Blog

  • Anne

Le Chien



Étymologie :

  • CHIEN, CHIENNE, subst.

Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 chen zool. (Roland, éd. Bédier, 30) ; loc. a) 1re moitié xiiie s. entre chien et leu (Hugues Piaucele, D'Estourmi, 90 ds Fabliaux, éd. Barbazan et Méon, t. 4, p. 455) ; b) 1675, 4 déc. bon à jeter aux chiens (Ch. de Sévigné ds Lettres de Mme de Sévigné, éd. Monmerqué, t. 4, p. 261) ; c) 1690 s'accorder comme chien et chat (Fur.) ; d) 1694 venir comme un chien dans un jeu de quilles (Ac.) ; e) 1828-29 arg. je lui garde un chien de ma chienne (F. Vidocq, Mémoires de Vidocq, t. 3, p. 150) ; f) 1874 arg. des journalistes faire les chiens perdus, noyés (E. Boutmy, Les Typographes parisiens, p. 37) ; 1881 les chiens écrasés (L. Rigaud, Dict. de l'arg. mod., p. 94 ); 2. 1195-1200 péj. emploi adj. (Renart, 28563 ds T.-L. : Ja ne seré ore si chiens) ; 1223 id. subst. en parlant d'un homme (G. de Coincy, Mir. de Notre Dame, éd. F. Koenig, II, Mir. 12, 62) ; 1552 de chien expr. méprisante (Rabelais, IV, 64 ds Hug.) ; 1690 une vie de chien (Fur.) ; 1834 « personne âpre, dure en affaires » (Balzac, Eugénie Grandet, p. 233 : son oncle était un vieux chien qui lui avait filouté ses bijoux) ; 3. p. allus. au rôle de gardien et de surveillant, exercé par le chien 1768 arg. des lycées chien de cour « surveillant » (collège du Plessis, Paris ds Esn.) ; ca 1840 chien du commissaire « agent de commissariat qui invite les commerçants à balayer devant leur boutique » (Esn. ); 1858 chien de régiment (Larch., p. 450) ; 1881 chien du quartier « adjudant sous-officier » (L. Rigaud, loc. cit.); 4. 1866 avoir du chien « avoir de l'élégance, du brillant, de l'aplomb (d'une femme) » (É. Villars, Les Précieuses du jour, p. 12) ; 1866 « id. (d'une langue) » (Delvau) ; 5. 1838 piquer son chien « faire un somme » (La Journée du conscrit ds E. Titeux, Saint-Cyr et l'École spéc. milit. en France, p. 654). B. P. anal. 1. 1re moitié xiiie s. chien de mer « petit requin » (Hugues Piaucele, De sire Hain et de Dame Anieuse, 57 ds Fabliaux, éd. Barbazan et Méon, t. 3, p. 582) ; 2. av. 1577 astron. avant-chien (R. Belleau, Petites Inventions, Election de sa demeure [I, 81] ds Hug., s.v. avant-chien) ; 1690 grand chien (Fur.) ; 3. av. 1630 « pièce coudée d'une arme à feu qui vient frapper l'amorce pour l'enflammer » (D'Aub., Vie, XLI ds Littré) ; d'où 1866 dormir en chien de fusil (Delvau, p. 118) ; 4. 1704 diverses acceptions techn. (Trév.). Du lat. class. canis aux sens propre et fig. et comme terme péj. appliqué à une pers ; (TLL s.v., 258, 21 sqq.) ; B 1 canis marinus ; B 2, Canis désignant la Canicule.


Définition.




Zoologie :


Selon Matt Pagett, auteur de Le petit livre de merde (titre originale What shat that ?, Quick Publishing, 2007 ; édition française Chiflet & Cie, 2008) : "Au début, l'homme a domestiqué les chiens pour se protéger des loups et autres animaux sauvages. Aujourd'hui, le chien est beaucoup plus peinard, il est devenu un toutou. Bien que les chiens vivent en communion avec leurs maîtres, leurs merdes ne sont pas bien tolérées pour autant, loin s'en faut. Surtout lorsque nous dérapons sur un de ces tas chauds et nauséabonds.


Description : Une merde de chien est formée de cylindres bruns, épais de 5 cm de long environ, déposés en segments ou, plus rarement, en serpentins. Le régime du chien étant riche en viande, ses excréments sont gorgés d'eau. L'odeur est parfois très forte.

Lorsque le trottoir a été souillé par leur chine, les propriétaires sont en principe censés nettoyer. Mais, hélas, malgré les menaces de la maréchaussée et de fortes amendes à la clef, nos trottoirs sont toujours aussi glissants.


Caca de toutou : La merde de chien est extrêmement nocive. Si nous la touchons, nous pouvons attraper de graves maladies. En outre, la pluie peut entraîner de nombreuses toxines qui contamineront les réserves d'eau. Les propriétaires de chiens ont donc intérêt à être vigilants et a toujours avoir sous la main un sac en plastique, afin d'y déposer la merde fumante de leur toutou. Et ceci tous les jours, par tous les temps, pendant au moins 15 ans !


Je peux pas te sentir ! Tous les propriétaires de chiens vous le diront, leurs toutous adorent se rouler dans les excréments de leurs congénères. Pour certains chiens, se rouler dans une merde de renard, de cheval, de chat, ou d'un autre chien, est un pur plaisir. Ceci vient peut-être des temps reculés où les chiens étaient obligés de chasser pour se nourrir. Afin de cacher leur propre odeur, ils se roulaient dans les excréments de l'animal qu'ils traquaient. Les temps changent, mais les comportements restent.


Mauvais goût : En 2006, des petits drapeaux à l'effigie du président Bush se sont retrouvés plantés dans des crottes de chien sur certains trottoirs aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et même en France. Déjections présidentielles ?"

*

*

Dans Le Dieu perdu dans l'herbe : l'animisme, une philosophie africaine (Presses du Châtelet, 2015), le philosophe Gaston-Paul Effa raconte son initiation par une guérisseuse pygmée nommée Tala. Elle lui donne certaines recommandations :


"Ne te prive certes pas de manger, mais mange le moins possible car on mange toujours trop, et trop de nourriture, c'est comme les ombres de la mort qui couvrent les yeux d'un chien. Souviens-toi qu'un chien meurt toujours après avoir mangé, alors il remue la queue, couche ses deux oreilles et s'abandonne. Un homme qui mange de trop est comme un chien, capable de mordre son maître car son cerveau est cerné comme un éléphant par des phacochères. Si tu veux vivre longtemps, fais attention à ce que tu manges et surtout ne sois pas comme un chien ou comme un cochon, mange moins. L'esprit n'a pas besoin de grand-chose, il est une chair vivante qui peut vivre longtemps de ses réserves."

*




Croyances populaires :

Selon Grażyna Mosio et Beata Skoczeń-Marchewka, auteurs de l'article "La symbolique des animaux dans la culture populaire polonaise, De l’étable à la forêt" (17 Mars 2009) :


"Dans les sociétés paysannes traditionnelles le chien éveillait des sentiments ambivalents. Il était d’une part considéré comme un animal impur, lié au monde des esprits funestes, de l’autre il était le compagnon et le serviteur fidèle de l’homme. Possédant de nombreux traits propres au loup, il était lié au monde des divinités chtoniennes, liées à la mort. On remarquait ses rapports avec la lune et la nuit (Kolberg 1962b : 130). On voyait quelquefois en lui l’incarnation du diable même. La figure du chien, surtout du chien noir, pouvait cacher divers êtres démoniaques (Pełka 1987 : 54). On disait que le chien enragé était possédé d’un mauvais esprit (Kolberg 1962b : 130). Le chien jouait le rôle d’intermédiaire entre les humains et le “monde d’au-delà”. C’est pourquoi il pouvait reconnaître les mauvais esprits et par son comportement prévenir les humains de leur présence. On croyait qu’il pressent la venue de la mort. Il signalisait sa présence par son aboiement ou son hurlement, la gueule tournée vers la maison ou la terre (Karwicka 1979 : 172). Il aidait à prévoir le futur. Les femmes non mariées effectuant leurs présages matrimoniaux le veille de Noël, au Nouvel An ou à la Saint André, observaient son comportement. Elles croyaient que leur fiancé viendrait d’où elles entendaient son aboiement ce soir-là. Le présage de rester vieille fille était auguré par le fait de voir un chien dans son rêve la nuit de la Saint André (Kowalski 1998 : 448). Le chien était très utile dans la magie. En l’envoyant au-delà des limites du monde “humain”, il était possible de se libérer des forces impures, des maladies. Dans la région de Lublin, les mères baignaient les enfants malades dans de l’eau contenant des herbes, qu’elles versaient ensuite sur des chiens d’autrui, afin “qu’ils emportent la maladie en dehors de la maison” (Kolberg 1962b : 162). On croyait aussi qu’il avait le pouvoir de prévenir les maléfices. Une manière populaire pour les conjurer consistait à dire une formule utilisée jusqu’à nos jours - “que le sort passe sur le chien”, qu’on prononce après un événement heureux ou un éloge qui pourrait attirer une suite défavorable, le retournement du bonheur. On croyait aussi que le chien pouvait également avoir des fonctions thérapeutiques. La graisse de chien était un moyen extrêmement populaire pour soigner diverses maladies. Ajoutons d’ailleurs que la renommée de ce spécifique se maintient dans certains milieux jusqu’à nos jours ! Le christianisme a participé à la réhabilitation de l’image du chien. L’une des légendes populaires le présente avec le chat comme des bienfaiteurs de l’homme. C’est par pitié sur leur sort que Dieu aurait laissé des restes d’épis de blé lorsque fâché par les péchés des hommes il entreprit de détruire ses dons (Kolberg 1964a : 180)."

*

*




Symbolisme :


Selon le Dictionnaire des symboles (1969, édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"Il n'est sans doute pas une mythologie qui n'ait associé le chien, Anubis, T'ien-k'uan, Cerbère, Xolotl, Garm, etc. à la mort, aux enfers, au monde du dessous, aux empires invisibles que régissent les divinités chtoniennes ou séléniques. Le symbole très complexe du chien est donc, à première vue, lié à la trilogie des éléments terre-eau-lune dont on connaît la signification occulte, femelle, tout à la fois végétative, sexuelle, divinatoire, fondamentale, tout aussi bien pour le concept d'inconscient que pour celui de subconscient.

La première fonction mythique du chien, universellement attestée, est celle de psychopompe, guide de l'homme dans la nuit de la mort, après avoir été son compagnon dans le jour de la vie. D'Anubis à Cerbère, par Thot, Hécate, Hermès, il a prêté son visage à tous les grands guides des âmes, à tous les jalons de notre histoire culturelle occidentale. Mais il y a des chiens dans l'univers entier, et dans toutes les cultures il reparaît avec des variantes qui ne font qu'enrichir ce symbolisme premier.

Les cynocéphales, si nombreux dans l'iconographie égyptienne, ont pour mission d'emprisonner ou de détruire les ennemis de la lumière et de garder les Portes des lieux sacrés.

Chez les Germains, un chien terrible, nommé Garm, garde l'entrée du Nifheim, royaume des morts, pays de glaces et de ténèbres.

Les anciens Mexicains élevaient des chiens destinés à accompagner et à guider les morts dans l'au-delà. On enterrait avec le cadavre un chien couleur de lion - c'est-à-dire de soleil - qui accompagnait le défunt comme Xolotl, le dieu-chien, avait accompagné le Soleil pendant son voyage sous la terre. Ou bien le chien était sacrifié sur la tombe de son maître pour l'aider, au terme de son long voyage, à franchir les neuf fleuves qui défendaient l'accès de la demeure éternelle des morts, Chocomemictlan, le neuvième ciel.

Aujourd'hui encore, au Guatemala, les Indiens Lacandon déposent aux quatre coins de leurs tombes quatre figurines de chien, faites de feuilles de palme.

La treizième et dernière constellation de l'ancien Zodiaque mexicain est la constellation du chien ; elle introduit aux idées de mort, de fin, de monde souterrain mais aussi d'initiation, de renouvellement, car, selon le vers de Nerval :

La treizième revient... c'est encore la première.

A l'antipode de la Méso-Amérique, cet exemple permet de mieux comprendre certains détails des rites funéraires des peuples chamaniques de Sibérie. Ainsi chez les Gold, le mort est toujours enseveli avec son chien. Ailleurs, chez un peuple de cavaliers, le cheval du mort est sacrifié, et sa chair distribuée aux chiens et aux oiseaux qui guideront le défunt vers les empires du ciel et des enfers.

En Perse et en Bactriane, on jetait aux chiens les morts, les vieillards et les malades. A Bombay, les Parsi installent un chien près du moribond; de façon que l'homme et l'animal se regardent dans les yeux. A la mort d'une femme en couches, on présente non pas un, mais deux chiens, car il faut assurer le voyage de deux âmes. Au pont mythique de Tschinavat, où les dieux impurs se disputent les $âmes, les justes sont guidés au paradis par les chiens qui gardent le pont à côté des dieux purs.

Mais le chien, auquel l'invisible est si familier, ne se contente pas de guider les morts. Il sert aussi d'intercesseur entre ce monde et l'autre, de truchement aux vivants pour interroger les morts et les divinités souterraines de leur pays.

Ainsi, chez les Bantous du Kasaï (cuvette congolaise), a-t-on observé une méthode de divination par hypnotisme dans laquelle le client du devin, relié à celui-ci par un fil, est descendu dans une fosse, où il entre en communication avec les esprits, grâce à la présence à ses côtés, pendant qu'il tombe en hypnose, d'un chien et d'une poule. Dans la même région, l'apparition d'un chien dans un songe avertit qu'une opération de sorcellerie est en cours quelque part. Enfin, et cet exemple est sans doute le plus frappant, les mêmes observateurs ont relevé la coutume suivante, pratiquée par les Bantous pour résoudre l'énigme posée par la mort mystérieuse d'un habitant du village : le chef pend à un arbre le chien du mort, revêtu d'une peau de léopard, destinée sans doute à développer ses dons dans un sens agressif. Le corps de l'animal ainsi sacrifié est ensuite partagé entre tous les habitants du village, qui sont tenus de le consommer, à l'exception de sa tête. Le chef garde celle-ci, qu'il interroge en ces termes, après l'avoir enduite de kaolin :


Toi, chien, et toi, léopard, regardez-bien !

Toi, chien, flaire de quel côté est venue la mort de cet homme.

Tu vois les âmes, tu vois les sorciers,

Ne te trompe pas quant au fauteur de la mort de cet homme !


Quelques temps après, un des villageois qui avait participé au partage tombe malade : le chien a désigné le coupable.

Le même don de clairvoyance, la familiarité du chien avec la mort et les forces invisibles de la nuit peuvent, à la limite, rendre cet animal suspect de sorcellerie. Le cas est signalé par Evans-Pritchard chez les Azandé du Soudan méridional où des jugements par ordalie ont fait attribuer à des chiens suspects la responsabilité de morts inexplicables.

Les coutumes sibériennes recoupent ici également les coutumes africaines : dans leurs banquets funéraires les Teleoutes offrent aux chiens la part du mort, après avoir prononcé ces paroles :


Quand tu vivais, tu mangeais toi-même ;

Maintenant que tu es mort, c'est ton âme qui mange !

Banyowski a d'autre part décrit un habit de chaman fait de peaux de chien tannées, ce qui montre le pouvoir divinatoire accordé à cet animal. On le retrouve en Afrique occidentale, sur l'ancienne Côte des Esclaves. Bernard Maupoil rapporte comment un de ses informateurs, à Porto-Novo, lui confia que, pour renforcer le pouvoir de son chapelet divinatoire, il l'avait enfoui sous terre pendant quelques jours, dans le ventre d'un chien expressément sacrifié.

Chez les Iroquois, le chien est également un messager intercesseur : chaque année, lors des fêtes du nouvel an, leur tradition voulait que l'on sacrifiât un chien blanc : ce sacrifice formait le centre de la fête. Le chien était en effet un messager qui hâtait d'aller au ciel porter les prières des hommes.

Si le chien visite les enfers, bien souvent aussi il en est le gardien ou il prête son visage à leurs maîtres ; outre ceux que nous avons déjà cités, on en pourrait donner d'innombrables exemples. Dans la mythologie grecque Hécate, divinité des ténèbres, pouvait prendre la forme, soit d'une jument, soit d'un chien ; elle hantait les carrefours suivie d'une meute infernale. De même les chamans de l'Altaï lorsqu’il content leurs voyages orphiques, précisent-ils qu'ils se sont heurtés à des chiens aux portes de la demeure du maître des enfers. Le dixième jour du calendrier divinatoire des Aztèques est le jour du chien ; son patron est le dieu des enfers, et c'est au dixième ciel que résident les divinités nocturnes.

L'association du chien, des divinités chtoniennes et du sacrifice humain ressort clairement d'un mythe péruvien pré-incaïque rapporté dans sa chronique - qui date des premiers temps de la conquête espagnole - par le père de Avila. Selon ce mythe, l'installation des temps nouveaux (correspondant probablement aux débuts mythiques du cycle agraire) est marquée par le triomphe de la divinité ouranienne, maîtresse des eaux et du feu du ciel, sur la divinité chtonienne, maîtresse du feu intérieur de la terre. Ayant acculé son rival dans une haute vallée andine, et l'ayant ainsi réduit à l'impuissance, le dieu céleste décide que pour s'être nourri de chair humaine, il se nourrirait dès lors de viande de chien ; c'est la raison pour laquelle, conclut le père de Avila les Yuncas, adorateurs de la divinité déchue, mangent aujourd'hui encore la chair du chien.


Psychopompe comme Hermès, le chien possède à l'occasion des vertus médicinales ; il figure, dans la mythologie grecque, parmi les attributs d'Asclépios, l'Esculape des Latins, héros et dieu de la médecine.

Enfin sa connaissance de l'au-delà comme de l'en-deçà de la vie humaine fait que le chien est souvent présenté comme un héros civilisateur, le plus souvent maître ou conquérant du feu, et également comme ancêtre mythique, ce qui enrichit son symbolisme d'une signification sexuelle.

Ainsi les Bambara le comparent à la verge ; par euphémisme, ils emploient même le mot chien pour la désigner. Selon Zahan, cette association proviendrait de l'analogie qu'ils établissent entre la colère de la verge - l’érection - devant la vulve, et l'aboiement du chien devant l'étranger ; elle proviendrait aussi de la gloutonnerie sexuelle de l'homme, dont l'avidité dans ce domaine n'a d'équivalent que la faim canine.

Des mythes turco-mongols font état de femmes fécondées par la lumière ; ils précisent souvent que celle-ci, après avoir visité la femme, la quitte sous la forme d'un chien jaune ; ce qui n'est pas sans rappeler le chien couleur de lion, éminemment solaire, des Aztèques.

Chiens et loups sont d'autre part à l'origine de plusieurs dynasties turques et mongoles, ce qui va dans le même sens que les mythes amérindiens et les confirme. Ainsi les Dené, d'Amérique septentrionale, attribuent l'origine de l'homme aux relations secrètes d'une femme et d'un chien. Xolotl, le dieu-chien a, dit la tradition aztèque, volé aux enfers les ossements dont les dieux devaient tirer la nouvelle race humaine.

Ancêtre mythique, le chien se distingue souvent dans les taches de la lune, ce qui fait qu'à l'instar des autres animaux lunaires, tels que le lapin, le renard, etc. Il est souvent considéré comme un ancêtre et un héros quelque peu libidineux. En Mélanésie, il est l'ancêtre d'une des quatre classes de la société étudiées par Malinowski. La louve romaine est à rapprocher des innombrables autres canidés, héros civilisateurs, toujours liés à l'instauration du cycle agraire.

Mais c'est le plus souvent sous les traits du héros pyrogène que le chien apparaît dans ces traditions, l'étincelle de feu précédant l'étincelle de vie, ou se confondant bien souvent avec elle. Ainsi, pour les Chilouk du Nil blanc et toute la région du Haut-Nil, le chien a-t-il volé le feu au serpent, à l'arc-en-ciel, aux divinités célestes ou au Grand esprit pour le rapporter au bout de sa queue. En courant vers le foyer, il aurait enflammé sa queue et, hurlant de douleur, il aurait communiqué le feu à la brousse, où les hommes n'eurent plus qu'à le saisir. Chez les Fali du Nord-Cameroun, il est associé au singe noir, avatar du forgeron voleur de feu et, pour leurs voisins les Prodovko, il a apporté aux hommes leurs deux richesses les plus précieuses : le feu et le mil. C'est encore le chien, pour les Ibo, Ijo et autres populations du Biafra, qui a donné le feu du ciel pour le donner aux hommes. En Amérique du Sud, Canis vetulus n'est pas le conquérant du feu, mais son premier propriétaire ; les héros jumeaux, sous forme d'escargot et de poisson, le lui dérobent. En Amérique du Nord, l'analogie symbolique feu-acte sexuel, se précise en d'autres mythes présentant le chien comme héros pyrogène ; ainsi pour les Sia et les Navajo du Nouveau-Mexique, pour les Karok, les Gallinomero, les Achomawi, les Maidu de Californie, le coyote, grand héros de la prairie, invente le feu par friction, ou bien le vole et l'apporte dans ses oreilles, ou encore organise la course de relais, grâce à laquelle les hommes le ravissent aux dieux.


Des mythes océaniens vont nous préciser davantage sa signification sexuelle, toujours liée à la conquête du feu. En Nouvelle-Guinée, plusieurs peuplades pensent que le chien a volé le feu à son premier possesseur, le rat - il s'agit donc du feu chtonien. Pour les Motu-Motu et les Ozokaiva de Papouasie, il est bien certain que le chien est le maître du feu puisqu'il dort toujours auprès de lui et gronde si l'on veut l'en chasser. Mais c'est un mythe de Nouvelle-Bretagne, également rapporté par Frazer, qui illustre de la façon la plus frappante l'association chien-feu-sexualité. En ce temps-là, nous dit-il, les membres d'une société secrète masculine étaient seuls à connaître le secret du feu par frottement. Un chien les observa et rapporta sa découverte aux femmes de la façon suivante :il peignit sa queue aux couleurs de cette société d'hommes et vint en frotter un morceau de bois, sur lequel était assise une femme jusqu'à ce que le feu en jaillisse ; alors la femme se mit à pleurer et dit au chien : Tu m'as déshonorée, maintenant tu dois m'épouser.

Pour les Marut du nord de Bornéo, le chien est à la fois ancêtre mythique et héros civilisateur : premier enfant des amours incestueuses d'un homme et de sa sœur, uniques rescapés du déluge, il enseigne à la nouvelle humanité toutes les techniques nouvelles dont celle du feu. C'est, encore une fois, l'origine du cycle agraire qui est ainsi expliquée. pour leurs voisins les Dayak, au lendemain du déluge, le chien révèle à une femme le secret du feu en frottant une liane de sa queue. Enfin, dans un mythe des îles Carolines, le feu est remis à une femme par le dieu du Tonnerre, qui lui apparaît sous forme de chien. Ce dernier exemple montre clairement l'oscillation du symbole entre les domaines chtonien et ouranien, ce qui nous ramène aux Méso-Américains. Pour les Maya, le chien guide le soleil dans sa course souterraine, comme nous l'avons vu, et représente donc le soleil noir ; pour les Aztèques, il est la synthèse, le symbole même du feu


Dans le domaine celtique, le chien est associé au monde des guerriers. Contrairement à ce qui se passe chez les Gréco-Romains, le chien est, chez les Celtes, l'objet de comparaisons ou de métaphores flatteuses. Le plus grand héros, Cùchulainn, est le chien de Culann et nous savons que tous les Celtes, aussi bien les insulaires que continentaux, ont eu des chiens dressés pour le combat et la chasse. Comparer un héros à un chien était faire honneur, rendre hommage à sa valeur guerrière. toute idée péjorative est absente. Il n'y a pas, semble-t-il, de chien infernal analogue à Cerbère. Le chien maléfique n'existe que dans le folklore, probablement sous l'influence du christianisme : en Bretagne le chien noir des monts d'Arrée représente les damnés. Le héros irlandais Cùchulainn avait pour principal interdit alimentaire la viande de chien ; et, pour le condamner à mourir, les sorcières, qu'il rencontre en allant au combat, lui en offrent et l'obligent à en manger.


Certains aspects de la symbolique du chien que nous venons de décrire, symbole de puissance sexuelle et donc de pérennité, séducteur, incontinent - débordant de vitalité comme la nature à son renouveau, ou fruit d'une liaison interdite, font apparaître le chien comme la face diurne d'un symbole. il convient d'en observer également la face nocturne. La plus probante illustration en est l'interdit implacable dont souffre cet animal dans les sociétés musulmanes.

L'Islam fait du chien l'image de ce que la création comporte de plus vil. Selon Shabestarî, s'attacher au monde, c'est s'identifier au chien mangeur de cadavres ; le chien est le symbole de l'avidité, de la gloutonnerie ; la coexistence du chien et de l'ange est impossible. Selon les traditions de l'Islam, cependant, le chien possède cinquante-deux caractéristiques, dont la moitié sont saintes, et l'autre moitié sataniques. Ainsi, il veille, est patient, ne mord pas son maître. Par ailleurs, il aboie contre les scribes, etc. Sa fidélité est louée : Si un homme n'a pas de frères, les chiens sont ses frères. Le cœur d'un chien ressemble au cœur de son maître.

Les chiens sont aussi considérés comme impurs. Les Jnûn apparaissent souvent sous la forme de chiens noirs. L'aboiement des chiens près d'une maison est un présage de mort. La chair est utilisée comme remède (contre la stérilité, contre les mauvais sorts, etc.). A Tanger, la chair d'un chiot ou d'un chaton est mangée comme antidote contre la sorcellerie. A la différence des autres chiens, le lévrier est considéré non comme impur, mais comme doué de baraka. Il protège contre le mauvais œil. Les Musulmans de Syrie croient que les anges n'entrent jamais dans une maison où se trouve un chien. Selon une tradition du Prophète, celui-ci a déclaré qu'un récipient dans lequel un chien a bu doit être lavé sept fois, la première fois avec de la terre. On dit qu'il défendait de tuer des chiens, sauf les chiens noirs ayant deux taches blanches au-dessus des yeux, cette sorte de chien étant le diable. Tuer un chien rend impur ; on dit que c'est aussi mal que de tuer sept hommes ; on croit que le chien a sept vies. Le chien qui gardait les Sept Dormants dans leur caverne (Coran, 18) est mentionné sur les amulettes.


Cependant les Musulmans établissent une distinction entre le chien vulgaire et le lévrier, dont la noblesse d'allure fait un animal pur. L'envoyé de Dante, le veltro, est un lévrier, animal qu'on retrouve chez Dürer, et qu'on a pu identifier au Précurseur du second avènement christique. Le chien crachant le feu est l'emblème de saint Dominique, dont les moines étaient nommés Dominicanes (chiens du Seigneur), ceux qui protègent la Maison par la voix ou les hérauts de la parole de Dieu. Le symbolisme du chien, en Extrême-Orient est essentiellement ambivalent : bénéfique, car le chien est le proche compagnon de l'homme et le gardien vigilant de la demeure ; maléfique, car, apparenté au loup et au chacal, il apparaît comme un animal impur et méprisable. Ces aspects ne correspondent à aucune limitation géographique, mais sont également répandus.

Un sens très voisin se révèle au Tibet, où le chien est le signe de l'appétit sensuel, de la sexualité, en même temps que de la jalousie. Celui qui vit comme un chien, enseigne le Bouddha, à la dissolution du corps, après la mort, il ira avec les chines (Majihima-nik âya, 387).

Au Japon, le chien jouit très généralement d'une considération favorable : compagnon fidèle, son effigie protège les enfants et facilite le travail des femmes en couches. En Chine, il accompagne non moins fidèlement les Immortels, jusque dans leur apothéose : le Grand Vénérable, apparu au mont T'ai-che sous l'empereur Wou des Han, tenait en laisse un chien jaune ; le chien de Han-tseu devint rouge comme le chien céleste, il lui poussa des ailes et il obtint l'immortalité ; l'alchimiste Wei-Po-yang s'éleva au ciel en compagnie de son chien. Le chien est l'ancêtre et l'emblème de certaines peuplades, peut-être des Chinois eux-mêmes, puisque P'an-kou pourrait avoir été un chien.

Le Chien céleste (T'ien-k'uan) est orage et météore : il fait le bruit du tonnerre et la lueur de l'éclair ; il est rouge comme le feu. Certes, il est l'adversaire du hibou démoniaque, mais aussi l'annonciateur de la guerre. Pour se protéger du hibou, on fait toutefois aboyer les chiens en leur tirant l'oreille. Selon certaines traditions anciennes, les Chinois se représentent aussi le chaos sous les traits d'un énorme chien à longs poils. Il a des yeux, mais ne voit pas ; des oreilles, mais n'entend pas ; il n'a pas les cinq viscères, mais il vit.

Autre symbole typiquement chinois, celui des chiens de paille (cf Tao-te king, chapitre 5). L'usage rituel de ces figurines, suggère M. Kaltenmark, peut être d'origine chamanique ; ce sont, écrit Wieger, des filtres à maléfices qu'on détruit après usage. Le symbole utilisé par Tchouang-tseu repose précisément sur l'existence passagère de l'objet qu'on jette, piétine et brûle lorsqu'il a fait son office (ch. 14). Doit être rejeté ce qui a cessé d'être utile, en conclut-il, sous peine de devenir néfaste. Lao-tseu en fait le symbole du caractère éphémère des choses de ce monde, auxquelles le sage renonce à s'attacher. D'après Tchouang-tseu, dans Le Destin du ciel : les chiens de paille étaient avant l'offrande gardés dans des coffres enveloppés de belle toile. Après l'offrande au mort, ils étaient brûlés, car si on les avait fait resservir une autre fois, chaque membre de la famille du défunt aurait été tourmenté de cauchemars.

L'Asie centrale, elle, présente des mythes que l'on pourrait qualifier d'intermédiaires, les missing links par lesquels on peut comprendre comment le chien deviendra peu à peu l'impur, le maudit, marqué d'une tache originelle, ineffaçable.

Pour certains Tatars, Dieu, à la création, confia l'homme à la garde du chien, pour qu'il le préservât des approches du diable. Mais le chien se laissa soudoyer par l'ennemi et devint de ce fait le responsable de la chute de l'homme. Pour les Yakoutes, ce sont ses images que Dieu avait confiées à la garde du chien ; et celui-ci laissa le démon les souiller ; en punition, Dieu lui donna sa forme actuelle. Plusieurs variantes reprennent ce même thème chez les riverains de la Volga apparentés aux Finnois. Toutes ont cet important détail en commun : le chien, primitivement nu, reçoit sa toison du diable en payement de sa trahison. Ainsi sa trahison est matérialisée par son poil ; elle en fait par ce truchement, peu à peu, l'animal impur, l'intouchable ; plus encore, elle entraîne l'arrivée chez les hommes des maladies, des saletés internes, qui sont, comme le poil du chien, issues de la salive du diable ; et c'est ainsi que le chien devient responsable de la mort, conséquence finalement de ces calamités, de ces salissures et salivures. Les Bouriates, eux, disent que Dieu a maudit le chien parjure en ces termes :


Tu souffriras toujours de la faim, tu rongeras des os, et tu mangeras les restes de la nourriture des hommes, qui te roueront de coups.


A ce point extrême de son aspect néfaste, le symbole du chien rejoint ici celui du bouc émissaire.

Uno Harva voit dans ces mythes asiatiques une trace du dualisme iranien et rappelle à ce propos qu'un chien, l'animal d'Azura Mazda, a joué un rôle prépondérant dans l’ancienne religion persane, en chassant les mauvais esprits : c'est à nouveau le basculement du symbole dan le mythe. Selon l'expression de Jean-Paul Roux, on peut dire que cette dualité propre au symbole du chien, dans la pensée des peuples d'Asie, pour lesquels il est à la fois esprit protecteur et bénéfique, et support de la malédiction divine, fait de lui par excellence l'ange déchu.

En résumé, le chien recouvre un symbole aux aspects antagonistes, entre lesquels toutes les cultures n'ont pas tranché. Mais il est frappant, à cet égard, de rappeler que, pour les Alchimistes et philosophes, le chien dévoré par le loup représente la purification de l'or par l'antimoine, avant-dernière étape du grand-oeuvre. Or, que sont ici le chien et le loup, sinon les deux aspects du symbole en question, qui trouve sans doute, dans cette image ésotérique, sa résolution en même temps que sa plus haute signification : chien et loup à la fois, le sage - ou le saint - se purifie en se dévorant, c'est-à-dire en se sacrifiant en lui-même, pour accéder enfin à l'étape ultime de sa conquête spirituelle.

*

*

D'après Les Cartes médecine, Découvrir son animal-totem (édition revue 1999, trad. française 2000) de Jamie Sams et David Carson,


"Tous les Indiens du Sud-Ouest et des Plaines avaient des chiens. Ces nobles animaux lançaient le cri d’alarme devant un danger imminent. Ils aidaient aussi à la chasse et gardaient leurs maîtres au chaud pendant les longues soirées d’hiver. Puisqu’il existe plusieurs espèces de chiens, les premiers chiens des Indiens étaient habituellement à demi sauvages. Toutefois, l’état sauvage ne les détournait pas de la fidélité innée à leurs maîtres. Tout au long de l’histoire, on a considéré le Chien comme le serviteur de l’humanité. Les porteurs de la médecine du Chien se dévouent habituellement de quelque façon au service des autres ou à celui de l’humanité. Ce sont des bénévoles, des philanthropes, des infirmières, des conseillers, des prêtres ou des soldats. Le Chien, c’est le soldat de service, gardien vigilant des loges de la tribu contre les attaques surprises. La médecine du Chien allie la tendre délicatesse du meilleur ami à l’énergie protectrice mi-sauvage, liée aux exigences territoriales. Comme Anubis, le chien-chacal qui protège l’Egypte, le chien monte la garde. À travers l’histoire, le Chien a été à la fois gardien des enfers, des secrets anciens, des trésors cachés et des bébés – pendant que les mères préparaient les repas ou travaillaient aux champs. Fidèle à sa nature, cet animal mérite la confiance qu’on lui accorde.

En étudiant la médecine du Chien, vous découvrirez peut-être de doux souvenirs personnels reliés à un chien que vous avez aimé. Cela vous poussera peut-être à mieux examiner le message que ce fidèle gardien veut transmettre : approfondissez votre sens du service aux autres. L’espèce canine est vraiment orientée vers le service ; la fidélité de ces animaux passe outre aux mauvais traitements reçus. Même quand le Chien a été victime de cris ou de coups, il continue à aimer la personne qui l’a maltraité, non pas par stupidité mais plutôt par compréhension : une compréhension profonde et compatissante des défauts des humains. Il semble bien qu’au cœur de tout chien réside un esprit de tolérance qui ne cherche qu’à servir. Par ailleurs, il peut se trouver des chiens chez qui les mauvais traitements ont étouffé toute trace de fidélité. Ils tremblent et se lamentent au moindre signe de désapprobation, mais ce n’est pas là leur nature véritable. Quelques espèces de chiens ont même été entraînées à être brutales et méchantes. Dans un esprit de service, ces espèces ont répondu aux désirs agressifs de leurs maîtres. Ils sont victimes d’une altération de leur mémoire génétique où le service prend un tout autre sens parce qu’il est relié à l’approbation de leurs maîtres. La médecine du Chien nous demande de considérer combien aisément notre besoin d’approbation peut dénaturer l’esprit de notre fidélité. Si vous avez tiré la carte du Chien, plusieurs questions se posent selon la situation qui vous a poussé à tirer les cartes :

  1. Récemment, ai-je oublié que je devais d’abord respecter ma vérité personnelle ?

  2. Est-il possible que les commérages et l’opinion des autres aient diminué ma fidélité à un certain ami ou à un certain groupe ?

  3. Ai-je rejeté ou ignoré quelqu’un qui tente d’être un ami fidèle ?

  4. Ai-je été fidèle et sincère face à mes buts ?

A l’envers : En position contraire, le Chien vous rappelle peut-être que vous êtes devenu trop critique, voire même méchant et que c’est dû aux gens que vous fréquentez. L’aspect contraire de cette médecine peut aussi vouloir dire qu’il est temps de cesser de trembler de peur et qu’il vaut mieux maintenant vous attaquer à tout ce qui mine votre confiance. La clé du succès, c’est de vous rendre compte que l’ennemi est à l’intérieur de vous : il s’agit de formes-pensées qui vous disent que vous n’êtes pas digne de fidélité – soit envers vous-même, soit envers les autres. Vous voudrez peut-être examiner les schémas d’infidélité dans votre vie. Par exemple, rapportez-vous les potins ? Évitez-vous de prendre la parole pour faire taire ou rectifier les propos de quelqu’un qui propage des rumeurs ? Faites-vous des farces qui abaissent les autres ? Refusez-vous de rendre des services ? Ces comportements sont caractéristiques de la peur, particulièrement d’une peur commune aux humains de la famille des bipèdes : la peur de ne pas faire partie du groupe ou de ne pas être approuvé. Réappropriez-vous le pouvoir d’être fidèle à vous-même et à vos vérités. Devenez comme le Chien – votre meilleur ami.


Mot-clef : fidélité."

*

*

Canalisation de Caroline Leroux qui communique avec les devas des animaux.

Si l'on en croit le site http://artifexinopere.com/?cat=267 qui analyse la symbolique de nombreux tableaux, il existe un lien symbolique, étonnant à première vue, entre le chien et le perroquet :


En effet, "L’intérêt de ce vieux couple, le chien et le perroquet, est qu’il se présente tantôt fortuitement, à l’occasion d’une rencontre involontaire ; tantôt délibérément : et c’est alors pour des raisons très variées. Car il n’existe aucune référence ancienne, ni dans l’histoire naturelle, ni dans les métaphores, ni dans les fables, qui établisse un lien entre les deux : chaque artiste réinventera donc leur appariement symbolique."

Selon Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes ( (Hachette Livre, 2000) :


"On croit souvent que l'ancêtre du chien domestique est le loup. En réalité, il semble bien que ce compagnon de l'homme - dont on suppose aujourd'hui qu'il fut apprivoisé par lui dès le XIe millénaire avant notre ère au Moyen-Orient et, à coup sûr, au VIIe millénaire avant notre ère en Europe - soit une espèce de canidé, issue de curieux croisements entre le loup, certes, mais aussi le chacal et le coyote. C'est ainsi que tous les mythes associés au chien se rapprochent souvent de ceux de ces trois bêtes sauvages, selon l'origine de l'un des mythes en question. Quoi qu'il en soit, il reste, à notre connaissance, le plus ancien animal sauvage domestiqué par l'homme.

Toutefois, la question que l'on peut se poser, et à laquelle personne n'a encore répondu formellement, est de savoir si c'est l'homme qui a effectivement apprivoisé le chien ou si, pour des raisons faciles à comprendre dans la nature de cet animal au caractère assez opportuniste, c'est lui qui, au fil des temps, s'est rapproché des tribus et communautés humaines par instinct.

Pour notre part, nous serions assez tentés d'opter pour la deuxième solution, tant le chien est associé aux mythes et symboles de la nuit, des mondes obscurs, des enfers, de la mort même, dont il est considéré comme le gardien aussi bien en Chine qu'en Égypte, mais presque aux quatre coins du monde antique, en fait. Comme si le chien, animal sauvage, carnassier, hybride de loup, de chacal et de coyote, chassant le plus souvent la nuit, associé à la Lune aussi, bine sûr, était venu du fond des régions les plus insondables et effrayantes de la Terre de nos ancêtres pour pactiser avec eux, dans le but de profiter d'eux, des produits de leur chasse ou de la chaleur de leurs feux. Or nos ancêtres, qui voyaient des signes dans tous les phénomènes de la nature, n'ont pas pu ne pas accorder une importance capitale au fait que cet animal sauvage, le premier peut-être avec lequel ils entretinrent ce genre de relation, pouvait se soumettre à eux et présentait, qui plus est, une des caractéristiques typiquement humaines, chez lui exacerbée : la crainte !

Pour toutes ces raisons, donc, l'apparition d'un chien dans un rêve représente souvent ce qu'il y a de plus sombre, impur, indomptable, de plus fou, amoral, et pourtant de plus fidèle, affectueux, soumis aussi, en nous. On le voit, les caractéristiques attribuées au chien sont très contrastées et ne manquent pas. Le chien, c'est aussi l'échauffement, les passions qui brûlent et dévastent tout. En effet, le mot "canicule" a la même étymologie que "chien". C'est encore le cynisme, autre mot qui tient son origine du grec kuön, "chien". Il est une représentation soit du bon instinct qui protège, soit du mauvais qui met en péril. Dans un rêve, un chien qui rôde autour de vous annonce qu'un fait nouveau, inconnu, positif ou négatif selon le cas, va surgir dans votre vie. Un chien qui vous mord ou vous met en garde contre un ennemi éventuel."

*

*

D'après Madonna Gauding, auteure de Animaux de pouvoir, Guides, protecteurs et guérisseurs (Octopus Publishing Group 2006, traduction française Éditions Véga, 2006) :


Guide d'interprétation

En tant que symbole onirique

Loyauté ; Service ; Protection ; Compassion ; Tolérance ; Camaraderie.


En tant que gardien ou protecteur

Garde la maison et la propriété ; Sauve des situations dangereuses.


En tant que guérisseur

Guérit le cœur ; Détecte le cancer latent et les maladies cardiaques.


En tant qu'oracle ou augure

Soyez plus enjoué avec les amis ; Protégez votre maison.


Mythes et contes

Le dieu égyptien à tête de chien, Anubis, était associé à l'Autre Monde. Artémis, la déesse grecque de la chasse (la Diane romane) était accompagnée d'une meute de 50 chiens.

Si le chien est votre animal de pouvoir

Vous avez une profession tertiaire - médecin, thérapeute, conseiller, infirmier, pasteur. Ou vous êtes celui vers lequel votre famille et vos amis se tournent quand ils souffrent ou ont besoin de conseil. L'amour, la loyauté et l'engagement sont vos qualités de base et vos valeurs les plus essentielles. Pour vous, le mariage est une union sacrée et la fidélité, une vertu. Votre point faible, la tendance à la co-dépendance, vous incite à des efforts pour satisfaire vos propres besoins avant ceux des autres. Vous e^tes le plus heureux en la compagnie d'amis et de parents et le plus à l'aise sous la protection d'un leader fort.


Demandez au chien de vous aider :

  • à apprendre à aimer sans condition

  • à imposer des frontières nettes et à les imposer aux autres

  • à poursuivre vos désirs avec enthousiasme

  • à équilibrer vos besoins avec ceux des autres.


Accéder au pouvoir du chien en :

  • étant conscient de l'humeur de votre partenaire et attentif à lui

  • faisant du bénévolat à la SPA

  • renouvelant vos vœux de mariage.

Si vous voulez avoir un chien comme animal de compagnie, adoptez-en un à la SPA. Passez du temps à choisir votre compagnon et tenez compte de la connexion émotionnelle éprouvée en sa présence.

Élément Terre."

*

*

Diana Cooper, auteure du Guide des archanges dans le monde animal (édition originale 2007 ; traduction française : Éditions Contre-dires, 2018) nous délivre un :


Message des canidés :

Votre famille constitue votre assise et contient

l'essence des leçons que votre âme a choisies pour cette vie. La

vraie discipline et le respect la gardent unie et vous permettent

de parcourir votre chemin spirituel dans la joie.


Tous les canidés viennent de Sirius. Ils sont particulièrement ici pour explorer et expérimenter différentes formes de structure familiale.


Les chiens domestiques : Au début de la cinquième expérience de l'Atlantide, qui a donné naissance à l'âge d'or, il y a eu de nombreuses discussions entre le Conseil intergalactique et les maîtres de Sirius. Il a été décidé que les chiens seraient les animaux de compagnie les plus appropriés pour ces créatures de la cinquième dimension qui s'étaient incarnées pour la nouvelle expérience. Sirius renferme le rayon doré du Christ, et tous les êtres qui viennent de cette planète portent un peu de cet amour inconditionnel doré dans leurs champs énergétiques.

Ils avaient compris que ces nouveaux humains, qui n'étaient jamais venus sur Terre auparavant, bénéficieraient de l'amour inconditionnel offert par les chiens. Le fait de prendre soin des besoins journaliers d'un animal leur serait également d'une grande aide pour développer leurs centres du cœur. Et les chiens feraient l'expérience de vivre avec des familles d'êtres humains et apprendraient à leur faire confiance. Et c'est ainsi qu'un nouveau type de chiens, plutôt comme les lurchers, a reçu la permission de s'incarner de la part de la Source. Un frisson d'excitation a parcouru tout l'univers, car auparavant, aucun animal n'avait vécu vraiment intimement avec les humains ou n'avait dépendu d'eux aussi complètement que ceux qui étaient sur le point de naître. Ces animaux sont arrivés d'une manière exceptionnelle. Au départ, quelques jeunes chiens ont été apportés de Sirius. Les foyers avaient été soigneusement préparés pour les accueillir et, lorsqu'ils sont arrivés, chacun d'entre eux a trottiné vers sa famille légitime. Ces six familles avaient chacune un enfant. Elles attendaient l'arrivée du jeune chiot avec impatience. Dès qu'il est apparu, l'enfant et ses parents l'ont immédiatement reconnu comme un nouveau membre de leur famille. L'enfant s'est lié d'amitié avec le chiot et il a été décidé qu'il aurait la responsabilité de le nourrir, de le soigner et de l'emmener promener. En retour, le chien accompagnait l'enfant à l'école comme un ami et un protecteur. Ces chiens apportaient une énergie masculine dans le foyer, qui abritait déjà un lapin et un chat, qui représentaient une énergie féminine.

A partir du moment où ces chiens d'origine se sont reproduits, ce système s'est poursuivi. Chaque chiot allait chez un enfant qui avait été préparé pour cela et était accueilli et traité avec amour, comme un membre de la famille. Ils s'amusaient, gambadaient et couraient ensemble, en s'apportant mutuellement l'amitié, l'amour et la joie. Quand un bébé naissait dans une famille, les parents s'attendaient automatiquement à voir arriver un chiot pour l'accompagner durant son enfance. En effet, lorsque l'enfant arrivait à l'âge adulte – de 13 à 16 ans -, il quittait la maison, et le chien mourait automatiquement après avoir accompli sa mission. Un lien très fort s'est tissé entre le chien et l'humain, et des milliers d'années plus tard, ce cordon d'amour est toujours présent entre le chien et l'homme. Nous ne perdons jamais nos animaux de compagnie bien-aimés. Nous les retrouvons toujours.

Cet état de cohabitation et d'amour heureux a duré pendant 1500 ans, jusqu'à ce que l'énergie commence à se dégrader et que les gens glissent dans une conscience de la troisième dimension. Lorsque les ego humains ont commencé à prendre la relève, certaines personnes ont décrété qu'elles avaient le droit d'interférer avec les plans divins des animaux. Elles ont pensé qu'elles pouvaient modifier génétiquement les chiens et aire des croisements entre les races pour leur propre gratification. Et les chiens sont ainsi devenus des jouets pour les humains. Ils ont été sélectivement modifiés pour chasser d'autres animaux, pour se battre, pour faire la course, participer à des sauvetages et retrouver des victimes, et pour beaucoup d'autres usages. Ils sont devenus la propriété de leur maître et beaucoup ont été traités comme des esclaves. Et pourtant, ces belles créatures se sont incarnées encore et encore, avec leur cœurs ouverts et pleins d'espoir. A l'heure actuelle, les chiens domestiques présentent une grande diversité de formes, de tailles, de couleurs et de caractères. Leur « mission » varie d'un chien à l'autre et ils peuvent être un bébé de substitution, un chien de chasse, un ratier ou un chien renifleur, ou une douzaine d'autres choses. Ils ont été croisés à tel point que beaucoup ont des défauts génétiques, de sorte que maintenant les humains reconnaissent leur folie, et que le mot « bâtard » pour décrire un chien qui n'a pas subi beaucoup de croisements est sur le point d'être remplacé par le terme plus acceptable de « race mixte » - un chien qu est moins susceptible d'avoir des défauts génétiques. Cependant, leur mission spirituelle d'incarnation est toujours de donner et de recevoir de l'amour, et d'apprendre et d'enseigner la discipline.

Votre chien vous aime et peut être avec vous depuis de nombreuses vies. Ils « choisissent » leur maître de la même façon qu'un bébé est attiré spirituellement vers ses parents. Cela signifie que vous ne pouvez jamais avoir l'animale de compagnie qui ne vous convient pas. Ces importantes décisions sont prises au niveau de l'âme. Si vous avez l'impression que vous avez connu votre chien auparavant, c'est certainement le cas.


VISUALISATION POUR FAIRE UNE BOULE D'ÉNERGIE POUR LES CHIENS

  1. Aménagez un espace où vous pourrez vous détendre sans être dérangé.

  2. Respirez confortablement, appelez le rayon doré du Christ pour votre protection totale et sentez l'énergie dorée s'écouler en vous.

  3. Ensuite, prenez une grande inspiration. En expirant, imaginez la lumière jaune qui s'écoule de votre cœur et forme une boule en face de vous.

  4. Continuez à envoyer de la lumière jaune avec vos prochaines expirations, ce qui fait grossir la boule d'énergie.

  5. Lorsque vous avez une grosse boule lumineuse et dorée devant vous, appelez l'archange Fhelyai, l'ange des animaux, pour qu'il vienne vous aider. Voyez ou sentez qu'il est debout près de vous.

  6. Appelez n'importe quel chien ou type de chien que vous souhaitez et laissez-les baigner dans la boule de lumière dorée.

  7. Pendant qu'ils se détendent dans la grosse boule d'énergie, prenez conscience que l'archange Fhelyai leur donne ce dont ils ont besoin. Cela peut-être la guérison, la détente, la confiance, la force ou tout autre qualité.

  8. Voyez le chien qui émerge d'un air heureux et qui semble en bonne santé et libre.

  9. Remerciez l'archange Fhelyai et ouvrez les yeux en sachant que vous avez apporté votre contribution. *

*

Selon Annie Pazzogna, auteure de Totem, Animaux, arbres et pierres, mes frères, Enseignement des Indiens des Plaines, (Le Mercure Dauphinois, 2008, 2012, 2015), dans le cercle des animaux, le Chien (Sunka) fait partie, au même titre que l'Hirondelle, la Libellule, l'Araignée, le Corbeau, le Cheval et le Serpent, des Animaux Tonnerre qui se situent à l'Ouest de l'Ouest.


Mots-clés :

"(en négatif ) : Méchanceté - Agressivité.

(en positif) : Gardien - Guide - Fidélité - Amour inconditionnel.

Chien a été domestiqué de tout temps.

Il est le compagnon et le défenseur de l'homme, le gardien, le guide ici-bas et dans l'autre monde. Sunka est l'amour inconditionnel, la fidélité, la sincérité.

Chien est un capteur de fluides magnétiques et un conducteur au sens électrique du terme. L'action du fluide magnétique est augmentée et propagée par le son, de même que renvoyée par la glace ou le cristal, comme le fait aussi la lumière. Lors des cérémonies Yuwipi et Olowanpi, qui sont essentiellement vibrations, miroirs et vitres sont donc recouverts afin de neutraliser les effets réflecteurs des lueurs provoquées par les esprits sans formes.

Chien ne peut être présent physiquement lors des rituels lakota, car il les "éventerait. Il est mangé en communion après les rites précédemment cités. La tête intacte est présentée et chacun prélèvera un petit morceau de chair. Le reste de la viande est partagé. Les os seront enterrés après la cérémonie. Élevé à cette fin, Sunka est étranglé afin que son âme / souffle ne s'échappe pas et que son esprit aille chercher les "Êtres Tonnerre".

Lors d'une danse, le Heyoka, le Contraire, celui qui fait à l'envers le chemin qu'il a pris pour descendre dans la matière, doit attraper à mains nues la viande de Chien, quand elle cuit dans une gamelle d'eau bouillante...

Télépathe, Chien perçoit le subtil, a don de clairvoyance. Il sert du reste de "paratonnerre" aux humains dont il prend les maladies, ce mal à dire.

Chien aide Tate à garder la voie lactée, passage obligé de tous les défunts.

Autrefois, Sunka a été le compagnon des Indiens de la Prairie. Il jouait avec les enfants, prévenait lors des attaques, réchauffait quand il y avait des hivers glaciaux, portait le matériel avant la venue de Cheval. La société des "dog soldiers" sauvegardait la nation. Ils vérifiaient que les us et coutumes soient respectés et assuraient la sécurité générale du camp.

Qui sait d'où vient Chien ? Même les dingos d'Australie sont les descendants des chiens des Aborigènes."

*

*

Pour David Carson, auteur de Communiquer avec les animaux totems, puisez dans les qualités animales une aide et une inspiration au quotidien (Watkins Publishing, 2011 ; traduction française Éditions Véga, 2011), le chien appartient à la famille de la Sagesse intérieure, au même titre que l'hippopotame, le cheval, l'aigle, l'ours polaire, le coyote, la salamandre, le papillon, la chouette, le saumon, le phoque, le paon, la grue, le lièvre, le tigre, le lièvre, le bœuf et la pieuvre.


Sagesse intérieure

Invoquer un esprit animal, c'est éveiller de nouvelles perceptions. Tout phénomène naturel, y compris l'animal, est intrinsèquement mystérieux. L'indicible que recèle toute forme de vie nous ramène aux questions fondamentales sur l'existence. Comment et pourquoi s'est formé le cosmos ? Pourquoi les choses existent-elles plutôt que le néant (comme s'interrogent souvent les philosophes) ? La méditation peut nous apporter une conscience silencieuse des vérités qui se cachent derrière ces énigmes. Lorsque nous plongeons nos yeux dans ceux d'une autre créature, nous sommes confrontés à de profonds mystères, dont l'animal est l"incarnation vivante.

Ce chapitre présente les animaux susceptibles de nous guider vers de nouveaux indices et une acuité nouvelle. Si nous sommes prêts à nous ouvrir et à écouter, nous pouvons gagner en maturité spirituelle et avancer dans notre voyage intérieur.

[...]

La famille des canidés est vaste ; elle englobe tous les chiens domestiques, renards, loups, coyotes et même les chacals. On considère que les chiens, descendants du loup, furent domestiqués il y a environ 12 000 ans et sont depuis nos plus fidèles compagnons. D'après les récits du peuple indien tehuelche, l'animal fut créé par le dieu Soleil pour tenir compagnie au premier homme et à la première femme ; en outre, les chiens étaient si aimés dans le monde antique qu'on les enterrait souvent avec leurs maîtres. La science a confirmé ce que beaucoup savent instinctivement - ceux qui possèdent un chien mènent des vies moins stressantes et plus longues. La complicité avec l'animal peut souvent guérir d'une expérience traumatique.

Les chiens étaient autrefois indispensables pour aider les hommes à chasser et à traquer le gibier dans le monde sauvage. Dans de nombreux mythes, ils guidaient aussi les hommes dans l'au-delà. Dans l’Égypte antique, Anubis, dieu des morts, possédait une tête de chacal, et dans la mythologie grecque, Cerbère, chien à trois têtes, gardait les portes des Enfers.

Les chiens sont de formidables gardiens moraux : ils sentent quand nous nous sommes écartés du chemin de l'intégrité et de la justice. Ils ont beaucoup à dire sur ces écarts - ils errent, tourmentés, et nous encouragent à retrouver notre véritable chemin. Les canidés flairent la fausseté, évitent la présence des personnes malhonnêtes, et savent reconnaître quand leurs maîtres sont injustement traités.

Avec le chien pour animal totem, attendez-vous à découvrir des trésors de loyauté et de dévotion. Son énergie est centrée sur une totale attention et affection, et il peut vous remettre sur la voie de la fidélité et de l'amour. Fortement ancré dans le foyer, le chien est néanmoins un merveilleux compagnon pour découvrir les mystères du monde sauvage et de l'inconnu. Il vous accompagnera sur les chemins les plus insolites, affirmant par là que si vous recherchez l'aventure, il ou elle sera à vos côtés.


Mot-clé : Gardien de l'ordre.

Histoires de loyauté

Xanthippe était le père de Périclès, célèbre homme d'État de l'ancienne Athènes. Héros de guerre au moment de l'invasion perse, il commanda la flotte athénienne au début du conflit. Les ouvrages historiques rapportent qu'en 480 avant J.-C., les Grecs furent forcés de quitter Athènes et de fuir par la mer pour échapper au despotisme perse. Les animaux surent qu'ils partaient et les chiens se mirent à hurler, provoquant un terrible vacarme.

Lorsque les bateaux appareillèrent, un chien sauta à l'eau et nagea le long du vaisseau jusqu'à atteindre l'île de Salamine. Épuisé mais heureux d'avoir retrouvé son maître Xanthippe, il mourut. Le peuple offrit à ce chien héroïque les rites funéraires solennels réservés aux humains. Aujourd'hui, plus de deux millénaires plus tard, la terre entourant l'endroit où l'animal fut enterré est appelée "tombeau du chien".

Cette histoire illustre l'une des plus importantes caractéristiques des canidés : ils ont rejoint les livres historiques en tant que serviteurs et compagnons de l'être humain, et bien que beaucoup de contes mêlent fiction et réalité - ou soient même totalement apocryphes - on trouve maintes histoires de loyauté, parfois combinées à l'héroïsme ou à l'ingéniosité.

Secret psychique

L'odorat est l'un des sens premiers du chien. Métaphysiquement, ce sens est relié à l'intuition. Si vous avez un problème, tentez de "flairer" la réponse plutôt que de chercher la logique. Beaucoup d’intuitifs se fient à leur flair lorsqu'ils font des lectures psychiques. Vous pouvez faire la même chose. Mettez-vous à l'aise, dirigez votre sens de l'odorat dans la région mentale de votre troisième œil, qui traite des révélations intuitives, et demandez comment résoudre vos difficultés."

*

*

Dans son jeu de carte L'Oracle du peuple animal (Guy Trédaniel Éditeur, 2016), Arnaud Riou regroupe les animaux par famille. Le chien appartient selon lui à la famille de la communication avec l'abeille, le loup, le dauphin, le chat, le paon, l'ara, le faucon, le singe et l'oie sauvage.


La communication. La qualité de nos relations dépend en grande partie de la qualité de notre communication. savez-vous parler de vos besoins, vous positionner, savez-vous demander, poser vos limites, rassembler ? Savez-vous motiver vos enfants, vos partenaires, vos collaborateurs ? Savez-vous parler en public, négocier ? Savez-vous comment sortir de votre comportement boudeur, manipulateur ou flou et développer une posture claire et constructive ? C'est sur cette voie que les animaux de cette famille vont vous inspirer.

[...]

"Approche-toi, j'ai quelque chose à te dire...", "J'aimerais tellement trouver les mots justes", "Ce n'est pas ce que je voulais dire", "Il ne m'a pas compris", "Je n'ose pas lui avouer", "Comment ne pas le vexer ?" Oser parler et savoir dire est tout un art.

L'art de la rhétorique, l'art de prendre la parole en public, de demander, de refuser, de poser ses limites. La vie est plus facile lorsqu'en nous le verbe est fluide et les mots complices de notre pensée. C'est un entraînement alors que de trouver les mots justes, la distance juste. C'est tout un art aussi que de maîtriser le bon rythme, l'art de ponctuer, de laisser en suspension les points de notre histoire ou d'y mettre un point final. C'est tout un art que de respirer avec les virgules, de s'interroger, de s'exclamer !

C'est tout un art de négocier, de définit ses besoins en termes clairs, de poser ses limites, de savoir dire non, de refuser, mais aussi de négocier, de coopérer, d'accepter.

Certains animaux ont dominé cet art de la communication. Ils viennent ici nous accompagner dans notre évolution. Chaque fois qu'un animal lié à la communication vous apparaît, c'est une occasion d'affiner votre parole, d'apprendre à utiliser le verbe pour exprimer votre pensée, vos besoins et de construire le monde auquel vous aspirez.

Les animaux liés à la famille de la communication vont vous aider, vous inspirer et vous proposer d'utiliser cette grande force qu'est la communication.


Sois fidèle à ton âme, à tes intentions et à ta nature,

Alors, tu ne te sentiras plus jamais trahi.

......................................................................................................................

La carte représente un paysage de montagne. Nous sommes au cœur de l'hiver et les flancs sont enneigés. c'est la fin de l'après-midi. Le ciel est dégagé et le soleil est à la fin de sa course. Un saint-Bernard est face à nous. C'est un gros Chien rassurant et puisant. Son poil est long; il ne porte pas de collier. sa seule présence inspire respect, confiance et enthousiasme.

......................................................................................................................

Le Chien incarne la relation sociale et le lien historique entre l'homme et l'animal. Lévriers du roi, labrador du président, caniche de la reine, chien d'aveugle, chien de berger, policier, ou sauveur de haute montagne. Partout où l'homme a eu besoin d'aide et de réconfort, il est allée chercher le Chien. fidèle compagnon, toujours enjoué, le Chien est le symbole de la dévotion, il incarne la fidélité à son maître, au-delà de ce qu'aucun humain ne serait capable. Pour autant, le rôle du Chien ne se limite pas à tenir compagnie. Le Chien symbolise notre rapport à l'âme, à l'initiation. Dans le tarot de Marseille, le premier personnage est un Chien. Celui qui, au premier plan accompagne le mat. Car le Chien protège aussi la porte de l'inconnu. Il est gardien des enfers, cerbère à trois têtes et compagnon d'Anubis dans la pesée des âmes. Il est utilisé dans la protection, la défense. Sa proximité à l'homme l'a fait souvent être considéré inférieur. On ne veut pas être traité comme un chien. C'est inconsciemment un rapport de force qui s'établit entre l'homme et la bête. Qui veut dresser qui qui est le véritable maître ? Cette question est sensible, car le Chien est le compagnon de l'âme et incarne sur le plan inconscient nos pulsions à dépasser. Si l'homme abandonne parfois on Chien, le Chien n'abandonne jamais son maître. Le Chien est capable d'aller au bout de ses ressources pour rendre service, pour honorer son engagement. Il est d'une constance et d'une persévérance exemplaires. Dans le même temps, le Chien est un animal joueur, léger. Il faut peu de choses pour le distraire, une caresse, un bâton. Car ce dont a besoin le Chien plus que tout, c'est de lien. Le comportement du Chien est facilement décryptable. Il grogne quand il se sent menacé et remue la queue lorsqu'il est content. Si cette attitude peut sembler simpliste, c'est que les sentiments du Chien sont francs, transparents, entiers. Il ne peut pas jouer la comédie. Il aime, ou il n'aime pas.


Lorsque le Chien vous apparaît dans le tirage, c'est pour vous interroger sur votre fidélité. Êtes-vous fidèle à vos valeurs ? Le Chien est fidèle à ses sentiments et à ce que lui dicte son cœur. Il est un excellent guide. Il guide l'aveugle qui a perdu la vue ou l'homme qui a perdu l'odorat. On peut se fier au sens du Chien. Ceux-ci sont intacts et très bien adaptés à la vibration de l'homme. Si le Chien a besoin d'espace et de nature, il sait particulièrement se sentir chez lui en intérieur. Il est capable d'une grande facilité d'adaptation. Il vous interroge alors sur votre facilité d'adaptation. Le Chien est tellement en lien avec l'autre qu'il est capable d'en épouser le comportement. Pourtant, le Chien dans sa nature sait suivre ses instincts les plus primaires. Il sait chasser, rejoindre une meute, déterrer les lapins, attaquer les sangliers. Il sait se repérer dans tous les environnements. Le Chien vient ici vous interroger sur les liens d'amitié entre votre nature divine et votre nature animale.

Mots-clés : La joie - La simplicité - La plénitude de l'instant - La fidélité - L'amitié - Le jeu - La complicité - L'accomplissement - L'âme - la communication.


Signification renversée : Si le Chien vous apparaît dans sa signification renversée, c'est pour vous interroger sur vos liens. Êtes-vous disponible pour vos amis ? Vos amis le sont-ils pour vous ? Quelle est la nature de vos relations ? Êtes-vous fidèle ? Mais au-delà, le Chien vous interroge sur la nature de vos engagements. Êtes-vous fidèles à vous-même ? Il est certains contrats qu'il pourrait être nécessaire de réviser, de réajuster et parfois de rompre. Car une clause qui était juste il y a quelques temps a besoin d'évoluer, d'être adaptée à de nouvelles circonstances. Il est alors nécessaire d'interroger son cœur, de sonder ses motivations les plus profondes pour savoir à quel moment vous êtes fidèle à vous-même et à quel moment vous vous trahissez.


Le message du Chien : Je suis le Chien. La simple évocation de mon nom redonne la joie aux enfants. Confiance aux plus démunis, espoirs à ceux qui sont perdus dans les recoins les plus isolés du monde. car je sais retrouver l'essence de chacun, mon cœur bat dès que je sens la vie. J'aime les enfants et les vieillards, je prends soin des malades et tiens compagnie aux plus démunis. Je suis capable de retrouver les humains dans les décombres ou dans la neige lorsqu'ils se sont perdus, lorsqu'il se sont montrés imprudents ou inconscients. dans ce sas, je ne juge pas. Je recherche tout signe de vie que les humains parfois ont perdu. Car je suis attaché à la vie. Je l'honore dans toutes ses manifestations. Je la hume, la renifle, je lui souris. Partout où tu auras besoin de retrouver ta vie et ton enthousiasme, tu pourras m'appeler. Si tu te sens triste et si ton cœur est trop lourd. Je ne te poserai pas de question. Je serai comme ton meilleur ami. Je te jure fidélité jusqu'à mon dernier souffle. Et toi, es-tu prêt à te jurer fidélité ? Es-tu prêt à être fidèle à tes valeurs et à les honorer dans ton quotidien ? Je veux bien te reconnaître comme mon maître. Et toi, qui reconnais-tu pour t'enseigner ? Qui considères-tu comme ton maître ? Attention, je ne te demande pas de te sacrifier à des idoles ou à des statues. Je te demande qui est ton maître. Prends le temps de me répondre. Tu peux être le disciple d'un dieu, de l'univers ou de ton propre cœur. La grandeur d'un homme n'est pas proportionnelle à la grandeur de son maître, mais à la qualité du lien qu'il entretient avec lui.


Le rituel du Chien : Je rends hommage à l'esprit du Chien. L'esprit de la fidélité, de l'amitié, de l'engagement. Je reconnais que la grandeur de notre humanité dépend de la qualité des liens que nous savons tisser les uns avec les autres, et avec nous-mêmes. je pose la main sur ma poitrine. Je suis fidèle à mes valeurs, à ce qui me tient le plus à cœur. Je me pose quelques instants. Je m'assieds et prends un cahier. J'imagine l'homme ou la femme que je serai à la fin de ma vie. A quoi ressemble ce vieillard ? A-t-il conservé sa dignité, sa grandeur, son sens de l'humour ? J'imagine une conversation entre celui que je suis aujourd'hui et celui que je serai à la fin de ma vie. Je rédige les questions et les réponses. As-tu été fidèle à toi-même ? As-tu honoré la vie en toi ? As-tu été fidèle à tes valeurs ? As-tu des regrets ? Puis, je visualise que cette personne me propose de m'accompagner pour réajuster mon engagement. J'imagine qu'elle m'encourage à retrouver le fil de ma vie, le fil d'Ariane de mon âme. Pour cela, il va appeler un Chien qui va m'accompagner. Car si le Chien m'accompagne, c'est avant tout pour m'encourager à être fidèle à moi-même."

*

*

Pour Melissa Alvarez, auteure de A la Rencontre de votre Animal énergétique (LLewellyn Publications, 2017 ; traduction française Éditions Véga, 2017), le Chien est défini par les caractéristiques suivantes :


Traits : Le Chien symbolise la loyauté, la protection et le service. Le chien donnera sa vie pour son maître sans l'ombre d'une hésitation. Vous aussi, vous êtes farouchement fidèle, et vous protégez ceux que vous aimez. Vous resterez attaché à eux à travers toutes les épreuves, et pue importe ce qu'ils peuvent faire ou la situation dans laquelle ils sont. Le chien aide ceux qui en ont besoin en étant pour eux un guide ou un animal qui leur rend service. Vous êtes d'habitude le premier à vous manifester pour aider les autres en cas d'urgence, ou bien si un ami, un collègue ou un membre de votre famille est dans le besoin. Tout comme le chien qui adore courir et jouer, vous avez la faculté d'élever l'esprit de ceux qui vous entourent par vos dispositions chaleureuses et votre sourire engageant.


Talents : Assistance ; Communication ; Coopération ; Attachement ; Fidélité ; Amitié ; Gardien ; Bonheur ; Intelligence ; Fin observateur ; Loyauté ; Obéissance ; Perspicacité ; Protection ; Fiable ; Ingénieux ; Service ; Digne de confiance ; Acceptation inconditionnelle ; Amour inconditionnel.


Défis : Dépendance aux autres ; Manque de discrimination ; Paresse.


Élément : Terre.


Couleurs primaires : Noir ; Brun ; Blanc ; Jaune.


Apparitions : Lorsque le Chien apparaît, la première chose à faire est de prendre en considération la race du chien et les caractéristiques de cette race. Si c'est un chihuahua, cela veut dire que vous aboyez plus que vous ne mordez ; si c'est un berger allemand, alors vous devez être super vigilant côté protection. Le chien vient vous dire de rester fidèle à vous-même et à ce que vous voulez faire dans votre vie, en étant indifférent aux distractions qui vous entourent. Lorsque le chien apparaît, c'est pour vous le signe que vous devez rester fort dans votre intention et avoir foi dans le fait que tout va fonctionner comme il faut. Si vous avez été trop dur ou trop critique envers vous-même et les autres, ou agressif, le chien peut vous aider à voir le positif dan le négatif et à trouver le chemin pour revenir à votre nature véritable, noble et aimante. Le chien aime la compagnie et être avec ceux qu'il connaît. Il voit le bon en toute chose et vous encourage à faire de même. Le chien vous met en garde : il serait bien que vous sentiez les personnes de vote entourage pour savoir ce qui est vrai dans la situation actuelle. Si quelque chose ne sent pas bon, même si vous ne pouvez pas découvrir ce que c'est, écoutez le chien, et faites très attention pour découvrir ce qui est caché.


Aide : Vous vous sentez perdu et vous ne savez pas quelle direction aller.Le chien peut vous guider pour venir sur votre chemin. Si vous vous sentez seul, il peut vous aider à vous trouver d'autres compagnons. Vous êtes méfiant, vous avez peur ou vous êtes intimidé ? Le chien vous donne un sentiment de protection et la force de gérer la situation. Il vient vous dire de veiller à ne pas vous renfermer dans la peur ni attaquer agressivement simplement parce qu'un autre vous a dit que vous devrez faire ainsi. Les chiens qui ont ce genre de comportement ont été maltraités ou entraînés à agir de la sorte, et c'est l'approbation et l'amour de leur maître qu'ils recherchent en répétant ce comportement. Rappelez-vous qu'il est important pour vous de suivre vos vérités et vos valeurs personnelles ans permettre que les autres vous influencent négativement Le chien vous aide aussi à être clairvoyant lorsque vous avez considéré comme acquise la loyauté d'un autre : il va ouvrir vos yeux pour que vous puissiez voir qui sont vos vrais amis dans les temps d'épreuve.


Fréquence : L'énergie du chien bouge à un rythme rapide, et circule en tournant très vite autour de vous. Sa sonorité est semblable au bruit d'un ressort qui ne cesse de sauter. Elle donne une sensation humide, chaude et qui chatouille.


Voir aussi : Shisa.

Imaginez...

Vous travaillez dans votre grange lorsqu'un gros orage se lève. Vous voyez un petit chien brun qui court du coté de la grange. De toute évidence il est perdu. Vous essayez de l'appeler pour qu'il entre, mais un soudain coup de tonnerre et un déluge de pluie le font repartir de votre propriété et retourner sur la route. Vous lui envoyez des images où il est au chaud et au sec dans la grange et lui demandez de revenir auprès de vous, où il sera en sécurité. Vous vous tenez sur le bas-côté de la grange, à observer la pluie tomber, lorsque vous voyez le petit chien revenir par là en courant. Vous vous accroupissez, vous l'appelez, et il vient vers vous. Vous attrapez des serviettes et vous en enveloppez le petit chien. il tremble, il est effrayé. Vous mettez sa photo en ligne sur quelques sites, et bientôt vous retrouvez son propriétaire. Le petit chien rentre chez lui sain et sauf. Vous êtes heureux qu'il ait eu suffisamment confiance en vous pour revenir afin que vous l'aidiez à rentrer chez lui.

*

*


Lire la suite de l'article ...



1,373 vues