Blog

  • Anne

Le Chevreuil



Étymologie :

  • CHEVREUIL, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1re moitié xiie s. chevrol (Voyage de Charlemagne, éd. Aebischer, 599) ; ca 1175 chevruel (Chr. de Troyes, Chevalier Lyon, 3445 ds T.-L.) ; ca 1268 chevreul (Brunet Latin, Trésor, 233, ibid.) − 1611, Cotgr. ; 1680 chevreuil (Rich.). Du lat. class. capreolus « id. », la forme anc. chevreul ayant été évincée par chevreuil forme analogique des mots en -euil d'apr. le plur. chevrieus (cf. deuil et pour les noms d'animaux écureuil).


Lire aussi la définition du nom pour repérer les premières pistes interprétation symbolique.




Symbolisme :


Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, on apprend que :


"Chez les Indiens Panche (Colombie), le chevreuil (venado) était tabou, les Indiens croyant que l'âme humaine après la mort passe dans le corps de ces animaux.

Chez les Aztèques, la première femme divinisée, également appelée femme-serpent, mère de deux Héros-Jumeaux, est parfois représentée sous la forme d'un chevreuil à deux têtes, tombé du ciel, et qui servit de fétiche de guerre.

Dans la glyptique maya, le chevreuil mourant est un symbole de sécheresse. (voir Cerf)

Dans plusieurs Codex de l'ancien Mexique, dont le Codex Borgia, le chevreuil est représenté comme le porteur du soleil lui-même.

Le chevreuil est psychopompe pour la plupart des peuples de la steppe asiatique. Les costumes chamaniques sont souvent taillés dans une peau de chevreuil, et certains chamans portent sur la tête ou dans le dos des imitations de ramure de chevreuil ou de cerf en fer."

*

*

Dans les Cartes médecine, Découvrir son animal-totem (édition revue 1999, trad. française 2010) de Jamie Sams et David Carson on peut lire :


qu'un jour, "le Faon entendit le Grand Esprit l’appeler du haut de la Montagne Sacrée. Le Faon se mit immédiatement en marche dans le sentier qui mène au sommet. Il ne savait pas qu’un horrible démon gardait l’entrée de la loge du Grand Esprit. Ce démon tentait d’empêcher tous les êtres créés de s’approcher du Grand Esprit. Il voulait que toutes les créatures du Grand Esprit croient que Celui-ci refusait d’être dérangé. Si le Démon réussissait à engendrer la peur chez les autres, il se sentirait puissant.

Le Faon n’eut aucune crainte quand il fit face au Démon. C’était vraiment bien étrange puisque le Démon est l’archétype de tous les monstres qui ont déjà existé. Dans un ultime effort pour effrayer le Faon, le Démon crachait le feu et laissait échapper des sons affreux. Toute créature le moindrement normale aurait fui au plus vite ou serait morte d’effroi.

Toutefois, le Faon dit gentiment au Démon : « S’il vous plaît, laissez-moi passer. Je m’en vais voir le Grand Esprit. » Les yeux du Faon brillaient d’amour et de compassion pour cette grosse brute de Démon. Celui-ci, tout étonné que le Faon n’ait pas peur redoublait d’efforts. Malgré tout, il ne réussissait pas à effrayer le Faon car l’amour de ce gentil animal avait pénétré son cœur endurci et plein de laideur. À son grand désarroi, le Démon sentit son cœur fondre à vue d’œil. et son corps se rétrécir jusqu’à ce qu’il atteigne la taille d’une noix de Grenoble. Ce changement radical était dû à l’amour persistant et à la douceur du Faon. Grâce à la gentillesse et à la tendresse du Faon, le sentier qui mène à la Montagne sacrée est maintenant libre et tous les enfants du Grand Esprit peuvent y accéder sans craindre que les démons en bloquent l’entrée. Le Chevreuil nous enseigne à utiliser le pouvoir de la douceur afin de toucher le cœur et l’esprit des êtres blessés qui tentent de nous empêcher d’accéder à la Montagne sacrée. Comme on apprécie la robe tachetée du Faon, on peut aussi aimer l’ombre et la lumière chez les êtres qui cherchent la paix. On crée ainsi la douceur qui apporte sécurité à ces êtres. Si le Chevreuil s’est doucement pointé dans vos cartes aujourd’hui, on vous demande de rechercher la douceur d’esprit qui guérit les blessures. Cessez d’exercer des pressions pour que les autres changent ; aimez-les tels qu’ils sont. Comme les brises d’été, sachez imprégner la situation actuelle de douceur, de chaleur et de tendresse. Voilà l’outil qui vous est donné pour résoudre le problème auquel vous faites face actuellement. Il saura vous relier à la Montagne sacrée, ce lieu d’où rayonne la sérénité ; de là, le Grand Esprit vous guidera.

A l’envers : Le Chevreuil en sens contraire indique que vous renforcez vos peurs en livrant bataille aux démons intérieurs qu’expriment vos idées négatives. Cela devrait vous mettre la puce à l’oreille : l’utilisation de la force n’est pas toujours la meilleure méthode. Vous ne vous aimez peut-être pas suffisamment pour vous permettre de ressentir vos peurs à fond avant de les abandonner. Il se peut que vous projetiez vos peurs sur les autres ; il se peut même que vous craigniez les autres parce qu’ils vous rappellent le temps où vous réagissiez à la vie de la même façon qu’eux. De toute façon, c’est l’amour qui vous fournit la clé du dilemme. La seule manière d’équilibrer le pouvoir, c’est l’amour et la compassion du Chevreuil. Soyez prêt à découvrir les aspects que vous aimez en vous et chez les autres, et les démons fondront à vue d’œil. Vos peurs ne peuvent coexister avec l’amour et la douceur.

Retenez bien ceci : le Faon peut vous apprendre bien des choses sur l’amour inconditionnel. Si on applique véritablement cette philosophie, tout acte est gratuit ; l’amour inconditionnel n’exige rien en retour. La douceur du Faon est au cœur du Grand Esprit et elle englobe l’amour que celui-ci a pour nous tous.

Mot-clef : douceur".

Canalisation sur le peuple des chevreuils de Caroline Leroux qui communique avec les devas des animaux.

Sur le site http://artifexinopere.com/, l'analyse d'un tableau en lien avec le symbolisme du chevreuil à lire ici.

*

*

Dans Rencontre avec votre animal totem (édition originale 2010, traduction française 2015), Phillip Kansa et Elke Kirchner nous proposent la fiche suivante sur le chevreuil :


"Caractéristiques positives

Pureté, douceur et amour ; Transformation du négatif grâce à l'amour.


En quoi cet animal m'aide

Le chevreuil t'aide à agir avec ton cœur. Il te dit : "Reste dans ta douceur et ta pureté et fais fondre toute ta noirceur." Lorsque le chevreuil te regarde, il est capable de transformer, par sa pureté et sa douceur, la colère, la rage et même la méchanceté en compassion et en amour.

Comment le chevreuil me protège

Le chevreuil t'aide à dépasser la colère et la frustration. Cet animal totem te montre comment la pureté et la douceur permettent de faire disparaître les émotions et les sentiments négatifs chez les êtres humains. Chaque fois que tu penses que tu es en proie à des émotions négatives, le pouvoir du chevreuil te dit : "Sois courageux, l'amour est la plus puissante force, la compassion et la compréhension t'ouvrent la voie." Reconnais l'amour et la bonté en chaque être humain, même lorsqu'il sont cachés derrière les murs de la colère et de la rage. Le chevreuil t'empêche de penser que les émotions négatives puissent être le vrai moi d'une personne. Il te permet de reconnaître que l'amour est la base de ce monde."


Exercice pour me relier à cet animal

Dans ton monde intérieur, promène-toi dans une clairière. C'est un endroit magnifique et très paisible, et tu y es seul. Tu découvres maintenant, non loin de toi, un petit troupeau de chevreuils. Aucun d'eux ne s'enfuit. Connecte-toi par le cœur à ces animaux, en leur envoyant de l'amour. Un chevreuil en particulier te regarde droit dans les yeux. Approche-toi lentement de lui et tu vas sentir que son regard inonde ton cœur de douceur et de pureté. Il te touche profondément. Ce regard est comme une vague qui emporte avec celle tout ce qui n'est pas de l'amour. Remercie l'animal et sache que chaque fois que tu reviendras dans ce lieu, le chevreuil t'y attendra."

*

*

Dans l'édition revue et augmentée de Les Animaux totems dans la tradition amérindienne (Éditions Le Dauphin blanc, 2019) Aigle bleu nous transmet la médecine du Chevreuil :


L'image la plus pure de la médecine du Chevreuil est la Biche, parce que le Chevreuil incarne l'énergie de la douceur la douceur émane de la compassion ; la vraie compassion est silencieuse. De tous les herbivores, le Chevreuil est l'un de ceux qui parlent le moins. Il émet néanmoins certains sons, mais ceux-ci sont relativement discrets.

Dans l'un des meilleurs livres qui existent concernant la médecine des animaux, Les Cartes médecine (écrit par Jamie Sams et David Carson et offert en français par les édictions Octave), on trouve une belle histoire qui parle de la Biche.

  • Un jour, la Biche voulut savoir quelle était sa mission dans la vie. Elle sentir l'appel du Grand Esprit, le besoin de communier avec sa source divine. Alors, comme le font toutes les Premières Nations, elle partit pour la montagne de la Vision afin d'entreprendre sa quête. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que sur le sentier de la montagne s'était placé un démon qui voulait garder pour lui seul la magie et la puissance du Grand Esprit et empêcher pour cela que d'autres y aient accès.

  • Ainsi prenait-il, chaque fois que quelqu'un approchait, des aspects terrifiants afin que celui qui monte prenne peur et redescende. Alors, lorsque la Biche se retrouva sur le sentier qui menait au sommet de la montagne, à proximité du démon, c dernier revêtit un aspect épouvantable. Mais, à la grande surprise du démon, plutôt que d'être effrayée, la Biche ressentir une grande compassion pour cet être qui, afin de se sentir aimé du Créateur, devait adopter des formes horrifiantes et éprouver des émotions négatives de jalousie. Le démon fut étonnée de ne pas pouvoir faire peur à la Biche. Il endossa des formes encore plus horribles et effrayantes, ce qui ne fit qu'augmenter l'amour dans le regard de la Biche. la grande compassion de la Biche fit jaillir de son cœur un rayon d'amour qui toucha le cœur minuscule du démon. La force de sa compassion était telle que le démon fut intimidé, devint aussi petit qu'un caillou et s'enfuit. La Biche continua alors de gravir la montagne pour rencontrer le Grand Esprit.

La médecine du Chevreuil consiste à faire fondre le cœur de ceux qui sont dans la haine et la violence avec de l'amour et de la compassion. Il nous enseigne comment notre douceur peut toucher les autres d'un manière beaucoup plus puissante que la violence et les paroles dures. On sait que cette douceur peut guérir toutes les blessures et nous reconnecter à la montagne sacrée où l'on retrouve la communion et la communication avec le Grand Esprit.

L'amour triomphe de tout, et la douceur est souvent plus forte que la violence pour entraîner chez ceux qui en sont affligés une transformation salutaire.

Faites appel à la médecine du Chevreuil lorsque vous avez besoin de douceur et de sérénité. Si vous avez dans votre entourage des gens difficiles, aigris et négatifs, il est souvent inutile de parler, ils n'entendent rien. Par contre, la douceur du regard et du toucher et les gestes de soins remplis d'amour peuvent faire beaucoup. Soyez aussi doux que la Biche et tous les chemins s'ouvriront devant vous.

*

*




Symbolisme celte :


Selon Gilles Wurtz, dans Chamanisme celtique, animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres (Éditions Véga, 2014),


"Le cri du chevreuil est semblable à l'aboiement du chien. Il l'émet s'il est gêné ou dérangé de façon répétitive, mais aussi pour prévenir ses congénères de l'arrivée d'un intrus.

On peut facilement passer à côté d'un chevreuil sans le voir : si l'on ne s'arrête pas, souvent il ne bougera pas. Il se couche dans des creux qu'il aménage en grattant le sol : on les nomme les "reposées". Le chevreuil ne supporte pas la captivité, il se tue plutôt que de rester enfermé. Il se jette contre la clôture qui le retient captif.

Au printemps, il arrive fréquemment que l'on voie de jeunes faons seuls, couchés ou tapis au sol, en forêt ou dans les hautes herbes, parfaitement immobiles. Ils ne sont pas abandonnés : il ne faut surtout pas les toucher sinon la mère les rejette ensuite généralement. La relation de la chevrette au faon repose sur l'odorat, il ne faut donc en aucun cas venir brouiller ce canal de contact.


Applications chamaniques celtiques de jadis

Ce sont les reposées, ces couches d'un jour qui'on peut trouver en forêt, qui ont inspiré les Celtes pour développer cette protection durant le sommeil.

Elles sont confectionnées par le chevreuil, qui gratte le sol à l'aide de ses sabots pour le nettoyer des feuilles mortes ou des brindilles qui le recouvrent.

Elles peuvent faire penser à de petits nids bien soignés. La plupart du temps, elles sont à usage unique. Elles ont cette particularité d'être toujours protégées à l'emplacement du dos de l'animal, par un petit arbuste, une branche basse, etc. Cette protection symbolique est toujours présente, même s'il ne s'agit que d'une brindille.

Elle est un bouclier dans son dos qui le rassure et lui procure tranquillité et sérénité durant son repos.

Les Celtes appliquaient souvent cette méthode quand ils se déplaçaient et passaient les nuits en dehors de leur habitat habituel, et quand ils cherchaient à être rassurés, protégés pendant leur sommeil. Ils le faisaient surtout quand ils ne connaissaient pas les lieux et qu'il avaient besoin de passer une nuit réparatrice. C'était également utile lorsqu'ils dormaient à plusieurs dans le même endroit, ce qui était très fréquent, pour garantir à chacun l'intimité de son espace privé. Lorsque les conditions ou le lieu s'y prêtaient, ils ne s'y prenaient pas autrement que le chevreuil : ils choisissaient de dormir dos à quelque chose, même quelque chose de tout petit comme le fait le chevreuil. S'il n'y avait rien, ils plaçaient un objet quelconque dans leur dos. Ils utilisaient évidemment ce procédé lorsqu'ils étaient amenés à bivouaquer dans une zone de combat, ou à proximité, ce qui était souvent le cas des guerriers, la guerre étant l'une des ressources économiques majeures de l'époque. On peut donc comprendre que le bon repos d'un guerrier était crucial et souvent même un facteur déterminant qui faisait la différence sur le champ de bataille. L'esprit du chevreuil était très fréquemment invoqué par les Celtes pour garantir leur protection durant leur sommeil.


Applications chamaniques celtiques de nos jours

Tout pratiquant de la tradition chamanique celtique peut de nos jours également appliquer cette méthode dès qu'il ressent la nécessité d'ne nuit réparatrice, lorsque le stress ou les soucis ne lui laissaient aucun répit, ou s'il a besoin d'être rassuré, s'il dort dans un lieu étranger et qu'il veut y installer une certaine intimité : dans un dortoir ou dans une chambre partagée. A la belle étoile ou en camping, lors d'un trajet en voiture, en bus, en train, en bateau, en avion, cette méthode est idéale à mettre en oeuvre la veille d'un événement important qui pourrait nous empêcher de dormir. Elle peut s'utiliser dès que le besoin d'une bonne nuit de sommeil se fait sentir.


Mot-clef : La protection durant le sommeil."

*




Arts visuels :

Gustave Courbet, La Remise des chevreuils en hiver, Huile sur toile, 54 x 72,5 cm, 1866,

Musée des beaux-arts de Lyon, France

*



Littérature :


"Comme un chevreuil..."


Comme un Chevreuil, quand le printemps détruit L’oiseau cristal de la morne gelée, Pour mieux brouter l’herbette emmiellée Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit,

Et seul, et sûr, loin de chien et de bruit, Or sur un mont, or dans une vallée, Or près d’une onde à l’écart recelée, Libre folâtre où son pied le conduit :

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte, Sinon alors que sa vie est atteinte, D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage, Le jour qu’un œil sur l’avril de mon âge Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.


Pierre de Ronsard, Les amours de Cassandre, 1552.

Christian Bobin évoque le chevreuil dans son ouvrage intitulé La Grande Vie (Éditions Gallimard, 2014) :


Je jetai mes soucis dans la cheminée et m'apprêtai à faire joyeusement des choses qui m’ennuyaient. Une légèreté me montait à la tête, semblable à celle qui escortait le chevreuil que je vis un jour entrer dans la forêt : il avait l'élégance d'un danseur en répétition, tressautant, esquissant distraitement trois pas, en accord avec la musique de chambre des feuillages. Les animaux cherchent dans l'inconnu de quoi manger et parfois ils lèvent la tête en oubliant leur faim, regardent à droite, à gauche. Un rêve humidifie le noir de leur prunelle. Des soucis ? Non, aucun. Juste l'incroyable murmure des jours qui passent et leur lumière.

*

*

Sylvain Tesson entreprend grâce à Vincent Munier une véritable quête initiatique qu'il relate dans un récit de voyage qu'il a intitulé La Panthère des neiges, (Éditions Gallimard, 2019). C'est l'occasion d'évoquer également d'autres animaux :


Munier me parlait de sa première photographie prise à l'âge de douze ans : un chevreuil dans les Vosges. "Ô noblesse, ô beauté simple et vraie", avait prié le jeune Ernest Renand dans les ruines d'Athènes. Pour Munier, cette première rencontre fut sa nuit sur l'Acropole.

- Ce jour-là, j'ai forgé mon destin : voir les bêtes. Les attendre.

*

*


8,234 vues