Blog

  • Anne

Le Bœuf



Étymologie :

  • BŒUF, subst. masc.

Étymol. ET HIST. I.− Subst. 1. a) début xiie s. buef « taureau châtré » (Lois de Guill., 6 dans Gdf. Compl.) ; mil. xve s. beuf (Villon, 90, 22 dans IGLF Litt.) ; 1534 bœuf (Rabelais, Gargantua 6, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 26) ; b) fin xiie s. « viande de bœuf » (Renart, éd. Méon, 10209 dans T.-L.) ; spéc. 1651 art culin. bœuf à la mode (Cuisinier fr., p. 50 d'apr. Rouvier dans Fr. mod., t. 23, p. 307) ; c) loc. proverbiale 1579 mettre la charrue devant les bœufs (H. Estienne, La Précellence du lang. fr., 136 dans IGLF Litt.) ; 2. fig. et fam. a) 1547 « personne acharnée au travail » spéc. dans l'expr. travailler comme un bœuf (Noël du Fail, Propos rustiques, p. 68, ibid.) ; b) 1661 « personne stupide et hébétée » (Molière, Éc. des maris, éd. du Seuil, II, 2, 1962, p. 148). II.− Adj. 1861 fig. arg., Éc. de Saint-Cyr (Larch. : C'est bœuf [...] est un des nombreux synonymes de C'est chic). Du lat. bos, bovis « bœuf mâle (opposé à vache) » dep. Plaute (ds TLL s.v., 2136, 21 ); appliqué à l'homme p. iron. (Plaute, ibid., 2141, 22).


Lire également la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.

*




Expressions populaires :


Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expression populaires bien connue :


On n'est pas des bœufs : « On fait ce qu'on peut, on n'est pas des bœufs » est une formulette que l'on prononce pour protester gentiment contre un travail excessif, une occupation un peu longuette. Le bout rimé se dit aussi en inversant les deux éléments :  « On n'est pas des bœufs, etc. ». L'idée étant : il ne faut pas nous prendre pour des bêtes de somme.

On n'est pas des bœufs est le titre d'un livre d'Alphonse Allais paru en 1896 - mais l'usage de la locution est beaucoup plus tardif - les années 1920-1930 probablement, grâce à la diffusion qu'en firent les Surréalistes dans les milieux littéraires. L'expression n'est passée dans un large public qu'après la Seconde Guerre mondiale.


Mettre la charrue avant les bœufs : Je ne cite cette expression que pour mémoire et parce qu'elle paraît être la seule à venir plus ou moins directement du monde du travail - encore que par l'absurde, ou peut-être justement à cause de son absurdité. Il faut dire aussi que la charrue est tellement chargée de symboles (la paix, le travail, et même le phallus qui fertilise la terre femelle), outil à la fois virgilien et biblique, qu'elle a toujours eu sans peine droit de cité dans le langage. « Ils forgeront leurs épées en socs de charrue, et leurs lances en faucilles », dit Isaïe, pronostiquant un monde meilleur.

La charrue harmonieusement tirée par les bœufs est depuis toujours l'image même de la logique, de la cause avec son effet ; inverser les éléments engendre l'absurde. Car la forme originale de la locution est mettre la charrue devant les bœufs. C'est ainsi que l'emploie Tavelais en transformant la charrue en « charrette », dans l'enfance de Gargantua, lequel, entre autres incohérences, « mettoyt la charrette devant les boeufz ».

C'est à cause de l'ambiguïté de devant, qui pendant longtemps a voulu dire soit « avant », comme dans « ci-devant », soit devant, « en face », que l'on a fini par interpréter « avant les bœufs », et donner à l'expression le sens de faire les choses dans le mauvais ordre, généralement pour vouloir trop se presser. L'idée d'incohérence semble plus forte dans cette phrase d'un Arrêt d'amour du XVe siècle : « tournant à chaque propos la charrue contre les bœufs. »

*

*




Symbolisme :


Sur le site http://artifexinopere.com/ on trouve un rappel de l'analyse du tableau La Chute de l'Homme de Albrecht Dürer, inspirée des travaux de Panofsky qui montre l'association du bœuf et de la théorie médiévale des humeurs (en l'occurrence le bœuf symbolise l'apathie flegmatique) au même titre que le lapin, le chat et l'élan.

Dans le Dictionnaire des symboles (1969, édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982), Jean Chevalier et Alain Gheerbrant nous informe que :


"Contrairement au taureau, le bœuf est un symbole de bonté, de calme, de force paisible ; de puissance du travail et du sacrifice, écrit Decouvoux à propos du bœuf de la vision d’Ézéchiel et de l'Apocalypse. Encore ce bœuf peut-il être en fait un taureau. Ce sont certains aspects symboliques et leurs interprétations qui les distinguent. La tête de bœuf de l'empereur Chennong, inventeur de l'agriculture, celle de Tche-yeou paraissent être aussi bien des têtes de taureau (le même caractère niu désigne l'un et l'autre animal). Le bœuf Apis de Memphis, hypostase de Ptah et d'Osiris, n'est-il pas lui-même un taureau ? Le même mot désignait tous les bovidés. son caractère lunaire n'est pas déterminant à cet égard.

Le bœuf, et plus encore le buffle, auxiliaires précieux de l'homme, sont respectés dans toute l'Asie orientale. Ils servent de monture aux sages, particulièrement à Lao-tseu dan son voyage vers les marches de l'ouest. Il y a en effet, dans l'attitude de ces animaux, un aspect de douceur et de détachement, qui évoque la contemplation. Les bœufs statufiés sont fréquents dans les temples de Shîntô. Mais dans la Chine ancienne, un bœuf de terre figurait le froid, qu'on expulsait au printemps, en vue de favoriser le renouveau de la nature ; c'est un emblème typiquement yin.

[excursus sur le buffle]

Chez les Grecs le bœuf est un animal sacré. Il est souvent immolé en sacrifice : l'hécatombe désigne le sacrifice de cent bœufs. Il est consacré à certains dieux ; Apollon avait ses bœufs qu'Hermès lui déroba ; celui-ci ne put se faire pardonner son larcin, ce sacrilège, qu'ne donnant à Apollon la lyre qu'il avait inventée, faite d'une peau et de nerfs de bœuf, tendus sur une carapace de tortue. Le Soleil a ses bœufs, d'une blancheur immaculée et aux cornes dorées ; si les compagnons d'Ulysse affamés en mangent dans l'île de Thrinacie, malgré les interdictions de leur chef, ils périssent tous ; seul Ulysse, qui s'était abstenu, échappe à la mort.

Des bœufs sacrés étaient entretenus par la famille des Bouzyges ; ils étaient destinés à commémorer le labour initial de Triptolème, lors des rites de labourage sacré qui se célébraient aux mystères d'Eleusis. Dans toute l'Afrique du Nord, encore, le bœuf est un animal sacré, offert en sacrifice, lié à tous les rites de labour et de fécondation de la terre.

En raison sans doute de ce caractère sacré, de ses relations avec la plupart des rites religieux, comme victime ou comme sacrificateur (quand il ouvre par exemple, le sillon dans la terre) le bœuf a été aussi le symbole du prêtre. Par exemple, suivant une interprétation incertaine, les bœufs de Géryon, le géant à trois têtes, seraient les prêtres du delphisme primitif, dont Géryon est le pontife suprême ; il aurait été vaincu et tué par Héraclès ; le culte delphique aurait été ensuite renouvelé.

Le Pseudo-Denys l'Aréopagite résume en ces termes la symbolique mystique du bœuf : la figure du bœuf marque la force et la puissance, le pouvoir de creuser des sillons intellectuels pour recevoir les fécondes pluies du ciel, tandis que les cornes symbolisent la force conservatrice et invincible."

*

*

Selon Jean-Marie Jeudy, auteur de Les Mots pour dire la Savoie (2006),


« En 1962, les services agricoles avaient encore recensé vingt-quatre paires de bœufs à travers la Savoie. Par contre, une enquête menée dans le département de l'Isère avait révélé un effectif de cent quatre-vingt paires dans les années 1980. En Dauphiné pour les labours en terrain escarpé et le débardage des bois, on utilisait une race de vaches renommée, celle de Villard-de-Lans. Face à l'arrivée du tracteur, on n'hésitait pas à dire qu'on ne verrait jamais « virer » de pareils engins sur une pente raide.

Sur la commune de Chignin, entre Montmélian et Chambéry, un lieu-dit est appelé le Mont Roujou. C'est une proéminence qui émerge au-dessus du vignoble. Pourquoi ce toponyme ? Parce que le bœufs rongeaient leur joug pour tirer leur attelage. Tant la côte était dure à grimper... L'explication est fort improbable, mais son image est plaisante.

Un curieux récit met en scène une paire de bœufs. A Loisieux, près de Yenne, il existait dans une chapelle une statue de saint Martin, le soldat romain au cœur tendre qui avait partagé son manteau. Au village voisin justement appelé La Chapelle-Saint-Martin, les habitants étaient jaloux. Ils auraient voulu posséder la statue. Sans doute pour bénéficier davantage des bienfaits de ce soldat généreux. Ils décidèrent de s'en emparer.

Par une nuit d'été, ils se rendent à Loisieux avec un chariot tiré par des bœufs. IL dérobent la stature, la pose sur la carriole et repartent dans la plus grande discrétion. Mais tout ne se déroule pas comme ils l'auraient souhaité. Sur le chemin du retour, les bœufs s'arrêtent et refusent de repartir. Menaces, encouragements, coups de trique, rien n'y fait, le bêtes demeurent immobiles. Rien ne semble pourtant les effrayer. Le temps est clair, la campagne dort...

Inutile d'y passer la nuit complète, les bœufs ne veulent pas emmener la statue. L'affaire est évidente. Dans l'ordre normal des choses, le saint doit rester à sa place dans la chapelle. C'est ce qu'en concluent les paysans. Il ne reste plus qu'à faire demi-tout et ramener Martin chez lui.

Les bœufs avaient fait la démonstration qu'ils n'obéissaient pas à l'aveuglette. Ils ne voulaient pas être complices d'un vol qui prenait des allures de sacrilège. Le preuve est évidente qu'ils n'étaient pas aussi stupides qu'on voulait le dire. Peut-être avaient-ils été inspirés par le Bon Dieu ?

[dégradation du mythe celte des deux bœufs ?]

*

*

Selon Grażyna Mosio et Beata Skoczeń-Marchewka, auteurs de l'article "La symbolique des animaux dans la culture populaire polonaise, De l’étable à la forêt" (17 Mars 2009) :


"Une position toute spéciale parmi le bétail était occupée par le bœuf, la force motrice principale à la campagne jusqu’au début du XXe siècle. Castré, privé de tout instinct sexuel “pécheur”, il pouvait tout particulièrement être prédestiné au contact avec le sacré. C’est lui qui adorait Le Nouveau-Né, aidait la Sainte Famille en réchauffant Jésus de son souffle. C’est à lui qu’il était permis de découvrir ce qui était divin. Les légendes populaires racontent que seuls les bœufs savaient reconnaître Jésus se déplaçant travesti sur la terre, ou la Sainte Vierge cheminant avec l’Enfant (Baranowski 1967: 178-179). On croyait que ces animaux, étant purs, veillaient à la moralité et à l’honnêteté. Aussi lorsque la fermière en l’absence de son époux a tendance à le trahir, le bœuf se met à mugir de toute force et à cogner de sa tête contre le mur, pour la dissuader de cet acte infâme. Une autre fois il refuse de transporter le blé volé en renversant le chariot à chaque tentative entreprise par le voleur (Baranowski 1967 : 180). Les bœufs aident aussi volontiers les êtres humains en les sauvant en cas d’ennuis, en les protégeant par exemple des loups, des vipères, des risques de noyade. Ils s’attachent énormément à leur maître: ils sont malades et même meurent de tristesse à leur disparition, ou bien lorsqu’ils sont vendus (Baranowski 1967 : 180). Ces animaux peu agressifs et lents sont aussi devenus synonymes de l’assiduité et de la patience. Aujourd’hui les dictons “il travaille comme un bœuf”, ou “il est patient comme un bœuf” sont d’usage courant pour exprimer des traits de caractère bien vus par les patrons."

*

*

Pour David Carson, auteur de Communiquer avec les animaux totems, puisez dans les qualités animales une aide et une inspiration au quotidien (Watkins Publishing, 2011 ; traduction française Éditions Véga, 2011), le bœuf appartient à la famille de la Sagesse intérieure, au même titre que l'hippopotame, le chien, l'aigle, l'ours polaire, le cheval, le coyote, le papillon, la chouette, la salamandre, le saumon, le phoque, le paon, la grue, le tigre, le lièvre et la pieuvre.


Sagesse intérieure

Invoquer un esprit animal, c'est éveiller de nouvelles perceptions. tout phénomène naturel, y compris l'animal, est intrinsèquement mystérieux. L'indicible que recèle toute forme de vie nous ramène aux questions fondamentales sur l'existence. Comment et pourquoi s'est formé le cosmos ? Pourquoi les choses existent-elles plutôt que le néant (comme s'interrogent souvent les philosophes) ? La méditation peut nous apporter une conscience silencieuse des vérités qui se cachent derrière ces énigmes. Lorsque nous plongeons nos eux dans ceux d'une autre créature, nous sommes confrontés à de profonds mystères, dont l'animal est l"incarnation vivante.

Ce chapitre présente les animaux susceptibles de nous guider vers de nouveaux indices et une acuité nouvelle. Si nous sommes prêts à nous ouvrir et à écouter, nous pouvons gagner en maturité spirituelle et avancer dans notre voyage intérieur.

[...]

Le bœuf est essentiel dans de nombreuses cultures agraires. Ces mammifères sont plus forts que les chevaux, c'est pourquoi on les utilise fréquemment pour titrer charrues et charrettes. dans la tradition hindoue, tout bétail, y compris le bœuf, est vénéré et il est interdit de le tuer. Le dieu Shiva voyagerait à dos d'un grand taureau, Nandi, tandis que Krishna aurait grandi dans une famille de bouviers.

Les bœufs consomment énormément d'herbe et d'autres végétaux, et passent la majeure partie du jour à ruminer, c'est-à-dire à remâcher. La nourriture est avalée une première fois puis régurgitée sous forme d'une boule mole et ronde (bol), remâchée puis ré-avalée. La rumination aide le bœuf à digérer plus efficacement, ce qui lui permet d'ingérer davantage de nourriture, gage de bonne santé et d'endurance.

Dans plusieurs pays asiatiques, on utilise ces maîtres du labourage pour prédire les rendements agricoles de l'année à venir. Au cours de rituels, on leur offre divers aliments - riz, graines, foin et maïs - et même un assortiment de boissons. Ce que le bœuf choisit de manger et de boire est déterminant, et le chaman ou oracle fait une prévision en fonction des choix de l'animal. Famine ou festin, ces prédictions sont souvent exactes.

Si vous êtes dans une situation où détermination et persévérance vous sont nécessaires (obstination donc), invoquez le pouvoir du bœuf. Inépuisable, aimant et généreux, cet animal ne manque jamais d'accomplir son devoir. Avec le bœuf pour totem spirituel, vous vous battrez toujours pour être utile à autrui et tenir la distance. Votre grande force, votre clame intérieur et votre sérénité ne passeront pas inaperçus. Vous serez plus résolu que jamais, vous investissant pleinement et jusqu'au bout, semant les graines qui porteront des fruits. Faites appel à l'esprit du bœuf, qui confère maturité et volonté indomptable, puis creusez les bons sillons de votre existence. Vous serez récompensé de votre labeur.


Mot-clé : Détermination et persévérance.


Développer l'énergie du Bœuf


Pratiquez la posture de la tête de vache : En yoga, cette posture assise implique de croiser les jambes l'une sur l'autre tout en pliant le bras gauche derrière le dos, main vers le ciel, et en repliant le coude droit au-dessus de l'épaule,n main droite vers la terre, le but étant que les deux mains se rejoignent derrière le dos. On dit que les jambes croisées ainsi ressemblent aux lèvres d'une vache.


Créez des images : On trouve des représentations de l'ancêtre du bœuf, l'aurochs, sur les peintures rupestres préhistoriques, notamment celles de Lascaux. Honorez votre esprit bœuf en dessinant ou en peignant votre propre animal-force.


Projetez vos runes : L'aurochs a donné son nom à la lettre "u" de l'alphabet runique, employé en Europe du Nord avant l'adoption de l'alphabet latin. Méditez sur la rune de l'aurochs, pour essayer de comprendre l'importance de son énergie pour nos ancêtres.


Dansez avec Krishna : Le dieu Krishna a passé son enfance et son adolescence avec des bouviers, ce qui lui valut le nom de "Gowinda", qui signifie "trouveur de vaches" et "Gopala", "protecteur de vaches". Vous pouvez gagner en sagesse en méditant sur la bienveillance de Krishna envers votre animal fort.


Sur les traces du Bœuf

Au XIIe siècle, un maître zen chinois peignit dix images représentant la quête d'un bœuf - allégorie de la recherche de Satori, réalisation de notre vraie nature. La personne en quête cherche le bœuf, l'apprivoise et rentre à la maison sur son dos - puis n'y pense plus. L'image qui suit est un blanc, la suivante montre la vie simple, puis finalement ce même homme qui retourne au marché, d'une humeur heureuse et généreuse. A la fin, le gardien de troupeau est en paix avec toute forme de vie, jouissant du lien avec ses compagnons."

*

*




Symbolisme celte :


Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robet Laffont, 1982), Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"il existe une divinité gauloise Damona, parèdre du protecteur des eaux thermales Borvo ou Apollon Borvo, et dont le nom contient le thème celtique désignant généralement les bovidés, dam. Mais le bœuf ne posséderait pas, dans le monde celtique, de symbolisme indépendant, en dehors du symbolisme chrétien usuel. Les légendes galloises témoignent cependant de l'existence de bœufs primordiaux. Les deux principaux sont ceux du Hu Gadarn, personnage mythique, qui arriva le premier dans l'île de Bretagne, avec les nation des Cymri (Gallois). Avant l'arrivée de ces derniers, il n'existait en Bretagne que des ours, des loups, des castors et des bœufs cornus. Le Lebor Gabala (Livre des Conquêtes) nomme aussi, mais sans autre indication, des bœufs mythiques. Le bœuf jouerait alors un rôle analogue à celui du héros civilisateur."

*

*

Selon Sabine Heinz, auteure de Les Symboles des Celtes, (édition originale 1997, traduction française Guy Trédaniel Éditeur, 1998),


"Le bœuf a lui aussi de l'importance. Il est l'un des animaux en lequel les humains aiment se métamorphoser ; on le mange et on le vénère ; après la christianisation,on le retrouve aux côtés de saint Luke ; le bœuf devient alors le sacrifice symbolisant la dignité de prêtre du Christ.

Dans l'histoire galloise Kulhwuch ac Olwen, trois des quarante tâches que doit effectuer Kulhwch lui imposent d'attraper des bœufs :


Tout d'abord, Kulhwch doit aller chercher le bœuf de Gwlwlydd, "Poil brun", pour que Ysbaddaden puisse bien labourer la terre. Sa tâche suivante est de mettre sous le même joug le bœuf jaunâtre-blanc pâle et le bœuf pie. Il s’agit des trois principaux bœufs de Bretagne. Pour finir, il doit, encore une fois pour Ysbaddaden, atteler à la même charrue les deux bœufs cornus dont le premier vit d'un côté de la Montagne Cornue e le seconde l'autre côté. Les bœufs sont Nynnyaw et Peibiaw, deux rois métamorphosés à cause de leurs péchés.

On ne manquera pas de citer Oxford dont on parle déjà chez Cyfranc Lludd a Llefelys en tant que centre de la Bretagne. comme le taureau et autres animaux du même type, le bœuf est immortalisé dans les blasons."

*

*




Littérature :


Le bœuf

I

La porte s’ouvre ce matin, comme d’habitude, et Castor quitte, sans buter, l’écurie. Il boit à lentes gorgées sa part au fond de l’auge et laisse la part de Pollux attardé. Puis, le mufle s’égouttant ainsi que l’arbre après l’averse, il va de bonne volonté, avec ordre et pesanteur, se ranger à sa place ordinaire, sous le joug du chariot.

Les cornes liées, la tête immobile, il fronce le ventre, chasse mollement de sa queue les mouches noires et, telle une servante sommeille, le balai à la main, il rumine en attendant Pollux.

Mais, par la cour, les domestiques affairés crient et jurent et le chien jappe comme à l’approche d’un étranger.

Est-ce le sage Pollux qui, pour la première fois, résiste à l’aiguillon, tournaille, heurte le flanc de Castor, fume, et, quoique attelé, tâche encore de secouer le joug commun ?

Non, c’est un autre. Castor, dépareillé, arrête ses mâchoires, quand il voit, près du sien, cet œil trouble de bœuf qu’il ne reconnaît pas.

II

Au soleil qui se couche, les bœufs traînent par le pré, à pas lents, la herse légère de leur ombre.


Jules Renard, "Le Bœuf" in Histoires naturelles, 1874.

*

*

Les Bœufs


J’ai deux grands bœufs dans mon étable,

Deux grands bœufs blancs marqués de roux ;

La charrue est en bois d’érable,

L’aiguillon en branche de houx.

C’est par leur soin qu’on voit la plaine

Verte l’hiver, jaune l’été ;

Ils gagnent dans une semaine

Plus d’argent qu’ils n’en ont coûté.


S’il me fallait les vendre,

J’aimerais mieux me pendre ;

J’aime Jeanne ma femme, eh bien ! j’aimerais mieux

La voir mourir, que voir mourir mes bœufs.


Les voyez-vous, les belles bêtes,

Creuser profond et tracer droit,

Bravant la pluie et les tempêtes

Qu’il fasse chaud, qu’il fasse froid.

Lorsque je fais halte pour boire,

Un brouillard sort de leurs naseaux,

Et je vois sur leur corne noire

Se poser les petits oiseaux.


S’il me fallait les vendre,

J’aimerais mieux me pendre ;

J’aime Jeanne ma femme, eh bien ! j’aimerais mieux

La voir mourir, que voir mourir mes bœufs.


Ils sont forts comme un pressoir d’huile,

Ils sont doux comme des moutons ;

Tous les ans, on vient de la ville

Les marchander dans nos cantons,

Pour les mener aux Tuileries,

Au mardi gras devant le roi,

Et puis les vendre aux boucheries ;

Je ne veux pas, ils sont à moi.


S’il me fallait les vendre,

J’aimerais mieux me pendre ;

J’aime Jeanne ma femme, eh bien ! j’aimerais mieux

La voir mourir, que voir mourir mes bœufs.


Quand notre fille sera grande,

Si le fils de notre régent

En mariage la demande,

Je lui promets tout mon argent ;

Mais si pour dot il veut qu’on donne

Les grands bœufs blancs marqués de roux ;

Ma fille, laissons la couronne

Et ramenons les bœufs chez nous.


S’il me fallait les vendre,

J’aimerais mieux me pendre ;

J’aime Jeanne ma femme, eh bien ! j’aimerais mieux

La voir mourir, que voir mourir mes bœufs.


Pierre Dupont, "Les Bœufs" in Chants et chansons,

*

*




Arts visuels :


Eugène Boudin, Bœufs couchés dans un pré,

huile sur bois, vers 1880-1888.

*