Blog

  • Anne

La Dame verte





Symbolisme :


D'après le site http://www.france-pittoresque.com :


"Les Dames Vertes sont l’objet de croyances superstitieuses dans les départements du Doubs et du Jura, et qui se montrent dans les bois et les jardins. Monnier rapporte ces fées à Iana ou la Diane celtique, et désigne les lieux où elles sont le plus en réputation. Tels sont les vergers de Maizières ; les villages d’Angerans, de Relans, de Veyria, de Graye et de Gigny ; les rives des étangs du territoire de Cages, etc.


Xavier Marmier consacre à la Dame Verte cette gracieuse description : « La Dame Verte, c’est notre péri, notre sylphide, la déesse de nos bois, la fée de nos prairies : elle est belle et gracieuse ; elle a la taille mince et légère comme une tige de bouleau, les épaules blanches comme la neige de nos montagnes, et les yeux bleus comme la source de nos rochers. Les marguerites des champs lui sourient quand elle passe ; les rameaux d’arbres l’effleurent avec un frémissement de joie, car elle est la déesse bien-aimée des arbres et des fleurs, des collines et des vallées. Son regard ranime la nature comme un doux soleil, et son sourire est comme le sourire du printemps. Le jour, elle s’asseoit entre les frais taillis, tressant des couronnes de fleurs, en peignant ses blonds cheveux avec un peigne d’or, ou rêvant sur son lit de mousse au beau jeune homme qu’elle a rencontré. La nuit, elle assemble ses compagnes, et toutes s’en vont folâtres et légères, danser aux rayons de la lune, et chanter.


« Le voyageur qui s’est trouvé égaré le soir au milieu de nos montagnes a souvent été surpris d’entendre tout à coup des voix aériennes, une musique harmonieuse, qui ne ressemblait à rien de ce qu’on entend habituellement dans le monde : c’étaient les chants de la Dame Verte et de ses compagnes. Quelquefois aussi les malignes sylphides égarent à dessein le jeune paysan qu’elles aiment, afin de l’attirer dans leur cercle, et de danser avec lui. Que si alors il pouvait s’emparer du petit soulier de verre d’une de ces jolies cendrillons, il serait assez riche ; car, pour pouvoir continuer de danser avec ses compagnes, il faudrait qu’elle rachetât son soulier, et elle l’achèterait à tout prix. L’hiver, la Dame Verte habite dans ces grottes de rochers, où les géologues, avec leur malheureuse science, ne voient que des pierres et des stalactites, et qui sont, j’en suis sûr, toutes pleines de rubis et de diamants dont la fée dérobe l’éclat à nos regards profanes. C’est là que, la nuit, les fêtes recommencent à la lueur de mille flambeaux, au milieu des parois de cristal et des colonnes d’agathe. C’est là que la Dame Verte emmène, comme une autre Armide, le chevalier qu’elle s’est choisi.


« Heureux l’homme qu’elle aime ! Heureux ce sire de Montbéliard qu’elle a si souvent attendu sous les verts bosquets de Villars ou dans le val de Saint-Maurice ! C’est pour cet être privilégié qu’elle a de douces paroles et des regards ardents, et des secrets magiques ; c’est pour lui qu’elle use de toute sa beauté de femme, de tout son pouvoir de fée, de tout ce qui lui appartient sur la terre. Il y a cependant des gens qui, pour faire les esprits forts, ont l’air de rire quand vous leur parlez de la Dame Verte, et ne craindraient pas de révoquer en doute son existence. Ces êtres-là, voyez-vous, il ne faut pas discuter avec eux, il faut les abandonner à leur froid scepticisme ».

*

*

Dans Vert, Histoire d'une couleur (Éditions du Seuil, 2013) Michel Pastoureau s'attache à retracer l'histoire de la perception visuelle, sociale, culturelle de cette couleur en Occident, de l'Antiquité au XIXe siècle. C'est également l'occasion de s'interroger sur divers objets ou personnages de cette couleur. Ainsi :


Le vert, moins fréquent que le rouge, le blanc ou le noir, y [dans les contes de fées] est la couleur des êtres surnaturels, notamment des fées. Dans plusieurs régions d'Europe, à l'époque moderne, on les appelle les "dames vertes" (Die grünen Damen, The green faeries). A cela plusieurs raisons : soit elles ont les yeux ou les cheveux verts (comme les sorcières), soit elles apparaissent vêtues ou chaussées de cette couleur, soit elles vivent dans un cadre de verdure qui rappelle combien leur origine est liée aux cycles de la végétation et aux cultes des eaux, des arbres et des forêts. Dans l'Europe du Nord, quand les fées s'habillent de vert, elles n'aiment guère que les simples mortels fassent de même. Si l'on souhaite s'attirer leurs faveurs, mieux vaut ne pas leur emprunter cette couleur ni les végétaux dans lesquels elles puisent une partie de leurs pouvoirs magiques : l'aubépine, le sorbier, le coudrier et quelques autres. Le vert est la couleur des fées. Or, qu'elle soit marraine ou amante, ange gardien ou mauvais génie, la fée est souvent capricieuse et, comme la couleur elle-même, peut rapidement changer d'humeur, d'apparence ou de signification. il faut la craindre et la respecter."

*




Mythes et légendes :


Gabriel Gravier dans Franche-Comté, pays des légendes, tome II (1982), rapporte la légende concernant la Dame verte qui habite à la Grotte de la Côte Bernard, aussi appelée la Chambre de la Dame Verte :


"Sur le mont conique présidant à la naissance de la Furieuse et de son étroite et verdoyante vallée, l'ancien château de Vaux-Grillet a laissé quelques vestiges. C'est près des ruines de ce castel que, selon Rousset, se tenait une dame verte. Elle prenait un malin plaisir à entraîner à sa suite les voyageurs attardés, à les faire marcher à travers les forêts, les broussailles et les ronciers, jusqu'à ce que leurs vêtements fussent réduits en lambeaux.


Pour Désiré Monnier - dont Charles Thuriet et Louis Martin ont repris la version - la dame verte habitait dans les bois d'Andelot, au bout des Côtes-Bernard. Elle y avait une grotte, appelée Chambre de la Dame Verte. Elle fréquentait la fontaine d'Alon, proche des Champs-Chrétiens. Des gens de Thésy, d'Aresches, d'Andelot, et probablement d'autres villages de la région de Salins, avaient assez souvent rencontré cette dame verte. Pourtant son souvenir serait sans doute oublié aujourd'hui si l'aventure de Jean Badaud n'était venue en quelque sorte l'immortaliser.


"C'était vers 1800. Badaud, de son véritable nom : Cousin, demeurait à Andelot. Âgé de 50 à 55 ans, il n'était donc plus un jouvenceau. Mais allez donc empêcher la sève de monter dans un vieil arbre ! Alors qu'il revenait vraisemblablement de Salins, où il avait acheté des étoupes, notre bonhomme rencontra la dame verte. Celle-ci, occupée à remettre sa jarretière, montrait donc une jambe au galbe plein d'éloquence. Manquant d'une retenue que l'attitude de la dame ne pouvait guère lui inspirer, Badaud s'empressa d'offrir son aide, et peut-être même suggéra-t-il une promenade forestière :


« Descendons à l'ombre du bois, La belle, Descendons à l'ombre du bois. »

Feignant d'accepter l'invitation, la fée prit le bras de son admirateur et l'entraîna, légère et moqueuse, à travers les taillis, les buissons, les marais, les fondrières. Bientôt fatigué d'un tel manège, notre homme demanda grâce. Mais la dame verte continuait sa marche, comme si elle n'entendait rien. Nous l'avons vu, Badaud rapportait avec lui des étoupes, c'est-à-dire de la filasse tirée du chanvre ou du lin, et destinée à la quenouille des fileuses. Un bras occupé à tenir le paquet d'étoupes sur son épaule, l'autre solidement serré sous celui de la dame verte, notre pauvre homme avait perdu toute envie de batifoler, d'autant que sa compagne l'entraînait dans sa course endiablée en chantant, ironique, ce refrain monotone


« Filons tes étoupes, mon ami ; filons tes étoupes ».


Ils les filèrent si bien que, partout sur leur passage, elles restaient accrochées aux branches des arbres, aux épines des haies et des buissons. Quand la dame verte daigna le laisser en paix et s'éloigner, notre pauvre homme était fourbu, certes, mais il ne possédait plus le moindre morceau d'étoupe. On devine l'accueil «triomphal» que dut lui réserver sa femme, à son retour au logis. Badaud avait-il vendu ses étoupes pour boire, ou après boire ? Les avait-il perdues ?


Dans le Val-d'Héry, on évoquait autrefois l'aventure du Petit Poulet, qui, plus téméraire que notre homme d'Andelot, avait poussé l'audace jusqu'à oser prendre par la taille la dame verte. Si l'on en croit Camille Aymonier, « les femmes de Pont-d'Héry racontent volontiers cette histoire à leurs maris, aux environs de l'âge ingrat ! »"

*

*

Selon Roger Mignot, auteur de Les Fées franc-comtoises (1984) qui réunit divers témoignages des habitants de la région de prédilection des Dames vertes, nous transmet celui-ci, à propos de la Baume de Gigny :


"Voici ce qu'écrivait le docteur Gaspard, natif du village de Gigny : "Il y a une dame verte dans mon pays natal. Mon enfance a été bercée de contes de la dame verte ; et je ne sais combien j'ai connu de gens qui l'ont vue ou qui l'ont entendue passer près d'eux. Quelles sont les faneuses qui n'ont pas occasion d'en parler, lorsque l'on fauche la grande prairie, surtout le pré des Roses, et du côté des grottes ! Elle et ses compagnes s'y réunissent. On pourrait juger de leur multitude par l'étendue qu'elles foulent ensemble, lorsque l'on voit les herbes et les épis s'incliner sous leurs pieds légers. Cette réunion de femmes divines sur le territoire de Gigny a pu paraître assez remarquable à nos ancêtres pour avoir motivé l'imposition de ce nom : Gyné, gynaicos en grec signifient femme, et Giniacus est le nom latinisé de Gigny."


Et concernant la Grotte de Fontaine noire sur la commune de Les Nans :


"Cette dame taciturne et triste sait se montrer gracieuse à l'occasion. Elle aime se promener près de la Fontaine Noire qui coule au bas de la montagne. Lorsque des personnes étrangères la rencontrent, ils la saluent avec respect, mais se sauvent apeurées lorsqu'ils se rendent compte que c'est la dame verte du château de la Berne. Une couturière du nom de Françoise Petit, du village de Supt, la rencontra dans sa vie, plusieurs fois sur son passage, et plus particulièrement à proximité de la Fontaine Noire. Finalement, terrifiée, elle renonça à habiter aux Nans et quitta définitivement la région."

*




Littérature :


George Sand, dans Les Dames vertes (1875) propose cette description, inspirée probablement des légendes de son enfance [Je vous conseille de lire ce court roman fantastique pour en apprendre davantage...] :


"... et il leur avait été donné de voir les trois vierges, non plus sous l’apparence de nuages verdâtres, mais dans tout l’éclat de leur jeunesse et de leur beauté ; non pas toutes à la fois, mais une en particulier,pendant que les deux autres se tenaient à l’écart. Alors cette funèbre beauté répondait à toutes les questions sérieuses et décentes que l’on voulait lui adresser. Elle dévoilait les secrets du passé, du présent et de l’avenir. Elle donnait de judicieux conseils. Elle enseignait les trésors cachés à ceux qui étaient capables d’en bien user en vue du salut. Elle disait les malheurs à éviter, les fautes à réparer ; elle parlait au nom du ciel et des anges ; enfin, c’était une puissance bienfaisante pour ceux qui la consultaient avec de bons et pieux desseins. Elle n’était grondeuse et menaçante qu’avec les railleurs, les libertins et les impies. Le manuscrit disait : « D’une intention méchante et fallacieuse, on leur a vu faire de grandes punitions, et ceux qui ne s’y porteront que par malice et vaine curiosité peuvent s’attendre à des choses épouvantables, qu’ils seront bien marris d’avoir cherchées. »

Sans s’expliquer sur ces choses épouvantables, le manuscrit donnait la formule de l’évocation et tous les rites à observer, avec un si grand sérieux et une si naïve bonne foi, que je m’y laissai aller."

*