Blog

  • Anne

L'Achillée millefeuille




Étymologie :

  • ACHILLÉE, subst. fém.

Étymol. ET HIST. − 1572 bot. « Achillea Millefolium L., plante de la famille des Composées » (J. des Moulins, Comment. sur Matthiole, 13 ds R. Hist. litt. Fr., I, p. 488 : L'achillee, la chrysocome). Plante utilisée en méd. dès la même époque (A. Paré, achilleia ds DG). Empr. du lat. achillea, -ae (ou achilleos, -i) transcription du gr. Α χ ι ́ λ λ ε ι ο ς « l'herbe d'Achille » (avec laquelle il guérit Télèphe) : ainsi ds Pline, Naturalis historia, 25, 42 ds TLL, 395, 58 : invenisse dicitur Achilles discipulus Chironis qua vulneribus mederetur, quae ob id achilleos vocatur ; d'où ibid., 25, 164 : medetur aurium dolori... sucus... achilleae ; voir André 1956, s.v.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Achillea millefolium ; Achillée noble ; Arbadinde ; Charpentaire ; Grassette ; Herbe à antrôler (ensorceler) ; Herbe à dinde ; Herbe à dindes ; Herbe au dindon ; Herbe à endormir ; Herbe à la coupure ; Herbe à la forcée ; herbe à la saignée ; Herbe à millefeuilles ; Herbe à narines ; Herbe au rêve ; Herbe aux charpentiers ; herbe aux cochers ; Herbe aux coupures ; Herbe aux dindes ; Herbe aux militaires ; Herbe aux voituriers ; Herbe de copresse ; Herbe de puits ; Herbe de Saint-Jean ; Herbe de Saint-Joseph ; Herbe de sang ; Herbe du diable ; Herbe militaire ; Houblon des prés ; Lin sauvage ; Mainte-feuille ; Meûrisse ; Mille-feuille ; Millefeuille ; Millefeuille commune ; Persil à dindes ; Queue-de-renard ; Queue-de-taupe ; Rêve ; Saigne-nez ; Scie ; Sourcil de Vénus.

Achillea erba-rotta ; Achillée à feuilles simples ; Achillée herbe trouée.

*

*




Botanique :


Fiche extraite du site TelaBotanica à découvrir.







*




Bienfaits :


D'après Anne-Marie Alliot, auteure de Dialogue avec les végétaux : 74 méthodes d'harmonisation et de guérison par les plantes (Éditions Essénia, 2014) :


Usages en phytothérapie : Les parties aériennes (feuilles et fleurs) sont utilisées en tisane, extrait liquide, teinture, huile essentielle, jus, pommade. L'Achillée millefeuille a des propriétés toniques, décongestionnantes, antispasmodiques, astringentes, cicatrisantes et coagulantes, insecticides. Cette plante est un élément important de la médecine populaire.

En usage interne, l'infusion est favorisée, elle est une aide en cas de perte de l'appétit, elle soulage les troubles digestifs, les spasmes de l'estomac et des intestins, les douleurs menstruelles et pelviennes, traite les infections des voies respiratoires en activant la production de mucus. Infuser pendant 10 minutes, de 1 à 2 petites cuillerées de plante séchée dans 150 ml d'eau bouillante. Laisser refroidir et prendre trois fois par jour, entre les repas. Les sommités fleuries sont également employées comme fébrifuge, plutôt en décoction concentrée.

En usage externe, elle permet d'arrêter les saignements, signe les blessures et les inflammations de la peau et conjonctivite. Jusqu'au XIXe siècle, les soldats l'ont employée pour arrêter le sang des blessures, prévenir l'infection des plaies et en accélérer la cicatrisation, d'où son nom d'« herbe militaire » (compresse imbibée sur la partie atteinte plusieurs fois par jour, sans appliquer sur des plaies ouvertes).

En bain de siège, elle calme douleurs menstruelles et dysménorrhées, infections gynécologiques, démangeaisons et hémorroïdes (infuser 100g de la plante séchée dans 1 litre d'eau, puis diluer dans 19 litres d'eau tiède ou chaude). Une pommade contre les hémorroïdes peut se préparer avec les fleurs coupées menues.

Contre-indications : l'Achillée millefeuille est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants, ainsi qu'aux personnes allergiques à cette famille de plantes (astéracées), dont fait partie la camomille et les marguerites.


Usages culinaires : Son amertume caractéristique en a fait un ingrédient de choix pour la composition d'un grand nombre de préparations toniques : vins et alcools aromatisés. Dans les pays nordiques, cette plante remplaçait le houblon dans la fabrication de la bière.

En salade, les très jeunes feuilles et même les fleurs peuvent se consommer crues ou bouillies ou utilisées comme condiment.

*

*




Usages traditionnels :


Selon Alfred Chabert, auteur de Plantes médicinales et plantes comestibles de Savoie (1897, Réédition Curandera, 1986) :


Les tiges fleuries de l'Achillea herba rota, si abondantes auprès des ources de l'Arc à Bonneval, font l'objet d'un grand commerce. Chaque année, des paysans piémontais viennent les récolter pour les vendre à Turin aux fabricants de vermout dit de Turin. Les habitants de Bonneval veillent à ce que la plante ne soit pas arrachée avec ses racines, mais que les tiges en soient simplement coupées.

[...]

On applique aussi sur les plaies récentes les feuilles écrasées des plantes suivantes : Achillea tanacetifolia, dentifera et nana [...], de la millefeuille, Achillea millefolium [...].

*

*




Spagyrie :


Voici la fiche proposée par Viviane Le Moullec dans Élixirs floraux de Viviane à faire soi-même (Éditions du Dauphin, 1997, 2020) :


Mot clef : Le gilet pare-balles contre les mauvaises influences


Qui est l'Achillée ? L'Achillée est une solide plante qui peut atteindre 70 cm, aux feuilles très finement découpées et qui se termine par de minuscules fleurs blanches. Elle aune odeur balsamique qui rappelle celle du Chrysanthème.


Avec quoi réaliser votre élixir ? Recueillez les sommités fleuries, en ajoutant, si vous le désirez, un peu du feuillage joliment dentelé.


Utilisation traditionnelle : Les sommités fleuries sont utilisées pour soigner les ballonnements et les douleurs de la menstruation. C'est aussi "une plante à tout faire" pour les maladies de peau : éruptions, eczéma, blessures qui suintent (l'Achillée est un hémostatique puissant).

L'Achillée millefeuille est une plante amie des femmes et... du vin. Elle traite avec bonheur bien des troubles de la ménopause et aide à la conservation du vin. Autrefois, on en mettait dans le fond de certains tonneaux pour empêcher le vin de tourner. Meilleure recette que de le sulfiter à outrance !


Aide alchimique : Protège la peau et le sang

Cette plante agit sur la peau : elle stoppe les écoulements vers l'extérieur et empêche des flux inutiles ou nocifs de forcer la barrière de la peau. C'est un hémostatique, donc elle arrête les écoulements de sang, tout comme les pertes d'énergie quand la peau ou l'aura commencent à ressembler à une passoire.

C'est un tonique actif qui purifie la peau et fait aussi barrière contre toutes les substances allergisantes qui peuvent venir de l'extérieur. Par analogie avec ce dernier talent, l'Achillée millefeuille ne vous dispense pas de prendre des mesures énergiques pour vous éloigner des malveillants. Quand les bons conseils n'ont rien donné, la seule attitude efficace est de faire comme si ces personnes étaient des étrangers et ne plus les fréquenter, quelles que soient les "bonnes "raisons que l'on puisse trouver : position sociale, parenté, ancienne amitié...

Par conséquent, à titre aussi physique que spirituel, il est bon, quand on vit dans une atmosphère polluée ou entouré de gens pas très bienveillants, de préparer une lotion (ou même une huile ou un vinaigre) à base d'élixir d'Achillée millefeuille et de s'en frictionner régulièrement chaque jour. Cela rendra la peau moins perméable à la pollution et l'aura moins sensible à la malveillance. Cela permettra aussi de trouver le courage de s'éloigner des tordus... le temps qu'ils se détordent !

En définitive, l'Achillée favorise une vie bien remplie et donc une mort paisible. Par conséquent, le jour où vous vous sentirez prêt à travailler avec l'Achillée, vous gagnerez une vision beaucoup plus large et plus sereine de votre vie ; la mort elle-même sera perçue sereinement comme une fin de cycle naturel.


Tradition : Les Celtes traitaient l'Achillée avec beaucoup de respect et pendaient qu'elle aidait les princes à mieux assumer leurs devoirs. Enfin, quand quelqu'un était gravement blessé au service de la communauté, l'Achillée aidait à guérir... ou à gagner le Paradis celte, celui des hommes nobles et des femmes aimantes.

*

*



Usages traditionnels :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot nous apprend que :


Dans l'Aube, les enfants introduisent les feuilles du saigne-nez (Achillea millefolium) qu'il appellent herbe à entrôler, c'est-à-dire à ensorceler, dans le nez et les oreilles de l'un d'eux, lequel semble alors soumis à une impression extraordinaire ; après être resté pendant quelque temps dans un état réel ou supposé de somnolence, au milieu du bruit ou des cris que font ses camarades, il s'élance tout à coup sur eux en essayant de les saisir.




Croyances populaires :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot recense nombre de légendes populaires :


Dans la Gironde, les personnes qui veulent se garantir des Sorciers doivent porter un sachet renfermant de l'armoise, du millepertuis et du mille-feuilles, qui ont été bénits.




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) évoquent rapidement le symbolisme de l'achillée millefeuille :


ACHILLÉE MILLE-FEUILLE - GUERRE.

Cette plante cicatrise toutes les plaies faites par le fer ; on dit que le héros dont elle porte le nom s'en servit pour guérir les blessures de Téléphe.

 

Dans Les Fleurs naturelles : traité sur l'art de composer les couronnes, les parures, les bouquets, etc., de tous genres pour bals et soirées suivi du langage des fleurs (Auto-édition, Paris, 1847) Jules Lachaume établit les correspondances entre les fleurs et les sentiments humains :


Achillée à mille feuilles - Guerre.

Tire son nom d’Achille. Ovide prétend qu’Achille guérit avec cette plante le fils d’Hercule qu’il avait blessé au siège de Troie.

*

*

Dans son Traité du langage symbolique, emblématique et religieux des Fleurs (Paris, 1855), l'abbé Casimir Magnat propose une version catholique des équivalences symboliques entre plantes et sentiments :


ACHILLÉE MILLEFEUILLE - GUERRE.


On prépare un coursier pour le jour du combat, mais c'est le Seigneur qui sauve. (Prov. XXI, 31)


L'Achillée millefeuille sans présenter beaucoup de charmes présente beaucoup de difficultés. Sa racine est horizontale, fibreuse, vivace ; elle produit une ou plusieurs tiges droites, souples dans leurs parties inférieures et plus ou moins rameuses dans les supérieures. Ses fleurs sont petites, ordinairement blanches, quelquefois rougeâtres, nombreuses et disposées en corymbe terminal. On croit que c'est de cette plante que se servit l'intrépide Achille pour guérir la blessure qu'il fit à Télephe fils d'Hercule et d'Augé lorsqu'il voulut s'opposer aux Grecs qui allaient mettre le siège devant Troie. Elle est devenue depuis le symbole de la guerre, à cause de la vertu qu'on lui attribuait de guérir les blessures faites par des armes tranchantes ; le peuple la croit encore propre à cela, aussi la nomme-t-il pour cette raison : Herbe à la coupure ou Herbe aux charpentiers. Elle est au surplus très commune et très multipliée comme tous les utiles présents de la nature. Cette plante est quelquefois employée à la préparation de la bière qui acquiert alors une qualité très enivrante. On la trouve dans les pâturages, le long des chemins et sur le bord des champs. Elle fleurit en juin, juillet et août.


MAXIMES :

La plupart des hommes s'exposent assez dans la guerre pour sauver leur honneur, mais peu se veulent exposer autant qu'il est nécessaire pour faire réussir le dessin pour lequel ils s'expo sent. (LA ROCHEFOUCAULT.)


On acquiert une gloire bien plus soli de en exterminant la guerre par la parole de la paix qu'en exterminant les ennemis par les armes. (SAINT AUGUSTIN, Cité de Dieu.)

 

Selon Pierre Zaccone, auteur de Nouveau langage des fleurs avec la nomenclature des sentiments dont chaque fleur est le symbole et leur emploi pour l'expression des pensées (Éditeur L. Hachette, 1856) :


MILLE-FEUILLE - GUÉRISON.

La mille-feuille a, dit-on, la propriété de guérir les blessures. Cette plante est loin de mériter la réputation qu'on lui a faite.

*

*

Emma Faucon, dans Le Langage des fleurs (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) s'inspire de ses prédécesseurs pour proposer le symbolisme des plantes qu'elle étudie :


Millefeuilles ou Herbe de Saint-Joseph ou au Charpentier - Soulagement.

Cette herbe, ainsi nommée à cause du nombre infini des découpures de sa feuille, a pris le surnom d'herbe de Saint-Joseph en souvenir de la légende suivante :

Ce saint, comme on sait, exerçait l'état de charpentier ; un jour qu'il travaillait devant sa porte, il se blessa grièvement avec un de ses outils, et le sang s'échappa abondamment. Le petit Jésus, tout jeune encore, jouait avec les copeaux que le rabot faisait jaillir ; son cœur d'enfant s'émut de la souffrance de son père, comme plus tard son cœur d'homme devait pleurer sur les maux de l'humanité et chercher à les soulager. Il courut, cueillit une plante que le vent avait apportée et que la pluie avait fait croître dans les pierres du chemin ; puis il revint, en appliqua les feuilles sur la blessure de Joseph et la plaie se cicatrisa.

Le nom botanique de celle plante est achillée-millefeuilles ; elle est dédiée à Achille parce que c'est lui qui le premier l'employa pour la cicatrisation des blessures.

 

Le Dictionnaire Larousse en 2 volumes (1922) propose des pistes pour comprendre le langage emblématique des fleurs :

Nom Signification Couleur Langage emblématique

Achillée Vaillance Jaune Je peux vous aimer malgré tout.


L'achillée mille-feuille, symbole du soulagement doit son nom à Achille qui le premier l'utilisa pour cicatriser une blessure. On l'appelle aussi herbe de saint Joseph ou herbe aux charpentiers : le père du Petit Jésus s'étant blessé avec son rabot, son fils alla cueillir quelques feuilles de cette plante les appliqua sur la blessure qui guérit.

*

*

Dans un article intitulé « Histoire savante et "pensée sauvage" dans les nomenclatures botaniques en Europe », paru dans la revue Civilisations (Vol. 36, No. 1/2, Ethnologies d'Europe et d'ailleurs (1986), pp. 349-363), Renaud Zeebroek précise quelles sont les herbes de Saint-Jean :


Tâchons d'abord, à l'aide d'un exemple, de saisir les mécanismes par lesquels la culture populaire forge les noms des plantes. Nous emprunterons à Rolland (t. VII, p. 39 sq.) l'inventaire des noms couramment attribués en France à l'Achillaea Millefolium L. du botaniste.

Son nom commun français le plus généralement accepté depuis le XVIe siècle est "millefeuille", lui-même issu du latin "millefolium". Ce terme évoque l'allure générale de la plante, dont "les tiges cannelées portent des feuilles isolées, sessiles, longues et étroites, divisées en très nombreux segments (Larousse encyclopédique). D'autres appellations, plus régionales, comme "queue-de-renard" font référence à la forme d'une feuille prise séparément.

Une série d'appellations gravitent autour de ses propriétés médicinales : "Herbe à charpentier", "Herbe à la coupure", "Saigne-Nez", "Herbe-de-sang", etc. indiquent son emploi, anciennement très courant, comme hémostatique. Par contre, "herbe du diable", "rêve" ou "au rêve", "herbe à antrôler" (ensorceler), "herbe indovouaze (à s'endormir)" font plutôt référence à l'odeur de la plante et aux effets enivrants qu'elle est censée produire.

Enfin, quelques termes renvoient à l'ensemble rituel et symbolique auquel est associée cette plante : "herbe de Saint-Jean", "Herbe de Notre-Dame".

On remarquera, pour conclure, que l'appellation choisie par Linné pour désigner ce taxon n'est pas indépendante de la logique terminologique avec laquelle il est censé rompre : Achillaea portait déjà ce nom en grec ancien car, nous dit la légende, Achille s'en est servi pour soigner sa blessure au talon.

[...]

L'un de ces noms est l'Herbe à endormir. Écoutons l'explication que Cazin nous en donne : "Ce nom lui vient sans doute de ses propriétés calmantes et antispasmodiques, et de l'usage qu'on en a fait depuis un temps immémorial dans les affections nerveuses. Nos paysans croient qu'il suffit d'introduire cette herbe dans les narines ou dans les oreilles pour produire le calme, le sommeil et même une sorte d'ivresse (p. 289).

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), l'Achillée mille-feuille (Achillea millefolium) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Féminin

Planète : Vénus

Élément : Eau

Pouvoirs : Courage ; Amour ; Clairvoyance ; Exorcisme ; accessoirement : Faire l'école buissonnière.


Utilisation magique : Portée sous ses vêtements, une tige fraîche de Mille-feuille protège des « influences malignes ». En Vendée, on se servait de la plante pour exorciser. Un pied de Mille-feuille suspendu à la tête du lit de noces, et que l'on y laisse sécher, assure aux époux un amour d'au moins sept ans ; telle était la croyance des habitants de Nuoro, en Sardaigne. Les paysans sardes faisaient aussi entrer la plante dans la composition de charmes d'amour. Des feuilles et sommités fleuries de cette Achillée, disposées dans les diverses poches de ses habits, dissipent toute crainte et décuplent le courage ; de là vient, certainement, le nom d'« herbe aux militaires ». Ne cherchons pas bien loin l'origine d'une telle croyance : le « bouillant Achille », qui avait appris du centaure Chiron (le premier herboriste) les propriétés thérapeutiques de la plante, s'en servit pour soigner ses compagnons, blessés au siège de Troie. L'Achillée est en effet connue depuis des millénaires. Elle fait partie des trente-deux « herbes de la Saint-Jean » que, au solstice d'été, les prêtres-magiciens allaient récolter en entourant la cueillette de rites religieux. D'où sa solide réputation dans les campagnes comme plante médicinale et magique.

Outre ses multiples vertus guérisseuses, en particulier pour traiter la calvitie et les maladies de peau, on avait très vite découvert la curieuse faculté qu'a l'Achillée mille-feuille de conserver le vin : en laissant tomber un sachet de graines au fond du tonneau, le vin ne surira pas.

Dans les familles rurales italiennes, en général nombreuses, les enfants s'expatrient souvent pour aller travailler en Amérique du Nord ou du Sud. Lorsque les parents restent trop longtemps sans nouvelles, à Spezzano Albanese, en Calabre, la mamma fait un énorme bouquet de Mille-feuilles. Elle installe au milieu du feuillage une statue de la Madone. Le tout est placé devant la photographie du voyageur oublieux. Une lettre arrivera sous peu.

Citons enfin une pratique de « magie » passablement marginale : tous les enfants du siècle dernier savaient se ramoner le nez avec la Mille-feuille, provoquant un fort saignement, grâce auquel ils obtenaient de quitter l'école.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Des brins de millefeuille introduits dans le nez et sur lesquels on tape légèrement font aussitôt saigner. Les enfants de Bretagne utilisaient ce principe, au printemps, croyant ainsi s'assurer toute l'année une excellente santé. En Angleterre, on glissait également du millefeuille dans le nez en disant : "Millefeuille, si mon amour m'aime, mon nez va saigner !"

Le millefeuille arrête les sorts, s'il a été touché au Saint-Sacrement par le prêtre dans l'octave de la Fête-Dieu. Il suffit de le placer sur le pas de la porte ou de le porter dans un sachet avec de l'armoise et du millepertuis, bénits également.

Une feuille de cette plante placée sur chaque œil avant de dormir garantit de beaux rêves ; sous l'oreiller, quelques feuilles sont censées avoir le même effet. En Sardaigne, on croit que laisser sécher un pied de "sourcils de Vénus" à la tête du lit conjugal protège les amours du couple pendant une période de sept ans.

On signale en outre que dans certaines familles rurales de Calabre, lorsqu'on est sans nouvelles depuis un moment d'un enfant parti tenter sa chance en Amérique du Nord ou du Sud, "la mamma fait un énorme bouquet de millefeuilles. Elle installe au milieu du feuillage une statue de la Madone. Le tout est placé devant la photographie du voyageur oublieux. Une lettre arrivera sous peu."

Cette plante est donc assez bénéfique et Achille lui-même, notamment lors du siège de Troie, en pansait ses blessures et celles de ses compagnons ; le nom savant du millefeuille , n'est-il pas Achillea millefolium ? Elle est en outre surnommé "herbe aux militaires" ou "aux soldats", non seulement en souvenir d'Achille mais également parce qu'avoir dans ses poches des feuilles et des fleurs de millefeuille rend très courageux et supprime la peur. Toutefois, en avoir sur soi en voiture porte malheur (dans la Vienne).

Selon la tradition chinoise, les astrologues-devins consultaient le millefeuille, "dont les filaments entremêlés donnent des figures correspondant aux signes astrologiques appelés "trigrammes de Fo-hi".

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Achillée blanc : Si vous êtes la proie d'attaques psychiques, de critiques, d'un champ radio-actif dangereux, de tensions et fatigues causées par la proximité d'ordinateurs, pensez à ce parapluie qui pousse dans la nature et qui s'appelle l'Achillée millefeuille blanc.

Par sa tige vigoureuse et son ombrelle particulièrement durable, cette plante présente une étonnante vitalité. Ceci est du à un processus potassique-sulfuré harmonieux qui chez l'être humain apporte au foie des matériaux plus que parfaits pour entreprendre la genèse du sang. Cet élixir est particulièrement recommandé lors des accidents ou lors d'opérations chirurgicales pour régénérer les tissus et les nerfs. Mieux encore, on le conseillera lors de séances de chimiothérapie ou de cobalthérapie.

Quand la peau est soumise à des radiations et qu'elle brûle, il faut penser toujours au potassium qui rafraîchit, limite la montée de la fièvre, calme l'inquiétude du cœur. Le potassium régit aussi l'activité de l'adrénaline, cette substance qui procède aux défenses de l'organisme agressé ; ainsi qu'à l'activité de l'aura. Le soufre, intermédiaire entre le fer et les protéines aide à la réparation des planètes, des tissus, et des nerfs en favorisant la construction des globules blancs. De plus, son affinité avec l'argent lui permet indirectement d'assainir l'organisme devant une attaque microbienne. Cette affinité lui permet d'être chaudement recommandé pour régulariser le cycle des femmes mal réglées, soit à la puberté, soit à la ménopause.


Le mot-clé : Achille qui est blessé par une flèche empoisonnée au siège de Troie, utilise cette plante pour le soulager de ses souffrances. Cet élixir est conseillé encore pour les ulcères, les contusions, les plaies infectées, les hémorroïdes, les hémorragies, les gerçures, les crevasses, l'acné, les dartres, les coups de soleil et toute autre dermatose.


Achillée rose : Si vous avez besoin d'un bouclier contre les pensées négatives ; si vous travaillez avec des individus perturbés ; si vous êtes superstitieux ou si vous craignez d'être submergé par des problèmes émotionnels, pensez à l'Achillée rose.

Cette plante possède les mêmes propriétés que sa sœur l'Achillée blanc. Mais par la couleur de sa fleur, son impact sur le chakra cardiaque et sur le cœur mental sera encore plus sensible. Sa sève de saveur amère-épicée peut cicatriser plus facilement des blessures survenues dans le corps de l'âme. Associé au quartz rose, cet élixir peut avoir de bons résultats dans les cas d'hypersensibilité émotionnelle, voire même sur les ulcères ou les problèmes de tachycardie, d'arythmie, etc.

*

*

Selon Pierre Dubois et René Hausman qui ont écrit et illustré L'Elféméride, Le grand légendaire des saisons - Automne-Hiver (2013),


"Les sveltes et jolies Milloraines, femmes-fées, vêtues de blanc, qui font leurs lessives la nuit, à genoux sur la pierre polie des lavoirs, ne manquaient jamais, pour obtenir un linge aussi pur que la neige, d'ajouter à l'eau une branche de millefeuille, en chantant : "fée, fée, ta lessive n'est pas encore achevée." Une fois leur tâche accomplie, elles disparaissaient dans la brume de l'aurore.

Plante bénéfique appelée aussi "sourcils de Vénus" et "herbe au charpentier", très résistante, elle tue la peur et donne du courage. Les héros des contes et Elfes-chevaliers en liaient un bouquet à leur lance lorsqu'ils partaient affronter chimères et dragons.

L'Achillea millefolium a la double réputation de provoquer et de faire cesser les saignements de nez.

Son rameau repousse les mauvais sorts et, placé sous l'oreiller du lit conjugal, assure les passions amoureuses durant sept ans."

*

*

Anne-Marie Alliot, dans Dialogue avec les végétaux : 74 méthodes d'harmonisation et de guérison par les plantes (Éditions Essénia, 2014) propose l'article suivant :


Astre : Vénus.

Élément : Eau.

Genre : Féminin.

Archange : Gabriel.


Message de l'âme :

« Je suis l'amie des petites filles qui sautent

et rient comme une pluie de cristaux.

Je suis le sourire de la Mère du monde. Je suis force et délicatesse.

J'aide l'homme à respirer librement, à retrouver ne lui l'enfant perdu,

à ouvrir ses yeux sur les formes et les couleurs.

J'amène de l'enthousiasme dans son eau intérieure et extérieure.

J'agis positivement sur les articulations encrassées par les peines.

Liée à la planète Vénus,

je favorise l'expression de l'amour, de la sensibilité.

J'accompagne la féminité vers son accomplissement. »


Interprétation du message de l'âme : L'Achillée est une bénédiction de la Mère du monde, elle contient un ensemble de vertus qu'elle veut partager avec l'homme, mais encore plus avec la femme qu'elle peut accompagner dans le lien intime qu'elle entretient avec la nature de par le cycle de sa vie ovarienne, qui est la danse de la vie cosmologique. Elle peut lui être d'un grand secours au cours de la ménopause pour épargner son agitation intérieure. Très probablement, les Anciens s'étaient transmis le savoir qu'elle avait une influence radicale sur l'eau de l'homme, c'est-à-dire son sang jusqu'à y mettre l'énergie de sauver sa vie, si il venait à couler sur l'extérieur. Elle chasse du corps, grâce à sa force dépurative certaines maladies qui y avaient pris place depuis des années. Cet enthousiasme qu'elle met dans cette eau est également à prendre dans le sens de prodiguer le tonus, la vie, la santé. A notre époque en élixir, utilisée quotidiennement, elle peut limiter l'effet des radiations et rayonnements électromagnétiques environnementaux perturbateurs dans l'eau aurique de l'homme (ex. personne travaillant de longues heures devant un écran d'ordinateur).

*

*

Selon Claire Tiberghien, auteure de Équilibre et méditation par les plantes, 30 plantes à découvrir (Éditions Jouvence, 2016), l'Achillée millefeuille présente les caractéristiques suivantes :

Élément : Terre.


De son nom latin Achillea millefolium, l'Achillée millefeuillle fait partie de la famille des Astéracées. Elle représente l'authenticité.

L'Achillée millefeuille contient beaucoup de minéraux. Elle active le métabolisme général, favorise une bonne circulation du sang et réduit la tension artérielle. Elle freine les infections et est efficace contre tous les troubles de la digestion, notamment les diarrhées. Antispasmodique, elle stimule l'appétit. C'est une plante idéale pour tout ce qui touche aux menstruations. Elle soulage les syndromes prémenstruels et régularise les règles.


Sur le plan psychique : L'Achillée millefeuille active la pensée logique. Elle montre la voie médiane entre les extrêmes. Elle aide à assimiler les vieux chocs et les expériences douloureuses. Elle nous permet de prendre conscience de nos sentiments profonds, de nous réconcilier avec nous-mêmes et de fixer des limites aux attentes extérieures.

Grâce à l'Achillée millefeuille, je peux affirmer :

  • J'ose et je suis capable de dire oui.

  • Je sais dire non.

  • Je suis fidèle à moi-même.

  • La lumière adoucit mes blessures.

  • J'agis à partir de mon Moi.

  • Je communique dans l'énergie du cœur.

  • Ma persévérance est une force.

  • Je vis mon intuition et ma créativité.

  • Je perçois les nouvelles possibilités que m'offre la vie.

  • Je fais confiance, je trouve du soutien et de la chaleur dans les périodes tumultueuses.

La méditation de l'Achillée millefeuille : Vous quittez la plaine et la chaleur étouffante de cette journée d'été. En altitude, une brise légère vous caresse et rend l'air sec et clair. Au milieu des pâturages se dressent de solides plantes couronnées par de magnifiques parasols de fleurs blanches. Vous vous allongez confortablement sur l'herbe, comme protégé par l'Achillée millefeuille. Un parfum un peu sombre, épicé et derrière, un peu cachée, une odeur plus douce, plus florale.

Repensez à votre vie, à toutes les étapes, depuis votre naissance. Toutes les étapes que vous avez réussi à traverser pour être aujourd'hui vous-même, ici. Il y a en vous la capacité de grandir, malgré les blessures, les regrets. Vos épreuves vous aussi donné force te vitalité. Respirez profondément le parfum de l'Achillée, prenez conscience de votre corps, des endroits où le froid et la tristesse se cachent. Laissez la chaleur de votre souffle les dissiper. Remerciez l'Achillée pour la force et la sécurité qu'elle vous transmet, nourrissant votre confiance. Confiance de savoir vous protéger, confiance d'oser être vous-même.

*

*

Maïa Toll, auteure de L'Herbier du chaman, 36 cartes divinatoires, A la rencontre de la magie des plantes (Édition originale 2020 ; Édition française : Larousse, 2021) nous révèle les pouvoirs de l'Achillée millefeuille (Achillea millefolium) :


Mot-clef : Bulle de protection


Jadis, l'Achillée millefeuille accompagnait les guerriers. Même si sa mission officielle était de panser les blessures - empêcher l'intérieur de sortir à l'extérieur et l'extérieur de rentrer à l'intérieur -, sa présence donnait du courage aux soldats qu'elle embrassait. Aujourd'hui, sa tâche est quasiment identique : elle vous aide à maintenir vos frontières, qu'elles soient physiques, émotionnelles ou spirituelles. Elle crée des poches de protection personnelles pour vous permettre de ralentir, de rassembler vos forces et de vous armer de courage. L'Achillée millefeuille vous rappelle que les frontières ne servent pas seulement à empêcher l'extérieur de rentrer à l'intérieur, mais aussi à vous empêcher de fuir, de répandre vos pensées et vos émotions à l'extérieur. Elle crée une bulle protectrice - une sorte d'espace sacré - dans laquelle vous pouvez vous rassembler, vous régénérer et vous recréer.


Rituel : Rétablir votre espace personnel

Avant de demander à l'Achillée millefeuille de vous garder un petit espace rien qu'à vous, précisons de quel espace il s'agit !

Fermez les yeux et imaginez que vous êtes à l'intérieur d'une bulle de verre (certaines personnes appellent cet espace l'aura, mais vous pouvez vous contenter de la notion de « bulle de verre » si vous préférez le concevoir ainsi). Faites courir vos doigts sur les parois intérieures de cette bulle de façon à sentir les limites de votre énergie corporelle. Faites taire votre scepticisme et faites confiances à vos doigts !

Votre bulle est-elle lisse ?

Ses parois sont-elles intactes ?

Ou sentez-vous des endroits qui auraient besoin d'être consolidés ?

Si vous sentez un trou dans votre bulle (votre aura), demandez à l'Achillée millefeuille de vous aider à recréer les frontières de votre espace personnel.


Réflexion : Êtes-vous capable de dire non ?

L'Achillée millefeuille s'est adaptée aux temps modernes avec enthousiasme ; elle nous aide à instaurer un espace personnel et à maintenir nos frontières. Mais rappelez-vous qu'elle est un partenaire, pas un chien de garde. Si vous voulez qu'elle fasse son travail, vous devez apprendre à dire un mot magique : non. Ces trois lettres peuvent être difficiles à prononcer ! Si vous voulez toujours être « gentille » ou coopérante, vous risquez de dire oui (ou peut-être) alors que votre cœur dit non, en réalité. Comment ressentez-vous le fait de dire non ? Êtes-vous capable de refuser de vous laisser surexposer et de protéger la petite bulle de rêve que l'Achillée millefeuille vous offre ?


« Dans une formule de guérison avec l'Achillée millefeuille, le guérisseur dit que la plante est cueillie pour rendre la main plus courageuse, le plus plus véloce et le discours semblable aux rayons du soleil. »

(Sharon Paice MacLeod, Celtic Myth and Religion)

*

*




Symbolisme celte :

Selon L'Oracle druidique des plantes, Travailler avec la flore de nos ancêtres (traduction française Éditions Véga, 2008) de Philip et Stephanie Carr-Gomm, les mots clefs associés à cette plante sont :


en "position droite : Fidélité - Masculinité - Virilité

en position inversée : Divination - Incertitude - Indécision.


L'Achillée est une robuste plante pérenne originaire d'Europe et trouvée dans l'ensemble de l'hémisphère nord, depuis l'Irlande à la Chine. D'habitude tenue pour une mauvaise herbe, elle pousse partout, bien qu'elle préfère le soleil et les sols fertiles. Florissant à la fin de l'été ou au début de l'automne en bouquets blancs ou roses, elle atteint un mètre de hauteur.

La carte montre une Achillée en fleur poussant près de l'autel en pierre à aiguiser de Cumbrie. Cet après-midi d'été", un serpent solitaire se glisse à côté.


Sens en position droite. L'un des noms de l'Achillée est "amour de sept ans", car on croyait qu'un charme fait d'achillée gardait les couples amoureux et fidèles pendant sept ans. L'association de l'Achillée avec la fidélité donne une indication quant à la signification de cette carte pour vous. La fidélité à un partenaire ou à certaines valeurs ou idées est la base de la confiance. Parfois, on prend cette confiance pour acquise sans l'examiner vraiment. Une remise en cause tous les sept ans est une idée sage - pour les partenaires d'affaires aussi bien que pour les conjoints. Les valeurs, les visées et les limites peuvent être évaluées et revues avec un sentiment nouveau d'objectif et d'engagement. Selon certains, l'Achillée est sacrée pour le Dieu cornu et le principe masculin. Une autre signification de cette carte tourne autour de votre relation à la masculinité. Beaucoup de gens ont une représentation seulement en partie consciente de l'homme puissant et viril qu'ils aimeraient être ou avec lequel ils aimeraient fusionner. Il se peut que cette carte signale une époque où vous commencerez à travailler plus consciemment avec ce personnage.


Sens en position inversée. Les tiges d'Achillée ont été utilisées pour la divination pendant des siècles. L'homme se tourne vers la divination quand il a des incertitudes quant à l'avenir ou lorsqu'il a besoin de direction. Ce processus peut facilement devenir fataliste et priver de pouvoir. Utilisé avec sagesse, un oracle encourage à puiser dans la sagesse intérieure et stimuler la capacité de réfléchir davantage à la situation avant de prendre des décisions. Cette carte signale que vous vous tournez vers cette oracle pour faire un choix qui, au tréfonds de vous, est déjà là. L'hésitation et le doute ont leur valeur : ils aident à éviter l'arrogance et l'impulsivité est à accorder finement les décisions et le timing,. Parfois, nous cherchons dans un oracle l'écho de nos pensées et sentiments.

*

Une plante de divination

Depuis la nuit des temps, l'Achillée a été tenue pour une plante notable. Elle servait déjà d'offrande il y a plus de 60 000 ans : les échantillons de pollen prélevés dans la tombe d'un homme de Néandertal du nord de l'Irak actuel montrent sa présence. Elle a été mentionnée par Dioscoride et par Pline, qui raconte que le centaure Chiron enseignait à Achille à préparer un baume à base d'achillée pour soigner ses guerriers.

La capacité de l'Achillée de stopper un saignement était bien connue aux Amériques et au Canada, où les peuples indigènes s'en servaient pour soigner les blessures. Les feuilles étaient mastiquées comme panacée. C'était la plante préférée des herboristes saxons et médiévaux et un important ingrédient de la médecine traditionnelle chinoise. Cette propriété anti-hémorragique était connue dans l'ensemble de la Grande-Bretagne et de l’Écosse, ce que reflètent plusieurs de ses noms populaires, comme l'herbe aux coupures et l'herbe aux charpentiers. Les Highlanders l'utilisaient dans un baume de guérison et la brûlaient pour repousser les insectes, usage connu aussi en Amérique du Nord. Les études ont montré qu'elle renferme des composantes insectifuges.

Dans les îles Orcades l'achillée traitait la dépression. En Écosse, on la considérait comme appropriée pour les moutons et les bœufs.