Blog

  • Marie-Claire

Les Rois mages





Croyances populaires :


Charles Thuriet, auteur de Traditions populaires du Doubs (Librairie historique des Provinces, Emile Lechevalier, 1891) rapporte la légende locale suivante :


LÉGENDE DES TROIS-ROIS (Etrabonne, canton d'Audreux)


Derrière le maitre-autel de la cathédrale de Cologne, dans une magnifique châsse en argent doré soutenue par des colonnes d'émail enrichies de pierreries, on voit encore les crânes des Trois-Rois-Mages, Gaspar, Melchior et Balthazar, s'il faut en croire les noms inscrits sur leurs couronnes.

On dit qu'Hélène, mère du grand Constantin, les ayant fait apporter de Perse à Constantinople, dans l'église de Sainte-Sophie, saint Eustorge les transféra à Milan, et que lors de la prise et du sac de cette ville, en 1162, Frédéric Barberousse les donna à Regnold, archevêque de Cologne, qui les déposa dans sa cathédrale.

Ces reliques passèrent par la Franche-Comté et reposèrent quelque temps à l'abbaye de Lieucroissant (près de l'Isle-sur-le-Doubs), qui dès lors a pris le nom d'abbaye des Trois Rois. De là aussi serait venue cette devise des sires de Grammont, protecteur de ce monastère :

« Dieu aide au gardien des Rois ! »

Le passage de ces reliques est un fait dont on retrouve des traces curieuses dans les croyances populaires de notre province. C'est ainsi que, dans les environs de Dôle, personne n'ignore que les trois mages n'ayant plus une étoile miraculeuse pour les reconduire chez eux, se trompèrent de route, et, prenant l'Occident pour l'Orient, vinrent dans nos contrées et passèrent un jour par Etrabonne . Le village, dit cette tradition , n'existait pas encore. Les trois voyageurs ayant soif se désaltérèrent à une fontaine. Le premier en trouva l'eau de son goût, le second convint qu'elle était bonne, et le troisième s'écria : Elle est très bonne ! · De ces trois mots, assure-t-on, serait venu par une légère corruption le nom d'Estrabonne. : Voilà certes, observe malicieusement Désiré Monnier, une étymologie des plus satisfaisantes.

Le village d'Estrabonne où vit encore cette vieille tradition des Trois-Rois, serait remarquable par son gros château-fort, des mieux conservés de Franche-Comté, dit M. Jules Gauthier, si la légende ne donnait pas plus de prix encore à la modeste fontaine qui coule en ce lieu.

« C'est en la Franche-Comté, dit François de Belleforest, que est ce lieu tant recognu par les estrangers, appelé Strabonne, appartenant aux seigneurs d'Aumont et aux aisnés d'icelle maison, comme un apanage non aliénable de la famille, à cause de cette prérogative que Dieu leur donna, pour l'esgard de ceste place de Strabonne, qui est de telle sorte. On tient que du temps que les corps saints des trois sages qui vinrent adorer Nostre-Seigneur, furent portés à Cologne d'Italie, on les reposa quelque temps en ce village de Strabonne en la Franche-Comté, de sorte que depuis y ayant esté fondée une chapelle, près laquelle a source une fontaine d'eau vive, les malades des escrouelles qui vont en pélerinage en ce lieu et boivent de l'eau de ceste fontaine et mangent du pain de l'aumosne donné en cette chapelle, ne faillent de s'en trouver allégez, et est grande merveille que les seigneurs de Strabonne portent ordinairement avec eux de ce pain duquel ils donnent, non sans grand effect, à ceux qui sont atteint de ceste maladie. Ceste chapelle est bastie au nom des Trois-Rois, et les plus consciencieux estiment que par les prières de ceux-cy, les patients recoyvent allégeance.

Or, de ce miracle tout grand et si ordinaire, m'ont fait foy deux ou trois gentilshommes à qui l'on croye, qui m'ont juré d'en avoir veu de grandes et merveilleuses expériences. »

(Cosmographie universelle).

*

*




Symbolisme alchimique :

Où nous conduit l'étoile ?


Selon l'évangile de Saint Matthieu : "Conduits par l'étoile, voici que des Mages venus d'Orient arrivèrent..."

Afin de décrypter ce mythe du point de vue de l'alchimie, je voulais partager avec vous la lecture de Patrick Burensteinas, alchimiste contemporain : "Les rois mages venus d'Orient à la verticale d'une étoile à cinq branches trouvent dans une grotte un christos."


Melchior, le seigneur des nains, c'est-à-dire celui qui possède les forces d'en-bas. C'est pour cela qu'il est Noir et qu'il amène la myrrhe, baume précieux dont on embaume les morts. Il nous rappelle ainsi que le Christ s'est fait homme et de fait est mortel.


Balthazar, le serviteur du hasard, qui amène de l'encens, parfum magique aux pouvoirs purificateurs. L'encens participe à la remontée des prières et des âmes, donc il relie le haut avec le bas et ce faisant, on trouve le Christ en nous.


Gaspard, le jeune homme qui amène l'or la lumière; C'est finalement notre quête, de réunir ce qui est en haut avec ce qui est en bas. C'est l'aboutissement de l'éternité - l'éther qui nie la terre -.


Melchior à la peau noire, annonce l'œuvre au noir. Sous le signe de Saturne, il y a mort et putréfaction. Balthazar annonce l'œuvre au blanc. Sous le signe de la Lune, il y a purification et nettoyage. Gaspard annonce l'œuvre au rouge : lorsque la vraie lumière descend dans la matière, elle devient rouge (et c'est aussi le signe de l'Eucharistie). Sous le signe du Soleil, c'est l'incarnation de l'Esprit dans la matière, la pierre philosophale qui permet la transmutation des métaux en or.

Les rois mages symbolisent les diverses étapes de notre propre vie initiatique :

putréfaction - purification - transmutation.


Nous les portons tous les t-rois en nous ; Melchior représente le Corps (parce que c'est l'embaumeur des morts), Balthazar l'Âme (parce qu'il transporte l'encens médiateur) et Gaspard, l'Esprit (parce qu'il porte la Lumière).


La tradition de la galette des Rois repose sur la représentation gourmande d'une roue solaire avec une petite pierre (la racine indo-européenne gal- renvoie au minéral) - qui deviendra une fève - dedans. Quand on trouve la petite pierre, on est nommé Roi (ou Reine), c'est-à-dire qu'on a reçu la Lumière. C'est bien notre quête, non ?


Qui sont les Rois mages mystérieux ? Des prêtres perses, des astrologues babyloniens, des sages venus d'Arabie ou de Syrie, voire des druides gaulois. Certainement des devins qui interviennent à la naissance d'un enfant important, guidés par la lecture des étoiles et leur connaissance intuitive de l'avènement du Christ.


Une tablette cunéiforme découverte à Babylone relève pour la période la naissance du Christ une conjonction Saturne Jupiter, comme celle que nous venons de vivre au solstice d'hiver. Kepler publia en

des travaux qui établissent qu'au moment de la naissance de Jésus, Jupiter et Saturne étaient alignés, vus de la Terre, dans la constellation des Poissons : une nouvelle ère s'ouvrait alors...


Ne sommes-nous pas en train de vivre une période analogue qui nous appelle à inventer de nouveaux paradigmes pour un monde renouvelé ?

Marie-Claire

*

*




Littérature :


Dans Éclats de sel (Éditions Gallimard, 1996) Sylvie Germain met en scène un personnage principal qui rencontre des personnages du quotidien plus étranges les uns que les autres :


Celui-ci s'approcha un peu de Ludvik et engagea la conversation. « J'ai toujours aimé la légende des Rois mages, mais longtemps quelque chose m'a troublé à leur sujet. Pourquoi, lorsqu'ils sont venus se prosterner devant le divin nouveau-né, n'ont-ils offert que de l'or, de l'encens et de la myrrhe ? - Ils ne connaissaient pas la slivovice, répondit Ludvik en sirotant sa bière. - Il ne s'agit pas de ça, et vous le savez bien. Réfléchissez, ils offrent l'or, lumière minérale, concrétion de larmes solaires, et des résines aromatiques qui ne répandent leur splendeur que sous la lente action du feu. Or il existe encore une autre substance liée au feu, et prodigue en saveur et vertus purificatrices. - Hum, fit Ludvik qui se sentit soudain sur la défensive, mais l'autre enchaîna : - Le sel ! Feu délivré des eaux, grain de pure lumière extrait des antres de la terre. Mais ce trésor-là, les Rois Mages n'en ont pas fait offrande. Pourquoi ? Voilà ce qui longtemps m'a tracassé. Et pourtant, la réponse est si simple ! Pourquoi en effet auraient-ils fait don de sel à un enfant qui, précisément, apportait au monde le goût le plus vif du sel ? » Le sentiment de malaise que Ludvik avait senti poindre en lui un instant plus tôt s'amplifia. Il n'était donc plus possible de mettre le nez dehors ou dans un bistrot sans qu'un fâcheux l'assaille en se lançant dans des péroraisons salines ? Il déposa sa chope encore à p=moitié pleine sur le comptoir et tourna les talons sans saluer l'homme en gris. L'autre lança encore quelques mots dans son dos : « Non, je ne tairai pas ce bruissement d'étoile au-dessus du désert, dans le silence des sables et e la nuit, dans l'ombre de... » Mais sa voix se perdit dans le brouhaha de la salle enfumée. Dehors pleuvotait un peu de neige fondue. [...]

Du coup il réfléchit aussi à la légende des Rois mages. De l'Épiphanie il avait gardé, comme de toutes les autres fêtes liturgiques d'ailleurs, qu'un souvenir lointain, réduit à quelques images désuètes. Les trois rois venus d'Orient, portant coiffes exotiques, somptueux manteaux et pierreries, et chacun un coffret rutilant ; une triade de chameaux de profil pour agrémenter le cortège, sur fond de nuit puissamment étoilée, et un Enfant Jésus trônant dans la paille en poupon rose et souverain. L'idée n'était alors jamais venue à Ludvik de décaper ce cliché suranné, ni surtout de s'y intéresser. Et voilà que pour la première fois cette image s'imposait à lui sous un nouvel éclairage ; le cliché s'ébroua, tel un animal empaillé qui soudain reprendrait vie et rejetterait et la dorure et la poussière qui l'encrassaient, et les trois Mages se mirent en mouvement dans l'imagination de Ludvik. Un mouvement au ralenti : Ludvik les vit marcher à pas lents, pieds nus et têtes nues. Vêtus de longues robes grises, ils allaient sans gloire et sans escorte, leurs mains maigres repliées autour de bols en terre. Mais Ludvik ignorait ce que contenaient ces bols, peut-être étaient-ils vides. Les trois silhouettes cheminèrent ains un moment à contre-nuit. Quant à l'Enfant, il ne vit pas, et ne devina pas s'il se situait en amont ou en aval de la route des Mages, ni même si ceux-ci s'en revenaient ou arrivaient.

[...]

Il lui semblait parfois voir affleurer un vague motif dans cette image peinte ton sur ton, - des esquisses de silhouettes discrètement ivoirées se suivant à la queue leu leu dans une brume laiteuse. Cela faisait contrepoids à cette vision lancinante des Rois mages en gris et noir qui lui revenait plus ou moins régulièrement depuis un mois environ, et qui s'associait toujours dans son esprit à a lente, très lente agonie de Brum qui défiait toujours plus insolemment les pronostics des médecins. Des rois gris sur fond de nuit, des rois ivoire sur fond d'aube livide tous cheminant à fleur d'invisible et d'immobilité, et tous ayant allure de rois mendiants. Une même image et son contre type, mais sans pouvoir déterminer laquelle avait priorité sur l'autre.

*

*

529 vues

Posts récents

Voir tout

Viviane

Chiron