, lesquels se nourrissent de l'odeur des mets. Déplacé dans le monde d'en haut, le rapprochement s'impose à nouveau entre l’Écureuil et les peuples des sans-anus. [i.e les nains].

**

Tous ces traits conduisent ou ramènent là des animaux sud-américains. D'abord les Sciuridés ex-mêmes, aussi présents dans l'hémisphère austral. Une espèce du genre Sciurus nommée coatipuru, acutipuru en Amazonie, sérélépé ou caxinguélé dans le Brésil central et méridional, fait l'objet de sa superstitions très nombreuses. Le suffixe - puru sert d'ailleurs en langue tupi à former le nom de plantes ou d'animaux porte-bonheur. Dans le cas considéré, il dénote un animal qui apporte le sommeil aux enfants et conduit les âmes des morts vers l'au-delà. S'il fait l'admiration, des Indiens, c'est que, dit-on, il est un des rares animaux sachant descendre des arbre la tête en bas. La fourrure de plusieurs Sciuridés tire sur le rouge. Cela explique-t-il pourquoi les nains arborent-ils volontiers cette couleur ? On n'ose l'affirmer. Sans adhérer à la théorie simpliste aujourd'hui en vogue d'après laquelle les croyances religieuses auraient leur origine dans l'usage des hallucinogènes, on n'en saurait exclure que les hommes aient parfois mis ces expériences à profit pour meubler d'images sensibles la représentation qu'ils se faisaient de mondes surnaturels. Plusieurs plantes hallucinogènes, dont celles employées dans les deux Amériques, provoquent des sensations violemment colorées. A titre d'exemple on citera les graines de Sophora secundiflora - mais consommées dans une seule région de l'Amérique du Nord - qui feraient voir tout en rouge.

En Amérique du Sud, les écureuils ne sont pas seuls à pratiquer une gymnastique qui frappe l'imagination."

*

*

D'après Jamie Sams et David Carson, dans Les Cartes médecines, Découvrir son animal totem (1999, traduction française 2010) :


"L’Écureuil nous enseigne à prévoir pour l'hiver quand les arbres sont nus et que les noix ont disparu. Cette petite boule de fourrure a une nature tout à fait particulière et sa médecine se présente sous des formes variées. Par son comportement déconcertant, l’Écureuil a déjoué plus d'un malheureux chasseur, ce qui prouve qu'il est tout à fait utile de savoir faire le tour des arbres à la vitesse de l'éclair. Toutefois, si vous vous trouvez auprès d'un adepte de la médecine de l’Écureuil, ces mouvements rapides et fantasques peuvent vous mettre les nerfs en boule. En effet, tenter de calmer cet animal capricieux assez longtemps pour qu'il se rende au but, c'est toute une tâche !

L’Écureuil a ce don merveilleux de savoir s'approvisionner. Il enseigne à amasser et conserver son énergie pour une utilisation ultérieure ; à réserver son jugement, son opinion, son compte d'épargne ou les aliments qui restent. Bref, l’Écureuil c'est le scout des animaux - toujours prêt.

Dans le monde actuel, où les temps changent et les fortunes fluctuent, il est sage de préparer l'avenir. Toutes les prophéties parlent de la fin du millénaire et des changements que cela entraînera. La médecine de l’Écureuil sera bénéfique si le temps tourne à la pluie ; son message nous incite à nous préparer sans toutefois dépasser les bornes.

Si l'Écureuil s’est précipité dans vos cartes aujourd’hui, on vous enjoint peut-être de faire face à l’avenir en vous préparant au changement. Le message peut vous proposer d’alléger votre fardeau si vous avez amassé trop de choses qui ne vous servent plus. Ces « choses » englobent les pensées, les inquiétudes, les pressions, les stress, même les « trucs » qui sont brisés depuis des années et que vous gardez quand même ! Pour atteindre un certain équilibre, il faut que le stock amassé circule. Appelez le centre communautaire le plus près et distribuez votre surplus à ceux qui peuvent s’en servir. Si quelque chose ne vous sert plus, il est temps de vous en débarrasser.

L’Écureuil cache une autre leçon qui peut vous aider à observer l'évidence même et à être prêt en toute circonstance. Il s'agit du lieu où mettre en sécurité ce que vous avez amassé : un cœur et un esprit calmes et paisibles où vous engrangerez sagesse et tendresse. Les énergies ainsi recueillies libéreront le cœur et l'esprit et vous saurez alors que tout vient à point à qui sait attendre le bon moment.


A l'envers :

Est victime de la médecine contraire de l’Écureuil, celui qui ne jette rien : la personne craintive qui pense toujours au pire et passe sa vie à attendre. Attendre que quelque chose se passe, c'est l'ultime embûche. Ne pas agir, c'est engendrer le marasme ; un petit peu de l'énergie capricieuse de l’Écureuil ferait bouger les choses. Si l’Écureuil se tient à l'envers sur sa branche, vous créez, dans votre monde, des effets contraires : vous mettez en réserve vos pensées d'abondance, ce qui engendre la rareté.


Demandez-vous :

  1. Ai-je nié ma capacité innée de produire assez d’espace pour que l’abondance entre dans ma vie ?

  2. Ai-je nié mon lien à la Terre-Mère, d’où toute énergie découle ?

  3. En vivant à un rythme effréné, ai-je adopté les mouvements capricieux de l’Écureuil sans me soucier du but que je poursuis ?

  4. Est-ce que je gaspille mon énergie à m’inquiéter plutôt que de rassembler mes forces en me préparant ?

Rappelez-vous bien que l’un des membres de la famille de l’Écureuil a recueilli l’énergie de l’Aigle et s’est lié au Grand Esprit... maintenant, cet Écureuil peut voler !


Mot-clef : Approvisionnement."

*

*

D'après Madonna Gauding, auteure de Animaux de pouvoir, Guides, protecteurs et guérisseurs (Octopus Publishing Group 2006 ; traduction française Éditions Véga, 2006) :


Guide d'interprétation

En tant que symbole onirique

Énergie éparpillée ; Prudence ; Préparation ; Bravoure ; Enthousiasme ; Thésaurisation.


En tant que gardien ou protecteur

Défend le voisinage ; Met en garde de l'approche d'un adversaire.


En tant que guérisseur

Aide à gérer l'énergie ; favorise un meilleur soin de soi.


En tant qu'oracle ou augure

Débarrassez le fouillis ; Soyez plus concentré.

Mythes et contes

L'écureuil apparaît sur les murs des ruines maya, symbolisant la responsabilité du roi de garder des réserves de grain pour nourrir son peuple.

Si l'écureuil est votre animal de pouvoir

Vous accumulez l'énergie et les idées, ainsi que l'argent et les objets. Vous êtes chercheur ou journaliste. Votre nature sociable fait de vous un bon communicateur. Bon planificateur, vous avez du mal à achever le travail commencé. Pour les vacances, vous partez chargé, "au cas où". Une trousse de premier secours est toujours dans la voiture et un canif dans la poche. Bref, vous êtes toujours préparé à toute éventualité. Du côté négatif, vous ne jetez rien, harcelez, critiquez, vous attendant toujours au pire. Votre comportement erratique irrite. Équilibré, vous êtes joyeux, pratique, dynamique et généreux.


Demandez à l'écureuil de vous aider

  • à être sûr d'avoir assez d'argent pour la retraite ;

  • à équilibrer les économies et l'utilisation de votre argent et de vos biens.

Accéder au pouvoir de l'écureuil en

  • jouant à cache-cache avec vos enfants et en vous dissimulant derrière les arbres ;

  • en vendant dans un vide-grenier les choses dont vous n'avez plus besoin.

L'écureuil stocke des graines et des noix dans le sol, sous des feuilles tombées, pour les manger pendant l'hiver. Si avec le temps vous avez rassemblé beaucoup d'idées et de possessions, vérifiez si elles vous sont encore utiles.


Élément Terre."