Blog

  • Anne

Le Canard



Étymologie :

  • CANARD, subst. masc. et adj.

Étymol. et Hist. 1. 1199 « surnom d'homme » (Cart. de Montiéramey, p. 168, Lalore ds Gdf. Compl. : Hugo Canart) ; xiiies. quanart « oiseau palmipède (ds Gdf. Suppl. d'apr. DG) ; fin xive s. id. (Gloss. gall.-lat., B.N. 1. 7684 ds Gdf. Compl.) ; 1487 canard (Vocab. lat. fr., Genève, Loys Garbin d'apr. FEW t. 2, 1, s.v. kan, p. 164b) ; av. 1696 mouillé comme un canard (Sév., 163 ds Littré) ; 2. a) 1834 p. anal. (Boiste : Canard [...] son rauque, hors du ton, produit par les instruments à anche) ; b) 1840 « morceau de sucre plongé dans le café, le rhum [trempé comme un canard] » (Carmouche, Vanderbuch, La Grisette romantique, XVIII ds Quem.) ; 3. a) 1584 bailler un canard à moitié « tromper quelqu'un » (François d'Ambroise, Les Neapolitaines, III, 12 ds Hug.) ; d'où b) ca 1750 « fausse nouvelle lancée par la presse pour abuser le public » (Pt Rob.) ; cf. 1839 (Balzac, Un grand homme de province à Paris [éd. Antoine Adam, Paris, Garnier, 1956] t. 2, pp. 395-396 ds St. néophilol., t. 36, p. 318) ; d'où c) 1842 « journal » (E. de La Bédollière, Les industriels, 222 ds Quem.). Prob. dér. du même rad. onomat. que l'a. fr. caner « caqueter » (1204, Reclus de Molliens, Charité, 21, 5 ds T.-L.), avec le suff. -art que l'on retrouve dans malard (ca 1200, Hervis, Richel. 1244, fo6dds Gdf.) la plus ancienne désignation du canard mâle ; l'hyp. d'une dér. de cane* qui serait en ce cas issu du croisement entre l'a. fr. ane (1175, Chr. de Troyes, Cliges, 3854 ds T.-L., du lat. anas -atis) et le rad. de l'a. fr. caner (Marchot ds Romania, t. 47, 1921, pp. 217-221 ; DG ; DIEZ3 ; REW3, no4671a ; EWFS2) semble moins probable du point de vue chronologique.


Lire aussi la définition du nom pour explorer les premières pistes symboliques.

*

*




Expressions populaires :


Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expressions populaires bien connues :


Un canard boiteux : Comme tous les canards sont plus ou moins boiteux de par leur démarche naturelle, on se demande pourquoi une quelconque vindicte s'attacherait à l'un d'eux en particulier. L'expression est curieusement absente de tous les dictionnaires. Si Littré l'ignore c'est probablement que le canard boiteux s'est répandu après lui, c'est-à-dire vers la fin du XIXe siècle ou le début du XXe.

A mon avis le mot est venu de l'anglais a lame duck dont l représente la traduction littérale. A lame duck est une expression qui a son origine dans la finance britannique, plus précisément dans le monde de la Bourse où elle désigne un marchand de titres incapable de payer ses dettes, et par extension tout spéculateur insolvable. Cela, paraît-il, et sous toute réserve, à cause de la démarche vacillante d'un tel individu obligé de quitter le Stock Exchange honteusement dépouillé, sous les regards de glace de ses impitoyables collègues.

La locution est commune Outre-Manche et le romancier Thackeray l'emploie déjà en 1847 dans La Foire aux vanités : « Les affaires de M. Sadley ont une allure qui ne me plaît guère, et tant que je n'aurai pas vu de mes yeux les dix millions d'Amélia, tu ne l'épouseras pas », signale à son fils un père soupçonneux qui ajoute : « Je ne veux pas d'une fille de canard boiteux dans ma famille. » C'est sans doute dans ce contexte implacable de la finance qu'il faut comprendre le célèbre adage : « Pas de pitié pour les canards boiteux ! »

Cela dit il faut remarquer qu'en anglais le mot lame a plutôt le sens de « boiteux par accident » ; un autre mot désigne la démarche ordinaire et dandinante du canard : « blessé, éclopé ». L'image prend vraisemblablement sa source non dans l'animal de basse-cour, mais dans les fameuses chasses au canard sauvage, fort goûtées justement par l'aristocratie britannique du portefeuille. C'est en passant au français que l'expression aura pris, par le hasard d'une traduction littérale, cette redondance à effet cocasse qui a assuré, si j'ose dire, sa fortune. Il est possible aussi qu'un croisement se soit produit avec la notion, semble-t-il traditionnelle, de « cheval boiteux ». G. Esnault signale pour 1881 « pas de pitié pour les chevaux boiteux ». L'influence de ce dernier a peut-être favorisé l'extension du sens à tous les traînards, les malhabiles et les malchanceux de toutes sortes que la vie, en effet, n'épargne guère.

Parenthèse : un « canard », désignant un journal, vient du sens de « fausse nouvelle » qu'il avait au XVIIIe siècle : « Conte absurde et par lequel on veut se moquer de la crédulité des auditeurs. Cette nouvelle n'est qu'un canard » dit Littré qui rend compte du passage à la presse par l'acception suivante : « Se dit ironiquement de faits, de nouvelles, de bruits plus ou moins suspects qui se mettent dans les journaux. »

Pourquoi cette mauvaise réputation ? Il existait préalablement et depuis le XVIe siècle l'expression « vendre un canard », « Il est clair, précise Littré, que vendre un canard à moitié, ce n'est pas le vendre du tout, de là le sens de attraper, moquer. »


Caner, faire la cane : Pour en finir avec cet oiseau j'ajoute qu'il a fourni également la vieille expression faire la cane : «  dérober à propos, faire le plongeon à l'approche du danger », laquelle a donné plus simplement le verbe caner : « reculer, fuir », que Littré signale comme étant un « mot très familier ». Effectivement dans la prose de Marc Stéphane les gens du trimard causent ainsi : « A l'audience, et pis à l'taule, je fis l'cane, naturlic, car de tels matous ne se prennent pas sans mitaines ». (Ceux du trimard). Mais c'est encore Furetière qui explique le plus délicatement l'origine de l'expression : « On dit aussi qu'un homme fait la cane ; pour dire qu'il recule par lâcheté dans les entreprises périlleuses, ou qu'il manque à ce qu'il s'étoit vanté de faire, à cause que les canes sont si timides, qu'elles baissent la tête en passant par une porte, quelque haute qu'elle soit. » Pratique internationale sans doute, car les Anglais disent to duck dans le même sens.

Quant à caner, mourir, il semble venir d'un renforcement argotique du précédent par jeu de mots avec canner, s'en aller, quitter les lieu, c'est-à-dire, « jouer des cannes » : jouer des jambes.

*

*




Symbolisme :


Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,

"Le canard, et plus précisément le couple de canards mandarins (japonais oshidori) est, dans tout l'Extrême-Orient, le symbole de l’union de la félicité conjugale. La raison en est que le mâle et la femelle nagent toujours de concert. Ce symbole est fréquemment utilisé dans l'iconographie [...] ainsi que dans l'imagerie populaire, destinée à l'expression des vœux. Diverses légendes confirment l'explication du symbole. L'image d'un couple de canards est placée dans la chambre nuptiale.

Pour les Indiens de la Prairie, en Amérique, le canard est le guide infaillible, aussi à l'aise dans l'eau que dans le ciel. d'où l'emploi des plumes de canard dans certaines cérémonies rituelles.

Il n'est jamais fait mention du canard dans les textes mythologiques ou épiques, irlandais et gallois. Il a été confondu avec le cygne, dont il diffère cependant, ne fût-ce que par la taille et la couleur. Il serait malaisé de lui attribuer un symbolisme particulier. On trouve cependant des canards représentés sur des objets celtiques de l'époque de la Tène. On serait enclin à donner de ces images, dans le monde celtique, une interprétation analogue à celle du cygne."

"En général représenté en couple, car le mâle et la femelle nagent toujours ensemble et vivent sans changer de partenaire. On offre fréquemment des représentations de canards mandarins lors de cérémonies de mariage pour exprimer des vœux de réussite et de bonheur."


http://www.bouddharieur.fr/chine_chinois/symbole_chinois_asiatique/

*

Mots clefs : la Fidélité, l’Initiation.

"À l’origine, les Canards étaient des animaux sauvages que l’homme chassait. Les Égyptiens commencèrent à les domestiquer vers 1500 avant J. C. et les firent figurer dans leurs élevages. Chez les Gaulois, le Canard était l’animal sacré de la tribu des Sequanes et de leur déesse Sequana. En Chine, il aurait existé une secte dite du Canard et de l’Œuf, dont les membres étaient végétariens et mangeaient des œufs de canes.

En Extrême-Orient, le Canard mandarin Yüan-Yang est le symbole du mariage heureux et de la fidélité, car celui-ci vit toujours en couple (en Chine, il est parfois offert en cadeau aux jeunes mariés). Les plumes de Canard sont utilisées lors de cérémonies initiatiques, que cela soit pour indiquer le passage de l’adolescence à l’âge adulte, lorsque le récipiendaire devient capable de trouver sa propre voie, ou lors des initiations chamaniques."


https://regisliber.files.wordpress.com/2015/03/ttm12.pdf

*

*

Selon Ted Andrews, auteur de Le Langage secret des animaux, Pouvoirs magiques et spirituels des créatures des plus petites aux plus grandes (Édition originale, 1993 ; traduction française, Éditions Dervy, 2017), le canard répond aux caractéristiques suivantes :


Points clés : Confort émotionnel et protection.

Cycle de puissance : Printemps et été.


Le canard est probablement le plus commun des oiseaux d'eau douce. Du fait de sa connexion avec l'eau, il est lié aux énergies féminines, au plan astral et aux états émotionnels des humains. L'eau est nécessaire à toute vie sur terre. rien en peut vivre sans elle. Les canards nous rappellent de boire les eaux de la vie mais aussi de nourrir nos natures émotionnelles.

Toutes les espèces de canard nagent. Certaines peuvent même plonger jusqu'à 30 mètres (cent pieds). D'autres se nourrissent en plongeant sous l'eau, ce qui nous invite à aller chercher notre subsistance dans nos émotions. Tous les canards vivent près de l'eau ou dessus, sauf le canard des bois (ou canard carolin). Sur terre, ils ne se déplacent pas aussi bien. Pour ceux qui ont un canard pour totem, cela peut refléter une inaptitude à se sentir à l'aise avec la plupart des gens croisés dans leur vie. Et, corrélativement, cela peut traduire un besoin de trouver son confort au sein de son propre « élément » et avec ceux qui ont le même état d'esprit qu'eux. Les canards peuvent nous indiquer que nous sommes sur le point d'avoir une telle opportunité.

Les canards ont joué des rôles importants dans d'autres pays et cultures, ce qui peut attirer notre attention vers des connexions avec des vies passées. Les Égyptiens ont été les premiers à domestiquer des canards. Les Chinois ont eux aussi été des pionniers dans l'art de l'élevage du canard. Voilà deux exemples tout simples que l'on peut explorer.

Les couleurs des canards vont aussi pouvoir nous aider à déterminer le rôle spécifique qu'ils vont jouer dans votre existence. La plupart d'entre eux arborent toute une variété de coloris, allant du blanc à la riche irisation bleu-vert des colverts et des canards des bois.

Le colvert est l'un des canards les plus prolifiques. Il est bon qu'il en soit ainsi, car il est aussi l'un des plus chassés. Ils peuvent être très affables et manifester une grande palette d'émotions. Ils s'acclimatent très aisément (les éthologues parleraient d'empreinte). Pendant plusieurs années, j'ai participé au programme « Adopte un canard » (Adopt-a-duck) organisé lors de chaque fête de Pâques par le musée d'Histoire naturelle de Dayton. Les colverts étaient élevés jusqu'à un âge suffisant pour être relâchés dans la nature afin de repeupler certaines zones.

Les canards me suivaient partout dans la maison et le jardin. A tous points de vue, j'étais à la fois leur père et leur mère. Ces oiseaux montrent une grande disposition à faire preuve d'affection et à vivre en communauté. Ils aiment être entourés. Ils retourneront aussi toujours vers les endroits où ils se sentent en sécurité et dans une situation confortable. Les canards peuvent parfois nous rappeler de retourner dans ces parties de nous-mêmes ou dans des activités où nous nous sentons pareillement en sûreté et à l'aise.

Au cours de l'été, la plupart des colverts traversent une phase d' « éclipse » - une période où ils ne s'envolent pas. Au cours de cette période, ils revêtent le plumage gris-vert des femelles qui leur offre une protection supplémentaire, le temps d'élever les canetons. Même les petits vont à l'eau facilement, ce qui nous incite à ne pas nous fermer à nos émotions. Nous devons chercher à explorer celles-ci autant que tous les autres aspects de nos vies.

Le canard des bois est un autre canard très coloré. L'irisation de ses ailes traduit une sorte de spiritualité qui va s'ouvrir à vous dès que vous allez commencer à évoluer dans votre élément. Les canards des bois se perchent tous dans les arbres et leurs pattes palmées présentent des doigts qui les aident à y grimper. Ils font leur nid bien au-dessus de l'eau dans des branches creuses ou de grands trous - du type de ceux que percent les pics.

Il est difficile de dire comment les petits quittent leur nid et vont à l'eau mais il est généralement admis que les canetons peuvent sauter tout seuls de l'arbre et que c'est bien ce qu'ils font. En général, les canards des bois ont quantité d'habitudes étranges - bien plus qu'il n'est possible d'évoquer dans ce livre. En les étudiant, vous allez trouver bien des manières d'appliquer ces habitudes dans votre propre vie.

Tous les canards évoluent avec grâce sur l'eau. Ainsi, en tant que totem, ils vont vous montrer comment mieux gérer vos émotions, avec grâce et aise. Ils vous apprennent à évoluer dans les différentes eaux de la vie. De nombreux psychologues et thérapeutes ne pourraient faire mieux que d'avoir un canard pour totem afin de les assister dans l'aide qu'ils apportent à leurs patients pour dénouer leurs écheveaux émotionnels.


Note : Le canard carolin ou canard des bois (wood duck) est une espèce unique parmi les canards en ce qu'il peut monter aux arbres. A dire vrai, il vit même dedans. Mais comme tous les canards, il peut nous aider à nous connecter avec les énergies archétypales capables de nous permettre de développer dans nos vies une plus grande sensation de confort émotionnel et de protection.


*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont, 1995 et 2019), Éloïse Mozzani nous propose la notice suivante sur le canard :


Le canard, capable de nager et de voler très haut dans les cieux, se situe "au carrefour de trois éléments sacrés fondamentaux : la terre, l'eau et l'air". Dans la mythologie indienne, il joue un rôle essentiel : c'est lui qui, avec le cygne ou l'oie, a couvé l'Œuf cosmique, cet œuf d'où le monde est sorti. Les anciens Grecs, qui l'avaient associé aux cultes d'Aphrodite, déesse de l'Amour et de la Fécondité, et d’Éros, autre divinité de l'Amour, faisaient toute confiance à sa chair comme stimulant sexuel. Ce qui explique pourquoi les femmes portaient souvent des bijoux en forme de canard. Il était considéré comme particulièrement bénéfique et bienveillant, comme l'évoque un passage de l'Odyssée : Pénélope, désespérée par l'annonce (fausse) de la mort d'Ulysse, se jette à la mer ; elle est sauvée par des canards. Le mot canard se traduit d'ailleurs en grec par penelope.

On remarquera que, comme la femme d'Ulysse, le canard, que l'on voit toujours en compagnie de sa femelle, symbolise la fidélité conjugale. Il est également l'emblème du bonheur du couple : c'est la signification qu'a, par exemple, une tête de lit en bronze de la forme de l'oiseau, retrouvée à Pompéi. Dans les croyances modernes, l'emploi d'un traversin en duvet de canard favorise la sérénité conjugale ; par ailleurs, si une de ses plumes se trouve sous l'oreiller d'un malade, elle prolonge son agonie autant de temps qu'elle y reste.

Selon une croyance du Morvan, faire plusieurs cercles en courant avec, sous le bras gauche, un canard tout blanc mort mais "encore chaud" remédie aux crises d'épilepsie. En Écosse, "les amis d'un malade demandent à un homme doué de seconde vue de venir le matin, de fermer les yeux, et de ne les ouvrir que lorsqu'il sera parvenu au bout de la maison : s'il voit des canards avec la tête sous leurs ailes, le malade mourra à bref délai".

On doit s'inquiéter quand une cane pond des œufs grisâtres ou brun foncé :ils sont de mauvais augure. Les Anglais remédient à ce coup du sort en la tuant et en la suspendant la tête en bas afin que les mauvais esprits qui l’habitent s'éloignent.

*

*

Selon le site http://www.signification-reves.fr/, spécialisé dans l'interprétation des rêves :


"Quelle est la signification d’un rêve de canard ? L’interprétation d’un rêve de canard, pour une femme en particulier, est fortement lié à la démarche pénible du canard, à son inaptitude à se déplacer sur terre.


Le vilain petit canard

Une cane découvre un gros œuf prometteur, il est abandonné, elle le couve avec les siens. C’est ainsi que va naître le vilain petit canard, rejeté immédiatement par tous en fonction de sa différence physiologique : il est gros et maladroit, détesté en raison de sa couleur, de sa laideur.

A la solitude succède l’exil : le vilain petit canard est contraint de quitter la collectivité dans laquelle il est né. Un jour, dans le reflet de l’eau, il se voit et constate les modifications de son corps : il est un cygne, magnifique, un cygne comme ceux qu’il a vus récemment, il fait partie de cette communauté qu’il a croisé récemment.

Le vilain petit canard a découvert sa véritable nature et son appartenance à un groupe. C’est grâce à l’acceptation de sa différence d’une part et à son appartenance à une famille d’autre part que le vilain accède à sa véritable personnalité et à la liberté.


Le canard dans les rêves

Le vilain petit canard était un cygne. Un signe ? Un symbole dans tous les cas.

La symbolique du canard vu dans le rêve découle de ce conte d’Andersen. Un Homme doit s’accepter tel qu’il est, savoir à quel groupe il appartient, pour devenir réellement lui-même. Plus exactement, un homme comme une femme doit pouvoir s’identifier et accepter sa différence pour devenir homme ou femme.

Le canard, comme le cygne, a un long coup, ce qui en fait un symbole phallique. C’est sa différence sexuelle que l’Homme doit intégrer, son appartenance à un sexe. Le canard apparaît dans les rêves de castration, et symbolise l’angoisse de castration chez l’homme et le sentiment de castration chez la femme."

*

*

Selon Didier Colin, Auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes (Larousse Livre, 2000) :

Qui ne connaît cet oiseau aquatique et migrateur au bec aplati et aux pattes palmées que Donald Duck, le personnage imaginé par Walt Disney, a rendu célèbre dans le monde entier ? Très gourmand, il s'adapte aisément à toutes les conditions climatiques. Mais bien sûr, il aime séjourner dans les régions humides et vivre près des étangs. La cane est prolifique, puisqu'elle peut pondre jusqu'à 80 œufs par an ! Il existe de nombreuses races de canards de par le monde, dont certaines sont très prisées pour l'élevage, mais aussi pour le gibier.

Il semble que, de tout temps, le caquetage si particulier de cet oiseau ait été un objet de raillerie pour les hommes, puisque son nom dériverait d'un diminutifs que l'on attribuait d'abord à un homme bavard Ainsi, il est fort probable que "canard" soit issu d'une contraction des mots "cane" du verbe caner qui signifiait caqueter et "malard", qui désignait un homme bavard puis un canard mâle, et même d' "âne", comme c'est le cas dans l'expression "ne pas casser trois pattes à un canard", qui fait ici allusion non à l'oiseau, mais à un cheval, c'est-à-dire au canasson ou mauvais cheval, ou au mulet et donc, indirectement, à l'âne.

Par ailleurs, si le canard fut souvent considéré comme le symbole de la fidélité conjugale, c'est que cet oiseau aime bien nager en couple sur les étangs ou les lacs. C'est surtout le cas en Chine où, depuis des temps immémoriaux et de nos jours encore, on offrait et on offre donc toujours un couple de canards en guise de porte-bonheur aux jeunes mariés. Oiseau bavard et fidèle, le canard fut toujours perçu sous un jour plutôt sympathique par nos ancêtres."

*

*

Diana Cooper, auteure du Guide des archanges dans le monde animal (édition originale 2007 ; traduction française : Éditions Contre-dires, 2018) nous délivre un :

Message des oiseaux aquatiques :


L'eau transporte la force d'amour unificatrice

du monde, et nous baignons dedans et nous vous la transmettons.

L'amour veut que vous soyez heureux et en paix. Il veut

que vos visions et vos rêves se manifestent pour votre plus

grand bien. Quand vous voyez l'un d'entre nous, nous vous

rappelons d'ignorer le drame extérieur et de plutôt prendre

conscience que l'amour est l'essence de chaque personne et de

chaque animal. Concentrez-vous sur le désir de votre

cœur pour que vous l'attiriez dans votre vie. laissez-le

enrichir vos jours et répandre la joie dans le monde.


L'eau renferme l'énergie d'amour de l'univers et, de ce fait, c'est le ciment qui relie le cosmos et tous les êtres humains. Cette énergie préserve la pureté des ois