Blog

  • Anne

Le Monarque




Étymologie :

  • MONARQUE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1370-72 monarch (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, livre III, chap. 14, note 1 : ... les roys qui sont monarchs en leurs royaumes) ; 1372-74 adj. monarche (Id., Politiques, éd. A. D. Menut, p. 315, f°273 vo) ; ca 1480 subst. (Myst. du V. Testament, éd. J. de Rothschild, 11509) ; 1548 subst. monarque (Th. Sebillet, Art poétique françoys, éd. F. Gaiffe, p.162). Empr. au gr. μ ο ́ ν α ρ χ ο ς « souverain » adj. et subst., formé de μ ο ν(o)-, de μ ο ́ ν ο ς « seul, unique » et de -α ρ χ ο ς, de α ̓ ρ χ ο ́ ς « celui qui conduit », d'où « guide » et « chef », de α ̓ ρ χ ω « guider » d'où « commander » ; cf. le lat. tardif monarchus « monarque, chef unique » (vie s. ds Latham) ; on trouve aussi monarche « monarchie » comme subst. fém. (fin xiiie s., Jean de Meun, Testament, 919 ds Rose, éd. Méon, t. 4, p. 47).


Lire également la définition du nom monarque afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Danaus plexippus Kluk ; Danaïde plexippe ; Grand monarque ; Monarque américain.


Selon Le blog de Jean-Yves Cordier, le nom latin s'explique comme suit :

  • Danaus Kluk, 1780 : selon Emmet (1991) ce nom vient de Danaos, roi d'Argos après avoir régné sur la Libye, qui eut de différentes femmes cinquante filles : les Danaïdes. Troisième des six "phalanges" suivant lesquelles Linné subdivise les Papiliones ou papillons de jour, les Danai ont des ailes régulières non découpées ["Alis integerrimis" ] et regroupent deux catégories : les Candidi ["Alis albidis"], espèces ayant les ailes plutôt claires qui deviendront les Pièrides, et les Festivi ["alis variegatis"], espèces aux ailes bariolées aujourd'hui classées dans les Danainae et les Satyrinae.

  • Plexippus (Linné 1758) : l'un des cinquante fils d'Aegyptos. Linné donne à ses Danai candidi l'un des noms des filles de Danaos, et à ses Danai festivi l'un des noms des fils d'Aegyptos : outre Plexippus, on y trouve Chrysippus —Danaus chrysippus—, Hyperantus — Aphantopus hyperantus —, ou Pamphilus – Coenonympha pamphilus.

  • Le nom vernaculaire américain " Monarch" a été créé par Scudder en 1874 dans Psyche, a Journal of Entomology ; la forme française "Le Monarque" apparaît timidement au XXe siècle, au Canada et aux Antilles notamment, avant d'être clairement validée par Gérard Luquet en 1986. Depuis 2005, c'est la forme "Le Grand Monarque" qui est adoptée de préférence , par opposition au "Petit Monarque" Danaus chrysippus. Le spécialiste canadien du Monarque F. Urquhart a défendu l'hypothèse que ce nom de Monarch se référerait à Guillaume III d'Orange-Nassau, stathouder de Hollande en 1672 et roi d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande en 1689 : il aurait été choisi par des protestants émigrés en Amérique après avoir échappé à la persécution des catholiques, la couleur orange du papillon rappelant le Prince d'Orange ; ils lui auraient aussi donné le nom de "King Billy", surnom du roi Guillaume III chez les Irlandais et Écossais.

En 1817, Lamarck avait (mal) traduit Plexippus par "Danaïde pieds-liés", vité délaissé sauf en Amérique où il fut repris selon Scudder sous la forme "web-footed Danay".

*

*




Zoologie :


Selon Marie-Claude Nicole, auteure de l'article intitulé "Les relations des insectes phytophages avec leurs plantes hôtes." (Antennae, 2002, vol. 9, n°1, pp. 5-9.) :


Chez les insectes qui ont évolué vers la monophagie, la pression de sélection exercée par les facteurs autres que la toxicité des plantes a probablement favorisé l'évolution vers une spécialisation pour une espèce de plante particulière. En plus, certains insectes monophages, comme le papillon monarque Danaus plexippus (L.), peuvent emmagasiner, dans leurs tissus, les substances toxiques des plantes et s'en servir comme leur propre moyen de défense.

papillon_monarque
.pdf
Download PDF • 3.99MB

Pour découvrir les principales caractéristiques du Monarque, lire l'article de Franck Jeannot, "La migration du papillon Monarque Danaus plexippus." (2017) =>

*

*

Selon le site https://www.papillons.info/ :


En vol le Monarque plane souvent avec ses ailes en V plutôt qu’à plat. Ses grandes ailes en font un excellent planeur. Il se remarque par ses longs vols planés. Il peut parcourir de très grandes distances notamment lors de sa migration.

Le Monarque se caractérise par ses migrations annuelles de millions d’individus, qui se déroulent sur plusieurs générations. C’est le seul papillon à effectuer ces migrations annuelles nord sud à la manière des oiseaux.

Le monarque est le premier papillon à avoir vu son génome séquencé, et le gène de la migration a été isolé. Il n’y a pas de différenciation génétique entre les Monarques migrateurs et non migrateurs, mais le gène de la migration est non exprimé dans les Monarques non migrateurs.

Le monarque est souvent toxique pour la plupart des prédateurs. Les larves se nourrissent d’asclépiades qui sont souvent toxiques (mais pas pour le Monarque), et une partie de ces toxines ingérées par la larve restent dans le papillon adulte.

La biologie des papillons _ Tout sur le
.
Download • 157KB

Tout sur le monarque (sur le site du Musée virtuel canadien) :



*

*

Dans L'ÉDITO CARRÉ du mardi 2 avril 2019 proposé par Mathieu Vidard sur France-Inter, on peut écouter une nouvelle réjouissante :


Ce matin dans l’édito carré : un papillon mythique qui est aussi une énigme pour la biologie.

C’est un insecte infatigable et un champion de la migration longue distance. Il s’agit du papillon monarque ce lépidoptère reconnaissable par ses ailes oranges veinées de noire et qui chaque année parcourt la distance prodigieuse de 4000 kilomètres. Deux mois d’un périple pour migrer du Québec au Mexique où il vient passer l’hiver avant de reprendre la route vers le Nord.

Une performance tout à fait stupéfiante car il faut imaginer des centaines de millions d’individus capables de suivre la même route, franchir tous les obstacles et traverser d’interminables paysages avant de débarquer dans les montagnes mexicaines.

Si je vous parle aujourd’hui du monarque c’est que pour une fois les nouvelles sont bonnes.

En effet, après de longues années d'une chute spectaculaire qui laissait craindre la disparition de l’espèce, les scientifiques annoncent que la population des monarques a presque doublé dans ses colonies hivernales. Un rapport récent du WWF, le fond mondial de la nature indique que le déclin semble enrayé. Il était temps car en 20 ans, la population de ce papillon a chuté de 80 %.

Et quelle était la cause de cette chute brutale ?

Il y en a deux : la déforestation qui a pour effet de détruire l’aire d’hivernage des papillons au Mexique, mais aussi l'utilisation aux Etats-Unis et au Canada des pesticides et notamment le glyphosate dans les champs de maïs transgéniques. Ce produit rend toxiques les fleurs dont se nourrissent les chenilles. Car le talon d’Achille du monarque c’est sa chenille qui consomme principalement de l’asclépiade, une plante envahissante qui pousse comme du chiendent et qui est la bête noire des Nord-Américains. Cette mauvaise herbe abondamment arrosée de pesticides, a dangereusement contribué au déclin du papillon migrateur.

Mais depuis quelques années le Canada, le Mexique et les Etats-Unis se sont unis pour mettre en place de vrais efforts de conservation autour des sites de reproductions du Monarque. Et cela semble porter ses fruits puisqu’un nombre record de papillons monarques en dormance a été observé au Mexique ces trois derniers mois.

Il était temps car les entomologistes ont mis en garde : la disparition de cet insecte pourrait entraîner une réaction en chaîne où des centaines d’espèces disparaîtraient avec lui.

La situation est donc plutôt encourageante.

Effectivement même si les efforts doivent être maintenus car ce papillon reste une espèce en danger en raison de sa migration très dépendante de l’équilibre climatique. Le mur de Donald Trump à la frontière entre le Mexique et les États-Unis représente aussi une menace pour ces insectes.

Des papillons qui sont à l’origine d’une énigme pour la biologie : pourquoi en effet migrent-ils tous au même endroit pour ces rassemblements annuels spectaculaires ? Un mystère de l’évolution qui reste total.

Bon cela dit il arrive parfois que des papillons se plantent de route et se retrouvent au-dessus de l’atlantique puisqu’on a retrouvé des individus égarés en France.

Comme quoi personne n’est parfait, pas même un monarque !

*

*

La rubrique QUESTIONS/RÉPONSES - NATURE / ENVIRO de la revue Sciences et Vie du 3 mai 2020, Caroline Loiseau tente de répondre à la question suivante :


Comment le Monarque réussit-il son extraordinaire migration ?

Les Monarques sont de petits papillons de 10 cm pour moins d'un gramme, et pourtant ils sont un mystère de la zoologie : chaque année, en l'espace de deux mois, ils parcourent 4000 km !

Faire un trajet de plus de 4 000 km sans s'égarer est déjà admirable, mais quand il s'agit d'un papillon de moins de un gramme, on est tenté de parler d'exploit. Sans compter que le voyage est entamé par une génération et terminé par une autre, sans communication entre les deux !

La migration annuelle des papillons Monarques Danaus plexippus est impressionnante : à l'automne, ils quittent le nord-est des États-Unis et le Canada par nuées pour s'envoler vers les forêts de conifères du Mexique.

Là, ils s'amassent en grappes et se reposent jusqu'au printemps. Quand les beaux jours reviennent, ils repartent vers le nord et se reproduisent en cours de route : le trajet retour est une sorte de marathon où les générations successives se passent le relais.


Une boussole interne

Ce phénomène recèle deux énigmes pour les scientifiques. Tout d'abord, comment cette espèce réussit-elle à faire le même trajet d'une année à l'autre ? Probablement grâce à une horloge circadienne, que possèdent de nombreux animaux, et qui renseigne le papillon sur le moment de la journée.

Un compas solaire lui donnerait aussi la position du soleil dans le ciel. Combinées dans le cerveau, ces deux informations lui indiqueraient le cap à maintenir. Toutefois, les Monarques étant capables de naviguer par temps couvert, certains chercheurs pensent qu'ils seraient dotés d'une boussole magnétique.

Mais les mécanismes biologiques à l'œuvre dans ces systèmes de navigation restent flous. L'autre mystère de cette migration est son caractère unique chez les populations de Monarques. Seuls les papillons d'Amérique du Nord l'effectuent.

Ceux d'Amérique centrale, d'Amérique du Sud et des Caraïbes, pourtant issus de la même population, sont sédentaires. Il semble que les migrateurs se distinguent par des muscles et un métabolisme adaptés aux vols longue distance, des attributs perdus par les non-migrateurs, pour une raison inexpliquée.

Des générations de chercheurs devront probablement se relayer pour venir à bout de cette énigme !

*

*




Symbolisme :


Sur le site de WWF, on apprend que :


Le monarque est un insecte chouchou, symbole de résilience dans les milieux urbains et un signe bien connu qui annonce l’arrivée de l’été en milieu rural.

Au Mexique, leur présence a une signification encore plus profonde. Des millions retournent au Mexique autour des 1er et 2 novembre, pendant el Día de los Muertos (le Jour des morts), et la tradition raconte que les monarques sont les esprits des êtres chers décédés qui reviennent.

Le site Voyance-horizon.fr fait une proposition concernant le symbolisme du papillon monarque : celui-ci serait ainsi :


Un signe de l'ange : Les papillons sont connus pour être des signes que les anges sont à proximité. Lorsque vous voyez un papillon monarque, il a été documenté dans de nombreux textes anciens comme un signe de votre ange gardien. Ils vous rappellent qu'ils sont présents dans votre vie. C'est un signe que vous êtes sur le bon chemin de votre chemin de vie et que vous devez suivre et c'est pourquoi vous le voyez. Je dirai que les anges vous protègent et vous guident à tout moment si vous voyez un papillon monarque voler près de vous.


Un signe du domaine spirituel : Si vous avez perdu quelqu'un que vous aimiez récemment et que vous voyez un papillon monarque, cela pourrait être un signe de sa part. Je crois toujours que voir un papillon peut indiquer l'esprit de quelqu'un qui est décédé. On pense que la communication entre les vivants et les morts se connecte à travers les papillons. Il est dit, dans les textes anciens, que les papillons voyagent facilement entre les mondes des vivants et des morts et peuvent ainsi être pour nous des messagers du monde des esprits. Si vous chérissiez quelqu'un qui est mort dans un passé proche, voir ce papillon vous transmet un message que son esprit est toujours vivant. C'est un signe de bien-être.


Un signe de transformation spirituelle : Un papillon monarque peut vous apparaître pour vous permettre de savoir que vous êtes sur la bonne voie spirituelle. Voir le papillon monarque indique que vous avez réalisé la transformation vers laquelle vous travaillez. Que vous êtes sur la bonne voie vers l'illumination spirituelle. Je crois qu'il faut continuer vers le chemin de la sagesse spirituelle et être ambitieux comme toujours.

*

*

Le papillon monarque


24 JUIL. 2017 | PAR L'ÉPISTOLÉRO | BLOG : LE BLOG DE L'ÉPISTOLÉRO | Site de Médiapart


Le papillon monarque est ubiquiste. On le trouve partout : de la côte californienne (son nom vulgaire est « roi du pétrole ») à la Kate britannique, en passant par l'anagramme du nom Macron qui fait Monarc. Un jeu de démocratie n'abolira jamais le hasard.

On ne devient pas Monarque du jour au lendemain.

Il y a des princes qui papillonnent longtemps avant de devenir Monarque. Durant cette période, le battement d’ailes des princes fait les beaux jours de la presse. Les feuilles de choux à scandale se passionnent pour les piérides (de la télé, de la chanson, du cinéma…) mais gardent beaucoup d’affection pour les Monarques, une valeur sûre. Les frasques des joyaux de la couronne sont inépuisables.

Politiquement, le papillon monarque a ses failles. La démocratie s’en prend régulièrement à lui. Soit il résiste dans son palais inexpugnable (son trip insectaire) soit il fait sa nuit de Varennes. Il y a un prédateur pour tout. Comme l'abeille a son varroa, le monarque a sa Varenne. Cette fuite, aux airs de migration, elle peut lui faire parcourir 4000 km. Comme les papillons monarques ont une structure sociale grégaire, ça fait du monde à déplacer. C’est pourquoi la coutume a été délaissée. Rouler carrosse, oui, mais pas trop loin.

Politiquement, le papillon monarque a ses failles. La démocratie s’en prend régulièrement à lui. Soit il résiste dans son palais inexpugnable (son trip insectaire) soit il fait sa nuit de Varennes. Il y a un prédateur pour tout. Comme l'abeille a son varroa, le monarque a sa Varenne. Cette fuite, aux airs de migration, elle peut lui faire parcourir 4000 km. Comme les papillons monarques ont une structure sociale grégaire, ça fait du monde à déplacer. C’est pourquoi la coutume a été délaissée. Rouler carrosse, oui, mais pas trop loin.

Lorsque le papillon monarque se fait vieux, c’est la fin de règne. On connaît la chanson. C’est alors la chenille qui redémarre. La cour balbutie, devient bébête, s’infantilise. Ça gagatise un max : elle est toute mignonne, la monarchenille.

Pour couronner le tout, il y a une menace de cou coupé. Ce sont les cous lisses de la démocratie. Le Monarque est aujourd’hui en voie d’extinction. Sa couronne a chopé des nervures. Le peuple préfère encore les élus aux ailés. Pourtant, gare aux z'élus trop zélés dans leurs battements de zèle.

Dans le monde, le Monarque n’est pas le seul à ne pas être élu (cf les présidents du CAC 40), mais il est le seul menacé d'extinction. Trop injuste, queen-t-il.

*

*

Dans Le Bestiaire du chaman, A la rencontre de votre animal totem (Éditions Larousse, 2020), Maia Toll consacre l'article suivant à ce papillon :


Mot-clef : Digérez votre passé.


Avant d'avoir ses ailes, le papillon Monarque se replie sur lui-même, examinant tout ce qu'il a été, digérant les chapitres de son passé. C'(est un travail de patience, un travail organique ; il s'isole du monde pour commencer sa déconstruction. Alors qu'il accomplit ces rites de désassemblage, il sacrifie chaque parcelle de son moi sur l'autel de la transformation? Finalement, quand son corps est réduit à une soupe de cellules, le papillon vérifie ses plans, assemble les protéines en ailes et se prépare pour son envol. Si le Monarque apparaît dans votre vie, il est temps de commencer à vous alléger, en digérant votre passé et en travaillant à préparer votre envol.


Rituel : Écrivez votre manifeste personnel.

Quand la chenille s'enferme dans sa chrysalide, elle n'a qu'une vague idée de ce qu'elle sera à sa sortie. Cette « idée » s'appelle n disque imaginal, un groupe de cellules à partir duquel seront formées les différentes parties dont le papillon aura besoin pour voler.

Vous aussi, sur le plan métaphorique, vous avez des disques imaginaux, des modèles profondément inscrits dans votre psyché qui vous aident à savoir qui vous êtes. Vous pouvez vous en servir pour vous reconstruire durant les phases de transition.

Faites remonter ces modèles à la surface pour les voir et commencer à comprendre l'essence de votre être.

  • Programmez 10 minutes sur un minuteur et mettez ce temps à profit pour écrire un manifeste personnel.

  • Commencez par « je suis » ou « j'honore » ou « voici ce qui est est important pour moi ».

  • Quand vous aurez fini d'écrire, soulignez trois ou quatre phrases importantes et regroupez-les pour continuer vote manifeste personnel. Revenez-y quand vous aurez l'impression d'être réduit à l'état de soupe cellulaire et que vous ne savez pas comment vous reconstruire.

Chrysalide ou cocon ? Quand la larve du papillon de nuit se sent pousser des ailes, elle s'enveloppe d'un cocon de fil de soie. Quand la chenille du papillon de jour est prête à se transformer et s'envoler, elle devient chrysalide : une sorte de berlingot dur suspendu à un fil. La chrysalide est le papillon !


Réflexion : Se préparer au changement.

On sait que le papillon commence sa vie sous forme de chenille. Mais comment cette créature rampante peut-elle développer des ailes et s'envoler ? Elle se digère, littéralement.

Quand la chenille est prête à se transformer, elle commence à dévorer les feuilles à une vitesse alarmante, stockant son énergie et ses forces créatrices dans une frénésie alimentaire qui précède la transition. Une fois repue, elle fabrique un solide exosquelette pour se protéger durant ce sale travail de transformation.

A l'intérieur de sa chrysalide, la chenille commence à se manger, digérant et assimilant chaque parcelle de son être, jusqu'à devenir une soupe cellulaire. Cette soupe contient les composants de sa forme future. Quand e papillon a digéré son passé, il commence sa lente métamorphose, se fabriquant les ailes qui lui permettront de s'envoler. Ce processus est une sorte de modèle métaphorique de ce que vous devez faire pour changer votre vie :

  • Nourrissez cotre corps et votre esprit.

  • Débarrassez-vous de ce qui ne vous sert plus.

  • isolez-vous et prenez du temps pour vous.

  • Développez de nouvelles ailes.

Réfléchissez aux grandes transitions de votre vie (avoir un enfant, déménager dans une nouvelle maison, divorcer...) et voyez comment vous avez franchi ces étapes. Comment pouvez-vous aborder votre prochaine métamorphose en souplesse ?

*

*


Voir aussi les fiches sur le Papillon et la Chenille.

521 vues

Posts récents

Voir tout

La Sole