Blog

  • Anne

Le Pois de senteur




Étymologie :

  • POIS, subst. masc.

Étymol. et Hist. I. A. 1. Ca 1160 «fruit d'une plante légumineuse enfermé dans une cosse verte» exprime dans les deux exemples suiv. une valeur minimale : un peis pesant (Eneas, 4434 ds T.-L.) ; 1160-74 ne ... vaillant un pois (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 4145), cf. F. Möhren, Renforcement affectif de la négation, 1980, p. 197 ; 1197 (Hélinant, Vers de la mort, L, 12 ds T.-L. : De si chier morsel n'ai je cure, Mieuz aim mes pois et ma poree) ; ca 1200 pois au lart (Aliscans, éd. E. Wienbeck, W. Hartnacke et P. Rasch, 7895, leçon des mss a [anno 1225] et C [xiiie s.]) ; spéc. a) 1538 pois cices (Est., s.v. cicer, v. aussi chiche2) ; b) 1552 pois gris, v. infra ; c) 1600 petits pois (Olivier de Serres, Theatre d'Agriculture, Paris, Jamet Métayer, p. 467) ; d) pois verts [1611 fig. faire manger des pois verts au veau «mystifier» (Cotgr.)] 1621 poids vers en gousse (César Oudin, Tesoro de las dos lenguas francesa y espanola, Paris, P. Bilaine, non folioté, s.v. gasapos) ; e) 1694 pois goulus (Ac.) ; f) 1869 pois cassés (Littré) ; 2. fig. a) 1552 avalleur de poys gris «goinfre» (Rabelais, Quart livre, XXIX, éd. R. Marichal, p. 139, 14) ; b) 1640 si vous me donnez des pois, je vous donneray des fèves «je vous rendrai la pareille» (Oudin Curiositez) ; 1718 il donne un pois pour une fève «il donne peu pour avoir beaucoup» (Ac.) ; c) 1679 manger des pois chauds (Sévigné, 6 oct. ds Lettres, éd. E. Gérard-Gailly, t. 2, p. 466: ,,il mange des pois chauds`` comme dit M. de La Rochefoucauld quand quelqu'un ne sait que répondre) ; d) 1690 souffler les pois (en parlant d'une personne endormie) (Fur., s.v. souffler) ; e) av. 1741 être la fleur des pois (Saint-Simon, Mém., éd. G. Truc, t. 2, p. 388). B. 1549 désigne la plante ramer des pois (Est.) ; 1579 faire la culbute sur les pois verdz expr. libre (Larivey, Escolliers, IV, 3 ds Hug.). II. P. anal. de forme 1. 1811 pois d'orange «petite boule d'iris ou d'orangette mise dans un cautère pour entretenir la suppuration`` (Affiches, annonces, avis divers, 22 nov., p. 16 ds Brunot t. 9, p. 1216) ; 2. 1833 indienne semée de pois rouges (Balzac, Méd. camp., p. 32) ; 1837 à pois (d'une robe) (R. théâtre, XI, p. 137 ds Quem. DDL t. 20). Du lat. pisum «pois», André Bot., p. 253.


Lire également la définition du nom pois pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Lathyrus odoratus ; Gesse odorante ; Pois fleur ; Pois musqué.

*




Botanique :




















*




Symbolisme :


D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Je ne vous crois pas", dit le pois de senteur, fleur de la fausse modestie. Il ajoute en effet "vous êtes si belle (ou si beau), vous m'intimidez, rapprochez-vous donc de moi, n'essayez pas de m'impressionner". Le pois de senteur est voué à Vénus, cette déesse de l'amour et de la beauté.

Cette fleur diaphane, fine comme la plus fine des mousselines de grand couturier, animée d'irisations d'arc-en-ciel, aux pétales délicatement bordés de couleur, plaît aux rêveurs, aux artistes aux goûts changeants, à tous ceux qui s'évadent facilement "dans les nuages". Ils l'offrent en espérant être compris. Ne les brusquez pas, ils sont fragiles. Si, comme eux, vous raffolez de cette fine fleur, vous les comprendrez, vous êtes semblables.

Le pois de senteur a pour patrie d'origine la Sicile. Dans ses effluves irrésistibles rappelant le parfum do'range, il fleurit les belles jeunes filles et les salons du Guépard, le film de Luchino Visconti, et les grands couturiers aiment en jeter par brassées sur leurs robes du soir. Léonard les imprime sur ses tuniques de soie dans son style maison, fait de fondu enchaîné ou de porcelaine japonaise."


Mot-clef : "Rapprochez-vous donc !"

*




Contes et légendes :


Dans la collection de contes et légendes du monde entier collectés par les éditions Gründ, il y a un volume consacré exclusivement aux fleurs qui s'intitule en français Les plus belles légendes de fleurs (1992 tant pour l'édition originale que pour l'édition française). Le texte original est de Vratislav St'ovicek et l'adaptation française de Dagmar Doppia. L'ouvrage est conçu comme une réunion de fleurs qui se racontent les unes après les autres leur histoire ; le Pois de senteur raconte la sienne dans un conte venu de Grande-Bretagne et intitulé "Qui s'est noyé ? " :


0 vue