Blog

  • Anne

L'Alchémille


Étymologie :

  • ALCHIMILLE, ALCHÉMILLE, subst. fém.

Étymol. ET HIST. − 1572 bot. « plante rosacée dite pied de lion » (Peletier du Mans, La Savoie, III, 472 ds Bulletin de l'Institut genevois, t. 36, pp. 344-45 : Et cellela, qui les lieus molz retreint, Dite Alquimile) ; au xviie s., Cotgr. 1611 seulement ; réintrod. ds Trév. 1752 Suppl. Empr. au lat. médiév. alchimilla, attesté ds Du Cange et Diefenbach, Gloss. lat.-germanicum mediae et infimae aetatis, Francfort, 1857, s.v. alchimilla (avec renvoi à aconcilla) où est glosé : − b. all. catten-sagel au xve s. (Glossaria saxonica) − lat. lactuca [laitue], (Vocab. theutonicus, anno 1482) ; passé dans l'esp. alchimilla (attesté par A. Laguna, 1555 ds Cor., s.v. alquimia). Alchemilla selon Mahn, Etym. Untersuch, 158, doit son nom au fait que les alchimistes croyaient à l'utilité de la rosée trouvée sur les feuilles de cette plante pour changer les métaux vils en or (d'où l'all. alkymisten Kraut).


Lire la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Alchemilla vulgaris ; Herbe aux femmes ; Manteau de Notre-Dame ; Manteau de la Vierge ; Patte de lapin ; Patte-de-lion ; Pied-de-griffon ; Pied de lion ; Porte-rosée.

*

*




Botanique :


Dans Petit Grimoire : Plantes sorcières, Les Sortilèges (Éditions « Au bord des continents... », mars 2019, sélection de textes extraits de Secrets des plantes sorcières) Richard Ely présente ainsi l'Alchémille :


Ce qu'on remarque en premier chez l'alchémille, ce sont les larges feuilles palmatilobées, poilues et dentées d'un beau vert clair sur le dessous, un brin plus foncé sur le dessus. Une forme caractéristique qui la distingue de la plupart de ses congénères poussant aux endroits divers où elle aime à s'implanter. La plante, de la famille des Rosacées, porte des noms aussi variés que l'herbe aux femmes, le manteau de Notre-Dame, de la vierge, la patte de lapin, le pied de griffon, de lion ou encore la porte-rosée à cause des gouttelettes qu'on retrouve chaque matin à l'intérieur de ses feuilles. Quant aux fleurs, elles sont presque insignifiantes, petites, d'un vert jaunâtre, visibles de la fin du printemps au début de l'automne. La plante est haute de trente centimètres, portée par de fines tiges.

Plante dotée de nombreuses vertus, elle a été et est encore utilisée pour ses propriétés astringentes, hémostatiques, calmantes, stomachiques, antiseptiques. On lui attribuait autrefois le pouvoir revigorer les seins lorsque utilisée en cataplasme, ce qui est sans doute lié à son usage bénéfique sur la production de lait chez les animaux ou encore son efficacité pour soulager les règles douloureuses...





























*




Croyances populaires :


Selon Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani :


L'alchémille, plante du Nord à fleurs sans corolle, était sacrée chez les Vikings et a joué un grand rôle dans la magie scandinave. Son nom vient en outre de l'arabe al kemelieh ou alchimie car "ses larges feuilles, légèrement incurvées en forme d'entonnoir, servent de réceptacle à la rosée qui s'y accumule pendant la nuit. Cette rosée était appelée eau céleste par les alchimistes qui en faisaient grand cas."

La plante sert à la fois à "reconstituer les virginités endommagées" et à favoriser la fécondité. En effet, jusqu'à la fin du XIXe siècle dans les campagnes, l'alchémille permettait de rendre l'honneur à une jeune fille : on dit, par exemple, qu'après le départ en 1871 des soldats prussiens, les sorcières du Perche et d'Eure-et-Loir utilisèrent abondamment ce procédé pour toutes celles qui avaient fauté avec l'ennemi. Sa seconde vertu concerne la fertilité : en cas de stérilité, on recommande de mettre les feuilles et les fleurs de la plante dans le matelas des époux ; la femme peut également écraser des feuilles d'alchémille et s'en frotter le ventre et les cuisses.

Avec les fleurs séchées d'alchémille, "fabriquez des sachets destinés aux vœux d'amour".

*

*



Symbolisme :


Claire Tiberghien propose des méditations guidées vers quelques plantes classées en fonction de leur analogie avec les cinq éléments de la philosophie chinoise dans un ouvrage intitulé Équilibre et méditations par les plantes (Éditions Jouvence, 2016) :


Élément : Eau.


De son nom latin Alchemilla vulgaris, l'alchémille commune fait partie de la famille des Rosacées Elle nous parle de transformation.

L'alchémille est une plante majeure au niveau gynécologique. Elle possède des vertus décongestionnantes. Son action est efficace dans les cas de syndrome prémenstruel et de préménopause. Astringente, l'alchémille est conseillée dans les troubles veineux de la femme. Par son effet tonique sur le muscle utérin, elle facilite l'accouchement Elle est également utilisée contre les diarrhées.


Sur le plan psychique :

L'alchémille nous apprend à ressentir le lien à la terre et à notre essence. C'est dans sa simplicité qu'elle développe sa force, sa vérité. Elle symbolise le mystère de la vie. Elle nous protège contre les influences extérieures et nous montre le chemin intérieur. L'alchémille nous apprend à écouter notre authenticité et à exprimer notre être le plus profond.

Grâce à l'alchémille, je peux affirmer :

  • Je suis conscient de mon individualité.

  • Je ressens la force de mon intuition.

  • Je respecte et j'honore ma naissance.

  • Je me sens protégé.

La méditation de l'alchémille :

Votre regard est attiré vers le sol par de petits scintillements. Toute une palette de verts dessine la prairie. Vous découvrez avec reconnaissance les feuilles tendres de l'alchémille, bien ancrées dans la terre. Une petite goutte d'eau céleste brille de mystère au creux de chacune d'elles, comme protégées à l'intérieur d'un réceptacle divin. Prenez conscience de votre respiration, de votre bassin. Lui aussi est un réceptacle. Celui de votre âme, de votre Moi le plus profond.

Prenez place dans votre souffle, à l'écoute de votre essence, de votre source intérieure. Comme cette petite goutte d'eau si délicate, elle vous donne la force d'être vous-même. Ressentez le calme, la tranquillité que vous offre la simplicité. Pensez à votre naissance. Imaginez-la, comme vous auriez rêvé que cela se passe. Imaginez ce moment inondé de lumière. Vous êtes accueilli, attendu. Ressentez la joie de la terre et du ciel à votre venue. Accueillez tout ce que vous êtes.

*

*

Dans L'Oracle des Simples, savoir ancestral des Sorcières de campagne (Éditions Arcana Sacra, 2019), Siolo Thompson présente ainsi l'Alchémille :


Mot-clef : Magie.


Cette plante est utilisée en médecine depuis très longtemps, car sa racine fraîche peut servir à faire cesser les saignements, à soigner les menstruations excessives et à traiter toutes sortes de blessures. La racine et les feuilles ont une teneur élevée en tanins et peuvent être utilisées comme astringent. Parce que la feuille est incurvée et plissée, elle retient des gouttelettes de rosée et de pluie. Les alchimistes médiévaux croyaient que l'eau que l'on recueillait de cette feuille était un médicament particulièrement puissant, ce qui est en partie à l'origine de son nom latin, alchemilla, de l'arabe al kimiya, « médicament universel ».

L'un des noms vernaculaires de cette plante extrêmement commune, manteau de Notre-Dame, vient de la structure en jupe ou en cape de ses feuilles, qui ont un bord arrondi et élégant. L'alchémille offre une jolie couverture végétale dans de nombreux jardins, et ses petites fleurs jaune et son beau feuillage sont souvent appréciés. On peut aussi couper ses fleurs, les suspendre pour les faire sécher et s'en servir à des fins ornementales ou médicinales.


Propriétés oraculaires :

L'indication oraculaire de cette charmante plante est Magie, car l'alchémille a toujours été associée de près au monde féminin et à la douce magie créative de l'anima. Dans le tarot, cette carte est en rapport avec des personnages féminins puissants, comme le Neuf de Deniers et la Reine de Coupes. L'acte créateur, qu'il concerne les enfants, l'écriture, la construction, le dessin, ou quoi que ce soit d'autre, est vraiment magique. Ce n'st pas la magie du Bateleur, qui vient du monde extérieur, mais celle, profonde et tranquille, des reines qui font apparaître des choses depuis les profondeurs de leur univers intérieur.

Quand on se sent bloqué sur le plan créatif, on voit souvent la Reine de Coupes ou la Papesse, qui nous rappellent de chercher en nous-mêmes ce dont nous avons besoin, et de plonger dans notre subconscient. Trop se préoccuper de confirmer ce que disent les autres, de ce qu'ils pensent ou de ce qui les intéresse, est souvent très dommageable au processus créatif. La vraie magie se manifeste quand vous la laissez couler librement et sans rien attendre.

*

*

Dans Petit Grimoire : Plantes sorcières, Les Sortilèges (Éditions « Au bord des continents... », mars 2019, sélection de textes extraits de Secrets des plantes sorcières) Richard Ely présente ainsi l'Alchémille :


[...] Eau céleste

L'alchémille tire son nom de l'Alchimie. La plante possède seule cette particularité de produire l'« eau du ciel » nécessaire à nombre de philtres, potions et formules magiques. Cette eau entrait dans la composition secrète du célèbre élixir des alchimistes permettant de transformer le plomb en or. Elle leur était absolument indispensable afin de parvenir à leur Grand Œuvre et produire la Pierre Philosophale. Son pouvoir magique était également bien connu dans le Grand Nord où les sorciers viking la manipulaient avec respect. Cette eau céleste, vous pouvez toujours la recueillir au creux du feuillage, à l'aube, lorsque la rosée qui s'y engouffre se mélange avec le liquide qu'exsude la plante.

Cette eau unique est très recherchée par les sorcières de nos jours afin de chasser leurs rides et redonner à leur teint toute la splendeur de leur jeunesse passée, du moins leur apporter un éclat qui ne laissera pas les autres indifférents. Certains prétendent même que l'eau céleste entre volontiers dans les formules d'élixirs de jouvence... De cette eau, la sorcière s'en servira aussi pour l'élaboration de toute potion d'amour ou en glissera quelques gouttes dans chacune des préparations qu'elle désire renforcer de sa puissance.

L'Alchémille se montre tout aussi magique pour contrer les sorts de nouage de l'aiguillette rendant l'homme incapable d'accomplir le devoir conjugal. Il suffira de glisser quelques feuilles sous le matelas des amants ou encore que Monsieur, après en avoir mises à cuire dans de l'eau, en badigeonne le seuil de sa demeure ainsi que son corps pour retrouver toute la vigueur nécessaire qui redonnera le sourire à Madame. Une femme qui tarde à enfanter peut essayer le remède suivant : se frotter le bas du ventre et le haut des cuisses de quelques feuilles écrasées. Une décoction de la plante dans du vin ou du bouillon pourra également être bue à cet effet. Il vous faudra user vingt jours de cette boisson.


Portée en bague

Une feuille séchée et réduite en poudre se glissera dans toute bague à poison. Portée au doigt, l'Alchémille favorisera le sentiment amoureux ou vous fera voir toutes les petites merveilles de ce monde.

C'est au creux de ses feuilles que se récoltent les précieuses gouttelettes.

*

*

Maïa Toll, auteure de L'Herbier du chaman, 36 cartes divinatoires, A la rencontre de la magie des plantes (Édition originale 2020 ; Édition française : Larousse, 2021) nous révèle les pouvoirs de l'Alchémille commune (Alchemilla vulgaris) :


Mot-clef : Courage


L'Alchémille sera à vos côtés lorsque vous serez prête à mettre une couverture autour de vos épaules, à demander a protection et à entrer dans la forêt sombre. Elle vous murmure : « Vous pouvez vous en sortir dans cette vie. Votre âme est pure et entière, et quelles que soient les souffrances ou les violences que le monde physique vous fait subir, votre esprit reste intègre. » L'alchémille se montre particulièrement utile en cas de traumatisme, vous soufflant les noms des routes qui vous permettront de retrouver votre chemin et de sortir de cette forêt noire. Elle n'exige rien ; elle attend, sachant que vous allez trouver courage et détermination à l'intérieur de vous. Elle ne perd jamais sa foi en vous, en votre force - et avec son aide, vous non plus.


Rituel : Et alors ?

Pour commencer à renforcer votre courage, jouez au jeu du « et alors ? » en voyageant à travers vos plus grandes peurs.

A ce stade, je vous rassure : imaginer des choses effrayantes ne les fait pas advenir ! Quand on dit que les pensées d'un individu façonnent sa réalité, c'est parce que la pensée dirige l'action ; mais penser ne suffit pas à changer les fondements de l'univers.

Alors entreprenons ce voyage - à la fois terrifiant et instructif - dans la forêt de vos peurs. D'une part vous allez imaginer vos pires cauchemars, d'autre part vous allez voir que vous possédez les compétences et le courage nécessaires pour vous en sortir. Prête ?

Quelle est votre plus grande peur ? La mort d'un être cher ? La perte de votre maison ou de votre travail ? La peur de ne jamais trouver l'amour ? Celle que votre partenaire vous trompe ? Quelle que soit cette peur, imaginez que la situation s'est produite. Puis demandez-vous : « Et alors ? »

Par exemple, vous pouvez redouter la mort de votre mère. Imaginez que cela se soit produit. Demandez-vous : « Et alors ? » « Et alors je ne peux pas m'arrêter de pleurer. » « Et alors ? »

Continuez de vous répéter « Et alors ? » à mesure que vous déballez vos peurs et déroulez des futurs possibles. Le jeu n'est pas terminé tant que vous n'êtes pas sortie de la forêt et que vos réponses continuent de vous faire peur.


Réflexion : Affrontez votre ombre

Lorsque nous évitons nos propres ombres, c'est souvent parce que nous croyons ne pas avoir la force de les affronter. Nous sommes persuadés qu'elles vont prendre le pouvoir sur notre lumière ou que notre vie va changer, irrémédiablement... et nous craignons de ne pas être capables d'y faire face.

L'alchémille sait que ce n'est pas vrai. Elle sait que les espaces obscurs qui restent inexplorés peuvent devenir des trous noirs qui aspirent notre bonheur. Sa foi en notre force intérieure est absolue.

Doutez-vous de votre capacité à visiter la forêt sombre et d'en sortir plus forte et plus complète ?

*

*




Symbolisme celte :


Dans L'Oracle druidique des plantes, Travailler avec la flore de nos ancêtres (édition originale 1994 ; traduction française, 2006) de Philip et Stephanie Carr-Gomm, les mots clefs associés à cette plante sont :


en "position droite : Le féminin - Détail - Miracles

en position inversée : Alchimie - Occasion - Épreuves.

L'alchémille, modeste à première vue, car ses feuilles, ses tiges et ses fleurs sont toutes teintées de vert, ne dépasse pas 30 cm de hauteur. Cette plante pérenne résistante est originaire de l'Europe du Nord, de l'Asie, du Groenland, du Labrador et de l'ensemble de la Grande-Bretagne, où elle pousse dans les prairies et les bois humides, surtout sur les terres basses du Yorkshire et dans les Highlands écossais jusqu'à une altitude de 1000 mètres.

La carte montre une alchémille en fleur, tôt le matin, les gouttes de rosée scintillant comme des gemmes sur les feuilles. Des rosiers pimprenelle poussent à l'arrière-plan, roses sauvages originaires de la Grande-Bretagne, qui, comme l'alchémille, ne sont pas très hautes et dégagent le parfum le plus doux de toutes les roses - une combinaison de miel et de jasmin. Une sheela na gig sur la pierre, inspirée par la gravure d'une église de Kilpeck, dans le Hertfordshire, rappelle l'association de la plante avec le féminin.


Sens en position droite. Bien que minuscule, la goutte de rosée agit comme une boule de cristal quand vous la regardez, révélant le monde entier, rappelant par là les célèbres vers de William Blake :


Pour voir un monde dans un grain de sable

Et le paradis dans une fleur sauvage,

Tenez l'infini dans votre paume

Et l'éternité dans une heure.

Cette carte vous rappelle qu'il faut apprécier les petites choses, car c'est par le détail que la vie s'enrichit. Plus vous vous focalisez sur une personne, un sujet, un événement, plus ceux-ci s'accroissent.

Elle peut vous inciter à vous connecter davantage à la Déesse lors de votre pratique spirituelle, ou, plus généralement, au principe féminin de votre vie émotionnelle et psychologique. Vous aviez peut-être l'habitude d'approcher le monde et les relations d'une manière analytique ou objective, devenue maintenant obsolète. Le moment est venu de vous ouvrir aux façons moins prévisibles de vous rapporter aux choses susceptibles de faire entrer les miracles dans votre vie.

Sens en position inversée. La plupart des gens sont assez effarés quand les situations deviennent difficiles. Si vous avez choisi cette carte, vous êtes capables de trouver des occasions de croissance même dans la situation la plus désespérante. Les alchimistes anciens pensaient fabriquer de l'or à partir des "matières viles" idée qui, bien qu'écartée par beaucoup, leur a fourni une base de travail. De même, les défis et les épreuves de la vie sont vus par le druide et l'alchimiste spirituel comme des occasions idéales d'apprentissage et de développement. Bien que dans une certaine mesure cela implique de recadrer une situation sous sa lumière la plus positive, pour "tirer le meilleur d'une mauvaise chose", un processus plus profond est mis en œuvre. Le caractère, les qualités affectives, la sagesse, la maturité et la compassion ne viennent pas d'une vie d'aisance et de tranquillité, mais d'une vie où le cœur, le mental et même le corps sont aux prises avec des forces parfois incompréhensibles.

*

Le calice alchimique

Le nom gaélique de l'alchémille est copan an driùch, "coupe à rosée". L'une des caractéristiques les plus frappantes de cette plante gracieuse est la manière dont ses feuilles recueillent les gouttes de rosée : pendant la nuit, elles se replient, au matin elles révèlent leur trésor liquide.

Depuis la nuit des temps, on a considéré que la rosée avait des propriétés magiques. Sur les terres celtes, les vierges baignaient leur visage dans la rosée du matin de Beltaine. En France et en Allemagne, les jeunes filles se roulaient nues dans la rosée la veille de Beltaine. Les alchimistes et les herboristes de jadis connaissaient les pouvoirs curatifs de la rosée.

Ces propriétés dont profitent les oiseaux étaient encore prônées à l'époque victorienne et pas les naturalistes du XXème siècle. Dans les années 1920, Edward Bach avait développé ses remèdes à base de rosée recueillie sur les fleurs. Comme les alchimistes, il était persuadé que la rosée réchauffée par le soleil absorbait les pouvoirs curatifs spécifiques des plantes. Dans les années 1960, l'alchimiste français Armand Barbault avait décrit sa tentative de création d'un élixir de vie à partir de rosée dans son livre L'Or du millième matin. Selon les alchimistes, l'alchémille imprégnait d'une influence subtile, mais vitale, la rosée qui se déposait dessus, ce qui rendait celle-ci très précieuse. Les herboristes s'en servaient pour les blessures enflammées, la colite, les vomissements, les douleurs menstruelles et les écoulement vaginaux. Sa désignation populaire, "meilleur ami de la femme", vient de l'idée qu'elle peut régulariser les cycles menstruels, atténuer la menstruation excessive et stimuler la contraction de l'utérus après l'accouchement.

Les druides modernes préparent une infusion de feuilles d'alchémille à prendre en tisane ou à verser dans un bain lustral pour se connecter avec la Déesse. Ils aiment aussi boire la rosée sur les feuilles d'alchémille ou profiter de la sensation revigorante d'un bain matinal de rosée."

*

*

388 vues

Posts récents

Voir tout