Blog

  • Anne

La Consoude



Étymologie :

  • CONSOUDE, subst. fém.

Étymol. et Hist. xiie s. consoldre (Gloss. Tours, 330 ds T.-L.), forme isolée ; ca 1265 consoude (Voc. plantes, Ms. Harley 978, 139a ds T.-L.). Du b. lat. consolida bot. (de consolidare « consolider, affermir » en raison des vertus astringentes de la plante).


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Symphytum officinale L. ; Concierge ; Confée ; Console majeure ; Consolida major ; Consône ; Consoude officinale ; Consyre ; Crasse Racine ; Gras Boudin ; Grasse racine ; Grande Consire ; Grande Console ; Grande Consolide ; Grande consoude ; Herbe à la console ; Herbe à la coupure ; Herbe à la punaise ; Herbe à la reconsole ; H. aux charpentiers (plusieurs herbes qui ont la propriété de panser, de cicatriser les plaies, sont devenues dans les campagnes Herbe aux charpentiers, cette corporation étant considérée comme l'une de celles où l'ouvrier est le plus menacé de coupures, de blessures. Le nom de Consoude vient en effet des propriétés vulnéraires de cette plante : elle consolide, soude les fractures, les plaies) ; Herbe des gerçures ; Herbe du grand consul ; Joucoule ; Langue de vache ; Oreille d'âne ; Toute-bonne. .

*

*


Botanique :


Florence Laporte, auteure de Les Plantes des Druides, symbolisme, pouvoirs magiques et recettes de la traditions celtiques (Rustica éditions, 2017 ; réédité sous le titre La Magie des Druides, secrets et symbolique des plantes sacrées, Rustica éditions, 2018) nous propose la description suivante :

C'est une plante velue, aux poils droits et raides. Elle peut atteindre plus de 1 mètre de hauteur. On la trouve dans presque toute la France, dans les endroits humides comme les bordures de rivières, les fossés, les prés marécageux.

Les feuilles sont alternes, épaisses, poilues et rêches, avec un grand pétiole qui engaine légèrement la tige. Elles sont crénelées. La consoude fleurit généralement de mai à juillet. Les tiges florifères sont garnies de clochettes de fleurs qui peuvent être blanches, jaunes, roses ou violettes. Elles peuvent change de couleur au cours de leur évolution. La corolle est deux fois plus longue que le calice, formée de 5 pétales soudés. Les tiges, ailées (les pétioles des feuilles se prolongent le long de la tige), recouvertes de petits poils blancs et piquants, sont robustes. Les racines sont charnues et descendent profondément dans la terre (plus de 1.50 mètre). Leur peau est noire, la chair est blanche. La fleur donne naissance à quatre graines noires (akènes).



*

*




Propriétés médicinales :


Voir le mémoire de Sophie Leleu pour l'obtention du Diplôme Universitaire de Phytothérapie, Aromathérapie, Université Paris XIII, 2013.

Dans Les Plantes des Druides, symbolisme, pouvoirs magiques et recettes de la traditions celtiques (Rustica éditions, 2017 ; réédité sous le titre La Magie des Druides, secrets et symbolique des plantes sacrées, Rustica éditions, 2018) Florence Laporte fait le point :


Propriétés médicinales : En grec, le nom de la consoude signifie « je réunis ». La plante a toujours été utilisée pou ressoude en cas de fracture, d'entorse, de déchirure de ligaments musculaires et également pour soigner les plaies et les aider à cicatriser. En effet, la consoude contient une substance chimique, l'allantoïne, qui accélère la régénération des cellules.


Contre-indications : Contrairement à ce que prouve l'expérience de l'utilisation traditionnelle de cette plante, que ce soit en voie interne ou en voie externe, et pour laquelle aucune intoxication n'a jamais été constatée chez un être humain, des sources scientifiques nous mettent en garde contre la consommation de la consoude. Même si tout cela ne paraît pas fondé, dans le doute, on évitera d'en faire une consommation régulière et prolongée.


Parties utilisées : La racine et les feuilles (ces dernières sont moins riches en allantoïne).


Usage interne, avec précaution : Entérites, diarrhées, dysenterie, ulcères digestifs et gastriques, bronchites.


Usage externe : On utilisait les rhizomes écrasés, les cataplasmes de feuilles ou la pommade de racines de consoude pour cicatriser les plaies et souder les fractures.

La pommade à base de racines de consoude est efficace pour les crevasses et les gerçures. Le pouvoir régénérant et cicatrisant de la consoude est très puissant grâce à la présence d'allantoïne qui favorise la multiplication cellulaire.

En lavage ou en cataplasmes pour les plaies, les brûlures, les ulcères, les crevasses, les gerçures, les fissures anales, les entorses.


Pommade de racine de consoude : Une grosse poignée de racines de consoude, 250 g d'huile de pale bio. Les racines se ramassent à l'automne et ont des propriétés exceptionnelle pour reconstituer la peau ou cicatriser des blessures. Il faut les laver aussitôt récoltées (elles sont très visqueuses), puis les râper, ou les couper le plus finement possible pour permettre à leurs propriétés de bien se diffuser dans l'huile.

Faites fondre l'huile de palme dans un récipient au bain-marie. Mettez les racines à macérer dans cette huile fondue. Laissez chauffer au bain-marie, à feu doux, pendant 2 heures et demie minimum. Laissez refroidir et reposer pendant une journée : l'huile va se figer. Le lendemain, faites fondre de nouveau au bain-marie, filtrez et pressez les racines (vous pouvez les utiliser pour faire des cataplasmes). Versez l'huile de macération dans un pot de taille adaptée fermez à chaud et laissez refroidir. Étiquetez et conservez à labri de la lumière, au réfrigérateur de préférence. Vous pouvez ajouter dans cette huile quelques gouttes d'huile essentielle de votre choix et n peu d'extrait de pépins de pamplemousse ou de vitamine E pour la conservation.


Balnéothérapie : La décoction de feuilles de consoude peut être ajoutée à l'eau du bain pour tous les problèmes de douleurs articulaires, osseuses ou musculaires et les troubles circulatoires au niveau des jambes.


Élixir floral : L'élixir floral de consoude permet de « rassembler », de « réunir ». il permet d'élargir la conscience de son corps physique, améliore les réflexes et les processus physiologiques, redonne vitalité et tonicité. Son action sur la conscience de l'unité est conseillée à toutes les personnes qui pratiquent la méditation et cherchent à se centrer. Il consolide notre psychisme et permet la détente.

*

*




Symbolisme :


Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), la Consoude (Symphytum officinale) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Féminin

Planète : Saturne

Élément : Eau

Pouvoirs : Gains matériels ; Protection des voyageurs.


Utilisation rituelle :

De la Grande Consoude déposée pendant la nuit sur le rebord de la fenêtre d'une fille indique symboliquement que l'homme qu'elle épousera n'aura pas une vie de tout repos : il risque d'y avoir beaucoup de plaies et bosses dans le ménage.


Utilisation magique :

Portée sur soi, une tige de cette plante protège et assure la sécurité pendant les voyages. Il est recommandé d'en avoir toujours dans ses bagages afin que ceux-ci ne soient pas volés. La racine sert aux vœux d'argent.

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Psyché appréciera cette plante pur les entorses à la règle de conduite quelle a pu faire car elle ne prend pas toujours le bon chemin. Ne dit-on pas qu'il n'y a que les sots qui ne se trompent jamais ? Dans un accident, il suffit dune seconde d'inattention ou d'énervement et bonjour les dégâts sur les vertèbres, le crâne, les chairs. Heureusement que la nature a tout prévu.

Car cet élixir soigne les entorses, les fractures, les affections osseuses, les lésions des disques vertébraux, la parodontose, la pyorrhée alvéolaire, les contusions, les blessures profondes, les ulcères d'estomac, les saignements internes, les troubles digestifs. Il aide puissamment à la rééducation du corps après un accident, accroît la coordination, les réflexes et les réactions neurologiques. Il stimule le périoste. ressoude les os et les chairs (à conseiller pour se refaire une virginité).

La plante contient 20% d'acide silicique (pourcentage intéressant), 9% de tanin, un mucilage visqueux, de l'inuline et surtout l'allantoïne qi est un puissant cicatrisant.

Au chapitre sur la silice, on a bien insisté sur l'Homme Périphérique qui est souvent tracassé par toutes sortes de dermatoses. Ici, on conseillera cet élixir pour le psoriasis, l'eczéma, les gerçures, les vergetures, les terrains psoriques, syphilitiques et rachitiques. Mais encore contre les gonflements ou déformations des poignets, des doigts, des pieds, les varice set mieux les ulcères variqueux.

Comme on le sait devant, l'inuline est le sucre le plus facile à transformer par le pancréas. Il apporte une qualité exceptionnelle de glucose au cerveau et aussi à tout l'appareil musculaire ( le cœur y compris). Cette plante est donc recommandée pour la dégénérescence musculaire, les blocages du muscle bronchique. Avec son tanin, son inuline et l'allantoïne, il contribue à réparer les lésions des centres nerveux et des tissus cérébraux. Il rééquilibre les hémisphères droit et gauche du cerveau . Il est un des meilleurs remèdes contre la cachexie, cette terrible maladie dégénérescente, assez mal connue. Car il tonifie le système endocrinien et notamment les surrénales. Il répare les dégâts causés par l'alcoolisme (l'inuline y joue un grand rôle). Il accentue la mémoire.


Mots-clés : Con soude (con en espagnol signifie avec). Donc soude avec. Symphytum vient du grec symphuô qui signifie je réunis. Donc l'élixir de Consoude, soude, recolle, comble les trous afin que le corps physique retrouve son intégrité.

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Éditions Québec-Livres, 2013), présente ainsi la consoude (Symphytum officinalis) : "Cette plante vit de préférence dans des endroits frais et humides, car ses feuilles retiennent une grande quantité d'eau. Ses fleurs sont de couleur mauve, ce qui contraste avec le vert foncé des feuilles.


Propriétés médicinales : Cette plante contient une forte portion de calcium et de vitamine B12, du fer et du silice, ainsi que d'autres minéraux et vitamines en quantité moindre. Elle soulage les problèmes d'estomac et les ulcères. Ses racines servent à traiter la diarrhée et la congestion de poitrine.


Genre : Féminin.


Déités : Hermès.


Propriétés magiques : Protection en voyage - Argent.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS :

  • Pour attirer l'argent vers soi, porter un morceau de racine de consoude.

SACHET DE VOYAGE :

(pour assurer la sécurité en voyage)

Ce dont vous avez besoin :

  • quelques pincées de consoude

  • une chandelle bleue

  • de l'encens d'oliban

  • un petit sachet bleu de tissu

  • un petit morceau de papier

Rituel :

Allumez une chandelle bleue et faites brûler de l'encens d'oliban. Placez, dans un petit sac bleu, de la consoude réduite en fine poudre ainsi que les noms des personnes que vous aurez écrits sur un petit morceau de papier. Passez ensuite votre sachet trois fois au-dessus de la flamme et de l'encens.

Placez-le dans votre sac ou votre valise.

*

*

Maïa Toll, auteure de L'Herbier du chaman, 36 cartes divinatoires, A la rencontre de la magie des plantes (Édition originale 2020 ; Édition française : Larousse, 2021) nous révèle les pouvoirs de la Consoude (Symphytum officinalis) :


Mot-clef : Que réparer ?


La consoude adore réparer - la peau, les os, le sol, il y a tant à faire ! Elle plonge en profondeur pour remanier les molécules, reconstruire les chaînes cassées, restaurer les cellules dans les tissus et les tissus dans les muscles. C'est un travail joyeux pour elle, alors elle a tendance à le mener à bien rapidement... parfois trop rapidement ! Son audace peut frôler l'imprudence, et dans son exubérance de savant fou, elle risque de mettre la charrue avant les bœufs et d'oublier les étapes initiales. La consoude vous rappelle de travailler avec méthode, en allant des couches les plus profondes aux plus superficielles. Même les entreprises créatives ont besoin de reposer sur des bases solides. Si la consoude vient à vous, demandez-vous ce qui a besoin d'être réparé, puis faites une pause pour évaluer la situation et planifier les choses avant de vous lancer.


Rituel : Défoulez-vous

L'opposé de la consolidation est la rupture. On nous apprend à faire bonne figure et nous éprouvons souvent de la culpabilité ou de la honte quand nous craquons. Mais défaire fait autant pairie du processus que faire... et le fait de casser peut être incroyablement libérateur (si vous avez manié le marteau dans le cadre d'un projet de rénovation de voter maison, vous savez que c'est vrai).

  • Trouvez quelque chose à lancer violemment, à écraser, à piétiner ou à bourrer de coups (en toute sécurité !). Allez-y de bon cœur !

  • Autorisez-vous à crier (ou, du moins, à grogner à haute voix !).

  • Vous n'avez rien de tout cela chez vous ? Alors donnez des coups de poing dans votre literie et votre oreiller !

Au bout d'un moment, votre mental cessera de tourner en boucle et vous vous relâcherez.


Réflexion : Dissolution

Il est plus facile de briser quelque chose que de le réparer. Pourtant, il se produit dans la rupture - la dissolution - un rare sentiment de libération que nous ne nous autorisons pas souvent à ressentir. Pensez à la chenille qui se transforme en soupe d'ADN dans son cocon de soie avant qu'elle devienne papillon.

Qu'éprouveriez-vous si vous saviez avec certitude que vous pouviez vous briser et être réparée ?

Que disiez-vous d'éprouver de la joie à casser ?

Quelles possibilités cela pourrait-il ouvrir en vous ?


« Lorsque la vraie métamorphose a commencé, nous passons par toute une série d'expériences "dissolvantes". Nous avons l'impression que tout se disloque, que nous perdons tout et tout le monde. La dissolution ressemble à la mort parce qu'elle en est une - c'est la disparition de la personne que vous avez été. »

(Martha Beck)

*

*




Symbolisme celte :

D'après L'Oracle druidique des plantes, Travailler avec la flore magique de la Tradition (1994, traduction française 2006) de Philip et Stephanie Carr-Gomm, les mots clefs associés à la consoude sont :


en "position droite : Structure - Fondations ancestrales - Fusion

en position inversée : Abandon - Séparation - Individualité.


La consoude, originaire de l'Europe et de l'Asie, a survécu à plusieurs glaciations. Sa tige feuillue peut atteindre un mètre de haut. Préférant les sols humides, elle tend à pousser sur les berges et dans les rigoles. Le pédoncule de ses fleurs est rugueux et velu, et leurs pétales crème pâle ou violacé forment des grappes de mai à octobre.