Blog

  • Anne

L'Orque



Étymologie :

  • ÉPAULARD, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1554 espaulart, cité comme mot saintongeais (G. Rondelet, Libri de piscibus marinis, 1. 16, p. 483). Prob. issu du croisement de l'a. fr. espaart « id. » (dans une charte de lat. médiév. citée par L. Delisle ds Bibl. Éc. Chartes, II, série 3, t. I, 1849-50, p. 429, note 6) avec épaule*. Espaart est dér., à l'aide du suff. -art (-ard*) de espee (épée*), en raison de l'aspect acéré de la nageoire dorsale de ce poisson (v. FEW t. 12, p. 149b, 142a, 144 anote 18).

  • ORQUE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1550 (Du Bellay, Musagnoemachie, éd. H. Chamard, t. 4, p. 4, 22). Empr. au lat. orca « sorte de cétacé ». L'angl. orc de même sens est att. dep. ca 1520 ds NED.


Lire également la définition des noms épaulard et orque pour débuter la réflexion sur le symbolisme de ce mammifère marin.

*

*




Zoologie :


Selon Frans de Waal, auteur de Sommes-nous trop "bêtes" pour comprendre l'intelligence des animaux (Édition originale 2016 ; traduction française : Éditions Les Liens qui Libèrent, 2016) :


"Les orques vont encore plus loin [que les baleines à bosse], faisant preuve, dans une action, d'une coordination si stupéfiante que peu d'espèces, la nôtre comprise, pourraient l'égaler. Quand les orques de la péninsule Antarctique ont repéré un phoque sur un bloc de glace flottant, elles repositionnent ce bloc. Cela demande de gros efforts, mais elles le poussent vers le large. Après quoi quatre ou cinq d'entre elles s'alignent côte à côte afin d'agir comme une seule et unique orque géante. Parfaitement à l'unisson, elles nagent à toute allure vers le bloc de glace, ce qui crée une énorme vague qui emporte le pauvre phoque. Nous ne savons pas exactement comment les orques se mettent d'accord pour s'aligner ni comment elles synchronisent leurs mouvements, mais elles doivent nécessairement communiquer à se sujet avant de passer à l'exécution. Quant aux motifs de ce comportement, ils ne sont pas très clairs, car, même si les orques se repassent ensuite le phoque entre elles, elles finissent souvent par le relâcher. on les a même vues reposer un phoque sur un autre bloc de glace pour qu'il continue à y couler des jours heureux.

[...]

Quand deux ou plusieurs espèces intelligentes, coopératives, se rencontrent autour de ressources alimentaires, le résultat peut aussi être la collaboration, et non la concurrence. Chaque espèce sait comment tirer avantage de l'autre. [...] Les pêches collaboratives entre les humains et les orques sont encore plus spectaculaires [que celles avec les dauphins]. Quand la pêche à la baleine existait encore dans la baie Twofold, en Australie, les orques s'approchaient de la station de pêche en faisant des sauts bien visibles et en frappant la surface de l'eau avec leur queue pour annoncer l'arrivée d'une baleine à bosse. Elles conduisaient le gros animal dans les eaux peu profondes proches du bateau de pêche, ce qui permettait aux humains de harponner le monstre harcelé. Une fois la baleine tuée, on laissait aux orques un jour ou deux pour manger leur mets de prédilection - la langue et les lèvres -, après quoi les pêcheurs récupéraient leur prise. la encore, les hommes donnaient des noms à leurs orques préférées et comprenaient le donnant-donnant qui fonde toute coopération, humaine ou animale."

*

*




Symbolisme :

Selon le site : http://francoise1.unblog.fr/2017/03/05/orque-la-gardienne-de-la-memoire-cosmique/ (qui ne cite pas ses sources) :

Rôle : Gardienne de la Mémoire Cosmique.


Leçon : Découvrir le Chant de l’Âme.


Élément : Eau.


Vent : Nord – Terre des Aînés ou des Ancêtres – Sagesse.


Médecine : Alchimie.


Mots-clés : Gardienne de la Mémoire Cosmique ; Alchimie ; Créativité ; Guérison par le Son ; Sensibilité ; Vision Spirituelle ; Énergie de changement ; Adaptabilité ; intelligence détachée ; Équilibre entre la lumière et l’ombre ; Rejet de vérités simples ; Polarité ; Dialecte et langage ; Être un prédateur pour obtenir ce que l’on désire ; Socialiser ; Avoir besoin des autres autour de nous ; Loup de la mer.

L’Orque est le plus grand représentant de la famille des Dauphins. Il est reconnu à son corps noir et blanc, sa grande intelligence, sa force et ses techniques innovatrices de chasse. Il existe cinq différents types d’Orque, dépendamment de l’endroit où elles vivent, de leur manière de chasser et ainsi de suite.

Les Orques ont des dialectes distincts, propres à la région où elles se trouvent, et on dit qu’elles ont même leur propre culture. Ces créatures sont les plus grands prédateurs, après l’homme, et ne sont la proie d’aucun animal. Elles chassent souvent des Baleines beaucoup plus grosses qu’elles pour les manger, les tuant par suffocation. On retrouve Orque dans toutes les mers, de l’arctique à l’antarctique.

D’un point de vue spirituel, elles représentent les leçons de l’âme en lien avec la polarité. Orque nous assise dans l’obtention et le maintien de l’équilibre dans un monde d’opposés. D’un point de vue physique, ses couleurs sont une stratégie de camouflage. Vu d’au-dessus des eaux, le dos de couleur noire se confond avec les profondeurs sombres de l’eau, tandis que vu d’en-dessous de l’eau, la couleur blanche de leur flanc se confond avec la lumière provenant du ciel. Cela symbolise leur habileté à se mouvoir dans ce qui est vu et ce qui ne l’est pas dans la vie, dépendamment de la situation.

Apprendre l’art du camouflage est avantageux pour ceux qui étudient la médecine d’Orque. Les actions, réactions, observations et expressions appropriées sont toutes liées à cet art. Orque nage en formation linéaire ou en rangée. Cela indique un sens de l’organisation et une habileté à travailler en coopération avec les autres. Orque ne migre pas dans le même sens que les Baleines, mais a des mouvements saisonniers liés à la migration de chasse et aux changements environnementaux.

Il existe deux sous-groupes d’Orques : les nomades et les résidentes. Les résidentes vivent dans de plus larges communautés et ont un système matriarcal dans lequel deux ou trois femelles et leurs progénitures vivent ensemble durant toute leur vie. Les groupes nomades tendent à voyager sur de plus grandes distances et sont connus pour chasser et tuer d’autres mammifères. Leur nom anglais “Killer whale” provient des baleiniers et marins qui ont observé les orques dévorer d’autres Baleines.

Chaque groupe possède son dialecte respectif qui permet aux membres de ce groupe de se reconnaître entre eux s’ils venaient à être séparés. Ceux qui étudient la médecine de Orque seront capables d’identifier les membres de leur groupe d’âmes d’origine. Bien que leur personnalité peuvent différer, elles ont le sens de la famille. Les leçons de vie ainsi que les aspirations spirituelles sont similaires. Se réunir entre membres d’un même groupe d’âmes peut apporter une grande joie et éveiller le cœur, soulageant la peine de souvenirs tristes. Ceux et celles qui ont cet animal totem doivent se rappeler que lorsque la réunion a été établie, le support émotionnel sera toujours disponible entre tous. Les personnes qui baignent dans la médecine de Orque sont très créatives, bien qu’elles puissent avoir tendance à garder leur créativité cachée ou à laisser leur créativité gouverner leur vie.

Ceux qui possèdent le totem de l’Orque doivent porter attention à la manière dont l’Orque leur apparaît. Si elle est vue sautant hors de l’eau, elle vous demande de faire surface, de sortir des profondeurs de votre réflexion intérieure et de vous exprimer extérieurement d’une manière créative et ancrée à la terre. Si l’orque est vue blessée ou échouée, cela pourrait indiquer un besoin de prendre soin de votre santé. Les orques ont souvent des problèmes de parasites, de bactéries et des infections fongiques. Elles peuvent également être porteuses de la maladie d’Hodgkin. D’un point de vue émotionnel, cette maladie est liée à la mauvaise estime de soi et à la crainte de ne pas être accepté. Orque détient les enseignements de l’intrépidité, de la beauté, du pouvoir et de l’équilibre.

Elle peut éveiller ces qualités en vous. Tout ce que vous avez à faire, c’est de demander. • Les croyances concernant l’origine de Orque varient d’une tribu à une autre, mais certaines s’accordent sur le fait que le Loup de Mer fut créé lorsqu’un jeune homme marchait sur la plage et entendit des petits couinements. Il suivi le son pour découvrir deux Louveteaux qu’il prit avec lui jusqu’à sa hutte et les éleva jusqu’à ce qu’ils soient adultes. Un jour, il s’éveilla pour découvrir que les Loups l’avaient quitté et il suivi leurs traces jusqu’à la plage, où il les avait jadis trouvés. Alors qu’il s’approchait de l’océan, il vit les loups nageant dans la mer où ils tuèrent une Baleine.

À son grand étonnement, les Loups rapportèrent la Baleine morte sur la grève afin qu’il puisse manger sa viande et utiliser ses os et sa graisse. Ils firent de même les jours suivants jusqu’à ce que vint un moment où la plage fut remplie de Baleines mortes, les Loups chassant trop de Baleines pour un seul homme. Voyant ce grand gâchis, Celui d’en Haut, appela à l’aide les Esprits du Tonnerre, de la Pluie et du Brouillard afin que les Loups ne puissent plus être capables de trouver de Baleines à tuer. Grand-mère Océan devint si tumultueuse que les Loups furent incapables de regagner la plage et furent forcés de rester dans l’eau où ils se transformèrent en Loups de Mer.

D’autres tribus croient que la Nation-Ciel (ou Étoile) apporta l’Orque à Ina Maka (Mère Terre) depuis l’étoile Sirius (la Maison des Ancêtres). C’est depuis lors que ce “Grand Loup” devint la Gardienne des Océans, la Gardienne de la Mémoire Cosmique… Son nom, Loup de Mer, fut donné pour rappeler l’endroit d’où elle vient (Loup) et l’endroit où elle réside maintenant (Mer). Comme leur Animal Totem, les bipèdes qui nagent avec Orque (et avec tous les dauphins et baleines), ont une mémoire inconsciente de leur Origine et de leur Héritage. C’est une mémoire profondément enfouie et qui imprègne leur âme, savoir cosmique et souvenirs du monde (origine) et des Ancêtres. Bien que cette mémoire cosmique soit profondément enterrée, même au-delà du subconscient, le Dormeur peut s’éveiller à n’importe quel stade lorsque le temps du retour des Ancêtres approche. Souvent, cette mémoire est réveillée par le son ou alors que d’autres membres de ce groupe d’âmes se reconnectent ensemble.


Orque nous enseigne le pouvoir du Souffle et de la Créativité

Plusieurs légendes et théories sur la Création sont centrées autour de la croyance que toute vie émergea de l’Océan, et les membres de la famille des Dauphins et des Baleines sont un symbole de cet élan créatif à sa plus grande expression. Orque nous enseigne le pouvoir du Souffle et de la Créativité, et en observant la manière dont respire chacun des animaux de la famille des Dauphins et des Baleines, cela est significatif, en adoptant ces mêmes principes pour celui qui nage avec un de ces animaux alliés.

Alors que l’Orque refait surface pour reprendre son souffle, elle est souvent vue sautant complètement hors de l’eau, phénomène que les biologistes marins ne s’expliquent pas complètement, car ce comportement ne semble pas avoir de but biologique ni même avoir aucune utilité. Elle pourrait simplement revenir à la surface de l’eau (comme elle le fait à d’autres moments) pour prendre l’oxygène nécessaire. Nous pouvons toutefois interpréter son saut hors de l’eau comme un désir de revenir à la “Demeure des Origines” (Ciel/Étoile).

Pour le bipède qui nage avec l’Orque, ce qui précède porte une double signification. La première, c’est qu’il y a un désir pour l’Âme Orque (Baleine ou Dauphin) de retourner à la Maison des Ancêtres et à tout ce qui fut auparavant. Ce sentiment d’appartenance varie, parfois très silencieux ou voire presque non-existent, et à d’autres moments plus insistant, et à d’autres moments encore ce sentiment est ressenti comme une douleur forte et vive au cœur, emplissant cette douce âme avec un sentiment écrasant de “déconnexion”.

La seconde signification que ce comportement peut avoir est un moyen par lequel la créativité, la perspicacité et les émotions peuvent être comme congestionnées, et lorsque c’est le cas, l’Âme Orque a réussi à repousser ces sentiments profondément en elle, ou lorsqu’elle a refoulé ses besoins et ses désirs pour répondre à ceux d’autrui, le résultat est que ses émotions doivent être relâchées d’une manière ou d’une autre. Ces sentiments refont alors surface de manière explosive, ce qui peut être assez impressionnant venant de la part de ces douces âmes. De même, lorsque leur créativité est d’une manière ou d’une autre refoulée, reniée ou oppressée, une tension intérieure s’installera dans l’âme d’Orque.

Si les émotions, pensées et créativité ne trouvent pas le moyen de ressortir, il peut y avoir une manifestation physique qui prendra la forme d’une maladie, laquelle affectera particulièrement les poumons, telle que l’asthme, la bronchite, rhume de poitrine ou même la pneumonie.

Pour combattre cela, lorsque les tensions intérieures dues aux émotions, pensées et créativité refoulées croissent, il sera sage pour le bipède qui nage avec l’Orque (ou un autre totem de la famille des Baleines et Dauphins) d’observer, d’imiter la manière dont ces mammifères marins respirent. Emplir ses poumons d’air, gonflant la poitrine avec d’autant d’oxygène que possible, comme si nous allions plonger dans les profondeurs de l’océan, retenant cette respiration aussi longtemps qu’il sera confortable de le faire, puis d’expirer de manière explosive, comme pour imiter le son que Orque fait lorsqu’elle remonte à la surface de l’eau et que l’eau est projetée hors de son évent. Il n’y a pas de nombre de fois limite pour répéter cet exercice respiratoire, toutefois gardez à l’esprit que de le faire trop longtemps pourrait provoquer des étourdissements et c’est pourquoi l’exercice est de préférence exécuté dans une position confortable et sécuritaire. Avec chaque inspiration et expiration, une affirmation personnalisée peut être répétée, par exemple, pour relâcher des émotions : « Je m’exprime de manière libre, aimante et sans effort, d’une manière respectueuse pour moi-même et les autres ».

Une autre affirmation, pour relâcher le potentiel créatif pourrait être quelque chose comme « La Force Créatrice et le Génie de l’Univers coule sans effort à travers moi. Je suis un canal à travers lequel le Grand Mystère peut s’exprimer ». Dans les deux cas, nous embrassons la Médecine de Orque, afin d’assister de manière compatissante et créative l’être à côté duquel Orque nage. Comme tous les membres de la famille des Dauphins (Orque n’est pas une Baleine comme beaucoup le croient, mais un grand Dauphin), l’Orque est une créature intelligente et sensible, dotée d’une perception et conscience étonnante. Les soins, le souci et l’attention qu’ils démontrent envers leurs petits et envers les membres malades ou blessés de leur communauté, ainsi que leur dévouement envers tous les membres de leur communauté, va bien au-delà de l’explication biologique simple, et semble indiquer un sens élevé de spiritualité et de sensibilité authentique. En tant que société matriarcale, les Orques mâles resteront aux côtés de leur mère durant toute leur vie, lui offrant protection et support.

Le seul moment où un mâle quittera sa mère sera pour répondre à l’appel d’une Orque femelle pour l’accouplement. Une fois cet accouplement accompli, le mâle retournera aux côtés de sa mère et de ses petits. Pour le bipède qui nage aux côtés d’Orque, il y aura certainement une grande part de sensibilité émotive et psychique. Ce sont des individus possédant une conscience aiguë de la souffrance des autres et qui ressentiront immédiatement la douleur se cachant sous les mots “tout va bien”. Bien qu’il y ait un degré marqué de sensibilité dans l’âme de l’Orque, il existe également une habileté à prendre de la distance face à la douleur et à la souffrance des autres. C’est une compréhension intrinsèque que ce faisant, on “vole” à celui que l’on désire assister, des Leçons de Vie que l’Âme doit apprendre ici. Toutefois, ce savoir inné n’est éveillé qu’après des leçons douloureuses, mais une fois que la mémoire est éveillée, elle les sert bien dans leurs efforts et est un “appel” pour assister leurs alliés bipèdes.

Tous les Dauphins et Baleines ont des habiletés pour la guérison, part intrinsèque de leur médecine unique. Même les scientifiques et les biologistes marins s’accordent sur cette croyance alors qu’ils assistent eux mêmes à l’interaction guérisseuse qu’ils ont eux-mêmes échangés mentalement ou physiquement avec la famille des Dauphins. Pour l’Orque en particulier, on croit que sa voix est un véritable agent guérisseur. Les bipèdes qui sont bénis d’avoir Orque comme Totem primaire (Pouvoir, Thème ou Mission), posséderont également une forte habileté pour la guérison. Ce don variera à la fois d’intensité (de léger à très puissant) et dans sa manifestation (énergie de guérison à distance, guérison par les mains, etc.), et il est un des dons que le Grand Mystère a aimablement attribué à ces Âmes. Tout comme leur animal allié, les bipèdes possédant l’âme de Orque auront l’habileté de guérir grâce à la communication. Cette habileté n’est toutefois pas limitée à l’art de la parole, mais peut inclure d’autres formes de communication comme l’écriture ainsi que d’autres expressions artistiques (peinture, instrument de musique, chant, etc.).

De manière plus commune, la guérison se fera grâce à la voix, et c’est aussi à travers la résonance du son que l’Âme Orque expérimentera l’éveil des mémoires qui ont été enfouies dans son âme. Cela peut se produire lors de l’écoute d’une certaine pièce de musique jamais entendue auparavant, par le chant des Baleines ou des Dauphins que l’on voit ou que l’on entend à la télévision, etc. Bien que cela peut prendre plusieurs années de développement afin de devenir conscient du moment où cet éveil se fait, une fois que l’habileté à le faire est acquise, l’individu Orque peut apprendre alors à plonger dans cette mémoire cosmique grâce à un chant ou un mantra qu’il chantera. Cette “chanson cosmique” pourra alors être utilisée pour guérir ou éveiller d’autres personnes, de même que l’emploi de la technique de respiration des Dauphins et Baleines les assistera dans le processus de guérison. L’Alchimie est l’habileté à transformer des matériaux bruts ou de base en une matière de haute vibration, nature ou qualité.

En lien avec le Loup de Mer, on croit que, en tant que Gardienne de la Mémoire Cosmique, Orque possède l’habileté de créer des portails à travers lesquels on peut atteindre la “Demeure d’Origine” (la porte qui mène vers la Nation-Étoile). Pour les bipèdes nageant avec cet animal de pouvoir, on croit que Orque est un puissant phare d’illumination, illuminant la voie pour ceux qui désirent aller au-delà du mondain, du monde profane de sens physiques pour gagner la rive magique de la compréhension cosmique.

Aux premiers moments de leur vie (dans leur enfance et début de l’âge adulte de la vie présente), les âmes accompagnées par Orque expérimenteront plusieurs leçons en tirant le meilleur possible de situations difficiles et douloureuses. Elles ne viennent pas au monde dans des “existences faciles”… au contraire, leur vie est souvent bouleversée par différents défis, bien plus que la majorité des personnes de son entourage, à tel point que leurs amis ou êtres chers pourront témoigner de la fréquence des difficultés rencontrées.

Malgré toute sa douleur et les traumatismes qui peuvent en découler, ces expériences amènent bien plus, au-delà de ce que l’on peut imaginer. C’est ainsi que les bipèdes qui nagent avec Orque (avec maturation suffisante et observation détachée) apprennent à façonner le Sceptre d’Or de l’Illumination à partir des minéraux des expériences passées et des leçons acquises. Orque détient les enseignements de l’intrépidité, de la beauté, du pouvoir et de l’équilibre. Elle peut éveiller ces qualités en vous. Tout ce que vous avez à faire, c’est demander…

*

*

Aigle Bleu dans Les Animaux totems dans la tradition amérindienne (Édition revue et augmentée Le Dauphin blanc, 2019) nous transmet la sagesse de ces ancêtres :


L'Orque ou Baleine tueuse : En fait malgré son nom, l'orque appartient à la famille des dauphins. C'est un super prédateur, au sommet de la chaîne alimentaire et elle ne connaît aucun ennemi dans les mers. Elle est énorme, des douzaines de fois plus grosse qu'un Homme, pèse entre 5 à 10 tonnes, mais pourtant les Indiens Klingit et Haïda le considèrent amical envers l'Homme. Elle vit comme les loups, en meute ou plutôt en bancs comme se nomment les groupements de baleines. Le nom que lui donnent les Amérindiens de la côte ouest du Canada est Poisson Noir. Le mâle de l'espèce se nomme épaulard.

L'Orque est très sociale, très communicative et vit en groupement dont les lignées sont matriarcales. C'est le seul animal auquel les scientifiques attribuent une culture attribution découlant de l'éducation des techniques de chasse très sophistiquées que les mères de clan enseignent aux jeunes. Elles ont un langage évolué et l'éducation des jeunes peut durer jusqu'à vingt ans. Différents bancs d'orques peuvent avoir des cultures et des techniques de chasse différentes Elles peuvent vivre aussi vieilles que les humains bien qu'en général elles vivent entre 40 à 65 ans. Certains individus ont été recensés qui avaient près de 80 ans.

L'Orque est blanc et noir ce qui traduit une réalité métaphysique importante dans la compréhension de ce totem. Ce qui a première vue semble un prédateur d'une violence et d'un pouvoir inouis qui ne craint aucun ennemi est pourtant amical et d'une importance spéciale pour les nations amérindiennes qui le côtoie. Les deux couleurs sont la présence de toutes les couleurs, mais dans des polarités opposées. C'est la présence à la fois de l'ombre et de la lumière. Nous portons tous en nous un aspect sombre et maléfique et un côté lumineux et bénéfique. Celui qui ressort dépend de celui qu'on choisit de nourrir.

Il est important de comprendre l'esprit guerrier des peuples autochtones. Le mot guerrier ici ne fait pas référence à la guerre telle que le conçoivent les civilisés. En effet, les civilisés ont ce qui s'appelle des soldats, des hommes formés à obéir et à tuer sans discuter. Le guerrier est celui qui est vainqueur de l'ennemi le plus redoutable qui soit : soi. Au contraire du soldat la conscience éthique du guerrier est très développé. Il n'obéit à personne d'autre que sa conscience. La notion de chef est très différente chez les autochtones. Le chef est un animateur, un responsable dévoué qui accomplit la volonté du peuple. Il n'est pas une figure d'autorité, il n'est pas là pour dire aux autres quoi faire, mais faire ce que le peuple lui demande.

Ceci place l'Orque dans une perspective particulière : en effet la nature communautaire et matriarcale des Orques est similaire à celle des Premières Nations. L'esprit guerrier est très important, car comment bien servir les autres si on ne sait pas se maîtriser soi ? Le contrôle de soi, l'importance de la discipline personnelle est une affaire de toute une vie. Nous ne pouvons jamais relâcher notre vigilance, car toujours le côté sombre en nous guette l'opportunité de prendre les rênes de notre vie. C'est pourquoi la communauté est primordiale dans toutes les peuplades aborigènes de la planète. Les autres qu'on aime sont là pour nous dire : « Attention, tu manifestes ton côté sombre là ! » Dans une société civilisée et individualiste comme celle qui s'est répandue toute la planète en tuant les aborigènes sur tous les continents avec ses myriades de soldats obéissants, nous retrouvons d'innombrables manifestations de violence, corruption, criminalité, sexisme, racisme, injustices, avarices, destruction de l'environnement, etc. La manifestation du côté sombre est débridée dans les sociétés civilisés. En effet, l'individualisme et la notion d'autorité et de domination sur d'autres êtres humains typiques des civilisations qui ont des soldats, mènent tout droit à un développement sans mesure du côté sombre.

C'est pourquoi il est impératif aujourd'hui de comprendre l'importance de la communauté et de se mettre au service de la communauté et de se mettre au service de la communauté, car elle représente la vie. Ainsi, l'Orque prend soin de ses jeunes et leur enseigne pendant longtemps la manière de vivre en harmonie avec le banc.

Ceux qui portent la médecine de l'Orque ont une grande puissance, mais doivent impérativement la mettre au service de l'oeuvre lumineux. Ils doivent identifier leur communauté d'âme à défaut d'une communauté terrestre qui a souvent été détruite aujourd'hui pour être remplacée par une relation uniquement financière. Une fois la communauté d'âme identifiée ces personnes doivent se mettre à son service et défendre la communauté contre les forces extérieures et les puissances de l'ombre. Ceci n'est possible qu'en exerçant quotidiennement une discipline de pratique spirituelle stable et évolutive. En effet, c'est la pratique spirituelle qui permet de maîtriser l'être et nourrir en soi le côté lumineux.

La femme Orque est définitivement plus puissante que l'homme épaulard. Par contre, il a lui aussi une puissance fantastique. Pour bien la canaliser, il est important pour l'homme épaulard de trouver sa conjointe et de se mettre au service de sa famille. Seulement alors est-ce que sa puissance pourra se manifester lumineusement en protégeant et développant harmonieusement la vie.

Comme le totem du Loup, les Orques sont de grands guerriers défenseurs, des bâtisseurs d'équipe, ils se développent harmonieusement dans les groupes et ont une grande créativité dans n'importe quelle organisation. Ils feront de merveilleuses contributions s'il y a collaboration. Ils peuvent travailler seuls, mais développeront alors souvent des dépendances, toxicomanies et d'autres manières de canaliser leur grande énergie puisque le travail en solo n'est pas normal ou avantageux pour eux. Elles peuvent réussir dans n'importe quel domaine d'activité, car elles ont une grande créativité et une énergie quasi illimitée. Elles doivent juste s'aligner sur la famille, la communauté, une organisation ou une équipe de travail et constamment alimenter la lumière dans leur environnement. Si leur place de travail n'est pas en harmonie avec la lumière ou la vérité, ils seront affligés et devront au final trouver un autre travail. Ils ne peuvent pas céder au côté sombre, car lorsque cela se produit l'énergie qu'elles y apporteront créera grande destruction dans leurs vies et chez les autres.

[problème de pronoms...]

*

*

257 vues