top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

la Fleur d'Ajonc




La Gestuelle de la Plante :


Julian Barnard, auteur d'un ouvrage intitulé Sur les traces du Dr Bach et de ses fleurs (© Julian Barnard, 2002 ; Éditions Ulmus, 2002 pour la traduction française) nous fait comprendre le choix du Dr Bach en fonction des caractéristiques de la plante :


C'est cette même résonance par sympathie que Bach décrivait dans une lettre à un ami où il lui racontait comment il avait trouvé certains nouveaux remèdes. Il était allongé sur la berge de la tamise à Marlow « quand surgit ce message ». Il nota le message et, poursuivait-il, « je remarquai instantanément à côté de moi un arbuste d'ajonc en pleine floraison. » Cette fleur allait devenir numéro treize dans la série des remèdes de Bach.


[...]

La surface des tiges montre l'énergie qui circule à l'intérieur du système. [...] Quand l'écorce de surface est marquée et crevassée, on a une image du système éthérique ou énergétique qui traduit la force (Chêne) ou la faiblesse (Clématite ou Ajonc).

[...]

Le jaune de l'Ajonc stimule le renouveau et une énergie mentale claire (le soleil) - on le trouve dans l'Aigremoine, la Mimule, la Moutarde, et l'Hélianthème, même dans les rameaux dorés d'hiver du Saule et le centre jaune de l'Hottonie des marais ou de l'Églantine. Mais cette énergie s'exprime par la structure vibratoire de la plante entière, pas seulement la fleur. [...]

La fleur illustre donc la proportion d'esprit présente dans toute la structure vivante. [...] a l'opposé, l'Olivier est couverte de fleurs - le renouveau de l'énergie qui vient non pas du monde matériel mais de la lumière et de l'esprit. [...] Il en va de même avec l'Ajonc quand le feu doré du renouveau entre dans la terre pendant notre printemps nordique.

[...]

La manière dont les graines se dispersent informe aussi sur le schéma de vie. [...] Les gousses de graines de l'Ajonc explosent sous la chaleur et la sécheresse de l'été - c'est l'élément feu qui agit. [...] L'Impatiente et l'Ajonc ont toutes deux des cosses explosives ; toutes deux ont des graines qui ressemblent à des balles. En termes de remède, il y a un besoin contrastant de détente (pour arrêter l'explosion) et plus de tension pour la faire monter jusqu'à l'ultime effort.


*

*

Annie Guibert, autrice de Fleurs de Bach, Fleurs de Soi ( (Éditions Médicis, 2008, 2017) consacre également une partie de sa monographie sur Gorse au geste de la plante :


La Plante : Ulex europaeus ou ajonc, treizième Fleur découverte, mais aussi treizième dans l'ordre alphabétique, est un arbuste assez ligneux qui pousse sur les landes et contre-talus, de manière groupée, ne laissant que peu distinguer de structure individuelle. Chaque arbuste possède des tiges striées, coriaces, porteuses de feuilles d'abord tendres, puisqu'elles peuvent servir de fourrage aux animaux puis, à la pousse, rapidement piquantes et dures. Les épines qui couvrent le végétal sont très acérées.

Les fleurs apparaissent souvent dès fin décembre, en plein cœur de l'hiver, mais ne vont dégager leur parfum agréable et subtil qu'aux premières douceurs du printemps, car ces fleurs s'échelonnent jusqu'à mars-avril, créant un couvre-sol lumineux et brillant en cette période assez pauvre en couleurs.

Ces fleurs ressemblent à celles des légumineuses : les pétales d'un jaune d'or éclatant, au nombre de cinq, sont refermés en coque et long à s'épanouir.


Symbolique : La puissance de pousse de cet arbuste, sa structure ligneuse forte, les épines piquantes, sont autant d'indices pour une grande énergie dégagée par ce végétal et une grande robustesse, quelles que soient les conditions endurées, en particulier une période prolongée de sècheresse. Feuilles et épines sont souvent à l'extérieur de l'arbuste, laissant un espace vide à l'intérieur de ce buisson, dans lequel les petits rongeurs peuvent aller se réfugier et ses sentir en sécurité.

*

*




Message de la Fleur d'Ajonc :


D'après Les Douze "Guérisseurs" et autres remèdes (1ère édition 1941, traduction française Centre Bach 2011) du Dr Edward Bach :


"Une perte d’espoir très profonde, ils ont abandonné la croyance que quelque chose puisse être fait pour eux. Se laissant convaincre ou pour faire plaisir aux autres, ils essayeront peut-être différents traitements, mais en continuant à assurer leur entourage qu’il y a si peu d’espoir de soulagement."

 

*

*

Selon Mechthild Scheffer, auteure du coffret de cartes Les Fleurs du Dr Bach, le chemin de l'harmonie psychique (1997, traduction française : Médicis-Entrelacs, 2001) :


Mot-clé : "La fleur de l'espoir".


Chemin : "De la renonciation... vers un nouveau départ".


Message de la carte :


Quelle est la vérité que je dois mieux comprendre ?

Selon la perspective du Moi supérieur, tout a un sens. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.


Quelle est la décision qui pourra me reconnecter avec mon Guide intérieur ?

Je me décide à dire de nouveau oui à la vie ; sous la conduite de mon Moi supérieur, je suis prêt à revoir ma situation sous un angle nouveau, plus constructif. Je sais reconnaître le sens et la chance de ma situation actuelle et ce qu'elle peut m'apporter.


Ces signes me permettent de voir que mon potentiel positif de Gorse s'accroît :

Je vois que ma vie m'offre des opportunités constructives et de nouvelles possibilités positives.


État d'âme négatif : Incertitudes et manque de confiance : Sans espoir, on est résigné ; avec le sentiment que "tout cela ne sert plus à rien".

 

Dans Les fleurs de Bach authentiques - les trouver, les identifier, les utiliser (Édition originale 2011 ; traduction française : Éditions Médicis, 2017) Mechthild Scheffer revient sur les principales caractéristiques de la Fleur de Gorse :


Gorse : La fleur de l'espoir

De la renonciation... à la prise en main de la situation.


Vous avez abandonné tout espoir et vous vous êtes résigné ? Les personnes qui ont besoin d'ajonc sont devenues lasses intérieurement, en raison de multiples et longues situations difficiles dans leur vie. Leur espoir tarit. Leurs perspectives de vie se rétrécissent toujours davantage, elles se laissent tomber, inférieurement, et ne peuvent plus imaginer un changement vers du positif.


Symptômes clés : Vous avez abandonné tout espoir, vous vous résignez, et avez le sentiment que toute tentative est vaine.


Typiquement Gorse :

  • La devise « J'ai perdu l'esprit, il faudrait un miracle ».

  • Vous n'osez plus espérer un changement dans votre situation.

  • Vous faites de nombreux compromis que la paix règne.

  • Vous avez déjà eu, dans l'enfance, une maladie chronique, ou avez grandi avec une personne chroniquement malade.

  • Thématique : la résignation.


Ce que Gorse m'aide à comprendre : Pour moi aussi, le soleil brille. Dans toute situation reposent de nouvelles possibilités constructives, ou des opportunités de développement psychique. Je peux modifier mon angle de vue. La vie continue et me fait à moi aussi des offres toujours nouvelles, il faut juste que je les reconnaisse et les utilise.


Gorse favorise :

  • une nouvelle perspective, pleine d'espoir dans des circonstances de vie difficiles, voire irrémédiables.


Bon à savoir : Les deux visages de l'Ajonc d'Europe peuvent être vus comme les symboles d'un grand désespoir d'un côté (les broussailles d'épines) et de l'espoir de l'autre côté (les fleurs).

Edward Bach avait compris l'effet de Gorse alors que, lui-même, abattu et désespéré, était à la recherche de remèdes contre des états psychiques chroniquement négatifs, et s'était, à sa grande surprise, réveillé de nouveau en forme, après un somme près d'un buisson d'ajonc d'Europe.


Conseils d'utilisation : Gorse a particulièrement fait ses preuves chez des animaux qui ont longuement souffert ou sont chroniquement malades.


Parole fortifiante : Je suis debout - Je suis plein d'espoir - Je vois de nouvelles possibilités.

*

*

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Genêt - Ajonc - Gorse [ce n'est pas la même plante !]: Est recommandé pour le grand désespoir, la dépression chronique, la résignation, la perte de volonté d'améliorer son état, les maladies génétiques. Les symptômes apportés par cet état d'être sont : inertie en position assise, tête lourde à porter et soutenue par la ou les deux mains, teint plombé dans les états avancés.

Pour ces personnes concernées, il existe le Genêt qui pousse sur un sol pauvre, pierreux, plutôt calcaire ; donc dans un environnement sévère. Pour contrecarrer cette morosité, il exige une contrée ensoleillés et se permet de fabriquer plein de petits papillons jaunes en guise de fleurs comme s'il voulait pavoiser. Cette Papillonacée contient beaucoup de silice et d'azote. Grâce à ces petits papillons qui signent un élément air, élément urinaire, l'hydropisie, les affections du rein, de la vessie, les graviers, les calculs, la maladie de Bright, l'albuminurie, l'œdème, la goutte.

Le système foliaire de cette plante est pratiquement inexistant. Ce qui signifie qu'elle contient en elle-même une substance adéquate pour pallier cette anomalie. Cette substance est la spartéine qui stimule le système rythmique et surtout le jumelage cœur-poumon. On comprend maintenant pourquoi les bergers en frottent énergiquement la peau des moutons piqués par une vipère : le cœur, les poumons, l'adrénaline (sphère rénale), le système de défense immunitaire, de ces animaux ont besoin de réagir vivement contre le venin. Nous venons de parler de la sphère rénale et de celle du cœur. On comprend pourquoi dorénavant, que cet élixir de Genêt, agissant positivement que ces deux organes, régularise la tension sanguine.

La prise de cet élixir apportera l'assurance du triomphe sur les difficultés passagères. Ces personnes finiront par ne plus se laisser influencer par leur condition physique et par l'opinion des autres.


Mots-clés : Genêt comme génétique (maladie) ; Ge nêt comme je n'ai... plus de problème particulier.

[ou comme je nais...]

*

*

Selon Annie Guibert autrice de Fleurs de Bach, fleur de soi (Éditions Médicis, 2008, 2017) et mon initiatrice dans la compréhension du message spirituel du Dr Bach :


Gorse a été le premier remède d'une deuxième série de sept, découverte par le Dr Bach alors qu'il cherchait de nouveaux élixirs capables de répondre à des états chroniques, pour lesquels les douze premiers soulageaient, certes, mais n'apportaient pas d'améliorations durable. Il a appelé cette série les sept aides ou sept auxiliaires. Gorse a été repérée peu avant Pâques 1933, sur les flancs de collines de Marlow, une petite ville au bord de la Tamise, où le Dr Bach séjournait alors. Elle appartient aux fleurs du groupe II, les fleurs d'incertitude (Cerato, Scleranthus, Gentian, Gorse, Wild Oat et Hornbeam).


Reconnaître un état négatif Gorse : Tout comme son prédécesseur et découvreur de l'homéopathie, Hahnemann, le Dr Bach a été confronté à l'action du temps sur ses premiers remèdes et au problème de la maladie au sens large - c'est-à-dire, au mal-être - chronique.

C'est avec Gentian qu'il l'a compris en premier, et c'est pourquoi la découverte de Gorse est directement corrélée à cette Fleur de la première série. Lorsque nous sommes dans l'état négatif de Gentian, nous rencontrons donc un obstacle et cet obstacle nous décourage et nous fait provisoirement baisser les bras. Toutefois, nous repartons qui, à la recherche de l'emploi convoité, qui à celle du succès attendu, et arrivons donc à dépasser le plus souvent cet obstacle. Cependant, il est facile d'imaginer que si un autre obstacle survient, puis un autre échec, puis deux, puis trois, notre doute va bientôt laisser place à une difficulté de plus en plus grande à tenter à nouveau et à repartir à la poursuite de la réussite, si peu au rendez-vous jusque-là. Et si nous prenons Gentian à nouveau, elle sera inopérante à nous inviter à repartir. Pourquoi ?

C'est que notre nouvel état sera différent, plus profond, plus chronique, plus installé, et que l'incertitude ponctuelle aura fait place au désespoir de ne plus y croire. L'intensité et le degré ont changé et nous aurons besoin maintenant de Gorse.

Gorse s'utilisera quand nous aurons perdu la foi, quand nous aurons ralenti nos efforts, à force d'essuyer des revers, des échecs, des difficultés, que nous serons devenus statiques, figés, arrêtés dans notre mouvement de vie.

Le pessimisme sera si grand que nous aurons seule certitude : rien ne pourra changer et il ne servirait à rien de tenter quoi que ce soit. Si une volonté extérieure, un ami, une main secourable, vient nous chercher pour nous inviter à un autre essai alors, comme le dit le Dr Bach, nous le ferons peut-être tout de même, sans plus y croire et surtout, sans y investir de volonté propre.

Dans cet état, la souffrance est grande et l'impression de vide aussi, comme si nous étions enfermés dans le buisson d'épines, en grande douleur certes mais, au fond, en sécurité par rapport à un extérieur si rude ; à quoi bon en sortir et risquer une plus grande déchirure encore ?


Que nous rappelle la Fleur de Gorse ? Toute la symbolique de l'ajonc nous rappelle à l'espoir et à la confiance en la lumière même quand tout est sombre autour de nous, et nous rappelle que nous sommes nous-mêmes porteurs de cette lumière.

La prise de cette Fleur va nous recontacter avec notre volonté propre, celle d'agir, d'essayer encore, de trouver une solution, cette volonté qui avait été usée par les échecs, les revers et les difficultés. Nous avons vu que l'intervention extérieure, même si nous l'acceptons, n'est pas le vrai moyen pour ré-actionner cette volonté. Elle est certes, une stimulation, mais aussi une volonté par procuration>. La prise de conscience que nus pouvons rallumer notre propre petite chandelle par un effort de mise en mouvement, va lors éclairer notre désespoir et réveiller notre confiance perdue. I s'agit alors d'une forme de renouveau et nous allons pouvoir peu à peu, à petits pas, comme si nous réapprenions à marcher, nous faire confiance et faire confiance en la vie, retrouvant notre propre individualité perdue.

Le processus de retour à nous-mêmes et en nos capacités illustre ici ce qui a motivé la recherche des auxiliaires par le Dr Bach, et rend leur importance aux Fleurs guérisseuses, dans la compréhension du système tout entier, même si, dans la pratique, la procédure de sélection restera toujours très simple et ignorera avec bonheur les arcanes du temps chronologique.

*

*






*

*

*

*



*

*

*

*

*

*





*

*




Ogham :


Voir la fiche dédiée à l'Ogham Ohn.

*


17 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page