Blog

  • Anne

Le Souci





Étymologie :

  • SOUCI, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. Mil. xiiie s. sussie fém. (Gl. Glasgow, 157b ds T.-L. : hoc solsequium, sussie) ; 2. 1538 soulci masc. (Est., s.v. sol, solis [herba]). Le type soussie, fém. est empr. au b. lat. solsequia « tournesol, chicorée sauvage » (vie-viie s., Isidore d'apr. André Bot.) avec adapt. de la finale d'apr. le suff. -ie*, fréq. dans la terminol. bot. (cf. a. fr. celidonie déb. xive s., FEW t. 2, p. 634a, celidoine* ; agrimonie, ibid. t. 24, p. 270a, aigremoine* ; centorie, ibid., t. 2, p. 583a, centorée*), la forme pop. devant être *souciece. Le type masc. soussi est empr. au masc. solsequium (xiiie s., Gl. Glasgow, loc. cit. ; id. [ms. de Bruges] Dict. de Jean de Garlande, éd. A. Scheler, § 75 ds Jahrbuch rom. engl. Lit. t. 6 1865, p. 160 ; v. aussi FEW t. 12, p. 75a, note 27). Cf. d'autres formations sav., dont le genre est difficile à préciser : a. fr. soucicle (1334 Normandie ds Gdf.) ; agn. solsecle (xiiie, Recettes méd. en vers, éd. P. Meyer ds Romania t. 32 1903, p. 83 ; mil. xiiie s., Gl., Brit. Mus. Harley 2742, 140b ds T.-L. ; d'où l'ags. solicle ca 1290, Gautier de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, 641; 1310 solsecle, NED).


Lire également la définition du nom "souci" pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :


Calendula



















*





Symbolisme :


Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :


"Mot-clef : Le Chagrin ; Le Doute.


Savez-vous ? : Le souci, comme le tournesol, s'ouvre au lever d soleil et se ferme à son coucher. C'est notamment du souci que l'on extrait la teinture de couleur orange et jaune vif. Au Moyen Âge, on mangeait les pétales du souci en salade. Le souci est la fleur la plus consommée par les ruminants à cause sans doute de ses vertus bénéfiques sur les sécrétions biliaires.


Usages : Le suc de la tige de la fleur de souci est connu depuis toujours comme étant efficace contre les verrues.


Légende : Chez les Grecs anciens, la douleur et le chagrin étaient symbolisés par des couronnes de soucis après que la déesse Aphrodite eut versé des flots de larmes à la mort du bel Adonis. Tous les rois de la dynastie des Aragon, raconte la légende, portaient sur eux des fleurs de soucis séchées pour se protéger contre le Mal.


Message : Je suis triste loin de vous."

*

*

D'après Nicole Parrot auteure du livre Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"J'ai de la peine, je suis triste loin de vous. Mais vous, pourquoi êtes-vous triste aussi ?" ; "mon amour devrait vous réjouir. Ne partez pas". Malgré son nom fâcheux, n'hésitez pas à offrir des soucis. Non, non, avec lui vous n'apportez pas des tracas. Désignant la belle fleur orange, "souci" vient du latin solsequia et signifie "qui suit le soleil". En effet, il s'ouvre à l'aurore et se referme au crépuscule? Donc, pas de quoi se faire du souci.

Autant qu'une autre, cette fleur qui marque l'écoulement du temps de sa petite tête orange parle d'amour. Elle avoue qu'elle soupire et ne craint pas de se montrer dans toute sa faiblesse.

De plus, elle porte bonheur. Aux siècles passés, les prévenus qui se présentaient au tribunal en glissaient un dans leur poche. Ils espéraient ainsi bénéficier d'une clémence particulière. Qui sait si la recette n'est pas encore valable aujourd'hui. Détail surprenant, cette fleur très ancienne a longtemps été considérée comme traitement bénéfique à la sécrétion biliaire. Plus surprenant, la science actuelle a confirmé cette hypothèse et continue de l'utiliser. Pourtant, elle n'a pas que des amis. Il est même des poètes qi semblent lui en vouloir, comme celui que cite Le véritable langage des fleurs de 1867 :

"Semblable au vil métal

que sa couleur rappelle

Sa fleur n'a comme lui

qu'un éclat imposteur

Elle infecte la main

qui veut s'emparer d'elle Ainsi que l'on corrompt le cœur."


En revanche, Virgile, en son temps, l'a chantée. Ceci console de cela.


Mot-clef : "Loin de vous, je suis triste."

*


21 vues