Blog

  • Anne

Brun





Étymologie :

  • BRUN, UNE, adj.

ÉTYMOL. ET HIST. − A.− Adj. 1. Ca 1100 « poli, luisant » (Roland, éd. Bédier, 1043) − fin xiiie s., Adenet Le Roi, Beuve de Commercy, 2756 dans T.-L. ; 2. ca 1100 « d'une couleur sombre, entre le roux et le noir (en parlant notamment du teint) » (Roland, 3821), employé substantivement p. ell. pour désigner une personne au teint et aux cheveux bruns (fin xiie s. G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1970 dans T.-L.). B. − Subst. 1. 1350-75 « couleur brune » (Espinas, Pirenne, Rec. documents relatifs à l'hist. de l'industr. drapière en Flandre dans IGLF Techn.) ; 2. p. ext. 1502 « substance de cette couleur en peinture » (G. Cohen, Livre de conduite du régisseur, p. 515 dans IGLF Techn.). Du germ. *brūn « brun » (corresp. à l'all. braun) introduit dans la Romania, prob. par les mercenaires germ. qui l'ont peut-être employé pour qualifier des chevaux (Brüch, p. 100) ; latinisé en brunus, attesté au vie s. par Isidore (cité par Kluge dans Z. rom. Philol., t. 41, 1921, p. 679 ; Sofer, Lateinisches und Romanisches aus den « Etymologiae » des Isidorus von Sevilla, Göttingen, 1930, p. 173 met en doute l'attribution de cette glose à Isidore) et au viiie s. dans les gloses de Reichenau (éd. Foerster et Koschwitz, Altfranzösisches Übungsbuch, col. 27, leçon du ms. de Karlsruhe 86, viiie s.).


Lire aussi la définition.




Symbolisme :


Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"Le brun se situe entre le roux et le noir, mais tirant sur le noir. Il va de l'ocre à la terre foncée. Le brun est, avant tout, la couleur de la glèbe, de l'argile, du sol terrestre. Il rappelle aussi la feuille morte, l'automne, la tristesse. Il est une dégradation et comme une mésalliance des couleurs pures.

Chez les Romains comme dans l'Eglise catholique, le brun est le symbole de l'humilité (humus = terre) et de la pauvreté, qui incitent certains religieux à se vêtir de bure.

Mais la couleur brune (donn) est en Irlande un substitut du noir, dont elle a tout le symbolisme, infernal ou militaire.

Le brun s'apparente aussi aux excréments ; la prédilection des sadiques pour le brun - par exemple, les chemises brunes hitlériennes - semble confirmer les observations de Freud sur le complexe anal, évoqué, par cette couleur."

*

*

Selon Reynald Georges Boschiero, auteur du Nouveau Dictionnaire des Pierres utilisées en lithothérapie, Pour tout savoir sur les Pierres et les Énergies subtiles (Éditions Vivez Soleil 1994 et 2000, Éditions Ambre 2001),


Les couleurs tertiaires "sont des couleurs issues du mélange des trois couleurs primaires. Selon le dosage de chacune de ces couleurs elles varient du brun violacé à l'ocre jaune en passant par le marron rouge. Ces teintes sont si nuancées qu'il est difficile de leur attribuer une personnalité bien tranchée. Nous n'en dégagerons que des tendances qui, toutes, ont une certaine propension au raisonnable, à l'apaisement.

Le brun (plus sombre que l'ocre, jusqu'à des nuances violacées) : C'est la couleur de la terre, de l'enracinement au sol. Elle révèle une personnalité stable et forte. Elle est patiente, endurante mais sans avoir le sens de l'effort, responsable, économe mais généreuse.

Lorsque le brun est nuancé de violet, c'est une couleur de grande sagesse, de la maîtrise intellectuelle, des concepts philosophiques acquis, d'une grande culture littéraire et artistique vis-à-vis de laquelle on a déjà pris ses distances. On pourrait dire qu'elle est un peu blasée.


Les pierres brunes : quartz enfumé ; certains jaspes."

*

*




Littérature :


La nouvelle désormais classique pour lutter contre les extrémismes de droite : Matin brun (Éditions du Cheyne, 1998) de Franck Pavloff.

*


110 vues

Posts récents

Voir tout