Blog

  • Anne

La Vache



Étymologie :

  • VACHE, subst. fém. et adj.

  • VACHER (SE), verbe,

Étymol. et Hist. I. A. 1. Ca 1130 « femelle reproductrice de l'espèce bovine » (Lois de Guillaume le Conquérant, éd. J. E. Matzke, p. 6,5) ; ca 1290 vake laitiere, v. laitier ; 1606 au fig. vaches a laict (Du Villars, Mém., II, an 1551 ds Gdf. Compl.) ; d'où a) loc. α) xve s. pleurer comme une vache (Le Grant garde derriere, X, 3 ds IGLF) ; 1610 manger de la vache enragée (Béroalde de Verville, Le Moyen de parvenir, éd. H. Moreau et A. Tournon, p. 186) ; 1640 parler François comme une Vache Espagnolle (Oudin, Curiositez) ; id. sorcier comme une vache, v. sorcier [cf. 1736, Marivaux, Le Télémaque travesti, p. 344 : il n'y a point d'autres sorciers au monde que les vaches espagnoles] ; 1690 quand chacun se mesle de son mestier, les vaches sont bien gardees (Fur.) ; 1833 aller comme un tablier à une vache (Vidal, Delmart, Caserne, p. 250) ; 1876 il pleut comme vache qui pisse, v. pisser ; id. une vache n'y retrouverait pas son veau (Lar. 19e) ; β) 1690 allusion biblique (Fur. : le songe de Joseph fut la vision de sept vaches grasses, et de sept vaches maigres) ; 1897 connaître les sept vaches maigres et les sept vaches grasses (France, Mannequin, p. 236) ; b) 1534 poil de vache « couleur rousse » (Rabelais, Gargantua, XI, éd. R. Calder, p. 83) ; 1694 roux comme une vache, roux de vache (Ac.) ; c) 1548 plancher des vaches, v. plancher ; 1902 montagne à vache (Écho des Alpes, n°1, p. 38 ds Quem. DDL t. 27) ; d'où 1928 à vache « ridiculement facile (en parlant d'une course en montagne) » (La Montagne, n°212, mai, p. 166, ibid.) ; d) α) bot. 1557 blé de vache (L'Escluse d'apr. Roll. Flore t. 8, p. 161) ; 1732 herbe aux vaches (Nouv. maison rustique t. 1, p. 309) ; 1801 chou-vache (Annales de l'agriculture fr., IX, p. 96 ds Quem. DDL t. 21) ; 1840 arbre-vache (A. Joanne et Old Nick, trad.: Cooley, Hist. gén. des voy., p. 225, ibid., t. 15) ; β ) zool. 1558 vache de mer (L. Joubert, trad. de G. Rondelet, Histoire entière des poissons d'apr. FEW t. 14, p. 102a) ; 1615 vache marine (A. de Montchrestien, Traicté Œconomie politique, p. 325) ; 2. a) 1285 « cuir fait avec la peau de la vache » (Rutebeuf, Les Plaies du monde ds Œuvres, éd. E. Faral et J. Bastin, t. 1, p. 380, 72 : vint paire de sollers devache) ; b) 1781 « panier revêtu de cuir, qu'on plaçait sur les voitures de voyage » (Carmontelle, L'Uniforme de campagne, in Recueil gén. des proverbes dramatiques, VI, p. 250 ds Quem. DDL t. 25) ; 3. empl. techn. a) 1491 vacque « sorte de grue » (Compte des fortifications, 16e Somme de mises, Arch. Tournai ds Gdf.) ; 1590 « nom d'une pièce du canon » (Brantôme, Cap. fr., 144 [éd. 1666] ds La Curne) ; 1690 terme d'imprimeur « cordes qui arrêtent le train de la presse » (Fur.) ; 1751 terme de chasse vache artificielle « machine de la forme d'une vache qui sert à la chasse aux perdrix » (Dict. universel d'agriculture et de jardinage d'apr. FEW t. 14, p. 102b) ; 1872 terme de métall. « branloire d'un soufflet » (Littré); d'où 1878 tirer la vache (Rigaud, Dict. jargon paris., p. 340) ; 1933 « déchet provenant d'un morceau de bois » (Lar. 20e) ; b) 1859 terme de mar. joues ou demi-joues de vache « demi-caisses de poulies » (Bonn.-Paris) ; id. nœuds de vache « nœud plat que l'on utilise pour réunir deux filins qui doivent être facilement dénoués » (ibid.) ; 1867 côtes de vache « travaux que l'on place sous les entretoises pour faciliter le hourdis du plancher » (Ch. Garnier, Monit. univ., 10 août, p. 1093, 2e col. ds Littré) ; 1881 corne de vache « voussure employée pour évaser l'ouverture d'un tunnel ou d'une arche de pont » (Chabat) ; 4. a) 1589 terme de danse ru de vache (Tabourot, Orchesographie, fo46c ds Gdf., s.v. ru) ; b) 1694 terme de manège ruer en vache (Ac.) ; 5. 1605 vache à colas « protestant » (L'Estoile, Journal, éd. A. Martin, sept., p. 172). B. 1. a) 1619 « femme grasse et laide » (Claude d'Esternod, L'Espadon satyrique, p. 73) ; b) 1866 « femme ou fille de mauvaises mœurs » (Delvau, p. 391) ; 2. a) 1690 « personne lâche, fainéante, poltronne » (Fur.) ; b) 1866 « homme sans courage, avachi » (Delvau, p. 391) ; 1877 faire la vache « paresser » (Zola, L'Assommoir, p. 489) ; 3. 1844 « agent de police » mort aux vaches (Documents litt., II, 203 d'apr. Sain. Sources Arg. t. 2, p. 464) ; 4. 1891 exclam. la vache (Méténier, Lutte pour amour, p. 187 ; 5. 1900 « personne méchante » (Mirbeau, Journal femme ch., p. 90) ; 1901 agir en vache (Bruant, p. 312). II. Empl. adj. 1. 1866 « mou, sans consistance » (Flaub., Corresp., p. 231) ; d'où 1887 faire vache « faire chaud » (Hogier-Grison, Monde où l'on vole, p. 296) ; 2. 1880 « méchant, sévère » (d'apr. Esn. 1966) ; 1881 (Méténier, op. cit., p. 92); 3. 1925 « admirable » (Arts d'apr. Esn. 1966). Du lat. vacca « vache ». Pour l'orig. de I A 5 c vache à colas, on se réfère habituellement à l'anecdote rapportée par L'Estoile dans son Journal, loc. cit., selon laquelle les Huguenots avaient tué et mangé une vache d'un nommé Colas Panier, égarée dans un temple protestant; ce qui donna naissance à la Chanson de Colas, et au sobriquet vache à Colas que catholiques et protestants s'appliquèrent mutuellement, mais qui, en définitive qualifia ces derniers (v. Littré, s.v. vache; FEW t. 7, p. 111, s.v. Nicolaus). La loc. parler comme une vache espagnole est peut-être favorisée par le bétacisme gasc. et esp. (b et v sont prononcés v entre voy. et b à l'init. après cons.) d'où corruption de basque* (du lat. vasco) : le fait que les Basques se partagent entre l'Espagne et la France et la présence à Paris au xviies. de valets basques aurait entraîné la loc. parler français comme un ou une Basque espagnol(e) (v. Littré, s.v. vache ; FEW t. 14, p. 105, note 4 ; K. Baldinger, Influence de la langue sur la pensée ds R. Ling. rom. t. 37, p. 251).


Voir aussi la définition détaillée qui propose quelques éléments de symbolisme.

*

*



Expressions populaires :


Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expressions populaires bien connues :


Un coup de pied en vache : Le cheval rue. C'est-à-dire qu'il est capable de vous lancer noblement les deux pieds à la fois en pleine figure, à condition que vous soyez placé juste derrière lui. La vache non, ou très exceptionnellement. Elle est trop lourde.

Elle ne sait guère lancer qu'un seul pied à la fois. En revanche, elle peut vous l'envoyer à l'improviste, aussi bien vers l'avant, que par côté, un peu à la façon d'un karatéka… Chacun sa technique. La sienne est si connue qu'on en a fait un temps un pas de danse. « En termes de danse, signale Furetière, on appelle "rut de vache", un pas où l'on jette le pied à côté. »

Or il arrive que certains chevaux particulièrement vicieux, négligeant la belle ruade spectaculaire de leur espèce, puissent eux aussi vous allonger un coup de pied en travers, d'une seule jambe, lorsque vous passez à côté d'eux. C'est cela que les cavaliers appellent le coup de pied « en vache », précisément parce que cette technique n'appartient pas en principe à leur catégorie. Mais il est fréquemment employé dans le commerce, l'industrie, et généralement dans une foule d'activités humaines !

L'expression, qui apparut vers le milieu du XIXe siècle, était promise à une belle carrière. « Aucun d'eux n'a le culot de dire carrément son opinion, et de telles séances ne paraissent avoir d'autre objet que le plaisir que prennent deux hommes à s'adresser publiquement, tout en s'offrant leurs sourires vinaigrés, à s'adresser, dis-je, dans les côtes et dans les tibias des renfoncements meurtriers et des coups de pied en vache. » (Jehan Rictus, Le cas Edmond Rostand, 1905).


Chacun son métier, les vaches seront bien gardées : Ceci est un proverbe qui fustige l'amateurisme. Que celui qui ne sait pas ne se méfie pas d'une tâche ou d'une affaire à laquelle il n'entend rien. Cela se dit pour rabrouer quelqu'un qui veut donner des conseils dans n domaine qu'il ne maîtrise pas, en le renvoyant implicitement « garder les vaches »...

Furetière le relève en 1690 « Quand chacun fait son mestier, les vaches sont bien gardées ». L'image était bien plus ancienne puisqu'on l'utilisait déjà au XVIe siècle pour railler celui qui veut s'improviser dans une tâche et fait tout de travers; Cotgrave cite : « Qui se mêle d'autruy mestier il trait la vache en un panier. »

Le dicton a fit les beaux jours de la sagesse populaire et des amateurs d'ordre. Mme de Genlis écrivait dans un ouvrage moralisant : « Vous savez le proverbe ; il est vieux, et n'en est que meilleur : Chacun son métier, et nos vaches seront mieux gardées ; et j'y ajoute que nos terres seront mieux cultivées. » (Mme de Genlis, Les Veillées de la Chaumière, 1823).

*

*



Zoologie :

Selon Matt Pagett, auteur de Le petit livre de merde (titre original What shat that ?, Quick Publishing, 2007 ; édition française Chiflet & Cie, 2008) :


"Il y a presque autant de façons d'utiliser la bouse de vache qu'il en existe pour rentabiliser l'animal lui-même, qui nous donne viande, lait, et cuir. Grâce à elle on isole, on se chauffe, on fertilise les sols. On jour même au ballon. Pas mal pour une substance dont le seul nom inspire le dégoût.

Description : Il y a bouse et bouse : tout dépend de ce que la vache a mangé. L'herbe grasse produira une masse semi-liquide brune ou verdâtre, qui va sécher comme une galette. Une nourriture plus sèche donnera des bouses plus petites et plus fermes. Une vache produit en moyenne une dizaine de bouses par jour, qu'elle laisse à l'étable ou dans les pâturages.

Elles ruminent dans leur coin : Avec leur estomac à quatre poches, les vaches sont des ruminants : elles régurgitent l"herbe sous forme de bouillie, qu'elles remâchent pour l'avaler à nouveau. Ceci leur permet d'extraire le maximum de nutriments de leur nourriture qui n'est ni énergétique ni riche en protéines. La route est longue de la bouche à la bouse : le rituel de la digestion peut durer 100 heures, ce qui vaut à la vache le titre de ruminant lent.


C'est du gâteau : Certains pays en voie de développement comme le Népal sont de grands utilisateurs de bouses dont les gaz peuvent remplacer le charbon et le pétrole. Stockées dans des silos à l'abri de l'air, les bactéries s'y développent rapidement. L'addition d'eau entraîne une réaction chimique. Le gaz produit, composé surtout de méthane, est réservé à l'usage domestique. Les résidus sont utilisés comme compost. On peut donc dire que la bouse de vache crée des emplois, et qu'elle est source de richesses pour certains pays en difficulté. C'est ce que l'on appelle de la bonne merde.


Lancer de bouse : Le Championnat du Monde 2006 de lancer de bouse pour hommes, à Beaver, Oklahoma, a été remporté par James Pratt, avec un lancer de 61 mètres. Au Championnat pour femmes, le record a été battu par Dana Martin avec un lancer de 42 mètres."

N.B. Ce championnat existe aussi en France.

*

*



Carrons et clarines :


Selon Jean-Marie Jeudy, auteur de Les Mots pour dire la Savoie (2006),


« si vous vous êtes promené sur les alpages, vous avez entendu la clameur des troupeaux. Et ça carillonne de tous les côtés... ce sont les cloches qu'on accroche au cou des vaches. Chacune possède son timbre particulier, une note qui convient à la bête qui la porte. Les notes réunies accaparent l'espace et se répondent mille fois, se répercutent d'un versant à l'autre, et jusqu'aux rives du glacier, la musique se mêlant au bruit du vent descendu des cimes.

Chaque vache porte une cloche. Une cloche de bronze retenue par un large collier de cuir orné de motifs ou de clous de cuivre. Ce peut être une clarine au son clair. Ce peut être un carron au son plus grave. Souvent ces cloches portent le nom ou la marque de leur propriétaire. Elles peuvent être décorées de symboles religieux, d'un Christ, d'une Vierge à l'Enfant.

On dit encore des campanes. Ou des senailles - on trouve ce terme dans le pays du Mont-Blanc. A Sixt, on emploie le terme potet. En Valais et en Val d'Aoste, on dit les bondions.

Ces cloches ne sont pas simplement employées pour le décorum ou pour montrer la richesse de leur propriétaire. Elles ont leur utilité en matière de sécurité. On repère plus facilement une bête égarée et on peut la ramener en lieu sûr. On peut la chercher dans le brouillard ou dans la nuit. Ces cloches eurent parfois une signification religieuse. Elles concouraient à la protection des animaux contre les maladies et les accidents.

Le village de Peysey-Nancroix en Tarentaise s'était fait une spécialité de la production de ces cloches. On les reconnaît facilement, elles portent l'inscription : A Peisey.

Il existait des fondeurs itinérants qui parcouraient la Savoie en prenant des commandes lors des grandes foires et qui rapportaient les objets fondus l'année suivante.

Plus simples sont les cloches de fer, fabriquées d'une feuille de métal pliée. On les accorde par l'adjonction, sur leur paroi, d'un peu de bronze qui change leur sonorité. Il ne faut pas manquer de signaler les sonnettes Devouassoud. Réalisées dans la vallée de Chamonix, elles résonnent non seulement sur les alpages de Savoie, mais aussi sur ceux du Valais et du Val d'Aoste. En Italie, on ne dit pas une clarine ou une sonnette, on dit une devouassoud. Pas moins de cinquante et une opérations sont nécessaires pour obtenir une bonne sonnette. C'est une vieille affaire de famille puisque la maison fut créée en 1829.

A l'automne, pour le retour des troupeaux vers la vallée, on ornait les bêtes de bouquets de fleurs. On avait frotté le cuir des colliers et astiqué les cloches. Il fallait que le troupeau soit impeccable.

Le montagnard a toujours attaché beaucoup d'importance à ces campanes. Il faut l'observer quand il choisit l'une d'elles sur l'étal du marchand lors des foires. Il essaie toute la gamme, agite celle-là, en repose une autre, tente de deviner si elle conviendra au caractère vagabond de « la Roussette » ou au tempérament plus tranquille de « la Marquise ». c'est la symphonie du troupeau dans la sérénité de l'alpage. La musique contribue à la vie intense qui règne là-haut. »

*

*




Croyances populaires :

Selon Ignace Mariétan, auteur d'un article intitulé "Légendes et erreurs se rapportant aux animaux" paru dans le Bulletin de la Murithienne, 1940, n°58, pp. 27-62 :


Les Renards ne sont pas les seuls animaux auxquels on prête un raisonnement humain. Sur les alpages, dit-on, certaines vaches savent partir pendant la nuit, sans faire sonner leur clochette, pour aller chercher de l'herbe, ainsi elles n'éveillent pas l'attention des pâtres (Saint-Martin).

Quand une vache quitte les mayens pour revenir à la maison du village, c'est un signe de mort (Mase).

Si les vaches lèvent souvent la tête c'est un signe de mauvais temps (Anniviers). A Mas « on voit une relation entre la fièvre aphteuse et la maladie des Mélèzes. L'épidémie des Mélèzes de 1937 devait ramener la fièvre aphteuse, ce qui n'a pas été le cas. Lorsque deux vaches sont attachées dans le même lien (chaîne métallique) c'est le démon qui l'a fait. Pour les détacher il faut faire rougir une chaîne au feu et l'appliquer sur l'animal (Saint Martin). On attribue aux petites Vaches de la race d'Hérens, très combattives, des réactions sentimentales tout à fait humaines. Quand l'une d'elle ayant été reine auparavant, vient à être battue son chagrin est immense ; il faut alors lui parler, lui expliquer, la consoler, lui faire joli, sinon elle ne survivra pas. Les propriétaires de reines expliquent ainsi certains cas mortels dus sans doute à des lésions du cerveau produites pendant la lutte. L'ardeur des propriétaires de reines pour assurer la victoire de leur favorite se manifeste parfois d'une manière très originale : à Riddes l'un d'eux trouva le moyen de fixer une Hermine morte dans la clochette de sa reine, afin de dégoûter la concurrente par l'odeur repoussante que dégage l'Hermine.

Au moyen âge, et même jusque vers 1800 on croyait au Jumart : c'était un hybride pouvant revêtir trois formes, et provenant du croisement entre le taureau et la jument, ou entre le taureau et l'ânesse, ou encore entre l'âne et la vache.

*

*

Selon Grażyna Mosio et Beata Skoczeń-Marchewka, auteurs de l'article "La symbolique des animaux dans la culture populaire polonaise, De l’étable à la forêt" (17 Mars 2009) :


"La vache était l’équivalent zoomorphique de la femme. On peut trouver la trace de cette conviction dans la formule exprimée par les marieurs dans maintes régions de la Pologne, qui venant à la maison de la jeune fille – candidate à être l’épouse, demandaient : “n’avez-vous pas quelquefois une petite génisse à vendre, parce que nous voulons en acheter une” (Maj 1987 : 17 ; Kolberg 1964b : 143). La vache était aussi liée au domaine de la fécondité, de la maternité. Elle était la nourricière. Afin de s’assurer l’abondance de lait gras, le fermier lui apportait la veille de Noël à l’étable une feuille de pain azyme (opłatek), pour que le lait soit blanc, et une noix, pour qu’il soit gras (Simonides, Kowalski 1991, 275). On croyait que la lactation de la vache pouvait être l’objet des pratiques magiques des sorcières, qui soutiraient ce lait pour leur vache. Il existait donc toute une série de moyens qui devaient la protéger des sortilèges. L’un d’eux était l’interdiction absolue de donner quoi que ce soit en dehors de la ferme après le coucher du soleil, et tout particulièrement du lait."

*

*



Symbolisme :

Dans le Dictionnaire des symboles (1969 ; édition revue et corrigée, Robert Laffont : 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, on apprend que :


"D'une façon générale, la vache, productrice de lait, est le symbole de la Terre nourricière. Dans l'Égypte ancienne, la vache Abet est l'origine de la manifestation, la mère du soleil ; le corps du dieu, dans les mystères d'Osiris, était enfermé dans une vache de bois, et il renaissait par la gestation de celle-ci ; l'amulette AHAT, représentant la tête de la vache sacrée, portait du reste le disque solaire entre ses cornes et était utilisée pour émettre de la chaleur dans les corps momifiés. Cette coutume venait de la croyance selon laquelle, lorsque le soleil Rê s'était couché pour la première fois à l'horizon, la déesse-vache avait envoyé des êtres de feu les secourir jusqu'au matin, afin qu'il ne perde pas sa chaleur. Wallis-Budge signale d'autre part la coutume des femmes des tribus les plus primitives de la vallée du Nil, qui portaient une amulette représentant la déesse Hathor, sous forme d'une tête de vache ou de femme aux longues oreilles et plates, tombant comme celles d'une vache, pour s'assurer une large progéniture.

La figure d'Hathor, dans le panthéon égyptien, résume ces différents aspects du symbole de la vache. Elle est la fertilité, la richesse, le renouveau, la Mère, la mère céleste du soleil, jeune veau à la bouche pure, épouse aussi du soleil taureau de sa propre mère. Elle est aussi nourrice du souverain d'Égypte ; elle est l'essence même du renouveau et de l'espoir en une survie, puisque régente et corps du ciel, l'âme vivante des arbres (J. Yoyotte, in POSD, art. Hathor). Elle est aussi dans tous les lieux où les Grecs virent les cités d'Aphrodite ; elle est une jeune femme, aimable et souriante, déesse de la joie, de la danse et de la musique, et l'on comprend que, projetant dans l'au-delà les espérances réalisées à chaque printemps sur terre, elle soit devenue, sur la rive gauche du Nil, à Memphis comme à Thèbes, la patronne de la montagne des morts. La Grande Mère ou Grande Vache des Mésopotamiens était aussi, de toute évidence, une déesse de la fécondité.

La représentation du symbole, associant la vache à la lune, à la corne, à l'abondance, est plus précise encore à Sumer, où l'on orne la lune de deux cornes de vache, tandis que la vache est représentée comme un croissant de lune. La nuit étoilée est dominée par le Taureau prestigieux dont la Vache féconde est le Pleine lune, dont le troupeau est la Voie lactée. A certains endroits, il semblerait que les Sumériens aient conçu l'image curieuse d'un reflet de lune assimilé à un jet de lait de la Vache lunaire :


La blancheur de la Vache, un clair de lune qui monte ;

Le sourire du ciel a dénoué les longes

De vaches multipliées dans les étables multipliées ;

Sur la table il fait couler le lait de la Vache féconde...

(M. Lambert, dans SOUL, 79-81).

Chez les Germains, la vache Audumla est la première compagne d'Ymir, premier géant, née comme lui dans la glace fondue : elle est l'ancêtre de la vie, le symbole de la fécondité... Ymir comme Audumla sont antérieurs aux dieux. Ce même symbolisme s'étend sur l'ensemble des peuples indo-européens. Il a gardé toute sa puissance en Inde, d'où la vénération qu'on y porte à cet animal, qui n'a nulle part été célébré plus éloquemment que dans les Veda, où, archétype de la mère fertile elle joue un rôle cosmique et divin :


La vache est le ciel, la vache est la terre ;

la vache est Vishnu et Prajâpati :

le lait trait de la vache a breuvé

les Sâdhya et les Vasni.

... en elle réside l'ordre divin.

Elle est le nuage gonflé de pluie fertilisante qui tombe sur la terre lorsque les esprits du vent - qui sont les âmes des morts - tuent l'animal céleste et le dévorent pour le ressusciter ensuite dans sa peau, dont ils l'avaient préalablement dépouillé. Symbole du nuage des eaux célestes, la vache qui se défait au ciel se reforme sur la terre, grâce à la nourriture que la pluie rend abondante. Elle joue donc un rôle analogue à celui du bouc et du bélier célestes, dans de nombreuses autres mythologies, qui s'étendent des peuples scandinaves jusqu'aux riverains du Niger.

A cette fonction d'enveloppe - ou de réservoir - des eaux célestes s'ajoute souvent une fonction de psychopompe, attestée dans la tradition védique qui voulait qu'une vache fût amenée au chevet des moribonds. Avant d'expirer, le mourant saisissait la queue de l'animal et s'y cramponnait. Le mort était ensuite conduit au bûcher sur un chariot attelé de vaches, et suivi d'une vache noire. Cette dernière était sacrifiée, sa chair disposée sur le cadavre, et l'ensemble, étendu sur un bûcher crématoire, était enveloppé de la peau de l'animal... Le bûcher allumé, l'assistance chantait en demandant à la vache de monter avec le défunt au royaume des bienheureux qui passe par la voie lactée.

Selon certaines variantes, la vache psychopompe - parfois remplacée par une chèvre non tachetée - était attachée au pied gauche du cadavre.

La vache était sacrifiée au pied du bûcher funéraire et les parties nobles étaient disposées rituellement sur le cadavre ; ainsi ses reins étaient placées dans les mains du défunt, tandis que l'on récitait des stances.

Il faut souligner ici combien la robe de l'animal précise tel ou tel aspect du symbole. Car cette vache noire, qui est sans doute un avatar de la vache cachée du Veda, qui correspond l'aurore primordiale, se retrouve dan le Tao-Te-King (chapitre 6) pour désigner la femelle mystérieuse, le Principe féminin, origine du ciel et de la terre ; toujours dans le Veda, la vache laitière bigarrée est le symbole de l'androgyne initial ; tandis que la vache blanche - incarnation la plus totalisante du symbole est, tout comme la vache noire, mise en rapport avec le feu sacrificiel, l'agnihotra. Mais l'agnihotra est aussi le sacrifice de la parole et les vaches sont les formules sacrées des Veda. est-ce le souvenir de ce symbolisme upanishadique ? La vache est associée, étroitement, dans plusieurs textes du bouddhisme zen, au processus graduel conduisant à l'illumination. Toutefois, l'ascète n'est pas ici un vacher, un gopâla krishnaïte, et la vache n'est pas elle-même la lumière, comme elle l'est parfois dans l'Hindouisme. Elle représente la nature de l'homme et sa capacité d'illumination, que les Dix tableaux du domptage de la vache font passer progressivement du noir au blanc. Lorsque la vache blanche elle-même disparaît, l'homme a échappé aux limitations de l'existence individuelle.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce vieux symbole n'a pas complètement disparu de notre mémoire, comme en témoigne l'œuvre du peintre écologiste Uriburu, qui a récemment exposé des tableaux représentant une vache verte, pour célébrer les vertus de la nature naturante, menacée par développement de la civilisation industrielle."

*

*

Canalisation de Caroline Leroux qui communique avec les devas des animaux, ici un message du Peuple des vaches.

Rudolf Steiner, dans L'homme, les animaux et les êtres élémentaires (trad. Triades 2010) nous apprend que la vache représente l'incarnation de l'astral dans la chair :


"Ce que l'oiseau, là-haut, possède grâce à son astral, ce qui travaille à former son plumage, la vache l'a fait pénétrer dans sa chair, dans ses muscles, dans ses os.

[...] Celui qui, par idéalisme bourgeois, considère la digestion comme la plus inférieure des besognes se voit démenti lorsque, d'un observatoire plus élevé, grâce au regard spirituel, il regarde la digestion de la vache. C'est beau, c'est grandiose, et doué d'une prodigieuse spiritualité."

*

*

Myriam Phillibert, dans Alma Mater, l'éternel féminin (2006) écrit : "En chemin, ils [les Dieux] rencontrèrent une vache qui, les voyant, meugla : Hmm !

Alors les Dieux reconnurent que c'était là le son Hmm introduisant le Chant et si jusqu'alors ils avaient chanté sans prononcer le Hmm, ils connurent désormais le chant tel qu'il doit être.

Or, le son Hmm introduisant au chant se trouvait dans la vache et celle-ci le faisait vivre.

Satapatha Brâhamana

Ici la vache sacrée est l'initiatrice du Chant, ainsi que la mère du son premier. Nul ne peut dire qu'il s'agit d'une bête ordinaire. La suite de La Légende de la vache le prouve : Devant l'animal qui les a tous amenés à la vie, les dieux se congratulent à la pensée de la nourriture qu'elle représente et de la quintessence du sacrifice qu'elle manifeste. Agni veut la posséder et il y parvient. Sa semence devient le lait de la Vache. Ensuite, les autres dieux, puis les hommes offrent ce lait en oblation. Agni le reçoit et, se sacrifiant, il le rétrocède aux autres dieux. Ce geste institue le sacrifice."

*

*

Madonna Gauding, auteure de Animaux de pouvoir, Guides, protecteurs et guérisseurs (Octopus Publishing Group : 2006, édition française Éditions Véga, 2006) nous propose un ​:


Guide d'interprétation

En tant que symbole onirique

Mère ; Alimentation ; Abondance ; Sacrifice ; Gentillesse ; Modestie.


En tant que gardien ou protecteur

Protège les relations familiales ; Garde contre la perte de la maison.


En tant que guérisseur

Soigne la digestion ; Favorise la relaxation.


En tant qu'oracle ou augure

Vous avez besoin de nourriture ; Apprenez à coopérer.


Mythes et contes

Nout, la déesse égyptienne du ciel nocturne, était souvent représentée sous la forme d'une vache. Dans beaucoup de cultures, la vache représente la Grande Mère, la terre, l'amour et l'abondance.


Si la vache est votre animal de pouvoir

Vous êtes chaleureux, attentif, sensuel et bougez lentement - sauf quand vous êtes en colère ! Le confort matériel est important pour vous. Votre maison est accueillante, la table toujours garnie. Vous êtes très concerné par les relations familiales, la paix mondiale et l'environnement. Un mariage réussi est important et vous vous efforcez d'être un bon conjoint. Individu très minutieux, vous ruminez, analysez et réfléchissez avant d'intégrer quelqu'un ou quelque chose dans votre vie. D'autres dépendent de votre amour maternel et de votre sagesse profonde.

Demandez à la vache de vous aider :

  • à imaginer l'avenir de votre nouveau-né ;

  • à bouger en équilibre avec la qualité féminine de la nature ;

  • à apprendre la modestie, la souplesse et la gentillesse.

Accéder au pouvoir de la vache en :

  • faisant une liste de ce que vous tenez pour "les bonnes choses de la vie" ;

  • prenant le temps d'une investigation minutieuse avant de prendre une décision ;

  • étant le conciliateur de votre famille.

Les vaches ont un estomac à quatre compartiments. Cela leur permet de faire revenir les aliments avalés dans leur bouche pour être ruminés et avalés de nouveau. Mastiquez-vous soigneusement vos aliments pour en tirer toutes les substances nutritives ?


Élément Terre."

*

*

Diana Cooper, auteure du Guide des archanges dans le monde animal (édition originale 2007, traduction française, Éditions Contre-dires, 2018) nous délivre un :

Message des bovins :


Nous aimons la Terre et l'humanité, et

sommes très heureux de servir en offrant notre lait. Cependant,

nous espérons recevoir de la gratitude et de l'attention en

retour, car cela équilibre le karma entre nous.

Les vaches viennent de Lakumay, l'aspect ascensionné de Sirius. Elles ont été l'un des premiers animaux destinés à rendre service à venir sur Terre durant l'âge d'or de l'Atlantide pour offrir leur lait à l'humanité. A cette époque, leur lait était parfaitement adapté aux besoins des humains, parce que l'herbe et les fleurs sauvages qu'ils consommaient étaient à une fréquence beaucoup plus élevée qu'elles ne le sont à l'heure actuelle. L'eau était pure et bénéfique aussi. Les gens ne mangeaient pas de viande, de sorte que le lait leur était d'un grand bénéfice. En tant que créatures de la cinquième dimension venant de Lakumay, les vaches apportent l'amour inconditionnel et la lumière féminine divine du rayon doré du Christ, et le transmettent dans leur lait.

Les vaches peuvent se montrer réconfortantes, maternelles, protectrices et généreuses. Elles sont chaleureuses et fortes, gentilles et pragmatiques. Elles se sont incarnées, à l'origine, pour développer ces aspects stables et fiables de leur nature, et l'ont faite d'une très belle manière. C'est l'animal le plus féminin, le plus bienveillant et le plus affectueux. Et la grande mère spirituelle, l'ange universel Marie, les garde constamment dans sa lumière pleine d'amour. Les taureaux sont résistants et solides. Ils démontrent la protection et le pouvoir masculins. Ensemble, ils offrent un équilibre parfait de l’énergie masculine et féminine. Durant l'âge d'or de l'Atlantide, les vaches et les taureaux faisaient partie de la famille, ils étaient aimés et soignés. Les gens profitaient du lait que les vaches donnaient et les en remerciaient, et tous les animaux étaient appréciés à titre individuel. Ils donnaient et recevaient de l'amour dans la même mesure. A partir du moment où le monde entrait dans la troisième dimension, les vaches étaient traitées comme des produits de base et subissaient des souffrances intolérables. Elles étaient nourries avec des produits qui ne leur convenaient absolument pas et elles devaient produire leurs quotas de lait, sinon elles mouraient. Leurs veaux étaient tués et mangés. Cela provoquait beaucoup de stress chez les vaches et une grande colère chez les taureaux. Les personnes et les animaux stressés sont vulnérables à la maladie. Les troupeaux ont fini par souffrir de la maladie de la vache folle et des milliers d'animaux ont dû être abattus. Enfin, les humains ont commencé à se rendre compte qu'ils avaient plus besoin des bovins que ceux-ci n'avaient besoin d'eux. A cette époque, l'âme supérieure grandement évoluée des bovins domestiques discutait sérieusement avec le Conseil intergalactique pour savoir s'ils devaient se retirer de la Terre et continuer leur expérience sur une autre planète de leur choix. Cela aurait créé une brèche terrible dans le plan de la Terre et aussi beaucoup de karma pour l'humanité et pour cette planète que les vaches adorent de tout leur cœur. La reddition est une qualité féminine, et les vaches l'ont démontré quand elles ont accepté d'être sacrifiées et brûlées par centaines lors d'incidents terribles. Les flammes les ont aidées à transmuter et à purifie l'énergie de douleur due à la souffrance et au manque de respect qui leur avaient été infligés pendant des milliers d'années.

Malheureusement, l'humanité n'a tiré aucun enseignement de ces tragédies et elle continue à maltraiter ces magnifiques animaux.

De nombreuses prières ont été envoyées pour les vaches alors, et depuis, de grands portails de lumière ont été crées et les anges de l'archange Fhelyai sont venus sur la planète pour les aider. L'archange Zadkiel a remplir ces portails de sa flamme violette, d'or et d'argent pur transmuter et guérir. Les archanges Raphaël et Gabriel ont envoyé des milliers d'anges pour accompagner de l'autre côté chaque vache qui est morte de cette manière. Les âmes vaillantes de ces animaux ont été accueillies à leur retour à Lakumay par une cérémonie grandiose et des salutations universelles. Cependant, heureusement pour la Terre, l'âme supérieure des vaches a écouté les argument du Conseil intergalactique. Étant donné que nous entrons dans la période de transition de 20 ans vers la cinquième dimension et que la planète entière élève sa fréquence vibratoire, le royaume des bovins a décidé de nous honorer de leur présence pendant encore un certain temps. Entre 2012 et 2032, tous les animaux, les humains et la planète sont en route vers la cinquième dimension. Quand le monde vivra dans cet état de conscience avancé, les bovins seront de nouveau traités avec respect et reconnaissance. Ils seront alors vraiment en mesure de donner et recevoir avec amour. Ils apprécieront enfin d'être sur Terre pour poursuivre leur croissance spirituelle et leur apprentissage comme ils avaient prévu de le faire à l'origine.

Les vaches saintes : Le puissant dieu hindou ou grand maître Krishna est représenté comme un berger. Son nom Bâla Gopâla signifie « l'enfant qui protège les vaches ». Un autre de ses noms, Gövinda, signifie « celui qui apporte satisfaction aux vaches ». Dans la foi hindoue, la vache est considérée comme la mère généreuse parce que son lait nourrit les gens et chaque partie de son corps est utilisée de manière utile. Elle est vénérée et considérée comme sainte. Lorsque cette croyance est véritablement et honnêtement maintenue, l’énergie contribue à élever la fréquence vibratoire des vaches dans le monde entier. Cela les a soutenues.


VISUALISATION POUR RETOURNER DANS LE TEMPS ET SE CONNECTER AUX VACHES


  1. Aménagez un espace où vous pourrez vous détendre sans être dérangé.

  2. Allumez une bougie si c'est possible pour élever la fréquence.

  3. Fermez les yeux et laissez vos paupières devenir lourdes, très lourdes, et respirez plus profondément.

  4. Un pont doré étincelant apparaît devant vous.

  5. Vous savez qu('il s'agit d'une porte vers l'incroyable âge d'or de l'Atlantide.

  6. Traversez le pont en sachant que vous êtes guidé et veillé par les anges.

  7. En arrivant à l'extrémité du pont, vous pouvez pour l'Atlantide qui s'étend devant vous. Tout étincelle dans une aura dorée – les arbres, l'herbe, les maisons rondes qui sont regroupées, l'eau qui coule, les oiseaux, absolument tout.

  8. Avec un grand émerveillement et beaucoup de plaisir, vous posez les pieds sur la terre et vous vous sentez immédiatement bien apprécié et heureux.

  9. En approchant d'une des maisons rondes, vous entendez une musique magnifique, des rires remplis de joie et le clapotis de l'eau qui coule.

  10. Le jardin est une prairie colorée pleine de fleurs sauvages parfumées.

  11. Une famille joue sous le soleil. Le père et la mère, trois enfants et trois chiens s'ébrouent dans une piscine pure et claire. Ils sont observés par leur chat noir, un cheval, une vache, un mouton et une chèvre, qui se sont réunis sous un arbre pour se reposer.

  12. La famille vous invite à venir les rejoindre et vous nagez dans l'eau avec eux.

  13. Ensuite, la vache satisfaite lève la tête et vous regarde avec des yeux marron pleins d'amour.

  14. Vous la caressez et vous admirez son aura dorée étincelante.

  15. Elle vous dit télépathiquement qu'elle sert la famille avec amour, en leur offrant un lait riche pour le fromage et le beurre. En retour, ils lui donnent un abri, de beaux pâturages et une reconnaissance affectueuse.

  16. Tout le monde est heureux et ils aiment tous être sur Terre.

  17. La mère demande poliment à la vache si elle peut prendre du lait pour vous, et la vache accepte gracieusement.

  18. La mère tire le lait et vous l'offre dans une tasse. Ce lait est parfaitement étalonné pour une vibration de la cinquième dimension, et vous le recevez en la remerciant.

  19. Lorsque vous buvez l'élixir de la cinquième dimension, vous sentez que chaque cellule de votre corps s'éveille.

  20. Vous traversez le pont dans l'autre sens avec une connexion profonde au royaume des vaches. Cette lumière et cet amour sont maintenant dans votre aura.

  21. Lorsque vous verrez une vache à l'avenir, l'énergie de votre aura lui rappellera qui elle est vraiment. Vous aurez joué un rôle dans son existence. *

*

Pour David Carson, auteur de Communiquer avec les animaux totems, puisez dans les qualités animales une aide et une inspiration au quotidien (Watkins Publishing, 2011 ; traduction française Éditions Véga, 2011), la vache appartient à la famille de la Beauté intérieure, au même titre que la colombe, l'abeille, la gazelle, le renard, la baleine, le cygne, le panda géant, le cerf, l'oiseau-tonnerre, la cigogne, le colibri, la panthère, la licorne et le dauphin.


"Beauté intérieure

Certains animaux ont un lien évident à l'élégance - c'est le cas de la colombe et de la gazelle par exemple, qui ouvrent ce chapitre. La ruche d'abeilles est une image harmonieuse de coopération humaine, et le miel symbolise la substance spirituelle. Le chant des baleines, le vol majestueux du cygne, la nature insaisissable de la panthère des neiges, l'éclat du colibri, l'esprit joueur du dauphin - tous ces animaux se rangent harmonieusement aux côtés de la colombe et de la gazelle. D'autres créatures compensent leur manque de grâce par leur caractère et leur symbolisme. Le renard vous est présenté pour son esprit vif et astucieux ; la vache, pour sa pureté ordinaire et sa douceur, tandis que la panda est une incarnation graphique du yin et du yang. en nous aidant à développer notre potentiel, tous les animaux, même le plus roublard, le plus nonchalant, ou le plus comique d'apparence, peuvent contribuer à notre beauté intérieure. [...]

On peut mesurer la grandeur d'une nation et son progrès moral à la façon dont elle traite ses animaux" a dit Mahatma Gandhi. En Inde, les vaches sont considérées comme sacrées et on leur témoigne le plus grand respect. Des festivals sont organisés autour de la vache, celle-ci représentant l'ensemble des animaux. Symbole d'abondance et de don charitable, la vache résiderait en permanence - en théorie du moins - en un paradis pastoral. en outre, elle est dotée d'une vision quasi panoramique et peut sentir les choses à des kilomètres de distance.

La vache est un symbole lunaire et astral, ses cornes en forme de croissants représentant la lune, et son lait abondant, les innombrables étoiles de la Voie lactée. Nout, déesse égyptienne du ciel, illustre parfois ce symbolisme, apparaissant sous forme d'une vache au ventre constellé d'étoiles, et dont les jambes figurent les quatre coins de la Terre.

La vache est un animal yin, incarnation du principe féminin. Elle est associée à la lune, miroir de réceptivité, d'équilibre et d'intuition. C'est l'animal toujours charitable, la mère nourricière accommodante. Elle enseigne le lait de la tendresse humaine et les mystères profonds des vies soucieuses des autres - une pureté transcendantale universelle.

Dans la mythologie scandinave, on trouve l'histoire de la vache nourricière, émergée de la glace. Celle-ci lécha un glaçon et lui donna la forme d'un homme, puis souffla dessus et engendra le premier être humain. Pare cette action, elle donna naissance à l'aventure que nous appelons la vie.

Lorsque vous entendez les cloches d'une vache, votre cœur se serre-t-il de nostalgie ? Vous avez peut être trouvé votre animal spirituel. Si c'est le cas, considérez-vous comme privilégié. La vache transmet la générosité féminine et le potentiel d'une abondance nouvelle et remarquable. En tant qu'animal spirituel, elle vous apprend à vous aimer, à vous nourrir vous-même, et à découvrir votre foyer idéal. Elle représente la puissante mère en vous - forte, généreuse et calme. La mère-vache est symbole de fertilité, de croissance et de pouvoir ancré.


Mot-clé : Paradis pastoral.

Affirmation de la vache sacrée

Au petit matin, essayez de formuler ces affirmations positives (ou leurs équivalents) :

  1. J'appelle l'esprit de la vache à venir et à rester près de moi. Je bois ton lait spirituel nutritif et rajeunissant.

  2. Mon âme marche au milieu de pâturages verdoyants - un océan de verdure tendre. Je sens le parfum des fleurs sauvages, belles et colorées. Le soleil réchauffe ma peau et je respire facilement et tranquillement.

  3. Je transmets ma paix intérieure à tout être vivant. Amour et douceur m'entourent.

  4. Je suis joyeux et la joie est ma vraie nature. Des pensées paisibles et aimantes éclairent ma vie.

  5. Je suis heureux dans le silence, l'immobilité. J'ouvre mon être pour recevoir amour et conseils divins. Je m'ouvre à la béatitude.

  6. Je suis un être radieux, empli d'une énergie aimante positive. Je rayonne d'un amour inconditionnel et sans jugement, et l'univers me le renvoie. J'irradie d'amour et d'énergie positive.

  7. Peu importe le bruit ou la confusion qui m'environne, je suis toujours en paix. J'avance dans la vérité, la beauté, l'équilibre et l'harmonie. Amour et paix modèlent ma vie et mon environnement.

Sérénité dans la foi

Des versets du Rig-Veda comparent la vache à la déesse associée à la mère des dieux. Abattre une vache revenait jadis à tuer délibérément un être sacré. Cet animal est l'âme du calme intérieur et confère la sérénité, même en plein chaos. Si vous passez simplement du temps avec ou près d'une vache, sa pureté peut élever le niveau de votre énergie basique à une plus haute vibration. En Inde, on voit les vaches errer dans les rues et manger les détritus, qui deviennent pureté et feu sacré lorsque le fumier est brûlé. Labeur constant, patience et grande force sont les dons immédiats de la vache. Son totem apporte la paix intérieure."

*

*

Karsten Massei nous explique dans son essai intitulé Les Offrandes des Abeilles (Édition originale, 2015 ; traduction française : Éditions de l’Émeraude, 2017) que les animaux et les hommes sont unis par des liens spirituels étroits :

La vache est tellement penchée vers la terre qu’elle l’absorbe complètement en elle et qu’elle est totalement absorbée par elle. Elle se fond dans le coin de terre sur lequel elle vit pour en faire partie. Ce faisant, elle transforme les substances contenues dans le carré terrestre qu’elle accueille en elle. Elle se laisse traverser par tous ces éléments, qu’elle absorbe aussi bien par sa nourriture que par sa respiration et ses sens, et elle les transforme. Elle les ennoblit en les assimilant. La terre se renouvelle grâce à la digestion de la vache. Et ce phénomène est irremplaçable. Un véritable travail de métamorphose est tangible au niveau substantiel. Oui, la terre se renouvelle à travers la vache. Mais elle ne peut le faire que parce que la vache est porteuse de la terre qu’on appelle spirituelle, de la terre métamorphosée. La vache est un animal terrestre, en ce sens qu’elle révèle en elle la terre sacrée, métamorphosée, en métamorphose. Cette terre se révèle dans la vache à travers sa digestion, mais s’exprime aussi dans son être tout entier. Dans les rêves qui l’entourent, on peut percevoir une lumière qui émane de la terre spirituelle, celle qui porte le physique et le visible. Cette terre est présente dans la personnalité extraordinaire de cet animal. L’entité spirituelle qui se révèle dans la vache fait donc partie des entités animales supérieures.

*

*

Pour Melissa Alvarez, auteure de A la Rencontre de votre Animal énergétique (LLewellyn Publications, 2017 ; traduction française Éditions Véga, 2017), la Vache est définie par les caractéristiques suivantes :


Traits : La Vache symbolise la douceur, la patience et la tranquillité. La Vache est lente et méthodique. Elle reste calme et ne va pas s'énerver si ce n'est pas nécessaire. Elle symbolise aussi une forte unité familiale ainsi que la façon dont on vit chez soi. La Vache est un animal sociable. Au sein du troupeau, elle va se lier à d'autres vaches mais en détester ou en éviter certaines. Elle est daltonienne et ne voit pas le rouge et le vert, mais elle peut nettement entendre les fréquences hautes et basses. Elle ne mord pas l'herbe : elle l'entoure de sa langue et la casse ainsi. Elle vient dire que vous avez un fort sens du devoir envers la famille et les amis. Vous êtes quelqu'un de bonne disposition et vous faites partie de ceux qui restent calmes au milieu de situations dramatiques. Vous avez vos façons à vous de faire les choses, que les autres peuvent ne pas comprendre.


Talents : Abondance ; Vivacité ; Calme ; Compassionnel ; Lien aux vies antérieures ; Destinée ; Fertilité ; Généreux ; Doux; Ancré; Force intérieure ; Perspicacité ; Vision aiguë ; Gentillesse ; Aimant; Maternel ; Nouveaux commencements ; Nourrit et prend soin ; Patient ; Possibilités ; Potentiel ; Protection ; Sacrifice ; Sérénité ; Fermeté.


Défis : Dévoiement possible ; Complaisant ; Isolement ; Paresseux ; Hyper protecteur ; Fait trop passer les autres avant soi.