Blog

  • Anne

Le Lilas



Étymologie :

  • LILAS, subst. masc. et adj.

Étymol. et Hist. 1605 bot. lilac (O. de Serres, Théâtre d'agric., VI, 10 ds Hug.) ; 1651 lilas (N. de Bonnefons, Le Jardinier françois, p. 75 ds Mél. Dauzat (A.), p. 28) ; p. ext. 1757 adj. « de la couleur du lilas » (Inventaires mobiliers au xviiie s., éd. A. Bourgeois, p. 10 : un habit et culotte d'étoffe de soie fond lilas à petites fleurs). Empr. à l'ar. līlāk, lui-même issu du skr. nīlah par l'intermédiaire du persan līläǧ (v. FEW t. 19, p. 108 b).


Lire aussi la définition pour amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme :


Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :


"Mot-clef : L'innocence.


Savez-vous ? : Originaire de Perse, , le lilas fut offert par Soliman le Magnifique à la cour d'Italie. Sous le règne de la reine Victoria, les villageois anglais accrochaient des branches de lilas pour annoncer que les fiançailles de leurs filles étaient officiellement rompues. Dans les anciens empires germaniques, les jardiniers avaient ordre de planter un lilas à la naissance de chaque nouveau prince. L'olivier, le forsythia et le frêne font partie de la même famille que les lilas.


Usages : L'huile de lilas est utilisée dans certains pays de l'Europe de l'Est pour soigner les rhumatismes.


Légende : Pan, dieu de la nature, préféra sa flûte en bois de lilas à son premier amour. Cela lui valut de se noyer poussé dans l'eau par la nymphe.


Message : Vous êtes mon premier amour."

*

*

D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion 2000) :


"Dans toutes ses suaves couleurs, le lilas commence par conseiller l'espérance. Jaune, il manifeste une certaine inquiétude. Rosé, il exprime quelque vanité. Blanc, il invite sans détour : "aimons-nous", et félicite la personne qui le reçoit pour sa jeunesse d'esprit. Cérémonieux, il ajoute : "à quand nos fiançailles ?" Mauve, il confirme : "je crois en vous et je vous aime". Et constate : "qu'il est doux d'être aimé". enfin, lorsque l'amour s'est enfui, il chante l'amitié. C'est un sage. Alors on l'aime et on le chante :


"Dans le jardin d'mon père

Les lilas sont fleuris

tous les oiseaux du monde

Viennent y faire leur nid."


Son nom provient du persan lilag car la fleur en grappes a beaucoup voyagé au cours des siècles. Avec la tulipe, le lilas fait partie des cadeaux de Soliman II de Constantinople aux ambassadeurs européens. Dès son arrivée sous nos cieux, encore sauvage, il connaît un grand succès. Son arôme musqué très particulier entre dans la composition de nombreux parfums.


Il embaume, disaient les Romantiques, comme le souffle d’Éros. Tout un programme. Il accompagne de ses effluves les émois de la Belle Époque et, sous l'édredon, les bourgeoises de Labiche tandis que leurs amants s'aspergent de Cuir de Russie. Dans les guinguettes de Robinson, aujourd'hui encore, les couples s'enlacent et tournoient sur l'étourdissante Valse des Lilas d'Eddy Marnay.


Mot-clef : "Fiançailles en vue ! "

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le Lilas (Syringa vulgaris) : "Cet arbre est surtout connu pour ses fleurs qui vont du blanc au violet foncé et qui embaument chaque printemps.


Propriétés médicinales : Une infusion de lilas peut calmer les nerfs ; on utilise également ses fleurs dans les pots-pourris afin de calmer les conditions nerveuses.


Genre : Féminin.


Déités : Minerve - Perséphone.


Propriétés magiques : Exorcisme - Protection - Vies antérieures.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Traditionnellement, on plantait du lilas pour éloigner les esprits malins et conjurer le mal. Les colons de la Nouvelle-Angleterre plantèrent d'ailleurs une multitude de lilas pour empêcher le mal de les atteindre dans ce Nouveau Monde.

  • La tradition veut que des bouquets de lilas soient placés dans une maison hantée pour la débarrasser des esprits et des fantômes.

  • Les fleurs violettes de lilas servent à purifier les demeures ; mêmes séchées, elles gardent leurs propriétés de purification et de protection ; pour purifier votre demeure, placez un bouquet de lilas dans chacune des pièces de votre maison.

RITUEL POUR VOUS RAPPELER VOS VIES ANTÉRIEURES


Ce dont vous avez besoin :

  • une chandelle mauve pâle

  • de l'encens de chèvrefeuille

  • du lilas frais ou séché (le frais est plus efficace, mais vous pouvez faire sécher les fleurs et jouir de ce rituel toute l'année).

  • un petit sac de soie ou de coton mauve

  • un petit quartz améthyste

Rituel :

Allumez la chandelle et faites brûler l'encens, puis placez les fleurs dans le sachet en disant :


Perséphone, toi qui descends en Hadès,

Conduis-moi sur le chemin du passé

Afin que je découvre qui j'étais

Et que je revienne avec ce souvenir.

Placez votre pierre dans le sac et refermez-le soigneusement. Touchez votre front avec le sac et respirez l'odeur des fleurs de lilas. Éteignez la chandelle avant de méditer ou de vous endormir.

*

*




Contes et légendes :


Paul Berret, dans Sous le signe des Dauphins, Contes et légendes du Dauphiné (Éditions des Régionalismes, 2008/2010), raconte une histoire intitulée "Des lilas et des roses" qui fait la part belle à ces deux fleurs :


"Au-dessus de moi c'était partout des grappes de lilas. Mauves, violettes ou pourpres, elles se pressaient, balancées à l'extrémité des tiges, fraîches, odorantes, avec cet air de majesté que prennent les fleurs placées sur les autels auprès des statues de saints ou de vierges.

" Voilà le miracle, me dit le vieux bûcheron.

- Oui, repris-je, tous ces lilas qui se sont propagés en cercle viennent sans doute d'un pied planté jadis à l'entrée du caveau par la main pieuse d'une Chartreusine.

- Qui sait ?"

J'étendis la main pour saisir une de ces belles fleurs d'outre-tombe.

"N'y touchez pas. Ce serait un sacrilège : ces fleurs, qu'elles viennent des anges ou du diable, ce n'est pas pour nous. Il ne faut pas voler les mortes : elles se vengeraient".

Je respectai le scrupule du vieillard.

"Oui ? qui sait si la racine de ces lilas ne plonge pas dans le caveau ténébreux ? De quels sucs sont-elles nourries ? Sait-on si de l'âme de ces vierges, mortes en odeur de sainteté, n'émane pas l'effluve invisible du parfum d'encens de ces fleurs ?

La nature a ses mystères ; et ce n'est pas seulement dans la forêt des Écouges qu'elle s'est plu à parer de la grâce des floraisons la demeure dernière des Chartreusines."

*

*




Littérature :


Les Lilas

Je rêve et je me réveille

Dans un odeur de lilas

De quel côté du sommeil

T'ai-je ici laissée ou là

Je dormais dans ta mémoire

Et tu m'oubliais tout bas

Ou c’était l'inverse histoire

Étais-je où tu n'étais pas

je me rendors pour t'atteindre

Au pays que tu songeas

Rien n'y fait que fuir et feindre

Toi tu l'as quitté déjà

Dans la vie ou dans le songe

Tout a cet étrange éclat

Du parfum qui se prolonge

Et du chant qui s'envola

Ô claire nuit jour obscur

Mon absente entre mes bras

Et rien d'autre en moi ne dure

Que ce que tu murmuras

Louis Aragon, "les Lilas" in Le Fou d'Elsa, 1963.

*

*


88 vues