Blog

  • Anne

La Bruyère



Étymologie :

  • BRUYÈRE, subst. fém.

ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1174 « terre en friche où poussent des bruyères » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, Paris, 1936, vers 6090) ; 2. ca 1180 bruyère « plante » (Lambert Le Tort, A. de Bernay, Alexandre, 442, 5 dans T.-L. : La lance que il porte ne fu pas de bruiere) ; 1835 terre de bruyère, coq de bruyère (Ac.). Dér. en -aria de brucus « bruyère » attesté, semble-t-il, une seule fois dans une glose du xes. (CGL t. 3, p. 587, 65, v. aussi Meyer-Lübke dans Wiener Studien, t. 25, 1903, p. 93) ; cf. brugaria, Placit., anno 891, t. 6, Gall. christ. inter Instr. col. 170 dans Du Cange. Brucus serait issu du gaul. *bruco, auquel correspondent l'a. irl. froech, le cymrique grug, le cornique grig, le bret. brug (Thurneysen, p. 94 ; Dottin, p. 238, 301), toutes formes remontant à un celt. *vroikos.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Calluna vulgaris ; Béruée ; Brande ; Bruyère callune ; Bucane ; Callune ; Fausse bruyère ; Grosse brande ; Péterolle.

*

*




Botanique :


Lire la fiche extraite du site Tela Botanica pour connaître les caractéristiques de la plante.





*




Fleurs de Bach :


D'après Les Douze "Guérisseurs" et autres remèdes (1ère édition 1941, traduction française Centre Bach 2011) du Dr Edward Bach :


La fleur de bruyère est préparée pour "Ceux qui recherchent constamment la compagnie de toute personne disponible, car ils trouvent nécessaire de parler de leurs affaires personnelles avec les autres, peu importe avec qui. Ils sont très malheureux s’ils doivent rester seuls un certain temps."

*

*

Selon Mechthild Scheffer, auteure du coffret de cartes Les Fleurs du Dr Bach, le chemin de l'harmonie psychique (1997, traduction française : Médicis-Entrelacs, 2001), la bruyère est "la fleur de l'identité " qui nous guide dans le processus de transformation "de "l'enfant dépendant"... vers l'adulte indépendant."


Message de la carte :

Quelle est la vérité que je dois mieux comprendre ?

Aucun système ne saurait perdurer sous l'influence d'énergies extérieures. Il faut être prêt à s'ouvrir à sa propre source d'énergie. elle seule est intarissable puisque le Moi supérieur l'alimente avec l'énergie cosmique de la grande Unité. On contrevient aux lois du Moi supérieur tout comme à celles de l'Unité si l'on vit aux dépens de l'énergie des autres.


Quelle est la décision qui pourra me reconnecter avec mon Guide intérieur ?

Je décide de devenir adulte et de prendre moi-même la responsabilité de tous les aspects de ma vie. Je serai en premier lieu, exigeant avec moi-même. je me soumets à mon plan de vie et je fais confiance à mon Moi supérieur pour recevoir l'aide dont j'ai besoin.


Ces signes me permettent de voir que mon potentiel positif de Heather s'accroît :

Je suis moins centré sur moi-même et je peux mieux me rendre compte de la situation des autres.


État d'âme négatif : Égocentrisme : On ramène tout à soi, entièrement préoccupé par soi-même ; on a besoin d'un public ; "l'enfant dépendant".

*

*

Selon le site http://lesouffledessimples.com/, la fleur de bruyère pourrait s'exprimer ainsi :


Je sais faire fleurir les déserts. Je peux m'étendre sur les landes comme un océan rose. Je ne cesse d'ouvrir et faire tinter le son de l'appel vers le silence parfumé de miel. Ce tourbillon de beauté éloigne la sévérité bornée, obsédée par elle-même. Ce tourbillon est le mouvement enchanteur qui empêche de se fixer sur soi.

Autrefois la bruyère était utilisée comme combustible, comme chaume, comme fourrage. C'est une plante qui augmente la fertilité du sol. Les feuilles et les fleurs servaient dans certaines régions à aromatiser les thés et les bières.


Par son élixir : Notre silence intérieur redevient notre allié. La bruyère ose nous enrichir du vide "perdu" lors d'un événement extérieur douloureux. Elle retisse en nous le filet de notre ego déchiré. Nous ressentons à nouveau notre petitesse et notre insignifiance, doux réconfort de l'existence. La béance disparue, un calme compréhensif s'installe. L'égocentrisme se tranquillise et se soigne.


Mots-clefs : Abandon – Compréhension – Clarté."

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Vous ne pouvez supporter de vivre seul. Vous êtes avide de l'attention des autres et cela vous pousse au bavardages. Vous cherchez la compassion des autres et vivez sur leur énergie. Vous êtes plus qu'anxieux sur vos problèmes et cet excès vous fait friser l'égocentrisme. Vous êtes mauvais auditeur car seuls vos problèmes comptent. Vous réclamez l'attention de votre interlocuteur au point qu'il est difficile pour ce dernier de s'éloigner.

La Bruyère pousse souvent dans des paysages désertiques et mélancoliques ; sur un sol siliceux et granitique (des éléments lumineux sont incorporés à la roche). Son sol humide, favorise la prolifération. Mais comme il est pauvre en minéraux, la croissance de la plante est limitée à quelques centimètres au-dessus du sol. Son organisation des liquides est sévèrement disciplinée : elle limite tout gaspillage au niveau de ses proliférations herbacées. Des dispositifs variés empêchent que son eau ne soit abondamment exsudée et dispersée dans l'air. Nous commençons maintenant à comprendre son impact sur l'âme humaine.

Avec l'élixir de Bruyère, l'âme humaine retrouve sa vraie place. Elle n'essaie plus de supplanter l'esprit et de le dominer. La Bruyère sait quelle restera indéfiniment un arbre miniature. Elle sait que sa croissance est lente et basse ; que sa lignification et sa souplesse ne succomberont jamais à une minéralisation définitive. Avec l'élixir de Bruyère, l'âme n'essaie plus de devenir aussi grosse que le bœuf de la fable de La Fontaine. Elle sait qu'il existe une hiérarchie dans l'évolution des âmes tout comme il existe une hiérarchie dans les espèces naturelles. Un vrai natif du signe de la Balance reconnaît que son Soleil ne sera qu'un demi-Soleil vis-à-vis du Soleil du natif du Lion.

Sa floraison abondante confirme la supériorité de la sphère de l'âme. Les fleurs ont des formes d'entonnoirs largement ouverts, à bords rayonnants. Ces forces formatrices communiquent à l'âme le besoin de s'ouvrir dans des limites raisonnables. Une forte formation de sucre rappelle à l'âme son rôle harmonieux et dispensateur de douceur (phénomène typiquement vénusien). Certes le type Bruyère reconnaît la pauvreté de la vie extérieure, mais un jour, une prise de conscience finit par se produire et ce « type » finit par inverser les polarités. Il sait dorénavant qu'il peut faire disparaître ses douleurs à l'hypocondre en écoutant et en aidant les autres. Il songe aux tourbières où poussent généralement les bruyères et ne veut enfoncer plus encore le pied, support de l'âme, dans ce sol si inhospitalier. Sa résolution est dorénavant de mettre ses difficultés de côté et de s'absorber dans le problème des autres. Alors il sera surpris de demeurer infatigable dans l'effort.

L'élixir de Bruyère combat aussi les inflammations dues aux refroidissements, les états goutteux et rhumatismaux, tout ce qui touche à la sphère des reins et à l'organisation des liquides tels que l'œdème, l'ascite, etc.

Mots-clés : avec l'élixir de Bruyère devenez sans bruit et sans air.

*

*




Spagyrie :


Voici les deux fiches proposées par Viviane Le Moullec dans Élixirs floraux de Viviane à faire soi-même (Éditions du Dauphin, 1997, 2020) :


Bruyère Callune (Calluna vulgaris)


Mot clef : Celle qui lave de l'intérieur


Qui est la Bruyère Callune ? Il existe deux sortes de Bruyère utilisées en phytothérapie :

- la Bruyère Callune, à toutes petites fleurs ;

- la Bruyère cendrée, à fleurs plus grosses, en forme de petites clochettes.

Elles sont souvent utilisées indifféremment l'une pour l'autre, car elles ont des propriétés proches concernant le corps physique.


Avec quoi réaliser votre élixir ? Recueillez les fleurs.


Utilisation traditionnelle : La Callune est diurétique et rend service en cas d'infection urinaire, ce qui ne dispense pas de consulter le médecin... Il faut boire beaucoup d'eau quand on emploie cet élixir.


Aide alchimique :

  • Le changement peut être positif !

La Callune soigne les casse-pieds d'un genre très particulier : ceux qui imposent leur point de vue parce qu'ils redoutent que le monde change et qu'il n'y ait plus de place pour eux. Ils sont coincés dans l'idée fixe que le changement ne peut être que mauvais. La Callune les amène à constater que le changement peut apporter des choses positives. Ces personnes essaient de bien faire, mais plutôt selon les critères d'une morale dépassée que selon une véritable éthique. La plante élargit leur esprit et leur permet d'avoir un point de vue moins centré sur les détails.

  • Une aide pour cesser d'être tiré vers le bas par les flemmards

Ces personnes ne se soigneront peut-être pas elles-mêmes, mais leur entourage fera bien de travailler avec la Callune afin de s'en protéger.


Bruyère Cendrée (Erica cinerea)


Mot clef : La Clochette du Paradis


Qui est la Bruyère cendrée ? Quelques jolies variétés de Bruyère de jardin ont autant de vigueur que leurs sœurs sauvages. N'hésitez pas à faire appel à elles si vous avez la chance d'en avoir chez vous.


Avec quoi réaliser votre élixir ? Recueillez les clochettes mauves, quand elles sont épanouies.


Utilisation traditionnelle : Tout comme la Bruyère Callune, la Bruyère cendrée est diurétique, bonne en cas de cystite ou de toute infection urinaire. Il faut boire beaucoup d'eau quand on emploie cet élixir, car de nombreuses toxines sont délogées et il faut les noyer dans l'eau pour éviter qu'elles soient corrosives tant qu'on ne les a pas expulsées de son organisme.


Aide alchimique : La Bruyère cendrée aide à n'avoir pas peur de la mort, à considérer que passer d'un monde à l'autre de sépare pas de toutes les choses et de tous les êtres.

  • Pour faire de beaux rêves

Le léger son de ses clochettes dans le vent a une harmonique spirituelle qui met en communication avec des plans d'existence subtils. Ce son accompagne la personne qui s'élève jusqu'à l’Autre Monde, que ce soit de manière momentanée (sortie de son corps, consciemment ou en rêve) ou définitive (mort).

  • Pour une fin de vie apaisée et lumineuse

La Bruyère cendrée aide le mourant qui veut rester conscient et désire conserver le souvenir de ce voyage très spécial qu'est le passage dans l'Autre Monde. Vous pouvez mettre à son chevet un petit bouquet de Bruyère ou en apporter une branche sur sa tombe.

*

*




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) nous livrent leur vision de cette petite fleur :


Printemps - Mai.

BRUYÈRE COMMUNE -SOLITUDE.


Les prairies se couvriront toujours de fleurs, les plaines de moissons, les coteaux de pampre vert, et les montagnes de sombres forêts. Heureux bergers ! vous pouvez danser dans la prairie, vous couronner des épis de Cérès, vous enivrer des dons de Bacchus, et vous reposer à l'ombre des forêts ; vous le pouvez, car tout est joie pour les heureux. Pour moi, guidée par la mélancolie, je porterai mes pas vers ces lieux écartés, que l'humble bruyère, amante de la solitude, dispute aux travaux des hommes : là, assise à l'ombre d'un genêt, je me livrerai à mes sombres pensées, et bientôt je verrai accourir de toutes parts des êtres mal heureux, souffrants, affligés comme moi. La perdrix, chassée de nos guérets après avoir perdu sa jeune famille ; la biche poursuivie par les chiens ; le lièvre aux abois, le lapin timide, effrayés d'abord à mon aspect, s'accoutumeront enfin à mes larmes ; peut-être même viendront-ils jusqu'à mes pieds chercher un abri contre la persécution des hommes ! Vous m'entourerez aussi, laborieuses abeilles ; si je dérobe une seule tige de bruyère à vos solitudes, vous viendrez jusque dans mes mains puiser le miel que vous recueillez, hélas ! pour d'autres que pour vous. Et vous, bruyantes gélinottes, à la voix éclatante ! vous mesurerez, pour vous et pour moi, le temps qui s'enfuit, sans laisser aux déserts ni traces ni regrets. Douces colombes, tendres rossignols ! vos gémissements et vos soupirs sont faits pour les bosquets parfumés ; mais je ne puis plus rêver à leur ombre ; la voix du désert vous glace ; elle a pour moi des charmes ; aux premières clartés de la lune, cette voix lugubre retentira dans les airs, Roi de ces solitudes, le hibou sortira du tronc caverneux d’un vieux chêne ; perché sur les branches qui cachent son palais de mousse , sa voix effraye l'amante craintive qui compte les heures de l'absence ; elle fait trembler la mère qui veille auprès du lit où la fièvre retient son unique enfant ; mais elle console le malheureux qui a cédé à la tombe tout ce qu'il aimait sur la terre ... Souvent cette voix lugubre te réveilla, infortuné Young ! pour te parler de la mort et de l'éternité : souvent elle me réveille aussi ; et si, comme à toi, elle ne m'inspire pas des chants sublimes, comme à toi elle m'inspire le dégoût du monde et l'amour de la solitude.

*

*

Le Dictionnaire Larousse en 2 volumes (1922) propose des pistes pour comprendre le langage emblématique des fleurs :

Nom Signification Couleur Langage emblématique

</