Blog

  • Marie-Claire

Les Rois mages



Où nous conduit l'étoile ?


Selon l'évangile de Saint Matthieu : "Conduits par l'étoile, voici que des Mages venus d'Orient arrivèrent..."

Afin de décrypter ce mythe du point de vue de l'alchimie, je voulais partager avec vous la lecture de Patrick Burensteinas, alchimiste contemporain : "Les rois mages venus d'Orient à la verticale d'une étoile à cinq branches trouvent dans une grotte un christos."


Melchior, le seigneur des nains, c'est-à-dire celui qui possède les forces d'en-bas. C'est pour cela qu'il est Noir et qu'il amène la myrrhe, baume précieux dont on embaume les morts. Il nous rappelle ainsi que le Christ s'est fait homme et de fait est mortel.


Balthazar, le serviteur du hasard, qui amène de l'encens, parfum magique aux pouvoirs purificateurs. L'encens participe à la remontée des prières et des âmes, donc il relie le haut avec le bas et ce faisant, on trouve le Christ en nous.


Gaspard, le jeune homme qui amène l'or la lumière; C'est finalement notre quête, de réunir ce qui est en haut avec ce qui est en bas. C'est l'aboutissement de l'éternité - l'éther qui nie la terre -.


Melchior à la peau noire, annonce l'œuvre au noir. Sous le signe de Saturne, il y a mort et putréfaction. Balthazar annonce l'œuvre au blanc. Sous le signe de la Lune, il y a purification et nettoyage. Gaspard annonce l'œuvre au rouge : lorsque la vraie lumière descend dans la matière, elle devient rouge (et c'est aussi le signe de l'Eucharistie). Sous le signe du Soleil, c'est l'incarnation de l'Esprit dans la matière, la pierre philosophale qui permet la transmutation des métaux en or.

Les rois mages symbolisent les diverses étapes de notre propre vie initiatique :

putréfaction - purification - transmutation.


Nous les portons tous les t-rois en nous ; Melchior représente le Corps (parce que c'est l'embaumeur des morts), Balthazar l'Âme (parce qu'il transporte l'encens médiateur) et Gaspard, l'Esprit (parce qu'il porte la Lumière).


La tradition de la galette des Rois repose sur la représentation gourmande d'une roue solaire avec une petite pierre (la racine indo-européenne gal- renvoie au minéral) - qui deviendra une fève - dedans. Quand on trouve la petite pierre, on est nommé Roi (ou Reine), c'est-à-dire qu'on a reçu la Lumière. C'est bien notre quête, non ?


Qui sont les Rois mages mystérieux ? Des prêtres perses, des astrologues babyloniens, des sages venus d'Arabie ou de Syrie, voire des druides gaulois. Certainement des devins qui interviennent à la naissance d'un enfant important, guidés par la lecture des étoiles et leur connaissance intuitive de l'avènement du Christ.


Une tablette cunéiforme découverte à Babylone relève pour la période la naissance du Christ une conjonction Saturne Jupiter, comme celle que nous venons de vivre au solstice d'hiver. Kepler publia en

des travaux qui établissent qu'au moment de la naissance de Jésus, Jupiter et Saturne étaient alignés, vus de la Terre, dans la constellation des Poissons : une nouvelle ère s'ouvrait alors...


Ne sommes-nous pas en train de vivre une période analogue qui nous appelle à inventer de nouveaux paradigmes pour un monde renouvelé ?

*

*

177 vues

Posts récents

Voir tout

Viviane

Chiron