Blog

  • Anne

Le Tupelo




Autres noms : Nyssa sylvatica ; Gomme aiigre ; Gomme noir ; Gommier noir ; Toupelo des forêts ; Tupelo noir ;




Botanique :


*




Usages traditionnels :


Selon Antoine jacques, auteur d'un Manuel général des plantes arbres et arbustes: comprenant leur origine, description, culture, leur application aux jardins d'agrément, à l'agriculture, aux forêts, aux usages domestiques, aux arts et à l'industrie, et classés selon la méthode de Decandolle. (Librairie agricole de Dusacq, 1857) :


CULTURE ET USAGES.- Les Tupélos passent tous en pleine terre sous le climat de Paris ; mais, pendant leur jeunesse, ils redoutent les fortes gelées dont on doit les garantir en habillant leur tige de paille pendant l'hiver. Ils seraient à l'abri de ce danger dans les départements de l'ouest et du midi, où leur introduction pourrait devenir très avantageuse à cause des qualités du bois de la plupart d'entre eux. Ils de mandent une terre humide, et prospè rent surtout dans les endroits maréca geux. On les multiplie par graines, par boutures et par marcottes. Il en existe déjà en Europe quelques pieds très forts ; ainsi on cite un pied de la première es pèce planté à Richmond, en Angleterre, dont la hauteur est de 15 mètres, et un autre qui existe à Schwobber, dans le Hanovre, qui a presque les mêmes proportions. En Amérique, on emploie le bois de la plupart des espèces à des usages très variés. Celui du Tupelo aquatique est de dureté moyenne, mais remarquable par ses fibres comme entortillées ; cette structure le rend très difficile à fendre, et lui donne l'avantage de ne pas se gercer. On en fait des moyeux de roues, des sébiles, des planches qu'on emploie à divers usages. Comme combustible, il a l'avantage de donner beaucoup de chaleur tout en brûlant lentement. Le bois de la 4° espèce est très blanc et léger. Il est mou lorsqu'il vient d'être abattu, mais il durcit beaucoup eu séchant. On l'emploie comme le précédent. Quant au Tupelo blanchâtre, son bois est mauvais et à peu près sans usages ; mais, par compensation, son fruit acidulé se vend sur les marchés pour être confit au sucre ; il donne des confitures et des conserves très délicates.

*

*




Symbolisme :


Liz Marvin, autrice de Grand Sage comme un Arbre (Michael O’Mara Books Ltd, 2019 ; First Éditions, 2021 pour la traduction française) transmet les messages qu’elle a pu capter en se reconnectant aux arbres :

Ne dilapide pas tes ressources : le Tupelo

Les arbres sont de bons modèle quand il s’agit d’utiliser au mieux ses ressources, et avec une efficacité maximale. Les arbres comme le Tupelo peuvent donner l’impression qu’ils se donnent en spectacle avec leur flamboiement automnal, mais au contraire, ils font preuve d’une grande frugalité. Avant de se débarrasser de leurs feuilles, ils recyclent tout ce qui pourra leur servir au cours de l’année suivante : ils absorbent la chlorophylle, ce qui produit le changement de couleur : jaune et orange pour les caroténoïdes, rouge et mauve pour les anthocyanines. Le recyclage le plus stylé de la création !

*

*




Mythologie :


Sur le site Promesses de fleurs, on apprend que :


Le Nyssa sylvatica est dédié à Nyssa, nymphe des eaux, car il demande un sol humide toute l'année pour survivre. Le cerf est extrêmement friand de feuilles sur les semis et les jeunes plants, au point que les populations importantes de ces cervidés peuvent rendre l'établissement de l'arbre presque impossible. Le miel du tupélo est extrêmement recherché pour son goût de beurre sucré.

*

14 vues

Posts récents

Voir tout