Blog

  • Anne

Le Dragonnier



Étymologie :

  • DRAGONNIER, subst. masc.

Étymol. et Hist. xve s. bot. dragonnyer (J. de Bethencourt, Le Canarien, 122, Gravier ds R. Hist. litt. Fr., t. 10, p. 336). Dér. avec suff. -ier* de dragon tiré de sanc dragon* ; l'a. fr. connaît dragonier au sens de « porte-enseigne » (xiiie s. ds Gdf. et T.-L.) ; répertorié par Guérin 1892, dér. de l'a. fr. dragon « étendard » (v. dragon) d'apr. le b. lat. draconarius.

  • SANG-(DE)-DRAGON, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. xiiie s. sanc de dragon « résine d'un rouge foncé, utilisée autrefois en médecine » (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 55, 13 ds T.-L.) ; 2. 1611 bot. (Cotgr.). Comp. de sang* et de dragon, du lat. calamus drago, nom d'un arbre (d'apr. FEW t. 11, p. 179a, note 10), parce que la résine rouge de l'arbre rappelle la couleur du sang (cf. l'a. prov. sanc de drago, ca 1220, Deudes de Prades ds Rayn.), v. dragonnier.


Lire également la définition du dragonnier et du sang-de-dragon pour amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Botanique :


*




Symbolisme :


Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), le Dragonnier (Dracaena draco) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mars

Élément : Feu

Pouvoirs : Amour ; Protection ; Exorcisme ; Puissance sexuelle.


Utilisation magique :

Les Dragonniers sont des arbres, proches des palmiers, qui peuvent atteindre des dimensions colossales. On en connaît une vingtaine d'espèces, habitant de préférence les zones arides et sèches de Savane. Mais d'autres Dragonniers prospèrent en bordure de l'océan, sur les côtes équatoriales. L'écorce de certains Dragonniers laisse écouler une sorte de gomme, le sang-dragon, qui, en séchant, devient friable et rouge sang. C'est cette résine seule qui nous concerne ici.

On brûle le sang-dragon pour obliger les amants volages à se fixer et à fonder une famille. La cérémonie est généralement conduite par des femmes. Plusieurs femmes, appartenant aux familles des jeunes gens que l'on souhaite assagir, se réunissent au tomber du jour. Elles s'installent devant une fenêtre ouverte, confortablement assises, et regardent intensément la nuit pendant que le sang-dragon grésille et fume dans des coupelles. Bientôt leur buste se balance mollement, un chant monotone monte de leurs lèvres fermées. Elles concentrent leur pensée sur la personne concernée, puis sur celle qu'elles souhaiteraient lui faire épouser. Si les fumées de résine s'échappent par la fenêtre ouverte, la cérémonie est réussie : la noce est pour bientôt. Si au contraire les fumées aromatiques sont refoulées à l'intérieur de la pièce, il faut s'attendre à des pleurs et des grincements de dents. Le garçon sera un bambocheur, probablement un mauvais sujet. Quant à la fille que Dieu lui vienne en aide ! -, elle pourrait fort bien finir dans quelque bouge à matelots...

De la résine séchée et concassée, répandue sous le matelas, guérit de l'impuissance. Qu'on le porte sur soi, qu'on en répande autour de la maison ou qu'on le brûle comme un encens, le sang-dragon est un protecteur invincible : les vibrations négatives sont refoulées; les esprits malfaisants s'enfuient, terrifiés. Un soupçon de sang-dragon ajouté aux autres résines aromatiques accroît leur puissance et leur pouvoir.

Pour rendre silencieuse une maison bruyante, réduisez en poudre fine gros comme deux noix de résine, mélangez avec du sucre et du sel à parts égales. Mettez cette mixture au fond d'une bouteille. Bouchez hermétiquement. Si un bouchon de liège est utilisé, renforcez l'étanchéité par de la cire à cacheter. Cherchez dans votre maison une cachette sûre, là où vous cacheriez, par exemple, des bijoux ou de l'argent. Placez-y la bouteille fermée, sans en parler à personne dans votre entourage. Les membres de votre famille ne doivent pas découvrir la cachette. Vous obtiendrez très vite paix et silence.

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le Sang-de-Dragon (Daemonorops draco) : "le sang-de-dragon est la résine rouge du dragonnier, un arbre à tige ramifiée.


Propriétés médicinales : On ne connaît aucune propriété médicinale rattachée à cette pante.


Genre : Masculin.


Déités : Mars ; Apollon ; Zeus; Hécate.


Propriétés magiques : Protection ; Psychisme.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Traditionnellement, on brûlait cet encens pour assurer le retour des hommes de la guerre.

  • Brûlé en combinaison avec n'importe quel autre encens, il augment de façon significative le pouvoir de ce dernier.

POUR ACCROÎTRE SES POUVOIRS MAGIQUES

  • Issu de la tradition grecque, ce nœud est très utile pour accroître son pouvoir magique lorsque le besoin se fait sentir. Ce rituel doit se faire une nuit de pleine lune.

Ce dont vous avez besoin :

  • une chandelle rouge ;

  • de l'encens de sang-de-dragon ;

  • de l'huile essentielle de sang-de-dragon ;

  • une corde rouge.

Rituel :

Allumez la chandelle,, faites brûler l'encens, puis prenez une corde rouge et faites un nœud à l'une de ses extrémités en disant :

Je noue cette corde pour y conserver ma puissance.


Faites un nœud au milieu de la corde en disant :

Afin que la force et le pouvoir y résident


Nouez les deux bouts ensemble en disant :

Au moment où je termine ce nœud.


Versez ensuite, sur chacun des nœuds, un peu d'huile de sang-de-dragon et conservez cette corde auprès de vous. pour bénéficier du pouvoir emmagasiné, vous n'avez qu'à dénouer un des nœuds."

*

*

102 vues

Posts récents

Voir tout