Blog

  • Anne

L'Améthyste



Étymologie :

  • AMÉTHYSTE, subst. fém.

Étymol. ET HIST. − Ca 1100 « pierre précieuse de couleur violette » (Rol., éd. Bédier, 1500 : Pierres i ad, ametistes e topazes) ; 1125 (Marbode, Lapidaire, trad., éd. Beckmann, 113 ds T.-L. : Ametiste a culur purprin O tel[e] cume gute de vin). Empr. au lat. amethystos (-us) -i, fém., attesté dep. Ovide, Ars, 3, 181 ds TLL s.v., 1887, 77. − Améthysté, améthystin, 1838 (Ac. Compl. 1842).


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme :


Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


Le nom de l'améthyste vient "du grec ametusios - qui n'est pas ivre. L'améthyste est une pierre de tempérance qui garde de tout ivresse. Ce serait pour cette raison, selon les croyances chrétiennes orthodoxes, qu'elle serait portée par les évêques. L'évêque en tant que pasteur des âmes, chargé d'une responsabilité spirituelle et temporelle, doit, à la différences du reclus contemplatif, ayant abandonnée le siècle, se garder de toute ivresse, fût-elle spirituelle. Une tradition chrétienne moralisante en fait le symbole de l'humilité, parce qu'elle est de la couleur de la violette.

Selon Pline, elle protège contre la sorcellerie, si elle est gravée de figures de la lune et du soleil et attachée au cou avec des duvets de paon et les plumes d'une hirondelle. Elle guérit de la goutte et, placée sous l'oreiller, donne des rêves bénéfiques, renforce la mémoire et immunise contre les poisons."

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Cet élixir calme la pensée, développe l'intuition et nos centres de perception, nous instruit sur les réalités du non visible ; purifie et transmute nos énergies ; recentre l'esprit vers l'essentiel (l'essence-ciel). Il favorise la clarté mentale ; fortifie la volonté ; contrôle le tempérament ; transforme le sentiment de celui qui se fait une piètre idée de lui-même ; rend plus social et moins athée.

Cette pierre neptunienne aide à fondre nos anciens concepts, nos anciennes habitudes ; dissipe nos ressentiments, nos colères profondes, nos vieux chagrins, nos anciennes douleurs morales. Elle est l'anti-Saturne et l'anti-Lune. Elle empêche de se retourner sur soi-même et d'être transformé en statue de sel. Elle doit cette faculté à son rayon violet qui comme nous l'avons vu avant, facilite la dilution de certaines expériences en y installant une voilette (voilé et violet signifierait ici la même chose dans le langage des Anciens).

Adopter cette pierre, c'est signer un contrat avec l'intelligence planétaire de Neptune qui vous ouvre la voie sur une plus grande dimension du cosmos. Mais pour arriver à un tel résultat, il faut cesser de se prendre au sérieux dans son petit microcosme. Cette intelligence a horreur du nombrilisme, des états passionnels, des joies excessives, de l'ivresse. Par contre, elle ouvre grande la porte vers l'amour universel.

Cette transition de l'amour filial ou conjugal vers l'amour universel n'est pas facile. Certaines personnes éprouvent de grandes difficultés devant ce lâcher prise terrestre (qualifions le ainsi pour plus de compréhension). Ils utilisent mal cette intelligence neptunienne et nous le voyons succomber, selon chaque génération, à l'alcoolisme, au tabac, à la drogue. Ce bilan est le côté négatif de l'Ère des Poissons. Et la main de qui trouvons-nous derrière cette peinture évoquant l'Ère des Poissons que nous vivons présentement ? Celle du génie de Neptune !

Certains prétendent qu'améthyste, mot qui vient du grec, ne signifie pas ivrognerie, mais qu'il est celui dune nymphe du nom d'Ametho, qu'aimait Bacchus, le dieu du vin. Ce dernier finit par la rejeter pour suivre Diane, la déesse de la chasteté. Pline mentionne que son nom a une relation avec celui du vin et il admet que les deux couleurs se ressemblent beaucoup. Les alchimistes du Moyen Âge constate que la couleur de l'améthyste stimule le pancréas, cet organe chargé d'assimiler les substances cachées derrière le vin. Ici, nous comprenons facilement comment la substance crée l'organe, voire encore l'orgasme. Car l'élixir d'Améthyste stimule les glandes pinéale et pituitaire, et le diencéphale et l'hémisphère droit du cerveau. Nous comprenons ici pourquoi certains artistes avaient besoin d'alcool pour mieux s'inspirer. De plus, il atténue le déséquilibre du cerveau gauche, corrige l'autisme, la dyslexie, le daltonisme, l'épilepsie, les problèmes de coordination physiques, les problèmes de vision. On le conseille aux diabétiques, aux hypoglycémiques, contre les excès d'alcool, les comas éthyliques, les cirrhoses du foie, pour ceux qui ont besoin dune refonte du tissu adipeux.

Pour expliquer ce dernier résultat, il faut étudier sa composition : elle est constituée de dioxyde de silicium et de fer. Ce dioxyde de silicium amène un meilleur fonctionnement rénal n peu comparable à l'action du potassium : le dioxyde riche en oxygène stimule l'organisme des liquides et le système rénal ; alors que le potassium rafraîchit et nettoie les cellules encrassées. On retrouve cette correspondance dans un tableau rosicrucien qui place l'améthyste et le phosphate de potassium dans les potions idéales pour les natifs du signe du Bélier.

*

*

148 vues

Posts récents

Voir tout