Blog

  • Anne

Le Koala



Étymologie :

  • KOALA, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1817 (Cuvier, Règne animal, t. 1, p. 184 : Les Koala. A corps trapu, à jambes courtes, sans aucune queue). Prob. empr. à l'angl. koolah, koala attesté dès 1808 ds NED, lui-même d'orig. australienne, la forme koala étant peut-être due à une mauvaise lecture de koola.


Lire aussi la définition du nom koala pour en savoir davantage et amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Phascolarctos cinereus ; Paresseux australien ;

*

*




Zoologie :


Selon Matt Pagett, auteur de Le petit livre de merde (titre original What shat that ?, Quick Publishing, 2007 ; édition française Chiflet & Cie, 2008) :


"Symbole de l'Australie comme le kangourou, le koala passe son temps à dormir. Son nom vient d'un mot aborigène signifiant "qui ne boit pas". Il est vrai que le seul liquide qu'il absorbe vient des feuilles d'eucalyptus. Quand on voit un koala et son bébé, on aurait tendance à pousser un "Oh !" d'attendrissement, mais ce qui suit vous inspirera sans doute plutôt un "Beurk !" de dégoût.

Description : Les crottes de koala sont dures, cylindriques et avec une surface légèrement striée. Elles sont marron, et, bien sûr, contiennent des fragments de feuilles d'eucalyptus. Quand elles sont fraîches, elles sentent même l'huile d'eucalyptus. On les trouve au pied des arbres qui hébergent l'animal.


La crotte qui fait grandir : Le koala se nourrit presque exclusivement d'eucalyptus. Les feuilles contiennent des huiles toxiques, peu d'azote, et 50% d'eau. Il s'agit d'un régime alimentaire assez pauvre, mais dont le système digestif de l'animal semble s'accommoder. Son foie neutralise les toxines et la fermentation bactérienne permet la digestion de la cellulose de la plante. Ceci n'st pas sans rappeler le mécanisme de digestion du lapin. Mais la comparaison s'arrête là, car les koalas ne ré-ingèrent pas leurs excréments.

Le bébé koala n'est pas très dégourdi : il ne possède pas les bactéries et les composés chimiques nécessaires à une bonne digestion. Pendant la période de sevrage la mère sécrète un liquide fécal (résidu de matières alimentaires) dont elle nourrit son petit tant qu'il est dans sa poche ventrale.

Cette sécrétion est riche en protéines, vitamines B, minéraux, acides gras volatiles et bactéries renforce le système immunitaire de l'animal. S'il consomme bien la substance maternelle, petit koala deviendra grand. Et fort. C'est sa façon de passer du régime lacté aux feuilles d'eucalyptus.


Sac de merde : A Gunnedah, au nord de Sydney, il y a beaucoup de koalas. et les touristes y viennent nombreux pour acheter leur petit sac de merde. Un petit souvenir de la "Capitale mondiale du koala"."

*

*

Hugues Demeude, dans Les Incroyables Pouvoirs de la Nature (Éditions Arthaud, 2020) explique l'adaptation spécifique du koala à son environnement :


Le Koala et son génome adapté à l'eucalyptus toxique


Devenu le symbole des ravages écologiques provoqués par les récents mégafeux australiens, le koala est un joyau de la biodiversité qui vit en parfaite osmose avec son milieu, en temps ordinaire. Pour résister à la hausse des températures et aux épisodes de fortes chaleurs, il a trouvé un moyen simple et facile à mettre en œuvre : faire des câlins aux arbres en plaquant son ventre contre le tronc. Notamment sur celui de l'acacia noir qui, plus frais de 7° C par rapport à l'atmosphère ambiante, lui sert de climatiseur naturel.

Ce marsupial arboricole évolue en paraite harmonie avec son milieu. Buvant très peu, il a trouvé cette stratégie pour faire baisser sa température corporelle en cas de chaleur, ce qui le met dans une situation de dépendance par rapport au milieu forestier. Lui qu'on appelle le « paresseux australien » cache donc bien son jeu. Il ne fait pas que se reposer lorsqu'il est observé en train de faire une sieste dans un arbre ; il régule activement sa température. Attention donc à la méprise. Quoique... Le koala passe toute de même dix-huit heures sur vingt-quatre à dormir.

Pour se mouvoir dans les arbres, il a développé un arsenal très opérant, avec des griffes puissantes qui prolongent des pattes antérieures robustes. Des membres mis à contribution dès sa naissance, après trente-cinq jours de gestation seulement. Il ne mesure alors que 2 centimètres et doit progresser dans la fourrure de sa mère pour atteindre la poche marsupiale, dans laquelle il va croître durant cinq mois.

A l'issue de cette première période, le jeune koala s'aventure à l'extérieur et vit sur le dos de sa mère qui lui prodigue des soins attentifs. C'est à cette période qu'il commence à s'alimenter de feuilles d'eucalyptus, que sa mère lui prépare en bouillie avant de lui apprendre à sélectionner les meilleures. Un régime nutritionnel qui intrigue les scientifiques : comment cet animal endémique de l'Australie peut-il consommer un kilo de feuilles d'eucalyptus par jour alors que ce végétal contient des composés qui sont toxiques pour les autres animaux ?

Derrière le visage placide de ce marsupial inoffensif se cache en fait un trésor de l'évolution biologique, comme en témoigne la réponse à ce mystère révélées en juillet 2018 par une équipe de cinquante biologistes rassemblés au sein de l'Australian Museum Research Institute (1). Ces scientifiques ont réalisé un minutieux décryptage de son génome au terme duquel ils ont compris que les gènes du koala se sont spécifiquement adaptés pour digérer les feuilles d'eucalyptus, cet arbre originaire lui aussi d'Australie. Ils révèlent dans leur rapport final que la capacité du koala de détoxifier le feuillage d'eucalyptus est due à un accroissement de l'expression du gène codant la protéine cytochrome P450, et que sa capacité de sentir, goûter et réguler la digestion des métabolites secondaires de la plante (c'est-à-dire ses composés chimiques) est liée à un accroissement de ses récepteurs du goût et de son organe voméronasal (à l'intérieur du nez).

Les biologistes ont également caractérisé « de nouvelles protéines de lactation qui protègent les jeunes dans la poche marsupiale et des gènes immunitaires importants pour contrer la maladie due au chlamydia ».

L'énorme intérêt de ce régime alimentaire si particulier est de garantir au marsupial arboricale une source de nourriture sans concurrence. Mais cet incroyable pouvoir a pourtant son revers : se nourrissant quasi exclusivement des feuilles de cet arbre, le koala est fragilisé par le rétrécissement des forêts d'eucalyptus sous l'effet des activités humaines.

L'ONG Australian Koala Foundation a sonné l'alarme en révélant en mai 2019, dans un communiqué, que ces marsupiaux ne sont plus que 80 000 en Australie contre 8 millions au début du XXe siècle. L'association a lancé un vibrant appel au Premier ministre australien pour sauver l'habitat naturel des koalas, qui est détruit chaque année un peu plus, qu'il s'agisse des forêts d'eucalyptus dans lesquelles ils s'approvisionnent ou des forêts abritant les acacias qu'ils aiment tant câliner.


Note : 1) « Adaptation and conservation insights from the koala genome », Nature Genetics, juillet 2018.

*

*



Symbolisme :


Voici l'article qu'on peut trouver sur le site https://www.spirit-animals.com/ à propos du koala :


Take time today to float in the present. Enjoy the moment.

Si le Koala se présente dans votre vie :

Koala is inviting you to relax, enjoy the moment, and go with the flow of nature. These animalks are also messengers for physicla well-being, and will often come to us as a signal to get some much-needed rest. These marsupials are known to sleep up to 20 hours a day.

When they come to us, it may be a sing to catch up on your sleep - take a breath - fond an oasis of calm from the calamity of our daily lives. This animal also invites us to savor our down-time, enjoy our dreams, and revel in relaxation.


Si le Koala est votre totem :


You need to have a safe home where you can be safe, protected, and that is not stressful. People with this totem are very comfortable by on their own. You haveempathy and are in tune with the emotions of others. Often because of this, you need time alone to detox and regroup.

You are like able, friendly, amicable, and content to go with the flow. You also have a strong protector and nurturing instinct. You tend to look after your “tribe”, show a keen interest in your society, and are willing to help others in need. You do this all with endless patience and aplomb. You like to introduce gentle adjustment to your environment and often adopt a wait and see approach.


Si le Koala est apparu dans vos rêves :


To see this animal in your dream represents your link the physical world, the subconscious, and the spiritual realm. This marsupial also symbolizes security, nurturing, protection, feminine energies. You may be expressing a desire to regress back into infantile dependence and escape from your daily responsibilities or problems.

*

* Scott Alexander King, Creature Teacher Cards




Contes et légendes :


Une légende trouvée sur le site http://pantopie.org :

On dit qu’une tribu recueillit un enfant à la mort de ses parents… Hélas, on ne fut pas très gentil avec lui et plus que tout, on l’assoiffait régulièrement ne lui donnant rien à boire, l’obligeant ainsi à mastiquer des feuilles d’eucalyptus. Un jour que les gens étaient partis à la chasse, l’enfant s’empara des récipients contenant l’eau et s’y abreuva abondamment puis il les emporta dans un eucalyptus. Tandis qu’il entonnait un chant magique, l’arbre grandit à perte de vue et l’enfant y grimpa pour se mettre à l’abri. À peine revenus de leur chasse, les gens s’aperçurent de ce qui s’était produit et prièrent l’enfant de leur rendre leurs récipients. S’il refusa tout d’abord, la promesse qu’ils lui firent de le traiter désormais plus gentiment finit par le convaincre. C’est pourquoi il descendit bientôt et les rejoignit. Mais lorsqu’il fut à leur portée, rompant leur promesse, les personnes le frappèrent de tous côtés. C’est alors qu’une chose extraordinaire se produisit car, sous leurs coups, l’enfant se transforma. Il se tassa, se couvrit de poils et tel un koala gagna en toute hâte l’eucalyptus dans lequel il prit la fuite pour ne plus jamais revenir.

 

Autre version de la même légende, plus intéressante à mes yeux, issue du site http://infos-australie.blogspot.fr/ :


Le temps du Rêve dans la culture aborigène désigne l’ère qui précède la création de la Terre. Tout y est spirituel et immatériel. Une des légendes du Rêve raconte que tous les animaux étaient au début des êtres humains. De multiples contes expliquent comment ces humains se sont transformés en animaux.

L’histoire du koala est singulière. C’est celle d’un jeune garçon nommé Koobor. Ayant perdu ses parents, le jeune orphelin est accueilli chez des proches dans les terres les plus arides d’Australie. Les membres du clan avaient pour coutume de boire un verre d’eau à la tombée du jour. Koobor était toujours servi en dernier avec la faible quantité qu’il restait. Il avait beau s’en plaindre, ses hôtes alors lui rappelaient qu’il avait un toit et de la nourriture grâce à eux. Ainsi, il devrait les remercier chaque jour plutôt que de réclamer son dû. S’il avait l’audace d’insister, il était battu… Jour après jour, les seaux d’eau étaient soigneusement cachés lorsque la famille s’absentait. Assoiffé, Koobor s’entraîna à récolter l’humidité des feuilles d’eucalyptus qui lui procuraient de l’eau mais jamais en quantité suffisante. Un jour, les autres partirent en oubliant de cacher les seaux d’eau. Il bu tout ce qu’il pu pour étancher sa soif ! Son ventre avait pris la forme d’un ballon rond. Lorsque le soleil s’apprêtait à se coucher, Koobor savait qu’il allait se faire battre pour ce qu’il avait fait. Il collecta tous les seaux et les accrocha sur un petit arbre. Effrayé des conséquences de sa folie, il se mit à chanter une chanson qui fit s’élever l’arbre à tel point qu’il devint le plus grand spécimen de la forêt.

Sa famille arriva. Ils le virent, tenant les seaux, au sommet de l’arbre et lui crièrent de redescendre. Il refusa sèchement et leur dit : « C’est à votre tour d’être assoiffé ! » Les hommes commencèrent à escalader l’arbre et Koobor leur jetait les seaux dessus pour les faire tomber. Toutefois, deux hommes réussirent à les éviter et à atteindre le sommet. Ils l’attrapèrent par le cou et le jetèrent dans le vide. Son corps tomba brutalement sur le sol et, miraculeusement, il se réincarna en koala. L’animal escalada un arbre et commença à mastiquer des feuilles. Il regarda les personnes ici-bas et leur dit : « À partir de maintenant, vous pouvez me tuer si vous avez besoin de nourriture mais vous devrez cuisiner mon corps avant de retirer ma peau ou de casser mes os. C’est ma loi ! Si vous ne la respectez pas, je reviendrai de l’au-delà pour assécher vos rivières et vos lacs, et vous finirez tels de perpétuels assoiffés ! » C’est ainsi que cette légende explique l’apparition des koalas, ces êtres qui n’ont pas besoin d’eau pour survivre.

*

*

2 253 vues

Posts récents

Voir tout