Blog

  • Anne

L’Érable




Étymologie :

  • ÉRABLE, subst. masc.

Étymol. et Hist. Ca 1236 arable (G. de Lorris, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 1357). Du b. lat. des gloses acerabulus (TLL) composé du subst. lat. acer « érable » et de -abulus d'orig. controversée. Vendryes (ds R. Celtique, 32, p. 128) voit dans ce 2e élément un gaul. *abulus qu'il déduit de la 2e partie du cymrique [cri]afol « sorbier des oiseaux ». FEW t. 24, p. 100b, levant l'objection possible contre une formation hybride, propose un étymon gaul. *acar [correspondant probable de acer] -abulus, avec *acar remplacé par acer lors de la romanisation. Pour EWFS2 (cf. Diez 5, pp. 5-6) acerabulus serait le résultat d'une dissimilation de acer a(r)bor.


Lire également la définition du nom érable pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :

















*



Histoire d'arbres :


Dans la série éponyme d'Arte, on peut découvrir un épisode consacré à l'érable Comfort, un érable canadien étroitement associé à une famille dont il porte le nom, depuis neuf générations.

*




Symbolisme :


Selon le site http://lejardindesoules.com/les-arbres-du-jardin-symbolique :


"L'érable plane symbolise l’indépendance, la liberté, la réserve, et le sens de l’observation. Pour les druides, une bonne étoile veillait sur la destinée de leurs protégés car l’érable était le messager des dieux. On dit que s’allonger sous cet arbre sert à regonfler les esprits lassés des multiples épreuves de l’existence.

En Chine et au Japon la Feuille d’Érable est un symbole bien connu des amoureux. Les colons Nord-Américains avaient pour habitude de placer les feuilles d’érable au pied de leur lit pour éloigner les démons et encourager le plaisir sexuel ainsi que le sommeil paisible. Également dans la région Nord-Américaine, on peut observer la cigogne tisser les branches d’érable dans des nids – ainsi, l’érable devint un symbole de l’amour trouvé dans l’accueil d’un nouvel enfant dans la maison. La feuille qui est sur le drapeau du Canada est la feuille d’érable."

En ce qui concerne l'érable faux-platane, encore appelé sycomore, "Feuilles moins acérées que chez l’érable plane mais tronc plus foncé, ligneux, s’écaillant en larges plaques. Le Sycomore est symbolique du chagrin d’amour dans le théâtre shakespearien, et plus largement, dans le théâtre élisabéthain. Cela proviendrait du jeu de mot Sickamour (sick : malade en anglais)."

*

*

Dans Le Livre des Fleurs (Librairie philosophique J. Vrin, 1989), Georges Ohsawa (Nyoiti Sakurazawa) tente d'initier les Occidentaux à la subtilité de l'art des fleurs. au Japon :


"Chaque fête populaire est en même temps une fête de fleur. [...] Au mois d'octobre c'est la fête des érables rouges que l'on va contempler en bandes jusque dans les montagnes des environs de Tokio et dont on ne se lasse pas d'admirer le contraste avec le vert sombre des sapins et le bleu du ciel toujours foncé à cette saison. Le soir on en dispose partout des branches dans des vases et on ressort la nuit pour la fête de la lune qui tombe le 16 du même mois. La lune qu'on compare souvent à une dame vêtue d'une robe argentée a certaines fleurs qu'elle préfère. Elles sont au nombre de spet qui est un nombre sacré. On doit les disposer dans des vases de terre blanche spéciale sur une table de bois blanc avec des pyramides de petits gâteaux et des assiettes de légumes et de fruits.

Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes (Larousse Livre, 2000) nous propose la notice suivante :


"C'est un arbre très populaire chez nos amis canadiens, dont ils choisirent la feuille (mapleleuf) pour emblème de leur pays, et dont le sirop, qu'ils confectionnent à partir de sa sève chauffée et brassée, est devenu un produit national. Bien sûr, les abeilles savaient bien avant les hommes la saveur de la sève de l'érable et la délicatesse de ses fleurs. Depuis toujours, elles les butinent avec volupté, fournissant alors un miel d'érable délectable et riche en sucre. mais déjà, au temps jadis, en Chine, l'érable était associé à la notion d'honneur, le nom désignant cet arbre présentant une homophonie avec le verbe chinois qui signifie "conférer un honneur". Symbole de longévité et de vigueur en Amérique du Nord comme dans tous les pays anglo-saxons, l'érable était aussi réputé pour chasser les démons et les mauvais esprits nocturnes. Ainsi, on en plaçait devant la porte de sa maison ou au pied de son lit, comme la cigogne qui joint de nombreuses brindilles d'érables à son nid, dans le but de chasser les chauve-souris friandes de leurs œufs."

*

*




Symbolisme celte :


Selon le site http://lecameleon.wifeo.com/erable.php,


"Pour les druides, une bonne étoile veillait sur la destinée de leurs protégés car l'érable était le messager des dieux. Ceux-ci parlaient aux hommes dans le souffle du vent agitant les hautes branches de l'arbre. Ils utilisaient sa sève comme breuvage destiné à calmer les esprits impulsifs et violents. On assurait que cette potion, mélangée avec d'autres sucs végétaux, avait également la capacité d'apaiser les inflammations de toutes sortes. C'est un érable immense qui dominait la fontaine de Barenton dans laquelle Merlin l'Enchanteur venait puiser des gobelets d'eau pure." (Source ?)

*

*

1,015 vues