Blog

  • Anne

Résistance de la pâquerette



Étymologie :

  • PÂQUERETTE, subst. fem.

Étymol. et Hist. 1. 1553 Paquerettes (P. Belon, Observations, III, 52 ds R. Philol. fr. t. 43, p. 198) ; 2. 1932 arg. footb. aller aux pâquerettes « se dit du gardien de but qui ramasse le ballon au fond du filet » (L'Écho des Sports, loc. cit.) ; 1952 cueillir les pâquerettes « musarder » (ds Esn.) ; 1966 aller aux pâquerettes « sortir de la route » (Vie Lang., loc. cit.). Dér. de Pâques ; suff. -ette*, ainsi nommée parce qu'elle fleurit à l'époque de Pâques.


Lire également la définition du nom pâquerette pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Bellis perennis ; Fleur de Pâques ; Magriette ; Œil du jour ; Pâquerette anglaise ; Pâquerette commune ; Pâquerette des champs ; Petite marguerite ; anglais : The Common Daisy.

*

*



Botanique :

Fiche taxinomique de la pâquerette.

Pour en savoir davantage : une fiche réalisée à partir des pâquerettes de Belledonne.

Présentation : Famille : composées


Vous connaissez sans doute la ravissante petite Pâquerette, Marguerite miniature qui parsème les pelouses dès l’époque de la fête religieuse, d’où son nom. C’est une plante vivace à rhizomes, qui peut émettre des rejets. Une rosette de feuilles crénelées et velues, en forme de spatules, laisse échapper quelques hampes florales pouvant atteindre vingt centimètres de haut. Les fins pédoncules sont terminés par un unique capitule composé au pourtour de fleurs ligulées blanches, que l’on prend en général pour des pétales. Le cœur jaune central est une spirale de fleurs tubulées qui fleurissent de l’intérieur à l’extérieur. Par mauvais temps, elles se trouvent protégées par les fleurs périphériques qui se replient.

Habitat : Commune un peu partout en Europe, la Pâquerette se développe sans problème dans les prairies, sur les bords des chemins de campagne, jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Elle peut supporter des froids intenses, jusqu’à -17°C, et renaître, aussi belle, avec les premiers beaux jours. On a constaté que la pâquerette poussait sur les terrains manquant de chaux, et qu’elle leur en apportait.

Cueillette : Son nom latin est Bellis perennis, ce qui signifie “la belle qui dure longtemps”. On comprend à ce titre que l’on pourra rencontrer les fleurs de Pâquerette sur une longue période de l’année.

Cuisine : Certains consomment les jeunes feuilles en salade mêlées au pissenlit dont elles baissent l’amertume. Si vous souhaitez goûter une salade printanière, essayez cette recette. Les feuilles cuites peuvent accompagner les viandes grasses.

*

*


Phytothérapie :

  • Propriétés : anti-inflammatoire, dépurative, diurétique, expectorante, sudorifique, tonique, vulnéraire ;

  • Constituants : huile essentielle, tanin, saponine ;

  • Fleurs et feuilles fraîches écrasées calmes les contusions et entorses.

En décoction (± 35 g. de fleurs et feuilles fraîches pour 1 l. d’eau, chauffer doucement, laisser bouillir 2 mn et infuser 10 mn.) pour lutter contre les affections des voies respiratoires, les rhumatismes, l’eczéma, les règles douloureuses ou abondantes (3 tasses/jour entre les repas) Les feuilles fraîches mâchées soignent les aphtes et ulcérations de bouches. Le vin de pâquerettes (2 poignées de plantes fraîches pour 1 l. de vin blanc), 1 verre tous les matins pour soigner l’hydropisie, les rhumatismes, les ecchymoses et contusions. A utiliser aussi après un fort coup à la tête.

Les Plantes de La Lorien

*

*



Histoire :


Dans le calendrier républicain français, le 24e jour du mois de ventôse, est officiellement dénommé jour de la Pâquerette.

La Pâquerette a été massacrée en Allemagne au XVIIIe siècle, car accusée, à tort, d’être une plante abortive.

La pâquerette a été adoptée par la Belgique comme fleur commémorative de la Grande Guerre comme l'explique le blog Paysages en Bataille.

*


Langage des fleurs :

Symbole d'amour et d'affection, de joie d'aimer et de tendresse absolue, la pâquerette parle toujours d'amour : "je t'aime, un peu, à la folie ou pas du tout". C'est le bouquet préféré des enfants, la pâquerette séduit toutes les mamans.

Les émotions : tendresse, amour maternel, amour éternel, affection pure.

Les occasions : joie d'aimer, fête des mères.

Couleur blanche : "toute mon affection est pour vous" ; "ayez foi en ma constante tendresse" ; "vous m'inspirez les plus nobles et tendres pensées" ; "mon affection et mon attention se portent sur vous"

Couleur rose : " mes sentiments sont purs" ; "je veux être tout pour vous".

Langage de fleur

Mot-clef : aspiration

*

*

Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) évoquent rapidement le symbolisme de la petite marguerite :


PETITE MARGUERITE DOUBLE - JE PARTAGE VOS SENTIMENTS.

Il paraît qu'il y a bien longtemps que la culture a doublé la jolie Pâquerette de nos prés. Quand la maîtresse d'un ancien chevalier lui permettait de faire graver cette fleur sur ses armes , c'était un aveu public qu'elle partageait ses sentiments.

 

Dans Les Fleurs naturelles : traité sur l'art de composer les couronnes, les parures, les bouquets, etc., de tous genres pour bals et soirées suivi du langage des fleurs (Auto-édition, Paris, 1847) Jules Lachaume établit les correspondances entre les fleurs et les sentiments humains :


Marguerite des prés (petite) ou pâquerette simple - Innocence.

C’est la fleur aimée des petits enfants, qui en font des bouquets, en se jouant sur l’herbe des prairies.

*

*

Dans son Traité du langage symbolique, emblématique et religieux des Fleurs (Paris, 1855), l'abbé Casimir Magnat propose une version catholique des équivalences symboliques entre plantes et sentiments :


PÂQUERETTE DOUBLE - AFFECTION.

L'esprit de la sagesse se plait en trois choses qui sont approuvées devant les hommes ; la concorde des frères, l'amour des proches, et un mari et une femme qui n'ont qu'un cœur et qu'une âme.

Ecclésiastes : XXV, 1, 2. -

En passant de nos prés dans nos jardins, la gentille pâquerette soumise à l'art a perdu son innocence ; mais ses charmes n'ont fait que changer de forme et n'en sont pas moins attrayants. Ses fleurs ont doublé et se sont parées de mille diverses nuances. Lorsqu'une noble châtelaine voulait autrefois donner une preuve publique d'affection à son chevalier, elle l'autorisait à faire graver une marguerite double sur son armure.


DE LA PAQUERETTE DE BOMARSUND.

Nous avons parlé, dans l'introduction de cet ouvrage, des jouissances que l'étude des fleurs procurait à notre esprit et à notre cœur, et nous avons cité, pour appui, les noms de quelques hommes illustres tels que Cuvier, J.-J. Rousseau et plusieurs autres qui tous ont fait de ces aimables créatures leur étude de prédilection. Nous sommes heureux aujourd'hui de rapporter ici, et au même sujet, un fait dernièrement arrivé à un général de nos jours dont le nom se rattache à un brillant succès remporté sur les Russes par les Français et les Anglais. Nous voulons parler du général d'Hugues, commandant une des brigades dirigées contre Bomarsund, au mois d'août 1854, et qui peut revendiquer avec raison une part de ce beau fait d'armes qui nous a valu la prise de cette forteresse.

Quelques jours avant l'arrivée des troupes alliées, les Russes, selon leur habitude, brûlèrent et ravagèrent tous les environs de Bomarsund, et se retirèrent dans cette immense fortification et dans les tours qui en étaient les sentinelles, pour se défendre avec ce courage et cette opiniâtreté qu'on sait généralement leur reconnaitre. La division expéditionnaire, à peine débarquée, le siège commença régulièrement, les troupes placées pour compléter l'investissement dressèrent leurs tentes, et celle du général d'Hugues se trouva, comme par hasard, à mesure que les travaux avançaient, dans un jardin appartenant à un lieutenant-colonel russe où tout avait été saccagé et détruit, à l'exception d'un kiosque qui avait dû faire les délices de cet officier, et qui seul était resté debout au milieu de ces ruines, la maison de campagne ayant été sacrifiée comme les autres.

Un jour que le général réfléchissait, dans ces lieux, sur le deuil de bien des familles, ses regards s'arrêtèrent tout à coup sur une toute petite fleur qui semblait se cacher et dont on apercevait à peine quelques rayons argentés de sa brillante corolle. Le général s'avance aussitôt et reconnait en elle une jolie petite marguerite qui venait à peine d'éclore et dont la tige avait échappé, comme par miracle, à la ruine de tout le jardin. Mais quelle surprise pour le général ! La joie de J.-J. Rousseau retrouvant sa pervenche bien-aimée dans une herborisation, ne fut pas plus grande que la sienne, car il a toujours eu pour cette plante une affection toute particulière, sans doute parce qu'elle lui rappelle quelques circonstances frappantes de l'âge heureux de son enfance ou de sa brillante carrière militaire. Tous les soins furent aussitôt donnés à cette charmante créature qui devint dès ce moment l'objet des attentions les plus grandes du général et des recommandations les plus sévères pour que personne n'y touchât. Le matin et toutes les fois que le noble général sortait de sa tente, la gentille pâquerette frappait ses regards et semblait lui dire d'un ton suppliant : Sauvez-moi, vous le pouvez ; seule de toutes les fleurs de ce jardin j'ai échappé à la mort, voudriez-vous m'anéantir ? Le soir, quand le général revenait dans sa tente, à son retour des ambulances ou des tranchées, la pâquerette frappait encore ses regards et lui tenait le même langage.

Cependant le siège fait de rapides progrès, deux tours sont déjà en notre pouvoir. Bomarsund, complètement cerné, est attaqué vigoureusement, et la résistance devenant inutile, la garnison demande à capituler et se rend à discrétion aux alliés.

Le but de l'expédition était atteint, l'armée s'apprête à retourner en France. Mais que va devenir maintenant notre petite fleur, abandonnée à elle-même et tout à fait délaissée, elle ne recevra désormais plus de soins, sa brillante corolle rafraichie chaque jour par la main du général va dépérir et sécher dans peu de jours ; ou bien quelque main indiscrète va l'arracher cruellement à sa tige. Le général enivré des succès ne pense sans doute plus à elle ; mais détrompons-nous ! Non, elle n'est pas oubliée, la gentille pâquerette est la fleur favorite de son noble protecteur ; elle a de plus humblement demandé l'existence, il faut qu'elle lui soit accordée ; il faut qu'elle vive encore, qu'elle soit à l'abri de tout danger et c'est le général qui va la protéger. En effet, lorsque l'ordre de se rembarquer fut arrivé, le général recueillit la fleur avec beaucoup de précautions, la plaça dans une de ses cantines et lui prodigua tous les soins possibles pendant une traversée qui fut de plus de 1,400 mille, la petite marguerite débarqua d'abord à Cherbourg, d'où elle fut transportée à Paris où nous l'avons vue et où elle fut encore l'objet des attentions les plus grandes. Mais hélas ! la gentille fleur ne pouvant sans doute supporter les douleurs de l'exil, dépérit sensiblement malgré tous les soins possibles et enfin elle mourut. Sa tige subsista cependant quelques mois encore, mais à l'approche de l'hiver, elle sécha complètement aux grands regrets du général et de toute sa famille.

Nous avons cru devoir rapporter ce fait à nos lecteurs pour leur prouver une fois de plus que l'étude des fleurs est celle des grandes âmes et qu'elle fait goûter les jouissances les plus douces à tous ceux qui s'y livrent avec tant soit peu d'attention. Nous venons de voir le général d'Hugues sous les murs de Bomarsund ; or, au milieu des dangers et des fatigues de toute espèce nous savons positivement que c'est en face du choléra qui décimait ses troupes dont il est admiré et surtout sincèrement aimé, il est heureux de trouver un moment en rentrant dans sa tente pour voir et cultiver sa petite fleur, sa gentille pâquerette. Il faut donc que l'étude des fleurs soit bien attrayante, et qu'elle captive grandement, puisque le guerrier au milieu des périls comme au jour du repos ne dédaigne pas, ou plutôt est heureux de s'y livrer. Quant à ceux qui ne penseraient pas comme nous, nous leur citerons en remontant aux régions les plus élevées, parmi les natures d'élite que le ciel n'envoie que de siècles en siècles, les noms de l'immortel empereur Napoléon Ier arrosant des touffes de violettes à Sainte-Hélène et le grand Condé cultivant des millets à Chantilly, ce qui suffira sans doute pour les convaincre et leur montrer que les passions comme les vertus des grands hommes se ressemblent toutes.


MAXIME.

O toi qui a placé tes affections dans le monde, réfléchis à ta fin. La route que tu tiens est pernicieuse, elle est pleine d'écueils.

(SAINT AUGUSTIN, Manuel.)


PÂQUERETTE SIMPLE - INNOCENCE.

Qui habitera dans le tabernacle du Seigneur et qui reposera sur sa montagne sainte ? Celui qui marche dans l'innocence et qui pratique la justice. Celui qui dit la vérité dans son cœur et qui ne cache pas l'artifice dans ses paroles.

Psaumes : XIV, 1-3.

La pâquerette ou petite marguerite est une jolie petite plante qui embellit au loin les champs et les prés par ses nombreuses fleurs. C'est une des premières filles du printemps et qui semble demeurer dans une perpétuelle enfance. Amusement de l'âge heureux dont elle est l'emblème, cette plante se multiplie sur le moindre gazon et ne présente aucun danger à la petite main sans expérience qui la cueille sans adresse. Ses feuilles ovales et en spatule, forment sur la terre une jolie rosette, au milieu de laquelle s'élève une hampe de quatre à cinq pouces, terminée par une jolie petite fleur à disque d'or en tourée de rayons argentés. On ne cultive guère dans les jardins que ses variétés à fleurs doubles ou prolifères, offrant un grand nombre de nuances. On la multiplie au printemps par l'éclat de ses touffes.

DE L'INNOCENCE.

Il n'est rien de plus parfait et de plus pur qu'une âme innocente ; l'innocence étant dans les enfants l'ignorance du mal et dans les hommes la simplicité des mœurs, la pratique du bien et le témoignage d'une bonne conscience. En d'autres termes l'assemblage de toutes les vertus dans le cœur humain, ou du moins l'exclusion de tous les vices hors de l'âme , voilà l'innocence. Or, comme il n'y a que les per sonnes qui ont des principes religieux bien arrêtés et qui pratiquent en vrai chrétien notre divine religion, qui puissent conserver en leur âme l'innocence du premier âge , il faut donc donner à chacun ces principes, sitôt que son intelligence pourra les comprendre, c'est-à-dire habituer de bonne heure les enfants à la pratique des devoirs religieux en les remplissant avec eux . On trouvera dans la pièce sui vante de Mme Anaïs Ségalas, un modèle de la simplicité avec laquelle on doit parler aux enfants :

Que de brillantes fleurs tu cueilles

Enfant sur le sentier des bois !

Leurs tiges et leurs mille feuilles

Se pressent dans tes petits doigts.

Sur les gazons verts des allées

Sais-tu qui répand ces bouquets ?

Et dans ces bois , dans ces vallées

Te sème de si beaux jouets ?


Celui qui fait toutes ces choses,

C'est Dieu. De son palais du ciel,

C'est lui qui nuance les roses,

Et donne aux abeilles leur miel ;

C'est lui qui fait croitre la plume

De tes serins au faible essor ;

A l'oranger qui te parfume

C'est lui qui suspend des fruits d'or.


C'est lui, toujours lui qui t'envoie

Les bleuets semés dans les blés,

Qui donne au ver sa longue soie,

Au rossignol ces chants perlés.

C'est lui qui fait le corps si frêle

Des papillons frais et jolis,

Et qui pose encore sur leur aile

Ces points de nacre et de rubis.


Son ciel est tout plein de merveilles

Là, sont des vierges, blanches sœurs,

Qui volent comme des abeilles,

Des saints aux manteaux de vapeurs,

Des voix qui chantent des louanges

Des bienheureux , que sais-je, moi !

De purs esprits, de jolis anges,

Tous petits enfants comme toi.


Mais eux du moins ils sont dociles

On obéit au paradis :

Leurs jeux sont choisis et tranquilles ;

Si jamais des larmes, des cris

Troublaient la divine demeure ;

Parmi les grands saints, on dirait,

Chassez-nous cet enfant qui pleure

Et le bon Dieu se fâcherait.


Tu sais bien ta petite amie

Elle est comme eux près du Seigneur ;

Sitôt après s'être endormie

Elle a fui comme une vapeur ;

Plus loin que le soleil qui brille,

Que la lune, que les éclairs,

Que la planète qui scintille,

Que l'arc-en-ciel qui peint les airs.


Parmi ses compagnes nouvelles

Elle est bien heureuse à présent !

Ainsi qu'un ange elle a des ailes,

Puis une auréole d'argent.

Et parfois quand elle est bien sage,

Le bon Dieu lui permet encor

D'aller jouer dans un nuage,

Ou bien dans une étoile d'or.


L'enfant obéissant comme elle

En mourant s'envole dans l'air ;

Mais il tombe, s'il est rebelle

Chez les hommes noirs de l'enfer.

Là, d'un ton rude, on le commande,

S'il veut jouer on le punit.

La leçon qu'on donne est si grande

Que jamais il ne la finit.


Tu frémis n'est-ce pas ? prends garde :

Sois bien sage , car c'est affreux.

Obéis-moi, Dieu te regarde ;

Les saints et les vierges des cieux

Sous un nuage qui les voile,

Quand tu pleures viennent te voir ;

Et je sais que dans chaque étoile

Des anges se cachent le soir. Mme ANAÏS SÉGALAS.


MAXIME.

Il s'en faut bien que l'innocence trouve autant de protection que le crime. (LA ROCHEFOUCAULT.)

*

*

Emma Faucon, dans Le Langage des fleurs (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) s'inspire de ses prédécesseurs pour proposer le symbolisme des plantes qu'elle étudie :


Marguerite (Petite) ou Pâquerette - Innocence.

En courant sur les gazons, les petits enfants aiment à se faire des bouquets avec cette fleur et, comme eux,


Des mains de la nature

Échappée au hasard

Tu fleuris sans culture

Et tu brilles sans art.

Telle qu'une bergère

Oụbliant ses appas,

Sans apprêt tu sais plaire

Et ne t'en doutes pas.

*

*

Dans son Nouveau Langage des fruits et des fleurs (Benardin-Béchet, Libraire-Éditeur, 1872) Mademoiselle Clémentine Vatteau poursuit la tradition du Sélam :


MARGUERITE (PETITE) OU PAQUERETTE : Innocence.


Moi je m'appelle Marguerite,

L'étoile blanche des prés verts ;

Je suis frileuse et je n'habite

Que les endroits d'herbe couverts.

Je vis bien peu, pauvre fleurette,

Car de mon sort indifférent,

L'homme effeuille ma collerette

Dès qu'il me prend. LALUYÉ.


On dit, mignonne Marguerite,

Que tu sais les secrets du cœur.

M'aime-t-on ? réponds-moi bien vite,

Réponds, Marguerite, ma sœur ?


Effeuille, enfant, de ma corolle

Chaque pétale, dit la fleur.

La dernière feuille qui vole,

Te dira le secret du cœur. Madame BLANCHARD

*

*




Symbolisme :


Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Lorsque les bergers apportèrent des présents à Jésus, l'un d'eux, très pauvre, lui offrit une pâquerette blanche. Jésus baisa la fleur et c'est de ce baiser, dit-on en Côte-d'Or, que la pâquerette tient le ton rose qu'elle a au bord de ses pétales. Dans une variante de cette légende, la mère de Jésus voulut consoler son fils qui s'était piqué avec une épine en lui offrant une pâquerette. Un peu du sang de l'enfant coula sur la corolle : depuis les pétales sont teintés de rose.

Qui n'a jamais effeuillé une de ses fleurs en disant : "Il m'aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" ? Cette coutume charmante était considérée comme un oracle par les jeunes filles du siècle dernier qui évaluaient au dernier pétale la teneur du sentiment de leur amoureux. En Normandie, on s'adresse à la pâquerette dans les termes suivants : "Il (elle) m'aime, un peu, beaucoup, par fantaisie, par jalousie, pas du tout" ou encore, pour connaître son avenir : "fille, femme, veuve, religieuse."

Une tradition anglo-saxonne préfère "Riche, pauvre, mendiant, voleur, médecin, avocat, commerçant, directeur", le dernier pétale indiquant la situation du futur conjoint, homme ou femme.

Pour savoir combien d'enfants vous aurez, lancez en l'air les étamines de la fleur et tentez de les rattraper sur le dos de votre main : le nombre de celles qui sont ainsi récupérées annonce le nombre d'enfants. Deux graines collées ensemble annoncent des jumeaux, trois graines des triplés, etc.

Manger la première pâquerette de l'année que l'on trouve guérit la fièvre. Une pâquerette trempée dans du vin blanc sert à augurer du sort d'un homme malade : s'il vomit après avoir bu la mixture, son décès est pour bientôt.

Lorsqu'on tient dans la main fermée une pâquerette dont on a tordu la tige et que la fleur ne tourne pas, c'est un mauvais présage.

*

*

La pâquerette symbolise le renouveau : elle éclot à Pâques moment de la véritable entrée dans le Printemps ; c'est une reprise de la tradition païenne du "renouveau". On va donc la reconnaître parmi les herbes des pelouses du Jardin de Paradis où elle évoque, avec ce renouveau, la simplicité, la modestie et les saints peuvent la fouler de leurs pieds nus. Pâquerette n'a pas pour étymologie Pâques. Cette plante fleurit pendant plusieurs mois et c'est à "pasquis, pasquier", signifiant pâturage en vieux français, qu'il faut rattacher son nom.


Luc Thévenon, "La fleur et la bure symbolique d'un attribut sacré".

 

Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :

"Mot-clef : L'Innocence.

Savez-vous ? : Pâquerette vient du vieux français pasquier qui veut dire pâturage. Au XVIIIe siècle, les autorités allemandes considéraient la pâquerette comme une fleur dangereuse à cause de ses vertus abortives ; ils ordonnèrent par décret sa destruction sur tout le territoire allemand. La pâquerette porte également le nom de "fleur de Pâques". C'est 'lune des premières fleurs offertes aux mamans par les tout jeunes enfants. Ils la cueillent sur le gazon du jardin et en font un charmant bouquet.

Usages : La pâquerette était connue dans la campagne française pour être un remède contre l'hypertension et contre les maux de tête. Au Moyen Âge, elle était macérée dans du vin blanc et absorbée en tant que remède.

Légende : La légende raconte que le Christ fut très ému par un modeste bouquet de pâquerettes offert, en guise de présent, par un pauvre vieil homme. Reconnaissant, il posa ses lèvres sur le cœur des fleurs qui prient alors la couleur jaune que nous connaissons.


Message : Je vous aime un peu, beaucoup..."

*

*

Doreen Virtue et Robert Reeves proposent dans leur ouvrage intitulé Thérapie par les fleurs (Hay / House / Inc., 2013 ; Éditions Exergue, 2014) une approche résolument spirituelle de la Pâquerette :


Nom botanique : Bellis perennis.


Propriétés énergétiques : Élimine les sources de stress ; simplifie votre vie ; contribue à la détente et vous aide à prendre soin de vous.

Archange correspondant : Métatron.


Chakras correspondants : chakra racine ; chakra sacré ; chakra du plexus solaire ; chakra coronal.


Propriétés curatives : Si vous êtes entouré de pâquerettes ou si vous vous sentez attiré par cette page, ceci est pour vous. Prenez le temps de vous détendre et de reprendre des forces. Les anges savent que vous n'avez pas été épargné récemment et, en cet instant, ils vous enveloppent de leur amour. Laissez-les prendre soin de vous et vous soulager de votre stress. Imaginez un enfant qui confectionne des couronnes de pâquerettes et vous saurez quel état d'esprit cette fleur insuffle à votre vie. Les pâquerettes apportent de la paix à votre vie pour que vous puissiez vous concentrer sur ce qui est essentiel.


Message de la Pâquerette : « Vous devez simplifier votre vie ! Parce que vous avez trop à faire, vous vous éparpillez. Votre énergie est en baisse, ce qui vous expose davantage à la fatigue. Cela doit immédiatement cesser ! Je vous entoure de mon amour et vous permets de vous débarrasser de votre stress. Permettez-moi de remédier à cette situation pour que vous soyez concentré et détendu à chaque instant. Même si vous pensez que la relaxation n'est pas pour vous, vous devez l'intégrer dans votre quotidien. Je vous incite fortement à trouver des méthodes pour prendre soin de vous et à vous adonner au quotidien, à une activité agréable - lecture, méditation, jardinage ou toute autre activité qui vous procure un bien-être. Soyez assuré que votre stress disparaîtra ; j'œuvre auprès de vous en cet instant dans cet objectif. »

*

*

Maïa Toll, auteure de L'Herbier du chaman, 36 cartes divinatoires, A la rencontre de la magie des plantes (Édition originale 2020 ; Édition française : Larousse, 2021) nous révèle les pouvoirs de la Pâquerette (Bellis perennis) :


Mot-clef : Soyez vous -même


La pâquerette est issue d'une famille nombreuse. Ses sœurs - la camomille romaine, l'échinacée, l'eupatoire perfoliée, la grande aunée, la grande camomille et le chardon-Marie (pour n'en citer que quelques-unes !) - figurent parmi nos plus grandes plantes médicinales. Par chance, la pâquerette a appris très tôt que le meilleur moyen de se distinguer était simplement d'être elle-même. Alors, malgré ses allures de garçon manqué, ses pétales blancs souvent défraîchis ou fripés, et son statut très ordinaire (elle peut soulager une ecchymose ou une inflammation, mais sans comparaison avec sa cousine l'Arnica montana), elle est toujours la bienvenue. Elle finit toujours par trouver sa place dans nos maisons et jardins pour nous rappeler, encore et encore, que nous aimer tels que nous sommes est la meilleure de toutes les médecines.


Rituel : Soyez bienveillante envers vous-même

Si vous êtes perfectionniste ou que vous cherchez à vous singulariser (en étant belle, plus séduisante, plus intelligente ou la meilleure aux fourneaux), vous aurez du mal à vous dire que vous êtes déjà formidable telle que vous êtes. La pâquerette peut vous aider en ce sens, c'est sa spécialité.


VOTRE RITUEL : Retrouvez une photo de vous quand vous étiez petite. Pourquoi petite ? Parce que c'est dans la nature humaine d'avoir davantage d'empathie envers les enfants qu'envers les adultes. Utilisez cette particularité de l'évolution pour travailler à être plus empathique à votre égard. Il est plus facile d'émettre des pensées bienveillantes - ce que vous allez faire - devant la petite fille que vous étiez. Qui pourrait faire preuve de méchanceté envers ce petite être ? Vous ?

Après avoir choisi une jolie photo de vous enfant, décorez-la avec des pâquerettes ! Vous pouvez découper des photos de pâquerettes et les coller sur votre photo ou en dessiner au feutre. Cette photo décorée va devenir votre sanctuaire, alors soyez créative !

A chaque fois que vous avez l'impression de ne pas être assez ceci ou cela (pas assez bien, pas assez riche, pas assez jolie, pas assez intelligente), sortez votre photo, absorbez l'acceptation de soi, si facile, de la pâquerette et faites-la rayonner dans votre cœur.


Réflexion : Allez vers votre vérité

Comparez-vous votre apparence physique, votre intelligence, votre ambition ou vos richesses matérielles à celles des autres ? Lorsque vous vous mettez en concurrence avec vos semblables, vous vous éloignez de votre vérité au nom d'une version artificielle de la réussite. Si personne ne vous regardait, qui seriez-vous ?

OSEZ VOTRE SINGULARITÉ : Quelle coiffure auriez-vous ? Que mangeriez-vous ? Où dormiriez -vous ? Plongez au cœur de la pâquerette et découvrez votre vraie personnalité.


« L'authenticité est la pratique quotidienne qui consiste à ne plus attacher d'importance

ce que nous sommes censés être, d'après nous, pour accepter d'être ce que nous sommes. »

Brené Brown, The Gifts of Imperfection.

*

*



Mythes et légendes :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot recense nombre de légendes populaires :


Voici pourquoi, dit-on dans la Côte-d'Or, les pâquerettes des champs ont un cœur doré et une pointe de rose au bord de leurs pétales : lorsque les mages et les bergers firent de beaux présents à l'Enfant Jésus, un pauvre petit pâtour qui ne possédait rien, cueillit une pâquerette toute blanche afin de ne pas arriver les mains vides, et il l'approcha des lèvres de l'enfant ; celui-ci baisa la fleurette, qui devint rose à t'endroit ou ses lèvres s'étaient posées.

[...] Actuellement la formulette : « Il rn'aime un peu, beaucoup, passionnément, point du tout, » est usitée en ville comme à la campagne ; en Normandie, les filles la récitent en arrachant une à une, les pétales de la grande pâquerette, qui y porte le nom gracieux de « Il m'aime » ; en Poitou, la phrase adressée à la pâquerette est « Elle m'aime un peu, beaucoup, par fantaisie, par jalousie, pas du tout. » [...] En Haute-Bretagne, on effeuille la Pâque en disant :

Fille, femme, veuve, religieuse,

Gars, homme, veuf, religieux.

Les jeunes filles du Bocage normand adressent à la grande pâquerette la première de ces formules.

*

*

Guidés par une étoile, à Bethléem, un jour

Des mages d’Orient, inspirés par des anges,

Aux genoux d’un enfant enveloppé de langes,


Vinrent se prosterner, le cœur rempli d’Amour.

Des bergers, qui paissaient leurs troupeaux à l’entour,

Entendant, dans les airs, des murmures étranges

« Échos des chants sacrés des célestes phalanges »

Dans l’étable en ruine entrèrent à leur tour.

Les trois Mages avaient, l’Ecriture les nomme,

De l’encens pour le Dieu, de la myrrhe (1) pour l’homme,

Et, symbole divin, des trésors pour le Roi.

Les pâtres, pour présents, portaient des Pâquerettes,

Qui venaient d’entr’ouvrir leurs blanches collerettes.

Mais ils avaient au cœur l’Amour avec la foi.

Aux pieds du nouveau-né, l’un des Mages s’empresse

De brûler son encens aux suaves senteurs ;

Le Roi Gaspard répand la myrrhe avec largesse ;

Melchior fait briller l’or aux fauves lueurs.

Les bergers, à genoux, voyaient avec tristesse

Cette adoration, et l’œil mouillé de pleurs :

« Ces Rois » se disaient-ils « vont, avec leur richesse

« Nous faire oublier, nous, qui n’avons que des fleurs ! »

Comme s’il eût compris cette pensée amère,

L’enfant pousse du pied une superbe aiguière, (2)

Prends une fleur des champs, la baise, et puis s’endort.

C’est depuis ce jour-là, que l’humble Pâquerette,

Autrefois toute blanche, a, sur sa gorgerette,

Une Auréole rose et l’étamine d’Or.

Antonio Spinelli, Ce que disent les fleurs.

1) Myrrhe : Gomme de résine aromatisée, parfum aux multiples pouvoirs.

2) Aiguière : petit récipient avec un bec et une anse pour porter de l'eau, vase, pichet.

*

*

Légende celte : Les légendes celtiques du barde écossais du IIIe siècle Ossian, écrites et retranscrites au XVIIIe siècle par James Macpherson, donnent à la pâquerette une autre origine :


Malvina, fille d’Ossian, pleurant son amant Oscar tué au combat ainsi que son jeune fils, à côté du tombeau de Fingal, est réconfortée par les filles du roi Morven, qui racontent avoir vu l’enfant verser sur les champs une fraîche récolte de fleurs, parmi lesquelles s’en élevait une faite d’un disque d’or, entouré de rayons d’argent, surmonté d’une teinte délicate de pourpre. « Sèche tes larmes, ô Malvina, » criaient les jeunes filles, « la fleur de ton sein a donné une nouvelle fleur dans les collines de Cromla. » C’est de cette légende que vient l’idée selon laquelle les esprits des enfants morts en couche dispersent des pâquerettes sur la terre pour consoler leurs parents affligés. Notons aussi que l’expression idiomatique anglaise pushing up daisies signifie à peu près : « mort et enterré ».


Les Miscellanées du fils de Tolomaï

*

*



Littérature :


Andersen, "La pâquerette".

 

Philéas Lebesgue : "Pâquerette"

Pâquerette, pâquerette,

Il y a des gouttes d’eau

Sur ta collerette

Et tu plies un peu le dos…

Pâquerette, pâquerette,

Le beau soleil printanier

Viendra-t-il les essuyer ?

Pâquerette, pâquerette,

Qui souris près du sentier,

Je te le souhaite…

Pâquerette, pâquerette,

Il y a sur ton cœur d’or

Un frelon en fête ;

Tant il est ivre qu’il dort !

Pâquerette, pâquerette,

L’aile du vent printanier

Va-t-elle le balayer ?

Pâquerette, pâquerette,

Qui rêves près du sentier,

Je te le souhaite.

*

*


3 085 vues

Posts récents

Voir tout