Blog

  • Anne

Sirius, l'étoile des âmes perdues





Étymologie :


D'après le Gaffiot, le nom propre Sirius latin vient du grec ancien Σείριος, Seírios (« ardent »), lui-même issu d’une racine indo-européenne qui donne serenus (« sec, serein ») ou sudus (« sec ») en latin.




Astronomie :


Selon Xavier Demeersman dans son article pour Futura Sciences,


"Sirius est l'étoile la plus brillante du ciel (hormis le Soleil). [...] Elle scintille de toutes les couleurs, relativement bas, lorsqu'elle culmine au-dessus de l'horizon sud (méridien). Cette étoile de magnitude négative (-1,46) brille dans la constellation du Grand Chien, qui suit le célèbre Orion.

Située à seulement 8,6 années-lumière, Sirius (Alpha Canis Majoris, α Canis Majoris) est la cinquième étoile la plus proche du Système solaire. Si nous la voyons si brillante, c'est avant tout de par son voisinage dans notre Galaxie. Sa température en surface est estimée à 9.900 K. De type A1 V, Sirius est 1,8 fois plus grande que notre Soleil et 2,3 fois plus massive.

Sirius A n'est pas seule. Elle a un compagnon beaucoup plus petit — de la taille de la Terre, mais avec une masse équivalente au Soleil — et discret (magnitude 8) : Sirius B. Celui-ci est une naine blanche, découverte en 1862 — la première découverte dans l'histoire de l'astronomie —, elle est séparée d'environ 20 UA (ou 20 fois la distance entre la Terre et le Soleil, ce qui équivaut à la distance entre Uranus et le Soleil). De par sa proximité avec Sirius A, Sirius B est difficile à observer dans un télescope. Mais comme son orbite d'environ 50 ans est elliptique, la séparation entre les deux astres peut varier entre 2,5" et 11,3". Elle sera au maximum vers 2024-2025.

Plutôt proche de nous relativement à la taille de notre Galaxie, Sirius a par conséquent un mouvement apparent dans le ciel assez rapide. En comparant la position de Sirius relevée par Hipparque avec celle qu'il observait au XVIIe siècle, Edmond Halley remarqua que l'étoile s'était déplacée d'environ 30 minutes d'arc (soit la taille de la Pleine Lune) en 18 siècles.

*

Au centre : Orion (et la rougeoyante Bételgeuse), à sa droite, le Taureau et sous les pieds du Chasseur, le Grand Chien et l’étincelante Sirius.

© Masahiro Miyasaka

*




Symbolisme :


Selon Emmanuel Kant, dans son ouvrage Histoire naturelle générale et théorie du ciel ou Essai sur la constitution et l'origine mécanique de l'univers (1755, traduction C. Wolf) :


"Si les centres de tous les grands systèmes de mondes sont des corps enflammés, c'est surtout ainsi qu'il faut se figurer le corps central du système immense que forment les étoiles. Mais un tel corps, qui doit avoir une masse proportionnée à la grandeur de son système, s'il était un astre lumineux par lui-même, un Soleil, ne se manifesterait-il pas à nos yeux par son éclat extrême et par sa grandeur? Pourtant parmi la foule des étoiles nous n'en voyons aucune qui se distingue des autres par un incomparable éclat. En fait, on ne peut trouver surprenant qu'il en soit ainsi. Quand bien même cet astre central surpasserait dix mille fois notre Soleil en grosseur, il pourrait cependant, si sa distance était cent fois plus grande que celle de Sirius, ne paraître ni plus grand ni plus brillant que cette étoile. Mais peut-être est-il réservé aux temps futurs de découvrir au moins un jour où se trouve le centre du système d'étoiles auquel appartient notre Soleil ('), [...].(') Il me semble très probable que Sirius est le corps central du système que forment les étoiles de la Voie lactée, et qu'il occupe le point vers lequel tendent toutes ces étoiles. Si l'on regarde ce système, d'après les idées développées dans la première partie de ce Mémoire, comme une fourmilière de soleils amoncelés aux environs d'un plan commun, et formant un amas aplati de forme à peu près circulaire dont l'épaisseur est déterminée par les légers écarts de ces soleils en dehors du plan de relations ; le Soleil, qui se trouve aussi au voisinage de ce plan, verra cette zone circulaire et blanchâtre sous une plus grande largeur du coté où il est le plus voisin de la limite extérieure du système ; car il est aisé de se figurer qu'il ne se trouvera pas exactement au centre. Or la bande de la Voie lactée a sa plus grande largeur dans la portion comprise entre les constellations du Cygne - lieu où doit se trouver le corps central de l'Univers, vers lequel tendent dans une chute commune tous les éléments de cet Univers.

Quels sont les caractères de cette pierre fondamentale de toute la création, que se trouve-t-il à sa surface ? C'est un point que nous laisserons à déterminer à M. Wright de Durham. Cet auteur, plein d'un enthousiasme fanatique, plaçait en ce lieu fortuné, sur le trône de la nature entière, un Etre puissant, de nature divine, doué de puissances spirituelles d'attraction et de répulsion, qui exerçait son action dans une sphère infinie, attirant à lui toutes les vertus, et repoussant tous les vices. Nous ne laisserons pas notre imagination, à laquelle nous avons peut-être déjà trop lâché les rênes, s'égarer dans de telles spéculations. La divinité est partout également présente dans l'infini de l'espace ; partout où il existe des êtres capables de s'élever au-dessus de la dépendance des choses créées jusqu'à la communion avec l'Etre suprême, il est également proche. La création entière est pénétrée par ses forces ; mais celui-là seul qui sait échapper aux liens de la créature, qui a le cœur assez haut pour croire que le comble suprême de la félicité ne peut se trouver que clans la possession de cette source première de la perfection, celui-là seul est capable de s'approcher, plus que toute autre chose dans la nature entière, de ce vrai point d'attraction de la souveraine Beauté.

Cependant si, laissant de côté la conception enthousiaste de l'auteur anglais, j'avais à me faire une idée des divers degrés de perfection du monde des esprits d'après le rapport physique de leur lieu d'habitation [c'est dans l'environnement] du Sagittaire [que mes yeux se tourneraient] ; par suite, c'est donc de ce coté que notre Soleil est le plus proche de la périphérie extérieure du système circulaire ; et dans cette portion, nous devrons regarder comme la plus proche de toutes la région des constellations de l'Aigle, du Renard et de l'Oie, puisque c'est là, à partir de l'intervalle où la Voie lactée se bifurque, que se manifeste le plus grand éparpillement des étoiles. Si donc on fait partir à peu près delà queue de l'Aigle une ligne qui traverse le plan de la Voie lactée jusqu'au point opposé, cette ligne doit passer par le centre du système, en fait elle passe à très peu près par Sirius, la plus brillante étoile de tout le ciel, qui, en raison de cette heureuse rencontre si bien en harmonie avec son éclat prépondérant, parait mériter d'être regardé comme le corps central."

*

*

D'après Marcel Griaule, auteur de Dieu d'eau, entretiens avec Ogotemmêli (Librairie Arthème Fayard, Paris, 1975) :

*

*

Voici comment Nicole Bertolucci, auteure de Chemin d'étoiles, Astrologie stellaire (Éditions Quintessence, 2014), présente Sirius :

Sirius – 14°05 – Cancer


Magnitude : – 1,46 Élément : Feu Nature : Jupiter, Mars, Soleil Couleur : Blanc irisé Constellation : le Grand Chien Désignation : α Canis Majoris


Origines, mythologie et symbolisme : Également appelée « l’Étoile du Chien », la « Royale », la « Brillante », Sirius est l’étoile la plus brillante dans le ciel. C’est une étoile double, blanche et jaune, située dans la bouche du Grand Chien. En Perse, son nom signifie le « Créateur de Prospérité ». Les anciens croyaient que Sirius était le Soleil central de la voie lactée et le poète Manilius dit de cette étoile qu’elle était un « Soleil lointain illuminant les corps subtils ». Le Dr Gonzales Tamez dit de Sirius : « Parce que l’étoile Sirius est le centre de gravité de notre amas stellaire local et l’étoile la plus brillante de celui-ci, il a été avancé que Sirius était le Soleil du Soleil, ce dernier tournant autour de Sirius tout comme la Terre tourne autour du Soleil. Le Soleil symbolisant l’ego dans un thème astrologique, le centre de l’identité individuelle, Sirius semble dès lors signifier dans un thème un centre supérieur de l’être dans sa totalité, un sur Soi ». Sirius est l’étoile qui nous relie à l’Égypte ancienne. Tous ceux et toutes celles ayant vécu des incarnations importantes dans l’Égypte ancienne ressentiront sûrement l’énergie de cette étoile de manière très marquée. En Égypte, elle est « l’Étincelante » et est reliée à Osiris et à Horus. Elle chasse la haine et, par sa seule lumière, protège des forces négatives. Elle apporte élévation de l’esprit et développement de la vision intérieure. C’est l’étoile brillante de Sumer. Son rayon est le rayon or. Sirius représente la lumière des guides, celle qui illumine ou qui brûle. Si vous travaillez dans la justesse de l’esprit, dans les sentiments vrais, dans la recherche de la lumière intérieure, cette étoile vous portera, vous tirera vers le haut. En revanche, si vous n’êtes pas en accord avec vous-même ou que votre miroir n’est pas vraiment centré, que votre vie n’est pas centrée, elle risque de faire remonter des mémoires difficiles et de créer quelques problèmes, qui auront cependant le mérite d’éclairer les choses et de vous indiquer où vous en êtes. Les Chinois l’appelaient Tsen Lang et pensaient que, lorsqu’elle brillait plus fort que d’habitude, elle annonçait des attaques et des fièvres. Lors de son lever héliaque, les initiés et les alchimistes allumaient de grands feux pour fêter ce passage.


Sur le plan de la santé : Son influence varie selon les aspects : en aspect positif, elle protège la santé et augmente la résistance physique ; en aspect dissonant, elle prédispose aux fièvres et aux accidents en relation avec l’eau et le feu.


Dans la méditation : Reliée au plan angélique des Séraphins, elle apporte son aide pour le contact avec les plans subtils les plus hauts vibratoirement. Cette étoile peut être une aide, lorsque l’on médite au moment de son lever héliaque, pour tout travail en lien avec la magie égyptienne et le travail alchimique.


En conjonction : Avec le Soleil : succès professionnel et réussite matérielle grâce à des qualités de force et à un esprit créatif. Lien avec les métaux, particulièrement l’or. En aspect dissonant et si l’ensemble du thème le confirme, elle peut révéler un karma lié à la magie. Avec la Lune : favorable aux gains provenant de différentes sources. Plusieurs changements de vie ou d’orientation. Santé protégée, amis sincères. Karma de sorcier. Avec Mercure : aide venant d’amis et de relations sociales. Intelligence rapide, bonne mémoire. Avec Vénus : goût du confort et de la vie tranquille. Situation financière stable. Possibilité d’héritage. Avec Mars : générosité et courage dans les épreuves de la vie. Le natif pourra se diriger vers une carrière militaire. Avec Jupiter : aide venant de parents âgés. Attirance pour les pays orientaux. Réussite et élévation spirituelle guidée par un être supérieur. Avec Saturne : réserve, diplomatie et persévérance. Stabilité dans la situation matérielle due à des protecteurs plus âgés. Union tardive mais stable. Avec Uranus : magnétisme. Caractère indépendant et souvent en rébellion contre toute forme d’autorité. Avec Neptune : longévité, vieillesse heureuse. Intuition forte et juste. Avec Pluton : le natif assistera au cours de sa vie à des événements étranges ou irrationnels. Éventuels souvenirs de vies antérieures ou recherche dans ce domaine.


Demeures lunaires : Demeure Hébraïque (potentiel à réaliser) : « TIAH », Divinité de beauté. Dompter son impatience et accepter les autres tels qu’ils sont, sans critique ni jugement négatif. Demeure Arabe (travail d’évolution à accomplir) : « AL TARF », le regard. Elle demande d’être attentif à la qualité de ses relations amoureuses. Demeure Chinoise (karma à épurer) : « TCHANG », l’arc tendu. Karma de trahison lié à la religion égyptienne. Âme tourmentée par des mémoires douloureuses, qui se manifesteront surtout au moment du passage de la Lune dans ce secteur. Demeure Hindoue (but du travail à accomplir) : « PUSHYA », le lys. Élévation de l’esprit par un travail d’éveil spirituel pouvant aller jusqu’à la claire vision des mondes invisibles.


Influences de l’étoile et ange transmetteur de son énergie : Influence sur l’âme : Cette étoile représente le gardien du seuil et demande un travail sur les désillusions du passé. Les phases de la Lune auront une influence très marquée sur le natif et pourront modifier son comportement ou son caractère. Influence en tant qu’Étoile Source : Reliée aux chevaliers cosmiques, elle demande le dévouement à une cause noble ou d’intérêt humanitaire. Si d’autres éléments du thème le confirment, le natif pourra vivre sa vie comme une quête chevaleresque. Influence en tant qu’Étoile Guide : Elle demande d’effectuer un travail pour la Terre, pour préserver la nature. Elle relie aux grands devas de la Terre. La guidance de cette étoile pousse l’âme vers des buts élevés, qu’ils soient matériels ou spirituels.


Ange Lunaire transmetteur de son énergie : BARBIEL Il demande au natif d’être à l’écoute des autres et de se servir de sa raison avant de prendre des décisions. Il protège dans tous les déplacements et voyages.

*

*

Selon Fabien Maman et Terres Unsoeld, auteurs de La Musique du Ciel (Guy Trédaniel Éditeur, 2015), Sirius est associée au Sud et est la "Gardienne des mémoires initiatiques. Elle illumine la voie spirituelle - nous aide à retrouver le chemin. Elle envoie une énergie très subtile qui n'a pas encore été intégrée par l'humanité." Elle représente "Celui qui montre le Chemin.


Constellation : Canis Major

Localisation : Cancer 14°05

Magnitude : - 1, 46

Couleur Rayon : blanc irisé

Nature : Jupiter - Mars - Soleil

Direction : Sud


Origines, Mythologie et Symbolisme : Sirius, "Celui qui montre le Chemin", est l'étoile la plus brillante dans le ciel. Connue sous le nom Al Shi'ra, "celui qui brille", c'est une double étoile blanche brillante, teintée de bleu et étincelant des couleurs de l'arc-en-ciel, située dans Canis Major, "le Grand Chien".

En grec, Sirius signifie "le brûlant", car en se levant, à l'aube, avant le soleil, il marque le début de la partie la plus chaude de l'été (la canicule). Le très ancien astrologue et poète Manilius a écrit : "elle aboie ses flammes et double la chaleur brûlante du Soleil".

En Perse, Sirius était "le Créateur de la prospérité". Les Égyptiens l'adoraient comme l'étoile d'Isis, ou l'étoile du Nil qui donne la vie, car elle apparaît toujours au moment de la crue annuelle du Nil, marquant le début de la nouvelle année égyptienne.

Pendant les 70 jours avant que Sirius fasse son apparition annuelle dans le ciel oriental les anciens Égyptiens refusaient d'enterrer leurs morts, croyant que Sirius était la porte de l'au-delà, ils redoutaient que pendant tout ce temps, les portes restent fermées. Sirius, l'Etoile du Chien, s tenait sur le pont de la Voie Lactée, montant la garde sur l'abîme. Osiris, roi de l'au-delà (également soupçonné d'être Sirius), décidait qui devait traverser le pont vers le ciel, et qui serait renvoyé vers le bas, dans leur prochaine incarnation.

Les Chinois ont reconnu ce domaine comme le pont entre le ciel et l'enfer. Les astrologues ésotériques préfèrent l'appeler "la rivière d'étoiles", porte d'entrée de l'océan de la conscience supérieure, avec Sirius debout comme le gardien du seuil. Elle est celle qui montre le chemin...

Les Anciens croyaient que Sirius était le soleil central de la Voie Lactée. Certains astronomes modernes s'accordent à dire que notre système solaire et notre soleil, tournent effectivement autour de Sirius, prenant 800 000 années pour en faire le tour, et 250 révolutions pour parcourir entièrement le circuit de la Voie Lactée. Si c'est juste, notre héliocentrisme deviendrait "sirio-centrisme", avec Sirius au centre, agissant comme le Père, qui ferait tourner notre monde et notre soleil, en orbite autour de son axe.


Influence sur l'Âme : "Le Soleil apparaît pendant la journée... La nuit, le Père montre la voie." (Terres Unsoeld)

Lorsque nous sommes perdus dans la vie, nos nous tournons vers le sud pour faire face à la lumière de Sirius, afin de clarifier les choses et essayer de savoir où nous en sommes. Avec le feu de Sirius, nous brûlons tout ce qui ne sert plus, pour créer un espace dans notre âme et retrouver notre chemin.


Influence de l’Étoile Source : Avec Sirius au zénith dans le milieu du ciel, nous sommes comme un enfant en été, courant pour la première fois à la mer, exprimant la joie pleine du présent, heureux d'être en vie ! Sirius nous a montré la voie. Nous sentons une ouverture sans restriction. Tout semble s'élargir comme un orgasme cosmique, nous exprimons l'amour et la joie dans toutes les directions.


Influence de l’Étoile Guide : Avec Sirius, c'est la fin des choses qui permet le renouveau. Nous exigeons la liberté de toute restriction qui empêcherait notre chemin vers la Lumière. Nous brillons comme le Soleil. La lumière d'une bougie, d'une étoile ou d'une âme, une fois allumée, brille pour l'éternité.


Dans la Méditation : Faisant face à Sirius, avec ses couleurs de l'arc-en-ciel comme un pont vers la source de Lumière blanche, nous nous perdons, afin de trouver la voie. Comme Kether, dans l'Arbre séphirotique, une fois que nous entrons dans la Lumière, nous n'en "sortons plus". Nous devenons un avec le Divin.


L'Ange Lunaire : Barbiel nous relie au plan angélique des Séraphins.

*

*




Littérature :


Canis Major


The great Overdog, That heavenly beast With a star in one eye, Gives a leap in the east.

He dances upright All the way to the west, And never once drops On his forefeet to rest.

I'm a poor underdog, But to-night I will bark With the great Overdog That romps through the dark.


Robert Frost, "Canis Major" in ..., 1928.

*