Blog

  • Anne

Le Myrte




Étymologie :

  • MYRTE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. Ca 1256 (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, 49, 4) ; 2. 1552 fig. «symbole de l'amour» (Ronsard, Amours, éd. P. Laumonier, t. 4, 68). Empr. au lat. myrtus «même sens».


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :

*




Mythes et légendes :


Dans Arbres filles et garçons fleurs, Métamorphoses érotiques dans les mythes grecs (Éditions du Seuil, février 2017) de Françoise Frontisi-Ducroux, raconte que :


Un "autre prodige d'arbre et saignant et parlant [autre que l'histoire du micocoulier], est raconté par Virgile, Énéide, III, 30 s. : Énée essaie d'arracher des cornouillers et des myrtes. Ils proviennent des javelots qui avaient transpercé Polydore, le plus jeune fils de Priam, trahi par son hôte ; cf l'Hécube d'Euripide. Ces javelots redevenus les arbustes dont ils étaient faits versent un sang noir et donnent la parole au mort enterré par-dessous."

*


53 vues