Blog

  • Anne

Tanné




Étymologie :

  • TANNÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

Étymol. et Hist. 1. 1679 « vieux tan qui a déjà servi à préparer des peaux » (Rich.) ; 2. 1852 « volée de coups » (J. Humbert, Nouv. gloss. genev.). Dér. de tanner* ; suff. -ée*. Cf. au sens 1 l'a. prov. tanada att. dès 1272 (Te igitur, p. 125 ds Levy Prov.).


Lire également la définition de l'adjectif tanné afin d'amorcer la réflexion symbolique :


4. PEINT., TEINT.,vieilli. Qui est d'une couleur brun roux, analogue à celle du tan. Couleur tannée ; drap, velours tanné. Il y avait la chambre jaune, la chambre rouge, la chambre verte, la chambre bleue, la chambre grise, la chambre tannée (Gautier, Fracasse, 1863, p. 93).Dans la poussière, la vieille salle toute de bois tanné, semblait chavirer comme un homme saoul (Pourrat, Gaspard, 1922, p. 228).

HIST. DU COST. Couleur brune des costumes de la Cour et de certains notables. La cime des bois offrait les teintes graves de cette couleur tannée que jadis les rois adoptaient pour leur costume et qui cachait la pourpre du pouvoir sous le brun des chagrins (Balzac, Lys, 1836, p. 154).

Empl. subst. masc. Couleur tannée. Tanné brun. Couleur d'un brun foncé. Cette vaste aquarelle ventilée, tout en nuances du bleuâtre et du blanc, du tanné et du céladon (Arnoux, Rhône, 1944, p. 218). En appos. Les robes mi-parties rouge et tanné des échevins et des quarteniers (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 227).

*

*




Symbolisme :


Dans son Traité du langage symbolique, emblématique et religieux des Fleurs (Paris, 1855), l'abbé Casimir Magnat propose une version catholique des équivalences symboliques :


COULEUR : TANNÉ


Le tanné, mélange de rouge et de noir, est le symbole de l'amour infernal et de la trahison ; les Maures, en l'alliant à d'autres teintes , lui donnaient un sens néfaste comme l'indique cette liste empruntée à Gassier :


Blanc et tanné — Suffisance .

Rouge et tanné — Toute force perdue.

Vert et tanné — Rires et pleurs.

Noir et tanné — Tristesse ; la plus grande douleur.

Bleu et tanné — Patience en l'adversité.

Incarnat et tanné — Bonheur et malheur.

Violet et tanné — Amour non permanent.

Gris et tanné — Espérance incertaine ; Patience par force.

Tanné et blanc — Repentir ; Innocence simulée.

Tanné et rouge — Courage feint, souci trop âpre.

Tanné et violet — Loyauté menteuse.

Gris tanné et violet — Déloyauté.

*

*

Selon Audrey Mauret, autrice de l'article intitulé "Vierge Marie : la symbolique des couleurs" (paru le 6 mai 2021 sur le site Monde Libre, le guide lifestyle pour femme) :

Le marron (tanné)

Le tanné a souvent remplacé le cendré dans la liturgie. Cette couleur est en effet présente sur les vêtements des Carmes et des Franciscains qui font pénitence.

 

Gérard Gros, dans un article intitulé "De vair et de quelques couleurs : Note sur une page du manuscrit de Paris, bibl. nat., fr. 24315" (In : Les couleurs au Moyen Âge [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1988) explicite l'emploi de la couleur tannée à l'époque médiévale :


Tanné / Ennuy


La langue de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance ne connaît pas encore l'adjectif de couleur marron, apparu tardivement : au XVIIIe siècle, semble-t-il. Elle emploie, substantivement ou adjectivement : tanné, c'est-à-dire brun comme le tan. Tanner est synonyme d'ennuyer, de tourmenter, lasser, fatiguer : il est naturel que la signification du tanné se résume à l'ennuy.

13L'aide-mémoire ci-dessus reproduit mentionne douze teintes, sans être pour autant un blason des mois de l'année. En fait ce nuancier sommaire interprète les couleurs "selon les vertus mondaines" (1) et, plus précisément, compose un lexique des emblèmes amoureux.

Certaines des significations qu'il regroupe sont communes. Ainsi du vert qui, déchiffré, désigne l'espérance : c'est la teinte dont se pare la livrée du printemps. D'autres équivalences perpétuent des figures attestées dans la poésie lyrique du XVe siècle, comme le vert sombre ou le tanné dont se vêt un cœur qu'abandonne l'espérance.

[...]

Dans l'Elégie I (3), l'anniversaire de la rencontre et l'annonce du congé (au mois de mai) suscitent la crainte de voir l'espérance et la joie tourner en deuil et en peine :


"S'ainsi n'advient, à tel moys de l'année Bien me duyra couleur noire ou tannée. A ung tel moys, qu'on doibt dancer et rire, Raison vouldra que d'ennuy je souspire, Veu qu'en ce temps fut faicte l'alliance Dont je perdray la totalle fiance." v. 31-36.


[...] Clément Marot compose encore un rondeau sur le langage de "ces trois tristes couleurs, / Gris, tanné, noir" (4), dont les valeurs sont énumérées dans le couplet central :


"Car le noir dit la fermeté des cueurs, Gris le travail, et tanné les langueurs ; Par ainsi c'est langueur en travail ferme, Gris, tanné, noir." (5).


Notes : 1) L'expression est du héraut Sicille ; éd. Cocheris, p. 56.

2) Voir Le Blason des couleurs, éd. c., p. 66, 110 et 118.

3) Éd. Y. Giraud, Garnier-Flammarion, 1973, p. 253-255. Élégie II dans le recueil de 1534 ; voir V.-L. Saulnier, Les Élégies de Clément Marot, nouvelle éd. augmentée, S.E.D.E.S., Paris, 1966, p. 145.

4) Rondeau XIX. Éd. Y. Giraud, o. c., p. 321.

5) v. 6-9. Les trois teintes sont mentionnées dans l'ordre même de la liste présentée par le manuscrit présentée par le manuscrit d'Urfé. Huguet, à l'article Tanné, cite quelques vers d'un Bugnyon :


"Voyla pourquoy je tien pour les couleurs

Gris et tanné, tesmoins des grans doleurs

Cruellement que ma vie supporte..." (Erotasmes, sonnet 9).

*

*




Symbolisme héraldique :


Selon Wikipédia, le site encyclopédique :


Tanné, Tenné : Émail secondaire de couleur ambigüe, orange foncé ou marron. Le tanné tire son nom de la couleur naturelle du cuir tanné. Est souvent confondu ou donné synonyme de brun ou d'orangé.

 

Sur le site Noblesse et Art de l'écu, on peut lire le poème suivant dédié à la couleur de tanné, ou de tenné :


De tanné est de douceur car couleur de terre,

Maternelle et rassurante ; ni triste, ni joyeux,

Il apaise et neutralise ; son côté austère

L'a fait choisir par beaucoup d'ordres religieux.

Couleur fort répandue dans le monde animal

Et végétal, l'on se sent bien en sa présence ;

Bien qu'étant sans attrait, elle n'inspire pas le mal ;

On ne se lasse pas de son omniprésence.


La voie de tanné est celle d'une douceur tranquille

Et d'un rapprochement avec la terre fertile.

Sur l'écu, elle se marie aussi bien à l'or


Qu'à l'argent, ainsi qu'au pourpre et au vieux rose ;

Sa discrétion peut mettre en valeur plus d'une chose ;

Telle est cette noble voie ; que puis-je en dire encore ?


Marie-Louise

*

*

34 vues

Posts récents

Voir tout

Doré

Rose