Blog

  • Anne

La Girafe : lien entre Ciel et Terre


Lors du dernier stage avec Maria-Lucia (je ne savais pas que ce serait le dernier, note de 2017), cette dernière nous a invités à rechercher un animal de pouvoir dédié aux massages spirituels, ce que nous n'avions encore jamais fait. J'ai contacté la girafe, à ma grande surprise !



Étymologie :

  • GIRAFE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1298 (R. de Pise, Marco Polo, éd. L.F. Benedetto, Florence 1928, CXCII, 58, p. 207 : Il hi a giraffe asez et asues sauvajes ausint). Empr. à l'ital. giraffa, attesté dep. 2e moitié xiiie s. (Rustico di Filippo ds Batt.), lui-même empr. à l'ar. zurāfa pour ar. class. zarāfa ; les formes a. fr. giras (mil. xiiie s., Prise de Jérusalem ds Gdf .Compl.) et orafle (Joinville ds T.-L.) représentant des adaptations directes de l'ar. (cf. a. esp. azor(r)afa ds Cor., s.v. jirafa ; v. FEW t. 19, p. 207b).


Lire également la définition du nom girafe afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*



Expressions populaires :

Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expression populaires bien connues :


Peigner la girafe : En revanche, la girafe est l'un des animaux exotiques de première grandeur, si j'ose dire, qui est demeuré le plus longtemps mystérieux voire carrément fabuleux pour les Français. A la fin du XVIIe siècle Furetière n'hésite pas à écrire : « Giraffe : Animal farouche dont plusieurs auteurs font mention mais que personne n'a vu... Mais la plupart des curieux croyent que c'est un animal chimérique. »

On imagine donc l'enthousiasme des foules lorsque la première girafe, en chair, en os et en cou, posa pour la première fois le pied sur notre sol au XIXe siècle. Elle débarqua à Marseille le 26 octobre 1826, envoyée en présent à Charles X par le pacha d'Egypte, Mohamed Ali. Hébergée tout l'hiver à la préfecture de Marseille, elle fut conduite à Paris à pied, en cortège, dès le printemps suivant, et pendant les quarante jours du voyage la foule s'amassa sur le parcours dans une préfiguration de ce qui serait plus tard le public du Tour de France ! La plupart des auberges où la caravane avait fait halte prirent l'enseigne A la girafe !

Elle atteignit Paris en triomphe le 30 juin 1827, et quelques jours plus tard elle fut présentée au roi en grande pompe avant de rejoindre ses appartements au Jardin des Plantes. « La France entière, écrit le docteur P. Thévenard, s'éprend alors littéralement de la girafe ; on accourt de tous les points du pays pour la voir ; au pont d'Austerlitz, dont la traversée était encore payante à l'époque, les recettes du péage s'enflent démesurément... Bientôt, d'ailleurs, la girafe ne se contente plus d'attirer à ses pieds les foules admiratives : elle pénètre en effigie au foyer des citoyens français, et s'y mêle intimement à leur existence quotidienne : l'on fond des plaques de cheminée à son image ; l'on tapisse les appartements de papiers peints dont elle constitue l'élément décoratif essentiel, inlassablement répété ; à ceux qui le préfèrent on propose pour suspendre au mur un tableau en perles aux tons chatoyants ; enfin, les céramistes n'entendant pas demeurer en reste, les services de table font fureur, tandis qu'il n'est pas de coiffeur à la mode qui ne possède son plat à barbe "à la girafe". »

« On rime sur elle, on la chante, elle inspire un vaudeville, et on lui adresse une invocation en chœurs et couplets, que sourient une musique originale. »

Il faut dire aussi qu'à la veille de la révolution de juillet 1830, les commentaires n'étaient pas tous délirants :

« Rien n'est changé en France, il n'y a qu'une bête de plus ! », ironisaient d'aucuns. La vedette donna également naissance à des comparaisons et à des quolibets que Littré donne comme "populaires" : « Femme grande et qui a un très long cou. Il dansait avec une grande girafe. »

Jacques Cellard a réfuté d'un trait l'idée qu'il puisse y avoir une relation entre cet événement zoologique et l'expression populaire peigner la girafe, idée que j'vais émise en l'adornant d'un « sans aucun doute » bien léger et imprudent, j'en conviens. « S'il s'agissait de la girafe de 1827, écrit-il, on aurait certainement trouvé notre expression quelque part dans un texte bien avant 1900, date à laquelle la girafe historique était tout à fait oubliée ! Or nous n'avons rien de semblable. En 1900 encore, Aristide Bruant donne dans son Dictionnaire français-argot près de trente synonymes argotique de "fénéanter". Et "peigner la girafe" n'est pas dut nombre ! Preuve que l'expression était inconnue, ou au moins bien rare à l'époque. […] je ne l'ai rencontrée dans aucun texte avant les années 1945. » 

C'est vrai que l'argument de la rupture dans le temps est de taille, et de nature à engager à la prudence ; cependant la réflexion de J. Cellard ne tient pas compte du fait que la locution incongrue apparaît toute nue dans le Nouveau Larousse illustré de 1898 en ces termes laconiques : « Familier. Peigner la girafe, ne rien faire ». Cette notation du fort sourcilleux ouvrage de référence indique d'une part que l'expression n'était pas considérée comme argotique - c'est pourquoi elle n'apparaît en effet dans aucun dictionnaire d'argot - d'autre part qu'elle devait être d'un usage relativement courant dans la langue familière et bourgeoise pendant le dernier quart du XIXe siècle. Ces considérations excluent, à mon avis, toute connotation obscène et masturbatoire dans l'origine de l'expression, qui se trouve moins éloignée qu'il semble de la mort de la pauvre girafe historique, en janvier 1845, date à laquelle elle fut empaillée avec tous les honneurs, et rangée au Muséum de Paris. Il reste que l'absence de texte, donc de preuve, ne permet pas d'affirmer que peigner la girafe (et non une girafe) se réfère directement à la bête fantastique du pacha Mohamed Ali. Ce ne peut être pour l'instant qu'une hypothèse... J'ajouterai pour l'information des curieux que la girafe célèbre fut transférée en 1931 au Muséum d'histoire naturelle de La Rochelle, où elle trône toujours, superbe, sur le palier de l'escalier principal, faute d'avoir pu entrer dans aucune des salles. Si l'on n'a rien à faire on peut toujours aller la contempler.

*

*




Zoologie :


La Girafe dans l'Encyclopédie berbère.

La Girafe sur Wiki.

Évolution de la Girafe.

Selon Matt Pagett, auteur de Le petit livre de merde (titre original What shat that ?, Quick Publishing, 2007 ; édition française Chiflet & Cie, 2008) :


"Avec ses jambes et son cou interminables, la girafe est certainement l'un des animaux les plus majestueux de la savane. Comme elle peut atteindre six mètres de haut, il est normal que sa merde se brise en touchant le sol ! Un conseil, éviter de s'abriter sous une girafe, même en cas d'orage.


Description : Des crottes d'environ 2.5 cm de diamètre, qui s'éparpillent par terre. Comme c'est un ruminant, son estomac à quatre compartiments lui permet d'extraire le maximum d'éléments nutritifs de la végétation qu'il ingère. D'où une production assez ferme et fibreuse, à l'odeur d'herbe. Les crottes sont rondes, avec une espèce de virgule à l'extrémité. Plus elles tombent de haut, plus elles prennent de la vitesse. Et plus elles s'éparpillent à l'atterrissage.

Mettre les gaz : Comme pour le renard, l'analyse des excréments de girafe peut aider les scientifiques à mieux comprendre son mode de vie. Mais les animaux herbivores ont un problème : leur merde est constituée d'éléments très petits, difficilement identifiables. Néanmoins, en Floride, des spécialistes ont réussi à congeler et broyer des crottes de girafe. Ils en ont extrait un gaz grâce auquel ils ont pu déterminer la valeur nutritive des aliments prisés par l'animal.


Le miracle de la crotte : Les gardiens du zoo de Dudley, en Angleterre, ont par excès de zèle voulu stimuler la libido d'une girafe mâle qui semblait se désintéresser des deux femelles du zoo. Ils ont déposé de la merde fraîche dans l'enclos du mâle pour lui faire croire qu'il y avait des rivaux.

Quelques mois après, un bébé girafe naissait. Or, comme la gestation est de quatorze à quinze mois, Dame Nature avait déjà œuvré, et les gardiens en ont été pour leurs frais.

Juré, craché : Pour se distraire, les tribus bushmen d'Afrique du Sud organisent des concours de crachats de merdes de girafe !

*

*

Lors du stage de massages spirituels de février 2017, Marie-Claire me rappelle que la langue des girafes est bleue. Pourquoi ce mystère ? Pas facile de trouver une réponse sur le web qui soit de source sûre et fiable : ce serait soit à cause de la mélatonine qu'elle contient, afin de la protéger des ultra-violets soit à cause de la pigmentation contenue dans les feuilles d'acacia qui constituent l'essentiel de sa nourriture...

Affaire à suivre.

Le 14 septembre 2020, au cercle de tambour de Frontenex, l'affaire se poursuit quant à l'interaction avec les feuilles d'acacia : je vois comment les feuilles communiquent entre elles pour se protéger de l'attaque et je comprends qu'il est important de respecter les protections des autres ; les couleurs automnales de la girafe enseignant également que ce moment ultime de flamboyance est fragile avant le dénuement extrême et qu'il exige donc une grande délicatesse. Je ne comprendrai toute la portée de cet enseignement que le week-end suivant lors du séminaire soins et cérémonies dispensé par Ulla Straessle à Champex ! En effet, tout ce qui peut agacer dans le comportement des autres provient souvent des protections installées depuis longtemps, qui n'ont plus lieu d'être mais que la personne a l'habitude d'activer et dont bien souvent, elle n'est même plus consciente. C'est une précision précieuse pour moi dans mon chemin vers toujours davantage de tolérance des rythmes d'avancement de chacun...


Même s'il n'apporte pas de réponse, cet autre document ajoute des informations à celles précédemment récoltées.

Et pour l'Encyclopédie Larousse, la langue de la girafe est plutôt noire...

Le 26 octobre 2019, une internaute, Véronique Lemay, nous a contactés pour amener sa pierre à l'édifice. Pour ma part, je préfère vous laisser libre de tirer les conclusions des articles, mais je transmets le message :


"Donc voilà, je t’ai décrypté le sens de la langue bleu noir de la girafe :


Acacia : Symbolise la renaissance, l’immortalité, la mort, l’ancienne connaissance disparue que les Maîtres doivent retrouver, la victoire spirituelle, le renouveau de la force et du courage lorsque l’on est confronté aux difficultés, et l’amour platonique. On dit que l’arche d’alliance (de Noé) était en bois d’Acacia plaqué d’or, et que la couronne d’épines du Christ provenait de ce même arbre.


Langue : La langue sert de moyen pour articuler le verbe, qui peut être créateur ou destructeur. Elle témoigne toujours de la qualité de la communication et du commerce humains. Détenant un pouvoir de fécondation, elle met en cause la connaissance et élève jusqu’au Bien suprême. La langue est l’archétype qui représente le Verbe de Dieu, la Parole Divine, donc le Christ, Dieu dans l’homme ou l’homme à l’image de Dieu.


Bleu : Le bleu est la plus profonde des couleurs, elle symbolise l’infini, comparable au blanc, le bleu est une couleur immatérielle, froide et pure. Il est la transformation et le bonheur. Cette couleur permet de « passer de l’autre côté du miroir ». Elle est le chemin de la rêverie, de la pensée consciente et inconsciente. Il est la sagesse transcendante, l'intuition. Propice à la méditation, à l'introspection, et à la connaissance de soi, le bleu est aussi la couleur du yang. Il symbolise depuis le XIIe siècle, la fidélité, la chasteté, la loyauté, la justice et la foi. Le bleu est une couleur généreuse et ouvre la voie à la spiritualité, à l'écoute et au dialogue spirituel avec autrui. Symbole de légèreté, il défait et ouvre. Il est la couleur du respect des traditions et du savoir des ancêtres. Les mouvements, les sons et les formes, disparaissent dans le bleu. Le bleu dématérialise tout ce qui se prend en lui, il est le chemin de l’infini. Avec le bleu, le réel se transforme en imaginaire. La pensée consciente laisse place à l’inconsciente. Le bleu est la couleur de la vérité, de la mort et des dieux, on parle alors de bleu sacralisé ; l’azur. Couleur très spirituelle, le bleu incite à la culture, au bon goût, au sens artistique. Le bleu exprime le détachement des valeurs de notre monde(dualité), l’âme est libérée, c’est l’ascension dans le céleste, l’au-delà, il est l’immortalité.


Symbologie de la langue bleu de la girafe : La langue est le Verbe de Dieu, donc la Vérité, l’Amour, la Lumière… Son verbe est Bleu qui symbolise la vérité, la divinité, le céleste, les ancêtres, donc la connaissance et la sagesse. Elle se nourri de feuilles d’Acacia, qui représente l’ancienne connaissance disparue que les Maîtres doivent retrouver, la victoire spirituelle, la Vérité. La couronne de Jésus était en branche d’acacia. Donc la langue bleu de la girafe symbolise la même chose qu’elle-même. La Girafe étant le lien entre le ciel et la terre, il est normal que son Verbe soit celui de du Divin. Et Dieu n’est qu’Amour, ce que la Girafe représente.

*

*




Symbolique :


Selon Nicki Scully, auteure de Méditations de l'animal pouvoir, Voyages chamaniques avec les alliés esprits (éditions originales 1991, 2001 ; traduction française : Guy Trédaniel Éditeur, 2002),


"La girafe est une douce créature qui voit la vie selon une perspective unique. Le plus grand des animaux, elle peut voir d'une hauteur exceptionnelle, tandis que l'écart de ses pattes maintient une forte connexion à la terre. La girafe a un cœur énorme, et de tout son être, elle perçoit la dimension du cœur, voyant et sentant les connexions du cœur entre elle-même et la toile entière de la vie. En vous menant à ce voyage, elle vous donne une occasion de demander de l'aide et de la coopération. Elle sait qu'il n'y a que des relations aimantes dans le royaume du cœur, relations dans lesquelles chaque être nourrit la flamme de tous les autres.

Bien qu'elle soit apparentée aux dimensions des mondes et des actions, la dimension du cœur est complètement indépendante. La Girafe nous rappelle la nécessité de faire des voyages réguliers à la dimensions du cœur, pour honorer et affirmer ce réseau de lumière aimante. Plus vous pratiquez la vision des communications quotidiennes dans le contexte de cette toile aimante, plus la toile devient accessible et clairement manifeste.

La Girafe fait un autre cadeau : la connaissance de ce que votre cœur est un lieu dans lequel seule la vérité peut résider. Chaque fois que vous parlez à un autre être, une conversation simultanée se déroule dans la dimension du cœur. C'est une conversation de vérité, et, selon la perspective de votre âme, c'est ce qui importe vraiment.

[Le Voyage de la Girafe fait partie, au même titre que celui du Chameau, du Pélican, du Lézard cornu, du Loup, de l'Araignée et du Mustang des] Voyages de Libération. Cette section est consacrée à débarrasser la voie de la libération des contraintes des pensées et croyances limitées. Les vieux modèles sont abandonnés, laissant la place à des visions nouvelles, élargies, qui génèrent une connexion plus grande avec l'Ensemble de la Nature.


Voyage de la Girafe

[Faites l'Alchimie du Chaudron...]

Une fois que vous êtes en présence de Thoth, concentrez-vous sur votre flamme du cœur, et dirigez l'amour, en sorte qu'il s'élargisse et brille et croisse... [Pause]

A la lumière de votre flamme du cœur, vous vous retrouvez dans les vastes savanes africaines. Le vaste paysage est parsemé de grands arbres qui ont des feuillages larges. Marchez jusqu'à l'un de ces arbres et écoutez le vent jouer doucement dans ses feuilles et faire onduler les herbes.

Mettez votre main sur l'écorce de l'arbre, et sentez son tronc dur, solidement enraciné... Levez les yeux vers son feuillage. cet arbre semble solidement enraciné... Levez les yeux vers son feuillage. Cet arbre semble être d'ascension facile ; aussi, vous saisissez une forte branche, et vous vous hissez. Puis mettant une main par-dessus l'autre, vous grimpez plus haut dans le feuillage.

Quand vous avez trouvé un perchoir sûr, regardez le veld selon cette nouvelle perspective. Tous vos sens se sont exacerbés, et vous remarquez un froissement derrière vous. Tournez la tête, et vous vous retrouvez en train de regarder dans les yeux doux d'une Girafe.

Tandis que vous la regardez dans les yeux, laissez votre attention refluer vers votre cœur. La connexion du cœur que vous faites avec cette girafe invite votre propre cœur à s'élargir. Remarquez ce que cela fait quand vous laissez votre cœur s'élargir encore... [Pause] A la lumière de votre cœur élargie, vous commencez à voir les visages de ceux desquels vous vous sentez le plus proche. Sentez votre connexion avec ces êtres. remarquez comment les filaments de lumière dorée prennent forme, liant ce rassemblement d'esprits parents, et créant un petit réseau, une famille, un clan.

L'acceptation mutuelle qui prévaut dans cette famille renforce votre connexion avec cette toile. Pour chaque partie de vous qui se sent non aimé, il y a un être dans ce réseau qui l'aime. Vous commencez à reconnaître la totalité dans cette structure aimante... Prenez un peu de temps pour remarquer quelques relations spécifiques ; reconnaissez-les, et remerciez... C'est une occasion, pour les cœurs de se parler... [Longue pause]

Maintenant, laissez s'élargir votre vision de la toile, et vous percevrez d'autres filaments dorés connectant plus de corps aimants, s'étendant et augmentant jusqu'à ce que les filaments de lumière forment un réseau rayonnant, orné de pierres précieuses autour du globe... Ce réseau lumineux est quasi invisible ; aussi, prenez le temps de le reconnaître et de le renforcer... [Pause]

Pour chaque part de lumière donnée, une part est retournée, - même si les paroles et l'action ne semblent pas la refléter - parce que, maintenant, nous sommes dans la dimension du cœur... Consacrez un peu de temps à une réflexion plus profonde depuis cet espace aimant. Paressez dans cette totalité, et passez ici autant de temps que vous le voulez... [Longue pause]

Quand vous sentez que c'est terminé, remerciez la Girafe pour avoir partagé sa perspective spéciale... Maintenant, quand vous regardez à travers le veld, vous pouvez voir que chaque animal et chaque plante, dans cette immensité, est en relation mutuelle et aimante.

Redescendez de l'arbre et revenez à la Terre. Enracinez-vous et centrez-vous.

Rappelez-vous la douceur de la Girafe, et faites-en une partie de vous-même. Quelle que soit votre opinion sur la correction ou l'incorrection de vous-même ou d'une autre, la douceur et la gentillesse sont toujours appropriés. C'est le don du cœur.


[Thoth vous aidera à rentrer dans votre corps physique...]


Mot-clef : Vision du cœur."

*

*

Selon le blog https://beautemondeanimal.wordpress.com/ :


"La Girafe est le symbole de la générosité et de la non-violence. Comment imaginer que cet animal majestueux et gracile puisse être agressif ? D’ailleurs, il ne l’est jamais, il ne fait que se défendre. La Girafe ne « parle » pas, mais ses grandes oreilles écoutent attentivement. Ses yeux de biche lui assurent une excellente vue, et semblent contempler le monde avec douceur. Malgré sa position en hauteur, la Girafe n’est jamais dédaigneuse ou méprisante… Son cœur est énorme, il pèse 13 kilos en moyenne, et avoir un grand cœur, c’est être généreux !

Les Girafes communiquent entre elle sans cris ni bruits, mais par mouvements corporels, balancements de la tête et du cou. Peut-être même par ultrasons, comme les Okapis auxquels elles sont apparentés, mais ce n’est pas prouvé. Toujours est-il qu’elles se font comprendre sans bruits, sans brutalité et c’est paisible…. Les Girafes n’ont pas d’incisives, elles ne pourraient même pas mordre un bout de bois! Elles ont une langue préhensiles et des lèvres souples qui leur permettent d’attraper la branche la plus haute et la plus succulente, de la porter à la bouche et d’en « raser » les feuilles en rejetant la tête en arrière. A la fin, le végétal n’est même pas abîmé, il a juste perdu quelques feuilles!

D’ailleurs, la Girafe est si paisible qu’un psychologue américain, Marshall Rosenberg a mis au point un système de communication basé sur la non-violence et l’a nommé le Girafien. Il met ce langage en image : le Girafien, le langage de la Girafe, s’oppose au discours agressif et non-constructif du langage du Loup, celui que l’on manie la plupart du temps. Parler Girafe consiste à bannir les accusations et les griefs lors d’un conflit, et à exposer le plus clairement possible ses besoins élémentaires et ses sentiments… Sans oublier d’écouter l’autre avec les grandes oreilles d’une Girafe.

La Girafe a fasciné à travers l’histoire… Un animal aussi grand et majestueux ne pouvait qu’inspirer l’homme! Le premier contact de l’Europe avec une Girafe se situe du temps de Jules César, qui avait fait de la Girafe le symbole de ses conquêtes en Afrique. Il faudra attendre le XVème siècle, pour qu’un Florentin, Laurent de Médicis, en apporte une en Italie. Mais chez elle, en Afrique, la Girafe est un symbole de royauté : si un cavalier soudanais parvenait à battre deux fois une Girafe à course et à la tuer ensuite, il devenait Roi. Certaines Tribus Africaines attribuent des pouvoirs magiques à la Girafe, et utilisent sa queue de 1 mètre de long comme symbole régalien."

*

*

"La girafe est un symbole de paix et d'amitié.

Animal dont la tête domine celle de tous les autres animaux, la girafe était un cadeau royal, et les chroniques de la Perse, de l’Inde et de la Chine évoquent la présence de l’animal à la cour des souverains. Enfin, des pouvoirs magiques ont, depuis toujours, été attribués à la girafe. Ses ruades sont craintes par les lions et sa peau fait donc d'excellents gris-gris contre les félins. Dans certaines tribus, la queue de la girafe était un attribut de pouvoir pour les chefs de haut rang Chez les Arabes du Soudan, si un cavalier arrivait à battre à la course une girafe, deux fois le même jour, il devenait "digne d'un roi". Un chasseur qui réussissait à tuer une girafe méritait le respect de tous."


http://gaiachamanisme.over-blog.com/article-la-girafe-86526120.html

*

*

"Le pouvoir magique de la girafe est concentré dans sa crinière. Une corde ou un tapis, fabriqué avec les poils de la crinière d'une girafe, volent aussi facilement qu'un balai de sorcière."

http://anica12.skyrock.com/1112132224-La-Girafe.html

Pour en savoir plus :

"La Belle captive. La Girafe dans les ménageries princières au Moyen-Âge" par Thierry Buquet

Les animaux et leur message : la girafe.

Message d'une girafe.

*

*

D'après Madonna Gauding, auteure de Animaux de pouvoir, Guides, protecteurs et guérisseurs (Octopus Publishing Group 2006 ; traduction française Éditions Véga, 2006), on peut interpréter le symbolisme de la girafe comme suit :

Guide d'interprétation

En tant que symbole onirique

Perspective ; Bonté ; Connexion du cœur ; Silence ; Compassion ; Troisième œil ; Prévoyance.

En tant que gardien ou protecteur

Protège du danger invisible ; Garde contre la réflexion étroite.


En tant que guérisseur

Soigne l'hypertension ; Favorise l'alignement correct du corps.


En tant qu'oracle ou augure

Faites davantage attention au langage du corps ; Efforcez-vous d'atteindre ce que vous désirez.


Mythes et contes

Dans un conte africain, Dieu demande à la girafe si elle a un désir particulier. La girafe dit ; "Seigneur, je désire la sagesse." Dieu lui répond : "Tu ne parleras jamais, car les bavards sont fous, alors que le silence est sagesse."


Si la girafe est votre animal de pouvoir

Vous êtes capable de voir un problème sous tous les angles et de pratiquer la sérénité en affaires. Votre perspective unique est en même temps spirituelle et pratique, ancrée et visionnaire. Vous avez un très grand cœur, que vous offrez volontairement aux autres. Lorsque des amis ont des problèmes - mariage brisé, perte d'emploi - ils se tournent toujours vers vous. Votre sensibilité, votre intelligence et votre étonnante grâce ravissent vos amis et votre conjoint. Doté du don de double vue, vous excellez à la divination, à l'astrologie et à la prédiction de l'avenir. Vous préférez vivre dans une famille où tous disposent d'un pouvoir égal.


Demandez à la girafe de vous aider

  • à connecter votre tête et votre cœur ;

  • à rester concentré sur vos objectifs nobles ;

  • à tenir ferme mentalement et physiquement.

Accéder au pouvoir de la girafe en :

  • vous tenant sur une hauteur et en surveillant ce qui vous entoure ;

  • imaginant ce que sera la vie d'ici une année.