Blog

  • Anne

Orion





Étymologie :


Nom propre issu de la mythologie : Jean-Michel Renaud dans son intitulé "Le catastérisme chez Homère. Le cas d'Orion." In : Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, (numéro 7, 2003. pp. 205-214) propose l'explication suivante :


Tout d'abord, l'étymologie d'Orion fait un problème quant à la forme du nom. Dans des sources postérieures à l'épopée, au lieu de Ωρίων, avec un t long, le nom du héros est Ωαρίων, avec α et ι brefs. Dans une publication antérieure, j'ai proposé une étymologie indo-européenne du nom d'Orion : la forme la plus ancienne est ' Ωαρίων. Je ne reprendrai pas ici le détail de la démonstration. Je me bornerai à rappeler qu' 'Ωαρίων est le dérivé en -ων d'une forme à suffixe -toç, construite elle-même sur un thème *ώαρ, issu de *ώσαρ et qui désignait l'été. Effectivement, comme on l'a dit, l'apparition, le lever héliaque de la constellation coïncide avec le solstice d'été.

Outre que cette étymologie permet de rendre compte d'un nom de héros, elle a aussi l'avantage de montrer qu'Orion a désigné une constellation avant d'être le nom d'un héros. En d'autres termes, partant d'une constellation bien connue, liée à l'apparition de l'été, avec, en Grèce, ses excès de chaleur et les inconvénients qui en résultent, la mythologie a créé un héros auquel elle a prêté toute une série d'aventures qui, comme l'été même, sont marquées par l'excès et ses conséquences.

L'origine indo-européenne du nom d'Orion prouve que la constellation était connue comme telle depuis une époque très ancienne. L'ancienneté de la mention d'Orion dans la tradition de l'épopée est confirmée par le fait que, dans tous les passages d'Homère et d'Hésiode, pour ΏρΙων (attesté uniquement à l'accusatif singulier Ώρίωνα et au génitif singulier Ώρίωνος· chez Homère, au nominatif singulier Ώριων et au génitif singulier Ώρίωνος" chez Hésiode), chaque fois, le ι long est au temps faible et Ώρίων peut être remplacé par la forme originelle ' Ωαρίων, avec α et ι brefs. On peut se demander pourquoi Ώρίων a remplacé 'Ωαρίων dans notre tradition manuscrite. En fait, l'introduction de la forme Ώρίων au lieu de Ωαρίων avec contraction de ωα- a pu être facilitée durant la phase ionienne de la composition épique par l'existence d'anthroponymes en -ιων avec ι long.

*

*




Mythologie :


La constellation d'Orion est mentionnée sous cette dénomination dans l’Odyssée d'Homère, les Odes d'Horace, les Phénomènes d'Aratus de Soles et l’Énéide de Virgile. Elle est répertoriée parmi les quarante-huit constellations de l’Almageste de Ptolémée.

Selon Jean-Michel Renaud, auteur de l'article intitulé "Le catastérisme chez Homère. Le cas d'Orion." In : Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, numéro 7, 2003. pp. 205-214, les caractéristiques principales du mythe sont les suivantes :


"Rappelons quelques-uns des traits les plus importants d'un mythe qui manque d'unité. Orion est fils de Poséidon ou bien de trois dieux, le plus souvent Zeus, Poséidon et Hermès, qui avaient été accueillis en Béotie par Hyrieus, lequel n'avait pas de fils. Pour récompenser Hyrieus de son accueil, les dieux ont répandu leur semence dans la peau d'un bovidé sacrifié, enfouie ensuite sous la terre. Ils ont ainsi engendré Orion, personnage beau, de grande taille et qui avait reçu de Poséidon la faculté de se déplacer sur les flots. En Sicile, Orion avait établi le promontoire de Zancle, élément favorable pour le héros.

Arrivé à Chios, il s'éprend de Méropè, la fille du roi Oinopion, lequel, tel Oinomaos à Pise en Elide, est animé pour sa fille d'un amour plus que paternel. Pour se débarrasser d'Orion, il l'enivre, l'aveugle et l'abandonne sur le rivage. Aveuglé, mais guidé par le bruit, Orion se rend à la forge d'Héphaistos à Lemnos, puis, sous la conduite de Kédalion, maître d'initiation, il marche vers le Levant et recouvre la vue.

En Crète, Orion s'adonne à la chasse et il veut détruire tous les animaux sauvages de l'île. La nature sauvage est le domaine d'Artémis. Tantôt Orion veut faire violence à la déesse, tantôt Artémis s'éprend d'Orion et Apollon, inquiet de l'amour que sa sœur porte au héros, machine une ruse. Orion est tué ou bien par une flèche d'Artémis ou bien par la piqûre d'un scorpion suscité par la Terre ou par Artémis elle-même. Le mythe prête au héros d'autres aventures amoureuses: il poursuit les Pléiades, il s'éprend de l'Aurore. Dans chaque cas, Orion meurt. Comme il s'agit d'un être extraordinaire, il est transporté au rang des constellations, le plus souvent par Zeus, parfois par Artémis. Le catastérisme opère le lien entre le héros et la constellation.

Le caractère ambigu et excessif est commun à l'action de la constellation et à la vie du héros.

Dès l'épopée homérique, Orion est mentionné à la fois comme constellation et comme héros. L'œuvre d'Hésiode ne cite que la constellation."

*

Nicolas Poussin, Paysage avec Diane et Orion, vers 1660-64, Huile sur toile, 119 x 183 cm, New York , Metropolitan Museum of Art.

*




Littérature :


Orion


C'est mon étoile

Elle a la forme d'une main

C'est ma main montée au ciel

Durant toute la guerre je voyais Orion par un créneau

Quand les Zeppelins venaient bombarder Paris ils venaient toujours d'Orion

Aujourd'hui je l'ai au-dessus de ma tête

Le grand mât perce la paume de cette main qui doit souffrir

Comme ma main coupée me fait souffrir percée qu'elle est par un dard continuel


Blaise Cendrars, "Orion", I. Le Formose, Feuilles de route, 1944.

*


155 vues