Blog

  • Anne

L'Achillée millefeuille




Étymologie :

  • ACHILLÉE, subst. fém.

Étymol. ET HIST. − 1572 bot. « Achillea Millefolium L., plante de la famille des Composées » (J. des Moulins, Comment. sur Matthiole, 13 ds R. Hist. litt. Fr., I, p. 488 : L'achillee, la chrysocome). Plante utilisée en méd. dès la même époque (A. Paré, achilleia ds DG). Empr. du lat. achillea, -ae (ou achilleos, -i) transcription du gr. Α χ ι ́ λ λ ε ι ο ς « l'herbe d'Achille » (avec laquelle il guérit Télèphe) : ainsi ds Pline, Naturalis historia, 25, 42 ds TLL, 395, 58 : invenisse dicitur Achilles discipulus Chironis qua vulneribus mederetur, quae ob id achilleos vocatur ; d'où ibid., 25, 164 : medetur aurium dolori... sucus... achilleae ; voir André 1956, s.v.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Achillea millefolium ; Achillée noble ; Charpentaire ; Grassette ; Herbe à antrôler (ensorceler) ; Herbe à dinde ou au dindon ; Herbe à endormir ; Herbe à la coupure ; Herbe à la forcée ; Herbe à narines ; Herbe au rêve ; Herbe aux charpentiers ; Herbe aux coupures ; Herbe aux dindes ; Herbe aux militaires ; Herbe aux voituriers ; Herbe de copresse ; Herbe de puits ; Herbe de sang ; Herbe du diable ; Herbe militaire ; Houblon des prés ; Lin sauvage ; Mainte-feuille ; Meûrisse ; Millefeuille ; Queue-de-renard ; Queue-de-taupe ; Rêve ; Saigne-nez ; Scie ; Sourcil de Vénus.

*

*




Botanique :


Fiche extraite du site TelaBotanica à découvrir.







*




Bienfaits :


D'après Anne-Marie Alliot, auteure de Dialogue avec les végétaux : 74 méthodes d'harmonisation et de guérison par les plantes (Éditions Essénia, 2014) :


Usages en phytothérapie : Les parties aériennes (feuilles et fleurs) sont utilisées en tisane, extrait liquide, teinture, huile essentielle, jus, pommade. L'Achillée millefeuille a des propriétés toniques, décongestionnantes, antispasmodiques, astringentes, cicatrisantes et coagulantes, insecticides. Cette plante est un élément important de la médecine populaire.

En usage interne, l'infusion est favorisée, elle est une aide en cas de perte de l'appétit, elle soulage les troubles digestifs, les spasmes de l'estomac et des intestins, les douleurs menstruelles et pelviennes, traite les infections des voies respiratoires en activant la production de mucus. Infuser pendant 10 minutes, de 1 à 2 petites cuillerées de plante séchée dans 150 ml d'eau bouillante. Laisser refroidir et prendre trois fois par jour, entre les repas. Les sommités fleuries sont également employées comme fébrifuge, plutôt en décoction concentrée.

En usage externe, elle permet d'arrêter les saignements, signe les blessures et les inflammations de la peau et conjonctivite. Jusqu'au XIXe siècle, les soldats l'ont employée pour arrêter le sang des blessures, prévenir l'infection des plaies et en accélérer la cicatrisation, d'où son nom d'« herbe militaire » (compresse imbibée sur la partie atteinte plusieurs fois par jour, sans appliquer sur des plaies ouvertes).

En bain de siège, elle calme douleurs menstruelles et dysménorrhées, infections gynécologiques, démangeaisons et hémorroïdes (infuser 100g de la plante séchée dans 1 litre d'eau, puis diluer dans 19 litres d'eau tiède ou chaude). Une pommade contre les hémorroïdes peut se préparer avec les fleurs coupées menues.

Contre-indications : l'Achillée millefeuille est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants, ainsi qu'aux personnes allergiques à cette famille de plantes (astéracées), dont fait partie la camomille et les marguerites.


Usages culinaires : Son amertume caractéristique en a fait un ingrédient de choix pour la composition d'un grand nombre de préparations toniques : vins et alcools aromatisés. Dans les pays nordiques, cette plante remplaçait le houblon dans la fabrication de la bière.

En salade, les très jeunes feuilles et même les fleurs peuvent se consommer crues ou bouillies ou utilisées comme condiment.

*

*




Spagyrie :


Voici la fiche proposée par Viviane Le Moullec dans Élixirs floraux de Viviane à faire soi-même (Éditions du Dauphin, 1997, 2020) :


Mot clef : Le gilet pare-balles contre les mauvaises influences


Qui est l'Achillée ? L'Achillée est une solide plante qui peut atteindre 70 cm, aux feuilles très finement découpées et qui se termine par de minuscules fleurs blanches. Elle aune odeur balsamique qui rappelle celle du Chrysanthème.


Avec quoi réaliser votre élixir ? Recueillez les sommités fleuries, en ajoutant, si vous le désirez, un peu du feuillage joliment dentelé.


Utilisation traditionnelle : Les sommités fleuries sont utilisées pour soigner les ballonnements et les douleurs de la menstruation. C'est aussi "une plante à tout faire" pour les maladies de peau : éruptions, eczéma, blessures qui suintent (l'Achillée est un hémostatique puissant).

L'Achillée millefeuille est une plante amie des femmes et... du vin. Elle traite avec bonheur bien des troubles de la ménopause et aide à la conservation du vin. Autrefois, on en mettait dans le fond de certains tonneaux pour empêcher le vin de tourner. Meilleure recette que de le sulfiter à outrance !


Aide alchimique :

  • Protège la peau et le sang

Cette plante agit sur la peau : elle stoppe les écoulements vers l'extérieur et empêche des flux inutiles ou nocifs de forcer la barrière de la peau. C'est un hémostatique, donc elle arrête les écoulements de sang, tout comme les pertes d'énergie quand la peau ou l'aura commencent à ressembler à une passoire.

C'est un tonique actif qui purifie la peau et fait aussi barrière contre toutes les substances allergisantes qui peuvent venir de l'extérieur. Par analogie avec ce dernier talent, l'Achillée millefeuille ne vous dispense pas de prendre des mesures énergiques pour vous éloigner des malveillants. Quand les bons conseils n'ont rien donné, la seule attitude efficace est de faire comme si ces personnes étaient des étrangers et ne plus les fréquenter, quelles que soient les "bonnes "raisons que l'on puisse trouver : position sociale, parenté, ancienne amitié...

Par conséquent, à titre aussi physique que spirituel, il est bon, quand on vit dans une atmosphère polluée ou entouré de gens pas très bienveillants, de préparer une lotion (ou même une huile ou un vinaigre) à base d'élixir d'Achillée millefeuille et de s'en frictionner régulièrement chaque jour. Cela rendra la peau moins perméable à la pollution et l'aura moins sensible à la malveillance. Cela permettra aussi de trouver le courage de s'éloigner des tordus... le temps qu'ils se détordent !

En définitive, l'Achillée favorise une vie bien remplie et donc une mort paisible. Par conséquent, le jour où vous vous sentirez prêt à travailler avec l'Achillée, vous gagnerez une vision beaucoup plus large et plus sereine de votre vie ; la mort elle-même sera perçue sereinement comme une fin de cycle naturel.


Tradition : Les Celtes traitaient l'Achillée avec beaucoup de respect et pendaient qu'elle aidait les princes à mieux assumer leurs devoirs. Enfin, quand quelqu'un était gravement blessé au service de la communauté, l'Achillée aidait à guérir... ou à gagner le Paradis celte, celui des hommes nobles et des femmes aimantes.

*

*



Utilisations traditionnelles :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot nous apprend que :


Dans l'Aube, les enfants introduisent les feuilles du saigne-nez (Achillea millefolium) qu'il appellent herbe à entrôler, c'est-à-dire à ensorceler, dans le nez et les oreilles de l'un d'eux, lequel semble alors soumis à une impression extraordinaire ; après être resté pendant quelque temps dans un état réel ou supposé de somnolence, au milieu du bruit ou des cris que font ses camarades, il s'élance tout à coup sur eux en essayant de les saisir.




Croyances populaires :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot recense nombre de légendes populaires :


Dans la Gironde, les personnes qui veulent se garantir des Sorciers doivent porter un sachet renfermant de l'armoise, du millepertuis et du mille-feuilles, qui ont été bénits.




Symbolisme :


Le Dictionnaire Larousse en 2 volumes (1922) propose des pistes pour comprendre le langage emblématique des fleurs :

Nom Signification Couleur Langage emblématique

Achillée Vaillance Jaune Je peux vous aimer malgré tout.


L'achillée mille-feuille, symbole du soulagement doit son nom à Achille qui le premier l'utilisa pour cicatriser une blessure. On l'appelle aussi herbe de saint Joseph ou herbe aux charpentiers : le père du Petit Jésus s'étant blessé avec son rabot, son fils alla cueillir quelques feuilles de cette plante les appliqua sur la blessure qui guérit.

Dans un article intitulé « Histoire savante et "pensée sauvage" dans les nomenclatures botaniques en Europe », paru dans la revue Civilisations (Vol. 36, No. 1/2, Ethnologies d'Europe et d'ailleurs (1986), pp. 349-363), Renaud Zeebroek précise quelles sont les herbes de Saint-Jean :


Tâchons d'abord, à l'aide d'un exemple, de saisir les mécanismes par lesquels la culture populaire forge les noms des plantes. Nous emprunterons à Rolland (t. VII, p. 39 sq.) l'inventaire des noms couramment attribués en France à l'Achillaea Millefolium L. du botaniste.

Son nom commun français le plus généralement accepté depuis le XVIe siècle est "millefeuille", lui-même issu du latin "millefolium". Ce terme évoque l'allure générale de la plante, dont "les tiges cannelées portent des feuilles isolées, sessiles, longues et étroites, divisées en très nombreux segments (Larousse encyclopédique). D'autres appellations, plus régionales, comme "queue-de-renard" font référence à la forme d'une feuille prise séparément.

Une série d'appellations gravitent autour de ses propriétés médicinales : "Herbe à charpentier", "Herbe à la coupure", "Saigne-Nez", "Herbe-de-sang", etc. indiquent son emploi, anciennement très courant, comme hémostatique. Par contre, "herbe du diable", "rêve" ou "au rêve", "herbe à antrôler" (ensorceler), "herbe indovouaze (à s'endormir)" font plutôt référence à l'odeur de la plante et aux effets enivrants qu'elle est censée produire.

Enfin, quelques termes renvoient à l'ensemble rituel et symbolique auquel est associée cette plante : "herbe de Saint-Jean", "Herbe de Notre-Dame".

On remarquera, pour conclure, que l'appellation choisie par Linné pour désigner ce taxon n'est pas indépendante de la logique terminologique avec laquelle il est censé rompre : Achillaea portait déjà ce nom en grec ancien car, nous dit la légende, Achille s'en est servi pour soigner sa blessure au talon.

[...]

L'un de ces noms est l'Herbe à endormir. Écoutons l'explication que Cazin nous en donne : "Ce nom lui vient sans doute de ses propriétés calmantes et antispasmodiques, et de l'usage qu'on en a fait depuis un temps immémorial dans les affections nerveuses. Nos paysans croient qu'il suffit d'introduire cette herbe dans les narines ou dans les oreilles pour produire le calme, le sommeil et même une sorte d'ivresse (p. 289).

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), l'Achillée mille-feuille (Achillea millefolium) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Féminin

Planète : Vénus

Élément : Eau

Pouvoirs : Courage ; Amour ; Clairvoyance ; Exorcisme ; accessoirement : Faire l'école buissonnière.


Utilisation magique : Portée sous ses vêtements, une tige fraîche de Mille-feuille protège des « influences malignes ». En Vendée, on se servait de la plante pour exorciser. Un pied de Mille-feuille suspendu à la tête du lit de noces, et que l'on y laisse sécher, assure aux époux un amour d'au moins sept ans ; telle était la croyance des habitants de Nuoro, en Sardaigne. Les paysans sardes faisaient aussi entrer la plante dans la composition de charmes d'amour. Des feuilles et sommités fleuries de cette Achillée, disposées dans les diverses poches de ses habits, dissipent toute crainte et décuplent le courage ; de là vient, certainement, le nom d'« herbe aux militaires ». Ne cherchons pas bien loin l'origine d'une telle croyance : le « bouillant Achille », qui avait appris du centaure Chiron (le premier herboriste) les propriétés thérapeutiques de la plante, s'en servit pour soigner ses compagnons, blessés au siège de Troie. L'Achillée est en effet connue depuis des millénaires. Elle fait partie des trente-deux « herbes de la Saint-Jean » que, au solstice d'été, les prêtres-magiciens allaient récolter en entourant la cueillette de rites religieux. D'où sa solide réputation dans les campagnes comme plante médicinale et magique.

Outre ses multiples vertus guérisseuses, en particulier pour traiter la calvitie et les maladies de peau, on avait très vite découvert la curieuse faculté qu'a l'Achillée mille-feuille de conserver le vin : en laissant tomber un sachet de graines au fond du tonneau, le vin ne surira pas.

Dans les familles rurales italiennes, en général nombreuses, les enfants s'expatrient souvent pour aller travailler en Amérique du Nord ou du Sud. Lorsque les parents restent trop longtemps sans nouvelles, à Spezzano Albanese, en Calabre, la mamma fait un énorme bouquet de Mille-feuilles. Elle installe au milieu du feuillage une statue de la Madone. Le tout est placé devant la photographie du voyageur oublieux. Une lettre arrivera sous peu.

Citons enfin une pratique de « magie » passablement marginale : tous les enfants du siècle dernier savaient se ramoner le nez avec la Mille-feuille, provoquant un fort saignement, grâce auquel ils obtenaient de quitter l'école.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Des brins de millefeuille introduits dans le nez et sur lesquels on tape légèrement font aussitôt saigner. Les enfants de Bretagne utilisaient ce principe, au printemps, croyant ainsi s'assurer toute l'année une excellente santé. En Angleterre, on glissait également du millefeuille dans le nez en disant : "Millefeuille, si mon amour m'aime, mon nez va saigner !"

Le millefeuille arrête les sorts, s'il a été touché au Saint-Sacrement par le prêtre dans l'octave de la Fête-Dieu. Il suffit de le placer sur le pas de la porte ou de le porter dans un sachet avec de l'armoise et du millepertuis, bénits également.

Une feuille de cette plante placée sur chaque œil avant de dormir garantit de beaux rêves ; sous l'oreiller, quelques feuilles sont censées avoir le même effet. En Sardaigne, on croit que laisser sécher un pied de "sourcils de Vénus" à la tête du lit conjugal protège les amours du couple pendant une période de sept ans.

On signale en outre que dans certaines familles rurales de Calabre, lorsqu'on est sans nouvelles depuis un moment d'un enfant parti tenter sa chance en Amérique du Nord ou du Sud, "la mamma fait un énorme bouquet de millefeuilles. Elle installe au milieu du feuillage une statue de la Madone. Le tout est placé devant la photographie du voyageur oublieux. Une lettre arrivera sous peu."

Cette plante est donc assez bénéfique et Achille lui-même, notamment lors du siège de Troie, en pansait ses blessures et celles de ses compagnons ; le nom savant du millefeuille , n'est-il pas Achillea millefolium ? Elle est en outre surnommé "herbe aux militaires" ou "aux soldats", non seulement en souvenir d'Achille mais également parce qu'avoir dans ses poches des feuilles et des fleurs de millefeuille rend très courageux et supprime la peur. Toutefois, en avoir sur soi en voiture porte malheur (dans la Vienne).

Selon la tradition chinoise, les astrologues-devins consultaient le millefeuille, "dont les filaments entremêlés donnent des figures correspondant aux signes astrologiques appelés "trigrammes de Fo-hi".

*