Blog

  • Anne

Le Cardinal



Étymologie :

  • CARDINAL, AUX, subst. masc.

Étymol. et Hist. I. 1. 1172-74 subst. masc. relig. chardenal (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2153), forme attestée jusqu'au xive s. ds Gdf. Compl. ; 1190 cardinal (Antioche d'apr. Fr. mod., t. 16, p. 64) ; 1230-50 cardinal (2me collection anglo-normande des Mir. de la Ste Vierge, éd. H. Kjellman, 24, 11, p. 107) ; 1545 emploi adj. « relatif au cardinal » J. Bouchet, Epistres morales du Traverseur, I, 13 ds Hug.), attest. isolée ; repris au milieu du xixe s. : 1832, supra ; 2. 1534 loc. adv. à la cardinale (Rabelais, Gargantua, chap. 5, éd. Ch. Marty-Laveaux) ; 3. 1680 p. anal. avec la couleur de la robe du cardinal, ornith. (Rich.). II. 1947 pop. cardinoche (L. Stollé, Douze récits historiques racontés en arg., p. 4). I empr. au lat. eccl. cardinalis (v. cardinal1), dér. du lat. cardo « gond, pivot », d'où la notion d'une fonction fixe et importante, d'abord attesté comme adj. pour désigner certains dignitaires eccl. : pontifex cardinalis (Epistulae pontif. Rom. genuinae 1868 Gelas. frg. 5 [ca 495 d'apr. DEI] ds TLL s.v., 442, 38) spéc. pour désigner un prêtre affecté d'une manière permanente à une église déterminée : cardinalis sacerdos (2e moitié vie s. Grégoire Le Grand, ibid., 442, 42), ou les évêques suburbicaires : episcopi cardinales (768-72 ds Nierm.), devenu subst. au sens de « cardinal » fin viiie s., ibid. ; la forme chardenal est demi savante ; 2 p. ell. de façon oumanière. II dér. du rad. de cardinal ; suff. -oche*.


Définition.



Symbolisme :