top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le Longanier




Étymologie :


Étymol. et Hist. 1. 1616 bot. longane « fruit d'une espèce de letchi » (Riquebourg-Trigault, Hist. de l'expédition, p. 14 ds Arv., p. 302 : il y a des fruicts tres bons à manger [...] que nous apppellons [sic] d'un nom emprunté aux Chinois, Licyes et Longanes) ; 1735 Long-yen (P. Halde, Description de la Chine, I, p. 16 ds Dalg. t. 1, 1919, p. 531) ; 1808 Longan ou Long-yen (De Guignes, Voyages à Péking, Manille et l'Ile de France, t. 3, p. 356) ; 2. 1789 litchi longane « arbre sur lequel pousse ce fruit » (Lamarck ds Encyclop. Méthod. Bot. t. 3) ; 1873 longan (Lar. 19e, s.v. litchi). Mot empr. au chinois long-ien ou lumien, littéralement « œil (yen) de dragon (long) », d'où il est passé, au travers de récits de voyages, dans le lat. du xvie s. de l'ital. Matthieu Ricci (mort en 1610) d'où est traduit le texte de Riquebourg-Trigault (supra), puis le lat. des botanistes : euphoria longana (Lamarck, loc. cit.), dans le port. longana attesté dès 1688 sous la forme longans (ds Dalg., loc. cit.) ; dans l'angl. longan, lungung, lungan (NED) ; cf. également l'all. longane (Brockhaus Enzykl.).


Étymol. et Hist. Longanier, subst. masc. attest. 1789 (Lamarck ds Encyclop. Méth. Bot. t. 3 qui cite en outre M. Céré : le longanier, dit M. Céré, est hermaphrodite, vient fort grand, et ne veut être espacé de 25 pieds lorsqu'on le cultive), 1873 litchi longanier (Lar. 19e, s.v. litchi) ; de longan, longane, suff. -ier*.


Lire également la définition des noms longane et longanier afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Dimocarpus longan - Œil de dragon - Litchi longanier - Litchi ponceau. - Longan - Longane - Longani -

*

*




Botanique :


Le longane ou œil de dragon est, comme le litchi auquel il ressemble, le fruit d’une Sapindacée originaire de Chine (Dimocarpus longan). Il s’agit, comme chez le litchi, d’un akène, noir et brillant, entouré d’un arille pulpeux blanc et translucide, l’ensemble évoquant un globe oculaire, d’où son nom vernaculaire. Il se consomme comme le litchi.

 

Le 17 janvier 2016, Xiao Long propose un article sur son blog qui nous en apprend davantage sur le longane :



Son nom vient du chinois 龙眼 ; lóngyǎn et du vietnamien lung ngaan, qui signifient œil de dragon. Ce petit fruit rond vient du longanier, un grand arbre aux belles feuilles persistantes et aux fleurs blanc-jaune qui se rassemblent à l’extrémité des branches en grappes d’une quarantaine de centimètres de long. Originaire du sud de la Chine le longane est le « petit frère du litchi », sa chair blanche et translucide entoure une graine ronde lisse et noire, brillante comme… un œil de dragon.

Le longane est une mine de vitamines C et A. Le fruit est riche en potassium, fibres, protéines, magnésium, cuivre et contient plus de fer que les épinards (vous me direz, ce n’est pas difficile, cette réputation étant largement usurpée… Pauvre Popeye !!! S’il avait su !).

  Ce fruit aurait de nombreuses vertus :

Il semble calmer les nerfs et revitaliser le système circulatoire, il soulage en cas d’œdèmes et de palpitations cardiaques.  Le fruit séché est utilisé comme remède comme l’insomnie. Les feuilles contiennent de la quercitrine (antioxydant et antiviral), et sont utilisées dans le traitement des allergies, du diabète et des maladies cardiovasculaires. Ne me regardez pas avec cet œil rond (de dragon ?)…

  Pour ceux qui ne souhaiteraient pas en consommer (et c’est pourtant pas mauvais du tout…), on peut aussi s’en servir de « démaquillant » pour nettoyer et purifier la peau du visage (Petit dragon préfère les manger!).

Les graines broyées (Aïe ! les yeux !!!) du longane produisent une mousse, qui peut servir de shampoing.

Bref, le longane est plein de ressources… et son bois est aussi utilisé pour fabriquer des meubles… rien ne se perd donc !

*

*



Vertus médicinales :


Selon une étude de Park, Se Jin et al. “The memory-enhancing effects of Euphoria longan fruit extract in mice.” (Journal of ethnopharmacology vol. 128,1 (2010) : pp. 160-165.) :


But de l'étude : Le fruit d'Euphoria longan (Lour.) Steud. (Sapindaceae), sucré et comestible, est prescrit séché comme tonique et pour le traitement des pertes de mémoire, de l'insomnie ou des palpitations causées par la peur dans la médecine traditionnelle chinoise. Les effets de l'extrait aqueux du fruit d'Euphoria longan (ELE) sur l'apprentissage et la mémoire et leurs mécanismes sous-jacents ont donc été étudiés afin de vérifier ces données traditionnelles.


Conclusion : Les résultats obtenus montrent que l'administration subchronique d'un extrait aqueux du fruit d'Euphoria longan à des souris de laboratoire améliore l'apprentissage et la mémoire, et que ses effets bénéfiques sont médiés, en partie, par l'expression du BDNF et la survie des neurones immatures.

 

Voici les conclusions d'une étude de Kunworarath, Nongluk et al. “Longan (Dimocarpus longan Lour.) inhibits lipopolysaccharide-stimulated nitric oxide production in macrophages by suppressing NF-κB and AP-1 signaling pathways.” (Journal of ethnopharmacology vol. 179 (2016) : pp. 156-161) :


Intérêt ethnopharmacologique : Les fleurs, les graines et les fruits du longan (Dimocarpus longan Lour.) ont été utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC) comme plante commune pour soulager les gonflements, ce qui peut être un symptôme des maladies inflammatoires. Toutefois, les preuves scientifiques relatives à leurs effets sur l'inflammation, en particulier les mécanismes cellulaires et moléculaires possibles du longane, n'avaient pas encore été clarifiées.


Conclusion : Les résultats obtenus par cette expérience suggèrent que les extraits de longane possèdent des propriétés anti-inflammatoires. Par conséquent, le longane pourrait constituer un complément alimentaire potentiel pour le traitement des maladies liées à l'inflammation.

*

*




Croyances populaires :


Sur le site LTL Langage school, on peut lire les renseignements suivants :


Il est traditionnellement associé à la naissance de plusieurs fils. Dans le nord de la Chine, il est coutume de placer des longans et litchis séchés sous le lit des jeunes mariés, une tradition ancienne pour leur souhaiter d’avoir des enfants rapidement.

👉 Ce fruit est très populaire lors du Nouvel An chinois, et est souvent servi avec des baies de gojis.

 


Symbolisme :


Sur le blog de Lily's Words on peut lire les informations suivantes :


Le Nouvel An Chinois, [...] est la fête la plus importante de l’année pour les Chinois. Elle est d’ailleurs célébrée en grandes pompes pendant deux semaines (les Chinois bénéficient à cette occasion d’une semaine de congés), durant laquelle défile un grand nombre de mets délicats, chacun doté d’un symbole de bon augure pour cette nouvelle année. [...]


Vœu de croissance : pour exprimer la croissance dans tous les domaines souhaités, on mange un gâteau fait à base de farine de riz gluant et de pâte de haricot rouge et longane, appelé niángāo 年糕, qui signifie littéralement « gâteau de l’an » et qui est un homonyme de 年高, qui veut dire littéralement, « année haute », et qui signifie élever le niveau dans l’année.

 

Un article du site Voyageschine.com fait le lien entre la traditionnelle Cérémonie du thé chinoise et le fruit du Longanier :


[...] A l’origine, la cérémonie du thé pour la famille de la jeune fille se déroulait, en règle générale, dans l'après-midi. La fiancée devait, d'abord, en privé, servir le thé à sa propre famille, avant d'être officiellement mariée.

Du côté du jeune marié, la cérémonie du thé avait lieu, la plupart du temps, le matin. Elle devait être conduite après l’union et l’installation définitive du couple dans son nouveau foyer.


Cérémonies du thé de nos jours : de nombreux couples choisissent de manifester leur respect, aux deux parties, en organisant une cérémonie du thé collective en présence de tous les membres des deux familles réunies au même moment, contrairement aux deux cérémonies bien distinctes du passé. La plupart des familles s’accordent, également, pour un banquet de mariage en commun dans un hôtel ou restaurant.

Simultanément, la mariée et le marié sont appelés à servir le thé aux deux couples de parents. Ce geste revêt une signification particulière car il confirme, qu’à cet instant, les membres des deux familles deviennent vraiment très proches.

Après la présentation du thé, les parents répondent en offrant au jeune couple des enveloppes rouges contenant de l'argent et, parfois même, des bijoux en or. Parallèlement à cela, certains parents en profiteront pour dispenser quelques conseils à leurs enfants et donner leur bénédiction exprimant, ainsi, tout leur amour et leurs meilleurs voeux pour cette union.


Types de thé utilisés lors du mariage chinois : Par le passé, les gens utilisaient, habituellement, en infusion, un mélange de graines de lotus et de dattes rouges, ou bien une composition de graines de lotus et de longanes. Dans la tradition chinoise, les longanes et les graines de lotus évoquaient les héritiers et les dattes rouges, la douceur. Tous ces éléments associés vont symboliser une vie conjugale agréable pour le couple et l’arrivée prochaine d'enfants au sein du foyer.

De nos jours, en revanche, il n'existe plus de règle définie à ce sujet. Les gens optent, fréquemment, pour le thé vert ou bien même se limitent aux boissons en bouteilles.

Les ingrédients de base servant, autrefois, dans la préparation du "thé du mariage" incarnaient les vœux les meilleurs à l'attention des jeunes mariés.

[...]

Le longane bénéficie d’une appellation moins courante en chinois "桂圆"(guìyuán). Le premier caractère "桂" est un homophone de "贵", signifiant précieux. En revanche, le second, quant à lui, "圆" est bien un caractère populaire dans la culture chinoise, qui se traduit par “circulaire et plein” (à l’image de la lune).

*

*

10 vues

Posts récents

Voir tout

L’Érable

Comments


bottom of page