top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Ailm




Symbolisme :


Robert Graves, auteur de Les Mythes celtes, La Déesse blanche (Éditions Faber and Faber, 1948 ; traduction française : Éditions du Rocher 1979 et 2007) évoque l'ogam et en particulier la lettre A :















*

*

Selon Gwyddhyon, auteur de Ogham, Le Yi-King celtique des arbres (Éditions Chariot d'Or, 1999), le sapin est associé à diverses caractéristiques :


"Nom : Ailm

Lettre : A

Monde végétal : Sapin (Albies alba)

Signification : La misère

Symbole : La prudence

Couleur : Bleu clair

Direction cardinale : Ouest.


Triades celtiques : Il existe trois causes qui engendrent la mort : - l'ignorance - l'hédonisme - l'impossibilité de percevoir l'infini (Keugant).


Monde de l'épreuve de l'Abred : Le sapin est un grand arbre qui symbolisa longtemps la majesté, mais aussi l'austérité. La santé physique est le fruit d'une hygiène quotidienne et non le produit de quelque réparation chirurgicale.


Monde des âmes de Kenmill : Symbole du grand passage, le sapin fut longtemps lié aux rites funéraires. Il montre la nécessité de voir au-delà des premières apparences et incline à la prudence, synonyme de vertu dans les temps anciens.


Monde ultime de Keugant : Il nous enseigne comment prévoir les événements et comment éviter la déchéance par une conduite appropriée et une vue à long terme.


Images : Les plus forts gémissements

"L'étrange sapin fut brutal au combat."

*

*

Dans Le Tarot Celte des arbres (Édition originale, 1998 ; Traduction française Le Courrier du Livre, 2001) Liz et Colin Murray associent Ailim à :


Couleur : Bleu clair.


Le nom de famille du Pin argenté est Abies Abies et vient du verbe latin abire, qui signifie "s'en aller", faisant allusion à la grande distance du sol à laquelle cet arbre élevé et mince peur porter sa cime. Les arbres "Adam" et "Ève", une paire de Pins argentés plantés par le duc d'Argyll au début du XVIIe siècle, et qui vécurent jusqu'à une époque récente, atteignaient des hauteur de 130 et 124 pieds (environ 40 et 38 mètres), respectivement. Les Pins argentés poussent dans des régions montagneuses, sur les pentes élevées dominant les forêts avoisinantes, se perdant dans l'air clair du ciel bleu lointain.

Ainsi, voici un arbre qui peut voir au loin, à l'horizon lointain, et dans les monde au-delà, à cause de sa hauteur et de sa position élevée sur les pentes des montagnes. Le choix de cette carte indique une vue longue, avec une vision claire de ce qui est au-delà, mais qui doit venir. S'ajoute à cela la capacité de voir et de comprendre du point où vous êtes dressé et enraciné, voyant loin et prévoyant l'avenir.

Le Pin argenté est aussi l'arbre des Trois Brigid, représentées avec trois visages ou aspects - celui d'une jeune fille, ou d'une future mariée, célébré au printemps, d'une matrone gouvernant l'été et la fertilité, de la sorcière des mois d'hiver, un cycle annuel continu. Elle est aussi forgeron, guérisseuse et voyante. Le choix de la carte du Pin argenté confère aussi le renforcement et la guérison apprises dans vos vies passées et présentes, qui doivent être une source où puiser intuition et connaissance de votre avenir. La couleur argent vous lie au fil d'argent symbolisant votre conscience du progrès dans votre voyage spirituel. A certains moments, vous serez intuitivement en harmonie avec cela, à d'autres, il y aura de la confusion. Cette carte annonce un progrès clairvoyant.

Si la carte se présente à l'envers, la vision dont vous avez besoin est voilée. Vous avez besoin de vous élever et de bien considérer les choses avant d'aller plus loin sur votre voie.


Mots-clefs : Vision élevée ; Vue longue.

*

*

Selon Alain Gesbert, auteur de B. A. - BA Oghams divinatoires (Éditions Pardès, 2002), l'ogham Ailm est associé à :


Arbre : Sapin.

Mot clé : Puissance.

Association complémentaire : Ambitions ; Matérialisme.

Lettre : A.

Couleur : Bleu pâle.


Ailm est un indice de progression, d'intelligence, de puissance personnelle, voire d'un ascendant sur les autres ou vos collaborateurs. Ailm symbolise également les ambitions matérielles.

Le défi d'Ailm est d'assumer ce pouvoir sans abus et sans manipulation. Il peut y avoir une tendance à réagir trop impulsivement ; le stress peur vous rendre coléreux. Prudemment, et avec du recul, réfléchissez à la direction que vous souhaitez prendre et, surtout, quels moyens vous allez utiliser pour aboutir ou réussir.

Visualisez ou imaginez un beau sapin vert, ressentez son énergie, sa vigueur, sa puissance. Associez-y un brin de raison pur que ce pouvoir reste objectif et ne vous aveugle pas.

*

*

D'après Julie Conton, autrice d'un essai sur L'ogham celtique ou le symbolisme des arbres, l'oracle des druides (Éditions Mémoires du Monde, 2014) :






 

D'après Terres Unsoeld, autrice de Chamanisme de la Lumière (Guy Trédaniel Éditeur, 2017) :


"Dans l'Arbre du Zodiaque, le Sapin est l'Arbre Maître qui nous aide dans l'initiation de la Naissance.


Dans l'Ogam, le pin, le sapin, l'épinette noire et le mélèze ne sont pas séparés. Ils représentent "Ailm", le grand son de "AH" inspirant le grand étonnement et l'exaltation en présence du Divin. Ils sont présents pendant le grand acte de Création. Les conifères ont quatre éléments reliés aux quatre arbres : air (sapin), feu (pin), eau (mélèze) et la terre (épicéa). Notre esprit descend vers le bas à travers l'air, il est transmis au feu de notre cœur, par l'eau de notre mère, et nous sommes nés sur la terre.

Le Sapin a été témoin de la naissance de notre monde depuis le début des temps. Il se pose en gardien du corps sacré de la Lumière du Monde, contenant la mémoire du feu divin, pourvoyant un espace pour toute vie."

*

*

Dans La Voix des Arbres (Édition originale, 2019 ; Tana Éditions, 2023 pour la traduction française) Diana Beresford-Kroeger transmet à son tour sa vision de l'ogham des Celtes :


Ailm - Le Pin


Les géants au bord des cours d'eau du monde celte étaient des pins. L'écorce orangée de ces conifères s'harmonisait aux teintes du coucher du soleil ; leur parure d'aiguilles vert vif accrochait les nuages diaphanes. Fatigués, ils laissaient leurs aiguilles tomber doucement sur le sol, qui absorbait ensuite l'acide de feuilles en décomposition.

Ces pins avaient des compagnons plus petits qui se font rares aujourd'hui : les arbousiers, Arbustus unedo, des feuillus à l'écorce brun-rouge qui se développaient à l'ombre des géants. On les trouvait associés sur le littoral, où leurs feuilles se mêlaient à l'humus. A l'automne, l'arbousier porte des grappes de clochettes ivoire qui donnent des baies rouges à peau rugueuse. C'étaient les fruits de la lande que les druides-médecins préféraient, connus également des Arabes et des Grecs.

Le pin sylvestre, Pinus sylvestris, avec son bois aux propriétés antiseptiques, était le chouchou des cuisines celtes. On lui confiait sans hésiter le beurre et le lait, car il leur évitait de rancir. La légèreté des objets du quotidien faits en pin sylvestre était appréciée des poignets fatigués. Son bois est facile à nettoyer, et il sent toujours bon. La maîtresse de maison, bean an ti, lui donnait même un petit nom : déid. C'est aussi dans ce bois qu'on taillait le tour du potier.

Dans la tradition orale des Celtes, le pin portait déjà un nom des millénaires avant la naissance du christianisme. Les bosquets de pins sur le littoral et au bord des lacs et des rivières servaient de repère pour la navigation. Les autoroutes de l'époque étaient les cours d'eau, où circulaient de petites barques, les curacha, et de plus grands vaisseaux, les bdid, propulsés à la rame d'un point à un autre sans trop d'efforts. Le feuillage odorant du pin les attendait toujours, à la fois dans leur langue et dans leur mémoire.

Quand la mémoire s'est mêlée de langue, une nouvelle idée est née chez les peuples celtes : l'écriture. Le concept d'une forme de communication écrite les entourait déjà, sous la forme du sanskrit, venu d'Inde. L'écriture fut l'étape suivante pour l'extraordinaire tradition orale des Celtes. Le mot écrit est un marchepied vers le changement et le progrès.

Les perspectives ouvertes par l'écrit s'abattirent comme une violente averse sur les Celtes, détrempant la terre aride de la poésie en Irlande pour qu'en sortent des pousses.

D'après la légende, quand un jeune homme du nom d'Ogma créa l'écriture oghamique, le lien avec la nature s'est imposé, car toute imagination - même l'imagination scientifique - dérive de la nature. Le jeune Ogma a contemplé ce qui l'entourait, et son regard est tombé sur les formes de vie sacrées des druides : les vieilles forêts.

C'est ainsi qu'est né l'alphabet des arbres. Cette nouvelle écriture renfermait la philosophie de la forêt et les millénaires de culture orale qui l'accompagnaient. Un mot écrit, ce n'est pas rien ; c'est le dépositaire d'une pensée, le signe que la civilisation qui l'a produit était capable de se renouveler. Avec cet alphabet, les Celtes ont créé la deuxième plus vieille langue écrite du monde occidental.

L'ogham a d'abord été écrit sur le longues bandes d'écorce de peuplier ou de noisetier récoltées au printemps,. Gorgés de fluides, ces lambeaux d'écorce s'incurvaient naturellement vers l'intérieur : au toucher, ils étaient humides et poisseux de cellules riches en protéines similaires à la caséine, une protéine du lait utilisée comme fixateur en peinture. L'écorce conservait parfaitement le texte tant qu'elle restait sèche et en bon état.

Par la suite, les Celtes ont écrit sur de très grandes pierres taillées rectangulaires dispersées dans les campagnes à la façon de monuments commémoratifs - ce qu'elles étaient peut-être. Quand j'étais enfant en Irlande, ces pierres servaient aussi de balises au bord des anciens chemins qui sillonnaient les collines et les montagnes. La communauté agricole irlandaise était pleinement consciente de l'importance de ces pierres oghamiques dans le passé. Elles représentaient un héritage collectif, et personne ne touchait aux sites où elles étaient implantées. les champs concernés ne servaient que de pâtures pour les moutons ou les vaches.

Des inscriptions en alphabet oghamique y ont été gravées à l'aide d'outils de fer et de brnonze. Le travail du métal était une spécialité des Celetes. Au fil des millénaires, les éléments ont altéré ces inscriptions, mais elles restent lisibles du bout des doigts.

Le pin sylvestre était extrêmement important aux yeux des Celtes. Ogma lui-même devait l'appeler Ailm, qui deviendrait la lettre A de son alphabet des arbres sacrés. Dans l'alphabet oghamique, il est représenté par une simple croix : une ligne verticale que barre une ligne horizontale. La lettre A en irlandais se prononce de deux manières différentes, l'une courte et l'autre prolongée par un accent qu'on nomme fada. Un son utile aux poètes et aux bardes.

Les remèdes liés au pin sylvestre se sont perdus. Ce qui nous est parvenu à la place est un souvenir soigneusement préservé. Nous savons que les druides-médecins considéraient le pin comme essentiel à la santé. Ils prescrivaient des marches dans les forêts de pins en soutien à l'appareil respiratoire et pour débarrasser les poumons des toxines accumulées au fil des rhumes et des grippes. Leur premierè recommandation à quiconque souffrait d'une telle maladie était de suer pendanrt vingt-quatre heures, enveloppé dans un drap de lin, après avoir mangé du lait bouili aux oignons, sauvages si possible ; ensuite, quand le patient retrouvait de l'énergei, on lui demandait d'aller marcher dans une forêt de pins. Ce concept de bain de foret a été testé par la médecine moderne, et les essais cliniques sont confirmé son effet bénéfique.

A mesure que la température augmente, les aiguilles du pin produisent des aérosols atmosphériques à base de pinène. En se répandant dans l'air, les pinènes subissent une torsion lévogyre (un peu comme un cerf-volant qui ne pourrait voler que vers la gauche). Cette forme de molécule est facilement absorbée par la peau et la surface des poumons, et il a été prouvé récemment qu'elle stimulait le système immunitaire humain. Les effets bénéfiques d'une marche de vingt minutes dans une forêt de pin persistent dans la mémoire du système immunitaire pendant une trentaine de jours.

*

*

Pandora Hearts, autrice, et Lydie Bossuet, illustratrice proposent un Oracle des arbres & des oghams (Éditions Secret d'étoiles, 2022) que je trouve particulièrement beau :


Paroles de Ailim : Je suis Ailim, l'arbre de l'Autorité et de l'Analyse. Au centre de mes frères réunis, mon tronc s'élève avec autorité sur nos ennemis. Mes branches toujours vertes analysent mon environnement avec sagesse et respect. Mes cônes sont l'héritage que je lègue avec bienveillance aux initiés. Je suis Ailim, l'arbre de l'Initiateur et du Protecteur.


Signification de la carte : Dans un tirage, Ailim est le symbole de l'espoir et de la protection, de l'autorité et de la confiance, de l'analyse et du bilan, de la transmission et du patriarche. Il représente parfois un père, un guide ou une personne d'une grande sagesse. Il indique un allié qui vous montre la voie tout en prévenant des dangers. Ailim vous engage à écouter les conseils qui vous sont prodigués.

Ailim exprime également votre capacité à regarder votre situation dans son ensemble. Cette facilité à voir les tenants et les aboutissants et votre analyse de ceux-ci vous permettent d'avancer avec confiance. IL démontre parfois que votre énergie imposante force le respect d'autrui. Ailim indique également que vous êtes conscient de votre aura de meneur.

Ailim vous invite parfois à vous inspirer de vos ancêtres, de leurs actions, pour trouver l'inspiration et mener à bien vos projets. De manière plus pragmatique, il indique un héritage ou un legs. Dans un tirage spirituel, il exprime vos liens avec les sphères supérieures ou encore votre respect des traditions. Ailim vous indique une élévation tant morale que spirituelle.


Carte renversée : Lorsque a carte apparaît à l'envers, Ailim dénonce un sentiment de désespoir face à votre situation : vous ne semblez pas voir les choses de la bonne façon. Il indique ainsi un abattement total et une profonde détresse. Il vous conseille alors de vous faire soigner et de demander de l'aide à une personne capable de vous prendre sous son aile. Ailim renseigne également sur une possible inconstance et une personnalité versatile.

Ailim avertit également de la manière dont vous vous érigez au-dessus des autres. Il démontre que cette propension naturelle à vous croire supérieur aux autres est nocive pour touts et vous également. Il vous conseille alors de redescendre de votre piédestal et de faire preuve de plus de tolérance. Ailim enseigne ainsi que vous ne trouverez votre place et voter équilibre qu'en ayant une vision claire de vous-même.


Mots-clés : Père - Patriarche - Initiateur - Protecteur - Autorité équitable - Ancêtres - Héritage - Analyse - Bilan - Vision éclairée.

*

*


*

*


436 vues

Posts récents

Voir tout

Le Sapin

Le Pin

bottom of page