top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le Korrigan




Étymologie :


  • KORRIGAN, -ANE, subst.

Esprit malfaisant, nain ou fée, dans les traditions populaires bretonnes. En sortant de Quimperlé, premier dolmen, maison des korrigans, selon notre conducteur, ou nains, qui, certains jours de la semaine, vous arrêtent et vous forcent de danser avec eux (Michelet, Journal,1831, p. 93).Renan et la Villemarqué nous ont raconté l'antipathie que l'Évangile rencontra à ses débuts dans le monde celtique, ils nous ont dit que les Korriganes et les fées sont un souvenir de ces grandes princesses qui ne voulurent pas accepter le christianisme quand les apôtres vinrent dans les plus vieux cantons de notre sol (Barrès, Cahiers, t. 8, 1910, p. 84).

Prononc. : [kɔ ʀigɑ ̃], [-an].

Étymol. et Hist. 1831 (Michelet, loc. cit.). Mot breton. Bbg. Quem. DDL t. 9.




Symbolisme :


Adolphe de Chesnel, auteur d'un Dictionnaire des superstitions, erreurs, préjugés, et traditions populaires... (J.-P. Migne Éditeur, 1856) propose la notice suivante :


KORIGANS OU KORIGS. Race de nains de la Bretagne Armorique, qui habitent particulièrement autour des monuments druidiques. Aussi, dans les traditions, nomme-t-on ces monuments, ville des Koringans. On doit à M. de la Villemarqué, auteur des Chants populaires de la Bretagne, l'hypothèse suivante sur l'origine de ces nains :

« Les anciens bardes, » dit-il , « en nous faisant connaître la déesse Koridwen, l'associent à un personnage mystérieux qui a beaucoup d'affinité avec nos nains. Ils l'appellent Gwion (l'esprit) et le surnomment le Nain. Son existence se trouve liée d'une façon assez étrange à celle de la déesse. Comme il veillait au vase mystique qui contenait l'eau du génie de la divination et de la science, vase qui rappelle d'une manière frappante la coupe des cabyres, trois gouttes bouillantes lui étant tombées sur la main, il la porta à sa bouche , et soudain l'avenir et tous les mystères de la science se dévoilèrent à lui ... L'eau merveilleuse du vase magique est nommée par les bardes l'eau de Gwion. L'ile d'Alwion on de Gwion, dont on a fait Albion et qu'un ancien poëte gallois appelle le pays de Mercure , paraît lui devoir son nom. Gwion a en effet beaucoup de rapport avec ce dieu . On sait que l'Hermès celtique était la plus grande divinité des Bretons insulaires ; qu'ils en avaient chez eux , au témoignage de César, une infinité d'idoles ; qu'ils honoraient en lui l'inventeur des lettres, de la poésie, de la musique, de tous les arts ; qu'ils l'invoquaient dans leurs voyages et lui attribuaient une grande influence sur le commerce et sur les arts. Un bas-relief antique , gravé par Montfaucon, le représente sous la figure d'un nain tenant une bourse à la main. C'est précisément ainsi que les anciens bardes représentent Gwion ; ils l'appellent le nain d la bourse. Or nos nains d'Armorique out aussi une bourse. Tous les attributs de Gwion et de l'Hermès gaulois, la science magique, poétique, cabalistique , alchimique, métallurgique, divinatoire, ils la possèdent; leur jour de fête est le jour de Mercure. Il semblerait donc qu'il n'y eût aucun doute à avoir sur l'identité de ces personnages ; mais nous prouverons, en outre, que les noms mêmes sous lesquels on les désigne sont équivalents. Pour cela , il nous suffira de dire, en deux mots, que les habitants du pays de Galles appellent indifféremment herbe de kov et herbe de guion, une plante médicale particulièrement affectionnée des nains, et que les Gaulois, d'après une inscription trouvée à Lyon, appelaient Korig (petit nain) . Le dieu qui présidait au commerce des Gaules, patronisait les bateliers de la Saône et de la Loire, les voituriers et les peseurs, s'appelait aussi Korig. »

La race des Korigans se divise en plusieurs tribus, dont les principales sont les Kornikaneds, les Korils, les Poul-Pikans, les Teus, les Gauriks, etc.

Korrigans
.pdf
Télécharger PDF • 722KB

Lire la suite : =>


 

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont, 1995 et 2019), Éloïse Mozzani nous propose la notice suivante :


Les korrigans (mot qui vient du breton korig, « petit être, nain ») sont des lutins bretons plus ou moins bienveillants, appelés aussi, entre autres, poulpiquets, kornandons, kérions, que l'on trouve autour des monuments druidiques, lesquels s'appellent souvent d'ailleurs « ville des Korrigans ». Ils vivent à l'intérieur des dolmens et dansent autour la nuit, entraînant les passants dans la ronde dont ils ne sortent qu'à l'aube, épuisés et les os rompus. Les ronds blancs que l'on voit parfois sur les prairies sont les lieux où ils ont dansé.

Les korrigans, ont l'apparence de nains noirs et velus ; ils ont une grosse tête très laide et sont vêtus, en général, de toile grise. Les mâles de l'espèce portent un grand chapeau plat avec un ruban de velours ; les femelles, ou korriganes, ont un petit bonnet violet. ces lutins ont autour de la ceinture une bourse en cuir pleine d'or. Ils sont dotés de pouvoirs surnaturels et d'une force prodigieuse, mais ne sont pas immortels.

Les korrigans détachent les bestiaux pendant la nuit, cousent les personnes endormies dans leur drap (ce qui les fait périr dans l'année) ; les korrigans sont accusées de voler les bébés pour les remplacer par leur progéniture. Parfois, ces créatures labourent un champ. Dans les fermes où on leur laisse un peu de nourriture, ou une pierre plate au coin de la cheminée pour qu'ils puissent se chauffer, les korrigans veulent bien rendre des services domestiques.

*

*

Selon Barbora Zavřelová, autrice "Bretagne et la langue bretonne." (Univerzita Karlova, 2013).


Selon les contes populaires, beaucoup de lutins vivent en Bretagne. Il existe un grand nombre de ces petits êtres qui peuvent être aussi bien malveillants, avares, artificieux, sournois qu’aimables et bienveillants. Une personne attentive peut apercevoir leurs traces dans les landes ou dans les forêts. Les lutins les plus connus sont les farfadets, les poulpiquets et les korrigans. Les derniers sont ceux qui occupent les forêts bretonnes. Le mot « korrigan » est bien sûr breton, le « korr » en français signifie le nain et le « ig » est la partie diminutive de nom. Les korrigans sont les nains vraiment petits et leur tempérament varie de l’un à l’autre. Mais souvent, ils ne sont pas aimables ni bienveillants. Ils sont légendaires également par leur laideur. Les korrigans sont poilus avec une grande tête en comparaison du reste du corps, avec des oreilles pointues et leurs cheveux sont ébouriffés. Certains parmi eux portent un chapeau plat avec un ruban. Les korrigans ont les yeux brillants et un peu rouges. Ce sont eux qui rendent les korrigans tellement dangereux pour les hommes. Avec ses yeux, un korrigan peut envoûter un passant seulement pour s’amuser ou pour l’empêcher de trouver son trésor caché. Les korrigans, en général, aiment séjourner près des fontaines ou des sources où ils allument les feux pendant les nuits et organisent des danses et des fêtes. Selon des légendes, ceux qui les dérangent, doivent accomplir une tâche extrêmement difficile. S’il réussissent, les korrigans sont obligés d’exaucer un des veux de ces personnes mais si elles ne réussissent pas, elles sont envoyées directement au enfer où elles sont enfermées dans une prison souterraine de laquelle personne ne s’est jamais enfuie. Une autre légende raconte que chaque année, au nouvel an celtique, le 31 octobre, les korrigans attirent les vivants pour descendre dans le sous-sol. Ici, ils sont le plus contents, ils y naissent et peut-être également meurent, mais personne ne sait exactement s’ils sont mortels ou pas.

*

*



58 vues

Posts récents

Voir tout

Les Gnomes

Les Lutins

Comentarios


bottom of page