Blog

  • Anne

L'Oignon





Étymologie :

  • OIGNON, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. a) Bot. ca 1190 unniun (Gl. a. fr. ds T.-L.) ; mil. xiiie s. oinun (Gloss. Glasgow, 156b, ibid.) ; ca 1265 oingnun (Voc. plantes, ms. Harley, 978, 139b, ibid.) ; 1690 flûte à l'oignon (Fur.) ; 1694 flûte d'oignon (Corneille) ; b) loc. 1551 vestu comme un oignon (anonyme, Response de la dame au jeune fils de Paris, 50 ds Œuvres de Cl. Marot, éd. G. Guiffrey, t. 3, p.679) ; 1595 [date d'éd.] il y a de l'oignon «il y a quelque mauvaise affaire là-dessous» (La Taille, Singeries de la Ligue, p. 25) ; 1802 (Henrion, Les Amours de la halle, 31 ds Quem. DDL t. 15) ; 1611 se mettre en rang d'oignon «s'agréger à une compagnie où l'on n'a pas sa place» (Cotgr.) ; 1690 (Fur. : on dit qu'un homme se met en rang d'oignons, quand il se place en un rang où il y a des gens de plus grande condition que luy) ; 1654 en rang d'oignons «rangées sur une même ligne (personnes)» (Scarron, Virgile travesti, livre 5 ds Œuvres, éd. 1786, t. 4, p. 310) ; 1855 aux petits oignons (Al. Arnault et L. Judicis, Les Cosaques ds Rigaud, Dict. arg. mod., 1881) ; 1901 c'est pas mon oignon (Bruant, s.v. affaire) ; 1922 c'est pas tes oignons (Tharaud, Randonnée Samba Diouf, p. 119) ; 1948 occupe-toi/mêle-toi de tes oignons (Cendrars, Bourlinguer, p. 173 et p. 216) ; 2. a) 1538 «racine bulbeuse de certaines plantes» (Est.) ; b) 1611 oignon du pied «éminence du gros orteil» (Cotgr.) ; 1701 oignon «callosité douloureuse qui vient aux pieds» (Fur.) ; c) 1834 «montre» (chans. pop. ds Esn.) ; d) 1883 oignon brûlé «anus» (G. Macé, ibid.) ; 1890 oignon «id.» (d'apr. Esn.). Du lat. unionem, acc. de unio «sorte d'oignon qui n'a pas de caïeux» (Columelle) mais surtout att. à l'époque impériale dans le sens métaph. de «grosse perle», terme dial. en face du terme cour. caepa (d'où l'a. fr. cive* et l'a. prov. ceba, cf. encore ciboule) et qu'on rattache à unus «un» parce qu'à la différence de l'ail, il a un tubercule unique.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.

*

*

Expression populaire : Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expressions populaires bien connues :


Occupe-toi de tes oignons : De la même eau est cette expression familière sans être vraiment triviale, qui renvoie quelqu'un avec brusquerie aux affaires qui le regardent. « Mêlez-vous de vos affaires » est l'équivalent en style… d'affaires ! La formule ne se conjugue guère qu'à l'impératif, principalement à la deuxième personne du singulier. « Occupez-vous de vos oignons » reste possible, bien entendu, mais un tantinet insolite, tant les « oignons » vont avec le tutoiement. Quant à « qu'il s'occupe de ses oignons », c'est une injonction en usage avec une tierce personne. Bien entendu on voit des oignons, en tresse, ou en lamelles ; et comme ce légume ne réclame pas une attention particulière, la locution se trouve dotée d'un relent d'absurde qui plaît.

En fait ogne (ou oigne) et son dérivé ognon désignent les pieds en langue triviale. L'étymologie est ogne ou onglye selon Esnault, désignant les ongles, des pieds ou des mains, et la corne des pieds fourchus. Même si le calendrier n'est pas conscient, « occupe-toi de tes oignons » c'est seulement « occupe-toi de tes pieds » (les pieds sont particulièrement en danger dans un atelier), lui-même équivalent ou euphémisme de « occupe-toi de tes fesses » (souvent en danger aussi chez les gêneurs).

*

*




Botanique :


*




Symbolisme :


Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"Cette plante alliacée jouit d'une telle réputation qu'une secte s'est consacrée à son culte. Sa forme bulbeuse, ses enveloppes successives, sa forte odeur sont autant de thèmes qui ont prêté à des interprétations symboliques. Râmakrishna compare la structure feuilletée du bulbe, qui n'aboutit à aucun noyau, à la structure même de l'ego, que l'expérience spirituelle épluche couche par couche, jusqu'à la vacuité ; rien ne fait plus obstacle, dès lors, à l'Esprit universel, à la fusion en Brahman. Au plan magique, les Égyptiens se protégeaient de certaines maladies avec des tiges d'oignons ; les Latins, selon Plutarque, s'interdisaient le bulbe, car il était censé croître, quand la lune décroît ; quant à l'odeur, elle provoquait un sentiment de puissance vitale. Des vertus aphrodisiaques lui sont également prêtées, tant pour sa composition chimique que pour ses suggestions imaginatives."

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Dès la plus haute Antiquité, l'oignon, dont la forte odeur était censée provoquer « un sentiment de puissance vitale », rendait courageux et forts les guerriers qui en mangeaient. En plus de son arôme, « sa forme bulbeuse » et « ses enveloppes successives » contribuaient à en faire une plante mystérieuse. Les Chaldéens composaient des recettes magiques à base de cette plante, tandis que les Égyptiens, qui croyaient que l'oignon abritait des dieux et qui en ont fait parfois le symbole d'Isis, attribuaient à sa tige le pouvoir de les protéger des maladies. De l'oignon fut même retrouvé entre les mains de momies. Comme cette plante est la seule à pousser au décroît de la lune, les Romains, eux, n'en mangeaient pas le bulbe.

Au Moyen Âge, l'oignon ne perdit ni ses vertus médicinales - on soutenait en particulier qu'en accrocher un dans une pièce attirait à lui toutes les maladies et que son jus frotté sur un crâne chauve faisait repousser les cheveux - ni sa réputation de plante quasi sacrée. Selon Pierre de Lancre, dans son Tableau de l'inconstance, les sorciers jetaient des sorts sur tous les végétaux d'un jardin et d'un potager, à l'exception de l'oignon, dans la croyance que le dieu qui y résidait avait autant de pouvoir que le diable.

Dans une brochure rédigée au XIXe siècle, l'« apôtre Jupille » écrivait : « L'oignon est l'œil de l'homme. dieu a laissé à l'oignon une sensibilité si touchante pour nous que, quand nous l'épluchons, il nous fait verser des larmes comme pour nous dire combien il en dut verser avant de se réduire au point où nous le voyons ».

Aujourd'hui encore, nous relevons dans un ouvrage récent le procédé suivant contre l'appendicite : « En attendant le médecin, mettre sur les reins du malade un cataplasme fait d'oignons et de chou cru coupé en morceaux. » Une moitié d'oignon frottée sur une verrue puis enterrée la fait disparaître ; des rondelles placées autour du cou luttent contre l'enrouement et, en cataplasme sur les pieds d'un malade pendant huit jours, des oignons hachés guérissent la typhoïde. La superstition rejoint ici la science dans la mesure où des recherches ont montré qu'une moitié d'oignon fraîchement coupée attire les microbes.

Selon une superstition anglaise, se passer sur le corps du jus d'oignon protège de la douleur : « Pendant longtemps, les écoliers ont affirmé que frotter un oignon sur la fesse droite empêchait de recevoir des coups de canne. Mieux encore, si l'oignon était frotté directement sur la canne, elle casserait net dès le premier coup ».  Dans le même ordre d'idées, Albert le Grand signale que « pour empêcher une arquebuse de tirer droit, il faut la frotter avec du jus d'oignon par les bouts ».

L'oignon qu'on fait tremper dans un verre d'eau, en laissant la partie supérieure émergée, devient un « talisman végétal » efficace pour tout ce qui concerne le travail : « Si la plante bourgeonne, le souhait que l'on aura formulé lors du rituel, et touchant à un problème spécifique lié à l'activité professionnelle, aura toutes les chances d'être réalisé ».

L'oignon peut également tuer. Nous pénétrons là dans le domaine de la sorcellerie : pour se venger d'un amant infidèle, il suffit, dit-on, de placer dans la cheminée un oignon percé de treize épingles et de piquer de la même manière une chandelle. Au fur et à mesure que l'oignon sèche et que la chandelle brûle, le traître voit sa souffrance augmenter jusqu'à l'issue fatale.

Lorsque, parmi des compagnons de travail, « par exemple des domestiques d'une même ferme », l'un d'eux mange tous les matins un oignon cru, « celui-là non seulement a le profit de sa propre nourriture, mais il soutire à ses compagnons le profit qu'ils devraient logiquement retirer de la leur. Il prospère alors que les autres dépérissent. "Il mange leur vigueur" comme disent les paysans ».

Autrefois, l'oignon servait à connaître le sort des personnes chères. Cette divination, appelé cromniomancie, courante en France, en Angleterre et en Allemagne, consistait à poser sur un autel, la veille de Noël, des oignons sur lesquels étaient écrits les noms de ceux dont on s'inquiétait, en sachant que celui qui germerait le premier indiquerait une personne en très bonne santé. En écrivant sur chaque oignon, le nom de ses soupirants, une jeune fille pouvait également savoir lequel d'entre eux serait son futur mari. Les Américains utilisaient un procédé rappelant ce mode divinatoire : pour choisir entre deux personnes celle qui serait le futur conjoint, ils coupaient un oignon en deux, chaque moitié représentant une personne, celle qui germerait le mieux correspondant à l'heureux élu.

Pour connaître le temps qu'il fera dans l'année, il faut, la nuit de Noël, pendant ou juste après la messe de minuit, couper six oignons en deux (pelés ou non), les vider afin d'en faire douze écuelles pour les douze mois, et y déposer quelques grains de sel. au bout de huit jours, si le sel est sec, il annonce un mois sec ; humide ou fondu, un mois très humide. Une variante existe en Alsace, où, la nuit de Noël, on trace douze ouvertures circulaires dans un gros oignon, représentant chacune un mois de l'année, et dans lesquelles on place un peu de sel. Le Jour des Rois, l'examen de l'état du sel annonce le temps à venir. Dans la Meuse, le même oracle s'effectue sur douze pelures d'oignon. Plus simplement, on dit que lorsqu'un oignon a de nombreuses pelures (sept en Provence, trois dans d'autres régions) il annonce un hiver difficile.

Laisser sur une table un oignon entamé porte malheur et en brûler un « fait pleurer les anges » (Morbihan). Rêver que l'on mange des oignons est de mauvais augure si le dormeur est en bonne santé, mais signe de guérison s'il est malade. Les Anglais soutiennent que dormir avec un oignon sous son oreiller fait rêver de son futur soupirant.

On dit que les oignons doivent être plantée en jeune lune. En Picardie, semer ses oignons le vendredi saint les protège de la sécheresse et des insectes.

En conclusion, signalons l'existence d'une secte d'adorateurs de l'oignon, fondée en 1929 par François Thomas, dont le siège se trouve dans l'Oise, à Chamant et qui, d'après Pierre Boussel, comptait, il y a quelques années encore, quelques quatre mille membres : « Depuis la mort du frère Thomas la secte se trouve dirigée par le frère Auguste et la sœur Geneviève, installés à Chamant dans une maison rurale mais qui répandent la bonne parole dans toute la région parisienne en faisant connaître l'enseignement inclus dan le Petit Livre du Seigneur et en chantant des cantiques à la gloire du légume-divin ».

*

*

0 vue