Blog

  • Anne

Le Concombre






Étymologie :

  • CONCOMBRE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1240 [date du ms.] judéo-fr. komkobres (Raschi, Gloses fr., ms A, Nombres, XI, 5, ds Raschi Darm., p. 34 ; v. aussi R. Levy ds Z. rom. Philol., t. 66, 1950, p. 367) ; 1256 cocombre, concombre (Aldebrandin de Sienne, Le Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 158, ibid., p. 366) ; la forme cocombre est encore préférée par M. Buffet en 1688 (DG, Levy, loc. cit. et Littré). Prob. empr. au prov. cogombre (xive s. Eluc. de las propr. ds Rayn.), cocombre (xive s. [ms.] ds Levy Prov.) cf. FEW t. 2, p. 1457 et EWFS2, issu du lat. class. cucumis, -eris (v. aussi André Bot.), avec maintien du 2e[k] par redoublement expr. (v. Ronjat t. 2, § 269) et assimilation de l'o prétonique à l'o accentué nasalisé [kôkô].


Lire également sur le même site la définition du nom concombre afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :

*




Symbolisme :


Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


En raison de ses nombreux pépins et de sa forme phallique, le concombre est symbole d'abondance et de fertilité. Les femmes en consommaient pour concevoir (sud de la France) ou s'enduisaient le ventre, le tour de taille et les cuisses, d'une pommade appelée "crème de cachalot", composée de la chair du légume et de spermacéti (blanc de baleine) : "Il fut une époque où chaque région, on pourrait presque dire chaque village, avait sa recette "infaillible" d'une préparation fécondante à base de concombre".

En même temps, le concombre est réputé pour calmer les ardeurs sexuelles et susciter la chasteté.

S'il pleut à la Saint-Maurille, le concombre peut être consulté par une femme qui veut savoir si son mari est fidèle ou non : "La ménagère prend le plus gros, le plus beau concombre de son jardin et, sous la pluie, elle l'astique avec son tampon à récurer les casseroles. Si la peau résiste, reste bien luisante et vert foncé, son mari est satisfait chez lui et ne va pas courir le guilledou. Mais si, après quelques frottements, la peau devient vert clair, attention : le gueux a certainement une maîtresse dans quelque village des environs".

Selon une tradition attestée en Lozère jusqu'à la Première Guerre mondiale, une femme qui rencontrait quelqu'un allant au marché pour y vendre les légumes de son potager, dont des concombres, devait lui donner un objet porté sur elle (une épingle à cheveux, par exemple) : si elle ne le faisait pas, la personne n'avait aucune chance de vendre ses concombres.

Au XVIe siècle, on faisait tomber la fièvre d'un jeune enfant en prenant un concombre de même taille que lui et en le plaçant contre son corps. En Italie, on entourait le petit malade d'une cercle de concombres : ils étaient censés attirer "toute la chaleur de la fièvre".

Pour débarrasser un lit de ses punaises, il faut le frotter avec un concombre tordu (en forme de serpent) que l'on a fait au préalable confire et tremper dans de l'eau.

Aux États-Unis, sentir un concombre là où il n'y en a pas signifie qu'un serpent noir se trouve dans les environs. Pour les Américains, les concombres qui ont été plantés après midi seront amers.

Il faut savoir également que le concombre déteste l'huile et qu'il refuse de pousser dans le jardin de celui qui en a touché.

Selon la tradition islamique, "le concombre se trouve au paradis où son rôle est d'enseigner qu'Allah est un, et Mahomet son vrai prophète".

*

*




Symbolisme alimentaire :


Pour Christiane Beerlandt, auteure de La Symbolique des aliments, la corne d'abondance (Éditions Beerlandt Publications, 2005, 2014), nos choix alimentaires reflètent notre état psychique :


On pourrait qualifier la symbolique de cette plante de "bonne qualité d'autrefois" : chaste, fiable, correcte, honnête, décente et modeste, quelque peu timide et prude. Tout sauf arrogante, elle demandera plutôt discrètement "si elle dérange ?" On la reconnaît aussitôt par sa conduite convenable et correcte. Elle rappelle la Vierge (dans le sens positif). Elle ne se met jamais en avant, elle se retire plutôt, quelque peu honteuse. Elle fait facilement "oui" de la tête, elle ne se bat pas, est gentille et serviable ; elle tient compte des désirs d'autrui et est toujours prête à rendre service dans la mesure de ses possibilités, ou à donner un coup de main. Elle ne se montre pas plus dure qu'elle n'est ; elle se manifeste sincèrement.


Celui qui a envie de Concombre a besoin d'un peu de calme : "N'exagère pas, tiens-toi tranquille, ne fais pas le mariolle. Ne joue pas les gros bras, cesse de vouloir à tout prix gagner la médaille d'or. Baisse le ton, ne te vante pas de ton Image, de tes actes, de tes performances !" Le Concombre l'exhorte à regagner sa place, à y attendre calmement pour voir quelles sont les tâches qu'il peut accomplir avec serviabilité et gratitude, en toute simplicité, sans faire de la gonflette. "Tu n'as pas besoin d'être premier partout ; mets un bémol et attends ton heure", dit le Concombre. "Mets tes dons et tes talents au servie du Bien. Ne prends pas de Grands Airs, mais mets tes facultés à la disposition de la Bonne cause. Écoute ton Cœur et suis uniquement cette vibration-là".

Il est bien possible que l'amateur de Concombre se soir comporté parfois d'une façon tapageuse, autoritaire ou voyante. Aussi fera-t-il bien maintenant de courber le front devant la bonté et devant l'amour... dans le respect de l'obligeance.

A suivre

*


14 vues