Blog

  • Anne

La Jacinthe


Étymologie :

  • JACINTHE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1. Début xiie s. jacincte masc. (genre usuel du mot au Moy. Âge) minér. (St Brendan, éd. E.G.R. Waters, 1695) ; 2. début xive s. bot. (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, X, 872 : Jacintus a nom la fleur bele) ; fin xve s. jacincte (Jard. de santé, I, 258 ds Gdf. Compl.). Empr. au lat. hyacinthus « plante à bulbe, glaïeul ; sorte d'améthyste » (v. aussi André Bot.), gr. υ ̔ α ́ κ ι ν θ ο ς avec j- initial d'apr. jagonce, jacunces (ca 1100 Roland, éd. J. Bédier, 638) « pierre précieuse », formes plus usitées au Moy. Âge, empr. au syrien jaqunta lui-même empr. au gr. υ ̔ α ́ κ ι ν θ ο ς (v. FEW t. 4, p. 521a).


Lire aussi la définition pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Hyacinthoides non-scripta ; Endymion penchée ; Jacinthe sauvage ; Jacinthe des bois ; Muguet bleu ; Petite jacinthe ; Scille penchée.

Hyacinthus orientalis ; Grande jacinthe.




Botanique :

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAPABAP///wAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw==

*




Symbolisme :


Selon Pierre Zaccone, auteur de Nouveau langage des fleurs avec la nomenclature des sentiments dont chaque fleur est le symbole et leur emploi pour l'expression des pensées (Éditeur L. Hachette, 1856) :


JACINTHE - AMÉNITÉ.

La jacinthe est originaire de l'Orient. Sa beauté l'a fait rechercher dans tous les pays, et sous toutes les zones, en France, en Allemagne, en Flandre, en Angleterre, et surtout en Hollande. - Il y a plusieurs espèces de jacinthes : La jacinthe des bois : elle a pour racine une bulbe ou oignon. Cet oignon se multiplie par caïeux qui se détachent. On assure qu'un très bon microscope fait voir dans la bulbe d'une fleur, la plante entière qui doit s'y développer et en sortir. Sa tige est ronde et délicate ; ses feuilles vertes, lisses, allongées. Au sommet de chaque pétiole est une étoile blanche, sans calice, formée des six divisions presque totales de la corolle, sur les extrémités desquelles s'élèvent six étamines bleues.

La jacinthe double des jardins : La jacinthe doublée a tous les caractères d'un ouvrage de l'art. Épaisse et pesante, on la dirait quelquefois sculptée en marbre. On la range en plates-bandes, en représentation avec ses compagnes, comme les dames bien parées, dont l'ensemble fait le grand mérite, et l'on dresse une tente au-dessus d'elles pour les préserver du soleil.

La jacinthe des champs n'a ni la fraîcheur ni la grâce de celle des jardins. Sa tige est du même genre, ronde, glabre, et tachetée de rouge. Ses longues feuilles, roulées à la base, se détachent bientôt, comme des banderoles qui se jouent autour d'un mât.

Les poëtes ont consacré la jacinthe à la mémoire du jeune ami d'Apollon, que la jalousie de Zéphir fit mourir. *

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), la Jacinthe (Hyacinthus orientalis) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Féminin

Planète : Vénus

Élément : Eau

Pouvoirs : Amour ; Réussite ; Bonheur.


Utilisation magique : La Jacinthe procure l'amitié et la protection des grandes dames.

Le suc de son oignon empêche la pousse du poil et retarde la puberté.

La poudre provenant de bulbes séchés de Jacinthe rose, répandue dans le lit ou mise dans un sachet que porte la femme, soulage dei douleurs de l'accouchement.

Les fleurs de toutes les Jacinthes, séchées et réduites en paillettes, entrent dans les mélanges destinés au succès, à la réussite sociale.

*

*

Sheila Pickles écrit un ouvrage intitulé Le Langage des fleurs du temps jadis (Édition originale, 1990 ; (Éditions Solar, 1992 pour la traduction française) dans lequel elle présente ainsi la Jacinthe des bois :


Mot clef : Constance.

La mer sera sans poissons,

Le rossignol sans chansons,

Et les lauriers sans verdure,

L'été n'aura point de grains,

L'hiver sera sans froidure

Et l'automne sans raisins,


Le printemps sera sans fleurs,

Les tulipes sans couleurs

Et les roses dans épines,

Les sphères sans mouvement,

Quand, pour vos beautés divines,

Je serai sans sentiment.


Pierre Berthelot (?-1615), « Assurance d'amour ».


Les clochettes bleues, pendantes, de la Jacinthe des bois forment de somptueux tapis dans les forêts et les clairières, pour peu qu'il y ait de la fraicheur et de l'humidité. Elles s'épanouissent au mois de mai, en exhalant un délicat parfum.

L'autre nom de la Jacinthe des bois, Endymion, fait référence à un jeune berger grec d'une fascinante beauté, dont Séléné, déesse de la Lune, était passionnément éprise. Chaque nuit, la déesse contemplait l'objet de son amour. C'est sans doute pour cette raison que le langage des fleurs en a fait l'emblème de la constance amoureuse.

Elle consacre également une affiche à la Grande Jacinthe :


Mot clef : Peine

Depuis mon changement tout l'univers remarque

Que d'un triste et muet discours

Je me plains que mes plus beaux jours

J'ai ressenti la rigueur de la Parque ;

Mais je cesse de murmurer,

Car l'extrême plaisir que j'ai de te parer,

Efface maintenant la plainte

Que mes feuilles portaient empreinte.

Montaussier (1610-1690), "L'Hyacinthe".


La mythologie grecque évoque un beau jeune homme de Sparte appelle Hyacinthe. C'était l'ami très cher du grand Apollon, qui descendait sur terre, dans son char doré, pour jouer avec lui. Un jour, les deux compagnons se livraient à une compétition amicale au lancer du disque. Or Zéphyr, qui était amoureux du Lacédémonien, par dépit souffla un vent d'ouest pour détourner le disque d'Apollon. Hyacinthe, touché à la tempe, fut tué. De son sang fraîchement répandu sur la terre, Apollon, fou de douleur, fit naître une fleur, la belle Jacinthe, aux clochettes mauves, pour perpétuer sa mémoire. Tous les ans, au mois d'Hécatombéon, Sparte célébrait la mémoire du héros au cours des Hyacinthies, des fêtes qui diraient trois jours.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Cette plante, qui dans le langage des fleurs signifie "bienveillance", attire l'amitié et protège notamment les "grandes dames". Ses fleurs séchées entrent dans la composition d'amulettes devant assurer la réussite et le succès.

Les bulbes de jacinthe rose séchés, réduits en poudre et placés dans le lit ou portés par une femme en train d'accoucher sont censés calmer les douleurs. Par ailleurs, le suc de l'oignon de la plante arrête la pousse des poils et "retarde la puberté".

En Grèce, une fleur de la même espèce, appelée Hyakinthos (d'où vient le nom de "hyacinthe", synonyme de jacinthe), doit, selon la légende, sa couleur rouge au sang d'un dénommé Hyakinthos, fils de la muse Clio, tué par le disque que lui lança Apollon et que dévia, par jalousie, Zéphyr, personnification du vent d'ouest. Apollon "fit naître du sang de Hyakinthos une fleur rouge dont les pétales, recourbés, dessinent la première lettre de son nom".

Selon une autre version, la jacinthe est née du sang d'Ajax, compagnon d'Achille, à la suite des circonstances suivantes : mécontent que l'armure d'Achille revint à sa mort à Ulysse, il voulut attaquer ses alliés. Athéna l'en empêcha : "Elle embruma l'esprit du pauvre Ajax qui se lança à l'assaut... d'un troupeau de moutons. Au matin, revenu à lui, constatant sa méprise, dépité de son ridicule comportement, Ajax ne put survivre à l'affront. Il planta son épée dans le sol et, comme Achille, s'en transperça. C'est de son sang que naquit la jacinthe. On peut lire, comme dans la légende précédente on lisait le H de Hyakinthos, dans la forme des pétales les lettres A et I, premières lettres d'Ajax. Ai signifiant aussi "Hélas !"

*

*

Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :


"Mot-clef : La Peine ; La Fidélité.


Savez-vous ? : La Jacinthe est arrivée de Turquie en Europe au XVIe siècle. En Orient, elle a été représentée sur les miniatures persanes, sur la faïence, ainsi que sur les tissus turcs.


Usages : Saint Hyacinthe est le patron des femmes enceinte. Il est fêté le 5 octobre.


Légendes : Dans la mythologie grecque, Hyacinthe était le dieu de la végétation. Il était aussi à l'origine des hommes. Toujours d'après la mythologie grecque, Apollon tua, avec son disque, l'amoureux de Hyacinthe. Une fleur naquit en souvenir de ce tragique événement.


Message : Mon ardeur vous est acquise pour toujours."

*

*

D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Dressée toute droite et drapée dans son parfum étourdissant, la jacinthe ne ménage pas ses mots et assène : "douleur". Dans l'univers sentimental du langage des fleurs, il s'agit sans nul doute d'une douleur d'amour. D'autant plus qu'elle tempère aussitôt, mystérieuses : "l'amour est un jeu, il y faut de la délicatesse et de la bienveillance". La jacinthe a sa tactique, elle "glisse l'amour au cœur de l'amitié" puis demande carrément : "une chaumière et votre cœur". Elle exprime enfin l'amour dans sa forme grave, authentique et durable.

La fleur aux petites conques en grappes et aux feuilles brillantes et épaisses doit son nom au bel Hyacinthe, jeune favori d'Apollon que Zéphyr, jaloux, fit mettre à mort. Sous ce nom, Baudelaire la distingue dans l'Invitation au voyage :

"Les soleils couchants

Revêtent les champs

Les canaux, la ville entière

D'hyacinthe et d'or ;

Le monde s'endort

Dans une chaude lumière".


La jacinthe d'eau, à la fleur unique et non plus en grappes, pourrait, quant à elle, symboliser la force vitale irrésistible. D'un seul pied naissent soixante mille plants en une saison, comme en ont fait l'expérience les habitants de la Nouvelle-Orléans. En 1884, le stand japonais de leur Exposition du Coton s'ornait d'un bassin. Il fut aimablement fleuri par la jacinthe d'eau, cadeau de l’Empereur. Elle se multiplia et s'échappa bientôt, envahit les bayous et les rivières de la région, asphyxia canards et poissons, résista à l'arsenic, au dynamitage et au lance-flammes et ne débarrassa les lieux que dan les années 1960. Méfiez-vous des jacinthes d'eau.


Mot-clef : "Une chaumière et votre cœur"

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Éditions Québec-Livres, 2013), présente ainsi la Jacinthe (Hyacinthus orientalis) : " Cette plante à bulbe printanière est bien connue de tous les jardiniers pour la beauté de ses grappes de fleurs ainsi que pour son parfum exceptionnel.


Propriétés médicinales : Pour ce qui est de ses propriétés médicinales, il faut se rappeler la médecine chinoise car l'herboristerie occidentale ne se sert de cette plante que pour les pots-pourris et pour embaumer l'air. Par contre, son bulbe séché et pulvérisé est largement utilisé en médecine chinoise traditionnelle pour contrer la tuberculose, car elle est associée au méridien des poumons et fait partie des herbes qui régularisent le sang. Elle est indiquée dans les cas de vomissements de sang ou lorsque quelqu'un crache du sang, ou encore contre les saignements de nez et les ulcères.


Genre : Féminin.


Déités : Apollon - Artémis.


Propriétés magiques : Amour- Bonheur.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Faire pousser ces bulbes en pot dans sa chambre à coucher est excellent pour aider à la conception d'un enfant et pour assurer une grossesse sans problème.

  • On peut aussi utiliser ses fleurs séchées en sachet afin de soulager les douleurs de l'enfantement.

  • On dit que respirer le parfum de ces fleurs est suffisant pour briser un sort de fascination.

RITUEL POUR CONSERVER SON AMOUR

Ce dont vous avez besoin :