Blog

  • Anne

Le Camélia


Étymologie :

  • CAMÉLIA, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1819 camellie (Boiste) ; 1829 (Boiste). Lat. sc. camellia, 1764 (Caroli Linnaei Systema naturae, p. 47), nom donné par Linné, en l'honneur de G.J. Kamel, jésuite moravien, botaniste de la fin du xviie s. (Gde Encyclop. ; DEI).


Lire également la définition du nom "camélia" pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :



*




Symbolisme :


Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Le camélia peut être utilisé dans les vœux "qui concernent les richesses et le lux". Le rite prescrit "de déposer des boutons de camélias frais dans une coupe remplie d'eau que l'on placera sur l'autel.

*

*

Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :


"Mot-clef : La perfection ; le romantisme.


Savez-vous ? : C'est un missionnaire allemand qui aurait apporté des Philippines les premiers camélias en Europe, au VIIIe siècle. Dans le célèbre roman, La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas, l'héroïne Marguerite Gautier portait toujours un camélia épinglé dans les cheveux. Il est, depuis,a associé au romantisme du XIXe siècle. Les Chinois mêlaient les pétales du camélia au thé, car tous deux appartiennent à la même famille de plantes. Mademoiselle Chanel a, elle aussi, choisi le camélia comme fleur fétiche.


Usages : Le camélia blanc est une fleur romantique Elle déclame l'amour parfait entre les amoureux Elle est du plus bel effet dans le bouquet de la mariée, mais, hélas, elle prend rapidement une couleur rouille. Le prénom Camélia se fête le 5 mars.


Message : Je meurs pour vous."

*

*

Selon Nicole Parrot auteure du livre Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Le camélia aime rassurer celle (ou celui) qui le reçoit : "vous êtes modeste, vous savez persévérer dans l'effort". Mieux : "je vous trouve la plus belle". Mieux encore : "vous avez du talent et il sera reconnu et récompensé". La fleur aux feuilles vernissées comme de la porcelaine a pour maître mot "fierté". Mais surtout elle annonce : "une passion pour bientôt". Le camélia évoque d'emblée trois femmes de caractère. La première, paradoxalement, se nomme Marguerite. Marguerite Gautier, condamnée à une mort rapide par sa tuberculose, vit la pathétique histoire d'amour contée par Alexandre Dumas fils dans La Dame aux camélias. La seconde, Greta Garbo, en 1934, interprète de façon inoubliable cette malheureuse héroïne dans le film de Georges Cukor. Son charme particulier et ses merveilleuses robes de tulle et de dentelles mousseuses ont-elles touché la troisième, Gabrielle Chanel ?

Une vingtaine d'années après la sortie du film, lors de son grand retour sur la scène de la mode, "la Grande Demoiselle" pique un camélia de tissu à ses robes, au poignet ou dans les cheveux de ses clientes et le décline sous toutes ses formes, du matin au soir. Ce leitmotiv devenu sa signature jette, qui sait, un clin d’œil par-delà les années à cette autre grande demoiselle qu'on appelait "la Divine".

A propos, quelques fleurs de camélia, encore fermées, posées sur l'eau d'un vase, attirent la prospérité. Intéressant à savoir."


Mot-clef : "Pour les femmes de caractère".

*

*




Littérature :


Dans La Dame aux camélias (1848), Alexandre Dumas fils transpose la vie d'une courtisane nommée Marie Duplessis pour créer le personnage de Marguerite Gautier. Dans un article intitulé "La dame aux camélias était une impitoyable cocotte" et paru le 15 novembre 2013 sur le site https://bibliobs.nouvelobs.com, Jean-Louis de Montesquiou nous rappelle l'origine de ce surnom :


Marie a toujours eu des problèmes avec sa poitrine, à l’intérieur comme à l’extérieur aussi : jugeant son buste trop discret, elle l’agrémentait des camélias qui l’ont rendue célèbre (lesdits camélias lui servaient de moyens de communication avec ses amants : blanc – « c'est bon, je suis à vous » ; rouge – « J’ai mon indisposition mensuelle »).

*

*

Camélia et pâquerette


On admire les fleurs de serre Qui loin de leur soleil natal, Comme des joyaux mis sous verre, Brillent sous un ciel de cristal.


Sans que les brises les effleurent De leurs baisers mystérieux, Elles naissent, vivent et meurent Devant le regard curieux.


A l’abri de murs diaphanes, De leur sein ouvrant le trésor, Comme de belles courtisanes, Elles se vendent à prix d’or.


La porcelaine de la Chine Les reçoit par groupes coquets, Ou quelque main gantée et fine Au bal les balance en bouquets.


Mais souvent parmi l’herbe verte, Fuyant les yeux, fuyant les doigts, De silence et d’ombre couverte, Une fleur vit au fond des bois.


Un papillon blanc qui voltige, Un coup d’œil au hasard jeté, Vous fait surprendre sur sa tige La fleur dans sa simplicité.


Belle de sa parure agreste S’épanouissant au ciel bleu, Et versant son parfum modeste Pour la solitude et pour Dieu.


Sans toucher à son pur calice Qu’agite un frisson de pudeur, Vous respirez avec délice Son âme dans sa fraîche odeur.


Et tulipes au port superbe, Camélias si chers payés, Pour la petite fleur sous l’herbe En un instant, sont oubliés !


Théophile Gautier, "Camélia et pâquerette" in Émaux et Camées, 1852.

*

*

Le Camélia et le Dahlia


Un troupeau de camélias,

Puis un troupeau de dahlias

Ont traversé notre pelouse.

Dahlias et camélias,

L’an est un et les mois sont douze,

Camélias et dahlias.


Robert Desnos, "Le Camélia et le Dahlia" in Chantefables et Chantefleurs, 1952.

*

41 vues