Blog

  • Anne

Les Pleurotes




Étymologie :

  • PLEUROTE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1875 (Lar. 19e). Empr. au lat. sc. pleurotus (1821, Fries, Systema mycologicum t. 1, p.10) formé à partir du gr. ο υ ̃ ς, ω ̓ τ ο ́ ς «oreille», terme qui a évincé pleuropus (proposé en 1801 par Persoon, Synopsis methodica fungorum, p. 472) parce qu'il rappelait les dénominations pop. de cette sorte de champignon, oreille de l'orme, de noyer, de chardon (v. Cottez et Roll. Flore t. 11, p.145-146).


Lire également la définition du nom pleurote afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms :

  • pour le pleurote de Panicaut : Pleurotus eryngii ; Oreillette ; Oreille-de-chardon ; Argouane ; Cabissou (Roouergue) ; Barigoule (Languedoc) ; Panichaou (Provence).

  • pour le pleurote en forme d'huître : Pleurotus ostreatus ; Pleurote-coquille-d'huître ; Pleurote en coquille ; Oreillette ; Poule-de-bois ; Noiret ; Oreille-de-nouret ; Oreille-de-noyer ; Couvrose (Vosges).

  • pour le pleurote-corne-d'abondance : Pleurotus cornucopiae ; Coquille du chêne ; Corne d'abondance du chêne.

*




Mycologie :


D'après Jean-Baptiste de Panafieu, auteur de Champignons (collection Terra curiosa, Éditions Plume de carottes, 2013), "le pleurote est un champignon lignivore, qui décompose le bois des arbres.


Un arc-en-ciel de pleurotes : Au début du XXe siècle, le mycoloue Louis Matruchot avait proposé une technique simple de culture du pleurote-corne-d'abondance. Il en avit d'abord fait l'essai avec trois diques de bois coupés dans le tronc d'un orme mort sur lequel avaient naturellement poussé des pleurotes. Il avait enterré ces disques dans le jardin de l'Ecole normale supérieure de Paris et, quelques mois après, avait pu récolter plusieurs volées de pleurotes. Il avait ensuite renouvelé l'expérience en inoculant lui-même le mycélium dans du bois préalablement stérilisé. Selon le journaliste qui rapportait ces tentatives, cette nouvelle technique devait permettre d'accompagner dans nos assiettes "l'éternel champignon de couche, la médiocre girolle, le trop momentané cèpe, la vraiment trop onéreuse truffe". Malgré ces tentatives, la culture industrielle du pleurote ne se développe que vers 1970 en Europe, puis en Amérique du Nord.

Aujourd'hui, plusieurs dizaines d'espèces de pleurotes sont cultivées, pour une production de plus d'un million de tonnes dans le monde. en Europe, on trouve surtout le pleurote-en-forme-d'huître (Pleurotus ostreatus), au chapeau gris, et le pleurote-corne-d'abondance (Pleurotus cornucopiae), entièrement crème. Certains vendeurs proposent aussi des espèces plus colorées, comme le pleurote bleu (Pleurotus columbinus), très proche de l'ostreatus, le pleurote rose-saumon (Pleurotus djamor), qui perd sa couleur à la cuisson, ou le pleurote jaune (Pleurotus citrinopileatus). Ils sont tous comestibles mais n'ont pas tous le même goût.



Décomposeur : Le pleurote est un champignon décomposeur, qui pousse sur les arbres morts et recycle leur matière. C'est pourquoi les premières techniques de culture se pratiquaient sur des rondins de bois, afin de reproduire son milieu de vie. Aujourd'hui, on le cultive surtout sur des sacs de sciure, de paille ou d'autres sous-produits agricoles peu coûteux. Les pleurotes ont fait l'objet de multiples hybridations entre espèces, ce qui a permis d'obtenir de nouvelles souches aux saveurs et aux couleurs différentes, supportant mieux les conditions de culture et de transport ou à production réduite de spores. En effet, ces champignons en émettent tant (un milliard par gramme de champignon !) que les cueilleurs doivent porter des masques. il faut aussi renouveler régulièrement k'air des hangars où on les cultive. Si les pleurotes poussent dans l'obscurité, ils se réduisent à des pieds, avec des chapeaux minuscules. Pour qu'ils se développent normalement, on conseille de leur donner de la lumière, au moins assez pour pouvoir lire un journal !


Oscar de l'emballage : A partir de déchets de riz ou de coton envahi de mycélium de pleurote, une entreprise américaine a synthétisé un matériau d'emballage léger et solide, similaire au polystyrène, mais biodégradable !"

*

*