Blog

  • Anne

Le Muguet



Étymologie :

  • MUGUET, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 musguet bot. (Richard de Semilli, éd. G. Steffens, p. 355) ; 2. ca 1538 [éd.] adj. « élégant » (Moralité de la vendition de Joseph ds Myst. du V. Test., éd. J. de Rothschild, t. 2, p. 369, 1627) ; 1547 subst. « jeune élégant » (N. Du Fail, Propos rustiques ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 1, p. 54) ; 3. 1769 méd. (Journal de méd., de chirurgie et de pharm. 31, 496 d'apr. FEW t. 19, p. 135a). Dér. de l'a. fr. mugue « musc » (fin du xie s., Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 731a ; ca 1223, Gautier de Coinci, éd. V. F. Koenig, I Mir. 44, 838), en raison du parfum de cette fleur. Mugue est issu de musc* par un développement inexpliqué. Au sens 3, cf. musgue « maladie de la bouche » (fin du xie s., Raschi, Gl., t. 1, 731b).


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Clochette des bois ; Larmes de Notre-Dame ; Lis de mai ; Lis des vallées.

*

*




Botanique :

*




Symbolisme :


On trouve mention du muguet dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant à l'entrée "Lis des vallées" :


"Suivant une tradition mystique du IIe s., la vallée du Cantique des Cantiques signifie le monde, le lis désigne le Christ. Le lis des vallées est mis en rapport avec l'arbre de vie planté dans le Paradis (voir Origène, Homélie II sur le Cantique des Cantiques). C'est lui qui restitue la vie pure, promesse d'immortalité et de salut."

Sheila Pickles écrit un ouvrage intitulé Le Langage des fleurs du temps jadis (Édition originale, 1990 ; (Éditions Solar, 1992 pour la traduction française) dans lequel elle présente ainsi le Muguet :

Mot clef : retour du bonheur

« Dis-moi donc quelque chose !

Les oiseaux sont plus gais

Gazouillant à la rose,

Becquetant les muguets.


« N'aye pas peur qu'on glose.

Le lézard fait le guet

Couché sur une rose,

Caché dans le muguet. »

Charles Cros (1842-1888), Roses et muguets.


Il n'est pas étonnant que le Muguet symbolise le retour du bonheur, car c'est la plus fraîche et la plus charmante des fleurs, qui s'épanouit au début du mois le plus doux. On dit, dans certaines campagnes, que ses gracieuses clochettes et son odeur suave attirent le rossignol hors de son nid pour le conduire à son épousée.

C'est la fleur du 1er mai que l'on va cueillir dans les bois. On l'appelle aussi Clochette des bois, Lis de mi et Lis des vallées, ce dernier nom lui venant de son goût marqué pour les terrains légèrement humides. Parce qu'il serait né des larmes versées par Marie au pied de la Croix, on l'a également nommé Larmes de Notre-Dame.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Le muguet, ou "lys des vallées profondes", renforce la mémoire et les facultés intellectuelles. "Toute personne absorbée par un travail de créativité devrait avoir dans son bureau beaucoup de muguet frais ou, à défaut, brûler des bâtonnets parfumés au muguet".

Cette plante peut servir de charme amoureux : offrir à un homme et à une femme des fleurs de muguet placées au centre d'un bouquet de feuilles de mauves les rend amoureux l'un de l'autre (département de la Vienne).

Selon la célèbre coutume, donner ou recevoir du muguet le 1er mai porte bonheur : il faut savoir qu'en offrir avant cette date est maléfique.

La tisane de muguet a la réputation de "consolider les cœurs faibles". Pour faire disparaître des cors au pied, il faut mettre dans sa poche autant de racines de muguet que l'on a de cors.

Selon une tradition allemande, une dame blanche se tient près des pieds de muguet pour empêcher les gens de cueillir la plante.

*

*

Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :


"Mot-clef : Porte-Bonheur.


Savez-vous ? : Le muguet est une fleur très représentée dans les arts décoratifs de la Belle Epoque. Il figurait sur les cartes postales, les faire-part, les papiers à lettres, les foulards... Le muguet est le symbole de la fête du travail. C'est aussi la fleur emblème de la maison Dior. Le muguet est une plante toxique. Elle peut être mortelle en cas de consommation de son appareil végétatif.


Usages : La coutume veut que chaque Français puisse vendre cette fleur le Ier mai sans autorisation préfectorale.


Légendes : Il paraîtrait que le muguet, dans la tradition chrétienne, symbolise les larmes de la Vierge Marie, d'où son autre nom "les larmes de Notre Dame". Offrir treize brins de muguet à une personne serait, dans la tradition populaire, un gage de bonheur éternel.


Message : Bonheur nouveau."

*

*

D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Votre timidité ne me déplaît pas", "j'apprécie votre coquetterie discrète". Ainsi parle par euphémismes le muguet lorsqu'il dévoile les sentiments de celui ou celle qui l'offre. C'est la fleur du désir qui ne dit pas son nom et n'ose s'affirmer. Et c'est aussi ce que les spécialistes appellent une "fleur phallique". Il s'exprime avec précaution mais n'est pas mécontent de lui et déclare : "je vous rends coquet(te), rien ne vous pare mieux que moi". enfin, il conclut, catégorique : "je vous apporte le bonheur".

Durant le Haut Moyen-Âge, le premier jour de mai, les jeunes gens, pour fêter l'éclosion des fleurs précoces, tressaient des guirlandes et posaient des couronnes sur la tête de la plus gentille des jeunes filles. Dans les tableaux de la Renaissance italienne, lorsque l'archange Gabriel annonce à Marie la naissance de Jésus, il lui tend souvent un brin de muguet. Peut-être parce que la Vierge chante, selon un hymne ancien : "Je suis le muguet, la fleur des humbles."

Cette fleur des humbles est devenue fleur des élégantes depuis que, dans les années 1950, Christian Dior, qui croyait aux signes du destin, en fait son fétiche et l'accroche à ses petits tailleurs, à ses chapeaux et à ses robes du soir.

Mais comment donc, chaque année, le muguet en serre fleurit-il ponctuellement le premier mai alors que, sauvage, il se fait attendre dans les sous-bois ? Par un coup de froid donné à point nommé. Il le réveille tout à coup et lui permet d'arriver à temps pour approvisionner les marchands de porte-bonheur et faire chanter le refrain de Francis Lemarque : "Il est revenu, le temps du muguet !"


Mot-clef : "J'apporte le bonheur".

*

*

D'après Pierre Leutaghi, auteur d'un article intitulé "Aux frontières (culturelles) du comestible" (Éditions Presses Universitaires de France | « Ethnologie française », 2004/3, Vol. 34 | pages 485 à 494) :

[...]

Dans le même registre, c’est un glacier du Vaucluse en péril de célébrité. Il diffuse une glace « au muguet » parmi d’autres saveurs assurément peu communes. On suppose que l’arôme en question, comme la plupart de ses analogues de l’industrie alimentaire, doit tout aux synthèses de quelque laboratoire grassois, rien à la fleur, n’est que le gentil sosie du muguet en vrai, l’une de nos fleurs vénéneuses. Poison du cœur parmi les plus actifs, cardiotonique et diurétique aux doses médicinales, le muguet doit son activité à des hétérosides qui en font un complément de même valeur que la digitale dans le traitement des insuffisances cardiaques sévères. Fleur porte-bonheur s’il en est, diffusée par centaines de millions le 1er mai, le muguet est un toxique très généralement inconnu. On assure que des enfants sont morts d’avoir bu l’eau d’un vase de muguet ; le simple fait d’en mâchonner quelques brins pourrait entraîner des intoxications, tandis que partager une chambre mal aérée avec cette fleur aurait provoqué des malaises 10. Les baies rouges sont très dangereuses.


*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le Muguet (Convallaria magalis) :


"Poison - Les muguets se développent par rhizomes et préfèrent les terrains ombragés et humides ; l'apparition de ces petites clochettes blanches entourées de longues feuilles vertes sont le signe de l'arrivée du printemps un peu partout en Occident.


Propriétés médicinales : Il est important de noter qu'en infusion, le muguet contient la même substance que la digitale et devrait être traité avec la même prudence. Comme cette plante active le rythme cardiaque, il faut prendre garde de ne pas donner une infusion de muguet à une personne qui soufre de problèmes cardiaques. Utilisé de façon externe, en onguent, le muguet aide à soulager les maux de tête et les migraines, ainsi que les douleurs causées par la goutte et les rhumatismes.

Genre : Masculin.


Déités : Apollon - Ashtart -Esculape - Lilith.


Propriétés magiques : accroissement des forces psychiques.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Le muguet est idéal pour étudier et augmenter son pouvoir de concentration.

BAIN POUR SURMONTER LES ÉPREUVES MORALES

Cette plante rend le cœur léger et permet d'oublier ses malheurs.


Ce dont vous avez besoin :

  • une chandelle verte très pâle

  • de l'encens de chèvrefeuille

  • quelques fleurs de muguet fraîches (ou de l'huile de muguet)

  • une liste des épreuves que vous traversez (que vous aurez déjà écrite)

Rituel :

Allumez votre chandelle et votre encens dans la salle de bain, puis faites couler un bain très chaud dans lequel vous verserez quelques fleurs fraîches (ou quelques gouttes d'huile essentielle de muguet). Prenez la liste sur laquelle vous avez énuméré les épreuves que vous traversez, faites-la brûler et jetez-la ensuite dans la cuvette de la toilette, puis tirez la chasse d'eau. Entrez dans votre bain en disant :


J'ai brûlé mes malheurs, ils ne sont plus

J'ai brûlé mes peines, elles ne sont plus

Le parfum du muguet chasse les idées noires

Je remplace mes peines et malheurs par l'espoir.


Détendez-vous une trentaine de minutes dans votre bain en respirant l'odeur fraîche du muguet. Répétez ce rituel pendant sept jours consécutifs.

*

*

Dans Vert, Histoire d'une couleur (Éditions du Seuil, 2013), Michel Pastoureau nous apprend que :


"Tout verger est construit comme un espace symbolique, et [que] chaque plante qui s'y trouve possède sa signification propre. Celle des fleurs varie beaucoup selon les époques et les régions et prend en compte plusieurs particularités : la couleur, le parfum, le nombre de pétales, l'aspect des feuilles, les dimensions des unes et des autres, l'époque de la floraison, etc. Quelques idées peuvent néanmoins être dégagées pour le Moyen Âge central : Le lis est symbole de pureté et de chasteté, [...] le muguet, de fraîcheur et de fragilité..."

*

*

Doreen Virtue et Robert Reeves proposent dans leur ouvrage intitulé Thérapie par les fleurs (Hay / House / Inc., 2013 ; Éditions Exergue, 2014) une approche résolument spirituelle du Muguet :


Nom botanique : Convallaria majalis.

Propriétés énergétiques : Apporte la paix ; distingue ce qui est honnête de ce qui ne l'est pas et vous éveille à votre chemin de vie.

Archanges correspondants : Haniel.


Chakras correspondants : chakra coronal.


Propriétés curatives : Cette fleur ravissante dégage une énergie douce et bienveillante. La nature paisible du muguet fera disparaître toutes vos inquiétudes. Grâce à elle vous saurez si des personnes ne sont pas authentiques avec vous, ce qui vous aidera lorsque vous serez préoccupé par une relation amoureuse ou professionnelle. Conscient de la motivation réelle de la personne concernée, vous pourrez tourner la page pour aborder une expérience plus positive. Le muguet vous permet également de mieux discerner vos propres sentiments. Ainsi, vous serez totalement honnête envers vous-même, notamment pour décider de la direction à donner à votre vie.


Message du Muguet : « Sollicitez-moi pour connaître les intentions réelles de votre entourage. Je serai votre détecteur de mensonges qui vous indiquera si une personne n'est pas honnête avec vous, afin que vous puissiez rapidement remédier à la situation. Je m'assurerai que votre énergie reste d'une grande pureté en attirant à vous des personnes positives et bienveillantes. Je peux également vous aider à être honnête envers vous-même, ce qui vous permettra de déterminer si vous êtes satisfait ou non de votre cheminement actuel. Ne vous laissez pas arrêter par la fatigue. Vous devez vous demandez : « Qu'est-ce que je n'accepte pas dans mon chemin de vie ? », « Qu'est-ce que je n'écoute pas dans les conseils que m'envoie Dieu ? » et « Quelles sont les opportunités que je refuse de saisir ? » Je vous aiderai à examiner ces questions pour que vous puissiez les renvoyer dans la lumière.»

*

*




Mythologie :


Tony Goupil, dans un article intitulé "Croyances phytoreligieuses et phytomythologiques : plantes des dieux et herbes mythologiques" (Revue électronique annuelle de la Société botanique du Centre-Ouest - Evaxiana n°3 - 2016), cherche à déterminer les plantes associées par leur dénomination aux divinités antiques :


Le muguet est aussi un cas intéressant de bi-phytonymie. En effet, il est dédié à deux saints en fonction de sa génération. Premièrement à la Sainte Vierge, car le muguet serait né de ses larmes qu’elle aurait versées au pied de la croix (d’où son actuel nom de « larmes de Notre-Dame ») et deuxièmement à saint Léonard. En effet le muguet serait né du sang de saint Léonard lorsque celui-ci, conformément à la légende, aurait mené un combat avec un dragon.

*

*




Croyances populaires :


D'après Véronique Barrau, auteure de Plantes porte-bonheur (Éditions Plume de carotte, 2012) : le muguet (Convallaria majalis) est un "porte-bonheur militant".


Origine du muguet : La mythologie grecque prête la création du muguet à Apollon qui tapissa le Mont Parnasse de ces fleurs afin que neuf muses aux pieds délicats puissent fouler sans heurt ce gazon au parfum agréable. De cette légende est né un des noms populaires du muguet : "le gazon de Parnasse". Également surnommé "les larmes de Sainte-Marie", le muguet serait, selon d'autres croyances, né des pleurs de la Vierge devant la Croix ou des gouttes de sang versées par Saint léonard combattant un dragon. Cette origine fabuleuse est sans doute la raison pour laquelle, selon le christianisme le muguet pousserait à l'entrée du paradis. Ses fleurs immaculées auraient la faculté de faire tinter ces clochettes lorsqu'une personne méritante franchit la porte.


Le muguet porte-bonheur : En cette fin d'avril, le printemps a enfin pointé le bout de son nez dans votre jardin où, depuis quelques jours, un beau parterre de muguet fleuri vous nargue effrontément ! Avouez que la tentation est forte de cueillir avant l'heure un brin ou deux pour l'offrir à un être cher. Mais il vous faudra refréner votre impatience coûte que coûte ! Car si un brin de muguet reçu le jour du 1er mai est de bon augure, procéder à la même offrande avant ou après cette date aurait des conséquences fâcheuses. Le muguet est décidément bien tatillon car seuls les brins pourvus de treize clochettes octroieraient le bonheur. Avis aux petits malins qui s'empresseraient d'ôter une fleur de trop, cette petite tricherie entraînerait des mésaventures pour les deux partis, donneur et destinataire....


Porte-bonheur empoisonné : Sous ses jolis dehors parfumés, le muguet cache un terrible défaut : toutes les parties de la plante renferment de nombreuses substances toxiques ! Croquer une baie, sucer un brin, manger les feuilles ou boire l'eau du vase comme cela est arrivé à certains étourdis, provoque des troubles digestifs voire des difficultés cardiovasculaires pouvant entraîner la mort en cas de forte ingestion. La simple présence de brins de muguet dan une pièce peut même indisposer certaines personnes en leur occasionnant céphalées et convulsions. En propageant la légende d'une Dame Blanche veillant à ce qu'aucun brin de muguet ne soit arraché dans les sous-bois, les Allemands espéraient certainement dissuader leurs enfants de cueillir et d'ingérer la plante parfumée. Si l'auteur américain Scott Cunningham reconnut la dangerosité de la plante, il se fit l'écho des Égyptiens en encourageant ses lecteurs à respirer fréquemment, mais sans en abuser, le parfum de la plante pour raviver la mémoire, l'intelligence et la créativité.

Le bonheur est dans les bois : Au cours de la première guerre mondiale, seul le muguet des bois était considéré comme un véritable porte-bonheur. Comme en témoigne un article paru le 1er mai 1915, la plante vendue en pot n'avait pas bonne presse : "... il faut se méfier du muguet en pied, qui peut être de provenance germanique ; le muguet français, le seul qui porte bonheur, est coupé. Mais, même sûr de son origine, le public témoigne de l'aversion pour cette fleur, dont les clochettes lui rappellent le casque à pointe de l'ennemi."


Traditions du mois de mai :


Il faut, ce jour-(là, avoir envoyé du muguet,

comme il faut en avoir reçu.

On en envoie à qui l'on aime,

on en reçoit de qui vous aime...

Rémy de Gourmont, 1925.


L'offrande coutumière d'un brin de muguet le 1er mai daterait de 1560. Cette année-là, le 1er mai exactement, le chevalier Louis de Girard fit don au roi Charles IX, alors âgé de dix ans, d'un bouquet de clochettes parfumées en guise de porte-bonheur. L'année suivante, le roi, ou le chevalier selon les versions, entreprit à la même date d'offrir du muguet aux dames de la Cour pour leur porter chance. Mais cette charmante coutume ne perdura guère dans le temps et il fallut attendre plusieurs siècles pour que cette tradition française soit remise au goût du jour par le biais de deux corporations.


Un cadeau pas si royal que ça : Charles IX désireux de soulager ses sujets par les temps de disette sévissant durant les guerres de religion, entreprit de leur offrir à chacun un brin de muguet porte-bonheur. Les malheureux, pensant là recevoir une sorte de salade, mangèrent la plante et périrent empoisonnés par leur roi....


Muguet présidentiel : dans les années 1890, la délégation des Forts (manutentionnaires des anciennes halles de Paris) offrait chaque 1er mai du muguet au président de la République. Réalisé bien avant que les moissons ne soient effectuées dans les champs, ce geste témoignait des souhaits de prospérité agricole pour la nation. Aujourd'hui, le chef de l’état et son épouse se voient remettre, le même jour, une corbeille de muguet offerte par une commission du marché international de Rungis.


Une histoire de haute couture : Le 1er mai 1900, les grands couturiers d'Île-de-France organisèrent une grande fête dans les bois de Chaville et remirent du muguet porte-bonheur à leurs clientes comme à leurs ouvrières. Certaines riches acheteuses furent vexées de se voir offrir un cadeau aussi simple et identique à celui des modestes employées. mais ces dernières, flattées de l'attention de leurs supérieurs hiérarchiques, piquèrent alors leur corsage d'un brin parfumé chaque 1er mai avant d'ne offrir à leur tour. Un effet de mode s'en suivit bientôt à Paris et en province, la tradition du muguet était définitivement lancée.

Dior : Le muguet était la fleur préférée de Christian Dior et feint naturellement l'emblème de sa Maison de couture. Renouant avec la tradition, il offrait chaque 1er mai à ses clientes et se "petites mains", quelques brins de clochettes parfumées. Le couturier dédia à sa plante fétiche une collection en 1954 puis un parfum en 1956 et enfin une robe de mai en 1957. Superstitieux, il ajoutait un brin de muguet dans un ourlet de ses modèles avant tout défilé. Après sa mort, Yves Saint-Laurent, en charge de lui succéder, épingla en la mémoire du défunt trois brins de muguet à son costume noir, lors de la présentation de sa toute première collection, le 30 juillet 1958. Faut-il s'en étonner ? Son succès fut énorme.


Fêtes du muguet : En mai 1906, le maire de Rambouillet organisa la première "petite fête du muguet". Relayé par l'ancien périodique "Le Petit Journal" et présidé par la duchesse d'Uzès, l'événement prit une forte envergure dès l'année suivante. Près de cent cinquante jeunes enfants, habillés de toilettes fleuries pour l'occasion, défilèrent dans les rues afin de remporter le "muguet d'or", récompense suprême. En certains endroits de France, la fleur aux clochettes blanches donne cours à des réjouissances festives marquées par l'élection dune reine du muguet, des défilés de chats fleuris et d'un bal propre aux rapprochements amoureux...


Fête du travail : Voilà un tout autre registre de fête auquel le muguet est souvent associé. Pourtant, les clochettes blanches ne sont en reine impliquées dans l'origine de ce rassemblement. Les manifestants arboraient initialement l'églantine rouge et ce n'est qu'en 1907 que le muguet fit son apparition sur quelques vêtements. Tut changea en 1941 lorsque sous l'égide du maréchal Pétain, le muguet remplaça définitivement la fleur vermillon, symbole considéré alors comme trop gauchiste pour "la fête du Travail et de la Concorde sociale".


Vente : Désormais indissociable du 1er mai, le muguet contribue au bonheur des particuliers souhaitant arrondir leur fin de mois. Ils sont libres de vendre du muguet le 1er mai sans avoir à payer de redevance sous plusieurs conditions : rester debout, n'avoir ni chaise ni table, proposer à la vente des muguets cueillis dans la nature ou cultivés dans son jardin, ne pas agrémenter les brins avec d'autres végétaux ou artifices (tels que paniers ou emballage), ne pas haranguer les passants et se poster à plus de quarante mètres d'un pont de vente professionnel, voire au-delà en fonction des arrêtés municipaux de certaines communes.


Au service de l'amour : Une croyance du XIXe siècle ayant cours dans la Vienne évoquait le parfum ensorcelant de la plante : offrir à deux personnes de sexe opposé un bouquet de feuilles de mauves et de muguet fleuri, conduisait les deux individus à éprouver infailliblement des sentiments l'un pour l'autre."

*

*




Contes et légendes :


Dans la collection de contes et légendes du monde entier collectés par les éditions Gründ, il y a un volume consacré exclusivement aux fleurs qui s'intitule en français Les plus belles légendes de fleurs (1992 tant pour l'édition originale que pour l'édition française). Le texte original est de Vratislav St'ovicek et l'adaptation française de Dagmar Doppia. L'