Blog

  • Anne

Le Cygne




Étymologie :

  • CYGNE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 ornith. cisne (M. de France, Lais, éd. J. Rychner, Milun, 172 [: meschine]) ; mil. xiiie s. [ms.] cigne (Id., ibid., p. 174) ; 1546 chant du cycne (Rabelais, III, 21 ds Hug.) ; 1640 chanter le chant du cigne (Oudin, Curiositez) ; 2. p. ext. 1831 « duvet de cygne » 3. 1630 poét. « poète » (Malherbe, Fin d'une ode pour le roi, 2 ds Œuvres, éd. Lalanne, t. 1, p. 317). Cygne, altération de cisne, cine du b. lat. cicinus attesté chez Oribase et ds la loi Salique (TLL s.v., 1585, 13), lat. class. cycnus (gr. κ υ ́ κ ν ο ς) écrit aussi cygnus, cignus (TLL s.v., 1584, 72) ; à rapprocher du sens 3, Hor. Carm. 4, 2, 25 (ibid., 1585, 66).


Définition.


Symbolisme :

*

Selon Brunetto Latini, dans son Livre du Trésor (v. 1270), mis en français moderne par Gabriel Bianciotto dans Bestiaires du Moyen Âge (1980) :


"Le cygne est un oiseau au plumage tout blanc, mais sa chair est noire. Il vit au bord des fleuves et quand il nage au milieu de l'eau, il porte toujours la tête levée et il ne la plonge jamais dans l'eau : c'est pourquoi les marins disent que sa rencontre est de bon augure. Et sa voix, lorsqu'il chante, produit de doux sons, parce que son cou est long et replié ; et beaucoup de paysans disent que dans les montagnes d'Hyperborée, en Grèce, lorsqu'un homme chante en s'accompagnant de la cithare, une multitude de cygnes viennent autour de lui à cause du plaisir qu'ils éprouvent à entendre son chant.

Et bien des gens disent que lorsqu'il doit mourir, une des plumes de sa tête vient se ficher dans sa cervelle, et que c'est ainsi qu'il se rend compte de l'approche de la mort : il commence alors à chanter avec tant de douceur que c'est chose extraordinaire à entendre, et c'est alors qu'il est en train de chanter ainsi que la vie l'abandonne."

Dans le Dictionnaire des symboles (1969, édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, on apprend que :

"De la Grèce ancienne à la Sibérie, en passant par l'Asie mineure, aussi bien que par les peuples slaves ou germaniques, un vaste ensemble de mythes, de traditions et de poème célèbre le cygne, oiseau immaculé, dont la blancheur, la puissance et la grâce font une vivante épiphanie de la lumière.

Il y a toutefois deux blancheurs, deux lumières ; celle de jour, solaire et mâle ; celle de la nuit, lunaire et femelle. Selon que le cygne incarne l'une ou l'autre, son symbole s'infléchit dans un sens différent. S'il ne se clive pas et s'il veut assumer la synthèse des deux, comme c'est parfois le cas, il devient androgynal et de plus chargé de mystère sacré. Enfin, de même qu'il y a un soleil et un cheval noirs, il existe un cygne noir, non pas désacralisé, mais chargé d'un symbolisme occulte et inversé.

Les Bouriates, content qu'un chasseur surprit un jour trois femmes splendides qui se baignaient dans un lac solitaire. Elles n'étaient autres que des cygnes, qui s'étaient dépouillés de leur manteau de plumes pour entrer dans l'eau. L'homme ravit un de ces costumes et le cacha, ce qui fit qu'après leur bain, deux seulement des femmes-cygnes purent reprendre possession de leurs ailes et s'envoler. Le chasseur prit la troisième pour épouse. Elle lui donna onze fils et six filles, puis reprit son costume et s'envola après lui avoir tenu ce discours : Vous êtes des êtres terrestres et vous resterez sur la terre, mais moi, je ne suis pas d'ici, je viens du ciel et je dois y retourner. Chaque année, au printemps, lorsque vous nous verrez passer, volant vers le Nord, et chaque automne, quand nous redescendrons vers le Sud, vous célébrerez notre passage par des cérémonies spéciales.

Un conte analogue se retrouve chez la plupart des peuples altaïques, avec des variantes, où l'oie sauvage se substitue souvent au cygne. Dans tous ces récits, l'oiseau de lumière, à la beauté ​​éblouissante et immaculée, est la vierge céleste, qui sera fécondée par l'eau ou la terre - le lac ou le chasseur - pour donner naissance au genre humain. Mais comme le souligne justement J.P. Roux, cette lumière céleste cesse ici d'être masculine et fécondatrice, pour devenir féminine et fécondée. On rejoint par ces mythes la représentation égyptienne de la hiérogamie Terre-Ciel : Nout, déesse du Ciel est fécondée par Geb, dieu de la Terre. Il s'agit alors en ce cas de la lumière lunaire, laiteuse et douce, d'une vierge mythique. Cette acception du symbole de cygne semble avoir prédominé chez tous les peuples slaves, ainsi que chez les Scandinaves, les Iraniens et les Turcs d'Asie Mineure. L'image - ou pour mieux dire la croyance - est parfois poussée jusqu'à ses plus extrêmes conséquences. Ainsi, dans le bassin du Iénissei, on crut longtemps que le cygne a des règles, tout comme la femme. Mais le cygne, au hasard des peuples, a de nombreux avatars : outre l'oie sauvage, signalons la mouette chez les Tchouktches, la colombe et le pigeon en Russie.

Le cygne incarne le plus souvent la lumière mâle, solaire et fécondatrice. En Sibérie même, cette croyance, bien qu'elle ne soit pas généralisée, a laissé quelques traces. Ainsi, Uno Harva note que, chez les Bouriates, les femmes font une révérence et adressent une prière au premier cygne qu'elles aperçoivent au printemps. Mais c'est dans la lumière pure de la Grèce que la beauté du cygne mâle, inséparable compagnon d'Apollon, a été le plus clairement célébrée ; dans les mythes, cet oiseau ouranien est également le lien qui fait correspondre, par ses migrations saisonnières, les peuples méditerranéens et les mystérieux Hyperboréens. On sait qu'Apollon, dieu de la musique, de la poésie et de la divination, est né à Délos, un jour sept. Des cygnes sacrés firent, ce jour-là, sept fois le tour de l'île, puis Zeus remit à la jeune divinité, en même temps que sa lyre, un char attelé de ces blancs oiseaux. Ceux-ci l'emmenèrent d'abord leur pays, sur les bords de l'océan, au-delà de la patrie des vents du Nord, chez les Hyperboréens qui vivent sous un ciel toujours pur. Ce qui fait dire à Victor Magnien, dans son ouvrage sur les mystères d'Eleusis, que le cygne symbolise la force du poète et de la poésie. Il sera l'emblème du poète inspiré, du pontife sacré, du druide habillé de blanc, du barde nordique, etc. Le mythe de Léda semble, à première vue, reprendre la même interprétation, mâle et diurne, du symbole du cygne. A l'examiner de plus près, on remarque cependant que, si Zeus se change en cygne pour approcher Léda, c'est, nous précise le mythe grec, après que celle-ci s'est métamorphosée en oie pour lui échapper. Or, nous avons vu que l'oie est un avatar du cygne dans son acception lunaire et femelle. Les amours de Zeus-Cygne et de Léda-Oie représentent donc la bipolarisation du symbole, ce qui conduit à penser que les Grecs, rapprochant volontairement ses deux acceptions diurne et nocturne, ont fait de cet océan un symbole hermaphrodite où Léda et son divin amant ne font qu'un.


Cette même idée sous-tend l'analyse que fait Gaston Bachelard d'une scène du second Faust. dans les eaux fraîches, ces eaux voluptueuses dont Novalis dit qu'elles se montrent avec une céleste toute-puissance comme l’élément de l'amour et de l'union, apparaissent les vierges au bain ; des cygnes les suivent, qui ne sont tout d'abord que l'expression de leur nudité permise (Bachelard) ; puis, enfin, le cygne, et il nous faut ici citer Goethe :


Comme fièrement et avec complaisance la tête et le bec se meuvent...

Un d'entre eux, surtout, semble se rengorger avec audace,

et fait voile rapidement à travers tous les autres ;

ses plumes se gonflent comme une vague sur la vague,

il s'avance en ondulant vers l'asile sacré...

(vers 7300-7306).

L'interprétation de cette tête et de ce bec, celle de ces plumes gonflées, celle enfin de l'asile sacré se passent de commentaire : voici le cygne mâle en face du cygne femelle, représenté par les jeunes filles ; et Bachelard de conclure : l'image du cygne est hermaphrodite. Le cygne est féminin dans la contemplation des eaux lumineuses, il est masculin dans l'action. Pour l’inconscient, l'action est un acte. Pour l’inconscient, il n'y a qu'un acte... L'image du cygne, dès lors, se synthétise, pour Bachelard, comme celle du Désir, appelant à se confondre les deux polarités du monde manifestées par ses luminaires. Le chant du cygne, dès lors, peut s'interpréter comme les éloquents serments de l'amant... avant ce terme si fatal à l'exaltation qu'il est vraiment une mort amoureuse. Le cygne meurt en chantant et chante en mourant, il devient de fait le symbole du désir premier qui est le désir sexuel.

Poursuivant l'analyse du chant du cygne, il est troublant de retrouver, par le biais de la psychanalyse, la chaîne symbolique lumière-parole-semen, si présente dans la pensée cosmogonique des Dogon : Jung, note G. Durand, rapprochant le radical sven du sanscrit svan, qui signifie bruire, va même jusqu'à conclure que le chant du cygne (schwan), oiseau solaire, n'est que la manifestation mythique de l'isomorphisme étymologique de la lumière et de la parole.

Je ne citerai qu'un seul exemple de l'inversion symbolique à laquelle se prête l'image du cygne noir. dans le conte d'Andersen "Le camarade de voyage", qui puise aux sources du folklore scandinave, une vierge ensorcelée et sanguinaire apparaît sous la forme d'un cygne noir. Plongé par trois fois dans un bassin d'eau purifiante, ce cygne devient blanc, et la princesse, exorcisée, sourit enfin à son jeune époux.

En Extrême-Orient, le cygne est aussi symbole d'élégance, de noblesse et de courage. C'est pourquoi, selon Lie-Tseu, les Mongols firent boire du sang de cygne l'empereur Mou des Tcheou. Il est encore symbole de la musique et du chant, tandis que l'oie sauvage, dont on sait l'extrême méfiance, est un symbole de prudence, dont le Yi-king fait usage pour indiquer les étapes d'une progression circonspecte. Cette progression est susceptible, bien entendu, d'une interprétation spirituelle.

Ces différents animaux sont mal distingués par l'iconographie hindoue, dans laquelle le cygne de Brahma (hamsa), qui lui sert de monture, possède la morphologie de l'oie sauvage. La parenté étymologique de hamsa et d'anser est flagrante, dit M. T. de Mallmann. Le hamsa, monture de Varuna, c'est l'oiseau aquatique ; monture de Brahma, c'est le symbole de l'élévation du monde informel vers le ciel de la connaissance. Dans un sens voisin, des textes sanscrits du Cambodge identifient Shiva au Kalahamsa qui fréquente le lac du cœur des yogi, au hamsa qui siège dans le hindu, hamsa signifiant en même temps l'anser et l'Atmâ ou le Soi, l'Esprit universel. Attribué à Vishnu, il devient un symbole de Narâyana, l'un des noms du Dieu créateur, et l'âme du monde personnifiée.


Le symbolisme du cygne ouvre d'autres perspectives encore en ce qu'il pond ou qu'il couve l’œuf du monde. Telle est l'oie du Nil dans l'Egypte ancienne. Tel encore le hamsa couvant le Brahmanda sur les Eaux primordiales dans la tradition de l'Inde. Tel enfin l’œuf de Léda et de Zeus, dont sont issus les Dioscures, coiffés chacun d'une moitié de cet œuf dont ils figurent la différenciation. Il n'est pas inutile d'ajouter que, selon des croyances fort répandues encore à une époque récente, les enfants, nés de la terre et de l'eau, étaient apportés par des cygnes.

[...]

Le cygne fait également partie de la symbolique de l'alchimie. Il a toujours été regardé, par les Alchimistes, comme un emblème du mercure. Il en a la couleur et la mobilité, ainsi que la volatilité proclamée par ses ailes. Il exprime un centre mystique et l'union des opposés (eau-feu) en quoi l'on retrouve sa valeur archétypale d'androgyne. Au monastère franciscain de Cimiez, la devise latine dégage l'ésotérisme de l'image Divina sibi canit et orbi. Il chante divinement pour soi et pour le monde. Ce sifflement est nommé le chant du cygne (le signe chantant), parce que le mercure, voué à la mort et à la décomposition va transmettre son âme au corps interne issu du métal imparfait, inerte et dissous (Basile Valentin, Les 12 clefs de la philosophie)."


Lire aussi les articles phénix ; sîmorgh ; anqâ.

*

*

Selon Ted Andrews, auteur de Le Langage secret des animaux, Pouvoirs magiques et spirituels des créatures des plus petites aux plus grandes (Édition originale, 1993 ; traduction française, Éditions Dervy, 2017), la colombe répond aux caractéristiques suivantes :

Points clés : Réveil de la vraie beauté et pouvoir du Soi.

Cycle de puissance : Hiver.


Le cygne est l'un des totems les plus puissants et les plus anciens. Même son nom en atteste. Swan (son nom en anglais) est l'un des plus vieux mots de la langue anglaise. Il nous est parvenu inchangé depuis l'époque de l'Angleterre anglo-saxonne.

Le cygne est un oiseau aquatique majestueux avec un long cou gracieux et un magnifique plumage blanc. C'est le plus grand de tous les oiseaux d'eau. Il se nourrit de plantes aquatiques submergées tendres, et son bec est si sensible qu'il sert de capteur sous l'eau. Les émotions de ceux qui l'ont pour totem vont devenir plus sensibles, et ils vont constater qu'ils se mettent à être plus sensibles aux émotions des autres.

Le plumage du cygne est généralement d'un blanc pur (à l'exception du bec et des pattes). Cela fait de lui un symbole solaire. Mais il existe un cygne noir en Australie, qui est davantage un symbole nocturne. Et on dit que le cygne symbolise également quelque chose de rare et/ou de non existant.

Le cou du cygne est long et gracieux. C'est l'un des traits les plus caractéristiques de cet oiseau. Le cou est traditionnellement une passerelle entre la tête (le monde supérieur) et le corps (les mondes inférieurs). Grâce au cygne totem, alors que vous commencez à prendre conscience de votre vraie beauté, vous développez l'aptitude à franchir le pont vers de nouveaux ondes et de nouveaux pouvoirs. Cette aptitude à prendre conscience de la vraie beauté intérieure et à la manifester - à lui faire franchir le pont - dans le monde extérieur fait partie des enseignements que ce cygne peut vous transmettre. Il peut vous apprendre à voir la beauté intérieure chez vous ou chez les autres, quelle que soit l'apparence. Quand vous êtes capable de le faire, vous devenez un aimant pour les tiers. C'est ce que reflète parfaitement le célèbre conte de Hans Christian Andersen Le Vilain Petit Canard.

Le cygne est un oiseau qui aime le froid. Il n'aime pas la chaleur et supporte parfaitement les températures basses, tant qu'il y a de la nourriture. Ceux qui l'ont pour totem vont mieux apprécier les climats froids que les chauds. De ce fait, le cygne a aussi des connexions avec la direction du Nord et le symbolisme de ce dernier va également devoir être étudié.

L'espèce spécifique de cygne et ses caractéristiques auront une signification particulière tant pour eux que pour vous. Le plus grand des cygnes est le cygne trompette (cygnus buccinator). Il doit son nom à son cri puissant qui porte loin. Le cygne siffleur (cygnus columbianus) est le plus commun en Amérique du Nord. A dire vrai, sn cri ressemble plus ç un aboiement qu'à un sifflement. Mais le cygne le plus connu en Amérique comme ailleurs est le cygne tuberculé ou cygne muet (cygnus olor). Son premier nom est dû à la bosse qu'il a sur le nez et le second à une croyance selon laquelle il perdrait la voix à sa maturité. Dans les faits, il n'est pas totalement sans voix, mais il incarne parfaitement l'idée de la « force du silence ».

Les cygnes sont des oiseaux puissants; Ils peuvent briser le bras d'un homme d'un coup d'aile et ils mordent fortement. Ce sont aussi des parents dévoués qui s'accouplent pour la vie. Certains vivent jusqu'à quatre-vingt ans. Ils expriment le pouvoir et la longévité rendus possibles par un éveil à la beauté et à la puissance que l'on a en soi.

Le cygne est le totem de l'enfant, du poète, du mystique et du rêveur. Il abonde dans la mythologie et le folklore, en général sous la forme de symboles traditionnels de grâce et de beauté. Les cygnes étaient consacrés à Aphrodite, la déesse de l'amour. On les représentait également tirant le char d'Apollon. Zeus prit la forme d'un cygne pour séduire Léda, une mortelle - ce qui manifeste une fois encore la capacité du cygne à jeter un pont entre les différents mondes et dimensions.

Le cygne est très présent dans le folklore et les contes de fées. Nombre de récits parlent de jeunes filles qui se transforment en ce bel oiseau blanc en revêtant l'atour magique d'une peau de cygne. Si cette peau était découverte, la belle jeune fille devait demeurer humaine et épouser la personne qui avait trouvé l'habit magique, ou se soumettre à la volonté de celle-ci. Le cygne est donc un lien avec le monde des fées. Nombre de ces contes se finissent tragiquement pour les cygnes, ce qui et l'accent sur la puissance primordiale de la beauté, capable de changer la vie quand elle est libérée. Cela nous rappelle qu'une maîtrise est indispensable si l'on veut travailler efficacement avec une telle énergie.

Le mystère du chant du cygne vient de Grèce. Selon cette croyance, le cygne entonnerait son plus beau chant juste avant de mourir. Ce chant du cygne est devenu synonyme de la plus belle fantaisie poétique. Le cygne peut enseigner les mystères du chant et de la poésie, car ceux-ci sont en relation avec l'enfant et la beauté intérieures.

*

*

Dans les Cartes médecine, Découvrir son animal totem (1999, traduction française 2010) de Jamie Sams et David Carson, on apprend que :


"Le petit Cygne s’envole dans l’Espace du Rêve à la recherche de l’avenir. Il se repose un moment dans la fraîcheur de l’étang, cherchant une façon de trouver la porte qui l’y mènera. Cet arrêt marque un temps de confusion pour le Cygne puisqu’il sait que c’est par accident qu’il vient d’entrer dans cet Espace du Rêve. C’est son premier vol tout à fait seul et le paysage de l’Espace du Rêve l’étonne.

Comme il regarde très haut au-dessus de la montagne sacrée, le Cygne voit un grand trou noir qui tournoie vivement ; c’est le plus grand trou noir que le Cygne ait jamais vu. Étonné, le Cygne regarde autour de lui, aperçoit la Libellule, là tout près, l’arrête et s’enquiert auprès d’elle de la nature de ce trou noir. Elle lui répond : « Cygne, voilà l’entrée vers les autres instances de l’imagination. Durant des lunes et des lunes, j’ai été la gardienne de l’illusion. Si tu veux entrer dans cet espace, il te faudra demander permission et mériter ce privilège », répond la libellule.

Le Cygne ne sait trop s’il désire entrer dans ce trou noir. Il demande à la Libellule ce qu’il faut faire pour en mériter l’accès. La Libellule reprend : « Tu dois être prêt à accepter tout ce que l’avenir te réserve tel que cela se présente, sans tenter de changer le plan du Grand Esprit. » Le Cygne examine son corps de vilain petit canard et dit : « Je serai heureux de me conformer au plan du Grand Esprit. Je ne me battrai pas contre les courants du trou noir. Je m’abandonnerai au mouvement de la spirale et je me fierai à ce que l’on m’enseignera. »

La Libellule, réjouie de la réponse du Cygne, se met à dérouler la magie qui brisera l’illusion de cette étendue d’eau. Soudain, le Cygne est englouti par un tourbillon qui provient du centre de l’étang.

Plusieurs jours plus tard, le Cygne réapparaît. Plein de grâce, dans toute sa blancheur, il promène son long cou sur les eaux. La Libellule en est abasourdie ! « Cygne, que t’est-il arrivé ! » s’exclame-t-elle. Le Cygne sourit et dit : « Libellule, j’ai appris à abandonner mon corps à la puissance du Grand Esprit et j’ai été transporté là où vit l’avenir. J’ai vu plein de merveilles au sommet de la Montagne sacrée ; ma foi et mon abandon m’ont permis de changer. J’ai appris à accepter l’état de grâce. » La Libellule partage la joie du Cygne.

Le Cygne raconte à la Libellule bien des merveilles qui résident au-delà de l’illusion. Par sa guérison et son abandon à l’état de grâce, il a mérité le droit d’entrer dans l’Espace du Rêve.

Et voilà comment nous pouvons apprendre à nous abandonner à la grâce du rythme de l’Univers, à quitter notre corps physique vers l’Espace du Rêve. La médecine du Cygne nous apprend à parcourir tous les niveaux de conscience, à ne résister à aucun et à faire confiance à la protection du Grand Esprit.

Si vous avez tiré le Cygne, vous entrerez dans une période marquée par des états modifiés de conscience ainsi que par le développement des possibilités intuitives. Les adeptes du Cygne ont la capacité de voir l’avenir, de s’abandonner à la puissance du Grand Esprit et d’accepter les guérisons et les transformations qui s’opèrent dans leur vie.

La carte du Cygne vous recommande d’accepter votre habileté de percevoir ce qui s’en vient. Si vous résistez à la transformation de votre être, détendez-vous ; tout sera plus facile si vous vous abandonnez au courant de la vie. Cessez de nier que vous savez qui téléphone avant même de décrocher. Prêtez attention à vos pressentiments et à vos perceptions instinctives, à ce que vous savez au fond de vous-même ; respectez votre dimension intuitive, votre côté féminin.


A l’envers :

Si vous avez obtenu le Cygne à l’envers, cela indique que vous devez prendre conscience de ce que vous savez ; cessez de vous comporter comme un empoté. Vous vous faites des sacs de nœuds ? Vous oubliez, au beau milieu d’une phrase, ce que vous alliez dire ? Voilà précisément des signes que vous n’êtes pas ancré. Sautez sur place en plaçant une main sur le dessus de votre tête. Cela devrait vous remettre en contact avec la Terre et vous empêcher de vous perdre dans des rêvasseries qui diminuent l’acuité du regard que vous posez sur la réalité.

Prenez un bon bain ; promenez-vous nu-pieds ; travaillez dans le jardin ; tout cela peut aussi aider à vous ancrer.

De toute façon, le Cygne à l’envers indique que vous devez porter plus d’attention à votre corps. Parfois, il semble que vous n’ayez aucune idée d’où vous en êtes : vous ne savez trop si vous décollez ou si vous atterrissez ; vous pilotez sans permis et tout semble brumeux ! Au cours de l’évolution spirituelle, il est tout à fait normal que vous ne reconnaissiez pas tout de suite le fait que votre cerveau gauche soit à l’œuvre.

Ces hésitations accompagnent l’apprentissage des saisies intuitives ; elles révèlent que vous ne vous êtes pas pleinement rendu compte que vous avez accès aux autres seuils de conscience. Quand vous tentez d’accéder à la conscience supérieure, vous entrez dans un territoire nouveau où les règles et les lois universelles sont différentes. Dans le monde des Esprits, vous devez accorder une attention toute spéciale à l’invisible. Vous pourrez alors pressentir et ressentir d’une façon un peu différente, mais cela viendra avec le temps, peu à peu. Parfois, ce changement d’éclairage se perd dans le cours de vos activités normales jusqu’à ce que vous vous sentiez trop « dans la lune », hors de la réalité ambiante. A ces moments-là, vous devez renouer avec la Terre-Mère.

La solution au Cygne en sens contraire :

  1. Observez ce qui vous entoure et prenez contact avec la Terre-Mère en la touchant de vos mains et de vos pieds ;

  2. Concentrez-vous sur l’une ou l’autre des réalités : si on vous appelle à pénétrer dans l’Espace du Rêve, cessez ce que vous êtes en train de faire et calmez-vous. Entrez dans le silence : faites taire toutes les idées qui surgissent dans votre esprit. Soyez réceptif, ouvert au message qui cherche à pénétrer dans votre esprit ;

  3. Si vous êtes préoccupé, porté à rêvasser ou perdu dans la lune, vous devez vous concentrer sur des activités physiques. Utilisez vos facultés rationnelles pour dresser une liste de ce que vous devez faire ;

cela mettra fin au désordre de votre esprit qui crée probablement la confusion.


Mot-clef : grâce."

*

*

Pour Nicki Scully, auteure de Méditations de l'animal pouvoir, Voyages chamaniques avec les alliés esprits (1991 et 2001 pour l'édition originale ; Guy Trédaniel Éditeur, 2002),


"Dans la mythologie populaire, le Cygne représente la transformation du petit, gauche et laid, en grand, gracieux et beau. Il est royal et raffiné, un emblème pur et majestueux. L'eau, comme symbole d'émotion, parle de la sensibilité et de l'amour du Cygne, car les Cygnes vivent principalement dans l'eau.

Les Cygnes figurent dans une large gamme de références historiques et mythologiques. Dans des traditions ethniques aussi éloignées que celles de Sibérie et d'Irlande, on croit que tuer un Cygne apporte malheur ou mort. la déesse grecque de l'amour, Aphrodite, est représentée montée sur un Cygne et, dans la tradition hindoue, la déesse Sarasvatî est représentée en compagnie d'un Cygne. la métamorphose la plus connue est probablement celle de Zeus, qui se changea en Cygne pour s'accoupler à la terrestre Léda.

Les Cygnes s'unissent pour la vie et comprennent les connexions générées à partir du contact de cœur à cœur. Le Cygne vient dans le Chaudron comme allié pour que vous trouviez votre partenaire, et comme conseiller relationnel. La première fois que vous entrerez dans le monde magique, idyllique, de ce voyage, votre partenaire intérieur vous sera présenté, cette partie de vous qui est votre autre côté, ou le genre équilibrant en vous. Si vous êtes une femme, vous avez un homme intérieur qui équilibre votre féminité, et vice versa.

Le véritable mariage alchimique est l'union du masculin et du féminin à l'intérieur de soi-même, et ce voyage incite à la cour dans laquelle le mariage peut avoir lieu. En travaillant avec le Cygne de cette façon, le résultat optimum peut être la réalisation de la plénitude dans un corps. Une fois que vous avez fait ce voyage et établi un rapport avec le Cygne, vous pouvez retourner travailler sur des problèmes relationnels spécifiques. Vous vous apercevez que, après que vous avez obtenu la plénitude en vous, les relations avec les autres ont pus de profondeur, et le Cygne peut vous apprendre à attirer votre partenaire physique.

L'endroit où vous êtes emmené dans ce voyage est un sanctuaire où vous pouvez cesser d'être critique envers vous-même, et de vous voir laid. Ici, vous ne voyez pas les défauts qui ordinairement captent votre attention. Vous avez au contraire la grâce d'un Cygne, car vous vous voyez à travers les yeux de votre bien-aimé(e), qui toujours vous regarde avec amour.


Le Voyage du Cygne fait partie des "Voyages d'éveil. Ces voyages éveillent votre potentiel pour une conscience étendue, ouvrent les portes pour laisser entrer une nouvelle compréhension dans votre conscience. savourez ces moments, et continuez à pratiquer ces voyages comme des méditations, pour catalyser encore de l'action et de la croissance dans votre vie.

Voyage du Cygne


[Faites l'alchimie du Chaudron...]

Thoth vous conduira à un beau lac avec des Cygnes qui nagent à sa surface. c'est un magnifique jour de printemps. Il y a un ciel bleu avec des nuages gonflés, et un paysage idyllique avec des saules pleureurs, dont les feuilles caressent la surface de l'eau. Comme vous approchez, l'un des Cygnes va vers vous, vous examinant. Imitez chacun de ses mouvements - la courbure de son cou, la façon dont il se nettoie et lisse ses plumes. Saisissez le regard du Cygne, et sentez la connexion du cœur. De même que l'eau reflète le Cygne, ainsi vous let le Cygne vous reflétez l'un l'autre. Demandez de l'assistance à votre partenaire quand vous le rencontrez et faites l'expérience de son amour.

Votre transformation commence quand vous entrez dans l'eau et vous changez en Cygne. Vous êtes maintenu par vos nouvelles plumes et vous glissez sans effort sur les eaux avec vos fortes pattes et vos pieds palmés cachés sous la surface. Prenez le temps de jouir de la sensation d'être un Cygne, conscient de vos ailes et de votre long cou gracieux...

Votre nouvel ami le Cygne s'envole et vous suivez, faisant lentement le tour du lac en décrivant des spirales ascendantes, faisant toute vers les nuages blancs et dodus qui se tiennent comme de mauves géantes dans le ciel bleu clair. Vous volez dans les nuages, et à travers, et quand vous sortez de l'autre côté, vous savez que vous êtes entré dans un espace magique. Même les molécules de l'air sont colorées. Au-dessus de vous se trouve une belle contrée magique, et au loin vous pouvez voir les tourelles d'un château médiéval. Il peut être de marbre ou de cristal, avec des oriflammes colorées sur les flèches des tours. Il peut même y avoir des douves, et très certainement il y a un étang ou un lac où vous pourrez vous poser. Sentez le battement de votre cœur quand vous descendez, glissant le long d'un arc-en-ciel pour vous poser sur l'eau près de la rive....

Quand vous mettez le pied sur la terre ferme, vous êtes revenu sous une forme humaine. Regardez l'eau et voyez votre reflet. Vous sentez une vibration et une joie, et l'image qui vous regarde est plus belle, que ce que vous auriez pu imaginer. Votre corps se sent fort, vigoureux, dans une forme parfaite. Vous êtes vêtu simplement mais avec élégance.

Écoutez un moment les accords mélodieux d'une harpe qui vibre non loin. Vous vous tournez pour suivre la musique, et vous prenez conscience de la présence de quelqu'un que vous aimez. Sentez cela dans votre cœur. Allez rencontrer celui, celle, qui vous attend... Tendez la main, et touchez son visage avec les extrémités de vos doigts... Passez les quelques moments suivants avec le, ou la, partenaire idéal(e)...

[Longue pause]

Vous pouvez revenir à n'importe quel moment pour continuer la relation commencée ici. Vous pouvez échanger des cadeaux...

Quand il est temps de quitter ce lieu enchanteur, dites au revoir et entrez dans l'eau, envolez-vous et allez vers les nuages, décrivant des cercles au-dessus de ce magnifique royaume avant de retraverser les nuages e de redescendre sur le lac d'où vous êtes parti. quand vous mettez les pieds sur la rive, retournez dans votre forme humaine...

Vous pouvez faire un cadeau au Cygne qui a été votre guide...

Thoth est maintenant avec vous. Prenez le temps de discuter de ce travail et des possibilités futures de travailler avec le Cygne, votre nouvel ami et allié...

[Thoth vous aide à revenir dans votre forme physique à travers le sommet de votre crâne... Veillez à vous enraciner et à vous centrer avant d'ouvrir les yeux.]


Mot-clef : Partenaire intérieur."

*

*

Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes (Larousse Livre, 2000) nous propose la notice suivante :


Selon son origine, sans doute indo-européenne, "cygne" signifie "le blanc". Et en effet, ce grand oiseau de la même famille que l'oie se caractérise par son superbe plumage banc. Pourtant, il en existe aussi des noirs, en Australie notamment.. Mais c'est le blanc au long cou flexible, au bec orange pourvu d'un tubercule noir, arquant parfois ses ailes de manière agressive en poussant un cri perçant ou un chant parfois fort et aigu, d'autres fois faible et grave, qui reste le plus commun de par le monde.

Symbole de pureté et de perfection, à l'image du blanc immaculé de son plumage, en Occident il fut l'inspirateur des poètes, philosophes et psychanalystes. C'est dire si cet oiseau est chargé de sens dans l'esprit des hommes, s'il frappe et stimule leur imagination. toutefois, là encore, il semble bien que ce soient les peuples d'Asie qui lui aient attribué les plus beaux symboles : prudence, courage, noblesse, élégance, beauté, pureté, bien sûr. C'est encore sa beauté qui lui valut d'être l'un des attributs d'Apollon ou d'être choisi par Zeus lui-même, qui prit l'apparence d'un cygne pour séduire Léda.

Enfin, signalons que son cri fut à la fois perçu comme un chant d'amour ou de mort, et que La Mort du cygne - chorégraphie pathétique composée sur l'andante du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns et interprétée pour la première fois par la danseuse étoile russe Anna Pavlova à Saint-Pétersbourg en 1907 - demeure l'une des plus belles créations de ballet du XXe siècle."

*

*

D'après Madonna Gauding, auteure de Animaux de pouvoir, Guides, protecteurs et guérisseurs (Octopus Publishing Group 2006 ; traduction française : Éditions Véga, 2006) :


"Guide d'interprétation

En tant que symbole onirique

Poésie ; Mysticisme ; Chant ; Beauté ; Grâce ; Érotisme ; Élégance.


En tant que gardien ou protecteur

Soutient d'un bras fort ; Met en garde contre la réactivité.


En tant que guérisseur

Favorise la longévité ; Encourage la tranquillité.


En tant qu'oracle ou augure

Attendez-vous à une rencontre érotique ; Lisez de la poésie.


Mythes et contes

Dans le mythe grec, Zeus se déguise en cygne pour séduire Léda. Le résultat de leur passion est l'Œuf du Monde.


Si le cygne est votre animal de pouvoir

Gracieux et élégant, vous semblez glisser en suscitant à peine une ride sur la surface de la vie. Votre personnalité tranquille enseigne aux autres à minimiser le conflit et à maintenir leur sérénité. Si nécessaire, vous bougez très vite. Vous savez gérer l'énergie et atteignez vos objectifs avec rapidité et efficacité. Cela vous confère l'endurance pour achever de longs projets - depuis la création d'une nouvelle ligne de produits à un marathon Partenaire loyal, vous respectez les engagements dans tous les domaines. Vous voyez la beauté intérieure quelle que soit l'apparence extérieure. Vos désirs érotiques sont intenses, la vie sexuelle, sacrée. Des livres de poésie remplissent vos étagères. Vous aimez aussi chanter.


Demandez au cygne de vous aider

  • à saisir votre pouvoir et beauté intérieure ;

  • à négocier les situations difficiles sans susciter de la négativité ;

  • à contacter vos désirs érotiques.

Accéder au pouvoir du cygne en

  • observant les cygnes pendant une heure ;

  • améliorant votre posture et comportement ;

  • confiant à votre partenaire un secret sexuel.

Les cygnes forment un couple pour la vie. Les jeunes restent avec leurs parents jusqu'à ce qu'ils se trouvent un partenaire. Entretenez la force de vos liens familiaux par la communication ouverte et sincère et l'amour sans conditions.